Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces d'échanges en Méditerranée

 | 
François Clément
, 
John Tolan
, 
Jérôme Wilgaux

Troisième partie. Espaces du culte et du rite

Les lieux sacrés de l’islam vus à travers le prisme des voyageurs maghrébins du Moyen Âge

Abdellatif Ghouirgate

Texte intégral

  • 1 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Muḥammad al-‘Abdarī al-Ḥīhī, Riḥlat al-‘Abdarī ou al-riḥla l-maġribiyya (...)

1Cette contribution se propose d’appréhender les lieux sacrés de l’islam tels qu’ils sont représentés dans les relations de voyage (riḥla) des auteurs de l’Occident musulman (al-Maġrib) au Moyen Âge. Pour ce faire, nous nous appuierons principalement sur trois relations de voyage de la fin du xiiie et du début du xive siècle. La première est celle d’al-‘Abdarī, un lettré marocain sur lequel on ne sait pas grand-chose, si ce n’est les quelques indications biographiques fournies dans son récit. Il part pour l’Orient arabe en décembre 12891.

  • 2 Al-Qāsim b. Yūsūf b. Muḥammad b. ‘Alī al-Tuğībīÿ al-Sabtī, Mustafād al-riḥla wa-l-iġtirāb, texte é (...)

2La deuxième relation est l’œuvre d’al-Tuğībī, né vers 1271 et mort en 1329. On ignore la date exacte de son départ de Ceuta ou d’al-Andalus, mais on sait qu’il était au Caire en 12962.

  • 3 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Amr Ibn Rašīd al-Sabtī, Mil’ al-‘ayba bi-mā ğumi‘a bi-ṭūl al-ġayba fī (...)

3La troisième œuvre est la riḥla d’Ibn Rašīd al-Sabtī, mort en 13213.

4Nous avons volontairement écarté d’autres relations de voyage, comme celles d’Ibn Ğubayr et d’Ibn Baṭṭūṭa, pour ne retenir que les trois riḥla précitées, dans la mesure où celles-ci ne sont pas traduites en langues européennes, du moins à notre connaissance.

Le genre riḥla

  • 4 D’aucuns prétendent que le genre riḥla constitue leur originalité.
  • 5 Pour les musulmans maghrébins, qui vivent dans des régions excentrées par rapport au reste de la c (...)

5Les auteurs de l’Occident musulman ont produit une quantité non négligeable de relations de voyage4. Comme les musulmans doivent s’acquitter du ḥağğ, le pèlerinage à La Mecque (on sait qu’il fait partie des cinq piliers de l’islam)5, certains profitent de l’occasion pour rédiger le récit de leur voyage, dans lequel ils consignent les étapes de leur parcours, que ce soit par voie terrestre ou maritime, ainsi que les différentes sortes de difficultés qu’ils ont eu à surmonter (tempêtes essuyées en mer, brigandage le long des routes terrestres, droits de douane et autres taxes frappant les pèlerins, etc.), les paysages et les monuments spécifiques, les rencontres avec les maîtres et les savants, les échanges, etc. Rappelons que la relation de voyage d’Occident est un genre total, dans lequel on peut trouver, insérés pêle-mêle, d’autres genres comme la poésie, l’histoire, l’hérésiographie, la géographie, la description des lieux et des personnages célèbres (la riḥla fonctionnant ainsi comme une sorte de dictionnaire des noms propres). Il est donc difficile d’opérer une typologie du genre.

  • 6 D’où la récurrence de termes qui traduisent cette idée, tels que ‘iyān ou mu‘āyana.
  • 7 Al-Tuğībī, p. 13.

