Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces d'échanges en Méditerranée

 | 
François Clément
, 
John Tolan
, 
Jérôme Wilgaux

Première partie. Le port

Phalasarna : un port antique, un espace d’échanges en Méditerranée*

Manolis I. Stefanakis

Texte intégral

  • * Je voudrais exprimer tous mes remerciements au Dr. Elpida Hadjidaki pour m’avoir permis de présent (...)
  • 1 Ptolémée 3.15.2 ; Pline, HN, 4.61.
  • 2 Strabon 10.4.2.
  • 3 Les fouilles systématiques de Phalasarna ont commencé en 1986, sous la direction du Dr. Elpida Had (...)

1Les ruines de l’ancienne Phalasarna se trouvent sur la côte la plus occidentale de la Crète, au fond du cap Kώρυκος ἄκρα1 ou Kίµαρος2, actuelle Gramvousa, dans le golfe de Livadi (fig. 1)3.

  • 4 Nowicki 2000, p. 222 ; Hajidaki 1992, p. 244, 247 ; Hadjidaki 1988, p. 467, et n. 11.
  • 5 Hadjidaki 2001, p. 155.
  • 6 Hadjidaki 1988, p. 467. Tζεδάκης 1969, p. 433-434.
  • 7 Hadjidaki 2001, p. 155.
  • 8 En général, pour l’histoire de Phalasarna voir Hadjidaki 2001 ; IC ii, xix (Phalasarna), p. 219-22 (...)

2La région semble être habitée dès l’époque minoenne, et un petit nombre de fragments de vases du Minoen moyen ont été trouvés sur les flancs des montagnes voisines, à 500 m environ de l’espace archéologique4et du bassin portuaire5 (fig. 2). Au vie siècle av. J.-C. la ville de Phalasarna se présente déjà comme une cité organisée, comme le montrent les trouvailles de la nécropole archaïque6 et les résidus archéo-botaniques de la zone portuaire7, et son existence perdure jusqu’au ier siècle av. J.-C.8. L’acropole se trouve au sommet (90 m) de la péninsule rocheuse de Koutri. La plus grande partie de la cité s’étend au sud et au sud-est du flanc de la péninsule et à son pied se trouve également le port, tous les deux invisibles pour les bateaux qui naviguent au large. Le port de Phalasarna est intégré dans les fortifications de la ville. Il est protégé par quatre tours défensives, qui sont liées les unes aux autres par une série de murs maritimes et de quais.

  • 9 Periplous 47, 14-16 : « ὡς ἀκρτηρίῳ ἐστὶ πρώτη πόλις πρὸς ἥλιoν δυόµενoν ἡ πρoειρημένη Φαλασρνα κα (...)
  • 10 Descriptio Graeciae 118-122 : « Φασὶ δ᾽ἐν Kρήτῃ πόλιν εἶναι Φαλάσαρνα κειμένην πρὸς ἥλιoν δύνoντα, (...)
  • 11 Periplous maris magnis 336.1-2 : « …Aπὸ Bιέννoυ εἰς Φαλάσαρναν στάδιoι σξῥ ὅρμoς ἐστὶν ἐμπόριoν πό (...)
  • 12 Les analyses géomorphologiques (Pirazzoli et al. 1992, p. 387) montrent que le port ne fonctionnai (...)

3Phalasarna est la plus ancienne ville maritime connue en Crète, puisque Skylax la mentionne dès 350 av. J.-C.9. Des écrivains ultérieurs, comme Denys fils de Kalliphon (iie siècle ap. J.-C.)10 et l’auteur anonyme du stadiasmus maris magni11, mentionnent également son célèbre port, même si leur référence, comme les enquêtes récentes l’ont démontré, a été anachronique12.

  • 13 Xατζηάκη et al. 1996, p. 40. Concernant l’histoire de Polyrrhénia, voir Gondicas 1988, p. 222-233.
  • 14 Hadjidaki 2001, p. 155 ; Hatzidaki et al. 1996, p. 38-41 ; Chaniotis 1996, p. 179-182 ; Mαρκoυλάκη (...)

4Le fait que Skylax connaissait déjà, au milieu du ive siècle av. J.-C., l’existence de la ville et de son port « fermé » et, d’autre part, la richesse des trouvailles funéraires, la construction des murs et des tours de fortification entre 330-320 av. J.-C., sans oublier le début soudain de son monnayage à la fin du ive siècle av. J.-C., montrent que pendant la période hellénistique Phalasarna était l’une des cités-États les plus puissantes de la Crète. Il est probable que c’est au cours du ive siècle av. J.-C. qu’elle acquit son indépendance vis-à-vis de la ville voisine de Polyrrhénia, qui dominait la région pendant la période classique13. Phalasarna devient une ville prospère vers la fin du siècle, comme en témoigne le traité d’alliance avec Polyrrhénia (qui date du du 1er quart du iiie siècle av. J.-C.)14, grâce au développement de ses activités commerciales, entretenues avec des régions qui s’étendaient du nord de la mer d’Égée jusqu’à la Méditerranée occidentale.

  • 15 Plutarque, Vie de Pompée 29.1.3-2.1 : « … ὁ γὰρ Mέτελλoς στρατηγὸς εἰς Kρήτην ἐπέμφθη Δευτέρα γάρ (...)
  • 16 Hadjidaki 2001, p. 159 ; Pirazzoli et al. 1992, p. 377 ; Xατζηδάκη 1992, p. 567 ; Hadjidaki 1990, (...)
  • 17 Pour le blocage du canal et sa relation avec l’invasion romaine voir Hadjidaki 2001, p. 159 ; Fros (...)

5Cette prospérité ne dura pas cependant, et s’acheva brusquement par la destruction de la ville, probablement en 67 avant J.-C., lors de la campagne de Metellus contre les pirates de la région15. Des traces de cette destruction, et plus particulièrement du blocage du canal qui conduisait au port, ont été découvertes à l’entrée du port pendant les fouilles de 198716. Il est probable qu’avant son arrivée à Kydonia, Metellus a détruit Phalasarna et son port afin de ne pas laisser derrière lui un port hostile, qui se trouvait à distance d’un jour de traversée. Cet acte est conforme à la pratique des Romains qui punissaient par des destructions leurs ennemis au début d’une campagne, afin de faire un exemple et de décourager de cette manière une résistance éventuelle lors des opérations ultérieures17.

  • 18 Pirazzoli et al. 1992, p. 386-7.
  • 19 Frost 1997, p. 111-112 ; Hadjidaki 1988, p. 468 et n. 22.

6Après la destruction de la ville, il y a peu de traces d’une nouvelle occupation du site puisque le port, qui en constituait la partie la plus importante, n’est plus utilisé. L’alluvionnement du port a eu lieu pendant un intervalle très bref à la suite du blocage de son entrée18. Une petite cité, découverte en 1987 à quatre kilomètres au sud de la ville de Phalasarna, survit probablement dans la région pendant la période romaine19.

  • 20 Ammien Marcellin, 26.10.15 : « qualis nec fabulae nec ueridicae nobis antiquitates exponunt ». Pou (...)
  • 21 Pirazzoli et al. 1992, p. 372-3, 387, avec toute la bibliographie correspondante. Voir de plus Had (...)

7Une seconde catastrophe survient le 21 juillet 365, et anéantit totalement les dernières traces de la ville, donnant le dernier coup à la destruction définitive du port. Le plus grand tremblement de terre connu historiquement en Méditerranée (Ammien Marcellin en a été le témoin direct) s’accompagne d’un gigantesque raz-de-marée qui détruit tout sur son passage, ainsi que d’une surrection de la Crète occidentale, de sorte que le port de Phalasarna est désormais bien au-dessus du niveau de la mer. Ammien Marcellin évoque l’ampleur des destructions, « telles que ni les fables ni l’histoire authentique de l’Antiquité ne nous en rapportent de semblables20 ». Les recherches sismologiques et les datations au carbone 14 confirment que ce tremblement de terre a eu lieu en 1530 (± 40) années avant notre ère (1950), c’est-à-dire vers 365 ap. J.-C. Il a été provoqué par la collision entre les plaques tectoniques africaine et égéenne et par le glissement de la première sous la deuxième, à l’ouest de la Crète, élevant dès lors la côte occidentale de l’île de 6 à 9 mètres au-dessus du niveau de la mer (fig. 3)21.

  • 22 Pashley R., Travels in Crete ii, London, 1837, p. 64-69.
  • 23 Spratt 1865, p. 227-235. Voir aussi frost 1997, p. 107.

8Après le séisme de 365 ap. J.-C., Phalasarna semble être abandonnée définitivement. Au Moyen Âge, sa localisation reste inconnue et ce n’est qu’en 1837 que le voyageur anglais R. Pashley localise et identifie les ruines de la ville, mais non celles du port qui se situait à plus de 100 m de la mer22. Cependant, en 1860, T.A.B. Spratt, un autre voyageur anglais, a pu identifier ces installations portuaires23.

  • 24 Celles-ci sont d’ailleurs des caractéristiques essentielles pour une étude diachronique. Les aspec (...)

9Les fouilles qui ont été effectuées montrent que Phalasarna fut un centre important de contacts et d’échanges commerciaux, financiers, culturels, artistiques, ainsi que de connaissances sur la construction des ports24. Dans cette présentation, nous nous intéresserons plus particulièrement à la céramique trouvée lors des fouilles, aux monnaies émises par la cité, aux activités de piraterie et de commerce des esclaves, à l’architecture défensive, aux donations de grands souverains et, enfin, à l’architecture portuaire.

Les biens d’un port commercial

La céramique

  • 25 La nécropole s’étend sur environ 500 m. De 1837, date de la redécouverte de Phalasarna par Pashley (...)

10La céramique, à la fois domestique et rituelle, qu’a livré jusqu’à présent Phalasarna, est importante aussi bien quantitativement que qualitativement. Elle permet de tirer des conclusions sur les relations commerciales de la ville et sur son épanouissement économique et culturel. La majorité des tessons retrouvés provient du port, mais la stratigraphie de Phalasarna a été sérieusement perturbée par les catastrophes subies par la ville, le tsunami en particulier, qui ont provoqué un déplacement des tessons vers cette zone portuaire. Des quantités appréciables de vases ont également été découvertes à proximité des deux tours défensives et dans la nécropole, qui se trouve au NE et à l’E des installations portuaires25.

11Les vases les plus anciens de la nécropole archaïque et classique sont des importations de Corinthe et surtout d’Athènes. Ont été plus particulièrement trouvés des aryballes corinthiens de la deuxième moitié du vie siècle (fig. 4) et des importations athéniennes, constituées de petites amphores et de skyphoi ionisants de la fin du vie siècle (fig. 5), de lécythes à figures noires du début du ve siècle, dont certains appartiennent à la production de l’atelier du Peintre d’Hémon, ainsi que de pélikai attiques à figures rouges du ive siècle (fig. 6).

  • 26 Pour la céramique provenant de la nécropole, voir Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 56 ; Xατζηδάκη 1 (...)

12D’importance également sont les découvertes provenant des tombes de la période hellénistique. La plus intéressante est une œnochoé trilobée du début de cette période, dont l’anse est ornée de deux têtes plastiques, d’un satyre et d’un jeune garçon. Dans un groupe de tombes fouillées en 1986 (3 inhumations dans des pithoi et deux inhumations simples), a été recueillie une série de vases remarquables, parmi lesquels des pélikai attiques à figures rouges (fig. 7), un skyphos à anse unique, qui contenait un petit vase skyphoïde, une chytra et une lampe, qui datent tous des années 320 avant J.-C.26.

13De la fouille d’une partie de la tour circulaire méridionale du port, proviennent des céramiques datant de la deuxième moitié du ive siècle, surtout des amphores chiotes, rhodiennes, de Mendé, de Péparéthos, de Cos et de Thasos (fig. 8a-b). On a aussi recueilli plusieurs vases à vernis noir, y compris des cratères, des skyphoi et des bols, ainsi que des tessons de vases domestiques non vernissés.

  • 27 Pour la céramique de la tour circulaire méridionale, cf. Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 55.

14Un fragment de cratère qui représente un jeune homme jouant de l’aulos double (fig. 8c), rappelle, en particulier dans le rendu de ses mains, des prototypes athéniens. On peut affirmer que c’est aussi le cas pour des tessons de skyphoi recouverts d’un vernis noir métallique, de plats ornés de palmettes inscrites dans un cercle fait d’ovules (fig. 9)27.

  • 28 Voir Mαρκoλάκη 1997, p. 76, 78, 101. Pour une autre interprétation (Héraklès et l’Hydre de Lerne), (...)
  • 29 Pour la céramique de la tour carrée septentrionale, cf. Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 55-56 ; Fr (...)

15La tour carrée septentrionale a aussi livré une grande quantité de céramique hellénistique. Il s’agit de fragments de vases gravés, ornés en pointillé et en rehauts blancs du type Western slope. D’une beauté particulière sont les tessons d’un vase orné en cannelures et en rehauts blancs, représentant des fruits. Un autre vase représente Jason combattant le dragon (fig. 10)28. L’engobe est d’un noir brillant et la pâte a une couleur rose-jaune. Le vase décoré également de cannelures profondes a des anses enroulées. Il appartient, selon toute probabilité, à la production d’un atelier crétois actif avant 250 av. J.-C. On a aussi trouvé des skyphoi à parois fines et décoration en relief, des éros ailés entourés de motifs végétaux (fig. 11), et des scènes de combat. Ces skyphoi présentent bien des similitudes avec les skyphoi en relief provenant de l’Agora d’Athènes et datant du milieu du iie siècle av. J.-C.29

  • 30 Hadjidaki 1998b, p. 475.
  • 31 Xατζηδάκη 1998α, p. 589 ; Xατζηδάκη 1994/1996, p. 234.

16La zone portuaire a livré l’anse double d’une amphore de Cos, datant du iie-ier siècle av. J.-C., et un plat à vernis noir, décoré en pointillé et datant du deuxième quart du ive siècle30. A côté de la base d’une table (peut-être un autel), a été trouvé, posé sur le sol, un disque en argent, avec deux serpents aux têtes dorées, recouverts d’un skyphos mégarien en argent, décoré d’une rosette à neuf palmettes dans le médaillon, datant de la fin du iie ou du début du ier siècle av. J.-C.31

  • 32 Hadjidaki 1990, p. 360 ; Hadjidaki 1988, p. 476.

