Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces d'échanges en Méditerranée

 | 
François Clément
, 
John Tolan
, 
Jérôme Wilgaux

Deuxième partie. De la place publique à la Cour

Au cœur de la révolte : les conflits paysans et leur résonance en milieu urbain en Languedoc à la fin du Moyen Âge

Vincent Challet

Texte intégral

  • 1 Question abordée notamment par Heers J., Espaces publics, espaces privés dans la ville. Le Liber T (...)
  • 2 Boucheron P., Le pouvoir de bâtir : urbanisme et politique édilitaire à Milan (xive-xve siècles), (...)
  • 3 Heers J., Espaces publics op. cit., p. 136.

1En plaçant cette rencontre sous le thème des espaces d’échanges, les organisateurs de ce colloque ont choisi de remettre en lumière la question si débattue à propos des villes méditerranéennes de la naissance de l’espace public et de son progressif dégagement d’un espace privé1. Toutefois, plutôt que de revenir sur sa définition juridique et sur sa constitution matérielle, ils ont préféré aborder ce problème sous l’angle des relations sociales et considérer, en premier lieu, cet espace public comme un espace vécu, ce qui permet de dépasser le cadre du droit et de la pierre pour réintroduire l’homme au cœur de sa ville. Sans doute pourtant faut-il commencer par définir la notion d’espace public afin de mieux comprendre le rôle et la fonction de cet espace public par excellence que constitue la place – qu’elle soit civique ou non – dans les pays méditerranéens. L’espace public, selon la vieille définition du droit romain réactivée dans les villes du pourtour méditerranéen, c’est l’ensemble de cette part du sol urbain affecté à l’usage du public ou, comme l’écrit Patrick Boucheron à propos de Milan, cette« portion de l’espace urbain dégagé de la logique d’appropriation privée2 » ; cette définition pourtant ne saurait suffire et il faut incontestablement y ajouter une envergure morale, à l’instar précisément du Broletto milanais interdit aux prostituées. Outre l’évidente dimension politique que contient le progressif dégagement d’un espace civique rendu nécessaire par l’affirmation d’un pouvoir communal, il convient d’envisager cette place publique sous l’angle des relations sociales : ainsi la place de Viterbe réalisée en plusieurs étapes entre 1206 et 1258, à partir d’un ancien marché élargi orné simplement d’une fontaine, joue dès sa constitution « un rôle de tout premier plan dans la vie quotidienne, la diffusion des nouvelles, la fermentation des opinions, le mûrissement de solidarité qui, alors, peuvent dépasser les cadres plus étroits des habituels voisinages ou clans familiaux3 ». De ce point de vue, la place publique est bien le lieu privilégié des relations sociales et constitue un pôle d’attraction pour l’ensemble de la population en même temps qu’un nœud d’échanges tant matériels qu’immatériels. Elle devient aussi, lorsqu’elle est place civique, un lieu éminemment politique qui répond au besoin de rassemblement qu’éprouve une communauté afin de prendre conscience d’elle-même, soit à travers la réunion d’assemblées délibératives, soit par le biais de rituels civiques qui célèbrent tant l’unité de la ville que la soumission de son contado. Ces différentes fonctions de la place publique ont suffisamment été mises en lumière, en particulier en ce qui concerne l’Italie communale, et la place publique est, à l’instar de l’enceinte urbaine, du palais communal et de la cathédrale conçue comme ecclesia matrix, l’un de ces lieux fondamentaux où s’enracine la mémoire civique.

Un consulat sans espace : limites et lacunes de l’urbanisme consulaire

  • 4 Sur ce modèle, voir Boucheron P.,« Del’urbanismecommunalàl’urbanismeseigneurial :cités,territoires (...)
  • 5 Gouron A., « Diffusion des consulats méridionaux et expansion du droit romain aux xiie et xiiie si (...)
  • 6 Guiraud L., « Recherches topographiques sur Montpellier au Moyen Âge », Mémoires de la société arc (...)
  • 7 Sur l’exclusion par les autorités communales des boucheries du cœur politique de la cité, voir not (...)
  • 8 Garcia A., Le cérémonial consulaire de Montpellier (xve siècle) : la religion civique et les ritue (...)

2Toutefois, il n’est guère évident que ce modèle d’urbanisme communal ou seigneurial, s’appuyant sur une politique volontariste en matière de gestion et d’organisation des espaces publics, puisse réellement être exporté en-dehors d’un espace strictement circonscrit à la fois d’un point de vue géographique, celui de l’Italie du nord4 et d’un point de vue sociopolitique, celui d’institutions communales à fort pouvoir décisionnel. N’est pas Florence ou Milan qui veut et à trop vouloir scruter les grands chantiers édilitaires de ces cités, on risque de perdre de vue ce qui fait la spécificité de la place publique au sein du monde méditerranéen. La plupart des villes méditerranéennes en effet, et en particulier celles de dimensions modestes, ne possèdent pas à proprement parler de véritable espace civique et, si elles demeurent le plus souvent articulées autour d’un espace central, celui-ci est alors doté de fonctions diverses et constitue essentiellement un lieu de relations économiques et sociales qui ne révèle sa dimension politique qu’en des moments de crise. Les cités du Languedoc méditerranéen offrent ici un champ d’études privilégié qui permet de confronter le modèle urbanistique italien aux réalités plus modestes d’un Midi français, pourtant privilégié en termes d’organisation urbaine par rapport au reste du royaume. Il n’est guère besoin de rappeler, sans doute, que le type de gouvernement urbain qui s’imposa largement dans les villes languedociennes, le consulat et ses formes mineures et atténuées que constituèrent le syndicat ou la présence de procureurs, était précisément issu d’Italie du nord. C’est à partir de cette région qu’il se diffusa d’abord dans les grandes villes du littoral languedocien avant de gagner progressivement l’intérieur de la province et d’atteindre au début du xiiie siècle des centres de moindre importance5. Plus sans doute que dans la reprise et l’adaptation de ce modèle consulaire transalpin aux réalités languedociennes, c’est dans ce dernier mouvement de diffusion du consulat vers des agglomérations qui n’apparaissent parfois que comme de simples bourgs que réside l’une des originalités du Midi français. Compte tenu de la taille de ces localités, de la faiblesse intrinsèque du pouvoir consulaire, de ses manques de moyens financiers et du statut social relativement modeste de ses élites, les réalisations urbanistiques de ces consulats ne sauraient être comparées à celles mises en œuvre dans les grandes cités d’Italie du Nord et il faudra revenir sur ce qui, dans de telles villes, tient alors lieu de place civique. Parfois, et en particulier à Montpellier, le pouvoir urbain fut suffisamment fort pour imposer la constitution d’un espace civique à part entière reposant sur la conjonction des trois éléments où pouvait s’enraciner la mémoire politique de la ville : l’ecclesia matrix dont le rôle était assuré par Notre-Dame-des-Tables, la maison consulaire aménagée contre l’abside de l’église et la place du consulat que les consuls firent dégager devant ce nouveau siège de leur pouvoir6. Ils se montrèrent cependant incapables de mener à son terme cette entreprise de construction d’un espace public à vocation seulement politique en ne parvenant pas, à l’inverse de leurs homologues d’Italie du nord, à écarter de cet emplacement les boucheries dont la proximité, par le sang versé et les déchets animaux, souillait un lieu sacré et consacré7. Ce désagrément, illustration de la relative faiblesse du pouvoir consulaire et de l’emprise des « métiers » sur cette institution, ne constitua cependant pas une entrave à la polarisation de la vie politique et religieuse par ce nouvel espace civique, comme en témoigne le déroulement des rites urbains si minutieusement décrits vers le milieu du xve siècle dans le Cérémonial consulaire montpelliérain8. Montpellier, toutefois, représente un cas trop exceptionnel pour que l’on puisse en déduire le fonctionnement général des consulats languedociens et leur rapport à la place publique.

