Version classiqueVersion mobile

Galions engloutis

 | 
Pierre Frantz
, 
Isabelle Moindrot
, 
Florence Naugrette

Transformation ou permanence du personnage claudélien1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est la première fois de ma vie que je me trouve confrontée à une difficulté imprévue, absurde : l’obligation de constater la faiblesse ou peut-être le néant de la question que je me suis proposée à moi-même. Je tiens pour peu ou même pour rien le fait que la question m’ait été suggérée : l’essentiel est que je l’ai adoptée avec assez d’enthousiasme pour accepter de vous la proposer à mon tour.

La question telle que je me la suis posée ne vaut pas : il n’y a pas de transformation du personnage de Claudel. J’ai été, je pense, égarée par le fait que dans le théâtre de Hugo, dont je me suis naguère beaucoup occupée, comme dans le théâtre de Corneille, la conversion du personnage m’est apparue décisive : un virage bord sur bord, comme ce qu’on appelle au ski, et dans la pensée religieuse, une conversion : Hernani miraculé par Charles Quint, Marie Tudor, soudain saisie par la perspective de la mort violente, celle de son favori qu’elle a elle-même ordonnée, et criant : « Je ne veux pas q...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search