6S’ils notent ce qu’ils ont vu, en témoins oculaires6, les auteurs de riḥla ne partent cependant pas vers l’inconnu, car ils ont accumulé auparavant toute une documentation sur les pays visités puisée dans un savoir antérieur, qu’il soit de tradition orale ou livresque, comme celui des géographes. Aussi se proposent-ils souvent de confronter ce savoir à leurs propres observations, n’hésitant pas à mesurer, s’il le faut, tel monument ou autre bâtiment important. Ils s’arrogent ainsi le rôle d’une sorte d’autorité de contrôle des récits antérieurs et de vérification de leur authenticité. D’où l’importance du témoignage oculaire ou de l’argument d’autorité lorsque l’auteur s’appuie sur des ouvrages d’auteurs antérieurs jugés dignes de foi. Al-‘Abdarī, par exemple, cite bien des fois le géographe al-Bakrī, afin de rectifier quelques assertions à propos de certains pays que ce dernier méconnaissait, et pour cause, n’ayant jamais quitté son Espagne. Il cite également son prédécesseur Ibn Ğubayr. Al-Tuğībī, pour sa part, cite une riḥla d’un auteur andalou inconnu, ou du moins dont il ne donne pas le nom. Il n’hésite pas à en corriger certaines affirmations, sans fondement selon lui, à propos du tombeau d’al-Ḥusayn au Caire7, ou du mausolée supposé abriter la tombe d’Ève à Djeddah :

  • 8 Ibid., p. 219. Le nom de la ville est homonyme de ğadda, « grand-mère ».

« Nous vîmes un mausolée qu’ils prétendirent (za‘amū) abriter la tombe de la mère de l’Humanité, Ève. Les gens de science refusent d’admettre qu’il s’agit de sa tombe8. »

  • 9 Ibn Ğubayr, par exemple, était un dignitaire du régime almohade. Ses jugements ne sont pas sans in (...)

7On le voit, les voyageurs sont là pour infirmer les allégations inexactes. Ajoutons que ce sont des lettrés, de riches lettrés, porteurs d’une vision du monde, celle de l’Occident musulman et du rite malékite en général9. Ils produisent donc des textes en relation avec la norme du malékisme occidental.

Les lieux sacrés de l’islam

8Quels sont les lieux sacrés de l’islam ? Et à partir d’où, ou de quoi, commence la sacralité ?

9Nous dirons que ces lieux sont ceux que cite le Coran, ou qui sont mentionnés dans la Tradition du Prophète, ou dans celle des pieux Compagnons, ou encore les mausolées de personnages ayant un lien avec le Prophète. Il existe une sorte de hiérarchie entre eux : il y a les lieux où se pratiquent les cultes « orthodoxes » et ceux où se pratiquent les cultes populaires, jugés « déviants », comme nous le verrons plus loin.

10En venant du Maghreb, le voyageur commence d’ordinaire sa tournée par Le Caire, avec la mosquée d’al-Ḥsayn. Cet édifice est emblématique des relations de voyage du corpus. Il est décrit par le menu et suscite une admiration unanime. On rend compte de son histoire : il abriterait, selon la croyance populaire locale, la tête d’al-Ḥusayn. Mais nos auteurs, nous l’avons vu, contestent cette affirmation. D’autres mosquées de la ville, comme celle d’Ibn Ṭūlūn ou celles des deux « dames », Sayyida Zaynab et Sayyida Nafīsa, avec leurs mausolées respectifs, font l’objet d’une description. Les mausolées des deux saintes sont décrits comme des lieux où l’on peut solliciter leur bénédiction (baraka).

11Toutefois, les lieux sacrés par excellence sont ceux de l’Arabie, but ultime des voyageurs : lieux du pèlerinage proprement dit, à La Mecque, et à Médine, ville du Prophète.

Le pèlerinage à la Mecque

12Nos auteurs rendent longuement compte du rituel proprement dit, le rituel canonique, codifié. La riḥla devient une sorte de compendium de ses éléments à l’usage du futur pèlerin ou de ceux qui ne peuvent s’acquitter de l’obligation du pèlerinage. Car la relation de voyage, à l’instar des autres genres littéraires du Moyen Âge, ne peut s’affranchir d’une dimension didactique. Le rituel du ḥağğ est donc détaillé de manière orthodoxe, normative, qui ne souffre pas la contradiction. Les autorités de l’islam sunnite, tels les traditionnistes al-Buḫārī et Muslim, sont convoquées pour valider leur exposé du sceau de l’authenticité.

  • 10 Al-Tuğībī, p. 267 sq.