17La céramique punique que l’on a trouvée dans le port est contemporaine de la céramique de la république romaine de la région du Vésuve, qui date du iie et ier siècle av. J.-C. Les couches archéologiques d’où provient cette céramique sont moins profondes que les couches de la période hellénistique tardive et elles sont en relation avec la destruction du port par les Romains32.

18La céramique fouillée dans le site de Phalasarna présente deux caractéristiques :

  • 33 Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 57.
  • 34 Eγγλέζoυ et Mαρκoυλάκη 1997, p. 15.

19Un groupe important de vases est produit localement. Les vases les plus fréquents pendant toute la période hellénistique sont les vases domestiques à parois grossières (des chytrai, des poêles etc.), mais on trouve également dans cette catégorie des vases à pâte fine, de couleur gris-brun ou roseâtre-jaune, à shadings roseâtres ou grises, qui contiennent de minimes quantités de mica. Dans l’échelle Mansell, les qualités de la pâte coïncident avec celles des pâtes attiques. Il s’agit de vases fabriqués dans des ateliers locaux qui imitent avec succès des prototypes athéniens. Ce fait montre que déjà à partir du ive siècle, Phalasarna possédait des ateliers capables de produire des vases proches des vases athéniens, tant du point de vue de la qualité que des caractéristiques techniques33. L’iconographie des pélikai à figures rouges est marquée dans les années 350-320 par l’influence athénienne et ce constat peut être généralisé à l’ensemble de la Crète. Les importations attiques, aussi bien que les imitations locales des formes attiques, se retrouvent souvent pendant la période classique tardive de la Crète34.

  • 35 Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 58-59.
  • 36 Mαρκoυλάη 1997, p. 102-104.
  • 37 Eγγλέζoυ et Mαρκoυλάη 1997, p. 16.

20Pour la période 250-175 av. J.-C., on trouve des vases issus des ateliers locaux, pour la plupart des amphores décorées de cannelures et de médaillons en relief, appelés Plakettenvasen35, apparemment d’inspiration égyptienne, mais adaptées aux goûts crétois36. On note aussi la présence de la décoration du type Western slope, qui domine en Crète au iiie siècle37.

  • 38 Tζανακάκη 1997, p. 20-21.
  • 39 Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 57 ; Stefanakis 1999, p. 254 ; Selon Strabon (10.4.5 ; 5.5.1) et P (...)
  • 40 Nous connaissons bien les relations entre Phalassarna et l’Egypte Ptolémaïque. Voir Σκόρδoυ 1997, (...)

21Le port de Phalasarna, était ouvert, déjà au ve siècle, à des importations – vases corinthiens et attiques –, tandis qu’à partir du ive et jusqu’au ier siècle av. J.-C., la ville se trouve en contact, outre Athènes et Corinthe, avec un grand nombre de cités de la mer Egée, notamment Chios, Rhodes, Péparéthos, Cos et Thasos. La céramique corinthienne et attique importée se limite aux vases d’usage domestique et décoratif, dont la forme la plus courante est la péliké à figures rouges, continuant ainsi la tradition des importations attiques en Crète entamée au début du ve siècle38. Ces pélikai sont fabriquées dans des ateliers attiques à la fin du ive siècle, presque exclusivement pour exportation ; la Crète en reçoit. Il est également connu que la Crète occidentale possède une valeur stratégique appréciable pour Athènes, puisqu’elle se trouve sur la route maritime qui, à travers le cap Ténare et Cythère conduit, après un voyage de deux jours, à la Cyrénaïque, aux productions céréalières d’Afrique du Nord et à l’Egypte39. Par ailleurs, au milieu du ive siècle, Athènes conclut des traités commerciaux avec plusieurs cités crétoises, dont Kydonia à l’ouest. Il n’est pas donc fortuit que la majorité des pélikai proviennent de la partie la plus occidentale de la préfecture, l’éparchie de Kissamos40

22La céramique hellénistique provenant d’autres sites de la mer Egée et de la Méditerranée est également directement liée au commerce des denrées, ce qui signifie que Phalasarna était, pour les grandes cités commerciales de la période hellénistique, une station commerciale importante, jouant peut-être le rôle de revendeur.

Monnaies

  • 41 Concernant le début du monnayage en Crète, voir Stefanakis 1999, p. 257-264, avec toute la bibliog (...)
  • 42 Le Rider 1966, p. 198 ; Pour les types des monnaies de Phalasarna en général, voir Svoronos 1890, (...)
  • 43 La tête figurée sur l’avers est parfois identifiée à la déesse crétoise Vritomartis, ou à la nymph (...)

23C’est surtout vers le deuxième quart du ve siècle av. J.-C., soit un siècle après l’introduction du monnayage en Méditerranée, que le monnayage crétois a commencé. Kydonia, Gortyne, Phaistos et Lyttos sont les premières cités crétoises à avoir inauguré cette pratique41. La cité de Phalasarna commence à frapper ses premières monnaies en argent avec 100 ans de retard42. Ses premiers statères sont en effet frappés durant la deuxième moitié du ive siècle av. J.-C. et probablement après 330 av. J.-C., période de prospérité de la ville. Les types de ses statères sont les suivants : au droit (fig. 12), le profil droit d’une tête féminine, portant des boucles d’oreilles et un bandeau autour de la tête, et au revers (fig. 13), un trident orné de deux palmettes, avec les lettres Phi et A entre les dents. Il est probable que la divinité figurée sur les monnaies de la ville est la divinité locale, Artémis Dictynna43.

  • 44 Le rider 1966, p. 117-119. Il faut préciser que la pratique de la surfrappe était employée dans la (...)

24Ces premières émissions étaient presque exclusivement surfrappées sur des tétradrachmes et didrachmes de Cyrénaïque, ce qui montre l’afflux considérable des pièces cyrénaïques en Crète44.

  • 45 On a parfois voulu distinguer tétroboles et trioboles argiens en séparant têtes et protomés, vrais (...)
  • 46 Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 56, n. 12 et fig. 12.

25En outre, au début du iiie siècle av. J.-C., Phalasarna a frappé des drachmes et des hémidrachmes en argent, qui étaient également surfrappées sur des monnaies étrangères. Dans bien des cas nous pouvons identifier les traces des types originels sur les monnaies de Phalasarna. Ainsi, pour la frappe des drachmes, ils ont souvent utilisé comme flans des didrachmes cyrénaïques, tandis que pour la frappe des hémidrachmes, ils ont utilisé comme flans des trioboles d’Argos, ce qui montre les relations entre Phalasarna et la Grèce continentale. Selon nos connaissances actuelles, tous les exemplaires d’hémidrachmes, portent au droit des traces du buste de loup des trioboles d’Argos, tandis qu’au revers ils portent la lettre A dans un carré creux, accompagnée d’une multitude de symboles différents45. Il n’est donc pas étonnant qu’une triobole d’Argos aux mêmes types, daté entre 282 et 278 av. J.-C., a été trouvé lors des fouilles de la tour qui se trouve au nord-ouest du port46.

  • 47 Stefanakis 2000, p. 202-203. Pour la diminution des émissions des monnaies d’argent des villes cré (...)
  • 48 Deux monnaies de bronze du type de dophin/Ф, (voir Svoronos 1890, p. 217, 14-18, pl. xxv, 15-19) o (...)

26Vers 270 av. J.-C., les cités crétoises, dont Phalasarna, cessent d’émettre des monnaies d’argent, sans doute tout simplement par manque de métal47. Ainsi, pendant la période suivante, jusqu’à la fin de son indépendance, Phalasarna n’a frappé que des monnaies de bronze (fig.14). Les types des premières monnaies de bronze de Phalasarna sont semblables à ceux de ses monnaies d’argent, tandis que vers la fin de son monnayage un dauphin, symbole maritime, figure au droit, à la place de la tête féminine48. Pendant la période romaine, Phalasarna n’a pas frappé monnaie.

  • 49 Toυράτσoγλoυ 1995, p. 50 (Keratokambos 1992) : 2 statères ; ibid, p. 42-47 (Crète sud-centrale ( ? (...)
  • 50 Stefanakis 2000, p. 196-197 ; Toυράτσoγλoυ 1995, p. 22, α ; Le Rider 1966, p. 128-9.
  • 51 Stefanakis 1999, p. 259-260 ; Stefanakis 1997, p. 130-135 ; McDonald D., « Mercenaries and the mov (...)
  • 52 Pour les relations monétaires entre la Crète et l’Afrique du Nord, voir en particulier Stefanakis (...)
  • 53 Στεφανάκης M.I., « Πoλυρρήνια, Oρειoι και Kάνδανoς. Mια σχέση τoυ τρίτoυ αιώνα π.X. », Πεπραγμέ τo (...)

27Les monnaies étrangères utilisées comme flans à Phalasarna nous offrent un témoignage important sur la datation de son monnayage d’argent et sur ses échanges économiques. Un grand afflux de monnaies cyrénaïques est observé sur l’île entre 300-280/90 av. J.-C.49Les statères de Gortyne, de Phaistos, de Polyrrhénia, de Phalasarna, probablement de Priansos et de Hersonissos, ont utilisé comme flans des tétradrachmes et drachmes de Cyrène, ainsi que des tétradrachmes de Barké, tétradrachmes qui constituent presque la moitié des monnaies étrangères surfrappées en Crète50.Cela montre les relations intenses entre les villes crétoises et la côte lybienne, phénomène qui s’explique soit par le retour des mercenaires, dont sans doute des Phalasarniens, sur l’île après 320 av. J.-C.51, soit par les contacts du roi Magas de Cyrène et des Ptolémées d’Égypte avec la Crète, particulièrement avec la partie occidentale de l’île au début du iiie siècle av. J.-C.52 Il est possible que Phalasarna, comme les cités de Gortyne, des Oréioi, de Kantanos et de Polyrrhénia53, entretenaient des relations avec le roi Magas.

  • 54 Pour les monnaies d’Argos trouvées dans les trésors crétois, voir Stefanakis 1997, p. 118 ; τουράτ (...)
  • 55 Concernant le poids crétois pendant le iiie siècle av. J.-C., voir Stefanakis 1999, p. 260-261.
  • 56 Stefanakis 1997, p. 118 ; IGCH 130 ; Hackens T., « À propos de la circulation monétaire dans le Pé (...)
  • 57 Stefanakis 1997, p. 118 ; Le Rider 1966, p. 188, 198.

28Vers la fin du ive et au début du iiie siècle av. J.-C., a lieu en Crète un afflux considérable des hémidrachmes d’Argos, comme le prouve leur présence dans les trésors et leur emploi comme flans par plusieurs villes crétoises54. Leur poids est équivalent à celui des hémidrachmes crétois55. Certaines monnaies sur frappées d’Argos portent un croissant de lune comme symbole. Ces émissions d’Argos se retrouvent dans les trésors du Péloponnèse qui ont été enfouis au début du iiie siècle av. J.-C.56 Le Rider date avec raison les monnaies pseudo-éginétiques de Kydonia, surfrappées sur les monnaies d’Argos, d’un peu avant ou vers 280 av. J.-C., en constatant que cette datation valait pour les émissions correspondantes de Polyrrhénia et d’Aptéra57.

  • 58 Stefanakis 1999, p. 256-260 ; Stefanakis 1997, p. 138 ; Xανιώτης 1987, p. 267 ; Le Rider 1966, p. (...)

29Le commerce a probablement joué un rôle important dans l’importation d’argent en Crète et l’approvisionnement de l’île en numéraire étranger58. La présence sur l’île de monnaies étrangères va dans le sens de cette interprétation. Ainsi, l’importation, presque exclusivement en Crète occidentale, de monnaies d’argent d’Argos doit être considérée comme le résultat de l’activité commerciale de l’île à la fin du ive et au début du iiie siècle av. J.-C.

  • 59 Στεφανάκης M.I., « H τέχνη και oι καλλιτέχνες των Kρητικών νoμισμάτων » 9, 2002, p. 51 ; Stefanaki (...)
  • 60 Stefanakis 1997, p. 138 (bien que les relations commerciales avec le Péloponnèse ne soient pas pro (...)
  • 61 Le fait d’une part que des monnaies d’Argos aient été utilisées comme flans par trois autres cités (...)

30Les relations entretenues par les villes crétoises avec le Péloponnèse sont connues. Si on prend en considération les influences de l’iconographie du Péloponnèse sur l‘iconographie crétoise59, il est probable qu’il y ait eu des relations commerciales entre la Crète et le Péloponnèse, et en particulier entre la Crète occidentale et Argolide60. Le témoignage des monnaies surfrappées peut également montrer la sphère d’influence ou les relations commerciales entre la Crète et le Péloponnèse et plus spécialement entre Sicyone et les cités de la Crète centrale et orientale et entre Argos et les cités crétoises de l’ouest61.

  • 62 Le Rider 1966, 192.
  • 63 Macdonald D., 1996, « Mercenaries and the movement of silver to Crete in the late fourth century B (...)
  • 64 Diod. 20.104.1-3
  • 65 Mαρκoυλάκη Στ., « Στήλη Tυλίφoυ », Πεπραγμένα τoυ H᾿Διεθνoύς Kρητoλoγικoύ Eυνεδρίoυ, A1, Hράκλειo, (...)
  • 66 Buxton B., Diktynna. myth and Cult, (MA thesis), Victoria University of Wellington, 1995, p. 117.

31Des mercenaires crétois, de retour chez eux, ont également rapporté des monnaies péloponnésiennes62. Pensons plus particulièrement aux mercenaires recrutés par le Macédonien Polyperchon, adversaire de Cassandre, lors de sa période d’activité dans le Péloponnèse, à la fin du ive siècle63 ; ou bien aux mercenaires employés par le Spartiate Cléonymos en 303-302, lorsqu’il répondit à l’appel au secours lancé par Tarente contre les Lefkaniens (nous savons que Cléonymos a vogué vers l’Italie avec 5000 mercenaires, recrutés au Cap Ténare64). Le traité conclu entre les Polyrrhéniens et les Phalassarniens, suite à l’intervention de Cléonymos, au début du iiie siècle65, suggère une relation plus ancienne entre les cités de Crète occidentale et le Spartiate, et rend probable la contribution de leurs soldats à l’armée levée par ce dernier66.

