Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces d'échanges en Méditerranée

 | 
François Clément
, 
John Tolan
, 
Jérôme Wilgaux

Première partie. Le port

Fréquentation ou intégration : les présences allogènes dans les emporta étrusques et ligures ( vi e - iv e siècles av. J.-C.)

Stéphane Bourdin

Texte intégral

  • * Je tiens à remercier M. le professeur Michel Gras, directeur de l'École fr (...)

1 La réflexion sur le commerce maritime et sur les activités portuaires en Méditerranée occidentale, entre le viii e siècle av. J.-C. – moment où commencerait le grand mouvement d'expansion grecque, avec en particulier la fondation du comptoir de Pithécusses vers 770 – et la conquête romaine des rives de la Méditerranée, véhicule un certain nombre de modèles historiographiques, voire de lieux communs, à propos desquels il convient d'apporter quelques nuances. *

  • 1 Cf. Morel J.-P., « Le commerce étrusque en France, en Espagne (...)

2 Ainsi, sur la base des sources littéraires notamment, on a élaboré un schéma de la colonisation grecque, qui touche précocement l'Italie, avec la fondation de Cumes par les Eubéens vers 750, tandis qu'on faisait se dissiper les ténèbres sur les rivages de la Gaule au moment où le bateau du Phocéen Protis pénétrait dans le Lacydon, futur Vieux-Port de Marseille. En réalité, on sait désormais que cette « expansion » grecque n'est qu'un phénomène parmi d'autres qui lui sont contemporains, voire antérieurs (comme la colonisation phénico-punique) et on a découvert qu'un siècle avant la fondation de Marseille, les côtes de Provence et du Languedoc étaient fréquentées par des marchands étrusques, à qui l'on attribue, à bon droit, l'introduction du vin en Gaule 1

  • 2 Ainsi, dans un édifice interprété comme l’entrepôt d’un marchand, le long (...)

3 Cette exagération du poids économique grec va de pair avec l'idée que la civilisation grecque ayant déjà atteint un stade « supérieur », fondé notamment sur la maîtrise de l'écriture alphabétique, une éventuelle acculturation ne pouvait se faire qu'en sens unique, de la Grèce vers les « barbares ». Ce n'est que récemment que l'on a commencé à prendre en considération le fait que l'acculturation est toujours un phénomène à double sens. De ce fait, l'adaptation des artisans grecs au goût de leurs clients étrusques, par exemple, peut être considérée comme une acculturation. Enfin, des études récentes ont montré qu'au-delà même d'une simple fréquentation des sanctuaires de Grèce par des Italiens, certaines marchandises étrusques, comme le bucchero ou les vases de bronze, étaient assez largement diffusées en Grèce 2 .

Emporia étrusques et ligures

4Enfin, troisième paradigme partiellement remis en cause, l'idée que la présence des étrangers dans les sociétés antiques était souvent marginale et dans tous les cas très contrôlée, et que le statut de nauclère ou de métèque ne permettait pas une pleine intégration dans la société d'accueil.

  • 3 Cf. les différentes contributions dans Bresson A., (...)

5 Nous voudrions ici reprendre rapidement la documentation disponible sur la société vivant dans les ports étrusques et ligures aux vi e - iv e siècles, ports que nous avons qualifiés d’ emporia , en nous tenant à la définition très large du terme, qui peut être entendu comme « place de commerce », « lieu où se produisent les échanges ». Cette acception très large se fonde sur la polysémie du mot emporion , telle qu'elle a été mise en évidence par les travaux d'Alain Bresson et Pierre Rouillard notamment 3 . Au-delà, nous voudrions tenter de mieux comprendre les conditions concrètes des contacts interethniques dans les espaces emporiques et dans quelle mesure ils ont pu déboucher sur une intégration des populations allogènes dans les sociétés d'accueil.

6 Présentons rapidement le cadre de l'enquête (cf. carte page précédente). En tenant compte des lacunes de la documentation, notre enquête portera essentiellement sur 4 ports étrusques, dont 2 qui sont situés sur le littoral tyrrhénien, le port de Pyrgi, emporion de la cité de Caere et le port de Grauisca , dépendant de la cité de Tarquinii . Nous comparerons la situation de ces deux sites avec celle des deux principaux emporia étrusques sur l'Adriatique, Spina et Adria , situés respectivement au sud et au nord du delta du Pô et, enfin, avec la situation du port ligure de Gênes, qui commence à être mieux connue depuis les fouilles récentes.

Le problème des populations allogènes

  • 4 J’ai consacré à ce thème ma thèse de doctorat : Peuples et conflits te (...)

7 Avant d'analyser ces cas concrets, évoquons rapidement quelques problèmes de méthode. Notre propos, je l'ai déjà dit, est d'analyser l'importance et la situation sociale et juridique des populations allogènes qui fréquentent les ports étrusques et ligures. Nous nous heurtons donc au vaste problème de la détermination et de la pertinence des identités ethniques en Italie 4 . De l'avis des auteurs antiques eux-mêmes, Pline l'Ancien par exemple (III, 38), la péninsule italienne, avant la conquête romaine, peut être considérée comme une mosaïque de peuples, chacun se distinguant par sa langue, ses mœurs, son organisation politique et militaire, etc. Nous pouvons donc partir du postulat raisonnable qu'en étudiant un port étrusque, on peut reconnaître la présence de « non-Étrusques » ou que dans un port ligure, on rencontrera des « non-Ligures ».

  • 5 Pour une analyse du sens du terme emporion chez Strabon (...)
  • 6 Pour les sources littéraires sur Adria, cf. de Min M., (...)
  • 7 Cf. ps. Scylax, § 17 ; Strab., v , 1, 7.
  • 8 Cf. Hellanicos, FGH 4 F 4 ap. DH. i (...)
  • 9 Cf. Strab., v , 1, 7 ; ix , (...)
  • 10 Cf. Bickerman E.J., « origines gentium », (...)

8 Comment reconnaître un Étrusque ou un Ligure d'un étranger ? Les sources littéraires se posent rarement la question et, à les lire, la situation semble toujours claire. Ainsi, chez Strabon, Gênes est définie sans ambiguïté comme l’ emporion des Ligures ( v , 1, 3) 5 . Cependant, si l'on se penche sur les autres cas, la situation semble beaucoup moins claire. En effet, comme pour la plupart des centres d'Italie, l'identité ethnique attribuée aux ports de Spina et Adria varie selon les auteurs 6 . Le port étrusque de Spina est toujours mentionné comme une ville grecque 7 ou comme une fondation pélasge 8 . Pline l'Ancien rappelle que la cité aurait été fondée par Diomede ( iii , 120). Justin ( xx , 1, 11) en fait une ville thessa-lienne en pays ombrien, ce que confirme Stéphane de Byzance ( s.u. ). La mention d'un trésor des Spinètes à Delphes s'accorde bien avec cette identité grecque de la cité 9 . Néanmoins, comme l'a rappelé Dominique Briquel, la version qui fait de Spina une cité grecque renvoie à la propagande anti-dionysienne, qui accuse le tyran d'attaquer des cités grecques ; cette version serait développée et mise en avant par les Étrusques eux-mêmes. Nous sommes ici face à un phénomène bien connu, mis en lumière par Elias Bickerman, celui de la création, artificielle, de récits d' origines gentium , afin de justifier une alliance militaire ou l'établissement de relations diplomatiques 10 .

  • 11 Cf. fr. 128 c Jacoby, ap. Schol. Lycophr., 631. (...)
  • 12 Ap. Etym. Magnum, s.u. ’ Aδρίας τò πέλαγoς.
  • 13 Cf. Varr., L., v , 161 ; Liv., (...)