13En revanche, les autres façons de s’acquitter du rituel du pèlerinage sont jugées sévèrement. Al-Tuğībī, par exemple, critique des pèlerins yéménites appelés Zayla‘, qui pratiquent le culte de manière très approximative, et parfois risible, selon lui. Il leur reproche, notamment, de parler entre eux pendant la prière10.

  • 11 Al-‘Abdarī, p. 179-180.

14Concernant la ville elle-même, les voyageurs occidentaux commencent par dresser l’inventaire de ses différentes dénominations. Al-‘Abdarī cite les noms suivants : Makka (La Mecque), Bakka, Ṣalāḥ (la racine ṢLḤ comporte l’idée de sainteté), al-‘Arš (le Trône, allusion au Trône divin cité une vingtaine de fois dans le Coran), Qādis et Muqaddasa (sur la racine QDS, qui exprime la sacralité et la sainteté), al-Nāssa ou al-Nāsssa (l’Assoiffée, à cause de la rareté des points d’eau), Umm al-Quār (la Mère des Cités), al-Ra’s (la Capitale), al-Balda (la Ville), al-Qarya al-Qadīma (la Cité Antique), al-Balda al-Ḥarām (la Ville Sacrée)11.

  • 12 Cf. al-Tuğībī, p. 230-232.

15Les autres font de même : l’exercice consiste à mentionner tous les noms de la ville, à en expliquer l’étymologie et à faire montre de l’érudition la plus complète possible. Les citations coraniques ou tirées d’autorités incontestables viennent ensuite appuyer le propos12.

16Le nom de Makka est souvent suivi par le qualificatif al-mukarrama, qui signifie à la fois « la noble », « l’ennoblie » et « la bénie ». Viennent ensuite différentes eulogies stéréotypées du genre « Que Dieu l’honore » (šarrafa-hā Allāh).

  • 13 Cf. al-‘Abdarī, p. 173.
  • 14 Ibid., p. 240.

17On énumère les portes de la ville, qui sont au nombre de trois : Bāb al-Ma‘lāt (la Porte de la Ville haute), Bāb al-Šabaka (la Porte de la Grille) et Bāb al-Yaman (la Porte du Yémen)13. Également citée, l’enceinte sacrée (ḥaram), avec le récit de ses transformations, depuis la fondation du sanctuaire par Abraham jusqu’au temps présent, celui où le voyageur foule son sol, en passant par le Prophète, les deuxième et troisième califes ‘Umar et ‘Uṯmān, l’ « anti-calife » Ibn al-Zubayr, le calife omeyyade ‘Abd al-Malik, les califes abbassides al-Mansūr, al-Mahdī, al-Hdī, etc.14.

  • 15 Al-Tuğībī, p. 243.

18Sont aussi mentionnés les quatre minarets de la mosquée, ses colonnes, qui sont méticuleusement comptées (625 selon al-Tuğībī, dont 470 en marbre et une de couleur rouge)15. La description est précise, minutieuse, elle s’attache aux moindres détails : nous retrouvons chez nos auteurs la volonté de ramener l’image la plus complète possible du lieu visité.

La Ka‘ba et la Pierre Noire

  • 16 Cf. al-‘Abdarī, p. 177.

19Au milieu de l’enceinte sacrée, se dresse le mythique cube de la Ka‘ba autour duquel les pèlerins tournent en procession. On décline, là aussi, ses différentes dénominations : al-Bayt al-‘Atīq (le Temple Antique, ou Solide), al-Baniyya (l’Édifice), al-Qarya al-Qadīma, Qādīs. Il est à remarquer que ces deux derniers noms sont également ceux de La Mecque. À nouveau, la description est précise, les mesures sont relevées, en tant de brasses ou d’empans, etc.16. La frénésie du détail a pour fonction d’authentifier le récit.

20La mention de la fondation de la Maison de Dieu fait appel aux récits mythiques des origines, qui sont parfois contradictoires. Al-Tuğībī remonte à Adam et à Abraham, puis il relate les faits historiques qui ont entraîné les différentes transformations du lieu, par exemple la rébellion d’Ibn al-Zubayr au cours de laquelle, comme ce dernier s’était réfugié dans la Ka‘ba, le gouverneur omeyyade al-Ḥağğğāğ n’avait pas hésité à faire tirer sur le bâtiment à coups de mangonneaux…

21Plus intéressant est le récit concernant le calife abbasside Hārūn al-Rašīd qui voulut transformer la Ka‘ba. Il demanda conseil à Mālik, mais celui-ci le dissuada d’en rien faire par ces mots :

  • 17 Al-‘Abdarī, p. 182-183. On trouve le même récit chez al-Tuğībī, p. 256.

