Version classiqueVersion mobile

George Sand

 | 
Noëlle Dauphin

Deuxième partie. Du terroir à l'horizon national et européen : combats pour les libertés

George Sand et le pouvoir politique, du coup d’État du 2 décembre 1851 à la révolution du 4 septembre 1870

Éric Anceau

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Voir G. Sand, Correspondance, édition Georges Lubin, Garnier frères, 1973, Classiques Garnier, t. (...)
  • 2 « Il giusto, il ver, la liberta sospiro ».
  • 3 Les Idées politiques et sociales de George Sand, Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles, 1984
  • 4 George Sand et la politique, « Cette vilaine chose… », L’Harmattan, 2001. Cet ouvrage reprend les (...)

1Après le coup d’État du 2 décembre 1851 perpétré par le président Louis-Napoléon Bonaparte pour se maintenir au pouvoir, George Sand écrit qu’elle donne sa « démission politique1 ». Est-ce à dire que l’écrivain républicain et socialiste qui a adopté pour devise : « Je soupire après le juste, le vrai et la liberté2 » baisse alors les bras et ouvre une longue parenthèse dans son activité politique entre le grand engagement de 1848 et le retour de la République en 1870 ? En fait, si la « bonne dame de Nohant » est plus distante, elle ne renonce pas complètement, comme le prouvent ses démarches bien connues en faveur des proscrits du 2 décembre et son anticléricalisme de plus en plus militant. Les ouvrages de Pierre Vermeylen3 et de Bernard Hamon4 nous le rappellent en détail.

2Nous proposons ici une approche différente. Plutôt que d’aborder frontalement l’engagement politique de l’écrivain en en soulignant les traces les plus visibles, nous envisageons la façon dont George Sand perçoit le pouvoir et les hommes qui l’exercent tout au long de ces années ainsi que les rapports qu’elle entretient avec eux. En effet, ces points nous semblent essentiels pour comprendre son attitude. Le chef de l’État est naturellement au cœur de cette réflexion puisqu’il est tout puissant dans ces régimes personnels que sont la République décennale puis le Second Empire. Les ministres, sénateurs, députés, préfets, sous-préfets et maires y ont aussi leur place, de même que les Bonaparte, et en particulier le prince Napoléon (Napoléon-Jérôme), fils de l’ancien roi de Westphalie et cousin germain de Louis-Napoléon dont l’importance est soulignée par la part qu’il occupe dans la correspondance de l’écrivain.

  • 5 G. Sand, Correspondance, édition Georges Lubin, Garnier frères, Classiques Garnier, 1973, t. X à X (...)
  • 6 G. Sand, Agendas, textes transcrits et annotés par Anne Chevereau, Jean Touzot libraire- éditeur, (...)

3Cette étude repose sur cette source incontournable – Georges Lubin, son éditeur a retrouvé plus de 10 000 lettres de George Sand pour cette période5. Elle s’appuie aussi sur les agendas de l’écrivain qui commencent précisément en 1852 et qui permettent de suivre ses activités au jour le jour6, ainsi que sur une production littéraire foisonnante – brochures, articles, œuvres romanesques et théâtrales – qui fourmille de précieuses indications.

4Lors de l’acte du 2 décembre et de ses prolongements immédiats, George Sand fonde quelques espoirs dans le prince président et pense pouvoir modérer la répression.

  • 7 P. Vermeylen, op. cit., p. 304.
  • 8 Corr., t. VI, lettre n° 3026 du 26 novembre 1844 à L.-N. Bonaparte.
  • 9 Ibidem, t. X, lettre n° 5104 du 29 octobre 1851 à P.-J. Hetzel.
  • 10 Ibid., lettre n° 5197 du 13 janvier 1852 à René Vallet de Villeneuve.
  • 11 Ibid., p. 269 pour la lettre de refus poli, mais ferme du président et lettre n° 5094 du 24 octobr (...)

5La façon dont elle reçoit décembre 1851 s’explique d’abord par ses désillusions politiques depuis mai-juin 1848 et secondairement par la façon dont elle appréhende le président. Après avoir joué un rôle de premier plan au tout début de la Deuxième République, elle a pris du recul au lendemain de la manifestation du 15 mai, a été horrifiée par la terrible répression de l’insurrection de juin, puis a désapprouvé l’évolution conservatrice du régime. Si l’élection présidentielle du 10 décembre 1848 s’est réduite, selon elle, a un affrontement « entre le sabre sanglant de l’Algérie [Cavaignac] et l’épée rouillée de l’empire [Louis-Napoléon Bonaparte]7 », elle n’a cependant pas tardé à manifester sa préférence pour la seconde. Le passé du prince plaide en sa faveur. Ne s’était-il pas penché sur le sort du peuple quand il était prisonnier au fort de Ham en écrivant L’Extinction du paupérisme, ce qui lui avait alors valu ses félicitations8 ? Ne cesse-t-il pas, comme elle, de se proclamer socialiste ? N’a-t-il pas su se tenir à l’écart des luttes du printemps et de l’été 1848 ? N’est-il pas un partisan déclaré du suffrage universel face à une Assemblée législative qui l’a supprimé par la loi du 31 mai 1850, après avoir réduit le droit de réunion et la liberté de la presse ? Comme la plupart de ses contemporains, George Sand pressent un choc en 1852, année au cours de laquelle les pouvoirs doivent être renouvelés sans que le président ait la faculté de se représenter. Le peuple pourrait légitimement se soulever pour rentrer dans ses droits, mais il n’est pas mûr pour le faire9. Quant à son « ex-ami » Louis-Napoléon avec lequel elle n’est plus en contact depuis longtemps, mais dont elle refuse de publier les lettres de l’époque de Ham pour ne pas le compromettre10 et auquel elle ne tient pas rigueur d’avoir refusé de souscrire à une statue en sa faveur, elle ne croit pas en ses capacités de se tirer du mauvais pas où il se trouve, le qualifiant au passage de « benêt11 ». Elle craint bien davantage les manœuvres réactionnaires de l’Assemblée.

  • 12 La plupart des études sur George Sand et le coup d’État sont en fait consacrées au rôle de médiatr (...)
  • 13 G. Sand, Souvenirs et idées, Paris, Calmann Lévy, 1904, p. 81 sqq.
  • 14 Ibidem, p. 99 sqq.

6C’est à Paris où elle se trouve depuis la mi-novembre pour y suivre les répétitions et les débuts de l’une de ses pièces de théâtre que George Sand vit les premières heures du coup d’État12. La nouvelle qu’elle apprend à son réveil, le matin du 2, ne lui fait aucun effet13. Le 4, elle se résout à regagner Nohant. « Ah ! si j’étais homme, je ne partirais pas ; mais il faut sauver les enfants c’est le premier devoir de la femme, le premier besoin de la mère. Et puis que ferais-je ici ? je n’y peux rien que m’y faire tuer. Ce n’est pas encore mon heure, ni celle du vieux Jacques [le peuple]14. » Elle craint qu’on ne tende un piège à ce dernier pour mieux l’écraser et considère d’ailleurs, depuis 1848, le recours à l’insurrection vain et contre-productif. Comme elle l’écrit le 29 décembre :

  • 15 Corr., t. X, lettre n° 5171 à P.-J. Hetzel.

« Après tout, lorsque les lois fondamentales d’une république sont violées, les coups d’État, ou pour mieux dire les coups de fortune ne sont pas plus illégitimes les uns que les autres […]. Nous n’étions vraiment plus en république, nous étions gouvernés par une oligarchie, et je ne tiens pas plus à l’oligarchie qu’à l’empire. Je crois que j’aime encore mieux l’empire15. »

  • 16 Ibidem, lettre n° 5160 du 24 décembre 1851 à P.-J. Hetzel. Elle revient sur cette idée dans la let (...)
  • 17 Ibid., t. X, lettre n° 5171 déjà citée.
  • 18 G. Sand, Souvenirs et idées, op. cit., p. 134.

7Respectueuse du suffrage universel, elle prend acte du résultat du plébiscite : « La France entière donne les mains à la violation de la constitution. Qu’il y ait terreur ou inconstance, il n’importe. Le fait est consommé16. » Elle croit d’ailleurs que le président est, pour l’heure, le seul homme capable à la fois de réconcilier les Français et de réaliser la révolution sociale qu’elle appelle de ses vœux. « Le voudra-t-il ? Laissons-le faire un peu avant de juger la moralité de son but. S’il a un but moral, il faudra bien absoudre l’immoralité du moyen17. » George Sand montre un réalisme inhabituel chez elle. Elle se rallie à la souveraineté du but de son ami Barbès, ce qu’elle s’était refusé à faire jusque-là. Cependant, elle estime qu’il faudra au président « beaucoup de génie et beaucoup de probité. Mais peut-il en avoir ? Ici nous tournons dans le cercle vicieux. Les hommes subissent la fatalité de leur naissance, de leur éducation et de leur entourage, et Napoléon lui-même, après l’avoir enchaînée par la puissance de son individualisme, a été le jouet et la victime de cette implacable destinée du parvenu, la pire de toutes18. » Le neveu saura-t-il faire mieux que l’oncle ?