9 De la même manière, au gré de l'évolution du contexte géopolitique, des traditions contradictoires évoquent Adria . On attribue sa fondation à des héros mythiques : à Adrios, qui serait illyrien d'origine, selon Théopompe 11 , ou messapien, selon Eudoxe, Phlégon et Orion 12  ; à Diomède, selon Stéphane de Byzance ( s.u. ‘Aτρῖα). D'après une autre version, Adria serait une fondation de Denys de Syracuse ( Schol. Lycophr. , 631 ; Etym. Magn., s.u. ) et l'on peut y rattacher le passage de Justin ( xx , 1, 9) qui la définit comme Graeca urbs . Enfin, outre le lexique d'Hésychios qui mentionne la présence de Celtes dans la région autour d' Adria ( s.u. ‘Aδριανοί), la tradition romaine en fait une ville étrusque 13 .

10 Pour ces deux ports donc, les sources littéraires proposent plusieurs identités ethniques concurrentes : étrusque, grecque, celte, ombrienne... Cette versatilité de la documentation reflète selon nous plusieurs phénomènes :

  • l'identité ethnique d'une ville est une notion relative, qui prête à confusion,
  • certaines villes assument diverses identités, en fonction des périodes de leur histoire et des hégémonies successives,
  • certaines villes possèdent une population multiethnique, ce qui autorise, par métonymie, à désigner le tout par la partie.

11 La documentation littéraire est donc fortement polémique et ne fournit pas des données neutres quant à l'identité ethnique des populations de ces emporia .

  • 14 Cf. Foti G., Colonna G., (...)
  • 15 Cf. Torelli M., « Il santuario greco di Gravisca, (...)

12 Les archéologues se sont intéressés très tôt aux sites côtiers et des fouilles célèbres, tout au long du xx e siècle, ont mis au jour les sanctuaires de Pyrgi , sous la direction de Massimo Pallottino puis de Giovanni Colonna 14 , le port de Gravisca sous la direction de Mario Torelli 15 , une grande partie des nécropoles de Spina et Adria , une portion de l'habitat de Gênes. Cependant, la documentation archéologique n'est pas homogène, dans la mesure où, d'une part, certains sites, comme la nécropole de Gênes et surtout celles de Spina , sont presque inédits et que nous ne raisonnons pas sur la totalité de la documentation disponible. À Pyrgi , la fouille s'est concentrée sur le sanctuaire, au détriment des autres secteurs du site. À Adria , comme à Gênes, la ville actuelle recouvre l'habitat antique que l'on ne connaît qu'à travers des fouilles d'urgence, sur des portions réduites.

  • 16 Kruta V., Les Celtes. Histoire et dictionnaire, des (...)
  • 17 Cf. Durante A., « Corredi tombali con elementi tipo La T (...)
  • 18 Cf. Dore A., « L’armamento lateniano in Italia : rifless (...)
  • 19 Cf. Briquel D., « La tradition sur l’emprunt d’armes sam (...)
  • 20 Cf. Milanese M., Mannoni G., (...)
  • 21 Cf. Perrault J.‑Y., « Les emporia (...)

13 Au-delà des aspects lacunaires de la documentation se pose également le problème de son interprétation : est-il possible, au regard de la documentation archéologique, de restituer l'identité ethnique des populations qui ont produit les vestiges ? Est-on autorisé, comme le fait Venceslas Kruta dans sa récente synthèse sur les Celtes 16 , à écrire, à propos de Gênes, « l'agrafe ibérique et le fragment de fourreau d'épée laténien, trouvés dans les fouilles de Gênes-San Silvestro dans une couche datée du dernier quart du iv e siècle av. J.-C., sont probablement des témoins de l'existence en ce lieu d'un marché d'embauche de mercenaires de diverses origines, parmi lesquels devaient figurer des individus d'origine celtique ou celto-italique » ? La grande diffusion des armes laténiennes en Italie – et on en retrouve dans plusieurs nécropoles ligures, à Ameglia par exemple 17 , mais aussi dans les Marches et en Ombrie 18 – ne doit pas systématiquement être interprétée comme un indice de la présence physique de populations celtiques. Les armes comptent parmi les objets qui voyagent le plus et une population a tout intérêt à adopter l'armement de ses voisins, dans la mesure où celui-ci présente des qualités supérieures. Les Étrusques ne font pas autrement, dans le courant du vii e siècle av. J.-C., en adoptant des Grecs l'armement hoplitique et les Romains eux-mêmes utilisent des casques inspirés de modèles gaulois et des boucliers dérivant d'un type samnite 19 . Il faut donc être très prudent et ne pas penser par automatismes. Nul ne songerait à écrire que la présence de vases attiques en Étrurie – et on trouve plus de vases attiques dans les tombes étrusques qu'en Grèce même – démontre la présence physique massive d'Athéniens. En outre, la documentation archéologique ne s'accorde que rarement avec les sources littéraires : à Marco Milanese qui, se basant sur le matériel découvert lors des fouilles de Gênes (amphores et céramique commune étrusque notamment), conclut que la ville est une fondation étrusque 20 , on peut opposer le témoignage constant des sources littéraires (Strabon, Tite-Live) qui attribuent la ville aux Ligures. Il est donc évident que notre enquête ne peut pas se fonder sur les seules données archéologiques et Jacques Perrault l'a rappelé récemment en remettant en cause l'idée que les comptoirs d'Al-Mina ou de Bassit, sur la côte de la Syrie, fussent des fondations grecques 21 .

  • 22 Cf. Prosdocimi A.L., « Celti in Italia prima e dopo il v (...)
  • 23 Cf. Milanese M, Mannoni T., (...)
  • 24 Cf. en dernier lieu, Cristofani M., Etrusc (...)
  • 25 Cf. Gras M., « Gli scambi », in (...)

14 Le troisième ensemble documentaire sur lequel nous pouvons appuyer notre enquête est celui de la documentation épigraphique. On connaît plus de 9 000 inscriptions étrusques et il est relativement aisé de distinguer une inscription étrusque d'une inscription grecque, pour peu qu'elle contienne plus de 2-3 lettres. En revanche, aucune inscription n'est pour l'instant clairement attribuée à la langue des Ligures, même si certaines stèles de Lunigiana et de Versilia portent des formules onomastiques qui semblent pouvoir y être rattachées 22 . On peut considérer qu'une inscription rédigée dans la langue étrusque est le signe de la présence d'un Étrusque sur le site. Mais, là encore, il faut se méfier des automatismes. Ainsi, dans l'habitat de Gênes, on a découvert une anse d'amphore corinthienne, qui porte une inscription numérale étrusque : on se trouve dans ce cas face à un objet produit en Grèce, passé en Étrurie et enseveli en Ligurie 23 . De la même manière, la fouille d'épaves, comme celle de l'île du Giglio, a bien montré le caractère composite des cargaisons, remplies au gré des escales, sans que l'on puisse en inférer l'identité ethnique du transporteur 24 , ce qui a notamment amené Michel Gras à remettre fortement en cause le concept même de « commerce étrusque 25  ». Pour affirmer qu'une inscription témoigne de la présence d'un individu particulier sur un site, il faut donc tenir compte, en plus de la langue de l'inscription, du type d'objet sur lequel elle se trouve et de la situation stratigraphique.

15Ce préalable, un peu long, nous a semblé nécessaire pour bien avoir à l'esprit qu'il est parfois dangereux de proposer des modèles ou des interprétations historiques à partir d'éléments hétéroclites et d'inégale valeur, comme peuvent l'être les sources de l'historien de l'Antiquité ou de l'archéologue.

  • 26 Pour Adria, cf. Colonna G., « L’Adriatico tra (...)

16 Nous pouvons envisager maintenant les cas concrets des ports étrusques et ligures, en les regroupant par type : ainsi Pyrgi et Grauisca sont des emporia strictement liés à une « métropole », tandis que Spina et Adria semblent être des villes autonomes 26 . Dans le cas de Gênes, la situation institutionnelle des Ligures est tellement mal connue qu'elle disqualifie toute tentative de classification.