  • 9 Crouzet-Pavan E., « Pour le bien commun… », p.27.
  • 10 Béraud P., Histoire de la ville de Bagnols-sur-Cèze, Nîmes, 1941, p. 36.
  • 11 Exemple cité par Heers J., « Les villes d’Italie centrale et l’urbanisme… ».

3Dans la majorité des cas en effet, les autorités consulaires ne disposaient ni des moyens ni peut-être de l’ambition nécessaire pour mettre en œuvre un espace civique à proprement parler, ce qui ne les empêchait nullement de se préoccuper de la gestion de l’espace public au sein de leur ville. Il suffit pour s’en convaincre de noter la multiplication de ces statuts urbains qui, en Italie comme en Languedoc, sont souvent la première manifestation d’une volonté d’établir des frontières nettes entre l’espace public et l’espace privé et énoncent « les règles d’une grammaire de l’espace9 ». L’essentiel ne résiderait donc pas tant dans la mise en œuvre d’un urbanisme communal que dans la définition des usages attribués aux différents espaces qui composent la ville et dans le fait de poser des normes. Or, sans toujours atteindre la précision et la complexité des statuts italiens, sans toujours parvenir à élargir les champs de compétence et d’intervention des magistrats urbains, les statuts languedociens répondent incontestablement aux mêmes impératifs et aux mêmes objectifs que ceux établis en Italie du nord. Pour ne prendre qu’un seul exemple, la petite ville de Bagnols-sur-Cèze adopte, le 8 juin 1358, ses premiers statuts urbains, bientôt renouvelés le 17 juillet 1380, lesquels réglementent aussi bien l’exercice des métiers que la propreté des rues ou le minimum de décence morale à respecter aux abords des lieux publics et, en particulier, le problème de la prostitution ou des jeux de dés10 ; toutes choses qui se trouvaient déjà dans les Statuts siennois des années 1300, lesquels interdisaient la prostitution et les jeux de hasard à moins de 200 brasses du Palais des Neuf, siège du gouvernement communal, et à moins de 60 brasses de toutes les églises11. Et si les syndics de Bagnols, pourtant soucieux du « bien commun » et de la gestion des espaces publics, ne se préoccupent guère de limiter les usages de la place publique pour la réserver à des fins politiques, c’est que la polyvalence de ce lieu – et en particulier sa dimension économique – s’impose à eux comme une donnée incontournable.

Une place sans consulat ? Les lieux de décision politique

  • 12 Sur la révolte desTuchins, que l’on me permette de renvoyer à mes propres travaux : Challet V., Mu (...)

4L’une des originalités du Languedoc réside donc dans la présence d’institutions consulaires au sein de localités qui, de par leur dimension, ne pouvaient guère envisager de programme urbanistique de grande ampleur visant à doter leur ville d’un véritable espace civique. Dans ces conditions, les habitants de Bagnolssur-Cèze et de maintes autres localités de même envergure se trouvaient privés d’une scène sur laquelle pouvait se nouer un dialogue entre eux et les autorités communales et avaient alors à reconstruire un espace d’échanges où la parole pouvait atteindre, par sa réitération même, le statut de débat et participer ainsi à l’élaboration d’une opinion publique. Mais cette dimension politico-civique de la place n’est à aucun moment donnée : il s’agit pour ceux qui demeurent dans la ville de transformer, par le biais de gestes, de mots et de comportements, un espace de rassemblement en un lieu de confrontations, voire d’affrontements. À cette dimension, il faut ajouter l’idée d’une réappropriation de cet espace par des individus qui n’appartiennent pas directement à la communauté urbaine en tant que telle mais sont issus des villages environnants et se servent de la place publique comme d’une caisse de résonance pour leurs revendications politiques, à travers des rituels qui sont des défis à la domination de la ville sur son arrière-pays. Ces deux aspects, à savoir la transformation de la place en espace civique autoproclamé et la récupération de ce modèle citadin par des paysans faisant irruption au sein de l’espace urbain, paraissent tout à fait concomitants et ne s’observent sans doute jamais mieux qu’en un temps particulier de crise. Ce double phénomène est notamment à l’œuvre dans le cadre de la révolte des Tuchins, mouvement complexe qui mêle, dans les années 1380, rébellion contre l’autorité du lieutenant du roi en Languedoc – le duc Jean de Berry –, actes d’autodéfense des communautés paysannes à l’encontre des routiers et agitation sociale et antifiscale au sein des villes12. Au cours de ce mouvement qui toucha l’ensemble des trois sénéchaussées de Languedoc, les places publiques de plusieurs villes furent ainsi des pôles d’attraction et de rassemblement des compagnies militaires mises sur pied par les Tuchins : on se propose ici d’étudier la manière dont les révoltés transformèrent en espaces civiques autoproclamés les places de Bagnols-sur-Cèze et de Pont-Saint-Esprit, deux localités situées dans la sénéchaussée de Beaucaire et qui assumaient, en tant que chef-lieu de viguerie, un rôle administratif dans le dispositif royal.

  • 13 Gouron M., Histoire de la ville du Pont-saint-Esprit, Nîmes, 1934, p. 179-190.
  • 14 Béraud P., Histoire de la ville de Bagnols-sur-Cèze, Nîmes, 1941.
  • 15 Hubert E., Espace urbain et habitat à Rome du xe siècle à la fin du xiiiesiècle, Rome, 1990, p. 11 (...)
  • 16 Heers J., La ville au Moyen Âge en occident : paysages, pouvoirs et conflits, Paris, Fayard, 1990, (...)
  • 17 A. M. de Bagnols-sur-Cèze, FF 11 et FF 11 bis, procès engagé par Pons Biordon, syndic de PontSaint (...)
  • 18 Sur les institutions communales de Pont-Saint-Esprit, voir Gouron M., op. cit., p. 240-245. On sai (...)
  • 19 Voir par exemple Hébert M., Tarascon au xive siècle : histoire d’une communauté urbaine provençale (...)