  • 19 Ibidem., p. 114 et p. 130.
  • 20 Corr., t. X, lettre n° 5171 déjà citée.
  • 21 Ibidem, lettre n° 5197 déjà citée. Un mandat d’amener aurait d’ailleurs été lancé contre elle par (...)
  • 22 Sur sa première rencontre avec Persigny, voir G. Sand, Histoire de ma vie, Ve partie, chapitre VII (...)
  • 23 Corr., t. X, lettre n° 5196 bis sans doute du 13 janvier et lettre n° 5209 du 20.
  • 24 Allusion à l’opposition de l’auteur de Corinne et de de l’Allemagne à l’oncle du président.
  • 25 Corr., t. X, lettre n° 5216 du 30 janvier 1852 à P.-J. Hetzel.

8Après l’insurrection populaire qu’elle redoutait19, George Sand en vient même à admettre que les « rigueurs » du nouveau pouvoir sont « inévitables pourvu qu’elles soient de courte durée20 ». Elle s’émeut néanmoins de la répression et de « l’immonde régime militaire » qui la suivent. Elle craint pour ses proches et pour elle-même. « Peut-être quand vous recevrez ma lettre, écrit-elle à René Vallet de Villeneuve, le 13 janvier 1852, serai-je arrêtée et en route pour être transportée. Autour de moi mes amis d’enfance, les gens les plus modérés, les plus étrangers aux sociétés secrètes, les plus ennemis des prises d’armes, sont en prison ou en fuite […]. Cependant je crois encore au prince Louis21. » Elle entreprend donc des démarches en faveur des victimes de la répression. Elle frappe aux portes de nombreux ministres. En la circonstance, elle se rappelle au bon souvenir de deux d’entre eux qu’elle a connus en 1835 : Persigny et Fortoul22. Elle écrit surtout au moins deux fois au président, à la mi-janvier 185223. En la circonstance, elle adopte un profil bas, la posture de la faible femme : « Je ne suis pas Mme de Staël. Je n’ai ni son génie ni l’orgueil qu’elle mit à lutter contre la double force du génie et de la puissance24. », qualifie le président de « génie socialiste » ou encore d’« homme que Dieu suscite et que le peuple accepte », puis lui réclame la clémence en faisant de ses amis proscrits « peut-être l’appui le plus ferme que vous puissiez vouloir pour votre œuvre future » et en le mettant en garde contre le risque de créer des martyrs. Elle sollicite une audience qui lui est aussitôt accordée. Lors de cette entrevue du 29 janvier, elle trouve l’homme très différent de ce qu’on lui en a dit : « J’ai vu une larme, une vraie larme dans cet œil froid et il m’a tendu les deux mains tout d’un coup […], il m’a dit : “Demandez-moi tout ce que vous voudrez pour qui vous voudrez25.” »

  • 26 À ce sujet, voir Corr., t. X, lettres n° 5216 et 5268 déjà citées.
  • 27 Ibidem, lettres n° 5231, 5249 et 5265.
  • 28 Uniquement des mesures particulières : clémence pour les anciens représentants du peuple Greppo et (...)
  • 29 Corr., t. X, lettre n° 5231 déjà citée et article du 1er mars de La France napoléonienne.
  • 30 Ibidem, lettre n° 5204 du 17 janvier 1852 à P.-J. Hetzel, lettres n° 5265 et n° 5268 déjà citées, (...)
  • 31 Ibid., t. X, lettre n° 5268 déjà citée.
  • 32 Ibid., t. XI, lettre n° 5419.

9Cependant, elle n’obtient ni l’amnistie générale qu’elle réclame d’abord, ni même celle des condamnés de son département, mais uniquement des grâces particulières. Désavouée par les républicains les plus intransigeants, y compris par certains de ses amis26, elle n’en continue pas moins ses démarches avec persévérance. De nouvelles suppliques aux ministres (Persigny, Maupas, Abbatucci), au préfet de police Piétri, à des proches de Louis-Napoléon Bonaparte (le général Baraguey d’Hilliers, le docteur Conneau, le général Roguet, le comte d’Orsay) ou au chef de l’État lui-même (3 février, 12 février et 20 février)27et une nouvelle audience, le 6 février, sont suivies des mêmes résultats28. Alors qu’elle ne veut pas ébruiter ses demandes pour ne pas nuire au président, certains proches de ce dernier voient au contraire le profit qu’il y a à en tirer. La presse bonapartiste s’en fait l’écho et insiste sur la magnanimité du chef de l’État29. Malgré sa déception, George Sand veut d’abord croire que l’homme n’est pas libre de prendre toutes ses décisions, doit composer avec la partie réactionnaire de son entourage et ne peut lutter contre la « haine aveugle » d’une partie de la France contre l’autre et contre « le zèle atroce d’une police furieuse30 ». Fin février, à la suite de sa deuxième entrevue avec le prince, elle se montre très pessimiste : « Il m’a parlé assez longuement et avec assez d’abandon pour que j’aie vu en lui certains bons instincts et des tendances vers un but qui serait le nôtre. », mais elle ajoute : « Ou je me trompe bien, ou l’homme est perdu mais non le système, et à lui va succéder une puissance de réaction d’autant plus furieuse que la douceur du tempérament de l’homme sacrifié n’y sera plus un obstacle31. » Elle est profondément choquée par la désinvolture du général Canrobert qui a été chargé par le président, avec le colonel Espinasse et Quentin-Bauchart, de réviser les jugements les plus sévères des commissions mixtes, mais qui ne convoque même pas les condamnés pour les entendre et qui revient sur peu de décisions premières. La plainte qu’elle adresse à ce sujet au président, le 30 avril 185232, n’est pas plus entendue que celle qu’elle envoie le 18 mai 1852 pour dénoncer la « barbarie politique » réservée aux condamnés de l’Indre – ils ont quitté Châteauroux « enchaînés comme des galériens », le « zèle de novice » du nouveau préfet et la destitution du sous-préfet de La Châtre qui aurait cherché à empêcher l’application de la mesure.

  • 33 Ibid., lettre n° 5462.

« On ne comprend pas ces rigueurs. On vous dit que cela fait bon effet, on vous ment, on vous trompe, on vous trahit ! […] Souvenez-vous de quelqu’un qui vous aime toujours, bien que votre règne ait déchiré ses entrailles et qui, au lieu de désirer, comme les intérêts de son parti le voudraient peut-être, qu’on vous rende odieux par de telles mesures, s’indigne de voir le faux rôle qu’on veut vous faire dans l’histoire, à vous qui avez le cœur grand autant que la destinée33. »

  • 34 Ibid., lettre n° 5471 du 22 mai 1852 au comte d’Orsay. George Sand a reçu la veille une lettre d’a (...)
  • 35 Ibid., lettre n° 5509 du 27 juin 1852 à L.-N. Bonaparte.
  • 36 Voir par exemple Corr., t. X, notes 2 et 3 de la p. 795.
  • 37 Ibidem., t. XI, lettre n° 5496 du 18 juin 1852 au rédacteur de La Presse. Sur d’autres calomnies, (...)
  • 38 La dernière lettre au président, d’ailleurs non retrouvée, serait du 2 août 1852. Corr., t. X, n° (...)
  • 39 Il lui arrive cependant parfois d’en douter. Voir Corr., t. XI, lettre n° 5662 du 15 octobre 1852 (...)
  • 40 Corr., t. XI, lettre n° 5746 du 17 décembre 1852 à Gustave Papet.
  • 41 Ibidem, lettre n° 5781 du 16 janvier 1853 à P.-J. Hetzel.

