Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces d'échanges en Méditerranée

 | 
François Clément
, 
John Tolan
, 
Jérôme Wilgaux

Avant-propos

Texte intégral

1Le colloque dont voici les Actes s’est déroulé les 7 et 8 juin 2004 à la Maison des Sciences de l’Homme Ange-Guépin de Nantes. Intitulé Espaces d’échanges en Méditerranée (Antiquité et Moyen Âge), il marquait l’achèvement du projet Contacts, échanges et transferts dans le monde méditerranéen pendant l’Antiquité et le Moyen Âge agréé en 2001 par le conseil scientifique de la MSH pour une durée de trois ans.

  • 1 Universités de Barcelone, Laval (Québec), Lyon II, Manouba (Tunis), Nancy II, Newcastle, Paris I, (...)

2Ce projet, coordonné d’abord par John Tolan, Catherine Grandjean et François Clément, puis par John Tolan et François Clément, avait pris la forme d’un séminaire de recherches organisé autour de problématiques permettant d’associer, aussi étroitement que possible, antiquisants et médiévistes, historiens et archéologues, hellénistes, latinistes, romanistes et arabisants. Tout au long de ces trois années, les chercheurs de plus d’une quinzaine d’universités et organismes de recherche français et étrangers1 ont participé, avec leurs collègues nantais, aux séances de travail mensuelles, dans une ambiance dont chacun s’est plu à reconnaître le caractère à la fois studieux et bon enfant.

3Avec le colloque de 2004, une étape s’achevait. Fallait-il en rester là ? Certainement pas. En effet, l’expérience du décloisonnement disciplinaire avait donné de bons résultats, elle demandait à être poursuivie dans l’esprit de confrontation bienveillante qui avait prévalu jusqu’alors. En d’autres termes le moteur méthodologique arrivait au point au moment où la cartographie des pistes à parcourir devenait plus lisible — bref, une dynamique était enclenchée. Elle obligeait les initiateurs du projet et celles et ceux qui les avaient rejoints non seulement à ne pas couper le contact, mais à se donner les moyens de passer, comme on dit, à la vitesse supérieure.

4C’est chose faite depuis l’année 2005, grâce à la création de l’eremam (Équipe de Recherches sur les Échanges dans la Méditerranée Antique et Médiévale) et à sa reconnaissance par l’Université de Nantes en tant qu’équipe émergente. Dirigée par Frédéric Hurlet, cette nouvelle structure regroupe des historiens médiévistes et antiquisants ainsi que des littéraires et des linguistes travaillant sur les époques considérées.

5On peut donc dire que ce colloque est aussi l’acte fondateur d’une nouvelle ambition, une ambition prudente mais résolue, que conforte l’intérêt soulevé, semble-t-il, par l’espace de recherche et d’échanges scientifique ainsi ouvert à Nantes.

6Si l’on en veut une preuve, il suffit de considérer le grand nombre de propositions de communication reçues par les organisateurs du colloque (près d’une quarantaine, émanant d’une douzaine de pays). Toutes ou presque avaient leur place dans la thématique annoncée. Mais il a bien fallu choisir, les deux journées prévues n’étant pas extensibles hors du temps, et ceci ne fut pas une tâche facile pour le comité scientifique. Ont été retenues en priorité les communications qui respectaient un juste équilibre entre la description des lieux, l’étude des groupes humains et l’analyse des échanges, quelle qu’en fût, au demeurant la nature : commerciale, économique, politique, sociale, culturelle, religieuse. Puis le respect de la parité entre antiquisants et médiévistes d’une part, entre « locaux » (c’est-à-dire membres du séminaire) et « forains » de l’autre, ont imposé leurs contraintes. Enfin, il était important de veiller à ce que chacun des trois sous-thèmes fût équitablement traité : objectif presque atteint avec quatre communications pour l’espace du port, quatre pour celui de la place publique et de la cour, et six pour celui du culte et du rite.

7La liste des participants avec leur discipline, leur spécialité de recherche et leur institution de rattachement permettra de s’en rendre compte :

8Stéphane Bourdin, histoire ancienne (mondes étrusque et ligure), École française de Rome ; Jean-Yves Carrez-Maratray, histoire ancienne (égyptologie, basse époque), Université d’Angers ; Vincent Challet, histoire médiévale (Languedoc), Université Paul-Valéry (Montpellier III) ; Catherine Croizy-Naquet, littérature médiévale (récits de croisade), Université de Paris X-Nanterre ; Nicolas Drocourt, histoire médiévale (monde byzantin), Université du Mirail (Toulouse II) ; Dominique Frère, histoire ancienne (monde étrusco-latin), Université de Bretagne-Sud (Lorient) ; Abdellatif Ghouirgate, études arabes (littérature médiévale), Université de Nantes ; Laurent Hugot, histoire ancienne (monde étrusco-latin), Université de Haute-Bretagne (Rennes II) ; Svetlana Loutchitsky, histoire médiévale (rapports islamo-chrétiens), Académie des sciences de Moscou ; Tahar Mansouri, histoire médiévale (monde arabe et Byzance), Université de Manouba (Tunis) ; Juan Martos Quesada, études arabes (Andalus), Universidad Complutense (Madrid) ; Véronique Mehl, histoire ancienne (monde grec), Université de Bretagne Sud (Lorient) ; Fatima Ouachour, histoire ancienne (Africa), Université de Nantes ; Thierry Piel, histoire ancienne (monde étrusco-latin), Université de Nantes ; Manolis I. Stefanakis, archéologie classique (monde grec), Université de l’Égée (Rhodes) ; Dominique Valérian, histoire médiévale (Maghreb), Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne.

9Jean-René Jannot, professeur émérite d’histoire antique, et Jackie Pigeaud, professeur émérite de lettres classiques, avaient accepté de parrainer la manifestation : qu’ils soient remerciés pour ce témoignage de confiance. Merci également à Martin Aurell, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Poitiers, et à Denis Bouget, directeur de la MSH Ange-Guépin.

10Ce colloque n’aurait pas vu le jour sans leur aide et sans le soutien financier de la MSH, du conseil scientifique de l’Université de Nantes, de l’UFR d’Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie, de la section d’Études arabes (UFR de Langues), du CRHIA (Centre de Recherches d’Histoire Internationale et Atlantique), de la Communauté Urbaine Nantes Métropole et du Conseil Général de la Loire-Atlantique.

11F. C., J.T., J.W.

Notes

1 Universités de Barcelone, Laval (Québec), Lyon II, Manouba (Tunis), Nancy II, Newcastle, Paris I, Paris IV, Paris X, Perpignan, Poitiers, La Rochelle, Sapienza (Rome), Sienne et Toulouse II ; ENS (Paris).

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540