5Aucune de ces deux cités ne possède à proprement parler d’espace civique, ce qui s’explique en grande partie par l’absence de maison communale qui puisse accueillir les assemblées de citoyens ou même les réunions du conseil. Pont-Saint-Esprit possède deux espaces de rassemblement, l’un à vocation commerciale que l’on nomme le Mercat parce que c’est là que se tient le marché hebdomadaire, l’autre à vocation plus seigneuriale puisqu’il s’agit du Plan Saint-Esprit, vaste place contiguë au prieuré clunisien qui a été à l’origine de la ville13. Aucun des deux, toutefois, ne possède de véritable composante politique même si le Plan Saint-Esprit jouxte le siège du principal pouvoir seigneurial de la ville. La situation est relativement semblable à Bagnols-sur-Cèze qui est doté d’une place articulant dimension économique et seigneuriale : entourée de maisons bourgeoises à arcades qui s’ouvrent sur l’espace public par des ouvroirs et des boutiques, elle accueille le marché et la boucherie en même temps que s’y dresse le pilori seigneurial14. Dans les deux cités, ces espaces relativement larges et ouverts sont désignés par le terme de plassa en occitan ou celui de platea en latin, lequel renvoie bien, non plus à une voie importante selon la définition d’Isidore de Séville, mais à un lieu de rassemblement15. Rien pourtant, dans leur nature même, ne semble les destiner à devenir des endroits où peuvent s’esquisser des dialogues de nature politique, hormis peut-être leur situation centrale. À Pont-Saint-Esprit comme en bien d’autres villes16, c’est le vieux cimetière, situé dans l’enceinte, entre l’église du prieuré clunisien et l’église paroissiale Saint-Saturnin qui sert de cadre habituel à la réunion des habitants lorsque ces derniers doivent prendre des décisions qui engagent l’ensemble de la communauté. C’est là que se déroule notamment, en présence de l’ensemble des chefs de famille, l’élection annuelle du syndic et des huit conseillers qui président au destin des habitants17, la ville n’étant pas dotée d’un consulat à part entière mais jouissant du droit d’être représentée par un syndic depuis 124318. De même, c’est au milieu des morts et à la tombée de la nuit que les « populaires » de la ville, opérant une symbolique inversion du temps comme du lieu, se rassemblent afin de fomenter une émeute contre les « gros ». L’espace public de concertation devient alors pour une nuit l’espace privé du complot et, par un renversement significatif, le cimetière concourt à la division de la ville en factions opposées : l’accaparement par les « populaires » d’un lieu a priori public manifeste alors leur opposition à un gouvernement urbain dirigé par des élites qui se réclament pourtant du « bien commun ». Certes, dans le cadre des conseils restreints qui supplantent les assemblées délibératives, le cimetière tend à être délaissé au profit de boutiques appartenant aux plus riches marchands de la ville ce qui est un signe de fermeture des instances communales que l’on observe dans la plupart des consulats méridionaux19, mais il n’en demeure pas moins le seul véritable espace civique.

  • 20 Procès Pons Biordon, témoignage de Guillaume de Collorgue : Que consilia interdum tenebantur in cl (...)
  • 21 Ibidem, témoignage de Renaud Félix, marchand : Procuratores et alii boni homines Balneolarum in op (...)
  • 22 Ibidem, témoignage de Jacques Fabre, laboureur : Ipse loquens fuit presens in pluribus consiliis t (...)
  • 23 Registre de Guillaume de Collorgue, notaire de Bagnols (AD du Gard, 2 E 14-18, fol. 153) : le 3 se (...)

6À Bagnols-sur-Cèze, ville qui ne possède pas de consulat mais où la communauté est représentée par quatre procureurs élus pour un an, la place ne joue pas non plus de rôle institutionnel déterminant. Les assemblées délibératives se tiennent dans l’église paroissiale et, plus fréquemment encore, dans le cloître qui lui est attenant : c’est par exemple dans ce cloître qu’en février 1383, les procureurs de la ville réunissent 77 chefs de famille pour réaffirmer le soutien de l’universitas à son seigneur légitime, Guillaume de Beaufort, vicomte de Turenne, et leur opposition aux Tuchins. Comme à Pont-Saint-Esprit, il faut sans doute distinguer entre de larges assemblées qui peuvent être convoquées par les procureurs pour obtenir un consentement populaire à de nouvelles charges fiscales ou à la conduite des affaires de la ville et des conseils plus restreints qui s’occupent de la gestion ordinaire de la communauté. Là encore, en l’absence d’une demeure consulaire, ce sont les ouvroirs et boutiques des drapiers et autres marchands qui se substituent à l’espace institutionnel et remplissent le rôle occasionnel de salle de conseil. Cette situation n’est sans doute que le reflet de la confiscation des offices communaux opérée par ce qu’il convient d’appeler, avec quelque précaution, une « oligarchie » urbaine. Toutefois, il est frappant de constater que les boutiques choisies pour accueillir les conseils de la ville sont de préférence situées sur la place publique de Bagnols-sur-Cèze : c’est ce que précise Guillaume de Collorgue, notaire royal, en rappelant que les délibérations se tenaient, soit dans le cloître de l’église paroissiale, soit dans des boutiques situées sur la place20. La dimension économique et l’aspect politique semblent se rejoindre ici, puisque parmi les ateliers servant de lieu habituel pour les réunions du conseil on trouve celui de Pons de Bonvent, drapier21, et celui de Guillaume de Mondeville, autre drapier et procureur de Bagnols22. Il semble pourtant que s’attache déjà à cette place une fonction symbolique, à la fois comme lieu d’autorité et comme espace de contestation de cette même autorité. S’y trouvait en effet la demeure de l’ancien viguier seigneurial, Pierre Daniel, qui y tenait les sessions de la cour de justice ; or, après la vente de cette bâtisse à un marchand de la ville, Rostaing d’Arles, elle continue à servir de cour seigneuriale et accueille, en outre, une partie des réunions du conseil restreint23. Ainsi, sur un plan institutionnel quoi-qu’encore informel, la place publique commence à être ressentie comme le lieu de la représentation politique, celui des prises de décision plus que des grands rassemblements, l’ouvroir étant de ce point de vue un endroit stratégique qui assure la communication entre l’espace privé et l’espace public par excellence que constitue la place, un peu à la manière des loggia des palais nobiliaires italiens. Il est possible que s’impose peu à peu une répartition des tâches entre les espaces distincts que représentent l’église paroissiale et les boutiques attenantes à la place : à l’église, les assemblées délibératives que les procureurs sont parfois contraints de convoquer ; à la place, les réunions du conseil dont le fonctionnement mêle logique publique et intérêts privés. Cette dimension politique que la place gagne peu à peu semble toutefois n’être que la conséquence de son rôle comme lieu d’échanges et de relations sociales.

La parole et le geste : naissance d’un espace public

  • 24 Beaune C., « La rumeur dans le Journal du Bourgeois de Paris », La circulation des nouvelles au Mo (...)
  • 25 Procès Pons Biordon, témoignage de Guillaume Bouquier, bourgeois : Ipse loquens audivit per villam (...)
  • 26 Procès Pons Biordon, témoignage de Jean Coq, marchand de Bagnols : audivit protunc in platea dicti (...)
  • 27 Ibidem, témoignage de Jean Richard, cordonnier : Ipse loquens erat in platea Balneolarum et audivi (...)