17Pour plus de commodité, on peut se reporter au tableau dans lequel sont mis en regard les principaux éléments connus pour chacun de ces ports.

Tableau 1. – Les principales phases des emporia pris en examen .

Tableau 1. –           Les principales phases des           emporia           pris en examen           .

Les ports de Pyrgi et Grauisca et l’intégration des élites

  • 27 Cf. Johnston A., Pandolfini (...)

18 Grauisca , près de l’actuel Porto Clementino, constituait, dans l’Antiquité, le port de la cité étrusque de Tarquinia. L’habitat et le port eux-mêmes sont assez mal connus, dans la mesure où ils sont recouverts par les niveaux de la colonie maritime romaine, fondée en 181 av. J.-C., et qu’on n’a pu atteindre les niveaux d’époque étrusque qu’à travers quelques sondages d’extension limitée. À partir de 1969 donc, les fouilles ont porté sur une zone de sanctuaire, au sud de la ville. Les vestiges, d’interprétation difficile de l’aveu même des fouilleurs du site, se composent, dans leur ultime phase d’occupation ( iv e - iii e siècle), d’un ensemble de structures (numérotées d’α à ε), articulées elles-mêmes en plusieurs espaces (pièces, cours, portiques) et alignées le long d’une rue. Les structures ont été interprétées comme les différents édifices de culte d’un sanctuaire, en particulier sur la base du matériel découvert et surtout d’une série importante de dédicaces, dont nous possédons une publication récente et détaillée 27 .

  • 28 Pour la répartition des inscriptions, on peut se reporter au tableau qui fait la syn (...)
  • 29 Cf. Torelli M.,« IlsantuariogrecodiGravisca », (...)
  • 30 Cf. Moretti L., « Epigraphica. 26. Sulle iscrizioni grec (...)
  • 31 Cf. Velissaropoulos J., « Le monde de l’ e (...)

19 Ce sanctuaire a livré 119 inscriptions grecques 28 – je laisse de côté ici les simples graffites d’une ou deux lettres sous le pied d’un vase – en général sur céramique, à l’exception, notable, de la dédicace à Apollon d’un Sostratos gravée sur une ancre de pierre. Dans leur très grande majorité, ces inscriptions datent de la 2 e moitié du vi e siècle av. J.-C., en particulier des années 550-520. On rencontre 44 dédicaces à Héra (à qui on attribue l’édifice α), 6 à Aphrodite (dont on localise le culte dans l’édifice γ), 3 à Apollon, 1 à Déméter et 1 aux Dioscures. Mario Torelli a bien noté d’autre part que les noms des dédicants qui apparaissent dans ces inscriptions, en dialecte ionien ou en alphabet éginète, rappellent certains noms de marchands qu’on rencontre à Naukratis et il a proposé d’identifier ces dédicants, en particulier Sostratos, qui ne serait autre qu’un riche marchand d’Égine, mentionné par Hérodote ( iv , 152) 29 . Même si l’on peut discuter du détail de ces identifications – et Luigi Moretti a émis de très forts doutes à ce sujet 30 – l’essentiel de la démonstration de Torelli demeure. Pendant tout le vi e siècle, dans le sanctuaire de Gravisca, des marchands grecs ont pratiqué des cultes grecs, en particulier celui d’Aphrodite, qui est protectrice de la navigation sous les épiclèses d’ ourania, Epistrophia, etc. 31 . Dans ce même sanctuaire, on trouve des dédicaces en langue étrusque, qui sont en général plus récentes, mais qui parfois, dans le cas des dédicaces à Turan – le nom d’Aphrodite en étrusque – remontent jusqu’au 3 e quart du vi e siècle av. J.-C. Cette fréquentation du sanctuaire par les Grecs décline fortement à partir de la fin du vi e siècle pour devenir anecdotique à partir du 2 e quart du v e siècle.

  • 32 La situation de Pyrgi diffère fortement de celle de Gra (...)
  • 33 Cf. Cristofani M., op. cit . (...)

20 La situation de Pyrgi est à la fois similaire et dissemblable. Pyrgi est considérée comme le port de la cité étrusque de Caere . Comme à Gravisca, on n’a pas pu fouiller l’habitat étrusque, qui se trouve d’une part sous la colonie maritime romaine, fondée vers la fin du iii e siècle, et d’autre part sous le château de Santa Severa. On a en revanche exploré une portion du sanctuaire extra-urbain, situé au sud. Sans entrer dans les détails, rappelons qu’on a mis en évidence la construction, vers 510, d’un premier temple (le temple B), auxquels se sont ajoutés, dans un second moment, l’aire C, qui est en partie accolée au temple B et le temple A, de type toscan. On a découvert très peu d’inscriptions grecques à Pyrgi 32 , mais on pense que le temple B, par ses caractères architecturaux qui le rapprochent de ceux de Grande Grèce, devait jouer un rôle de médiation vis-à-vis des populations grecques. En outre, la découverte dans le puits de l’aire C, des fameuses lamelles d’or de Pyrgi , portant une inscription phénicienne et une inscription étrusque, indique, selon l’interprétation de Mauro Cristofani, que thefarie Velianas , roi de Caere , a fait construire l’édicule en l’honneur de la déesse étrusque uni , assimilée à Astarté dans le texte phénicien, pour servir d’espace de médiation avec les Phénico-puniques qui fréquentaient l’ emporion 33 .

Tableau 2. – Répartition des inscriptions (graffites exclus).

Tableau 2. –           Répartition des inscriptions (graffites             exclus).
  • 34 Parmi les nouvelles inscriptions découvertes à Pyrgi , u (...)

21 Nous avons donc un premier cas de figure, dans lequel des marchands grecs ou phéniciens fréquentent les sanctuaires des ports étrusques, dans le courant du vi e siècle, et y pratiquent leur culte. Cette présence n’est-elle qu’épisodique ou peut-elle déboucher sur l’installation durable d’une partie de ces populations 34  ?

  • 35 Cf. la Rocca E., « Crateri in argilla figulina del geome (...)
  • 36 Cf. Gaultier F., « Le ceramiche dipinte di età arcaica » (...)

22 Pour les céramologues, l’installation d’artisans grecs en Étrurie ne fait pas de doute et ce dès une date très haute. Eugenio La Rocca explique ainsi la naissance du répertoire dit « italo-géométrique », dans les 2 e et 3 e quarts du viii e siècle, par l’installation d’artisans eubéens à Vulci 35 . Par la suite, vers 550, à l’époque des dédicaces grecques de Gravisca, des artisans ioniens s’installent à Caere et à Vulci, comme le peintre de Busiris ou le peintre de Pâris, où ils contribuent à la transmission à l’Étrurie de la technique de la céramique à figures noires. D’autres artisans grecs actifs en Étrurie sont connus pour le v e siècle, dont un qui signe en grec Arnthe Praxias, en faisant précéder son nom grec d’un prénom étrusque et un autre qui signe en étrusque, en étrusquisant son nom Metrôn en metru 36 .

  • 37 On rappellera notamment Ampolo C., « Demarato. Osservazi (...)
  • 38 Les sources qui mentionnent l’arrivée de Démarate sont : Pol., (...)

23 Les sources littéraires évoquent un cas fameux, sur lequel la bibliographie est immense 37 , celui du corinthien Démarate 38 . Fuyant la tyrannie de Cypsélos à Corinthe, vers 650 av. J.-C., Démarate voyage avec sa ὁλκάς jusqu’à Tarquinia, où il entretenait déjà des relations commerciales. Il s’installe dans la ville et y amène des artisans, comme le céramiste Ecphantus (Nep., ap. Plin., xxxv , 16) et les modeleurs Euchir, Diopus et Eugrammus (Plin., xxxv , 151). Il épouse également une femme du lieu, de haute naissance. Les sources ne sont pas unanimes quant au statut qu’a obtenu Démarate dans sa cité d’adoption. Cicéron considère qu’il est reçu comme ciuis avec tous les honneurs. Cependant, Denys d’Halicarnasse ( iii , 46-47) précise que c’est parce qu’on refusait au fils de Démarate les droits politiques qu’il choisit de s’exiler à Rome, où il deviendra le roi Tarquin l’Ancien. Leur statut à Tarquinia s’apparenterait alors à celui des métèques à Athènes. Il est difficile de trancher entre ces deux versions mais il semble bien cependant que la version suivie par Denys ne vise qu’à mettre en valeur l’image de Rome, ville ouverte aux étrangers de talent.