10Après l’échec d’une nouvelle demande d’audience car elle a sans doute été gardée sous le coude par des adversaires de la démarche34 et après les modestes résultats d’une autre requête de grâce pour les déportés et les expulsés de l’Indre35, l’écrivain finit par se décourager. Il faut dire qu’elle est toujours confrontée à l’hostilité de ses anciens amis36 et qu’elle est contrainte de démentir de nouvelles calomnies, comme celle d’avoir été proche du président avant janvier 185237. Si l’on suit la correspondance retrouvée par Georges Lubin, elle ne formule aucune nouvelle demande entre le début août et la mi-décembre38. À ce moment-là, elle veut de nouveau espérer une amnistie générale puisque l’Empire vient d’être proclamé39. Elle rencontre même le nouveau préfet de l’Indre qu’elle trouve « fort aimable » et « fort bien intentionné », mais n’obtient pas satisfaction40. En janvier 1853, elle dresse un bilan très négatif de son action : « Je n’ai sauvé que 5 ou 6 personnes, malgré tout le bien qu’on m’attribue et que je n’ai pas pu faire en me donnant beaucoup de mal et en avalant beaucoup de couleuvres41. » Elle n’a alors plus aucune illusion sur celui qui est désormais Napoléon III.

11Sous l’Empire autoritaire, George Sand se montre très critique à l’égard du souverain et de la façon dont il conduit les affaires. Cependant, parce qu’elle n’est pas sectaire et qu’elle ne voit pas, dans l’immédiat, un terme à ce régime, elle crédite le pouvoir de quelques avancées. Si elle passe la plus grande partie de son temps dans son château de Nohant et se refuse à tout militantisme, elle ne pratique pas non plus l’« exil intérieur » de certains de ses camarades en républicanisme et en socialisme. Elle entretient même des relations très cordiales avec le prince Napoléon, sur lequel elle fonde des espoirs.

  • 42 Ibid., lettre n° 5271 du 20 février 1852 à É. Aucante.
  • 43 Ibid., lettre n° 5439.
  • 44 Ibid., lettre n° 5375 du 5 avril 1852 à Alphonse Fleury et lettre n° 5477 du 23 mai 1852 à G. Mazz (...)
  • 45 Ibid., lettre n° 5375 déjà citée.
  • 46 Ibid., lettre n° 5722 du 26 novembre 1852 à P.-J. Hetzel.
  • 47 Ibid., lettre n° 5808 du 19 février 1853 à P.-J. Hetzel.
  • 48 Georges Lubin souligne lui-même que de nombreuses lettres n’ont pu être retrouvées, en particulier (...)
  • 49 Voir par exemple Corr., t. XXV, lettre n° S 686 du 4 avril 1852 à Théophile de Montour et t. XI, l (...)
  • 50 Il est exceptionnel de trouver, dans les Agendas, mention de discussions politiques, comme celles (...)

12Comme ses illusions sur Louis-Napoléon ont commencé à s’évanouir, George Sand a répudié dès février 1852, le principe de la souveraineté du but42. Le 10 mai suivant, elle a envoyé une lettre de félicitation à Émile de Girardin qui a écrit, dans La Presse, que « L’Empire serait la provocation directe à un attentat » et qui a reçu un avertissement pour cet acte de courage43. Optimiste de nature, elle conserve néanmoins une espérance intacte en l’avenir lorsque le peuple aura fait l’apprentissage du droit de suffrage (« Le peuple, qui apprend aujourd’hui à faire les empereurs, apprendra fatalement par la même loi à les défaire. ») et continue de réprouver le recours à l’insurrection qui n’a entraîné, jusque-là, que des drames44. Son attitude est commandée dans l’immédiat par une forme de fatalisme, voire de résignation. Le gouvernement de Louis-Napoléon « est une nécessité matérielle des temps qui l’ont produit45 ». Dans ces conditions, elle ne fonde pas plus d’espoirs sur le plébiscite rétablissant l’Empire qu’elle n’en a fondés sur les élections législatives de février-mars 1852. Ici plus d’état de siège ou de système de la candidature officielle, mais toujours la même foi des masses paysannes et de la bourgeoisie de province dans le nouveau régime46. Par ailleurs, George Sand manifeste le plus profond dégoût pour les gens qui applaudissent à la dictature en espérant en tirer des bribes de pouvoir et surtout de fortune47. Son intérêt pour la politique s’en trouve réduit d’autant, comme l’atteste la quasi-absence de cette dernière dans sa correspondance – même s’il est possible d’alléguer à la fois des lacunes48 et la prudence de l’écrivain qui a la certitude que ses lettres sont lues par le cabinet noir49 – et plus encore dans ses agendas50. À Mazzini qui lui reproche en décembre 1853 de ne pas glisser dans ses œuvres des critiques sur la dictature, George Sand répond :

  • 51 Corr., t. XII, lettre n° 6113 du 15 décembre 1853.

« Vous ne savez guère ce qui se passe en France, si vous pensez qu’elles seraient possibles […]. Que ferais-je donc si j’abandonnais mon humble tâche [et néanmoins la plus belle de toutes, celle d’artiste] ? Des conspirations ? Ce n’est pas ma vocation, je n’y entendrais rien. Des pamphlets ? Je n’ai ni fiel ni esprit pour cela. Des théories ? Nous en avons trop fait et nous sommes tombés dans la dispute, qui est le tombeau de toute vérité, de toute puissance51. »

  • 52 Voir par exemple Corr., t. XII, lettre n° 6067 du 25 octobre 1853.
  • 53 Voir par exemple Corr., t. XII, lettre n° 6353 du 31 juillet 1854.
  • 54 Corr., t. XIII, lettre n° 6852 du 27 septembre 1855. Elle n’aime pas l’homme qu’elle qualifie aill (...)
  • 55 Voir par exemple Corr., t. XIV, lettre n° 7636 du 30 octobre 1857.
  • 56 Ibidem, t. XII, lettre n° 6239 du 28 mars 1854 au prince Napoléon.
  • 57 Ibid., lettre n° 6345 du 16 juillet 1854 au prince Napoléon et lettre n° 6412 du 5 octobre 1854 à (...)
  • 58 Ibid., t. XIV, lettre n° 7527 du 25 juin 1857 à É. Aucante. Favre obtient onze voix !
  • 59 Ibid., lettre n° 7742 du 16 février 1858 à Charles Duvernet.
  • 60 Voir Agendas, op. cit., t. II, p. 100 sqq. ainsi que Corr., t. XIV, p. 623 sqq., en particulier le (...)
  • 61 Ibid., t. XIV, lettre n° 7786 du 25 mars 1858 au prince Napoléon.
  • 62 La publication a valu à La Presse son troisième avertissement et une suspension de deux mois. Sand (...)
  • 63 Voir Agendas, op. cit., t. II, p. 200 et 210. On trouve le texte de ces deux brochures dans George (...)
  • 64 Corr., t. XV, lettre n° 8331 du 4 août 1859 à François Buloz.
  • 65 Sur ce que pense Ledru-Rollin de son ancienne collaboratrice, voir Corr., t. XV, p. 726, note 3.

13Alors que son propre fils Maurice ne cache pas une certaine sympathie pour le régime, George Sand, exempte de tout sectarisme, entretient des relations avec de nombreux bonapartistes. Le maire de Nohant-Vic, Félix Aulard, qu’elle appelle affectueusement le « père Aulard », est l’hôte fréquent de son château. L’écrivain n’hésite pas non plus à écrire au préfet de la Seine, Haussmann, qu’elle connaît de longue date52, aux ministres comme Achille Fould53, au député-maire de La Châtre, Charles Delavau qui a été jadis son médecin et son ami avant qu’elle ne rompe avec lui en raison de sérieux désaccords54 ou encore à l’impératrice Eugénie55 pour les prier de s’intéresser à ses œuvres, de soutenir ses protégés ou de faire rapporter une mesure injuste. Elle se passionne pour la politique étrangère et approuve les principales initiatives de Napoléon III en la matière. En 1854, elle trouve ainsi que la France défend une cause juste dans la guerre d’Orient56. Comme Barbès à la libération duquel elle contribue indirectement, elle fait des vœux patriotiques pour le succès des armes françaises et note : « Affrontons avec courage ceux qui disent aujourd’hui : “Tout ! les Cosaques même plutôt que l’Empire57.” » L’écrivain manifeste en revanche plus de distance pour la politique intérieure. À peine constate-t-elle que le républicain Jules Favre fait un score très supérieur à ce qu’il était en droit d’attendre à Nohant, lors des élections législatives de 185758. Il en va autrement de l’attentat d’Orsini contre Napoléon III (14 janvier 1858). Tout d’abord, George Sand qui réprouve les tentatives de ce genre est profondément choquée parce que d’innocentes victimes ont péri et ne manifeste aucune compassion pour les coupables à l’approche de leur exécution59. L’événement l’oblige également à sortir de sa retraite car il entraîne le vote de la loi de sûreté générale et de nouvelles mesures de proscription à l’égard de certains de ses proches amis. Elle sollicite de nouveau l’intervention des principaux responsables politiques, y compris du couple impérial60. Cependant, Napoléon III n’est pas enclin à la clémence : « Je dois me montrer sévère envers ceux qui entretiennent toujours dans les masses des idées subversives et des projets d’insurrection. » George Sand constate : « Je sentais bien d’avance qu’il ne fallait pas espérer, et que les mauvais conseils étaient trop nombreux autour de celui dont l’état est d’être abusé61. » Si elle obtient l’adoucissement du sort de ses amis, elle ne parvient pas à leur éviter l’exil. Enfin, l’attentat d’Orsini fait avancer la cause italienne ce qui, en revanche, ne peut que satisfaire celle qui, en 1857, a publié dans La Presse un roman hostile au gouvernement pontifical, La Daniella62. Lorsqu’en 1859, la France entre en guerre contre l’Autriche aux côtés du Piémont, elle s’enthousiasme. Elle rédige à la mimai une brochure intitulée La Guerre dont elle destine le produit de la vente aux volontaires italiens puis, début juillet, elle écrit une nouvelle brochure, Garibaldi, dans laquelle elle encense le général patriote63. Dans le premier texte, elle note : « Quel que soit le système qui nous gouverne, voulons avec lui ce qui est beau et juste », mais elle s’empresse d’ajouter : « Amis, renoncerons-nous donc pour cela à nos croyances et à nos affections ? Non ! on ne change pas de religion à nos âges. » L’armistice de Villafranca puis les préliminaires de paix la désolent64. Cette issue rapide a au moins pour mérite d’inciter Napoléon III à décréter une amnistie générale, le 15 août 1859. George Sand suggère alors aux grands exilés (Hugo, Hetzel, Louis Blanc) de revenir. Elle reçoit une série de refus et se déconsidère un peu plus aux yeux des opposants intransigeants65.