7Les deux places abritent en effet un marché hebdomadaire que fréquentent aussi bien les citadins que les paysans des villages environnants et elles sont de ce fait un élément primordial dans la transmission des nouvelles et des informations, que celles-ci soient de nature publique ou qu’elles relèvent de la rumeur. Analysant la naissance de cette rumeur à travers le Journal du Bourgeois de Paris, Colette Beaune notait qu’il s’agissait avant tout d’un « phénomène de plein air24 » qui circulait dans les rues et adoptait comme lieu préférentiel les places au moment des exécutions publiques. À Pont-Saint-Esprit comme à Bagnols, les modalités d’apparition et de propagation de ces rumeurs ne semblent guère différentes et ont le plus souvent pour lieu d’origine la place publique à la fois en raison de la tenue du marché qui assure l’interface entre milieu citadin et communautés paysannes et des proclamations royales ou communales qui s’y déroulent. La place ne constitue pas, loin de là, le seul endroit où le héraut vient, au son de la trompe, rendre publiques les décisions du roi, de la cour seigneuriale ou des autorités de la ville : elle est pourtant le seul repère spatial que les habitants sont capables de donner lorsque, interrogés quelques années plus tard, on leur demande de préciser où et quand telle ou telle sentence a été portée à leur connaissance25. Bien plus que les portes de l’enceinte où sont pourtant faites de telles proclamations, c’est la place qui s’impose dans l’imaginaire collectif et la représentation des citadins comme des ruraux comme l’espace de la parole publique. Si les proclamations faites aux portes de l’enceinte permettent d’englober l’ensemble du territoire urbain et de le définir dans sa plénitude, les témoins ont bien conscience que c’est au cœur de la ville que s’implante le politique ; et les villageois des environs adhèrent pleinement à ce modèle puisque c’est sur la place et non aux portes de la ville qu’ils viennent prendre connaissance des ordres royaux. C’est sur la place de Bagnols que furent publiées les lettres de Charles VI portant révocation de la gabelle du sel et d’autres impositions26 et c’est sur cette même place que l’un des procureurs qui était aussi notaire donna lecture des lettres de défi adressées à la communauté par l’un des représentants du seigneur de la ville, le vicomte de Turenne27. La place s’impose ainsi comme le cadre matériel d’une parole d’autorité mais elle devient aussi par les réactions que fait naître cette parole le cadre par excellence du dialogue et de la construction d’une opinion publique. De même que les conversations des badauds parisiens au pied de l’échafaud alimentent une rumeur qui se répand dans la ville, de même les commentaires que font citadins et villageois des ordonnances qui leur sont lues transforment la place en un lieu d’échanges de nature politique. C’est donc par la parole plus que par les institutions que les habitants se réapproprient la place et lui donnent sa véritable dimension politique.

  • 28 Ibidem, témoignage de PierreTholoyer, prêtre : Ipse loquens dici audivit ab eodem domino Bernardo (...)

8Ou plutôt, par la parole, le regard et le geste dans la mesure où la place publique est une scène au sens quasi-théâtral du terme. Elle est ce lieu où toute discussion est soumise à l’approbation ou à la critique, où chaque comportement se dévoile au regard de tous, où chaque attitude acquiert un sens politique précisément parce qu’elle est montrée. Cet aspect de la place est mis en exergue à l’occasion de témoignages recueillis lors d’un procès mû contre l’universitas de Bagnols-sur-Cèze et ayant précisément pour objet d’évaluer sa part de responsabilité dans le Tuchinat. Comme il est de coutume dans ce genre d’enquêtes, les commissaires demandent systématiquement aux témoins de préciser par qui et dans quel cadre ont été proférées les paroles ou accomplis les actes qui permettent de fonder la fama. Les individus interrogés ne donnent pas toujours, loin s’en faut, de précision spatiale mais lorsqu’ils le font, deux lieux seulement interviennent dans la construction de cette renommée : les tavernes et la place publique28, deux espaces où précisément se déploie une parole qui n’est pas seulement privée mais prend une signification particulière parce qu’elle est prononcée devant témoins.

  • 29 À Pont-Saint-Esprit, il s’agit de la rue de la Calade qui compte les auberges du cheval vermeil et (...)
  • 30 Procès Pons Biordon, témoignage de Romanet Giraud, aubergiste : Et protunc audivit dici in dicto l (...)

9De même que l’injure au sein d’une taverne est l’une des sources du crime médiéval, la parole publique peut révéler des tensions latentes et être à l’origine de confrontations violentes. D’ailleurs, dans les deux villes, tavernes et places publiques sont topographiquement liées, les auberges se regroupant dans la rue principale dont le débouché demeure justement la place29. À Pont-Saint-Esprit, les menaces lancées en place publique contre la communauté des habitants par un arbalétrier venu en garnison sont immédiatement rapportées dans la ville et se révèlent être à l’origine d’une prise d’armes des Spiripontains qui contraint à la fuite le représentant du roi30. Le même phénomène se retrouve à Bagnols-sur-Cèze comme à Pont-Saint-Esprit : à Bagnols, la lecture publique du défi lancé à la ville par le lieutenant du vicomte de Turenne est vécue comme un geste irréversible qui ne peut avoir comme réponse que la lutte armée de toute l’universitas contre celui qui, par lettres interposées, investit militairement la place ; à Pont-Saint-Esprit, les menaces adressées par un soldat ne débouchent sur la confrontation que parce qu’elles s’inscrivent au sein d’une place qui, symboliquement, représente la communauté. La place est donc bien cet espace où tout se dit et tout se joue, au sens propre comme au sens figuré et où, plus qu’ailleurs, la parole et le geste sont sous surveillance.

Les étendards de la révolte : la place comme scène du dialogue politique

  • 31 Le Goff J. (éd.), La ville en France au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1980, p. 215.

10Elle est également ce point de rencontre et de confrontation, parfois aussi de défi et d’alliance, entre populations citadines et paysans des villages environnants qui, en certaines occasions, sont à même de se réapproprier ce modèle culturel de la place publique pour en faire la caisse de résonance de leurs propres revendications. Cet aspect est particulièrement sensible dans le cadre de la révolte des Tuchins qui, par bien des aspects, s’apparente à un mouvement paysan d’autodéfense émanant des communautés villageoises disséminées aux alentours de Bagnols-sur-Cèze et de Pont-Saint-Esprit. Or, à l’évidence, si les Tuchins tiennent la campagne, ils manquent cruellement d’une scène politique qui leur permettrait d’imposer leur présence au cœur de la ville et d’y faire entendre leur voix. Les Tuchins en effet, à l’instar de tous les révoltés, cherchent à nouer un dialogue de nature politique avec les autorités et la lisibilité de leur mouvement passe par la réoccupation symbolique de l’espace urbain et de ses « points chauds », au sens que Jacques Le Goff donne à ce terme, à savoir des lieux qui « exercent sur les citadins un pouvoir d’attraction (ou de répulsion) qui fait monter la tension autour d’eux31 ». L’occupation de cet espace par les Tuchins se fait au moyen d’opérations complexes qui visent à réinstaller une parole et une attitude de contestation au sein même de la ville, de manière à contraindre le pouvoir seigneurial et royal à s’engager dans la voie du dialogue.

