Version classiqueVersion mobile

Galions engloutis

 | 
Pierre Frantz
, 
Isabelle Moindrot
, 
Florence Naugrette

Musset, l’art et l’artiste1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quand Musset reçoit des mains de George Sand la « scène historique », qui, sous sa plume deviendra Lorenzaccio, son premier geste est de se saisir des Mémoires de Benvenuto Cellini. Pourtant dans le canevas de Sand, l’art ne joue aucun rôle. Musset voit dans ce petit texte ce que George Sand y voyait elle-même : la chance de dire, sous le couvert de la Renaissance, ce qu’est le rôle politique et, mieux encore, la place de l’« intellectuel » dans la France de 1830. Mais Musset a besoin de parler du problème de l’art : c’est sa préoccupation dans ces années. Non que cette pensée n’appartienne qu’à lui. Elle paraît obséder non seulement sa génération mais celle qui l’a précédé. Comme si la question de la culture était devenue centrale… Ce qu’il serait bien intéressant d’interroger avec quelque précision.

Musset reprend la problématique qui était la sienne dans André del Sarto, et déjà dans Les Vœux stériles : l’intérêt du XVIe siècle est de montrer non pas l’heureuse floraison de l’art,...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search