  • 39 Cf. Marchesini S., Studi onomastici e soci (...)

24 Le mérite revient à Carmine Ampolo d’avoir mis en relation l’épisode de Démarate avec plusieurs inscriptions étrusques, pour montrer que le cas n’était pas isolé. L’inscription étrusque ET Ta 6.1 en particulier mentionne un personnage qui rappelle fortement l’exemple de Démarate. Elle se trouve sur un vase de la 2 e moitié du vii e siècle, provenant du tumulus del re, dans la nécropole de la Doganaccia à Tarquinia. Elle mentionne un personnage, rutile hipucrates, avec un prénom qui renvoie au latin Rutilius et un gentilice développé à partir de l’idionyme grec ‘Iππoκράτης. Un autre nom grec est connu à Caere, où un aryballe globulaire, datant de 650-625 environ, porte le nom d’une femme ( ET OA 2.2) : larθia telicles , dont le prénom est étrusque, Larθia, mais dont le gentilice est la retranscription du grec Tήλεκoς 39 . Nous avons enfin un dernier exemple, plus tardif, avec le velθurus pereceles ( Et Vs 1.67) d’une tombe de la nécropole de Crocefisso del Tufo à Orvieto, dont le prénom est étrusque, tandis que le gentilice est une adaptation du nom grec Περικλῆς.

25 Dans tous les cas, on peut constater que les individus ont adopté la langue étrusque. Il peut s’agir, dans le premier cas, du migrant lui-même, qui a transformé son nom individuel grec en gentilice, ou d’un de ses descendants. Le fait qu’ils possèdent un gentilice indique qu’ils ont accédé au statut de citoyen et qu’ils ont fondé des gentes . Ces témoignages de population d’origine grecque sont très localisés, en général dans la seconde moitié du vii e siècle, et les gentilices formés sur des noms grecs ne semblent pas avoir de postérité.

26Nous voyons donc que les flux commerciaux qui se développent entre le monde grec et l’Italie, à l’époque archaïque, ne se limitent pas à un simple transfert de marchandises ou à la fréquentation des sanctuaires. Certaines catégories de population, des artisans mais également de hauts aristocrates, se transfèrent dans les centres d’Étrurie. Leur insertion dans le système gentilice semble démontrer qu’ils s’intègrent facilement dans la société d’accueil, à un rang élevé. Cette « mobilité des élites » touche d’ailleurs toute l’Italie à l’époque – et n’oublions pas que sur 7 rois de Rome tels que nous les présente la tradition, il y aurait 3 Étrusques et un Sabin.

Spina et Adria  : des sociétés multi-ethniques

  • 40 À Spina, on a mis au jour, entre 1922 et 1935, 1 213 tombes à Valle Tr (...)
  • 41 Cf. Patitucci Uggeri S., Uggeri (...)

27 Adria et Spina sont deux ports étrusques situés chacun sur une des branches du delta antique du Pô. À Spina , à l’occasion des travaux de bonification à partir de 1922 et notamment du creusement du canal collecteur qui coupe l’habitat en deux, on a commencé à fouiller les deux nécropoles de Valle Pega et Valle Trebba. Plus de 4 000 tombes ont été mises au jour, mais on ne possède une documentation, très succincte et en grande partie inédite, que pour une minorité d’entre elles 40 . L’habitat est localisé sur une dune allongée, qui forme une espèce d’îlot et des sondages récents ont montré qu’il s’étendait aussi sur des dunes proches, pour former un ensemble divisé en plusieurs îles, une espèce de « Venise antique ». Seule une petite partie de la ville a été fouillée mais on voit clairement, notamment en photographie aérienne, que l’habitat est divisé en îlots orthogonaux, avec une orientation N/NE. Ce plan régulier est le signe d’une volonté d’urbanisation spécifique, comme le montrent plusieurs cippes de délimitation de l’espace urbain. La ville est fondée à la fin du vi e siècle et disparaît au début du ii e siècle av. J.-C. probablement en raison de l’ensablement des canaux qui la reliaient à l’Adriatique 41 .

  • 42 Cf. Dallemulle U., « Topografia ed urbanistica dell’ant (...)

28 L’habitat d’ Adria est lui aussi mal connu, puisqu’il est recouvert par la ville actuelle 42 . Néanmoins, des fouilles de sauvetage ont permis de comprendre qu’il était constitué de maisons sur palafitte, avec des planchers de bois, des élévations en argile pressée et une couverture de joncs et qu’il apparaissait dans le 2 e quart du vi e siècle av. J.-C. On connaît avant tout les nécropoles, situées en majorité au sud de la ville, mais là encore, le matériel est assez mal publié. D’une manière générale, à Adria comme à Spina , on connaît surtout les tombes d’époque hellénistique, tandis que les nécropoles du vi e siècle, correspondant aux premières phases de l’habitat, n’ont pas à ce jour été découvertes.

29 Les tombes de ces deux villes portuaires ont livré de grandes quantités d’inscriptions étrusques, 80 inscriptions à Adria et 157 à Spina , et nous pouvons donc considérer que la majorité de la population était étrusque. Cependant, encore une fois, la documentation épigraphique permet de saisir les traces de populations allogènes.

  • 43 Soit les inscriptions : 1) Tυχον : ενεθει τυχον ανεθεκε τοπολλονι (...)

30 Nous rencontrons en premier lieu un phénomène déjà mis en lumière pour Gravisca et Pyrgi, la fréquentation de sanctuaires par les voyageurs grecs. On connaît notamment à Adria 3 formules de consécration, en grec, sur des kylikes , provenant probablement d’un sanctuaire, 2 marques de propriété sur des vases et un début d’alphabet 43 . Selon Giovanni Colonna, on doit ces inscriptions à des Éginètes, qui fréquentaient l’ emporion d’ Adria dès le 2 e quart du vi e siècle, ce qui rappelle la présence éginète à la même époque dans le sanctuaire de Gravisca.

31Un autre phénomène récurrent est celui de l’intégration d’éléments grecs dans la société locale, avec adoption de la langue étrusque et transformation du nom individuel grec en gentilice (cf. tableau).

Tableau 3. – Inscriptions étrusques contenant des formules onomastiques indiquant une origine grecque

Tableau 3. –           Inscriptions étrusques contenant des formules             onomastiques indiquant une origine grecque
  • 44 Cf. de Min M., op. cit. note 6, p. 41.

32 On rencontre ainsi un Laris Akles' qui porte un prénom étrusque et un gentilice qui rappelle le théonyme grec ’Aχιλλεύς, un Venelus Platunalu dont le Acilleugentilice est formé du nom grec Πλάτων augmenté de la terminaison – alu, qui est typique des gentilices étrusques d’Italie du Nord. Cette intégration d’éléments allogènes à Spina et Adria n’est d’ailleurs pas limitée aux Grecs. On voit dans les inscriptions d’ Adria, surtout dans les plus récentes, qu’une partie de la population était de culture vénète, soit qu’elle écrive en langue vénète, soit que les noms démontrent une provenance de Vénétie 44 . Adria n’est qu’à 36 km d’Este et à 41 km de Padoue, les deux principales cités vénètes.

  • 45 Selon J. Bérard (« Le nom des Grecs en latin », (...)

