Version classiqueVersion mobile

Eugène Scribe

 | 
Olivier Bara
, 
Jean-Claude Yon

2. Diffusion et réception critique

Le répertoire de Scribe à Lyon au XIXe siècle : toujours une pièce à l’affiche et une énigmatique statue équestre de Napoléon

Malincha Gersin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À Lyon, comme dans l’ensemble du pays, la question du répertoire de Scribe pendant la période du privilège – qui couvre toute sa carrière – se pose différemment qu’à Paris. Par les décrets impériaux de 1806 et 1807, Lyon, comme Bordeaux, Nantes ou Marseille, dispose du droit de posséder deux théâtres : un Grand-Théâtre (actuel Opéra, à quelques centaines de mètres de la place de la Comédie), ouvert en 1756, et un théâtre secondaire des Variétés dit des Célestins, ouvert en 1791. Les décrets napoléoniens subordonnent les théâtres de province aux salles parisiennes, et grands-théâtres comme théâtres secondaires n’ont désormais le droit de faire représenter que les pièces déjà jouées à Paris. Ces dernières sont elles-mêmes hiérarchisées et placées sous le contrôle – théorique – de l’autorité préfectorale. Ainsi les répertoires du Théâtre-Français ou Théâtre de S. M. l’Empereur (tragédie et comédie), du Théâtre de l’Opéra ou Académie impériale de musique (chant et danse) et du Théâtre d...

Auteur

Enseignante, docteur en histoire de l’université Lyon 2, chercheur associée au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’université de Versailles Saint-Quentin. Elle travaille sur les pratiques culturelles urbaines et sociales. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée la « vie théâtrale lyonnaise d’un Empire à l’Autre, Grand Théâtre et Célestins, le Temps du Privilège 1811-1864 » qui analyse les enjeux de l’application du privilège napoléonien, les rythmes de la vie théâtrale et s’attache également à faire vivre le public en valorisant les différents comportements au théâtre ainsi que l’importance de cette sociabilité.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search