  • 66 Ibidem, t. XV, lettre n° 8357 du 25 août 1859.
  • 67 Ibid., t. X, lettre n° 5215 sans doute du 27 janvier 1852.
  • 68 Ibid., t. XI, lettre n° 5543 du 2 août 1852 à E. Périgois.
  • 69 Ibid., lettre n° 5781 du 16 janvier 1853 à P.-J. Hetzel.
  • 70 Ces visites sont surveillées de près par les autorités. Sur la façon dont celle de 1857 est espion (...)
  • 71 Corr., t. XIV, lettre n° 7877 du 30 juin 1858.
  • 72 Voir par exemple Corr., t. XV, lettre n° 8151 du 16 janvier 1859 à É. Aucante.

14George Sand attribue cette amnistie, ainsi que la guerre d’Italie, à l’influence bénéfique du prince Napoléon. Comme elle le lui écrit : « Bien qu’on affecte peut-être de ne pas vous écouter, je crois que ce que vous savez dire en de certains moments laisse des traces66. » Il ne faut pas voir dans ces paroles une vile flatterie, mais une profonde amitié doublée d’une vraie admiration pour le cousin germain de l’empereur. Elle fait sa connaissance, en janvier 1852, lorsqu’elle cherche à sauver de la proscription ses compatriotes et amis67. L’homme se dit alors républicain, a siégé à gauche au sein des assemblées de la Deuxième République et s’est opposé au coup d’État. Après avoir essuyé la colère du président, il a évité l’exil et est rentré en grâce. Sollicité par George Sand pour intervenir en faveur de ceux qui ont été moins chanceux que lui, le prince se démène, mais n’obtient pas les résultats escomptés auprès de son puissant cousin. George Sand oppose rapidement les deux hommes : « Un de ces princes [le prince Napoléon] veut et ne peut guère. L’autre [le président] peut et ne veut pas, ou ne pense pas à vouloir68. » À plusieurs reprises, elle constate que « malgré les apparences, il [le prince Napoléon] ne jouit pas d’une faveur réelle69 ». Il n’en demeure pas moins que s’instaure dès l’origine une réelle proximité entre le prince et l’écrivain qui se traduit par une abondante correspondance, de fréquentes visites de l’un chez l’autre à Paris, trois séjours du prince à Nohant – en 1857, en 1861 et en 186870, son affection pour tous les proches de l’écrivain, de son compagnon, Manceau dont il n’oublie jamais de s’enquérir de la fragile santé à son fils Maurice pour lequel il obtient la Légion d’honneur en 1860, qu’il emmène en voyage aux États-Unis en 1861, et dont il accepte de devenir le parrain de la fille, Aurore, en 1868. George Sand se retrouve dans les idées du prince. Elle admire la façon dont ce très bon orateur les exprime, ainsi que sa vive intelligence. Elle sait aussi qu’il peut exercer une certaine influence sur l’Empereur qui l’aime beaucoup, malgré ses nombreux défauts. Comme Napoléon III, George Sand trouve ainsi que les périodes d’abattement, les sautes d’humeur et la vie dissolue du prince le desservent. Si elle joue le plus souvent les consolatrices, elle se permet parfois de le lui faire remarquer. Ainsi lorsqu’il rompt ouvertement et injustement avec l’une de ses maîtresses, Sylvanie Arnould-Plessy, amie de George Sand, en 1858, l’écrivain le crédite certes de ne pas être un calculateur et de ne pas rechercher la popularité, mais elle le met aussi en garde : il ne faudrait pas qu’il passe pour un homme sans cœur71. Comme elle le dit elle-même, elle n’agit pas autrement qu’une mère le ferait à l’égard de son fils. C’est dire la liberté de ton et l’intimité des deux personnages. George Sand sollicite énormément son ami, en particulier lors des proscriptions qui suivent l’attentat d’Orsini et plus encore lorsque le prince occupe le ministère de l’Algérie et des Colonies de juin 1858 à mars 1859. Elle demande tellement et si souvent qu’elle craint de perdre tout crédit auprès de lui72, mais le prince ne se lasse pas de lui venir en aide.

15Dès le début des années 1860, George Sand estime qu’il n’y a plus rien à tirer de l’Empire. Elle ne croit ni en la libéralisation du régime, ni en la politique sociale du souverain. La montée du cléricalisme l’effraie. Elle déplore la façon dont les affaires étrangères sont conduites. Cependant, les circonstances qui amènent la chute finale de l’Empire ne peuvent totalement satisfaire ni la patriote qu’elle a toujours été, ni la républicaine en marge de son parti qu’elle est devenue.

  • 73 G. Sand, Impressions et souvenirs, Plan de la Tour, Éd. d’Aujourd’hui, 1976, rééd. de l’éd. M. Lév (...)
  • 74 Agendas, op. cit., tome III, p. 110-111 et Corr., t. XVII, lettre n° 10204 du 4 juin 1863 à Émile (...)

16En mars 1860, George Sand note ses réflexions politiques du moment. Si l’avènement d’une société libre et égalitaire associant la bourgeoisie et le peuple lui semble encore lointain, il reste à ses yeux inéluctable. Elle croit à un réveil de l’opinion, non à la capacité du régime à se réformer. La dictature impériale n’est qu’une étape dont on doit tirer profit en réfléchissant à l’avenir73. De façon significative ni ses agendas, ni sa correspondance ne portent trace du décret du 24 novembre 1860 ou de la loi sur le droit de coalition du 25 mai 1864. Elle confirme son désintérêt pour les élections du Second Empire puisqu’elle se contente, lors des élections législatives de 1863, d’une discussion dans le cercle privé et de quelques brefs commentaires dans sa correspondance alors que les deux principaux candidats de sa circonscription, Delavau et Taillepied de Bondy, se croient pourtant obligés de lui rendre visite74. Elle n’évoque pas le « Manifeste des Soixante » de 1864 qui réclame une représentation parlementaire des ouvriers par les ouvriers.

  • 75 Voir par exemple Corr., t. XVI, lettre n° 9046 du 27 avril 1861 à J.-F.-C. Mocquard sur le projet (...)

17George Sand ne renonce pas à toucher le pouvoir pour les projets qui lui tiennent à cœur75. Si elle ne veut pas, en 1861, que Napoléon III la dédommage d’un prix que l’Académie française se refuse à lui accorder, elle est flattée par l’idée suggérée d’ailleurs au souverain par le prince Napoléon et par la sœur de celui-ci, la princesse Mathilde, et juge nécessaire d’expliquer son attitude :

  • 76 Ibidem, t. XVI, lettre n° 9059 du 11 mai 1861 à Pauline Villot à qui elle demande de fournir ces é (...)

« Je ne mets aucune sotte fierté, aucun esprit de parti, aucune nuance d’ingratitude à refuser un bienfait de l’empereur. Si j’étais malade, infirme et dans la misère, je lui demanderais peut-être pour moi ce que j’ai plusieurs fois demandé à l’impératrice et aux ministres pour des malheureux. Mais je me porte bien, je travaille et je n’ai pas de besoins76. »

  • 77 Ibid., t. XIX, lettre n° 11402 du 22 janvier 1865 à Charles Duveyrier.
  • 78 Ibid., lettres du n° 11495 du 27 février 1865 au prince Napoléon au n° 11529 du 21 mars suivant à (...)
  • 79 George Sand nie cependant avoir cherché à nuire et même s’être inspirée de quiconque. À Eugénie qu (...)