33 Un autre nom, que l’on rencontre à Bologne, la principale cité étrusque d’Italie du Nord, et à Marzabotto, trahit l’intégration de Grecs dans la société étrusque. Il s’agit du gentilice Kraikalu, formé sur la racine kraik-, qui correspond au nom avec lequel on désignait les Grecs en Italie, que l’on retrouve sous les formes Graecus en latin, Graiko en vénète, Graex en pélignien 45 . Il s’agit donc d’un allonyme, probablement un sobriquet à l’origine, « le Grec », qui a été transformé en nom gentilice, selon un processus que l’on rencontre notamment dans les inscriptions d’Orvieto. Beaucoup de noms de familles étrusques dérivent ainsi d’un adjectif ethnique, qu’il s’agisse d’un nom de ville ou d’un ethnonyme, comme Latine/Lati e (« le Latin »), Lecuste (« le Ligure ») etc. Ce nom de famille « le Grec » se rencontre à Vulci au v e siècle, sous la forme Craica et à Tarquinia au vi e siècle, sous la forme Creice . Cette famille Creice est bien connue à l’époque hellénistique par toute une série d’inscriptions funéraires provenant de la nécropole de Chiusi.

  • 46 Pour les inscriptions grecques de Spina , voir (...)

34 Enfin, nous rencontrons un troisième phénomène, celui de l’installation, sans adoption de la langue étrusque, de Grecs à Spina . On y connaît en effet 17 inscriptions grecques, dont 16 datées entre 450 et 350 (cf. tableau 46 ).

Tableau 4. – Inscriptions grecques provenant de Spina.

Tableau 4. –           Inscriptions grecques provenant de Spina.
  • 47 Cf. Colonna G., art. cit. note 26, p. 131-143. (...)
  • 48 Soit une pointe de flèche de la tombe VT 528 ( v e (...)

35 Il s’agit de marques de propriétés sur des vases, qui proviennent aussi bien de l’habitat que de tombes de la nécropole. Nous pouvons partir du postulat, qu’on pourrait néanmoins discuter, qu’un vase portant une marque de propriété dans une tombe fait référence au défunt lui-même. G. Colonna a proposé d’identifier comme des Athéniens Griphos et Xanthippos , et peut-être tychandros , Apellès , hiksésios , tandis que blatios serait un nom apulien 47 . Ces Grecs sont enterrés dans la nécropole de Valle Trebba et les mobiliers de leurs tombes ne se distinguent en rien de celles des Étrusques. Ils sont composés essentiellement de vases, avec parfois l’adoption de productions locales, comme les deux cratères en cloche et les deux oinochoai nord-adriatiques de la tombe 779. L’unique tombe qui se distingue est celle d’ Apelles (Valle Trebba 747), remarquable par la prédominance de la céramique attique et surtout par la présence d’une pointe de lance, alors que les armes sont très rares dans les mobiliers de Spina – on n’en connaît que dans trois tombes sur plus de 4 000 48 . On trouve donc une communauté de Grecs à Spina , qui conserve sa langue et se fait enterrer sur place. Contrairement aux cas que nous avons envisagés pour l’époque archaïque, avec des Grecs qui étaient intégrés dans la structure politique locale et qui adoptaient une formule onomastique étrusque, les Grecs de Spina maintiennent, inchangée, leur identité linguistique. En revanche, ils ne se distinguent pas par leur « culture matérielle » et la composition de leur mobilier funéraire montre qu’ils adhèrent aux valeurs sociales des Étrusques parmi lesquels ils vivent. Cette présence grecque semble se tarir après le milieu du iv e siècle, au moment où cessent les importations de céramique attique.

Le port de Gênes et le commerce étrusque

  • 49 Cf. Paribeni R., « Necropoli arcaica rinvenuta nella cit (...)
  • 50 Cf. Milanese M., « Loscavostratigraficodiu (...)
  • 51 Pour une synthèse sur les trafics commerciaux sur les côtes ligures en (...)

36 Je terminerai en évoquant, à titre de comparaison, le cas du port ligure de Gênes. Les travaux d’aménagement urbain ont mis au jour, à la fin du xix e siècle, une partie des nécropoles de Gênes, qui n’ont malheureusement jamais fait l’objet d’une publication complète. On connaît néanmoins une centaine de tombes, allant du v e siècle au ii e siècle av. J.-C., dont certaines se caractérisent par l’utilisation de grands cratères attiques à figures rouges comme urnes cinéraires 49 . L’habitat, sur le Colle del Castello , a été partiellement fouillé, à partir de 1977 et a fait l’objet d’une publication exemplaire par Marco Milanese 50 . Malheureusement, la fouille est d’extension limitée et on ne connaît en réalité de cet habitat qu’une seule maison. L’habitat apparaît à la fin du vi e – début du v e siècle av. J.-C. et il se distingue immédiatement comme un centre de redistribution des productions étrusques, notamment les amphores et la céramique commune. Tout au long du v e siècle, on assiste au déclin progressif du commerce étrusque et à la croissance proportionnelle du nombre d’amphores massaliotes, qui représentent 60-70 % des conteneurs au iv e siècle Gênes est donc le principal port de commerce des communautés de l’Apennin ligure 51 .

  • 52 Les inscriptions étrusques de Gênes sont reprises dans Rix (...)

37 Or, les inscriptions découvertes sur le site, aussi bien dans la nécropole que dans l’habitat (cf. tableau), sont toutes rédigées en langue étrusque 52 .

Tableau 5. – Les inscriptions en langue étrusque découvertes en Ligurie

Tableau 5. –           Les inscriptions en langue étrusque             découvertes en Ligurie
  • 53 Cf. Py M., « Les Étrusques, les Grecs et la fondation de (...)

38 On trouve ainsi dans l’habitat une écuelle portant le prénom étrusque Laris et d’autres inscriptions fragmentaires qui renvoient à des Étrusques : le prénom Vel , le gentilice Plaisa , que l’on rencontre également sur une fusaïole de la nécropole de Gênes, qui mentionne une Larthia Plaisa . Il apparaît clairement qu’au sein de l’ emporion ligure de Gênes, une partie de la population parle étrusque et porte des noms étrusques. Cette situation se retrouve peut-être à Nice – mais l’inscription provenant de l’ oppidum de Cimiez est depuis longtemps considérée comme douteuse – et surtout à Lattes, où Michel Py a bien mis en évidence le fait que le flux d’amphores étrusques qui arrive dans le port s’accompagne de la présence sur place de populations étrusques 53 .

  • 54 Cf. Colonna G., « Graffiti etruschi in Linguadoca », (...)
  • 55 Cf. Colonna G., « Etruschi sulla via delle Alpi occident (...)

39 Donc à Gênes, nous possédons des inscriptions attestant la présence de communautés allogènes, qui maintiennent leurs caractéristiques linguistiques. À l’inverse, on ne possède pas d’inscriptions en ligure. Au contraire, le cas du cippe portant l’inscription mi nemetie's est révélateur d’un autre phénomène. Il a été découvert dans une fosse creusant le plus ancien niveau de l’habitat, mais il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’un cippe funéraire réemployé. L’inscription, en langue étrusque, indique que l’objet appartient à un nemetie . Or, ce nom n’est pas étrusque, mais renvoie plutôt à l’onomastique celtique ou ligure. Nous sommes donc en présence d’un Ligure qui choisit d’écrire dans la langue étrusque, signe de forte acculturation des populations locales par les migrants. On retrouve le même cas à Lattes où le nom ucei désigne probablement une femme indigène écrivant son nom en étrusque 54 , et surtout sur la stèle de Busca, qui mentionne un Larth Muthiku, qui porte un prénom étrusque tandis que son gentilice dérive d’un idionyme ligure ou celtique. G. Colonna a supposé, en se basant sur le type d’écriture, qu’il s’agissait d’un Ligure intégré dans la société volterrane, où il avait reçu son gentilice, qui était retourné dans sa région d’origine, où il est enterré, tout en demeurant fidèle à la langue et au formulaire onomastique étrusque 55 .

