Version classiqueVersion mobile

Eugène Scribe

 | 
Olivier Bara
, 
Jean-Claude Yon

2. Diffusion et réception critique

« Paris et Scribe pour eux, c’est tout un » : le rôle de Scribe dans les répertoires théâtraux allemands1

Andreas Münzmay

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le nom d’auteur nommé le plus fréquemment sur les affiches du Théâtre Royal (« Königliches Hoftheater ») de Stuttgart au XIXe siècle est celui d’Eugène Scribe. Tout compte fait, le nombre de représentations de pièces de Scribe entre 1822, date de la première occurrence d’une de ses pièces sur la scène de Stuttgart (Der Oberst, c’est-à-dire la comédie-vaudeville Le Colonel, traduite et transformée en « Lustspiel » allemand par Carl Blum), et la fin du siècle s’élève à 1654. Si l’on met en relation ce nombre avec le nombre total de représentations au cours du XIXe siècle entier – environ de 21 000 à 25 000 – la part de Scribe s’élève à environ sept pour cent2. Au théâtre de Stuttgart, Scribe était de loin l’auteur le plus joué, suivi par August Kotzebue (4 %), Germain Delavigne en tant que collaborateur de Scribe (4 %), Friedrich Schiller (2 %), Johann Wolfgang Goethe (1,5 %).

D’un côté, cette supériorité est due au nombre de pièces de Scribe exportées en Allemagne – à Stuttgart, par e...

Auteur

Musicologue, assistant de recherche à l’Institut de musicologie de la Goethe-Universität Frankfurt am Main. Il a obtenu un doctorat (Dr. phil.) de l’Universität der Künste Berlin avec une thèse consacrée à Eugène Scribe (« Musikdramaturgie und Kulturtransfer : Eine gattungsübergreifende Studie zum Musiktheater Eugène Scribes in Paris und Stuttgart »), parue en 2010. Titulaire du Prix Hermann Abert de la Société de recherche en musicologie (Gesellschaft für Musikforschung) en 2012, il est éditeur critique au sein de la série « OPERA – Spektrum des europäischen Musiktheaters » de l’Akademie der Wissenschaften und der Literatur Mainz et des universités de Bayreuth et Francfort. Il développe son expérience professionnelle comme professeur de musique et de français en lycée et comme musicien (trombone de jazz, guitare, direction musicale, arrangement)

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search