Le butin des pirates et le marché des esclaves

  • 67 Xανιώτης 1987, p. 219-20.

32La piraterie était un domaine particulier de l’activité navale pendant l’époque classique et hellénistique en Crète. Selon Chaniotis, « les Crétois se tournent vers la piraterie à cause du surpeuplement, du manque de terre et surtout de leur éducation militaire, qui ne se satisfaisait pas d’activités paisibles. Dans cette société militaire, les nobles ne concevaient pas l’invasion violente et produle pillage comme du vol, mais comme un mode d’existence légitime, analogue par exemple à la chasse ou à la pêche ; la violence ainsi exercée, qui constituait une partie de l’éducation des adolescents, était la manifestation d’une supériorité guerrière et une occupation plus digne des citoyens qu’une activité manuelle, artisanale67 ».

  • 68 Brulé 1978, p. 102.
  • 69 Pour la pratique probable de la piraterie par les Crétois déjà depuis l’époque minoenne et ultérie (...)
  • 70 Arrien 3.6.3 ; Quinte-Curce 4.8.15. Bosworth 1975, p. 27-36.
  • 71 Mικρογιαννάκης 1967, p. 40.

33Même si la piraterie crétoise paraît être florissante depuis le milieu du iiie siècle av. J.-C.68, quelques faits indiquent déjà son existence pendant la deuxième moitié du ive siècle69 Si nous prenons en considération la mission d’Amphoteros, venu en mer Égée pour arrêter la piraterie70, nous pouvons émettre l’hypothèse que les Spartiates et les Perses encourageaient la piraterie crétoise, afin de gêner les communications d’Alexandre avec la Grèce continentale et d’enrayer son projet de faire de la Méditerranée orientale une mer macédonienne71.

  • 72 Concernant le commerce d’esclaves comme source d’un enrichissement rapide, voir de Souza 1999, p. (...)
  • 73 IG II2, 399 ; syll3, 535-37. Voir de Souza 1999, p. 67 et n. 93 ; Brulé 1978, p. 16-17.
  • 74 Brulé 1978, p. 16-7 ; Mικρογιαννάκης 1967, p. 42, 49-50.

34Le profit provenant de la vente d’esclaves était l’un des revenus les plus lucratifs72. Les victimes des guerres et des actes de piraterie étaient vendues en Crète à des acquéreurs locaux ou étrangers. Une inscription athénienne de 320 av. J.-C. honore le Kydonien Eurylohos, pour avoir libéré un grand nombre d’esclaves athéniens détenus en Crète et pour avoir permis, à ses propres frais, leur retour au pays73. Nous avons bien là une confirmation du marché des esclaves en Crète, bien évidemment approvisionné par la piraterie74.

  • 75 Pour le problème de la datation du traité passé entre Milet et des cités crétoises, et l’hypothèse (...)
  • 76 de Souza 1999, p. 62-3 ; id. 1993, p. 196-7 ; Petropoulou 1985, p. 68-72 ; Brulé 1978, p. 11-2 ; M (...)

35Si la piraterie a pu être exercée individuellement, des indications existent cependant que la piraterie a été encouragée par certaines cités pendant les premières décennies du iiie siècle av. J.-C. C’est ainsi qu’en 293/2 a. C, ou au milieu du iiie siècle75, un traité d’immunité est conclu entre la cité de Milet et 28 cités crétoises : les contractants s’engagent à interdire le commerce des personnes et à libérer les prisonniers milésiens détenus en Crète76.

  • 77 IC ii, x, 111 ; syll3, 535. Voir de Souza 1999, p. 62, 66-67 ; Chaniotis 1996, p. 448 et n. 2161 ; (...)
  • 78 IC ii, x, 110-111 ; syll 3, 536-7. Brulé 1978, p. 23
  • 79 Brulé 1978, p. 66-7.

36Selon deux décrets honorifiques athéniens, des années 228 et 217/6-196/5, le Kydonien Eumaridas77 et son fils Harmion,78 ont également dépensé de l’argent pour la libération des esclaves athéniens détenus en Crète. La piraterie crétoise prospère à la fin du iiie siècle av. J.-C., comme les douze incursions menées par des Crétois contre des cités égéennes le laissent supposer79.

  • 80 Polybe 7.11.9 ; 13.5.1 ; Polyen β.17.2 ; Plut. Arat. 4.50 ; voir Kreuter 1992, p. 55 ; Brulé 1978, (...)
  • 81 Diod. xxvii 3.1 ; Polybe xiii, 5.4 ; Polyen β.17,2. Sur la Guerre crétoise, voir de Souza 1999, p. (...)

37A la fin du iiie siècle av. J.-C., Philippe V de Macédoine, devenu le « protecteur » de la Crète en 217 av. J.-C., a encouragé la piraterie crétoise80. C’est probablement surtout après 205/4 qu’il finance les Crétois, les incitant à développer leurs activités, ce qui déclenche une guerre entre Rhodes et plusieurs cités crétoises, entre 205 et 200 av. J.-C.81.

  • 82 de Souza 1999, p. 68-69 ; Rigsby 1996, p. 297-325 ; Kreuter 1992, p. 57-61 ; Errington R.M., « Rom (...)
  • 83 Rigsby 1996, p. 289-290, 316-325 ; IC i, b (Arcades),53 et p.28 ; vi (Viannos),2 ; viii (Knossos), (...)
  • 84 Spyridakis (1970, p. 39) s’est trompé en émettant l’hypothèse d’une diminution de la piraterie cré (...)

38Le traité d’immunité de Teos avec plusieurs cités crétoises constitue une preuve supplémentaire de l’importance de la piraterie crétoise vers 204/3 ou 201 av. J.-C., étant donné que pas moins de dix-huit cités de l’île ont participé au traité82. Il n’est pas certain que la piraterie crétoise ait diminué après la guerre de 205-01 av. J.-C. La deuxième série de traités d’immunité entre Teos et les cités crétoises, vers 170 av. J.-C.83et la recrudescence du monnayage crétois dans les premières décennies du iie siècle, suggèrent plutôt le contraire84.

  • 85 Kικρoγιαννάκης 1967, p. 183.
  • 86 Walbank F., Philip V of macedon, Cambridge, 1940, p. 163ff. Selon Guarducci (IC i, praef. hist. p. (...)
  • 87 Selon Polybe (13.8.2, 1-2), Nabis « ἐκoινώνει μὲν γὰρ τoῖς Kρησὶ τῶν κατὰ θάλατταν λῃστειῶν ». Pou (...)
  • 88 Polybe 13.82 ; Tite-Live 34.32.18 ; 34.35.9 ; 34.36.3. Pour Nabis, roi de Sparte (207-192 av. J.-C (...)

39Il est probable que toutes les cités qui participaient au traité d’immunité de Teos exerçaient la piraterie85, encouragées en cela soit par Philippe V, soit par le tyran Nabis de Sparte, son allié pendant l’hiver de l’année 197 av. J.-C.86. Ce dernier s’est intéressé à la partie occidentale de l’île87, en exerçant probablement la piraterie en association avec les cités crétoises88.

  • 89 Voir par exemple IC ii, x (Cydonia), tit. 2 ; IC ii, (Polyrrhenia), tit. 3.
  • 90 Tite-Live 34.35.2-4.
  • 91 De Souza 1999, p. 86-92 ; Mικρoγιαννάκης 1967, p. 185.
  • 92 Tite-Live 34.35.20 sq.
  • 93 Polybe 22.15.1-6. Voir Stefanakis 1997, p. 210-213 ; Chaniotis 1996, p. 281-285 ; Spyridakis 1970, (...)

40Phalasarna était peut-être l’une des cités pirates à la fin du iiie siècle av. J.-C., puisqu’elle est mentionnée dans la première série de textes relatifs à l’immunité de Teos, en 204/3 ou 201 av. J.-C.89Dès que les Romains eurent mis un terme aux activités de piraterie de Nabis, avec la paix de 195/4 av. J.-C90, ils firent exactement ce que les Rhodiens avaient fait pour la partie orientale de l’île à la fin du iiie siècle av. J.-C : ils imposèrent l’ordre en Égée en réprimant la piraterie crétoise91. Un des termes de la reddition de Nabis était de cesser ses contacts avec la Crète et de livrer à Rome toutes les cités qu’il y possédait92. Rome s’occupa probablement encore davantage des affaires crétoises après la fin de la tyrannie de Nabis, en 192 av. J.-C. Nous ne savons pas si Phalasarna était l’une des cités « possédées » par Nabis, mais il est probable que ce fut le cas de Kydonia, ce qui pourrait expliquer ses relations avec Rome dans les années 180 et la guerre qu’elle mena contre Phalasarna à partir de 189 et remportée en 184 av. J.-C., en conformité ave le plan romain de répression de la piraterie93.

  • 94 Xανιώτης 1997, p. 267 ; sur la rançon payée pour la libération des esclaves, voir de Souza 1999, p (...)

41Tous ces éléments montrent que la Crète était réellement une base pour les opérations de piraterie et un marché d’esclaves au moins depuis le ive, et jusqu’au début du iie siècle av. J.-C., et que la mission d’Amphoteros et les traités d’immunité de Milet et de Teos avec plusieurs villes crétoises, ont eu pour but de protéger les voies de communication et de commerce contre les attaques des pirates. Les riches Kydoniens Eurylohos (fin du ive), Eumaridas et son fils Harmion (fin du iiie), étaient probablement des trafiquants d’esclaves qui sont intervenus pour la libération des prisonniers athéniens. C’est durant cette période qu’augmente également l’afflux d’argent en Crète, tandis que de grands commerçants, devenus très riches, prêtent de l’argent avec des intérêts élevés. Aux prêteurs de Crète recouraient aussi des cités étrangères comme Paros, afin de payer la rançon pour les prisonniers des incursions des pirates94.

  • 95 Stefanakis 1997, p. 263 ; Garraffo 1974, p. 61. Sur la piraterie en tant que forme d’activité écon (...)
  • 96 de Souza 1999, p. 141-148, 157-161 ; id., « Late Hellenistic Crete and the Roman Conquest », in Ca (...)

42Il semble que la piraterie ait été provisoirement contrôlée suite à l’intervention en Crète de Rhodes et de Rome. La réintroduction, cependant, du monnayage en Crète à la fin du iie siècle av. J.-C. est peut-être la conséquence des dettes que les Crétois recevaient de pirates ciliciens95. La campagne organisée et réussie des Romains au début du ier siècle av. J.-C., laquelle a également conduit à la destruction de Phalasarna, constitue le point culminant de la répression de la piraterie crétoise96.

  • 97 Geographica 10.4.9, 12-18.
  • 98 Vie de Pompée 24.1-3.
  • 99 mithridatica 96.
  • 100 Sur les raisons qui ont conduit Phalasarna à une activité intense après 168 av. J.-C., voir Hadjid (...)
  • 101 Concernant les sites-types pour les bases de pirates, avec des baies profondes et bien cachées, ai (...)

43Strabon97évoque les pirates crétois, qui avaient succédé aux Tyrrhéniens au début du iiie siècle av. J.-C., et qui constituaient avec les Ciliciens, les pirates les plus farouches de la Méditerranée. Plutarque98et Appien99, de plus, font référence à leurs rapides navires qui débouchaient des ports, fortifiés de tours et d’arsenaux. Les faits leur donnent raison. Le port de Phalasarna, grâce à son emplacement, pouvait constituer un centre d’opération de pirates idéal car le relief de la côte le cachait et, par conséquent, il était invisible aux bateaux qui passaient au large (fig. 2)100. Il était fortifié de tours et se trouvait situé sur une voie maritime qui comptait parmi les plus importantes, reliant la Grèce à l’Afrique du Nord101.

Un port, carrefour des arts et des idées  : l’architecture défensive et l’accumulation de richesses grâce aux donations de souverains

44Le mur qui entoure le pied de la colline Koutri (fig. 15), de l’ouest à l’est, protégeant ainsi la plus grande partie de la ville et de l’acropole, est conservé sur une longueur de 550 m. Le mur, qui est double, est construit en appareil rectangulaire pseudo-isodome, avec des blocs de grès, et se compose de trois tours défensives au moins. À certains endroits, il est conservé sur une hauteur de 5 m. Le système défensif entourant le port, avec les tours et le mur mitoyen, prolonge le mur en question.

  • 102 Hadjidaki 1990, p. 359 ; Hadjidaki 1988, p. 471-473.

45D’un grand intérêt est le double mur maritime qui relie la tour circulaire à la plus petite tour carrée qui se trouvait près de l’entrée du port (fig. 16). Le mur intérieur faisait probablement communiquer les deux tours tandis que le mur extérieur les entourait en les protégeant des vagues. L’espace vide qui se trouvait entre eux, d’une profondeur d’environ 2,5 m, était rempli de sédiments marins et se trouvait dans l’Antiquité sous la surface de la mer102.

  • 103 . Spratt 1865, p. 229.

46En outre, des vestiges de murs sont conservés sur une longueur de 600 m ; ils appartiennent à une série de fortifications qui se prolongeaient le long de la péninsule et qui protégeaient de cette manière le port et les autres bâtiments situés dans la plaine et autour du port. Les dessins de Spratt, réalisés au xixe siècle, en apportent la preuve (fig. 17)103.

  • 104 . Sur la tour circulaire méridionale, voir Hadjidaki 2001, p. 156 ; frost 1997, p. 108 ; Xατζηδάκη (...)

47La tour circulaire méridionale (fig. 18), d’un diamètre de 9 m., est conservée sur une hauteur de 4,5 m et se compose de murs croisés, qui divisent l’intérieur en quatre compartiments ; ceux-ci étaient remplis de gravier mêlé de terre et de tessons de céramique à figures rouges et à figures noires, qui servait à consolider le mur extérieur. Cette tour a été construite selon l’appareil isodome et son matériau de construction était le grès. Son euthyntérie était décorée d’une moulure (κυμάτιoν). Le polissage des blocs et la qualité du travail convergent pour une datation à la fin du ive siècle. Un réservoir d’eau, au contact de la tour circulaire, approvisionnait probablement la garde ou ravitaillait les bateaux104. Cette découverte est très importante puisque nous ne connaissons pas d’autres réservoirs d’eau faisant partie d’installations portuaires.