  • 32 Procès Pons Biordon, témoignage de Raymond Gorde, marchand de sel : Et vidit ipse loquens quod dic (...)
  • 33 Ibidem, témoignage de Pierre Lambert, moine clunisien : Ipse loquens vidit in platea sancti saturn (...)

11À Pont-Saint-Esprit, l’entrée des compagnies militaires mises sur pied par les Tuchins est en partie une réponse à la démonstration de force organisée par les élites de la ville sous la forme d’un passage en revue – une montre – des soldats venus en renfort mater une émeute des « populaires ». Cette « montre » avait précisément eu lieu sur le Plan Saint-Esprit32, vaste espace opérant la jonction entre le pouvoir seigneurial et la communauté des habitants puisqu’il se situe entre l’église du prieuré clunisien et l’église paroissiale ce qui, aux yeux des autorités, permettait de déployer un dispositif militaire au cœur de l’espace urbain. Mais cette présence massive d’hommes en armes sur le Plan Saint-Esprit ne pouvait à l’inverse être perçue par les « populaires » que comme une prise de pouvoir brutale s’inscrivant dans l’un de leurs rares lieux de rassemblement. L’arrivée en force des Tuchins, largement soutenus par les populares dont plusieurs rallient leurs troupes, leur permet de se réapproprier cet espace symbolique, de s’y montrer en armes et d’opposer au langage conciliateur des moines clunisiens celui de la révolte. C’est en effet sur cette place qu’un vieil homme qui se trouve en compagnie de Tuchins en armes est interpellé par l’un des moines du prieuré clunisien qui lui dit que, en considération de son grand âge, il ferait mieux de s’occuper de ses vignes plutôt que de se mêler de révolte. Ce à quoi, le Tuchin lui rétorque de se taire parce que lui et ses compagnons allaient purifier et arracher les mauvaises herbes qui se trouvaient entre les bonnes33. Il s’agit bien en l’occurrence d’un défi public lancé à une parole d’autorité qui relève à la fois de l’ordre ecclésiastique et de l’ordre seigneurial, le prieuré clunisien étant co-seigneur de la ville. Cette admonestation lancée par le Tuchin au moine qui l’apostrophe a pour but de signifier la prise de possession par les révoltés de ce lieu symbolique que constitue la place : qui est maître de la place est aussi maître de la parole qui s’y déploie et il ne reste plus au moine que la voie du silence.

  • 34 Procès Pons Biordon, témoignage de Maître Guillaume de Collorgue, notaire : dixit que ulterius quo (...)
  • 35 Ibidem, témoignage de Raymond de Valle, clerc : Ipse loquente et quibusdam aliis tuchinis in plate (...)
  • 36 Ibidem, témoignage de Jean Richard, cordonnier : adhiciens quod, tuchinis in villa Balneolarum exi (...)
  • 37 Ibidem, témoignage de Martin Abrilhat, aubergiste : dictus dominus vicecomes intravit villam Balne (...)
  • 38 Ibidem, témoignage de Pierre de Mondeville, drapier : dixit vercheria et quidam alii tuchini erant (...)

12L’entrée des Tuchins à Bagnols-sur-Cèze adopte un mode plus ritualisé et plus théâtralisé encore et prend la forme d’un véritable défilé militaire. Les compagnies villageoises entrent dans la ville par la porte de Bourgneuf, située au sud, remontent sur toute sa longueur la rue Droite qui est l’artère principale de Bagnols et débouchent en bon ordre sur la place. Les Tuchins sont pour certains à cheval et pour d’autres à pied, ils se font annoncer à grand renfort de trompettes et de tambours34 ce qui contribue à créer un environnement sonore qui leur est favorable et ils se font précéder d’étendards qui donnent à leurs bandes l’allure de compagnies militaires. Tout dans ce déploiement concourt à présenter les Tuchins sous la forme d’une armée régulière et disciplinée, clairement identifiable par ses bannières et aux antipodes de cette image de bandes de gueux dépenaillés qu’au même moment la propagande royale tente de mettre en avant. Cette occupation par les Tuchins des endroits stratégiques de la ville – à savoir la place publique et la rue Droite – est un message fort adressé en direction de trois groupes distincts : envers les « populaires » de la ville d’abord qu’il s’agit de faire basculer dans le camp des Tuchins en démontrant la capacité des révoltés à s’inscrire au cœur du tissu urbain ; envers l’oligarchie municipale ensuite de manière à l’inciter à laisser les révoltés agir à l’intérieur de la ville et s’en servir comme un lieu de refuge pour les hommes et de recel pour le butin ; envers le vicomte de Turenne enfin qui est à la fois le seigneur de la ville et le représentant du roi dans la région pour le contraindre à engager des négociations. Or, cette théâtralisation de l’entrée des Tuchins et leur occupation de la place publique remplissent parfaitement ces objectifs en faisant publiquement des révoltés des interlocuteurs incontournables pour le pouvoir communal comme pour le pouvoir seigneurial et royal. Par cette opération, les Tuchins parviennent même à déplacer temporairement le centre du pouvoir politique à l’intérieur de la ville. Ils ont en effet pris soin d’opérer leur entrée à un moment où le vicomte de Turenne se trouvait en personne à Bagnols et leur démonstration provoque un changement total dans l’attitude du vicomte. Alors que ce dernier, quelques semaines auparavant, les avait traités par le plus profond mépris allant jusqu’à les appeler « ribauds35 », il accepte lors de l’entrée solennelle des Tuchins de venir sur leur terrain, celui de la rue et de la place publique et pousse la conciliation jusqu’à inspecter leurs bannières36. Il amorce même le dialogue avec les capitaines tuchins directement dans la rue37 avant de ramener les négociations vers un espace fermé qu’il maîtrise mieux politiquement, en invitant les capitaines à venir parler avec lui et boire de son vin38 dans sa propre demeure qui ne se situe ni sur la place, ni sur la rue Droite. À la logique des Tuchins qui, faute de lieu institutionnel, s’approprient l’espace public pour en faire la scène de leurs revendications, s’oppose l’attitude du vicomte qui recourt à un lieu fermé pour mieux enclore les discussions et circonvenir les capitaines tuchins : la parole d’autorité ne pouvant s’affirmer sur la place publique, elle choisit alors de devenir secrète.

  • 39 Sur l’importance de la fête du Palio comme rappel de la soumission des bourgs du contado siennois, (...)