18Cependant, elle ne ménage pas l’Empereur. Elle note en janvier 1865 : « C’est une loi de nature que l’homme en possession du pouvoir absolu, ne fût-ce qu’un jour, perde la notion du droit humain. Il peut faire des prodiges, mais fonder quoi que ce soit, non77. » Lorsque Napoléon III publie, peu après, le premier volume de son Histoire de Jules César, George Sand à qui il l’a envoyé en propose un compte rendu sans complaisance dans L’Univers illustré. Tout en louant le style et l’ampleur de la recherche, elle y dénonce l’apologie des coups d’État : « Quand on a fait le silence dans les rues, on n’a pas mis la paix dans les maisons78. » En février et mars 1870, elle donne à la Revue des Deux Mondes un roman intitulé Malgrétout dans lequel il est impossible de ne pas reconnaître l’Impératrice sous les traits d’une jeune et belle aventurière espagnole, ambitieuse extravagante et catholique exaltée qui rêve d’épouser un empereur79.

  • 80 Corr., t. XX, lettre n° 13022 du 21 janvier 1867 à Alexandre Dumas fils.
  • 81 Ibidem, lettre n° 13106 du 9 avril 1867 à Henry Harrisse.
  • 82 Ibid. et Corr., t. XX, lettre n° 12893 du 14 novembre 1866 à L. Dudevant-Sand.
  • 83 Corr., t. XX, lettre n° 13261 du 21 septembre 1867 au journal La Liberté.
  • 84 Ibidem, t. XXI, lettre n° 14306 du 8 mai 1869 à L. Dudevant-Sand, lettre n° 14315 du 13 mai suivan (...)
  • 85 Ibidem, lettre n° 14334 du 23 mai 1869 à L. Dudevant-Sand et lettre n° 14336 du lendemain à la mêm (...)
  • 86 Ibid., lettre n° 14669 du 23 novembre 1869 à Juliette Adam.
  • 87 Ibid., lettre n° 14726 du 4 janvier 1870 à A. Barbès.
  • 88 Ibid., lettre n° 14754 du 13 janvier 1870 à Edmond Plauchut.

19George Sand ne voit qu’une manipulation dans la lettre du 19 janvier 1867 par laquelle l’Empereur annonce une nouvelle libéralisation de son régime80. Elle sent s’approcher l’explosion parce que de « partout on entend sortir de la terre et des arbres, et des maisons et des nuages, ce cri : - En voilà assez81 » Elle reconnaît en revanche ne pas savoir ce qu’il adviendra ensuite, en grande partie parce qu’elle n’a aucun contact avec la jeune génération du parti républicain82. Lorsque des journalistes sont menacés de poursuites pour avoir reproduit un fragment de la préface de l’un de ses ouvrages, elle s’enflamme et menace : « Tout refoulement de la pensée, tout effort pour supprimer la vérité soulèveront des orages, et les orages emportent tôt ou tard ceux qui les provoquent83. » Cependant, à la suite des élections législatives de 1869, au cours desquelles elle est surtout frappée par l’agitation des rues84 et secondairement par le bouleversement qu’elles apportent85, Napoléon III se résout à transformer radicalement son régime. Le sénatus-consulte du 8 septembre 1869 et le gouvernement du 2 janvier 1870 marquent la naissance de l’Empire libéral. Contrairement à d’autres opposants, y compris républicains, George Sand ne s’en satisfait pas. Elle se montre très dure pour l’ensemble des partis86 et les jeunes générations politiques formées à l’école positiviste87. Elle voit dans le meurtre de Victor Noir par le prince Pierre Bonaparte « un coup de pied solide dans la machine impériale88 ». Elle juge très sévèrement le plébiscite :

  • 89 Corr., t. XXII, lettre n° 14989 du 20 avril 1870 à Solange Clésinger.

« Nous entrons dans le césarisme absolu par le plébiscite qui donnera certainement plein pouvoir à l’empereur. En voilà pour une dizaine d’années encore […]. Le tour est salé et décidément Badinguet n’est pas sot ! Mais quelle société va sortir de tout cela ! Une décadence complète des arts, des idées et des mœurs89. »

  • 90 Ibidem., t. XXII, lettres n° 15060 du 3 juin 1870, n° 15076 du 13 juin, n° 15090 du 19 juin et n° (...)

20Elle ne manifeste aucun enthousiasme pour l’action d’Ollivier et ne prend tardivement contact avec le ministre que pour le prier d’accorder une place dans la magistrature à son petit-neveu, puis la Légion d’honneur au sous-préfet de La Châtre, protégé du prince Napoléon90.

  • 91 Corr., t. XV, lettre n° 8527 du 5 janvier 1860 à Rose Chéri et lettre n° 8528 du surlendemain à Ch (...)

21Par ailleurs, la politique extérieure du régime ne lui donne plus satisfaction, depuis dix ans déjà. Si la brochure Le Pape et le Congrès du 22 décembre 1859 qui a été rédigée à la demande de Napoléon III satisfait son anticléricalisme (« Voilà notre drôle de corps d’empereur qui abandonne son petit pape mignon. »), George Sand n’y voit qu’« un fameux coup de tête » du « hanneton » impérial. Elle dénonce dès cette époque le manque de principes, de courage et de franchise de la politique extérieure de la France (« C’est une politique de surprises qui fait le prestige de ce règne ») et craint le retour d’influence de l’Église sur le régime91. La naissance d’un parti clérical dans les Chambres, à partir de 1861, et les hésitations impériales ne font que confirmer ses craintes.

  • 92 Corr., t. XVI, lettre n° 9421 du 25 février 1862. Voir aussi Corr., t. XVI, la réponse du prince à (...)
  • 93 Corr., t. XVI, lettre n° 9346 du 10 janvier 1862 à F. Buloz.

22Elle ne ménage pas ses encouragements au prince Napoléon qui mène le combat contre le cléricalisme et en faveur de la nation italienne au Sénat. Lui seul parvient à lui faire suivre les débats parlementaires où elle ne voit habituellement que compromis, voire compromission. À chacun de ses grands discours, elle le gratifie d’une lettre de félicitations et d’encouragement à persévérer. Après la tempête que le prince a déchaînée au Sénat, en février 1862, elle écrit par exemple : « Oui, vous seul êtes franc et courageux dans cette officine d’hypocrisie. Ne vous laissez pas effrayer de tous ces cris, marchez toujours, cher prince, et soyez sûr que la vraie France est avec vous92. » Aux nombreuses voix qui lui reprochent de pactiser avec un Bonaparte, elle répond : « Il y a longtemps que j’ai mis les noms propres de côté, moi. J’ai reconnu qu’il n’y avait plus qu’à se brûler la cervelle si on cherchait noise aux hommes qui ont de bonnes idées et de bons sentiments, sous quelque bannière qu’ils soient ou paraissent placés93. » Au prince, elle se permet d’en dire davantage :

  • 94 Ibidem, t. XVI, lettre n° 9341 du 7 janvier 1862.

« Le monde est si sale et si plat qu’on ne peut pas supposer qu’on aime un prince pour lui-même, et je suis forcé à une réserve que je n’aurais pas pour un camarade que j’aimerais beaucoup moins […]. Républicaine toujours, mais, convaincue que vous seriez le meilleur chef d’une république, ou la meilleure compensation à une république impuissante à renaître, je me moque pour mon compte de l’accusation de trahison que quelques-uns ne m’épargnent pas94. »

23Elle se laisse même entraîner à lui écrire :

  • 95 Ibid., t. XVIII, lettre n° 10572 du 25 décembre 1863.

« Je crois que la plus vivace dynastie est encore la vôtre. C’est la plus jeune et son origine révolutionnaire l’engage dans une voie qui la forcera d’abattre quand même ce que l’empereur veut en vain préserver […]. Il y a un rôle pour vous dans l’histoire95. »

  • 96 Ibid., t. XVII, lettre n° 9978 du 12 février 1863 à F. Buloz.
  • 97 Ibid., t. XVIII, lettre n° 10727 du 1er mars 1864 à M. et L. Dudevant-Sand.
  • 98 Ibid., lettre n° 10564 du 18 décembre 1863 à É. Rodrigues.
  • 99 Ibid., t. XX, lettre n° 12735 du 5 juillet 1866 à Joseph Dessauer.
  • 100 Agendas, op. cit., t. IV, p. 61-62. Voir aussi Corr., t. XX, lettre n° 13374 du 21 décembre 1867 à (...)