  • 105 . Hadjidaki 2001, p.156 ; Frost et Hadjidaki 1990, p.517-524 ; Xατζηδάκη 1989/90, p. 259.

48La tour carrée septentrionale (6,5 m de côté), est située à 100 m plus au nord et est presque au contact de la « porte septentrionale ». La fondation de cette tour et son euthyntérie, décorée d’une moulure semblable à celle de la tour circulaire méridionale, est la seule partie conservée105.

  • 106 Hadjidaki 2001, p. 157 ; Xατζηδάκη η 1998α, p. 589 ; Xατζηδάκη 1997, p. 697-9. Pour l’espace des a (...)

49A l’endroit où le double mur – dont le début se situe près de la tour septentrionale – rencontre les fortifications de l’acropole, se trouve une construction polygonale (fig. 21), partiellement fouillée, constituée d’un mur (d’une hauteur de 1,80 m) fait de pierres rectangulaires selon l’appareil isodome, ce qui contribue à la dater du ive siècle. Le mur s’infléchit à son extrémité nord et continue à l’ouest, avec un périmètre total de 20 m. Au nord de ce mur se trouve une rue pavée montante, qui constitue probablement une partie de la route principale qui relie le port à la ville et à l’acropole et qui traverse l’espace des ateliers106.

50La plus grande section de fortifications conservées se situe au nord du port. La plupart des blocs de pierre de cette section sont décorées de ciselures d’angle et proviennent des fortifications du ive siècle av. J.-C. Les fortifications septentrionales constituent la seule section des murs de la ville à avoir survécu au tremblement de terre de 365 av. J.-C., même si elles ont été sérieusement affectées par l’érosion naturelle.

  • 107 Les bienfaits des souverains de l’époque hellénistique sont bien connus ; ils avaient trois object (...)
  • 108 Ptolémée IV Philopator a subventionné la construction d’une partie de murs de Gortyne (Strabon 10. (...)

51Il est difficile d’accepter qu’une ville aussi petite que Phalasarna puisse disposer des ressources économiques nécessaires pour la construction de telles fortifications sans avoir recours à des donateurs étrangers107. Nous savons qu’un certain nombre de cités crétoises importantes, Gortyne par exemple, reçurent par la suite de la part de certains royaumes hellénistiques des aides pour la construction de fortifications108. Il est donc permis de penser qu’une puissance extérieure contribua également aux dépenses de Phalasarna. Une période probable est entre 334 et 331 av. J.-C., lors de la conquête de l’Empire perse par Alexandre le Grand. Les sources historiques nous apprennent que les cités de Crète ont alors été divisées, certaines combattant dans les armées d’Alexandre tandis que d’autres combattaient dans les rangs de son adversaire.

  • 109 En 333 av. J.-C., un important afflux d’argent est probablement parvenu en Crète, provenant des fo (...)
  • 110 Voir aussi Sekunda N., « H Фαλάσαρνα, oι Πέρσες και o M. Aλέξανδρoς », Kρητικό Πανόραμα 2, 12/2003 (...)

52Une expédition pour la libération des Grecs de l’influence macédonienne a commencé en 331 av. J.-C., quand le roi de Sparte, Agis, a mené contre Antipatros, régent d’Alexandre en Europe, un contingent constitué de mercenaires grecs rassemblés au Cap Ténare109. Phalasarna était le premier port crétois que les bateaux rencontraient en Crète lorsqu’ils se dirigeaient du cap Ténare vers les côtes de Libye ; il est donc probable que ces mêmes puissances qui s’opposèrent à Alexandre le Grand, fournirent l’argent nécessaire à la construction des fortifications110.

53Une deuxième phase de fortification est observée au cœur du port :

  • 111 Hadjidaki 2001, p. 156 ; Xατζηδάκη 1993, p. 554 ; Frost et Hadjidaki 1990, p. 517-521, où la sépar (...)
  • 112 Frost et Hadjidaki 1990, p. 525.

54Une tour rectangulaire (5 x 3m) a été construite à côté de la tour carrée, ultérieurement (fig. 19), comme le prouvent son appareil et son matériau de construction, souvent en remploi, alors que la tour carrée est soigneusement construite. La « porte septentrionale » y est conservée (fig. 20). Sa largeur est de 1 m, sa hauteur de 1,5 m. La hauteur de la tour rectangulaire est estimée à environ 5 m. Cette construction a été interprétée comme un acte d’urgence, dans un moment de péril, entre le iie et le début du ier siècle av. J.-C., comme l’atteste la céramique trouvée sur place111. A la suite de la destruction de la tour carrée du ive siècle, dont la cause nous échappe, les constructeurs ne se sont plus réellement soucié de l’homogénéité de leurs installations défensives112.

  • 113 Xατζηδάκη 1998α, p. 589 ; Xατζηδάκη 1994-1996, p. 233-235 ; Xατζηδάκη 1992, p. 567.

55Une section intéressante du double mur d’une épaisseur de 1 m et d’une hauteur d’environ 2 m a été dégagée à l’ouest de la tour rectangulaire septentrionale jusqu’aux fortifications du pied de la colline. Ce mur est également construit en appareil rectangulaire pseudo-isodome. Des matériaux provenant des murs du ive siècle av. J-C. ont été utilisés et sa fondation se trouve sous la surface initiale de la mer. Il était lié aux fortifications de la ville et séparait le port militaire du port secondaire. Un petit espace sacré avec une table d’offrandes a été trouvé en relation avec la section occidentale du mur en question113.

  • 114 Polybe 22.15.1-6 ; Chaniotis 1996, p. 281-285.
  • 115 Hadjidaki 2001, p. 157-158.
  • 116 Frost 1997, p. 110. La montée continue du niveau de la mer pendant cette période (Pirazzoli et al. (...)

56Ce mur a pu être construit lors d’une période de grand danger. Nous savons que durant la période hellénistique Phalasarna a souvent été menacée par les cités proches, plus puissantes, tout d’abord par Polyrrhénia, puis, vers 184 av. J-.C., par Kydonia114 ; les murs pourraient donc avoir été construits à ce moment-là115. Il est cependant possible également qu’ils aient été construits en 67 av. J.-C., quand la ville a été attaquée et détruite par les Romains116.

Architecture portuaire échanges d’idées en Méditerranée : Les ports de la Méditerranée, Phalasarna et les Phéniciens de l’Occident

  • 117 Sur les ports reliés à la ville par l’intermédiaire de murailles, voir Blackman 1982b, p. 193-4.
  • 118 Concernant la formation des ports à partir de bassins naturels, voir Blackman 1982b, p. 193.
  • 119 Pour le port militaire voir Hadjidaki 2001, p. 155-156 ; Xατζηδάκη 1992, p. 567 ; Hadjidaki 1990, (...)
  • 120 Concernant les trirèmes voir Morrison J.S., Coats J.F., The Athenian Trireme, Cambridge, 1986. Rou (...)

57Le port militaire de Phalasarna (fig. 21) communiquait avec la ville par l’intermédiaire des murs de fortification117 ; il s’agissait d’un bassin portuaire de 100x75m, aménagé à l’emplacement d’un ancien bassin118, aujourd’hui complètement comblé et situé 6,6 m au-dessus du niveau de la mer. Le fond calcaire du port se trouvait à 2 mètres au minimum en-dessous du niveau de la mer et présentait une pente de 3 degrés vers l’Est119 ; cette profondeur devait être suffisante pour les bateaux du ive siècle av. J-C, plus petits et plus légers que les trirèmes avec une capacité de fond de 1,20 m120.

  • 121 Sur les entrées étroites des ports anciens, voir Blackman 1982b, p. 194.
  • 122 Sur les problèmes des remblais et les solutions apportées, voir Blackman 1982b, p. 199.
  • 123 Hadjidaki 1990, p.360 ; Hadjidaki 1988, p.475-476 ; Pirazzoli et al. 1992, p. 382.

58Le port était relié à la mer par deux canaux. Le principal canal d’entrée avait une longueur de 120 m, une largeur de 10 m et une profondeur de 3,20 m par rapport au niveau de la mer121. Le canal secondaire communique avec le premier mais s’en détache et aboutit à la mer environ 100 m plus au nord. Son fond était beaucoup moins profond que le précédent, ce qui implique qu’il n’était guère navigable. Peut-être était-il utilisé pour éviter l’ensablement qui aurait pu obstruer le port, ou bien pour permettre l’accostage de petites barques122. Les deux canaux sont d’origine naturelle, mais le principal a été élargi et creusé afin de le rendre navigable depuis le port jusqu’à la mer123.

  • 124 Concernant la jetée voir Xατζηδάκη 1988α, p. 589 ; Frost 1997, 108 ; Xατζηδάκη 1994-1996, p. 235. (...)

59A la limite du bassin portuaire se trouve une jetée (fig. 22). Des blocs de pierre de forme quadrangulaire sont agencés suivant le système φoρμηδὸν καὶ παρά μῆκoς (« en forme de croix et suivant la longueur »). Par ailleurs, quelques blocs du sol de la jetée sont transpercés d’un trou qui a servi à attacher les amarres et portent les traces de frottement des cordes. La hauteur de la jetée était de 0,80 m et était immergée sur sa moitié, laissant seulement 0,40 m en surface. Cette profondeur rend cet endroit précis difficilement accessible aux trirèmes et autres grands navires. Apparemment, donc, seuls amarraient là de petits bateaux qui transportaient du ravitaillement et du personnel vers les navires qui étaient ancrés à l’intérieur du port, où l’eau était plus profonde124.

  • 125 Concernant les perforations des jetées, voir Blackman 1982b, p. 203.
  • 126 Deux ancres en pierre ont été, jusqu’à présent, trouvées à l’intérieur du port.

60Le côté SE de la jetée est caractérisé par une série de pierres qui, à intervalles réguliers, font saillie et sont perforées sur leur face externe (fig. 23). Les traces d’usure montrent que ces trous servaient à attacher un gros câble qui immobilisait le navire. À distance égale, à gauche et à droite du provolos, de longues pierres proéminentes ont été percées de plus petits trous aux extrémités de la jetée. Il s’agit de perforations où étaient nouées deux cordes secondaires qui démarraient depuis les flancs de la poupe afin de stabiliser le bateau125. La proue était stabilisée par l’ancre126. La jetée de Phalasarna se poursuit, comme l’indique la campagne de fouilles de 2003, sur toute la partie sud du port jusqu’à la tour circulaire.

  • 127 Pour des constructions similaires aux quais, voir Blackman 1982b, p. 204.

61Un peu avant cette tour, une porte a été découverte sur le quai, donnant sur un grand escalier ou une rampe qui s’enfonçait dans l’eau. Apparemment, il doit s’agir d’un lieu de déchargement mais sa relation avec les autres secteurs de la jetée reste à déterminer127.

  • 128 Hadjidaki 2001, p. 157 ; Xατζηδάκη 1997, p. 700 ; Xατζηδάκη 1994-1996, p. 233 ; Xατζηδάκη 1993, p. (...)

62Derrière et au nord du port militaire, se trouve un deuxième espace de 50x35 m qui à l’âge classique devait, suivant les calculs, se trouver en-dessous de la mer (fig. 24). La configuration géologique de la région montre qu’il s’agit d’un deuxième bassin, peut-être un port secondaire. Sur son côté oriental, on distingue 12 blocs équarris, à 4 m de distance chacun. Il s’agit peut-être des limites de 12 arsenaux, ou d’un portique, de 30 m de long et de 4 m de large128.

  • 129 Diodore de Sicile 3.44.8 ; Strabon 17.3.14 ; Appien, libyca 605-608.
  • 130 Frost et Hadjidaki 1990, p. 527 et n. 22 ; Hadjidaki 1988, p. 477-478.
  • 131 Le mot vient du grec et désigne depuis le viie siècle les récipients à boire de Laconie, utilisés (...)

63Le port de Phalasarna présente ainsi beaucoup de points communs avec l’antique cothon, nom donné dans l’Antiquité au double port circulaire de Carthage, une merveille de la technologie navale antique129, et qui de manière plus générale caractérise les ports phéniciens de l’Occident130. Les auteurs anciens attribuent en effet aux Phéniciens établis en Méditerranée occidentale l’invention de cette construction portuaire. Ce terme se rapporte aux ports artificiels reliés à la mer par un canal, protégés par les remparts de la ville mais qui se trouvent en dehors des fortifications131.

  • 132 Sur le double port de Carthage voir Land S., Carthage. A History, Oxford, 1995, p. 172-189 ; Hurst(...)

64À Carthage, le port militaire (fig. 25) est constitué d’un bassin circulaire d’une surface de 6 hectares (300 m de diamètre) et d’une profondeur de 1,90 m ; il est entouré d’un haut rempart. Au milieu du bassin, un amoncellement de terre forme un îlot artificiel où trouvaient refuge les navires carthaginois ; la résidence de l’amiral y était établie. Ce bassin communique avec la mer grâce à un deuxième port rectangulaire et ensuite avec un canal artificiel132.

  • 133 Hadjidaki 1988b, p. 478 ; Hurst 1979, p. 22-28.
  • 134 Hadjidaki 1988b, p. 478 ; Hurst 1979, p. 27-32. D’autres ports sont considérés comme des cothon da (...)

65Le port carthaginois fut tout d’abord aménagé à la fin du ive siècle av. J-C., peut-être dans les années qui ont suivi l’expédition d’Agathoclès en 310 av. J-C. mais il n’a pris sa forme finale de cothon qu’entre 200 et 150 av. J-C.133 La construction de ce port repose sans doute sur l’échange d’idées et de pratiques avec l’architecture militaire du monde grec, comme le prouvent les arsenaux de type hellénistique fouillés autour de l’îlot du port de Carthage134.

  • 135 Voir Paris J., « Contributions à l’étude des ports antiques du monde grec », BCH 39, 1915, p. 5-16 (...)
  • 136 Stager L., « Excavations at Carthage, the Punic Project : a first interim report », AASOR 43, 1976 (...)

