Version classiqueVersion mobile

George Sand

 | 
Noëlle Dauphin

Deuxième partie. Du terroir à l'horizon national et européen : combats pour les libertés

Entre romantisme et politique : un itinéraire italien de George Sand

Elena Musiani

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Sand G., Lettres d’un voyageur, Paris, Flammarion, 1971, p. 49.

« J’étais assis sur une roche un peu au-dessous du chemin. la nuit descendait lentement sur les hauteurs. au fond de la gorge, en remontant toujours le torrent, mon œil distinguait une enfilade de montagnes confusément amoncelées les unes derrière les autres. Ces derniers fantômes pâles qui se perdaient dans les vapeurs du soir, c’était le Tyrol. Encore un jour de marche, et je toucherais au pays de mes rêves1. »

1L’atmosphère typiquement romantique qui se dégage de ces quelques lignes de George Sand révèle l’image que l’écrivain se faisait de l’Italie. Dans les écrits de George Sand, l’Italie, qu’elle choisit à plusieurs reprises comme toile de fond pour ses romans, se présente avec tous les caractères de la terre du romantisme : les paysages variés, le plus souvent encore naturels, les villes d’art, avec une population en majorité encore simple et naïve, deviennent le lieu idéal pour le déroulement d’histoires comme celles de Leone Leoni, Jacques et les Lettres d’un voyageur.

2L’itinéraire que George Sand emprunta pour traverser la péninsule est toutefois composé d’étapes différentes, certaines imaginaires, d’autres réelles et l’on peut distinguer deux moments dans la connaissance qu’elle en a eue : l’Italie connue directement et l’Italie connue indirectement. George Sand ne visita l’Italie que deux fois : la première en 1834 et la seconde en 1855. Ces deux dates correspondent à deux états d’âme de l’écrivain complètement différents et les appréciations sur le pays transalpin sont, elles aussi, complètement opposées : le premier voyage est imprégné de romantisme et son choix s’est porté alors sur Venise, ville symbole de l’amour et du rêve depuis toujours. L’atmosphère qui enveloppe le deuxième voyage, à Rome cette fois, est marquée par la douleur et par la critique de la société et de la politique de la ville papale.

3Cependant, la première vision du pays qu’eut George Sand passa non pas par une connaissance directe, mais par la littérature. La jeune Aurore avait grandi dans un milieu cultivé et ainsi avait-elle pu lire des auteurs tels que Dante, Pétrarque et écouter la musique et les textes du mélodrame italien. L’image qui lui parvenait de ces œuvres était celle d’un pays triste et souffrant. Son intérêt pour la culture et l’art de l’Italie grandit encore avec la lecture des écrits de voyage de ses compatriotes qui, poussés par la curiosité propre aux voyageurs du Grand Tour ou par le désir typiquement romantique du voyage d’initiation, avaient traversé les Alpes et raconté leurs impressions dans un journal ou dans un roman.

4À cette époque, les intellectuels français lisaient avec passion Les fiancés d’Alessandro Manzoni et Mes prisons de Silvio Pellico. À cela il faut ajouter qu’à l’issue de l’échec des mouvements insurrectionnels de 1830, de nombreux exilés s’étaient réfugiés en France et avaient transmis à leur terre d’accueil leur expérience et leur souffrance. Rien d’étonnant donc si l’Italie devint, aux yeux des Français cultivés, la terre romantique des passions et de la mélancolie.

5Cette atmosphère « d’italianité » qui se dégage des lectures et des rêves se retrouve dans les pages des premières œuvres de George Sand. Cependant l’écrivain ne connaît pas encore l’Italie et pour cette raison ses descriptions restent imprécises mais significatives de l’idée typiquement romantique qu’elle s’était faite du pays transalpin.

  • 2 Sand G., Lelia, I, Paris, Calman-Levy, 1881, p. 7.

« À l’heure où le soleil descendait derrière le glacier, noyé dans les vapeurs d’un rose bleuâtre, alors que l’air tiède d’un beau soir d’hiver glissait dans vos cheveux, et que la cloche de l’église jetait ses notes mélancoliques aux échos de la vallée […], je regardais les ondulations moelleuses des pins faiblement agités, je respirais le suave parfum des violettes sauvages qui, au premier jour tiède qui se présente, au premier rayon de soleil pâle qui les convie, ouvrent leurs calices d’azur sous la mousse desséchée2. »

6En juin 1833 George Sand fait la connaissance d’Alfred de Musset et la relation qu’ils nouent les conduit à entreprendre un voyage ensemble ; ils fixent tout naturellement leur choix sur l’Italie et sur Venise. L’émotion que l’écrivain éprouve en arrivant finalement devant la lagune est résumée dans ces quelques lignes :

  • 3 Cité par Poli A., L’Italie dans la vie et dans l’œuvre de George Sand, Paris, Armand Colin, 1960, (...)