Conclusion

40 Que conclure de l’ensemble de situations disparates que nous rencontrons dans les emporia étrusques et ligures ?

41Dans un premier temps, souvenons-nous qu’il faut être extrêmement prudent, dans la mesure où nous ne raisonnons pas sur une documentation homogène : certaines inscriptions proviennent de sanctuaires, d’autres de nécropoles, d’autres d’habitats. En outre, nous ne possédons jamais de séries statistiques, mais uniquement un ensemble de cas individuels disparates. Les sources littéraires ne reflètent qu’un point de vue grec ou romain et les inscriptions dans les langues préromaines ne sont pas toujours d’une absolue clarté. Les éventuelles conclusions que l’on pourrait alors dégager sont condamnées à ne demeurer que des interprétations.

42 Plusieurs phénomènes semblent se dégager néanmoins. D’une part, la fréquentation des emporia par les marins étrangers s’accompagne de la pratique des cultes qui leur sont propres. On le voit à Gravisca, à Pyrgi et à Adria notamment. Le sanctuaire est un espace de médiation entre des populations culturellement diverses et il y a une corrélation nette entre le déclin des importations grecques et la disparition des dédicaces en grec dans les sanctuaires étrusques.

  • 56 Ainsi, on pense que la fermeture de l’ emporion de Nauk (...)

43 D’autre part, cette fréquentation des ports étrusques par les Grecs débouche parfois sur une intégration dans les sociétés « barbares ». Cette intégration se fait à plusieurs niveaux : d’une part, les artisans grecs, les céramistes en particulier mais pas uniquement 56 , dont le statut se rapproche peut-être de celui des métèques à Athènes, créent des ateliers dans les villes d’Étrurie méridionale ; d’autre part, à un niveau social plus élevé, des membres de l’aristocratie des cités grecques archaïques s’installent dans les cités étrusques, comme Démarate ou rutile hipucrates à Tarquinia. Le problème de leur statut exact est encore discuté, mais leur adaptation au système gentilice et leur adoption de la langue étrusque plaident pour une intégration complète dans le corps civique.

  • 57 Cf. Barth F. (éd.), Ethnic Groups and boun (...)

44 Enfin, à partir du v e siècle, nous avons également des traces de populations allogènes qui habitent dans les ports ou qui enterrent leurs morts dans les nécropoles, tout en se distinguant encore par leur langue et leur formulaire onomastique, comme les Grecs à Spina ou les Étrusques à Gênes. Ce maintien de l’identité ethnique d’origine révèle le caractère multi‑ethnique de ces emporia mais pas uniquement. En effet, les travaux de Fredrik Barth sur la notion de « frontière ethnique 57  » ont bien montré que l’identité ethnique a un fort caractère relationnel : un groupe ou un individu choisissent de faire valoir leur identité ethnique par rapport à un autre groupe ou un autre individu. Cette identité est dynamique et peut être activée ou non en fonction des stratégies sociales. Ainsi, on peut supposer que dans le cadre d’une société où les productions « grecques » sont valorisées en tant que telles, un artisan grec a un intérêt économique immédiat à affirmer son identité ethnique, diverse par rapport à celle de la société d’accueil. Si le but recherché est l’acquisition de terres, l’acculturation et l’intégration au corps social représentent une stratégie plus profitable. Le fait que la société spinète soit moins hiérarchisée et moins structurée que celle des cités archaïques d’Étrurie propre par exemple, explique sans doute pourquoi les minorités sont moins intégrées dans le corps social. En effet, dans une société hiérarchisée, les minorités ethniques ont tout intérêt à réduire leurs caractères distinctifs pour tenter de s’intégrer au maximum et accéder ainsi à la plénitude des droits. Dans une société moins structurée, comme celle des emporia de la zone du delta du Pô, les minorités ethniques, comme celle des Grecs, demeurent plus visibles, dans la mesure où leurs intérêts économiques ne dépendent pas d’une assimilation au modèle culturel étrusque dominant.

Notes

1 Cf. Morel J.-P., « Le commerce étrusque en France, en Espagne et en Afrique », in L’Etruria mineraria. Atti del xii Convegno di Studi Etruschi ed Italici. Firenze-Populonia-Piombino. 16-20 giugno 1979 , Florence, 1981, p. 463-508 ; Bouloumié B., « La diffusion du vin en Europe centrale et nord-occidentale », in Les Étrusques et l’Europe , Paris-Milan, 1992, p.196-199 ; Py M., « Les Étrusques et le Languedoc oriental », in Landes C., Cayzac N., Laissac V., Millet F. (éds.), Les Étrusques en France. Archéologie et collections. Catalogue de l’exposition , Lattes, 2003, p. 27-29.

2 Ainsi, dans un édifice interprété comme l’entrepôt d’un marchand, le long de la route reliant Corinthe au port de Lechaion, on a découvert une trentaine de canthares de bucchero . La présence d’inscriptions grecques sur certains vases étrusques découverts dans des sanctuaires grecs, comme à Perachora ou à Panticapée, montre que ces vases n’étaient pas des offrandes d’Étrusques de passage, mais qu’ils avaient été dédiés par leurs propriétaires grecs. Cf. Camporeale G., « Gli Etruschi nel Mediterraneo », in Camporeale G. (éd.), Gli Etruschi fuori d’Etruria , San Giovanni Lupatoto, 2001, p. 95 sq . D’une manière générale, sur les exportations étrusques en Égée, cf. Gras M., trafics tyrrhéniens archaïques , Rome, 1985 (BEFAR 258), p. 651 sq .

3 Cf. les différentes contributions dans Bresson A., Rouillard P. (éds.), L’emporion , Paris, 1993. Voir également Rouillard P., « Les emporia dans la Méditerranée occidentale aux époques archaïque et classique », in Les Grecs et l’occident. Actes du colloque de la Villa « Kérylos » (1991) , Rome, 1995 (CEFR 208), p. 95-108.

4 J’ai consacré à ce thème ma thèse de doctorat : Peuples et conflits territoriaux en Italie centrale et septentrionale au iv e siècle av. J.-C. , Aix-en-Provence, 2003, dactylographiée.

5 Pour une analyse du sens du terme emporion chez Strabon, voir Étienne R., Rouillard P., « L’ emporion chez Strabon », in Bresson A., Rouillard P., op. cit. note 3, p. 23-46.

6 Pour les sources littéraires sur Adria, cf. de Min M., Il Museo Archeologico nazionale di Adria , Padoue, 1988 et pour celles sur Spina, on se reportera à Briquel D., Les Pélasges en Italie. Recherches sur l’histoire de la légende , Rome, 1984 (BEFAR 252),p. 3-30 ; Alfieri N,« Spina » Polis Hellenis » », in La Formazione della città preromana in Emilia romagna. Atti del Convegno di studi. Bologna-Marzabotto 7-8 dicembre 1985 , Bologne, 1988, p. 283-288 ; Braccesi L., Coppola A., « I Greci descrivono Spina », in Berti F., Guzzo P.G. (éds.), Spina. Storia di una città tra Greci ed Etruschi. Catalogo della mostra (Ferrara-Castello Estense 26 settembre 1993-15 maggio 1994) , Ferrare, 1993, p. 71-77 ; et Torelli M., « Spina e la sua storia », ibid ., p. 53-69.