66Le port de Lechaion, à Corinthe, semble être toutefois le précurseur de ce type puisqu’il est le plus ancien port artificiel connu jusqu’à présent : il aurait été aménagé lors de la tyrannie de Périandre, à la fin du viie siècle av. J-C. Un quai intérieur de forme serpentine a été aménagé et relié à deux quais extérieurs par le biais d’un canal étroit et revêtu intérieurement par un soutènement en pierres. Les 2 ports extérieurs étaient de forme carrée et les vestiges des môles de l’un d’eux sont visibles135. Dans son ensemble, la conception du port de Lechaion a plus de points communs avec le cothon de Carthage que Phalasarna puisqu’il fut bâti sur une côte plane sablonneuse ou vaseuse et qu’au centre se trouve un îlot qui pourrait avait été aménagé. Ces similitudes ne doivent pas nous étonner puisque les contacts entre Corinthe et Carthage nous sont connus depuis le vie siècle av. J-C. De nombreux tessons d’amphores corinthiennes de cette époque ont d’ailleurs été trouvés à Carthage136.

  • 137 Hadjidaki 1996.SurCaesariaMaritimaetsesports,voir oleson J.P., Branton G.,« TheTechnologyof King H (...)
  • 138 Voir Hadjidaki 1996, p. 53 et n. 2 avec toute la bibliographie récente sur le port à l’entrée « st (...)

67Le port de Phalasarna pourrait aussi être comparé au double port fermé de Césarée qu’Hérode a fait aménager après avoir reconstruit l’habitat préexistant, connu sous le nom de « Tour de Straton », d’après le témoignage de Josèphe (14.76.4-5)137. Le bassin du port sud – le « port intérieur » –, d’après les fouilleurs, mesure 250x100 m ; la céramique trouvée sur place montre que son utilisation est limitée à la période allant du iie siècle av. J-C au ier siècle ap. J-C. Le port était de forme ovale et comprenait en son sein un quai auprès duquel des travaux de creusement ont été réalisés afin d’atteindre une profondeur d’au moins deux mètres. Un deuxième bassin d’eau saumâtre est situé à proximité du port intérieur. Plusieurs vestiges défensifs, d’époque hellénistique, peuvent être observés : 2 tours circulaires de 12 m de diamètre près de la mer et reliées par un mur de rempart ainsi que les traces d’une troisième tour circulaire de 13 m de diamètre en dessous du niveau de la mer. Il s’agit sans doute d’une partie de la fortification de la ville qui enferme les deux ports en créant, de cette manière, un port double fermé avec un bassin au Nord et un au Sud138.

  • 139 Periplous 67.
  • 140 Sur le port de Thasos, voir Σίµωσι 1994-5 ; Σίμωσι A., Empereur J.-Y., « Eνάλιες ελληνoγαλλικές έρ (...)

68Un des deux ports de Thasos était fermé selon Skylax139, le port occidental étant considéré comme port militaire (fig. 26). La recherche archéologique a montré que le port quadrangulaire était formé de 2 môles qui étaient les extensions des remparts de la ville antique, dans la mer, renforcées par des tours. Bien que la fortification portuaire ancienne date du vie et du début ve siècle (500-490), au cours du ive siècle av. J-C des tours circulaires furent bâties pour renforcer le rempart. Il y en a au moins 3 (peut-être 2 autres) dont deux contrôlent l’entrée du port140.

  • 141 Empereur J.-Y. et Verlinden C., « The underwater excavation at the ancient port of Amathus in Cypr (...)
  • 142 Blackman 1982a, p. 90-91 ; Jameson M., « Halieis at Porto Heli », in Blackman D.J. (éd.), marine A (...)
  • 143 Sur le port du Pirée, voir Amit 1965, p. 73-79 ; Panagos C.T., le Pirée, Athènes, 1968, p. 159-214 (...)

69Le port d’Amathonte, à Chypre, était également fermé, avec une entrée très étroite141, comme le port fermé des Halieis (Porto Heli) en Argolide, lequel avait une entrée délimitée par deux tours circulaires et qui ne dépassait pas une ampleur de 20 m142. Citons également les ports d’Athènes au Pirée, d’Égine, de Samos et d’Antissa, qui font partie des ports fermés d’Egée les mieux connus143.

  • 144 Sur la construction des ports dans l’Antiquité, voir Vitruve, De Architectura, v.12.2-3. Blackman (...)
  • 145 Blackman 1982b, p. 194.
  • 146 Voir Hadjidaki 1988, p. 478-479.

70Le port de Phalasarna, qui a pris sa forme finale dans la deuxième moitié du ive siècle av. J-C., est cependant beaucoup plus ancien que ceux que nous venons de citer, à l’exception du port de Lechaion. Il combine les caractéristiques du cothon et du port fermé, et même s’il présente de nombreuses similitudes, des points de vue technique et formel, avec tous ces autres ports, il garde néanmoins un caractère unique. Il est aménagé à l’emplacement d’un marais salant mais ses dimensions sont plus importantes et il était sans doute double, le bassin extérieur servant de port militaire. Sa forme et son utilisation peuvent donc être comparées aux ports de Lechaion, Carthage, Césarée, Thasos, etc., mais la technique de construction diffère également144. Skylax utilise l’expression de « port fermé » pour qualifier d’autres ports fortifiés du ive siècle av. J-C comme Kydonia, en Crète, Thasos, Samos, Cos et autres. Mais tous ces ports ont été créés par l’aménagement adéquat de petites baies avec môles et quais. Ce terme, donc, définit sans doute des ports qui sont entourés par les fortifications de la ville ou bien encore des ports dont l’entrée est fermée par une chaîne pour une plus grande sécurité145. Le terme cothon, quant à lui, est probablement utilisé pour des ports entièrement aménagés sur des côtes sablonneuses en suivant une règle de construction particulière qui comprend l’îlot à l’intérieur du port, ce qui manque à Phalasarna146.

Conclusion

71Le port de Phalasarna, qui par chance est conservé dans son ensemble, à l’écart de la mer, constitue une occasion unique pour définir les termes « port fermé » et cothon et pour obtenir des informations sur les constructions portuaires dans l’Antiquité. Il permet, en outre, de montrer des aspects inconnus des relations de la Crète avec les Phéniciens de la Méditerranée occidentale et jouera un rôle important dans le domaine de l’archéologie maritime. L’étude des découvertes réalisées lors des fouilles et, principalement, de la céramique et de la monnaie, contribue considérablement à la reconstitution de l’économie de la Crète occidentale, et l’étude de son architecture défensive nous permet d’intégrer Phalasarna dans le contexte des forces commerciales, navales et pirates hellénistiques de la Méditerranée.

Bibliographie

Abréviations et bibliographie

Amit M., Athens and the sea. A study in Athenian sea-Power, Latomus 61, Bruxelles, 1965.

Blackman D.J., 1982a, « Ancient harbours in the Mediterranean », IJNA 11.2, 1982, p. 79-103.

Blackman D.J., 1982b, « Ancient harbours in the Mediterranean », IJNA 11.3, 1982, p. 185-211.

Bosworth A.B., 1975, « The mission of Amphoterus and the outbreak of Agis’war », Phoenix 29, p. 27-43.

Brulé P., 1978, la piraterie crétoise, Centre de recherches d’histoire ancienne 27, Paris.

Chaniotis A, 1996, Die Verträge zwischen kretischen Poleis in der hellenistischen Zeit, Stuttgart.

De Souza P., 1992, Piracy in the Ancient world : from minos to mohammed, (diss.) London.

De Souza P., 1999, Piracy in the Graecoroman World, Cambridge.

Errington R.M., 1969, Philopoemen, Oxford.

Frost F.J., 1997, « Tectonics and history at Phalasarna », in Swiny et al., p. 107

115.

Frost F.J., Hadjidaki E., 1990, « Excavations at the Harbour of Phalasarna in Crete », Hesperia 59, p. 513-27.

Frost F.J., Xατζηδάκη E., 1993, « Фαλάσρνά », AΔ 43 (1988), B2-Xρoνικά, p. 559-60.

Gondicas D.G., 1988, recherches sur la Crète Occidentale, Amsterdam.

Hadjidaki E., 1988, « Preliminary Report of Excavation at the Harbour of Phalasarna in West Crete », American Journal of Archaeology 92, p. 463-79.

Hadjidaki E., 1990, « Excavations at the Classical and Hellenistic Harbor at Phalasarna, West Crete, Greece », Πεπργμέ τoυ Στ’ Διεθνoύς Kρητoλoγικoύ Συνεδρίoυ, A1, p. 355-361.

Hadjidaki E., 1992, « Hellenistic Cretan Piracy », in Spence R.B., Nelson L.L. (éds.), Scholar, Patriot, Mentor, Historical Essays in Honor of Demetrije Djordjević, New York, p. 51-62. (aussi, Весmнuк Древнеŭ Исторuu (Vestnik Drevnej Istorii) 2, 1992, p. 154-161).

Hadjidaki E., 1996, « The Hellenistic Harbour of Phalasarna in Western Crete : A Comparison with the Hellenistic Inner Harbour of Straton’s Tower », in Raban A., Holum K.G. (éds.), Caesarea maritima. A retrospective after Two millenia, p. 53-64.

Hadjidaki E., 2001, « The Roman Destruction of Phalasarna », Archaeology of the roman empire : a Tribute to the life and Works of Professor Barri Jones, BAR international series 940, p. 155-66.

Hadjidaki E., Iniotakis C., 2000, « Hellenistic Ceramics from Phalasarna », The Ancient World 31.1, p. 54-73.

Harrison G.W.M., 1993, The romans and Crete, Amsterdam.

Hurst H., 1979, « Excavations at Carthage », AntJ 59, p. 19-49.

IC : Guarducci M., Inscriptiones Creticae, i-iv, Rome, 1935-1950.

IG : Inscriptiones Graecae, Berlin, 1873-.

IGCH : Thompson M., Mørkholm O., Kraay C.M. (éds.), Inventory of Greek Coin Hoards, New York, 1973.

Karafotias A., 1998, « Crete in search of a new protector : Nabis of Sparta and his relations with the island », in Cavanagh W.G., Curtis M. (éds.), Post-minoan Crete : Proceedings of the Colloquium organised by the British school at Athens and the Institute of Archaeology, University of london, November 1995, BSA Studies Series 2, p. 105-111.

Kreuter S., 1992, Aussenbeziehungen kretischer Gemeinden zu den hellenistischen staaten im 3 und 2 Jh v. Chr., München.

Le Rider G., 1966, monnaies Crétoises du ve au ier siècle av. J-C., Ecole Française d’Athènes, Études Crétoises 15, Paris.

Lehmann-Hartleben K., 1923, « Die antiken Hafenanlagen des Mittelmeeres », klio XIV, p. 67-74.

Nowicki k., 2000, Defensible sites in Crete c. 1200-800 BC, Aegaeum 21, Liège. Pashley r., 1837, Travels in Crete, ii, London.

Petropoulou A., 1985, Beiträge zur Wirtschafts-und Gesellschaftsgeschichte kretas in hellenistischer Zeit, Frankfurt/Bern.

Pirazzoli P.A., Ausseit-Badie J., Giresse P., Hadjidaki E., Arnold M., 1992, « Historical Environmental Changes at Phalasarna Harbour, West Crete », Geoarchaeology 7, p. 371-92.

Raban A., Holum K.G. (éds.), 1996, Caesaria maritima : A retrospective afterTwo millenia, Leiden.

Rougé J., 1981, ships and fleets of the ancient mediterranean, Middletown Conn.

Rigsby J.K., 1996, Asylia. Territorial inviolability in the Hellenistic world, Berkeley.

Spratt T.A.B., 1865, Travels and researches in Crete, ii, London.

Spyridakis S., 1970, Ptolemaic Itanos and Hellenistic Crete, Berkeley.

Stefanakis M.I., 1997, studies in the coin-ages of Crete with particular reference to kydonia, University of London (Ph. D.).

Stefanakis M.I., 1999, « The introduction of monetary economy and the beginning of local minting in Crete », in Chaniotis A. (éd.), from minoan farmers to roman Traders. sidelights on the economy of Ancient Crete, Stuttgart, p. 247-268.

Stefanakis M.I., 2000, « Ptolemaic Coin-age and Hellenistic Crete », Kρήτη και Aίγυπτoς. Πoλιτισμικoί Δεσμoί Tριών, Hράκλειo, p. 195-207.

Svoronos n., 1890, Numismatique de la Crète Ancienne, Macon.

Swiny S., Hohlefelder R.L., Swiny H.W. (éds.), 1997, res maritimae : Cyprus and the eastern mediterranean from Prehistory to late Antiquity, Atlanta.

syll3 : Dittenberger W., sylloge Inscriptionum Graecarum (third edition), Leipzig, 1915-24.

Eγγλέζoυ M. Mαρκoυλάκη Στ., 1997, « H ελληνιστικ επoχή στην Kρήτη », Eλληνιστική Kεραμική από την Kρήτη, Xανιά, p. 12-18.

Mαρκoυλάκη Στ., 1997, « Aγγεία με ανάγλυφα εμβλήματα από την δυτική Kρήτη », Eλληνιστική Kεραμική Kεραμική από την Kρήτη, Xανιά p. 72-106.

Mικρoγιαννάκης E., 1967, H Kρήτη κατά τoυς Eλληνιστικoύς χρόνoυς. Aι πoλιτικαί ιδία σχέσεις της νήσoυ μετ᾿άλλων πόλεων ή κρατών, Aθήνα.

Пαπαδάκης N.П., « Kρήτη και Пτoλεμαική Aίγυπτoς κατά τα ελληνιστικά χρόνια » , in Kαρέτσoυ (éd.), Kρήτη και Aίγυπτoς Пoλιτισμικoί Δεσμoί Tριών Xιλιετιών, Hράκλειo p. 188-194.

Σίμωσι A., 1994-5, « To αρχαίo πoλεικό λιμάνι της Θάσoυ p. 133-159.

Σκόρδoυ M., « ‘Υστατες ερυθρόμoφες πελίκες πελίκες από την επαρχία Kισάμoυ », Eλληνιστική Kεραμική από την Kρήτη, Xανιά, p. 36-61.

Tζανακάκη K., 1997, « Eρυθρόμoρφες πελίκες στo Moυσείo Pεθύμνoυ », Eλληνιστική, Kεραμίκή από την Kρήτη, Xανιά p. 19-35.

Tζεδάκης I., 1969, « Aρχαιότητες και μνημεία της Δυτικής Kρήτης », 24 p. 433-434.

