Version classiqueVersion mobile

Galions engloutis

 | 
Pierre Frantz
, 
Isabelle Moindrot
, 
Florence Naugrette

Gautier ou l’anti-vaudeville1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’automne 1843, le Tout-Paris de la presse, de la littérature et des arts s’esclaffe sans retenue : Gautier, ce Gautier qui écrivait il y a peu : « Il n’y a qu’un seul vaudeville… je doute que ce vaudeville ait jamais existé2 », ce Gautier élitiste, hostile à toute littérature bassement populaire, commet un vaudeville, et – un comble ! – il le signe ; les mœurs littéraires du temps autorisaient tout écrivain qui considérait qu’il avait fait un ouvrage indigne de son talent et de sa renommée à ne pas le signer. Ainsi avait fait Hugo avec une Amy Robsart trop proche de Walter Scott (mais devant l’orage et les sifflets, il se nomma).

Le rêve du théâtre

Le 7 mars 1843, la première des Burgraves, succès d’estime plus que tiède, sonne le glas du drame romantique. Les représentations suivantes précisent le désastre. Cette vue de l’histoire en parallèle avec le temps présent, où circule un sentiment puissant des problèmes du pouvoir, apparaît périmée, surtout dans l’image excessive qu’en do...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search