Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces d'échanges en Méditerranée

 | 
François Clément
, 
John Tolan
, 
Jérôme Wilgaux

Quelques mots de présentation

Texte intégral

1Lorsque nous avons créé, voici trois ans, le séminaire dont ce colloque marque l’aboutissement, nous avions dans l’idée, John Tolan, Catherine Grandjean et moi-même, outre d’abolir la frontière assez arbitraire entre ce qu’on appelle l’Antiquité et le Moyen Âge, de reprendre la question de l’unité méditerranéenne remise en cause par des travaux récents comme celui de Peregrine Horden et Nicholas Purcell, The Corrupting Sea.

2En effet, il nous paraissait nécessaire de remettre les micro-espaces décrits par ces deux auteurs en relation les uns avec les autres, c’est-à-dire de les étudier dans une optique moins éclatée : en d’autres termes, de nous reculer d’un tableau dont le pointillisme risquait, sans ce recul, de donner au détail, au particulier, une importance peut-être excessive, en tout cas de noyer la figure dans les pixels qui la composent. Ainsi, nous semblait-il, il serait possible de repérer les points communs, de distinguer des formes, des comportements partagés sur de vastes étendues et durant la longue période.

3Nous partions de l’hypothèse que la Méditerranée devait être vue comme un espace privilégié d’échanges, de convergences et de ruptures entre les civilisations qui se sont développées le long de ses rivages, Orient et Occident, Nord et Sud. Et nous souhaitions aborder cette question de l’unité par le biais d’une étude des contacts, des échanges et des transferts, termes qui ont fourni l’appellation de notre groupe : travail collectif et pluridisciplinaire pour tenter de comprendre les dynamiques des interactions complexes entre cultures du monde méditerranéen, que celles-ci prennent la forme d’un type monétaire comme celui d’Aréthuse aux dauphins, d’un bacino maghrébo-andalou sur la façade d’une église pisane ou d’une Vie de Mahomet insérée dans une chronique castillane.

4Ceci en sachant bien, mais c’est précisément, pour nous, le cœur de la question, que le changement de contexte induit de nouvelles fonctions, c’est-à-dire qu’il y a toujours appropriation, que l’outil obéit à son maître. Mais aussi, qu’il passe dans le transfert un peu plus que l’objet lui-même, que l’outil transforme la main du maître.

5Pour le vérifier, nous avons soumis à l’examen différents objets qui ne sont pas sans éveiller des échos puissants lorsqu’on évoque les sociétés de la Méditerranée : les relations matrimoniales ; la sexualité et l’honneur ; la guerre, la violence et le sacré ; la polyglossie et les parlers mixtes ; la ville et l’urbanisation. Nous nous sommes également intéressés à l’hagiographie, à l’anthroponymie, aux codes vestimentaires, au monnayage, aux bornes et aux limites. Recherchant, dans ces divers arrêts sur image, ce qui portait la trace d’un emprunt, d’un transfert, d’un fonds commun, et qui signait, par conséquent, le mouvement sans lequel il semble difficile de parler d’unité ; ou, au contraire, ce qui signalait le singulier, la rupture, peut-être le statique, en tout cas une certaine forme d’originalité, voire d’innovation ex nihilo dont il n’est pas certain, au demeurant, qu’elle ne soit pas elle aussi constitutive de la méditerranéité. Leurrés par le double tropisme oriental et méridional, nous avons sans doute du mal à distinguer ce qui, dans la figure, provient en fait de ce que les géographes arabes appellent la Grande Terre, c’est-à-dire du continent septentrional ; ou, de la même façon, des contrées subsahariennes.

6Il restait, pour tenter de renouveler la question, à procéder à l’étude comparée de trois des espaces les plus emblématiques du monde méditerranéen : le port, la place publique, le lieu de culte. C’est le projet de ce colloque.

7Emblématiques, ils le sont en effet, car ils dessinent l’image d’une Méditerranée de rêve que nous avons tendance, malgré notre vigilance, à confondre avec notre propre rêve de Méditerranée. Or, ce n’est pas plus mal de partir de là, d’une image convenue de la Méditerranée, aussi subjective et anachronique soit-elle.