« Ne fais pas en sorte que ce temple soit un jouet entre les mains des rois qui vont te succéder et qui pourraient le transformer à leur guise17. »

22Cette référence à Mālik n’est pas anodine de la part d’un voyageur maghrébin qui se réclame de son rite.

  • 18 Al-Tuğībī, p. 274.

23La Pierre Noire est décrite par le menu, mesurée de la manière la plus précise. Or, que représente cet objet, puisque l’islam déconseille fortement un autre culte que celui du Dieu unique ? Le Prophète ne procéda-t-il pas à la destruction des idoles et autres bétyles le jour de la conquête de la ville en 630 ? La relation de voyage est donc là pour justifier un culte considéré comme parfaitement conforme à l’orthodoxie. On convoque la Tradition, qui a elle aussi pour fonction de valider. Selon al-Tuğībī, « embrasser la Pierre Noire est une tradition islamique (sunna) qui doit être observée18 ». Il cite à l’appui de son assertion telle autorité musulmane, dont le témoignage est dûment authentifié, qui atteste :

  • 19 Ibid., p. 275.

« J’ai vu ‘Umar embrasser la Pierre en disant : Je t’embrasse, même si je sais parfaitement que tu es une pierre, mais j’ai vu le Messager de Dieu le faire19. »

  • 20 cf. al-‘Abdarī, p. 175-176.

24Il y a une sorte de communion dans le geste qui consiste à toucher cette pierre et à l’embrasser. Elle est la pureté matérialisée, elle porte le sceau des origines (Abraham), du début de la Création. Plusieurs récits sont cités à ce propos. Mais la piété de nos auteurs est souvent gâchée par la bousculade des pèlerins, hommes et femmes20

Zamzam et autres lieux

  • 21 Ibid.

25Le puits de Zamzam est décrit dans les riḥla du corpus avec l’attention qui s’impose. Il recèle une eau qui « purifie de tous les péchés ». Cependant, comme pour la Pierre Noire, la « populace » s’y bouscule et gâte la quiétude de nos auteurs et la sérénité tant désirée21.

26Il va de soi que les autres lieux où se déroule le rituel du ḥağğ sont mentionnés, comme le mont ‘Arafa ou les roches Šafā et Marwa. Mais il est des lieux non inclus dans le rituel où s’exprime cependant le sacré, par exemple celui-ci, mentionné par al-‘Abdarī :

  • 22 Ibid. p. 167.

« Avant d’arriver à La Mecque, à environ quatre milles, il y a trois mosquées connues sous le nom de Mosquées de ‘Ᾱiša22. »

27L’auteur explique la raison de leur dénomination et d’où le lieu tire son caractère exceptionnel et sacré : c’est à cet endroit que ‘Ᾱiša a revêtu l’état de sacralisation (iḥrām) lors du dernier pèlerinage du Prophète, celui dit de l’Adieu.

28Le lieu rappelle donc une figure majeure de l’histoire originelle de l’islam, celle de la jeune épouse de Mahomet (laquelle, après sa mort, joua un rôle politique important, quoique parfois contesté).

Médine et ses tombeaux

  • 23 Cf., par exemple, Ibn Rašīd, p. 20.
  • 24 Coran xxxiii, 13.
  • 25 Ibn Rašīd, p. 20.
  • 26 Ibn Rašīd, ibid., explique qu’elle est appelée ainsi parce qu’elle a « brisé les tyrans (qasamat ğ (...)
  • 27 Ibid., p. 18.