13L’irruption des Tuchins, dont la majorité est issue des villages environnants, dans les rues de Bagnols-sur-Cèze s’apparente à une revanche de l’arrière-pays sur la ville et la présence des étendards paysans sur la place publique rapproche leur entrée d’une fête du Palio à rebours au cours de laquelle les représentants du contado viendraient, non pas réaffirmer leur soumission et leur intégration à un espace politiquement dominé par la ville39, mais s’emparer d’un espace public qu’ils ne peuvent constituer au sein de leurs communautés paysannes. L’insertion en ville des bannières villageoises, parce qu’elle s’accompagne d’une prise d’armes et d’une démonstration de force, n’est pas ici un rite d’humiliation et d’appartenance mais devient prise de possession temporaire du seul espace où peut se déployer une parole publique qui s’exprime autant par des signaux visuels que par des proclamations. Ce n’est qu’au prix de ce rituel que la place de Bagnols peut devenir le lieu où s’amorce un dialogue entre Tuchins et autorités.

Contrôler la place

  • 40 Procès Pons Biordon, témoignage de Laurent Raynouard, drapier : Quadam die, ipse loquente existent (...)
  • 41 Ibidem, témoignage de Guillaume Tenchurier, chaussier : Et accessit ad presentiam dictorum vercher (...)
  • 42 Ibidem, témoignage de Jacques Brunet le jeune, épicier : Ipse loquens vidit in platea Balneolarum (...)
  • 43 Procès Pons Biordon, témoignage de Guillaume de Collorgue, notaire : Ipse loquens juxta plateam Ba (...)

14Durant tout le temps que court la révolte, la place publique de Bagnols-sur-Cèze devient alors le lieu de rassemblement des Tuchins, celui où ils s’exhibent volontiers en armes afin de prendre possession d’une ville dans laquelle, parce que paysans, ils demeurent fondamentalement étrangers. Elle est aussi ce lieu de passage et d’échanges où les citadins sont à même de les observer, de les entendre et d’entrer en contact avec eux40. Elle est enfin ce lieu où toutes les transactions sont possibles parce que garanties par un regard et une présence extérieure : c’est ainsi que la place sert à traiter de la libération des prisonniers et du paiement de leur rançon, la parole donnée publiquement ne pouvant alors être reprise41. Toutefois, pour que la place demeure un espace possible de dialogue entre Tuchins et autorités de la ville, elle se doit de demeurer un espace de paix dont la violence est strictement exclue. L’occupation militaire de cette place par les Tuchins n’avait pu fonctionner en tant que rituel politique inversé que parce qu’il ne s’était accompagné d’aucun débordement ; mais il devait suffire que le sang – tabou à l’intérieur de l’enceinte – coule sur la place pour que la situation se retourne. Un jour de marché en effet, plusieurs Tuchins s’en prennent à des habitants de la ville, dont une femme42, et cette irruption de la violence et du sang au sein de l’espace public provoque une rupture entre les révoltés et la communauté urbaine qui, jusque-là, les a soutenus. Preuve sans doute que, malgré l’acculturation de ces paysans et leur capacité à comprendre l’importance symbolique de la place dans sa dimension politique, ils ne maîtrisent pas nécessairement tous les codes de l’urbanité qui en font un lieu quasi-sacré et consacré ce qui, précisément, le constituait en espace de dialogue. Il ne reste plus alors au viguier seigneurial et aux autorités communales qu’à signifier aux Tuchins leur exclusion de l’espace urbain pour avoir transgressé ce tabou qui fait idéalement de la place un lieu interdit au déchaînement de la violence privée. Et c’est d’ailleurs sur cette même place dont ils avaient pris possession que les Tuchins s’entendent signifier que l’accès à la ville leur est désormais interdit43 : lieu initial de leur intégration à l’intérieur d’un espace politique, elle devient alors le lieu de leur bannissement et la place se referme sur eux.

15À travers cette analyse de la révolte des Tuchins et de la façon dont des communautés paysannes s’approprient un modèle culturel élaboré en milieu urbain, la place publique révèle sa double capacité d’intégration et d’exclusion. Parce qu’elle est un lieu d’échanges, elle permet la transmission, non pas seulement d’informations, mais aussi de modèles de comportements dont s’imprègnent les paysans. C’est précisément parce que la place publique a été construite par les citadins comme lieu de déploiement et de contestation de la parole d’autorité que les Tuchins peuvent se la réapproprier et inscrire sa prise de possession au cœur de leur action politique. Mais, au-delà de leur exclusion finale qui révèle les distorsions entre les objectifs poursuivis par les communautés paysannes et ceux des oligarchies urbaines, l’utilisation de la place publique par les Tuchins au cours de leur révolte, indique que sa dimension d’espace de dialogue politique est pleinement comprise et partagée en dehors même de la communauté urbaine qui lui donne vie.

16Cette place publique des communautés languedociennes n’est pourtant pas un espace civique à proprement parler et ne possède de dimension politique que par la construction qu’opèrent citadins et ruraux. Nul projet urbanistique, nulle maison communale ne vient ni à Bagnols-sur-Cèze, ni à Pont-Saint-Esprit consacrer la place comme lieu de débat ou de rassemblement. Mais il y a lieu de se demander si la matérialisation de la place civique ne constitue pas d’une certaine manière sa fossilisation au travers de rituels, certes toujours signifiants, mais néanmoins figés. N’est-ce pas au contraire dans l’absence d’un espace institutionnalisé, où l’on ne s’exprime que par codes, qu’un dialogue informel et accessible à tous – y compris à ceux qui ne maîtrisent pas parfaitement les règles de l’urbanité – peut s’établir ? Ce que la place publique languedocienne perd en termes de monumentalité, elle le gagne en tant qu’espace vivant, ce qui lui permet aussi de devenir le lieu de confrontation entre une ville et sa campagne, moins maîtrisée et moins dominée que peut l’être le contado des cités italiennes.

Notes

1 Question abordée notamment par Heers J., Espaces publics, espaces privés dans la ville. Le Liber Terminorum de Bologne (1294), Paris, 1984. Pour une reprise générale du débat, voir Crouzet-Pavan E., « Pour le bien commun… À propos des politiques urbaines dans l’Italie communale », in Id., Pouvoir et édilité : les grands chantiers dans l’Italie communale et seigneuriale, Rome, 2003, p. 11-40.

2 Boucheron P., Le pouvoir de bâtir : urbanisme et politique édilitaire à Milan (xive-xve siècles), Rome, 1998, p. 386. Sur le rôle de la place publique, voir notamment Heers J., « Les villes d’Italie centrale et l’urbanisme : origines et affirmation d’une politique (environ 1200-1350) », MEFRM, 101/1, 1989, p. 67-93 et Racine P., « Naissance de la place civique en Italie », in J. Heers (éd.), Fortifications, portes de ville, places publiques dans le monde méditerranéen, Paris, 1985, p. 301-322.