7 Cf. ps. Scylax, § 17 ; Strab., v , 1, 7.

8 Cf. Hellanicos, FGH 4 F 4 ap. DH. i , 28, 3 ; DH. i , 18, 4.

9 Cf. Strab., v , 1, 7 ; ix , 3, 8 ; Ath., xiii , fr. 28 Pr. ; xviii , 606a.

10 Cf. Bickerman E.J., « origines gentium », CP, xlvii , 1952, p. 65-81.

11 Cf. fr. 128 c Jacoby, ap. Schol. Lycophr., 631.

12 Ap. Etym. Magnum, s.u. ’ Aδρίας τò πέλαγoς.

13 Cf. Varr., L., v , 161 ; Liv., v , 33, 7 ; Plin., iii , 120-121 ; Plut., Cam., 16, 2 ; P. Fest., p. 12L.

14 Cf. Foti G., Colonna G., Ciasca A., « Santa Severa (Roma). – Scavi e ricerche nel sito dell’antica Pyrgi », NSA, 1959, p. 143-263.

15 Cf. Torelli M., « Il santuario greco di Gravisca, PP, xxxii , 1977, p. 398-458.

16 Kruta V., Les Celtes. Histoire et dictionnaire, des origines à la romanisation et au christianisme, Paris, 2000, p. 636.

17 Cf. Durante A., « Corredi tombali con elementi tipo La Tène dal sepolcreto di Ameglia », in Vitali D. (éd.), Celti ed Etruschi nell’Italia centro-settentrionale dal v secolo a.C. alla romanizzazione, Atti del Colloquio internazionale, bologna 12-14 aprile 1985, Imola, 1987, p. 415-436.

18 Cf. Dore A., « L’armamento lateniano in Italia : riflessioni e proposte per un corpus  », ocnus, 3, 1995, p. 37-45.

19 Cf. Briquel D., « La tradition sur l’emprunt d’armes samnites par Rome », in Adam A.M., Rouveret A. (éds.), Guerre et sociétés en Italie aux v e et iv e siècles avant J.-C., Paris, 1986, p. 65-89.

20 Cf. Milanese M., Mannoni G., « Gli Etruschi a Genova e il commercio mediterraneo », SE , lii , 1984 (1986), p. 145.

21 Cf. Perrault J.‑Y., « Les emporia grecs du Levant : mythe ou réalité ? », in Bresson A., Rouillard P., op. cit. note 3, p. 59-83.

22 Cf. Prosdocimi A.L., « Celti in Italia prima e dopo il v secolo a.C. », in Vitali D., op. cit . note 17, p. 561-581.

23 Cf. Milanese M, Mannoni T., art. cit. note 20, p. 130-131.

24 Cf. en dernier lieu, Cristofani M., Etruschi e altre genti nell’Italia preromana. Mobilità in età arcaica , Rome, 1996.

25 Cf. Gras M., « Gli scambi », in Torelli M. (éd.), Gli Etruschi, Monza, 2000, p. 3 sq.

26 Pour Adria, cf. Colonna G., « L’Adriatico tra viii e inizio v secolo a.C. con particolare riguardo al ruolo di Adria », in Lenzi F. (éd.), L’Archeologia dell’Adriatico dalla Preistoria al Medioevo. Atti del convegno internazionale ravenna, 7-8-9 giugno 2001, Bologne, 2003, p. 162 sq. De même, Spina est considéree actuellement plus comme une ville autonome que comme le simple port de Bologne (Cf. Colonna G., « La società spinetica e gli altri ethne  », in Berti F., Guzzo P.G., op. cit. note 6, p. 138 et Briquel D., « Aspetti politici », in Rebecchi F. (éd.), Spina e il delta padano. Riflessioni sul catalogo e sulla mostra ferrarese. Atti del Convegno Internazionale di Studi « Spina : due civiltà a confronto », Ferrara, Aula Magna dell’università, 21 gennaio 1994, rome, 1998, p. 44).

27 Cf. Johnston A., Pandolfini M., Gravisca. Scavi nel santuario greco. 15 : Le iscrizioni , Bari, 2000.

28 Pour la répartition des inscriptions, on peut se reporter au tableau qui fait la synthèse des différents corpus épigraphiques pour les sites pris en examen.

29 Cf. Torelli M.,« IlsantuariogrecodiGravisca », PP , xxxii , 1977, p. 398-458 ; id ., « Per la definizione del commercio greco-orientale : il caso di Gravisca », PP , cciv-ccvi , 1982, p. 304-325.

30 Cf. Moretti L., « Epigraphica. 26. Sulle iscrizioni greche di Gravisca », RFIC , xii , 1984, p. 314-318. Actuellement, on tend plutôt à réhabiliter l’interprétation de M. Torelli, cf. Cristofani M., op. cit . note 24, p. 49 sq . et Johnston A., Pandolfini M., op. cit . note 27.

31 Cf. Velissaropoulos J., « Le monde de l’ emporion  », DHA , 3, 1977, p. 61-85.

32 La situation de Pyrgi diffère fortement de celle de Gravisca, où dominent les dédicaces en grec. On ne connaît que 5 dédicaces en grec à Pyrgi (dont une à Koré REE 2003, 19 et une à Déméter – REE 2003, 22), qui proviennent toutes de l’aire Sud. Cf. Colonna G., Maras D.F., « Pyrgi », REE , SE , lxix , 2003, p. 307-337.

33 Cf. Cristofani M., op. cit . note 24, p. 78 sq .

34 Parmi les nouvelles inscriptions découvertes à Pyrgi , une dédicace en étrusque à Héraclès ( hercle ) sur une kylix attique ( REE 2003, 29) témoigne peut-être de l’intégration et de l’acculturation de Grecs dans l’ emporion lui-même. En effet, le terme carucra , qui semble désigner le dédicant, dérive peut-être de κάρυκα, accusatif de la forme dorique κᾶρυξ (« héraut »). Selon G. Colonna, il s’agirait d’un des « greci etruschizzati, di prima o seconda generazione » que l’on connaît par ailleurs en Étrurie. Cf. Colonna G., Maras D.F., art. cit. note 32.

35 Cf. la Rocca E., « Crateri in argilla figulina del geometrico recente a Vulci. Aspetti della produzione ceramica d’imitazione euboica nel Villanoviano avanzato », MEFRA , 90/2, 1978, p. 465 à 514.

36 Cf. Gaultier F., « Le ceramiche dipinte di età arcaica », in Torelli M., op. cit. note 25, p. 421‑437 et Harari M., « Le ceramiche dipinte di età classica ed ellenistica », ibid ., p. 439-453

37 On rappellera notamment Ampolo C., « Demarato. Osservazioni sulla mobilità sociale arcaica », DArch , ix-x , 1-2, 1976-1977, p. 333-345 ; Musti D., « Etruria e Lazio arcaico nella tradizione (Demarato, Tarquinio, Mezenzio) », QAEI , 15, 1987, p. 139-153 et Zevi F., « Demarato e i re « corinzi » di Roma », in Storchi Marino A. (éd.), L’incidenza dell’antico. Studi in memoria di Ettore Lepore , i , Naples, 1995, p. 291314. L’existence même de Démarate a été récemment remise en question par D. Ridgway (« Autour de Démarate. Archéologie et culture en Italie centrale au vii e siècle avant J.-C. », conférence prononcée à l’Institut d’Art et d’Archéologie à Paris le 16 mai 2002) ; force est néanmoins de reconnaître, dans tous les cas, que le récit, dont les détails sont discutables, recouvre un ensemble de situations réelles, bien documentées par l’archéologie. Cf. Ridgway D., « Demaratus and his Predecessors », in Greece between East and West. 10 th -8 th Centuries BC , Mayence, 1992, p. 85-92.

38 Les sources qui mentionnent l’arrivée de Démarate sont : Pol., vi , 11 a, 7 ; Cic., rep ., ii , 19 ; tusc ., v , 37, 109 ; Liv., i , 34 ; DH., iii , 46-47 ; Strab., v , 2, 2 ; viii , 6, 20 ; Plin., xxxv , 43 ; CIL , xiii , 1668 ; Tac., Ann ., xi , 14 ; Val. Max., iii , 4, 2 ; Plut., rom ., 16, 8 ; Pub ., 14, 1 ; Vir. ill ., 6, 1 ; Macr., Sat ., i , 6, 8 ; iii , 4, 8.