24Le combat contre le cléricalisme la passionne d’ailleurs au point qu’elle se résout à rentrer dans l’arène. De Mademoiselle La Quintinie qu’elle publie dans la Revue des Deux Mondes de mars à mai 1863, elle avoue : « Le livre est fait contre le confessionnal. » Elle ignore si le prince pourra la protéger, juge l’impératrice « bonne et charitable, mais très enfant et soumise au confesseur », croit pouvoir compter sur le ministre de la Justice, Delangle, aussi peu clérical qu’elle, mais se déclare prête à aller en prison s’il le faut96. La seule sanction vient finalement de l’Église qui met l’ensemble de son œuvre à l’Index, en décembre. Elle explique en grande partie le triomphe que les étudiants et les anticléricaux au premier rang desquels le prince Napoléon et sa sœur réservent, en février suivant, aux premières représentations de sa pièce, Le Marquis de Villemer. L’écrivain jubile97. Napoléon III a eu beau applaudir la pièce, George Sand juge sa politique extérieure de plus en plus détestable. L’abandon de la Pologne vaut celui de l’Italie98. En juillet 1866, au lendemain de Sadowa, elle note : « Le chef de l’État est d’autant plus impénétrable qu’il vit, dit-on, au jour le jour dans sa pensée et que l’on ne peut deviner des projets qui n’existent pas99. » L’année suivante l’envoi d’un corps expéditionnaire pour écraser les garibaldiens l’irrite au plus haut point. Dans ses agendas, elle se permet un jeu de mots : « Le badin triste [on sait que les opposants surnomment Napoléon III Badinguet] fait des folies », avant de lâcher : « Jamais pouvoir se ficha-t-il de nous avec plus d’insolence100 ? »

  • 101 Corr., t. XXII, lettres n° 15135 et 15136 du 16 juillet 1870 à J. Adam et E. Plauchut.
  • 102 Agendas, op. cit., t. IV, p. 290.
  • 103 Corr., t. XXII, lettre n° 15163 du 8 août 1870 à J. Adam.
  • 104 Ibidem, lettre n° 15164 du 11 août 1870 à E. Plauchut.
  • 105 Ibid., lettre n° 15168 à H. Harrisse.
  • 106 Ibid., lettre n° 15184 du 20 août 1870 à J. Adam.
  • 107 Ibid., lettre n° 15194 à E. Plauchut.
  • 108 G. Sand, Questions politiques et sociales, éd. d’Aujourd’hui, 1977, p. 347-354.
  • 109 Corr., t. XXII, lettre n° 15202 du 4 septembre 1870 à E. Plauchut. Voir aussi Agendas, op. cit.,t. (...)
  • 110 Ibidem, lettre n° 15204 à Eugène et Esther Lambert. Voir aussi Agendas, op. cit., t. IV, p. 298.
  • 111 G. Sand, Questions…, op. cit., p. 354.
  • 112 Voir par exemple Corr., t. XXII, lettre n° 15246 du 14 octobre 1870 à G. Flaubert.
  • 113 Elle lui tient ce discours dès le 18 août (Corr., t. XXII, lettre n° 15177) et le reprend les 25 n (...)

25Dans ces conditions, la crise qui accompagne la candidature Hohenzollern au trône d’Espagne et le déclenchement de la guerre contre l’Allemagne, « sot et odieux besoin d’essayer les fusils » et « jeu de princes », ne surprennent guère George Sand. Elle en suit les péripéties depuis Nohant101. Si elle n’espère pas, comme certains révolutionnaires et républicains intransigeants, une débâcle de la France qui entraînerait la chute de l’Empire, elle juge très tôt la double hypothèse plus que probable. Cependant, ses agendas et sa correspondance la montrent hésitante et à la merci de toutes les rumeurs. « Tout est possible, on ne sait que penser102. » Une république est envisageable, mais une restauration des Orléans aussi103. Après les premières défaites, elle espère que cette dernière se produira le plus tôt possible car, dans ces circonstances difficiles, le pouvoir est un cadeau empoisonné104. En revanche, elle se conforte dans l’idée que le règne de Napoléon III touche à son terme. En voyant dans son Berry, habituellement si légaliste et si conservateur, « une consternation, une fureur, une haine » stupéfiantes contre le gouvernement, elle note, le 13 août : « Je crois l’Empire perdu, fini. Les mêmes hommes qui ont voté le plébiscite avec confiance voteraient aujourd’hui la déchéance avec unanimité105. » Elle fustige le Corps législatif qui tarde à proclamer cette dernière qui épargnerait tant de sang, de temps, d’énergie106. Cependant, le 31 août, devant le danger qui grandit, elle renvoie à plus tard le changement de régime. « Désorganiser un gouvernement et le réorganiser en deux jours, quand l’ennemi est là, ce serait le comble de la démence. » Il faut au contraire faire corps107. La « Lettre à un ami » qu’elle rédige le même jour et qui paraîtra dans le Temps du 4 septembre traduit les mêmes sentiments, même si elle y affirme clairement les responsabilités du pouvoir et la nécessité de poser la question du régime, aux électeurs, après les combats108. La capitulation de Sedan qu’elle apprend le 4 septembre change la donne. Parce que « tout [lui] semble perdu » d’un point de vue militaire, elle estime que la politique doit reprendre ses droits. Or, elle croit plus que jamais au retour des Orléans : « La majorité de cette Chambre, de ce Sénat, de la bureaucratie, des préfets et des boutiquiers les désire109. » Aussi, lorsqu’elle apprend, le 5 septembre, que Paris vient de proclamer la République sans que le sang ne coule, elle laisse éclater sa joie : « La voilà donc revenue sans coup férir, cette pauvre chère république110 ! » Son post-scriptum à la « Lettre un ami » qu’elle rédige alors et qui est publié dans le numéro du Temps du 7 septembre est triomphal111. George Sand se montre beaucoup plus inquiète dans ses agendas et dans sa correspondance : la République peut-elle gagner la guerre ou conclure une paix honorable ? ce régime est-il viable ? n’est-il pas simplement le prélude au retour des Orléans voire à celui des Bonaparte112 ? Elle encourage d’ailleurs le prince Napoléon à ne pas se poser en prétendant et à accepter la République. À ce prix, il peut avoir un beau rôle à jouer dans l’avenir113.

26Tout au long de ces années, l’attitude de George Sand s’explique par la façon dont elle conçoit la politique. Elle y voit essentiellement l’instance instrumentale qui permet de changer l’organisation sociale. Voilà pourquoi elle ne pleure pas la République conservatrice et émet des jugements modérés sur le coup d’État d’un homme qui restaure le suffrage universel et qui a des idées sociales avancées. Si elle est rapidement déçue sur ce point, elle trouve d’abord quelques compensations dans la politique extérieure du Second Empire. Les années 1860 ne lui donnent même plus cette satisfaction. La chute du régime qu’elle prédit depuis longtemps est logique : Napoléon III ne fait qu’expier ses fautes.

  • 114 Voir par exemple Corr., t. XXII, lettre n° 15612 du 9 août 1871 à A. Dumas fils.
  • 115 G. Sand, Dernières pages, Paris, Calmann Lévy, 1877, p. 3-20.

27C’est dans un texte de 1873 intitulé « Dans les bois » qu’elle propose son jugement définitif sur l’homme qui vient de mourir quelques jours plus tôt dans son exil anglais, jugement qu’elle avait déjà esquissé en certaines pages de sa correspondance114. Napoléon III n’est ni un monstre, ni un héros, mais un produit des circonstances. Il « s’est agité toute sa vie pour réaliser les rêves superstitieux d’une ambition démesurée », mais rien n’aurait été possible si la France « désorganisée et sans conscience d’elle-même [n’avait pris] ce météore pour un astre et ce songeur silencieux pour un homme profond115 ».

28Ce jugement est à la mesure des espoirs que l’écrivain a placés quelque temps dans le souverain. Femme passionnée et supérieure qui a préféré les coulisses de la politique à la scène, George Sand n’a cessé de chercher les hommes qui pourraient réaliser ses desseins. Il y a eu Ledru-Rollin en 1848. Il y a donc eu aussi Louis-Napoléon. Il y a aura Jules Favre et Thiers en 1871. En dernière analyse, le seul qui trouve grâce à ses yeux, le prince Napoléon, est aussi le seul que le pouvoir n’a pas sali, tout simplement parce qu’il ne l’a pas exercé.