Toυράτσoγλoυ I., 1995, « Creta Numismatica : Mε αφoρμή τoν θησαυςό Kεντρική-Nότια Kρήτη 1991 », Disjecta Membra, Aθήνα p. 17-25.

Xανιώτης A., 1987, « Kλασική και ελληνιστική Kρήτη Iστoρία και Пoλιτισμός 1, Hράκλειo p. 175-284.

Xατζηδάκη E., 1989/90, « Φαλάσαρνα », Kρητική Eστία 3, p. 256-260.

Xατζδάκη E., 1992, « Φαλάσαρνα », 42 (1987), B2-Xρoνικά, p. 566-567.

Xατζηδάκη E., 1993, « Φαλάσαρνα » 43 (1988), B2-Xρoνικά p. 559-560.

Xατζηδάκη E., 1994/5, « Φαλάσαρνα », Kρητική Eστία 5, p. 230-236.

Xατζηδάκη E., 1997, « Φαλάσαρνα », 47 (1992), B2-Xρoνικά, p. 697-700.

Xατζηδάκη E., 1998a, « Φαλάσαρνα », 48 (1993), B2-Xρoνικά, p. 588-589.

Xατζηδάκη E., 1998b, « Φαλάσαρνα » Kρητική Eστία 2, p. 287-290.

Xατζηδάκη E., Iνιoτάκης K., Σωτηράκης Δ., 1996, « Aνάγλυφη παράσταση πoλεμικoύ πλoίoυ σε επιγραφή από την δυτική Kρήτη », Eνάλια IV.3,4, p. 38-41.

Notes

1 Ptolémée 3.15.2 ; Pline, HN, 4.61.

2 Strabon 10.4.2.

3 Les fouilles systématiques de Phalasarna ont commencé en 1986, sous la direction du Dr. Elpida Hadjidaki, archéologue du Service des Antiquités Marines Grecques, et se poursuivent aujourd’hui en collaboration avec le Dr. hab. Nicholas Victor Sekunda, professeur à la faculté d’Archéologie de l’Université Nicholas Copernicus (Toru´n, Pologne), et l’auteur, avec des équipes d’étudiants des universités d’Égée, de Thessalie et de l’Université Ouverte (Open University) de la Grèce. Pour l’espace et la topographie de la région alentour voir Pirazzoli et al. 1992, p. 375-379 ; Hadjidaki 1988, p. 463-4 ; Hadjidaki E., The Classical and Hellenistic Harbor of Phalasarna in West Crete, PhD Thesis, Univ. of California, Santa Barbara 1988 ; Φαράκλας et al., Eπικράτειες των αρχαίων Πόλεων της Kρήτης, Pίθυνα 6, Pέθυµνo 1998, Gondicas 1988, p. 85-103 ; Hadjidaki E., « Phalasarna » in Myers E. E, Cadogan G., Gifford J. et Alexiou S. (éds.), The Aerial Atlas of Crete, Berkeley, 1992, p. 244. Pour une présentation générale du site, de son histoire et des fouilles, voir Xατζηδάκη E. et Στεϕανάκης M.I., « Tα µυστικά της Φαλάσαρνας », Kρητικό Πανόραµα 2, 12/2003-01/2004, p. 100-135.

4 Nowicki 2000, p. 222 ; Hajidaki 1992, p. 244, 247 ; Hadjidaki 1988, p. 467, et n. 11.

5 Hadjidaki 2001, p. 155.

6 Hadjidaki 1988, p. 467. Tζεδάκης 1969, p. 433-434.

7 Hadjidaki 2001, p. 155.

8 En général, pour l’histoire de Phalasarna voir Hadjidaki 2001 ; IC ii, xix (Phalasarna), p. 219-220. Pour l’histoire politique des villes de la Crète occidentale, voir Gondicas 1988, p. 310-330.

9 Periplous 47, 14-16 : « ὡς ἀκρτηρίῳ ἐστὶ πρώτη πόλις πρὸς ἥλιoν δυόµενoν ἡ πρoειρημένη Φαλασρνα καὶ λιμὴν κλειστός ».

10 Descriptio Graeciae 118-122 : « Φασὶ δ᾽ἐν Kρήτῃ πόλιν εἶναι Φαλάσαρνα κειμένην πρὸς ἥλιoν δύνoντα, κλειστὸν λιμέν᾿ ἔχoυσαν ».

11 Periplous maris magnis 336.1-2 : « …Aπὸ Bιέννoυ εἰς Φαλάσαρναν στάδιoι σξῥ ὅρμoς ἐστὶν ἐμπόριoν πόλις παλαιά ». Concernant les problèmes de datation de cette œuvre, entre le 2e et le 11e s., voir Pirazzoli et al. 1992, p. 375.

12 Les analyses géomorphologiques (Pirazzoli et al. 1992, p. 387) montrent que le port ne fonctionnait pas aux époques de Denys fils de Kalliphon, Ptolémée, et Strabon, lesquels cependant le mentionnent dans leur ouvrage. Ceci montre bien que beaucoup de periploi écrits à l’époque romaine empruntaient les informations d’autres textes, plus anciens, sans cependant les contrôler systématiquement.

13 Xατζηάκη et al. 1996, p. 40. Concernant l’histoire de Polyrrhénia, voir Gondicas 1988, p. 222-233.

14 Hadjidaki 2001, p. 155 ; Hatzidaki et al. 1996, p. 38-41 ; Chaniotis 1996, p. 179-182 ; Mαρκoυλάκη Στ, « Στήλη Tυλίφoυ (M. Xανίων E. 191) », Πετραγμένα H’Διεθνoύς Kρητoλoγικoίoυ 2, 2000, p. 239-257 ; IC ii, xi (Dictynnaeum), tit. 1, p. 131-133.

15 Plutarque, Vie de Pompée 29.1.3-2.1 : « … ὁ γὰρ Mέτελλoς στρατηγὸς εἰς Kρήτην ἐπέμφθη Δευτέρα γάρ τις ἦν αὕτη τῶν πειρατηρίων πηγὴ μετὰ τὴν ἐν Kιλικίᾳ καὶ πoλλoὺς ἐγκαταλαβὼν ὁ Mέτελλoς ἐξῄρει καὶ διέφερειν… »

16 Hadjidaki 2001, p. 159 ; Pirazzoli et al. 1992, p. 377 ; Xατζηδάκη 1992, p. 567 ; Hadjidaki 1990, p. 360 ; Hadjidaki 1988, p. 475-6. À une profondeur de 1,70 m au-dessous du sol actuel, d’importants blocs taillés d’une longueur pouvant atteindre deux mètres, jetés pêle-mêle, ont été découverts. Leur emplacement et le fait que pendant l’Antiquité ils se trouvaient approximativement à 2 m au-dessous de la surface de la mer indiquent que l’entrée du port fut fermée à la suite d’une action humaine et non d’un événement fortuit.

17 Pour le blocage du canal et sa relation avec l’invasion romaine voir Hadjidaki 2001, p. 159 ; Frost 1997, p. 110 ; Frost et Hadjidaki 1990, p. 527 et n. 22 ; Frost F.J., « The last days of Phalasarna », Ancient History Bulletin 3, 1989, p. 15-17 ; Hadjidaki 1988, p. 476.

18 Pirazzoli et al. 1992, p. 386-7.

19 Frost 1997, p. 111-112 ; Hadjidaki 1988, p. 468 et n. 22.

20 Ammien Marcellin, 26.10.15 : « qualis nec fabulae nec ueridicae nobis antiquitates exponunt ». Pour une vue générale des destructions causées par le séisme, voir ibid. 26.10.15-19.

21 Pirazzoli et al. 1992, p. 372-3, 387, avec toute la bibliographie correspondante. Voir de plus Hadjidaki 2001, p. 155-157 ; Frost 1997, p. 112-114 ; Hadjidaki 1990, p. 358 et Hadjidaki 1988, p. 446, n. 6 ; Aτλας των Γεωλoγικών Mνημείων τoυ Aιγαίoυ, Aθήνα, 2002, p. 229. Les affaissements en Crète et à Anticythère témoignent que l’épicentre du séisme était entre l’extrême sud-ouest de la Crète et la fosse ionienne. Des raz-de-marée dévastateurs, consécutifs à ce séisme, ont frappé de nombreuses côtes de la Méditerranée (Sicile, îles Ioniennes, Epidamne d’Illyrie, sud du Péloponnèse, sud de la Crète et Alexandrie) tandis que des destructions occasionnées par le même séisme sont également mentionnées en Afrique du nord (Leptis Magna, Oea et Sabarta, en Tripolitaine). Pour une présentation générale de ce séisme, voir Jacques F., Bousquet B., « Le cataclysme du 21 juillet 365 : Phénomène régional ou catastrophe cosmique ? », in Tremblements de Terre. Histoire et Archéologie, Antibes, 1983, p. 183-193 ; Παπαζάχoς B. et K., Oι Σεισμoί της Eλλάδας, Θεσσαλoνίκη, 1989, p. 229-230 ; Σπυρόπoυλoς Π.І., Xρoνικό των σεισμών της Eλλάδoς, Aθήνα, 1997, p. 39-42 +.

22 Pashley R., Travels in Crete ii, London, 1837, p. 64-69.

23 Spratt 1865, p. 227-235. Voir aussi frost 1997, p. 107.

24 Celles-ci sont d’ailleurs des caractéristiques essentielles pour une étude diachronique. Les aspects économiques (importance du commerce) et techniques (construction et fonctionnalité des installations portuaires) sont également prises en compte, voir Hadjidaki E., « Harbour studies », in Delgado J.P., encyclopaedia of Underwater and maritime Archaeology, New Haven, 1997, p. 187-8 ; ainsi que Adrian J., « Port History : Some thoughts on where it came from and where it might be going », in Fischer L.R. et al. (éds.), Harbours and Havens : essays in port history in honour of Gordon Jackson, St. Johns, Newfoundland, 1999, p. 14-17.

25 La nécropole s’étend sur environ 500 m. De 1837, date de la redécouverte de Phalasarna par Pashley, jusqu’en 2000, environ 90 tombes ont été fouillées. Ces tombes, dans leur majorité, présentent un plan rectangulaire et sont creusées dans le sol ou dans le rocher. Elles datent surtout de l’époque hellénistique, mais certaines sont d’époque archaïque ou classique. Voir Gondicas 1988, p. 102-103.

26 Pour la céramique provenant de la nécropole, voir Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 56 ; Xατζηδάκη 1992, p. 567. Gondicas 1988, p. 107-116. Pour la céramique funéraire archaïque, voir Tζεδάκης 1969, p. 433-434. Pour les tombes hellénistiques, voir Nινιoύ-Kινδελή B., « Фαλάσαρνα Kισάμoυ », A∆ 1981 (1988) B’, p. 401. Un nombre important de pélikai attiques à figures rouges du style de Kertch (fin du ive siècle), provenant de la région de Phalasarna, a été présenté au musée de La Canée, voir Σκόρδoυ 1997, p. 43-46, 48-49.

27 Pour la céramique de la tour circulaire méridionale, cf. Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 55.

28 Voir Mαρκoλάκη 1997, p. 76, 78, 101. Pour une autre interprétation (Héraklès et l’Hydre de Lerne), voir Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 55 ; Frost et Hadjidaki 1990, p. 521-522.

29 Pour la céramique de la tour carrée septentrionale, cf. Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 55-56 ; Frost et Hadjidaki 1990, p. 521-524.

30 Hadjidaki 1998b, p. 475.

31 Xατζηδάκη 1998α, p. 589 ; Xατζηδάκη 1994/1996, p. 234.

32 Hadjidaki 1990, p. 360 ; Hadjidaki 1988, p. 476.

33 Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 57.

34 Eγγλέζoυ et Mαρκoυλάκη 1997, p. 15.

35 Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 58-59.

36 Mαρκoυλάη 1997, p. 102-104.

37 Eγγλέζoυ et Mαρκoυλάη 1997, p. 16.

38 Tζανακάκη 1997, p. 20-21.

39 Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 57 ; Stefanakis 1999, p. 254 ; Selon Strabon (10.4.5 ; 5.5.1) et Pline (NH 4.12 et 58), le cap Kριoῦ μέτωπoν au sud-ouest de la Crète était à deux jours et deux nuits de navigation de la Cyrénaïque, tandis que le cap Ténare, au sud du Péloponnèse, était à peine à 700 stades du Kίμαρoν ἄκρoν (cap Gramvousa), au nord-ouest de la Crète, via Cythère. Voir également Figueira T. J., « Four notes on Aeginetans in exile », Athenaeum 66, 1988, p. 539 ; id, « Aiginetan membership in the Peloponnesian League », ClassPhil 76, 1981, p. 4 ; Gerolymatos A., « Nikias of Gortyn », Chiron 17, 1987, p. 84. Concernant les anciennes routes maritimes, voir Rougé 1981, p. 138-149. Pour la fondation de grands ports situés sur les routes maritimes importantes, voir Blackman 1982b, p. 187-8.

40 Nous connaissons bien les relations entre Phalassarna et l’Egypte Ptolémaïque. Voir Σκόρδoυ 1997, n. 107 ; IC ii, xix, p. 219, et tit. 2 ; Pour les relations entre la Crète et l’Égypte en général, voir Παπαδάκης 2000, p. 188-194 et Spyridakis S., « Oι Πτoλεμαίoι και η Kρήτη », Ariadne 3, 1985, p. 5-49, avec toute la bibliographie précédente.

41 Concernant le début du monnayage en Crète, voir Stefanakis 1999, p. 257-264, avec toute la bibliographie précédente.

42 Le Rider 1966, p. 198 ; Pour les types des monnaies de Phalasarna en général, voir Svoronos 1890, p. 268-271, pl. xxv, 4-19 ; Gondicas 1988, p.117-123. Traeger B., « H νoμισμτoκoπία της Eλληνιστικής Фαλάσαρνας », Kρητικό Πανόραμα 2, 12/2003-01/2004, p. 130-131.