3 Heers J., Espaces publics op. cit., p. 136.

4 Sur ce modèle, voir Boucheron P.,« Del’urbanismecommunalàl’urbanismeseigneurial :cités,territoires et édilité publique en Italie du nord (xiiie-xve siècles) », in Crouzet-Pavan E. (éd.), Pouvoir et édilité… op. cit., p. 41-77.

5 Gouron A., « Diffusion des consulats méridionaux et expansion du droit romain aux xiie et xiiie siècles », Bibliothèque de l’École des chartes, cii, 1941, p. 51-108. Rappelons que le consulat est attesté entre 1081 et 1085 à Pise mais qu’il n’apparaît à Avignon qu’en 1129, à Arles et à Béziers qu’en 1131.

6 Guiraud L., « Recherches topographiques sur Montpellier au Moyen Âge », Mémoires de la société archéologique de Montpellier, 2e série, t. i, 1899.

7 Sur l’exclusion par les autorités communales des boucheries du cœur politique de la cité, voir notamment Heers J., « Les villes d’Italie centrale et l’urbanisme… » qui s’appuie en particulier sur l’exemple de Florence où, en 1319, les bouchers durent quitter le bourg des santi apostoli et se déplacer à l’extérieur de la vieille enceinte.

8 Garcia A., Le cérémonial consulaire de Montpellier (xve siècle) : la religion civique et les rituels urbains, mémoire de maîtrise dactylographié, université Paul-Valéry Montpellier III, 2003. Je remercie vivement Patrick Gilli d’avoir bien voulu m’associer au jury de soutenance de ce mémoire.

9 Crouzet-Pavan E., « Pour le bien commun… », p.27.

10 Béraud P., Histoire de la ville de Bagnols-sur-Cèze, Nîmes, 1941, p. 36.

11 Exemple cité par Heers J., « Les villes d’Italie centrale et l’urbanisme… ».

12 Sur la révolte desTuchins, que l’on me permette de renvoyer à mes propres travaux : Challet V., Mundare et auferre malas erbas : la révolte des tuchins en Languedoc, thèse de doctorat, université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2002 (à paraître) et Challet V., « La révolte des Tuchins : banditisme social ou sociabilité villageoise ? », Médiévales, 34, 1998, p. 101-112.

13 Gouron M., Histoire de la ville du Pont-saint-Esprit, Nîmes, 1934, p. 179-190.

14 Béraud P., Histoire de la ville de Bagnols-sur-Cèze, Nîmes, 1941.

15 Hubert E., Espace urbain et habitat à Rome du xe siècle à la fin du xiiie siècle, Rome, 1990, p. 112-113.

16 Heers J., La ville au Moyen Âge en occident : paysages, pouvoirs et conflits, Paris, Fayard, 1990, p. 388-390.

17 A. M. de Bagnols-sur-Cèze, FF 11 et FF 11 bis, procès engagé par Pons Biordon, syndic de PontSaint-Esprit mais agissant à titre individuel, contre la communauté de Bagnols-sur-Cèze pour son aide apportée aux Tuchins lors de la prise du château d’Aiguèze qui lui appartenait (désormais abrégé en procès Pons Biordon). Sur ce procès, voir Challet V., Mundare et auferre malas erbas… vol. i, p. 345-440. Témoignage de Jacques Barre, marchand de Pont-Saint-Esprit : Dixit verum esse quod dictus Poncius Biordonis fuit sindicus dicti loci Sancti Saturnini ; et ipse loquens in electione et creatione eiusdem fuit presens ut dixit in simiterio (sic) ecclesie parrochialis dicti loci.

18 Sur les institutions communales de Pont-Saint-Esprit, voir Gouron M., op. cit., p. 240-245. On sait néanmoins que la distance initiale qui séparait un syndic d’un consul eut tendance à diminuer par extension des pouvoirs et des compétences administratives des syndics.

19 Voir par exemple Hébert M., Tarascon au xive siècle : histoire d’une communauté urbaine provençale, Aixen-Provence, Edisud, 1979, p. 112-131.

20 Procès Pons Biordon, témoignage de Guillaume de Collorgue : Que consilia interdum tenebantur in claustro ecclesie parrochialis dicte ville et aliquociens in certis operatoriis juxta plateam scituatis.

21 Ibidem, témoignage de Renaud Félix, marchand : Procuratores et alii boni homines Balneolarum in operatorio Poncii de Bonivento vel in claustro eclesie parrochialis tenuerunt quoddam consilium.

22 Ibidem, témoignage de Jacques Fabre, laboureur : Ipse loquens fuit presens in pluribus consiliis tenutis per universitatem Balneolarum, tam in ecclesia dicti loci quam in hospicio guillermi de Mondevilla et platea et in aliis certis partibus dicti loci.

23 Registre de Guillaume de Collorgue, notaire de Bagnols (AD du Gard, 2 E 14-18, fol. 153) : le 3 septembre 1380, Pierre Daniel reconnaît avoir reçu de Rostaing d’Arles la somme de cent cinquante florins d’or pour la vente de cette maison. Procès Pons Biordon, témoignage de Jacques Brunet le jeune, épicier de Bagnols : Ipse loquens erat in hospicio Rostagni de arelate juxta plateam scituato, ubi protunc curia dicti loci tenebatur per Petrum danielis locumtenentem dicti vicarii. Enfin, acte passé par les procureurs de Bagnols in hospicio Rostagni de arelate, de platea, que olim fuit Petri danielis, in quo interdum curia dicti domini comitis et vicecomitis tenetur.

24 Beaune C., « La rumeur dans le Journal du Bourgeois de Paris », La circulation des nouvelles au Moyen Âge, XXIVe congrès de la SHMES (Avignon, juin 1993), Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 194.

25 Procès Pons Biordon, témoignage de Guillaume Bouquier, bourgeois : Ipse loquens audivit per villam Balneolarum publice et voce tube preconisari per preconem curie dicti loci vocatum Lo Rascas, ex parte dicti domini vicecomitis turenne, domini Balneolarum, tam in platea Balneolarum quam locis consuetis

26 Procès Pons Biordon, témoignage de Jean Coq, marchand de Bagnols : audivit protunc in platea dicti loci preconisari quod gabella salis et indictio erant revocate virtute certarum litterarum regiarum.

27 Ibidem, témoignage de Jean Richard, cordonnier : Ipse loquens erat in platea Balneolarum et audivit ibidem legi per magistrum Fredolum Raynaudi, notarium, quasdam litteras in papiro scriptas…

28 Ibidem, témoignage de PierreTholoyer, prêtre : Ipse loquens dici audivit ab eodem domino Bernardo in platea Balneolarum et ante operatorium quod tenet ibidem Johannes coqui. Témoignage de Pierre de Mondeville, drapier : Ipse loquens in platea Balneolarum et in aliis partibus ville predicte, audivit dici per intervalla temporis.

29 À Pont-Saint-Esprit, il s’agit de la rue de la Calade qui compte les auberges du cheval vermeil et de La couronne ; à Bagnols-sur-Cèze, c’est la rue Droite où se trouvent les tavernes de La couronne et de L’Écu de France.