Notes

1 Voir G. Sand, Correspondance, édition Georges Lubin, Garnier frères, 1973, Classiques Garnier, t. X, lettre n° 5268 du 22 février 1852 à Pierre-Jules Hetzel.

2 « Il giusto, il ver, la liberta sospiro ».

3 Les Idées politiques et sociales de George Sand, Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles, 1984.

4 George Sand et la politique, « Cette vilaine chose… », L’Harmattan, 2001. Cet ouvrage reprend les grandes lignes d’une thèse soutenue à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, sous la direction de Jean-Yves Mollier.

5 G. Sand, Correspondance, édition Georges Lubin, Garnier frères, Classiques Garnier, 1973, t. X à XXII, 1987 et t. XXV, 1991 pour les premiers suppléments. Georges Lubin a publié un deuxième volume de suppléments en 1995 (t. XXVI) chez Du Lérot, Tusson, Charente ; Thierry Bodin un troisième sous le titre Lettres retrouvées chez Gallimard en 2004.

6 G. Sand, Agendas, textes transcrits et annotés par Anne Chevereau, Jean Touzot libraire- éditeur, 1990-1993 en 4 volumes pour notre période.

7 P. Vermeylen, op. cit., p. 304.

8 Corr., t. VI, lettre n° 3026 du 26 novembre 1844 à L.-N. Bonaparte.

9 Ibidem, t. X, lettre n° 5104 du 29 octobre 1851 à P.-J. Hetzel.

10 Ibid., lettre n° 5197 du 13 janvier 1852 à René Vallet de Villeneuve.

11 Ibid., p. 269 pour la lettre de refus poli, mais ferme du président et lettre n° 5094 du 24 octobre 1851 à R. Vallet de Villeneuve.

12 La plupart des études sur George Sand et le coup d’État sont en fait consacrées au rôle de médiatrice que l’écrivain a joué au lendemain du 2 décembre et non à la façon dont elle a ressenti l’événement. Voir par exemple Eve Sourian, « George Sand et le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte », p. 111-119 de David A. Powell (dir.), Le Siècle de George Sand, Amsterdam, Rodopi, 1998.

13 G. Sand, Souvenirs et idées, Paris, Calmann Lévy, 1904, p. 81 sqq.

14 Ibidem, p. 99 sqq.

15 Corr., t. X, lettre n° 5171 à P.-J. Hetzel.

16 Ibidem, lettre n° 5160 du 24 décembre 1851 à P.-J. Hetzel. Elle revient sur cette idée dans la lettre n° 5171 déjà citée ainsi que dans une autre du 23 mai 1852 à Giuseppe Mazzini. Corr., t. XI, lettre n° 5477.

17 Ibid., t. X, lettre n° 5171 déjà citée.

18 G. Sand, Souvenirs et idées, op. cit., p. 134.

19 Ibidem., p. 114 et p. 130.

20 Corr., t. X, lettre n° 5171 déjà citée.

21 Ibidem, lettre n° 5197 déjà citée. Un mandat d’amener aurait d’ailleurs été lancé contre elle par le sous-préfet de La Châtre, mais ce dernier n’aurait finalement pas osé le mettre à exécution. Corr., t. X, lettres n° 5209 du 20 janvier 1852 à L.-N. Bonaparte et n° 5221 du 31 janvier 1852 à Apolline et René Vallet de Villeneuve.

22 Sur sa première rencontre avec Persigny, voir G. Sand, Histoire de ma vie, Ve partie, chapitre VII, rééd. Gallimard, coll. « Quarto », 2004, p. 1378-1379.

23 Corr., t. X, lettre n° 5196 bis sans doute du 13 janvier et lettre n° 5209 du 20.

24 Allusion à l’opposition de l’auteur de Corinne et de de l’Allemagne à l’oncle du président.

25 Corr., t. X, lettre n° 5216 du 30 janvier 1852 à P.-J. Hetzel.

26 À ce sujet, voir Corr., t. X, lettres n° 5216 et 5268 déjà citées.

27 Ibidem, lettres n° 5231, 5249 et 5265.

28 Uniquement des mesures particulières : clémence pour les anciens représentants du peuple Greppo et Dufraisse, grâce de quatre chasseurs d’Afrique condamnés à mort,…

29 Corr., t. X, lettre n° 5231 déjà citée et article du 1er mars de La France napoléonienne.

30 Ibidem, lettre n° 5204 du 17 janvier 1852 à P.-J. Hetzel, lettres n° 5265 et n° 5268 déjà citées, lettre n° 5273 du 24 février 1852 à Ernest Périgois et lettre n° 5274 du même jour à Luigi Calamatta.

31 Ibid., t. X, lettre n° 5268 déjà citée.

32 Ibid., t. XI, lettre n° 5419.

33 Ibid., lettre n° 5462.

34 Ibid., lettre n° 5471 du 22 mai 1852 au comte d’Orsay. George Sand a reçu la veille une lettre d’audience du président pour le jour même, alors qu’elle en a fait la demande deux mois plus tôt et que, ne recevant aucune réponse, elle a quitté Paris le 2 avril.

35 Ibid., lettre n° 5509 du 27 juin 1852 à L.-N. Bonaparte.

36 Voir par exemple Corr., t. X, notes 2 et 3 de la p. 795.

37 Ibidem., t. XI, lettre n° 5496 du 18 juin 1852 au rédacteur de La Presse. Sur d’autres calomnies, voir lettre n° 5531 du 16 juillet 1852 à P.-J. Hetzel et notes des p. 257-258.

38 La dernière lettre au président, d’ailleurs non retrouvée, serait du 2 août 1852. Corr., t. X, n° 5541.

39 Il lui arrive cependant parfois d’en douter. Voir Corr., t. XI, lettre n° 5662 du 15 octobre 1852 à Émile Aucante.

40 Corr., t. XI, lettre n° 5746 du 17 décembre 1852 à Gustave Papet.

41 Ibidem, lettre n° 5781 du 16 janvier 1853 à P.-J. Hetzel.

42 Ibid., lettre n° 5271 du 20 février 1852 à É. Aucante.

43 Ibid., lettre n° 5439.

44 Ibid., lettre n° 5375 du 5 avril 1852 à Alphonse Fleury et lettre n° 5477 du 23 mai 1852 à G. Mazzini.

45 Ibid., lettre n° 5375 déjà citée.

46 Ibid., lettre n° 5722 du 26 novembre 1852 à P.-J. Hetzel.

47 Ibid., lettre n° 5808 du 19 février 1853 à P.-J. Hetzel.

48 Georges Lubin souligne lui-même que de nombreuses lettres n’ont pu être retrouvées, en particulier parmi celles que George Sand a adressées au prince Napoléon.

49 Voir par exemple Corr., t. XXV, lettre n° S 686 du 4 avril 1852 à Théophile de Montour et t. XI, lettre n° 5469 du 20 mai 1852 à Charles Poncy.

50 Il est exceptionnel de trouver, dans les Agendas, mention de discussions politiques, comme celles qui se déroulent au château de Nohant, les 30 novembre et 1er décembre 1852, à propos du passage à l’Empire, op. cit., tome I, p. 71.

51 Corr., t. XII, lettre n° 6113 du 15 décembre 1853.

52 Voir par exemple Corr., t. XII, lettre n° 6067 du 25 octobre 1853.

53 Voir par exemple Corr., t. XII, lettre n° 6353 du 31 juillet 1854.

54 Corr., t. XIII, lettre n° 6852 du 27 septembre 1855. Elle n’aime pas l’homme qu’elle qualifie ailleurs (Corr., t. XVI, lettre n° 9353 du 15 janvier 1862 au prince Napoléon) de « stupide et méchant », « mauvaise brute haïe de tout le monde et soutenue par la plèbe réactionnaire (les lazzaroni de son petit napoli de province) », qui « exerce une pression grossière sur les petits fonctionnaires de l’endroit ». Voir aussi Corr., t. XX, lettre n° 13602 du 6 mai 1868 à Maurice Dudevant-Sand.

55 Voir par exemple Corr., t. XIV, lettre n° 7636 du 30 octobre 1857.

56 Ibidem, t. XII, lettre n° 6239 du 28 mars 1854 au prince Napoléon.

57 Ibid., lettre n° 6345 du 16 juillet 1854 au prince Napoléon et lettre n° 6412 du 5 octobre 1854 à Armand Barbès.

58 Ibid., t. XIV, lettre n° 7527 du 25 juin 1857 à É. Aucante. Favre obtient onze voix !

59 Ibid., lettre n° 7742 du 16 février 1858 à Charles Duvernet.

60 Voir Agendas, op. cit., t. II, p. 100 sqq. ainsi que Corr., t. XIV, p. 623 sqq., en particulier lettre n° 7746 du 23 février 1858 à Pierre-Marie Piétri, lettre n° 7774 du 15 mars 1858 au général Espinasse, ministre de l’Intérieur et lettre n° 7783 du 23 mars 1858 à Jean-François-Constant Mocquard.

