Version classiqueVersion mobile

Galions engloutis

 | 
Pierre Frantz
, 
Isabelle Moindrot
, 
Florence Naugrette

Je l’ai rencontrée sur le tard

Jean-Marie Villégier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je l’ai rencontrée sur le tard, quelques trop rares fois, toujours en mêmes circonstances.

Aux soirs de première, rideau chargé sur l’ultime salut, le metteur en scène ouvre la porte qui sépare les deux espaces constitutifs du théâtre. Il longe la salle déserte, se faufile dans le corridor où quelques attardés remettent les derniers tickets aux demoiselles du vestiaire. Bourdonnement indistinct d’exclamations et de rires. Le public s’est désassemblé. Les mécontents, car il en fut, ont pris la poudre d’escampette. Rendus à leurs identités, ceux qui restent sont des proches, des amis, des connaissances. Ils ont aimé un peu, beaucoup, passionnément, à la folie. Le nouveau-né passe de mains en mains, de bras en bras, de caresse en caresse. L’oiseau bleu et la fée violette le baptisent au champagne. Il pleut du sucre.

Difficile, vaguement douloureux est l’atterrissage dans la bienveillante cohue, échantillon peu représentatif de ce peuple rêvé qu’un rejeton de Jean Vilar, incorrigible, ne ...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search