39 Cf. Marchesini S., Studi onomastici e sociolinguistici sull’Etruria arcaica : il caso di Caere , Florence, 1997, p. 164.

40 À Spina, on a mis au jour, entre 1922 et 1935, 1 213 tombes à Valle Trebba ; les fouilles ont repris entre 1954 et 1965, avec la découverte de 2782 tombes à Valle Pega et 198 tombes à Valle Trebba, soit un total de 4193 tombes, dont seule une petite minorité a été publiée. Cf. Alfieri N., « La ricerca e la scoperta di Spina », in Berti F., Guzzo P.G., op. cit. note 6, p. 3-19 et Berti F., « Spina : analisi preliminare della necropoli di Valle Trebba », in de La Genière J. (éd.), nécropoles et sociétés antiques (Grèce, Italie, Languedoc). Actes du colloque international du Centre de recherches archéologiques de l’université de Lille III, Lille III, 2-3 décembre 1991 , Naples, 1994, p. 181-202.

41 Cf. Patitucci Uggeri S., Uggeri G., « La topografia della città », in Berti F., Guzzo P.G., op. cit. note 6, p. 21-31.

42 Cf. Dallemulle U., « Topografia ed urbanistica dell’antica Adria », An, xlviii , 1977, p. 165-192.

43 Soit les inscriptions : 1) Tυχον : ενεθει τυχον ανεθεκε τοπολλονι  ; 2) Σο ανεθεκε ερι  ;3) [---] Ανεθε [κε ---]  ; 4) Σολειο εμι  ; 5) [--] δδ εμι  ; 6) α β γ δ ε ε η ζ θ ι κ λ ν µ. Une autre inscription grecque, υφσο [κλες ---], sous le pied d’une kylix attique de la fin du vi e siècle, a récemment été mise au jour à San Basilio, près d’Adria. Il s’agit peut-être du nom d’un Grec de Samos ou d’Ionie (cf. Colonna G., art. cit. note 26, p. 167-168).

44 Cf. de Min M., op. cit. note 6, p. 41.

45 Selon J. Bérard (« Le nom des Grecs en latin », REA , liv , 1952, p. 5-12), le nom latin Graeci / Graii dérive d’un ethnique ancien, Γραικοί, qui désigne à l’origine les habitants de la ; Γραικὴ γῆ en Béotie (Thc., ii , 23, 3). Plusieurs traditions indiquent que cet ethnique s’est imposé comme ethnonyme des Grecs, avant d’être remplacé par oἱ ῞Eλληνες (Arstt., meteor ., i , 352 a). C’est donc avant que le nom d’« Hellènes » ne s’impose, probablement au viii e siècle, que l’ethnique Γραικοί a été connu en Italie, à la faveur des contacts précoloniaux.

46 Pour les inscriptions grecques de Spina , voir Uggeri G., « Primo contributo all’onomastica spinetica », in Studi storico-linguistici in onore di Francesco ribezzo , Mesagne, 1973, p. 331-416, pl. xxiii-xxxviii .

47 Cf. Colonna G., art. cit. note 26, p. 131-143.

48 Soit une pointe de flèche de la tombe VT 528 ( v e -début iv e siècle), une pointe de lance de la tombe VT 747 (premier quart iv e siècle), une pointe de javelot dans la tombe VT 83 (fin iv e -début iii e siècle) (Cf. Malnati L.,« LeistituzionipoliticheereligioseaSpinaenell’Etruriapadana », in Berti F., Guzzo P.G., op. cit . note 6, p. 159-162). Cette absence des armes dans les tombes des sociétés portuaires se retrouve à la même époque dans la nécropole d’Ancône par exemple, où on ne connaît qu’un seul cas. Cf. Colivicchi F., La necropoli di Ancona ( iv-ii sec. a.C.). una comunità italica fra ellenismo e romanizzazione , Naples, 2002 (Quaderni di Ostraka 8), p. 427 sq .

49 Cf. Paribeni R., « Necropoli arcaica rinvenuta nella città di Genova », Ausonia , v , 1910, p. 13-55 et Melli P., « Alcune note sui materiali della necropoli preromana di Genova », Quaderni del Centro Studi Lunensi , 4-5, 1979-1980, p. 113-128.

50 Cf. Milanese M., « Loscavostratigraficodiunaabitazionedell’oppidumpreromanodiGenova :relazione preliminare », Quaderni del Centro Studi Lunensi , 4-5, 1979-1980, p. 129-159 ; id ., Scavi nell’oppidum preromano di Genova (Genova-S. Silvestro 1) , Rome, 1987.

51 Pour une synthèse sur les trafics commerciaux sur les côtes ligures en général, cf. Gras M., « Parcours emporiques en Ligurie », in Aεiμνηστοσ . Miscellanea di Studi per Mauro Cristofani , s.p.

52 Les inscriptions étrusques de Gênes sont reprises dans Rix H. (éd.), Etruskische texte. Editio minor , 2 vol., Tübingen, 1991, mais on se reportera également, pour le contexte de découverte, aux publications antérieures : Buffa M., nuova raccolta di iscrizioni etrusche , Florence, 1935, p. 3 sq . ; Lamboglia N., « Genua », REE , SE , xxiii , 1954, p. 397-398 ; Neppi Modona A., « Genua », REE , SE , xxviii , 1970, p. 282-286 ; Bermond Montanari G., « Genua », REE , SE , xlvii , 1979, p. 296-297.

53 Cf. Py M., « Les Étrusques, les Grecs et la fondation de Lattes », in Arcelin P., Bats M., Garcia D., Marchand G., Schwaller M. (éds.), Sur les pas des Grecs en occident… hommages à André nickels , Paris, 1995 (Études Massaliètes 4), p. 261-276.

54 Cf. Colonna G., « Graffiti etruschi in Linguadoca », SE , xlviii , 1980, p. 181-185.

55 Cf. Colonna G., « Etruschi sulla via delle Alpi occidentali », in Mercando L., Venturino Gambari M. (éds.), Archeologia in Piemonte , t. i  : La Preistoria , Turin, 1998, p. 261-266.

56 Ainsi, on pense que la fermeture de l’ emporion de Naukratis a provoqué le transfert en Étrurie des ateliers ioniens de graveurs sur pierre. Cf. Martelli M., Gilotta F., « Le arti minori », in Torelli M., op. cit . note 25, p. 457.

57 Cf. Barth F. (éd.), Ethnic Groups and boundaries. the Social organization of Culture difference , Oslo, 1969. On se reportera également à la synthèse récente de Poutignat P., Streiff-Fenart J., théories de l’ethnicité , Paris, 1995 (avec traduction française du précédent).

Notes de fin

* Je tiens à remercier M. le professeur Michel Gras, directeur de l'École française de Rome, pour l'intérêt porté à cette recherche et pour les précieuses indications qu'il m'a fournies et M lle Emmanuelle Rosso (EFR) pour la relecture.

Table des illustrations

Légende Emporia étrusques et ligures
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7832/img-1.png
Fichier image/png, 192k
Titre Tableau 1. – Les principales phases des emporia pris en examen .
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7832/img-2.png
Fichier image/png, 49k
Titre Tableau 2. – Répartition des inscriptions (graffites exclus).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7832/img-3.png
Fichier image/png, 21k
Titre Tableau 3. – Inscriptions étrusques contenant des formules onomastiques indiquant une origine grecque
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7832/img-4.png
Fichier image/png, 65k
Titre Tableau 4. – Inscriptions grecques provenant de Spina.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7832/img-5.png
Fichier image/png, 32k
Titre Tableau 5. – Les inscriptions en langue étrusque découvertes en Ligurie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7832/img-6.png
Fichier image/png, 29k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540