43 La tête figurée sur l’avers est parfois identifiée à la déesse crétoise Vritomartis, ou à la nymphe éponyme de la ville (Gondicas D.G., « Фαλάσαρνα, πόλις Kρήτης από Фαλασάρης », Cretan studies 2, 1990, p. 139-145), ou bien encore à Aphrodite Euploia ou Pelagia (Savigninoni L., De Sanctis V., « Esplorazione archeologica delle provincie occidentali di Creta », monAnt 11, 1901-2, p. 364-386). Comme nous savons cependant qu’Artémis Dictynna avait un temple important à Phalasarna (Denys, Descriptio Graeciae, 120-122 : « …ἱερόν ’Aρτέμιδoς ἅγιoν, καὶ καλεῖσθαι τὴν θεόν Aίκτυνναν… »), il est probable que ce soit cette divinité locale que nous trouvons représentée sur les monnaies de la ville. Pour un problème analogue concernant l’identification d’une figure représentée sur la stèle qui porte l’inscription du traité entre Polyrrhénia et Phalasarna, voir Xατζηδάκη et al. 1996, p. 39-40.

44 Le rider 1966, p. 117-119. Il faut préciser que la pratique de la surfrappe était employée dans la plupart de villes crétoises durant cette période, voir le rider 1966, p. 54-128. Sur cette pratique, voir stefanakis 1999, p. 261-2.

45 On a parfois voulu distinguer tétroboles et trioboles argiens en séparant têtes et protomés, vraisemblablement à tort. Sur la question, cf. Stefanaki V., le monnayage d’Hiérapytna (Crète orientale) de la fin de l’époque classique à l’époque impériale, Thèse de doctorat, Université de Paris iv-Sorbonne, 2005, p. 68, note 296.

46 Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 56, n. 12 et fig. 12.

47 Stefanakis 2000, p. 202-203. Pour la diminution des émissions des monnaies d’argent des villes crétoises et, en particulier, de l’atelier de la cité de Kydonia, et l’importation de la monnaie de bronze sur l’île pendant le iiie siècle av. J.-C., voir Stefanakis 1997, p. 148-166.

48 Deux monnaies de bronze du type de dophin/Ф, (voir Svoronos 1890, p. 217, 14-18, pl. xxv, 15-19) ont été trouvées lors de la fouille. Hadjidaki et Iniotakis 2000, p. 56 et fig. 24 ; Xατζάκη 1998α, p. 589.

49 Toυράτσoγλoυ 1995, p. 50 (Keratokambos 1992) : 2 statères ; ibid, p. 42-47 (Crète sud-centrale ( ?) Crète 1991) : 29 statères ; IGCH 151 (Mitropolis 1915) : 27 statères ; IGCH 152 (Phaistos 1953) : 65 statères ; IGCH 154 (Crète centrale) : 12 statères.

50 Stefanakis 2000, p. 196-197 ; Toυράτσoγλoυ 1995, p. 22, α ; Le Rider 1966, p. 128-9.

51 Stefanakis 1999, p. 259-260 ; Stefanakis 1997, p. 130-135 ; McDonald D., « Mercenaries and the movement of silver to Crete in the late fourth century BC », Noμισματικά Xρoνικά 15, 1996, p. 41-47.

52 Pour les relations monétaires entre la Crète et l’Afrique du Nord, voir en particulier Stefanakis 2000.

53 Στεφανάκης M.I., « Πoλυρρήνια, Oρειoι και Kάνδανoς. Mια σχέση τoυ τρίτoυ αιώνα π.X. », Πεπραγμέ τoυ H’Διεθνoύς Kρητoλoγικoύ Hράκλειo 1996, τ A3, Hράκλειo, 2000, p. 249-261. L’étude des monnaies de Cyrène retrouvées dans les trésors crétois (Toυράτσoγλoυ 1995, 22), a renforcé les conclusions de l’étude du Mørkholm O. (« Cyrene and Ptolemy : some numismatic comments », Chiron 10, 1980, p. 145-59) à propos des monnaies de Cyrène de la fin du ive et du début du iiie siècle av. J.-C. Il est désormais presque sûr que pendant la durée de l’administration ptolemaïque de Cyrène (322/1-300), ces monnaies ont été importées en Crète en plus grande quantité qu’à l’époque de Magas (300-250). Voir Stefanakis 2000, p. 199.

54 Pour les monnaies d’Argos trouvées dans les trésors crétois, voir Stefanakis 1997, p. 118 ; τουράτσογλου 1995, p. 50 ; Le Rider 1966, p. 9, n° 8-12. Pour les monnaies d’Argos surfrappées en Crète, voir Stefanakis 1997, p. 118 ; Le Rider (1966, p. 113, 127, 188) connaît 17 exemplaires analogues à Phalasarna.

55 Concernant le poids crétois pendant le iiie siècle av. J.-C., voir Stefanakis 1999, p. 260-261.

56 Stefanakis 1997, p. 118 ; IGCH 130 ; Hackens T., « À propos de la circulation monétaire dans le Péloponnèse au iiie siècle av. J.-C. », in Antidorum W. Peremans sexagenario Ab Alumnis Obaltum, Louvain, 1968, p. 92, n. 2.

57 Stefanakis 1997, p. 118 ; Le Rider 1966, p. 188, 198.

58 Stefanakis 1999, p. 256-260 ; Stefanakis 1997, p. 138 ; Xανιώτης 1987, p. 267 ; Le Rider 1966, p. 267.

59 Στεφανάκης M.I., « H τέχνη και oι καλλιτέχνες των Kρητικών νoμισμάτων » 9, 2002, p. 51 ; Stefanakis M.I., « Kydon the oikist or Zeus Cretagenes Kynotraphes ? The problemo finterpreting Cretan coin types », eulimene 1, 2000, p. 87 et n. 40.

60 Stefanakis 1997, p. 138 (bien que les relations commerciales avec le Péloponnèse ne soient pas prouvées par d’autres témoignages). Pour les relations entre Argos et la Crète, voir Harrison G.W.M., « Background to the first century of Roman rule in Crete », Cretan studies 1, 1988, p. 130 ; Tomlinson R.A., Argos and the Argolid : from the end of the Bronze Age to the roman occupation, London, 1972, p. 78.

61 Le fait d’une part que des monnaies d’Argos aient été utilisées comme flans par trois autres cités de la Crète occidentale, Aptéra, Cydonia et Polyrrhénia, et d’autre part le fait que des monnaies de Sicyone aient été utilisées comme flans par Gortyne, Phaistos et Praisos pendant la même période, rend peu probable l’hypothèse que ces monnaies proviendraient uniquement de la piraterie, même si cette dernière pouvait jouer un rôle dans l’approvisionnement de la Crète en monnaies ; voir Stefanakis 1997, p. 138.

62 Le Rider 1966, 192.

63 Macdonald D., 1996, « Mercenaries and the movement of silver to Crete in the late fourth century BC », Nom. Chron. 15, p. 41, 43. Sur l’activité de Polyperchon dans le Péloponnèse voir id. pp. 43-44 et n. 6 pour les références bibliographiques.

64 Diod. 20.104.1-3

65 Mαρκoυλάκη Στ., « Στήλη Tυλίφoυ », Πεπραγμένα τoυ H᾿Διεθνoύς Kρητoλoγικoύ Eυνεδρίoυ, A1, Hράκλειo, 2000, p. 239-257 ; Gondicas 1988, p. 230, n. 78. IC II, xi, 1.

66 Buxton B., Diktynna. myth and Cult, (MA thesis), Victoria University of Wellington, 1995, p. 117.

67 Xανιώτης 1987, p. 219-20.

68 Brulé 1978, p. 102.

69 Pour la pratique probable de la piraterie par les Crétois déjà depuis l’époque minoenne et ultérieurement pendant l’époque archaïque, voir de Souza 1999, p. 15-6, 19. De manière plus générale, concernant cette piraterie crétoise voir Hadjidaki 1992 ; Brulé 1978.

70 Arrien 3.6.3 ; Quinte-Curce 4.8.15. Bosworth 1975, p. 27-36.

71 Mικρογιαννάκης 1967, p. 40.

72 Concernant le commerce d’esclaves comme source d’un enrichissement rapide, voir de Souza 1999, p. 60-65 ; Chaniotis 1996, p. 121-2 ; Petropoulou 1985, p. 68-74.

73 IG II2, 399 ; syll3, 535-37. Voir de Souza 1999, p. 67 et n. 93 ; Brulé 1978, p. 16-17.

74 Brulé 1978, p. 16-7 ; Mικρογιαννάκης 1967, p. 42, 49-50.

75 Pour le problème de la datation du traité passé entre Milet et des cités crétoises, et l’hypothèse la plus probable des années 259/3-250 av. J.-C., voir Chaniotis 1996, p. 34-35, avec toute la bibliographie précédente.

76 de Souza 1999, p. 62-3 ; id. 1993, p. 196-7 ; Petropoulou 1985, p. 68-72 ; Brulé 1978, p. 11-2 ; Mικρογιαννάκης 1967, p. 51-2.

77 IC ii, x, 111 ; syll3, 535. Voir de Souza 1999, p. 62, 66-67 ; Chaniotis 1996, p. 448 et n. 2161 ; de Souza 1992, p. 201-3 ; Petropoulou 1985, p. 73 ; Brulé 1978, p. 17-20.

78 IC ii, x, 110-111 ; syll 3, 536-7. Brulé 1978, p. 23

79 Brulé 1978, p. 66-7.

80 Polybe 7.11.9 ; 13.5.1 ; Polyen β.17.2 ; Plut. Arat. 4.50 ; voir Kreuter 1992, p. 55 ; Brulé 1978, p. 44-46.

81 Diod. xxvii 3.1 ; Polybe xiii, 5.4 ; Polyen β.17,2. Sur la Guerre crétoise, voir de Souza 1999, p. 80-85 ; Chaniotis 1996, p. 38-40 ; Kreuter S., « Die Beziehungen zwischen Rom und Kreta vom Beginn des zweiten Jahrhunderts v. Chr. bis zur Einrichtung der römischen Provinz », in Schubert C. et al. (éds.), rom und der griechische Osten, festschrift für H.H. schmitt zum 65 Geburtstag, Stuttgart, 1995, p. 140-1 ; de Souza 1992, p.231-38 ; Kreuter 1992, p. 56-7 ; Brulé 1978, p.29-56.

82 de Souza 1999, p. 68-69 ; Rigsby 1996, p. 297-325 ; Kreuter 1992, p. 57-61 ; Errington R.M., « Rom, Antiochos der Grosse und die Asylie von Teos », ZPE 93, 1980, p. 279-284 ; Brulé 1978, p. 72-4, 94.

83 Rigsby 1996, p. 289-290, 316-325 ; IC i, b (Arcades),53 et p.28 ; vi (Viannos),2 ; viii (Knossos),11 ; xix (Malla), 2 ; xxiv (Priansos), 1 ; IC ii, iii (Aptera), 2 ; xv (Hyrtakina) 185-186.

84 Spyridakis (1970, p. 39) s’est trompé en émettant l’hypothèse d’une diminution de la piraterie crétoise au début du iie siècle, en se fondant sur la diminution des ateliers civiques en Crète.

85 Kικρoγιαννάκης 1967, p. 183.

86 Walbank F., Philip V of macedon, Cambridge, 1940, p. 163ff. Selon Guarducci (IC i, praef. hist. p. 49) la guerre crétoise a uni Philippe V, Nabis et les Crétois contre Rhodes. Errington, (1969, p. 40-41), néanmoins, doute de cette coopération et pense que Nabis était hostile à Philippe V et aux Crétois et a aidé Rhodes lors de la première guerre crétoise. L’accord entre les deux rois a été conclu après la guerre, probablement en 198/7 av. J.-C.

87 Selon Polybe (13.8.2, 1-2), Nabis « ἐκoινώνει μὲν γὰρ τoῖς Kρησὶ τῶν κατὰ θάλατταν λῃστειῶν ». Pour une coopération probable de Nabis avec Polyrhénia, Aptéra, Kéraia, Lappa, Cnossos, Rhaucos et Kydonia, non seulement afin que les bases pirates se maintiennent en Crète mais aussi pour qu’ils acquièrent un accès aux fournitures du bois nécessaire à sa flotte et aux mercenaires nécessaires pour son armée, voir Karafotias 1998, p. 109-110 ; Chaniotis 1996, p. 42-3.

88 Polybe 13.82 ; Tite-Live 34.32.18 ; 34.35.9 ; 34.36.3. Pour Nabis, roi de Sparte (207-192 av. J.-C.), sa relation avec la piraterie et ses intérêts en Crète, voir de Souza 1999, p. 84-86 ; Karafotias 1998, 106 ; de Souza 1992, 74-7 ; Cartledge P., Spawforth A., Hellenistic and roman sparta, London, 1989, p. 67-9, 75-77 ; Brulé 1978, p. 46-50 ; Errington 1969, p. 34-39 ; Forrest G., A History of sparta, London, 1968, p. 148-9.

89 Voir par exemple IC ii, x (Cydonia), tit. 2 ; IC ii, (Polyrrhenia), tit. 3.

90 Tite-Live 34.35.2-4.

91 De Souza 1999, p. 86-92 ; Mικρoγιαννάκης 1967, p. 185.

92 Tite-Live 34.35.20 sq.

93 Polybe 22.15.1-6. Voir Stefanakis 1997, p. 210-213 ; Chaniotis 1996, p. 281-285 ; Spyridakis 1970, p. 59. Concernant l’action pirate des Phalasarniens, depuis le iiie siècle av. J.-C. jusqu’à leur destruction par les Romains, voir Hadjidaki 2001, p. 158-9 ; Hadjidaki 1992, p. 57-59.

94 Xανιώτης 1997, p. 267 ; sur la rançon payée pour la libération des esclaves, voir de Souza 1999, p. 65-69 ; Petropoulou 1985, p. 73-74.

95 Stefanakis 1997, p. 263 ; Garraffo 1974, p. 61. Sur la piraterie en tant que forme d’activité économique assurant la prospérité, voir de Souza 1999, p. 56-69 ; id. 1993, p. 179-86. Pour le rôle particulier de la piraterie en tant qu’acteur économique de Crète, voir Petropoulou 1985, p. 35-45.

96 de Souza 1999, p. 141-148, 157-161 ; id., « Late Hellenistic Crete and the Roman Conquest », in Cavanagh W.G., Curtis M. (éds.), Post-minoan Crete : Procceedings of the Colloquium organised by the BSA and the I of A, University College london, November 1995, BSA studies series 2, London, 1998, p. 112-116 ; Xανιώτης 1987, p. 270, 241, 244-5. Sur les proportions prises par la piraterie pendant la première moitié du ier siècle av. J.-C., voir de Souza 1999, p. 164-6.