« C’était une nuit […] sombre et froide. Nous gagnâmes le rivage dans l’obscurité […]. J’avais le frisson. Cette gondole noire, étroite, basse, fermée de partout, ressemblait à un cercueil […]. Le temps était calme […]. Qui m’eût prédit que cette Venise, où je croyais passer en voyageur, sans lui rien donner de ma vie, et sans en rien recevoir, sinon quelques impressions d’artiste, allait s’emparer de moi, de mon être, de mes passions, de mon présent, de mon avenir3. »

7À partir de ce moment, l’Italie prendra une forme concrète dans les descriptions de l’écrivain : les paysages, la vie vénitienne et les spectacles auxquels elle assiste revivent dans les pages de ses romans et dans les lettres à ses amis et à sa famille, où ne manquent pas, d’ailleurs, les commentaires critiques sur les goûts et les comportements de la population.

  • 4 Ibidem, p. 84.

« Elle chanta son grand air de début et fut interrompue dix fois ; on cria bis ! on la rappela sept fois sur la scène ; il y eut des hurlements d’enthousiasme. Enfin la fureur du dilettantisme vénitien s’exhala dans toute sa fougue à la fois entraînante et ridicule4. »

8Venise représenta pour George Sand la matérialisation de ce qu’elle avait lu dans les romans et de ce qu’elle avait admiré dans les tableaux de peintres italiens conservés au Louvre. L’image encore imprégnée de romantisme des premières descriptions vénitiennes s’enrichit peu à peu d’une connaissance de plus en plus profonde du pays, parallèlement à la prise de conscience de la situation difficile de l’Italie, divisée politiquement et encore occupée en partie par une armée étrangère.

  • 5 Ibid., p. 113.

« Je défie qui que ce soit de m’empêcher de dormir agréablement quand je vois Venise si appauvrie, si opprimée et si misérable, défier le temps et les hommes de l’empêcher d’être belle et sereine […]. Ce peuple de pêcheurs qui dort sur le pavé à l’autre bout de la rive, hiver comme été, sans autre oreiller qu’une marche de granit, sans autre matelas que sa casaque tailladée, lui aussi n’est pas un grand exemple de philosophie ? […] Il faudra bien des années d’esclavage pour abrutir entièrement ce caractère insouciant et frivole qui, pendant tant d’années, s’est nourri de fêtes et de divertissements5. »

  • 6 Costa P., « Classici e i romantici », dans La Ricreazione, a. 1, n° 4, 27 mars 1834.

9Quand George Sand traversa, pour la première fois, la frontière naturelle tracée par les Alpes, en Italie un vif débat avait lieu entre Classiques et Romantiques, entre ceux qui se perdaient encore « dans une stérile imitation des Anciens » et ceux qui au contraire préféraient « les turpitudes des écrivains modernes6 ». Ce débat revêtait en outre un caractère politique, car il opposait les hommes disposés à accepter la situation présente et ceux qui, au contraire, avaient choisi d’entreprendre la lutte pour l’unité nationale.

  • 7 Tommaseo N., Introduction à Il Diario Intimo, par Ciamini, Torino, Einaudi, 1938, p. 12 ; voir aus (...)
  • 8 Tommaseo N., « La donna. 25 décembre 1835 », in Confessioni, Roma, Istituti editoriali e poligrafi (...)

10Les œuvres de George Sand s’inséraient clairement dans le courant romantique à une époque où en Italie au contraire dominait encore une culture essentiellement classique. Mais il y avait aussi des cercles culturels où les « nouvelles idées » avaient pénétré et où l’on pouvait lire les romans de « madama Sand ». Le premier d’entre eux fut le salon de Giovan Pietro Vieusseux, dans la Toscane éclairée de Léopold II. Autour de Giovan Pietro Vieusseux, certains esprits les plus cultivés de l’époque se réunissaient, parmi lesquels Gino Capponi, Nicola Lambruschini et Niccolò Tommaseo. Ce dernier, tout particulièrement, fut frappé par les paroles et la personnalité de l’écrivain qu’il désigna comme « le plus puissant des écrivains vivants de France7 ». Niccolò Tommaseo dédia une poésie, La femme, à George Sand8, mais l’expression, sans doute trop audacieuse, ne suscita que du dédain chez celle à qui elle était dédiée.

  • 9 Cf. Poli A., George Sand vue par les Italiens. Essai de bibliographie critique, Florence, Éditions (...)