29Le deuxième grand lieu sacré de l’islam est Médine. La ville est appelée Madīnat al-Nabī (la Cité du Prophète), ou simplement al-Madīna (la Cité), comme pour signifier que c’est la Ville par excellence23. Ses autres dénominations sont également mentionnées : Yaṭrib (son nom préislamique, cité dans le Coran24 et dans la Tradition)25, al-Dr (la Maison ou le Temple), Ṭayba, Ṭāba ou encore Ṭība (sur la racine ṬYB, évoquant l’excellence), al-‘Arbā’ (la Pure Arabe), Ğābira ou al-Mağbūra (sur la racine ĞBR, évoquant l’action de ramener par la force les parties au tout), al-Muḥbūba (l’Aimante) ou al-Maḥbūba (l’Aimée), al-Qāsima (Celle qui Brise)26, Yandud, al-Munawwara (l’Illuminée, l’Irradiée). Y pénétrer, ajoute Ibn Rašīd, procure de la joie au cœur27.

  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid., p. 19.

30Le but de la visite à Médine est de prier sur le tombeau du Prophète28, tout empreint de sacralité, également sur ceux des autres personnages fondateurs que sont ses trois premiers successeurs, les califes Abū Bakr, ‘Umar et ‘Uṯmān. Le cimetière al-Baqī‘a également droit à une visite pieuse, car il recèle les sépultures de plusieurs Compagnons. Mais une tombe revêt une grande importance pour Ibn Rašīd : celle de Mālik, bien entendu29.

31À Médine comme à La Mecque, les voyageurs s’intéressent aussi à certains lieux non sacrés à proprement parler, mais qui ont un rapport avec les moments fondateurs de l’islam, tel le champ de la bataille de Badr, première victoire de la jeune communauté musulmane contre les Quraychites en 624.

Démystification ou déception

32Nos auteurs sont aussi là pour dénoncer certaines pratiques qu’ils jugent déviantes. Ainsi, al-Tuğībī fustige-t-il les dérives des gardiens du Temple (sadanat al-Ka‘ba), qui appartiennent à la famille des Šaybān. Ils sont accusés d’avoir créé une innovation blâmable en ayant aménagé une lucarne dans le mur de la Ka‘ba, à une hauteur de six coudées, et en faisant croire au vulgaire que celui ou celle qui l’atteindrait tiendrait dans ses mains « le Lien indéfectible » (al-‘urwa al-wuṯqā) :

  • 30 Expression d’origine coranique exprimant, entre autres, la consternation.
  • 31 Al-Tuğībī, p. 264.

« Les Šaybān mettaient à la disposition des pèlerins un siège sur lequel le pèlerin, qui se serait acquitté d’une certaine somme d’argent, pourrait toucher cette lucarne et faire partie par conséquent du Lien indéfectible. […] J’ai vu certains se mettre les uns sur les autres. Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournerons30 ! Un compagnon de caravane, mais du peuple (‘āmma), m’a proposé de monter sur ses épaules pour le faire. Je l’ai réprimandé en disant : C’est une innovation blâmable (bid‘a, ḏalāla)31»

33Et al-Tuğībī de rectifier :

« Il n’est de lien indéfectible que la profession de foi musulmane. »

34Magnanime, il implore Dieu d’accorder la richesse aux Šaybān, afin qu’ils abandonnent cette façon répréhensible de gagner leur vie.

35Ibn Rašīd se montre beaucoup plus sévère : n’a-t-il pas vu des hommes et des femmes entremêlés pour se saisir du fameux Lien ? Autre pratique qu’il juge déviante, celle de ce clou en argent planté au milieu de la Ka‘ba, appelé le Nombril du Monde :

« Ils [les gardiens du Temple] prétendent que celui qui se coucherait sur ce clou tiendrait le Nombril du Monde. »

  • 32 Ibid.

36Suit alors une diatribe violente contre une telle abomination32. Plus loin, le voyageur dénonce une autre bid‘a : la nuit, lors du rite de la circumambulation (ṭawāf), des femmes tournent autour de la Ka‘ba en tenant un cierge à la main. Il est choqué :

  • 33 Ibn Rašīd, p. 264-265.