61 Ibid., t. XIV, lettre n° 7786 du 25 mars 1858 au prince Napoléon.

62 La publication a valu à La Presse son troisième avertissement et une suspension de deux mois. Sand qui s’est sentie responsable a essayé de fléchir les autorités, y compris en écrivant à l’Impératrice (Corr., t. XIV, lettre n° 7687 du 9 décembre 1857), mais sa tentative a été vaine.

63 Voir Agendas, op. cit., t. II, p. 200 et 210. On trouve le texte de ces deux brochures dans George Sand, Politique 2, Appels à l’opinion publique, textes choisis et présentés par Huguette Bouchardeau, Nîmes, HB éditions, 2004, p. 245-260 et p. 263-270.

64 Corr., t. XV, lettre n° 8331 du 4 août 1859 à François Buloz.

65 Sur ce que pense Ledru-Rollin de son ancienne collaboratrice, voir Corr., t. XV, p. 726, note 3.

66 Ibidem, t. XV, lettre n° 8357 du 25 août 1859.

67 Ibid., t. X, lettre n° 5215 sans doute du 27 janvier 1852.

68 Ibid., t. XI, lettre n° 5543 du 2 août 1852 à E. Périgois.

69 Ibid., lettre n° 5781 du 16 janvier 1853 à P.-J. Hetzel.

70 Ces visites sont surveillées de près par les autorités. Sur la façon dont celle de 1857 est espionnée, voir Corr., t. XIV, lettres n° 7616 du 9 octobre 1857 et n° 7622 du 16 octobre suivant à Charles-Edmond avec les notes de complément.

71 Corr., t. XIV, lettre n° 7877 du 30 juin 1858.

72 Voir par exemple Corr., t. XV, lettre n° 8151 du 16 janvier 1859 à É. Aucante.

73 G. Sand, Impressions et souvenirs, Plan de la Tour, Éd. d’Aujourd’hui, 1976, rééd. de l’éd. M. Lévy de 1873, p. 30 sqq. En réponse à une question sur l’égalité que lui posera le financier Édouard Rodrigues, frère du poète saint-simonien Olinde Rodrigues, elle développera ces idées, en avril 1863, dans deux longues lettres – la première à caractère philosophique, la seconde plus politique. Voir Corr., t. XVII, lettre n° 10087 du 4 avril et lettre n° 10108 du 17.

74 Agendas, op. cit., tome III, p. 110-111 et Corr., t. XVII, lettre n° 10204 du 4 juin 1863 à Émile de Girardin.

75 Voir par exemple Corr., t. XVI, lettre n° 9046 du 27 avril 1861 à J.-F.-C. Mocquard sur le projet de ligne de chemin de fer de Châteauroux à La Châtre.

76 Ibidem, t. XVI, lettre n° 9059 du 11 mai 1861 à Pauline Villot à qui elle demande de fournir ces éclaircissements au prince Napoléon.

77 Ibid., t. XIX, lettre n° 11402 du 22 janvier 1865 à Charles Duveyrier.

78 Ibid., lettres du n° 11495 du 27 février 1865 au prince Napoléon au n° 11529 du 21 mars suivant à É. Aucante, ainsi que note 1 de la p. 117.

79 George Sand nie cependant avoir cherché à nuire et même s’être inspirée de quiconque. À Eugénie qui la trouve ingrate – elle a satisfait la plupart de ses requêtes et a même plaidé pour qu’elle entre à l’Académie française – et qui souhaite comprendre, elle fera répondre qu’elle n’a voulu tracer « qu’une figure de fantaisie ». Voir Corr., t. XXI, lettre n° 14910 du 19 mars 1870 à Gustave Flaubert et t. XXII, lettres n° 15114, 15115 et 15116 du 3 juillet 1870 respectivement à G. Flaubert, É. de Girardin et au docteur Henri Favre.

80 Corr., t. XX, lettre n° 13022 du 21 janvier 1867 à Alexandre Dumas fils.

81 Ibidem, lettre n° 13106 du 9 avril 1867 à Henry Harrisse.

82 Ibid. et Corr., t. XX, lettre n° 12893 du 14 novembre 1866 à L. Dudevant-Sand.

83 Corr., t. XX, lettre n° 13261 du 21 septembre 1867 au journal La Liberté.

84 Ibidem, t. XXI, lettre n° 14306 du 8 mai 1869 à L. Dudevant-Sand, lettre n° 14315 du 13 mai suivant à M. Dudevant-Sand, lettre n° 14316 du lendemain au même et lettre n° 14368 du 15 juin à H. Harrisse.

85 Ibidem, lettre n° 14334 du 23 mai 1869 à L. Dudevant-Sand et lettre n° 14336 du lendemain à la même.

86 Ibid., lettre n° 14669 du 23 novembre 1869 à Juliette Adam.

87 Ibid., lettre n° 14726 du 4 janvier 1870 à A. Barbès.

88 Ibid., lettre n° 14754 du 13 janvier 1870 à Edmond Plauchut.

89 Corr., t. XXII, lettre n° 14989 du 20 avril 1870 à Solange Clésinger.

90 Ibidem., t. XXII, lettres n° 15060 du 3 juin 1870, n° 15076 du 13 juin, n° 15090 du 19 juin et n° 15155 du 2 août.

91 Corr., t. XV, lettre n° 8527 du 5 janvier 1860 à Rose Chéri et lettre n° 8528 du surlendemain à Charles Duvernet.

92 Corr., t. XVI, lettre n° 9421 du 25 février 1862. Voir aussi Corr., t. XVI, la réponse du prince à la lettre n° 8994 du 4 mars 1861 (p. 326, note 1) et la lettre n° 9422 du 26 février 1862 ou encore la lettre que George Sand envoie au prince après son discours d’Ajaccio (Corr., t. XIX, lettre n° 11661 du 28 mai 1865).

93 Corr., t. XVI, lettre n° 9346 du 10 janvier 1862 à F. Buloz.

94 Ibidem, t. XVI, lettre n° 9341 du 7 janvier 1862.

95 Ibid., t. XVIII, lettre n° 10572 du 25 décembre 1863.

96 Ibid., t. XVII, lettre n° 9978 du 12 février 1863 à F. Buloz.

97 Ibid., t. XVIII, lettre n° 10727 du 1er mars 1864 à M. et L. Dudevant-Sand.

98 Ibid., lettre n° 10564 du 18 décembre 1863 à É. Rodrigues.

99 Ibid., t. XX, lettre n° 12735 du 5 juillet 1866 à Joseph Dessauer.

100 Agendas, op. cit., t. IV, p. 61-62. Voir aussi Corr., t. XX, lettre n° 13374 du 21 décembre 1867 à L. Calamatta et lettre n° 13375 du même jour à Gustave Flaubert.

101 Corr., t. XXII, lettres n° 15135 et 15136 du 16 juillet 1870 à J. Adam et E. Plauchut.

102 Agendas, op. cit., t. IV, p. 290.

103 Corr., t. XXII, lettre n° 15163 du 8 août 1870 à J. Adam.

104 Ibidem, lettre n° 15164 du 11 août 1870 à E. Plauchut.

105 Ibid., lettre n° 15168 à H. Harrisse.

106 Ibid., lettre n° 15184 du 20 août 1870 à J. Adam.

107 Ibid., lettre n° 15194 à E. Plauchut.

108 G. Sand, Questions politiques et sociales, éd. d’Aujourd’hui, 1977, p. 347-354.

109 Corr., t. XXII, lettre n° 15202 du 4 septembre 1870 à E. Plauchut. Voir aussi Agendas, op. cit.,t. IV, p. 298.

110 Ibidem, lettre n° 15204 à Eugène et Esther Lambert. Voir aussi Agendas, op. cit., t. IV, p. 298.

111 G. Sand, Questions…, op. cit., p. 354.

112 Voir par exemple Corr., t. XXII, lettre n° 15246 du 14 octobre 1870 à G. Flaubert.

113 Elle lui tient ce discours dès le 18 août (Corr., t. XXII, lettre n° 15177) et le reprend les 25 novembre et 1er décembre 1870 et le 4 février 1871 (Corr., t. XXII, lettres n° 15264, 15269 et 15325).

114 Voir par exemple Corr., t. XXII, lettre n° 15612 du 9 août 1871 à A. Dumas fils.

115 G. Sand, Dernières pages, Paris, Calmann Lévy, 1877, p. 3-20.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search