8Cette image, que montre-t-elle ? D’abord un port ou un mouillage avec sa flottille de pêche, un vraquier qui accoste de temps en temps, voire un navire de croisière à peine arrivé et déjà reparti : en transposant, on imagine le vaisseau massaliote ou la nef transportant les pèlerins vers Jérusalem ou la Mekke, qui sait ?

9Elle montre ensuite un lieu ouvert de sociabilité : la place de l’Œuf à Montpellier, les ramblas de Barcelone, le corso Vittorio Emanuele de Noto, les corniches de Beyrouth et d’Alexandrie, voire le Balcón atlántico de Larache, si peu atlantique malgré sa localisation face aux houles de l’Océan (et pourquoi, justement ?) ; mais aussi le marché provençal, le bazar, le souk, qui seraient des sorte de places galeries, en leur réseau de rues et ruelles, comme on parle de forêts galeries ; ou encore la cour palatale, derrière ses lourdes portes, lieu retranché, solennel, d’une autre forme de transaction sociale.

10On distingue enfin le campanile ou le dôme de l’église, le minaret ou la coupole de la mosquée (depuis le large, on peut confondre) et même la colonnade ou le fronton du temple. Parfois, quand la chance s’en mêle, il est possible d’assister à de fulgurantes contractions du temps, comme au Duomo de Syracuse, à la grande mosquée de Cordoue et, bien sûr, dans tant de pèlerinages, romerías et moussems de la ferveur populaire.

11À présent, faisons effort et détachons-nous de l’image. Car il va s’agir de vérifier si le port, la place et le lieu de culte, sous leurs différentes apparences et aux différentes époques, ont bien joué ce rôle qu’on leur prête de contact et d’échange entre les cultures, d’interface (dirait-on en novlangue, en novalingua franca) favorisant l’acculturation ; ou s’ils ont servi de terrain de confrontation et de conflit ; ou encore, s’ils ont été, en quelque sorte, neutres, hors circuit.

12Une fois ceci clarifié, nous pourrons décider s’il y a lieu de valider l’hypothèse méthodologique selon laquelle ils constituent des marqueurs pertinents pour l’étude des phénomènes interculturels en Méditerranée antique et médiévale.

13Ainsi, nous saurons si l’image que nous projetons inévitablement sur les sociétés du passé nous permet, paradoxalement, de les mieux voir, de les comprendre.

  • 1 Des contraintes de délai n’ont pas permis d’inclure la communication de Jean-Yves Carrez-Maratray (...)
  • 2 Manolis Stefanakis n’ayant pu, pour d’impérieuses raisons personnelles, assister au colloque, sa c (...)

14Notre matinée sera consacrée au port. Dominique Valérian nous conduira sur le littoral maghrébin, Stéphane Bourdin en Étrurie et en Ligurie, Jean-Yves Carrez-Maratray dans le delta du Nil1 et Manolis Stefanakis, par la voix de Jérôme Wilgaux2, à Phalasarna en Crète.

15De la place publique à la cour : ce sera le thème de cet après-midi. Pour le Languedoc, le guide sera Vincent Challet, pour l’Étrurie et le Latium Thierry Piel, pour Constantinople Nicolas Drocourt et pour le Proche Orient Tahar Mansouri.

16Demain, les espaces du culte et du rite nous occuperont toute la journée : au programme, Grèce et Étrurie avec Véronique Mehl, Dominique Frère et Laurent Hugot ; Africa avec Fatima Ouachour ; Andalus avec Juan Martos Quesada ; Jérusalem et Constantinople avec Catherine Croizy-Naquet ; Terre Sainte chrétienne avec Svetlana Luchitsky ; lieux saints d’islam avec Abdellatif Ghouirgate.

  • 3 On en trouvera un écho dans la conclusion de ces Actes.

17Une table ronde de clôture dressera le bilan de ces deux journées et dira si nous avons lancé la bonne ligne au bon endroit3.

18Mais pour l’heure, embarquons !

Notes

1 Des contraintes de délai n’ont pas permis d’inclure la communication de Jean-Yves Carrez-Maratray dans le présent recueil.

2 Manolis Stefanakis n’ayant pu, pour d’impérieuses raisons personnelles, assister au colloque, sa communication a été lue par Jérôme Wilgaux.

3 On en trouvera un écho dans la conclusion de ces Actes.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540