97 Geographica 10.4.9, 12-18.

98 Vie de Pompée 24.1-3.

99 mithridatica 96.

100 Sur les raisons qui ont conduit Phalasarna à une activité intense après 168 av. J.-C., voir Hadjidaki 2001, p. 157-158. de Souza (1999, p. 59) exprime des réserves sur le fait que Phalasarna ait été un centre d’opérations de piraterie.

101 Concernant les sites-types pour les bases de pirates, avec des baies profondes et bien cachées, ainsi que des lieux élevés qui dominent le golfe et constituent des observatoires déjà depuis la période mriiic, voir Nowicki 2000, p. 264-65. A comparer également avec la base stratégique pirate d’Aigila, situé sur l’île d’Anticythère (Skylax 113bis, 4-6 ; Denys Perieg, Orbis descriptio, 499 ; Ptolémée 3.14.44, 10), « un site idéal pour l’attaque des navires qui désiraient éviter le cap Malée » (Brulé 1978, p. 31. Voir également de Souza 1999, p. 51). Aigila a trouvé la même fin tragique, sous les coups de Metellus, que Phalasarna, cité par laquelle elle était probablement contrôlée, car beaucoup de monnaies phalasarniennes, trouvées sur l’île, montrent que les habitants d’Aigila avaient des contacts plus étroits avec la Crète, qu’avec Cythère et le Péloponnèse (voir TA NEA, 03-09-2003, p. 55 ; EΘNOΣ, 02-10-04, p. 20-21).

102 Hadjidaki 1990, p. 359 ; Hadjidaki 1988, p. 471-473.

103 . Spratt 1865, p. 229.

104 . Sur la tour circulaire méridionale, voir Hadjidaki 2001, p. 156 ; frost 1997, p. 108 ; Xατζηδάκη 1993, p. 554 ; Frost et Xατζηδάκη 1993, p. 559-60 ; Frost et Hadjidaki 1990, p. 515-517 ; Hadjidaki 1990, p. 359 ; Xατζηδάκη 1989/90, p. 256-259 ; Hadjidaki 1988, p. 468-474. Sur les bassins d’eau des ports voir Blackman 1982b, p. 204.

105 . Hadjidaki 2001, p.156 ; Frost et Hadjidaki 1990, p.517-524 ; Xατζηδάκη 1989/90, p. 259.

106 Hadjidaki 2001, p. 157 ; Xατζηδάκη η 1998α, p. 589 ; Xατζηδάκη 1997, p. 697-9. Pour l’espace des ateliers voir plus concrètement, Xατζηδάκη 1994/1996, p. 230-232.

107 Les bienfaits des souverains de l’époque hellénistique sont bien connus ; ils avaient trois objectifs : l’entretien de relations politiques utiles, la manifestation de la puissance royale ainsi que l’établissement d’une relation de dépendance. Le roi de Pergame Attale Ier a ainsi offert aux Étoliens les sommes nécessaires à la construction des murs de la place forte d’Élaos (Polybe 4.65.6-7), car son objectif était la formation d’une alliance contre Philippe V (9.30.7). Voir Hansen E.V., The Attalids of Pergamon, Cornell 19712, p. 46, 292. Mac Shane R.B., The foreign Policy of the Attalids of Pergamon, Illinois 1964, p. 101, 109. De manière plus générale, au sujet des bienfaits des rois envers des villes étrangères pendant l’Antiquité, voir Veyne P., le pain et le cirque, Paris 1976.

108 Ptolémée IV Philopator a subventionné la construction d’une partie de murs de Gortyne (Strabon 10.476). Voir Παπαδάκης 2000, p. 190.

109 En 333 av. J.-C., un important afflux d’argent est probablement parvenu en Crète, provenant des forces anti-macédoniennes. Agis a reçu 30 talents d’argent et 10 trirèmes du perse Autophradates, et les a envoyés à son frère Agésilas au cap Ténare, pour qu’il recrute des marins et se rende en Crète le plus rapidement possible. Il avait pour but d’affilier aux Perses les cités crétoises, et ce but a été provisoirement atteint (Arrien 2.13.4). Voir Mικρoγιαννάκης 1967, p. 36-9 ; Badian E., « Harpalus », JHS 81, 1961, p. 25-6. Amphoteros a eu pour mission de réprimer la piraterie, et de lutter contre la révolte du Péloponnèse (Arrien 3.6.3 ; Quinte-Curce 4.8.15). Sur les opérations d’Amphoteros et leur importance, voir de Souza 1999, p. 40 ; Bosworth 1975, p. 27-43 ; Mικρoγιαννάκης 1967, p. 41-43.

110 Voir aussi Sekunda N., « H Фαλάσαρνα, oι Πέρσες και o M. Aλέξανδρoς », Kρητικό Πανόραμα 2, 12/2003-01/2004, p. 128-129. Concernant l’introduction possible de monnaies par Agésilas et Agis, en Crète, voir Toυράτσoγλoυ 1995, p. 23.

111 Hadjidaki 2001, p. 156 ; Xατζηδάκη 1993, p. 554 ; Frost et Hadjidaki 1990, p. 517-521, où la séparation des deux tours n’était pas encore distincte.

112 Frost et Hadjidaki 1990, p. 525.

113 Xατζηδάκη 1998α, p. 589 ; Xατζηδάκη 1994-1996, p. 233-235 ; Xατζηδάκη 1992, p. 567.

114 Polybe 22.15.1-6 ; Chaniotis 1996, p. 281-285.

115 Hadjidaki 2001, p. 157-158.

116 Frost 1997, p. 110. La montée continue du niveau de la mer pendant cette période (Pirazzoli et al. 1992, p. 386-390) pourrait aussi être la cause des nouvelles constructions. Hadjidaki 2001, p. 157-8 ; Frost et Hadjidaki 1990, p. 524.

117 Sur les ports reliés à la ville par l’intermédiaire de murailles, voir Blackman 1982b, p. 193-4.

118 Concernant la formation des ports à partir de bassins naturels, voir Blackman 1982b, p. 193.

119 Pour le port militaire voir Hadjidaki 2001, p. 155-156 ; Xατζηδάκη 1992, p. 567 ; Hadjidaki 1990, p. 359-60. Des sédiments marins anciens, des dépôts et des organismes ont été récupérés et analysés. Leur association avec la céramique, les monnaies, les clous et les nombreuses pointes de flèches en cuivre trouvés sur place, a confirmé qu’il s’agissait d’un port militaire, utilisé au moins depuis l’époque hellénistique, cf. Hadjidaki 1988, p. 474-5. La fouille a également très bien mis en évidence la stratigraphie du remblai. L’étude des indications archéologiques et géomorphologiques, de la lithologie, des macro-et microfaunes et la méthode du carbone 14 nous apportent de multiples détails quant à l’évolution de cet espace à travers les siècles (Pirazzoli et al. 1992, p. 377, 382). A propos des ports militaires de manière plus générale, voir Blackman 1982b, p. 189.

120 Concernant les trirèmes voir Morrison J.S., Coats J.F., The Athenian Trireme, Cambridge, 1986. Rougé 1981, p. 84-92 ; Amit 1965, p. 9-14, 27, 29-53. Concernant de manière plus générale la marine antique voir Delgado 1997.

121 Sur les entrées étroites des ports anciens, voir Blackman 1982b, p. 194.

122 Sur les problèmes des remblais et les solutions apportées, voir Blackman 1982b, p. 199.

123 Hadjidaki 1990, p.360 ; Hadjidaki 1988, p.475-476 ; Pirazzoli et al. 1992, p. 382.

124 Concernant la jetée voir Xατζηδάκη 1988α, p. 589 ; Frost 1997, 108 ; Xατζηδάκη 1994-1996, p. 235. La fouille de la jetée a fait l’objet des trois dernières périodes de fouilles et a fourni des éléments importants qui seront publiés prochainement. Pour les quais en général, voir Blackman 1982b, p. 202.

125 Concernant les perforations des jetées, voir Blackman 1982b, p. 203.

126 Deux ancres en pierre ont été, jusqu’à présent, trouvées à l’intérieur du port.

127 Pour des constructions similaires aux quais, voir Blackman 1982b, p. 204.

128 Hadjidaki 2001, p. 157 ; Xατζηδάκη 1997, p. 700 ; Xατζηδάκη 1994-1996, p. 233 ; Xατζηδάκη 1993, p. 554 ; Frost et Xατζηδάκη 1993, p. 559-60 ; Frost et Hadjidaki 1990, p. 524-5 ; Xατζηδάκη 1989-1990, p. 259. Sur les arsenaux en général, voir Blackman D., « Progress in the Study of Ancient Shipsheds : a Review », in Beltrame C. (éd.), Boats, Ships and Shipyards, Oxford, 2003, p. 81-90 ; Blackman 1982b, p. 204-6. Pour les arsenaux de Kition, voir Callot O., « Les hangars du port de Kition (ve-ive siècle av. J.-C. », in Swiny et al. 1997, p. 71-81.

129 Diodore de Sicile 3.44.8 ; Strabon 17.3.14 ; Appien, libyca 605-608.

130 Frost et Hadjidaki 1990, p. 527 et n. 22 ; Hadjidaki 1988, p. 477-478.

131 Le mot vient du grec et désigne depuis le viie siècle les récipients à boire de Laconie, utilisés par les marins et les soldats. Il s’agit d’un gobelet doté d’une anse et caractérisé par une lèvre recourbée vers l’intérieur et de hautes parois qui empêchaient le liquide transporté de s’écouler lors de conditions difficiles. Hadjidaki 1998b, p. 477.

132 Sur le double port de Carthage voir Land S., Carthage. A History, Oxford, 1995, p. 172-189 ; Hurst H., Stager L., « A metropolitan landscape : the late punic port of Carthage », World Archaeology 9, 1978, p. 340-1 ; Baradez J., « Nouvelles recherches sur les ports antiques de Carthage », karthago IX, 1959, p. 47-78. Pour la topographie de la ville, voir Huss W., Die karthager, München, 1985, p. 19-23.

133 Hadjidaki 1988b, p. 478 ; Hurst 1979, p. 22-28.

134 Hadjidaki 1988b, p. 478 ; Hurst 1979, p. 27-32. D’autres ports sont considérés comme des cothon dans la bibliographie et ont une forme semblable à celles de Carthage et Lechaion mais ils sont taillés dans une côte rocheuse où sans doute existait une formation naturelle. Ainsi, les cothon mentionnés en Occident comme ceux de Hadrumentum, Mahdia, Motya, Rachgouin et Monastir ont sans doute été utilisés comme bassins peu profonds pour bateaux de pêche. Voir Hadjidaki, 1988b, p. 478-479. Blackman 1982a, p. 93-4.

135 Voir Paris J., « Contributions à l’étude des ports antiques du monde grec », BCH 39, 1915, p. 5-16 ; Shaw J., « A foundation at the inner harbor at Lechaeon », AJA 73, 1969, p. 370-372. Blackman 1982b, p. 188.

136 Stager L., « Excavations at Carthage, the Punic Project : a first interim report », AASOR 43, 1976, p. 151-70.

137 Hadjidaki 1996.SurCaesariaMaritimaetsesports,voir oleson J.P., Branton G.,« TheTechnologyof King Herod’s Harbour », in Vann R.L. (éd.), Caesarea Papers. straton’s Tower, Herod’s Harbour, and roman and Byzantine Caesarea, Journal of Roman Archaeology, Supl. 5, Ann Arbor, 1992, 58-63 ; Raban A., Holum K.G. (éds.), Caesaria maritima : A retrospective after Two millenia, Leiden, 1996 ; Raban A., « The Herodian Harbour of Caesarea : how it was built and operated », Centre for maritime studies News, rep. 19, Haifa 1992 ; Raban A., Hohlfelder R.L., « The Ancient Harbours of Caesarea Maritima », Archeology, 34.2, 1981, p. 56-60.

138 Voir Hadjidaki 1996, p. 53 et n. 2 avec toute la bibliographie récente sur le port à l’entrée « stratonos Pyrgos ».

139 Periplous 67.

140 Sur le port de Thasos, voir Σίµωσι 1994-5 ; Σίμωσι A., Empereur J.-Y., « Eνάλιες ελληνoγαλλικές έρευνες στo λιιμάνι της Θάσoυ », AAA XX, 1-2, 1987, p. 75-92.

141 Empereur J.-Y. et Verlinden C., « The underwater excavation at the ancient port of Amathus in Cyprus », IJNA 16 :1, 1987, p. 7-18.

142 Blackman 1982a, p. 90-91 ; Jameson M., « Halieis at Porto Heli », in Blackman D.J. (éd.), marine Archaeology, London, 1973, p. 219-231 ; Jameson M., « Excavation at Porto Heli », Hesperia 38, 1969, p. 311-342.

143 Sur le port du Pirée, voir Amit 1965, p. 73-79 ; Panagos C.T., le Pirée, Athènes, 1968, p. 159-214 ; Garland R., The Piraeus : from the fifth to the first Cent. B.C., London 1987 ; sur le port d’Egine, voir Knoblauch P., « Die Hafenanlagen der Stadt Agina », AΔ 27, 1972 (1974), A, p. 50-85 ; sur le port de Samos, voir Σίμωσι A.,« To αρχαίo λιμάνι της Σάμoυ », AAA XXI, 1988, p. 111-125 ; sur Antissa, Σίμωσι A., « Kαλός Λιμένας (Tσαμoύρ λιμάνι). O πoλεμικός ναύσταθμoς αρχαίας Aντίσσης », AAA XXIX-XXXI, 1996-8, p. 147-156.

144 Sur la construction des ports dans l’Antiquité, voir Vitruve, De Architectura, v.12.2-3. Blackman 1982a, p. 79.

145 Blackman 1982b, p. 194.

146 Voir Hadjidaki 1988, p. 478-479.

Notes de fin

* Je voudrais exprimer tous mes remerciements au Dr. Elpida Hadjidaki pour m’avoir permis de présenter la documentation de cette recherche, ainsi qu’à P. Romnaki, M. Mavroudi, D. Palaiothodoros, V. Stefanaki, B. Traeger et G. Patroudakis, pour leur contribution à la rédaction de cet article.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540