« J’étais témoin d’un spectacle attristant ; nous avons fait notre possible en en éteignant certains. Et nous implorons Dieu pour doter cette Communauté (umma) d’une personne capable de nous débarrasser des innovations blâmables33. »

37Pour les voyageurs maghrébins, la plèbe du monde oriental offre une vision désolante. Ses pratiques sont jugées très peu conformes à la loi islamique, certains lieux empreints de sacralité, si ce n’est sacrés, sont pollués par la populace. Al-‘Abdarī parle ainsi d’une mosquée qui rappelle les origines, celle de Dār al-Nadwa, dont l’intérieur est sale, empli de détritus, où des gens campent avec leurs montures :

  • 34 Ibid.

« J’étais le témoin oculaire d’un spectacle des plus affligeants. Je leur ai fait quelques remarques, mais ils m’ont répondu de manière insolente et j’ai abandonné la partie34. »

38Au puits de Zamzam, la bousculade est telle qu’il en est outré. Comment, semble-t-il dire, peut-on se bousculer, se battre devant des lieux aussi vénérables que ceux du territoire sacré de La Mecque :

« Celui qui n’a pas vu leur bousculade devant la Pierre Noire ou à l’entrée de la Ka‘ba n’a rien vu : les hommes qui tombent sur les femmes, les femmes qui tombent sur les hommes. La bousculade est générale. »

39Bref, des comportements fort peu canoniques à ses yeux. L’image du pèlerinage est loin d’être embellie. Elle répond, de toute façon, à son projet initial, qui est de consigner de la manière la plus « objective » ce dont il a été le témoin. En fait, la vision idéale, préconçue, celle de la quiétude, de la spiritualité, est ruinée par la dure réalité, celle de la « populace ». Nous retrouvons l’opposition, toujours pertinente en islam, entre l’islam savant et l’islam populaire.

Transcendance

40Or tout devient futile. Tout devient vain. Les difficultés du parcours sont oubliées ; oubliées également les humiliations subies au cours du voyage. Les efforts sont récompensés par cette extase suprême qu’est le séjour dans l’enceinte des lieux fondateurs, des lieux mythiques où séjournèrent les prophètes antérieurs et surtout Mahomet, des lieux foulés par les pieds des Compagnons, ceux qui ont fondé la Communauté et assuré sa continuité. Toutes les vicissitudes s’évanouissent donc devant la majesté des lieux et leur caractère sacré. Car le désir du pèlerin est de capter la bénédiction qui en émane et de la ramener en Occident.

41Avoir vu de tels lieux, y avoir séjourné transcende tout le reste, même s’il faut en payer le prix :

  • 35 Ibid., p. 265.

« [La Mecque est située dans] une vallée aride, dont la terre est inhospitalière, toute de pierres, sans eau ni végétation. […] Ses habitants sont quelque peu des brutes, et très peu enclins à respecter la loi musulmane (šsar‘). Ils brutalisent les pèlerins et malmènent ceux qui résident [auprès du Temple de Dieu]35. »

42Pourtant, ils exercent sur le pèlerin une sorte d’attraction inexplicable, comparable à celle du magnétisme ou de l’hypnose. Ils dégagent quelque chose qui relève de l’indicible, de l’ineffable. Al-‘Abdarī, rendant hommage à La Mecque, a recours à la poésie et à la prose rimée et rythmée (sağ‘), il compose une sorte de panégyrique en son honneur, déployant tout un arsenal rhétorique afin de célébrer cet espace qui porte le sceau du sacré. En dernière analyse, on peut dire que la félicité du pèlerin est une sorte d’avant goût du paradis des Bienheureux. Elle lui fait oublier tout ce qu’il a enduré pendant son voyage et son séjour parmi des populations très peu enclines, en général, à la spiritualité savante.

En guise de conclusion

43Les riḥla de l’Occident musulman donnent à voir une représentation des pays musulmans d’Orient et des lieux sacrés de l’islam, celle des origines. Elles semblent écrites pour remplacer le pèlerinage chez le destinataire, lui procurer un instant de rêve, lui permettre de rêver ces lieux à défaut de pouvoir s’y rendre. Les images qu’elles dessinent remplissent cette fonction de pèlerinage par procuration.

