Version classiqueVersion mobile

Galions engloutis

 | 
Pierre Frantz
, 
Isabelle Moindrot
, 
Florence Naugrette

Le retour à Corneille au début du XIXe siècle1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après la relative désaffection dont souffrait Corneille au XVIIIe siècle, la situation se retourne et on le voit refleurir dès les premières années du siècle suivant. Le célèbre critique du Journal de l’Empire, Geoffroy, dira en 1806 :

Après un siècle presque entier d’indifférence et d’injustice, Corneille reparaît, aussi brillant que dans les plus beaux jours de sa gloire […]. Il semble que le destin de ce grand homme soit d’être plus vivement senti lorsque les esprits exaltés par les dissensions civiles sont plus disposés aux grands objets, aux idées graves et solides.

On ne saurait mieux dire. Le retour à Corneille est perceptible au succès que rencontrent les pièces dans ce qui est le théâtre des classiques, la Comédie-Française.

Une victime immédiate de ce succès, c’est le célèbre commentaire que Voltaire fit du théâtre de Corneille. Que pensait Voltaire ?

Comment a-t-on pu préférer à un homme tel que Racine, un rabâcheur de si mauvais goût, qui, jusque dans ses plus beaux morceaux...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search