30 Procès Pons Biordon, témoignage de Romanet Giraud, aubergiste : Et protunc audivit dici in dicto loco sancti saturnini publice quod unus ex albalesteriis predicti loci de Mornacio qui ibidem cum dicto domino guillermo venerat, dixerat in platea dicti loci guillermo guiguerloni macellario dicti loci sancti saturnini quod opportebat ut homines ipsius loci sancti saturnini facerent bonas excubias in eodem loco ; alioquin quod ipse et alii socii sui projecterent ipsos homines de sancto saturnino ad terram de meniis ipsius loci ; et quod dictus macellarius predicta dixerat pluribus dicti loci et simul accesserant ad Petrum vanhacii, locumtenentem vicarii pro tunc dicti loci et dixerant eidem predicta. Et quod dictus locumtenens in armis cum aliis dicti loci fecerat excubias per menia ipsius loci.

31 Le Goff J. (éd.), La ville en France au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1980, p. 215.

32 Procès Pons Biordon, témoignage de Raymond Gorde, marchand de sel : Et vidit ipse loquens quod dictus dominus guillermus cum suis gentibus quadam die in plano sancti spiritus sive platea prope ecclesiam sancti spiritus suam mostram fecit.

33 Ibidem, témoignage de Pierre Lambert, moine clunisien : Ipse loquens vidit in platea sancti saturnini de Portu aliquos tuchinos […] inter quos vidit quendam hominum valde senem cui ipse loquens dixit quod melius esset ei, attenta eius senectute et aliis attendendis, ut unam putatoriam teneret in manu aut suam vineam foderet, quam quia (sic) factum tuchinatus sequebatur. cui ipse tuchinus respondit quod taceret quia ipse et socii sui mundarent et auferrent malas erbas que erant inter bonas.

34 Procès Pons Biordon, témoignage de Maître Guillaume de Collorgue, notaire : dixit que ulterius quod, dictus loquens audivit quendam namphilum, eo subito apparuerunt in platea Balneolarum plures tuchini, tam eques quam pedites, inter quos erat, ut dicebatur, Ferragutus capitaneus dictorum tuchinorum, cum sua societate cum vexillis erectis, qui tuchini intraverant per portale de Peyreriis.

35 Ibidem, témoignage de Raymond de Valle, clerc : Ipse loquente et quibusdam aliis tuchinis in platea Balneolarum existentibus, dominus vicecomes turenne cum tribus armorum hominibus, bassinetos defferentibus, intravit dictum locum Balneolis ; et, videns ipsum loquentem et alios predictos, petiit ibidem qui erant illi ribaudi, loquendo de ipsis tuchinis.

36 Ibidem, témoignage de Jean Richard, cordonnier : adhiciens quod, tuchinis in villa Balneolarum existentibus et portantibus eorum estandars que esse dicebantur Bernardi Regis et vercherie, dictus dominus vicecomes turenne, dominus dicte ville, duabus vicibus per intervalla temporis intravit cum suis gentibus ipsam villam, una vice per portale Fratrum Minorum et altera per portale de La Polagieyra, ut dici audivit. Et tunc, qualibet vice, ipse loquens vidit dictum dominum vicecomitem transire per carreriam rectam Balneolarum ubi protunc existebant in ipsa carreria standarda predicta, que inspexit ipse dominus vicecomes. Témoignage de Bertrand Fanabregal, laboureur : quia dictus dominus vicecomes non prohibuerat dictos tuchinos ibidem receptare, licet ut asserebatur eos vidisset in platea Balneolarum cum namphilibus sonantibus.

37 Ibidem, témoignage de Martin Abrilhat, aubergiste : dictus dominus vicecomes intravit villam Balneolarum et eadem die expost, vidit ipse loquens ibidem vercheriam et nonnullos alios tuchinos. Quem vercheriam vidit loqui in carreria recta Balneolarum et ante hospicium Lucie de sabrano cum dicto domino vicecomite.

38 Ibidem, témoignage de Pierre de Mondeville, drapier : dixit vercheria et quidam alii tuchini erant in villa Balneolarum et eadem die dominus vicecomes turenne intravit dictam villam Balneolarum et ipso loquente existente in platea dicte ville, vidit ibidem dictum vercheriam qui vocabat sex de sociis suis ut irent secum ad hospicium dicti domini vicecomitis, nam ipse dominus vicecomes volebat loqui secum. Et demum eadem die, ipse loquens dici audivit ab eodem Vercheria quod ipse loqutus fuerat cum dicto domino vicecomite et biberat de eius vino cum eodem.

39 Sur l’importance de la fête du Palio comme rappel de la soumission des bourgs du contado siennois, voir Redon O., L’espace d’une cité. sienne et le pays siennois (xiiie-xive siècles), Rome, 1994.

40 Procès Pons Biordon, témoignage de Laurent Raynouard, drapier : Quadam die, ipse loquente existente in platea dicti loci, audivit dici a vercheria capitaneo tuchinorum in platea Balneolarum quod ipse fuerat loqutus cum dicto domino vicecomite turenne.

41 Ibidem, témoignage de Guillaume Tenchurier, chaussier : Et accessit ad presentiam dictorum vercherie et Bernardi et, audito quod dictus Bertrandus adhuc vivebat, tractavit cum eisdem financiam cum dicto Bertrando et concordavit cum eisdem in platea publica dicti loci Balneolarum, presentibus Martino Penchenati compatre ipsius loquentis, Raynaudo Felicis, Poncio saletonis et pluribus aliis personis, in sexaginta florenis auri, omnibus computatis

42 Ibidem, témoignage de Jacques Brunet le jeune, épicier : Ipse loquens vidit in platea Balneolarum plures tuchinos qui certis personis extraneis que ad mercatum dicti loci venerant videlicet uxori Poncii Ricardi de conaucio et magistro Johanne de vilhacio eius genero et Raymundo Bize dicti loci de Balneolis, plura opprobria dixerunt et eos ibidem vulneraverunt. Témoignage de Maître Antoine de Cours, notaire : quandam rixam in qua ut dicebatur quidam tuchinus, vulneraverat in platea dicti loci quendam notarium de conaucio. Témoignage de Pons de Bonvent, drapier : Et nunquam vidit alicui per dictos tuchinos inferri aliquam molestiam nisi uno semel quod tholergonus et quidam alter tuchinus in platea dicti loci ante macellum vulneraverunt in brachio uxorem Poncii Ricardi et quemdam notarium de conaucio, eo quia ipsos tuchinos reprehendebant.

43 Procès Pons Biordon, témoignage de Guillaume de Collorgue, notaire : Ipse loquens juxta plateam Balneolarum vidit quod dictus Petrus danielis, locumtenens dicti vicarii, et Johannes coqui capitaneus prohibuerunt Johanni vercherie et Bernardo Regis, capitaneis dictorum tuchinorum ibidem tunc existentibus, ne de cetero ipsi seu eorum socii intrarent dictam villam sed ab eadem exirent.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540