44Les riḥla sont également une sorte de compendium du rituel du pèlerinage, une sorte d’instruction religieuse normative. Elles fournissent à leur auteur l’occasion de rappeler l’orthodoxie et de stigmatiser les déviances. Elles apparaissent idéologiquement marquées par son appartenance à l’Occident musulman et au malékisme, même si le voyageur maghrébin, lors du ḥağğ, découvre une forme d’altérité tout en restant à l’intérieur de la communauté musulmane.

45Une autre fonction de ces riḥla, enfin, est de rendre compte du savoir recueilli dans les lieux sacrés. Ce savoir a une aura autrement plus prestigieuse, car il provient de personnes ayant élu domicile auprès de la Maison de Dieu : il a l’aura des lieux bénis de Dieu.

Notes

1 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Muḥammad al-‘Abdarī al-Ḥīhī, Riḥlat al-‘Abdarī ou al-riḥla l-maġribiyya, texte établi, présenté et commenté par Muḥammad al-Fāsī, Université Mohammed V, Rabat, 1968.

2 Al-Qāsim b. Yūsūf b. Muḥammad b. ‘Alī al-Tuğībīÿ al-Sabtī, Mustafād al-riḥla wa-l-iġtirāb, texte établi par ‘Abd al-Ḥafīẓ Ibn Manūr, Libye-Tunisie, al-Dār al-‘arabiyya li-l-kitāb, 1975.

3 Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. ‘Amr Ibn Rašīd al-Sabtī, Mil’ al-‘ayba bi-mā ğumi‘a bi-ṭūl al-ġayba fī l-wiğha al-wağīha iāl l-ḥaramayn : Makka wa-Ṭība, V, texte établi par M. al-Ḥabīb Ibn al-Ḫūğa, Beyrouth, Dār al-Ġarb al-islāmī, 1988. Ce cinquième volume est consacré aux deux villes sacrées, La Mecque et Médine.

4 D’aucuns prétendent que le genre riḥla constitue leur originalité.

5 Pour les musulmans maghrébins, qui vivent dans des régions excentrées par rapport au reste de la communauté musulmane, le ḥağğ n’est pas sans poser quelques problèmes matériels, au point que des jurisanes consultes andalous ont émis une fatwa dispensant de cette obligation. Mais en même temps, certains personnages bien connus, comme Abū Muḥammad Ṣāliḥ al-Magrī de Safi (m. 1234), organisent des caravanes en partance pour La Mecque, avec des relais bien structurés.

6 D’où la récurrence de termes qui traduisent cette idée, tels que ‘iyān ou mu‘āyana.

7 Al-Tuğībī, p. 13.

8 Ibid., p. 219. Le nom de la ville est homonyme de ğadda, « grand-mère ».

9 Ibn Ğubayr, par exemple, était un dignitaire du régime almohade. Ses jugements ne sont pas sans intérêt ni sans présupposés idéologiques. Rappelons que le malékisme est un des quatre rites de l’islam sunnite, fondé par l’imam de Médine Mālik b. Anas.

10 Al-Tuğībī, p. 267 sq.

11 Al-‘Abdarī, p. 179-180.

12 Cf. al-Tuğībī, p. 230-232.

13 Cf. al-‘Abdarī, p. 173.

14 Ibid., p. 240.

15 Al-Tuğībī, p. 243.

16 Cf. al-‘Abdarī, p. 177.

17 Al-‘Abdarī, p. 182-183. On trouve le même récit chez al-Tuğībī, p. 256.

18 Al-Tuğībī, p. 274.

19 Ibid., p. 275.

20 cf. al-‘Abdarī, p. 175-176.

21 Ibid.

22 Ibid. p. 167.

23 Cf., par exemple, Ibn Rašīd, p. 20.

24 Coran xxxiii, 13.

25 Ibn Rašīd, p. 20.

26 Ibn Rašīd, ibid., explique qu’elle est appelée ainsi parce qu’elle a « brisé les tyrans (qasamat ğabābira) ».

27 Ibid., p. 18.

28 Ibid.

29 Ibid., p. 19.

30 Expression d’origine coranique exprimant, entre autres, la consternation.

31 Al-Tuğībī, p. 264.

32 Ibid.

33 Ibn Rašīd, p. 264-265.

34 Ibid.

35 Ibid., p. 265.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540