11Si, dans la bibliothèque du cabinet de Vieusseux, on pouvait librement lire les textes de George Sand, il en allait tout autrement dans les autres États de la péninsule. Dans le Milan occupé par les Autrichiens, par exemple, la censure agissait davantage ; mais cela n’empêchait pas les œuvres de l’écrivain français d’être l’objet de discussions dans les salons des dames les plus cultivées et les plus éclairées, dans celui de la Comtesse Clara Maffei tout particulièrement, où se retrouvaient des femmes de lettres et des patriotes illustres. Le milieu vénitien était, quant à lui, plus fermé ; le courant classique y prédominait encore en littérature. Ce ne fut qu’à partir de 1840, quand la lutte contre les doctrines romantiques commença à s’affaiblir, que les œuvres de George Sand furent lues et appréciées. À Bologne aussi, dans les années qui suivirent la révolution de 1830-1831, de sévères dispositions furent prises pour empêcher la circulation de ces œuvres considérées comme porteuses de principes libéraux et révolutionnaires. Ainsi jusqu’en 1850 dans les journaux bolognais, l’intérêt pour la littérature française resta vif, mais circonscrit dans les limites imposées par la censure. Du reste Bologne faisait partie de l’État Pontifical ; aussi la censure du pape entravait-elle la circulation des œuvres étrangères et tous les écrits qui ne suivaient pas les principes d’une morale sévère ou de la vérité historique étaient qualifiés de « fous ». À cet égard il est significatif que le premier essai d’un certain intérêt sur l’œuvre de George Sand ne parut qu’en 18589. Il faut souligner cependant que, si la ville était sous le contrôle du Légat du Pape – et, dans les années qui vont de 1831 à 1838, elle dut subir aussi l’occupation des troupes autrichiennes –, elle ne manquait pas de cercles ni surtout de salons où se réunissaient des hommes et des femmes désireux de lutter pour l’Unité italienne. Il s’agissait là de milieux cultivés et surtout ouverts aux nouvelles idées. Les échanges épistolaires des femmes bolonaises en sont un exemple, elles tenaient à être informées sur les événements européens et n’hésitaient pas à demander à leurs amis ou à leurs connaissances à l’étranger d’acheter des exemplaires des livres censurés ou des numéros du Journal des débats.

12Si, dans l’État Pontifical, la romancière fut condamnée au nom de la morale, dans le Royaume de Naples au contraire, la condamnation fut lancée au nom du classicisme encore dominant, tous les écrivains modernes étant considérés comme des « romantiques », et sous cet adjectif on exprimait une appréciation de discrédit généralisé.

  • 10 « Le nostre intenzioni », studii per le donne italiane, vol. I, 1837, p. 4.
  • 11 Ibidem, p. 6.

13Les obstacles que rencontre l’œuvre de la romancière française ne relèvent pas seulement du débat entre classiques et romantiques, ils concernent aussi les contenus novateurs de ses romans, tout particulièrement la vision moderne de la femme qui s’en dégage. L’Italie était du point de vue social un pays encore arriéré, où le rôle de la femme était principalement limité à la sphère domestique. L’analyse de la presse destinée aux femmes dans les années où George Sand traversait notre pays est à cet égard révélatrice. En 1837 la revue Studii per le donne italiane (Études pour les femmes italiennes) paraissait à Milan. Elle avait été créée par un groupe d’intellectuels, parmi lesquels Giovan Battista De Cristoforis, Cesare Correnti et Cesare Cantù ; ils avaient choisi de s’adresser aux femmes, en tant qu’éducatrices de la future classe dirigeante italienne, et d’exalter « la sainteté du ministère féminin » comme jamais cela n’avait été fait précédemment, « et ce bien que tant de bons fils fussent issus de bonnes mères, que tant de sages maris et d’excellents pères dussent tout à l’exemple d’excellentes épouses ; bien que, en somme, la femme, malgré quelques défauts plus ou moins grands, eût depuis toujours exercé l’emprise des plus chères et des plus utiles sympathies sur le cœur de l’homme10 ». En lui donnant une nouvelle dimension qui tenait à la fois des Lumières, du romantisme et de l’observation de la société italienne, les auteurs optaient pour un journal qui devait servir à « augmenter le nombre de vierges prudentes, de femmes mariées sages, de mères affectueuses11 » et à améliorer la société. Tout en reconnaissant à l’homme le rôle de guide dans la vie sociale et politique, ces intellectuels lombards admettaient l’existence d’un espace entièrement féminin qui, bien que limité à la sphère domestique, trouvait sa place dans la vie publique.

  • 12 Ibid., p. 7.

« Nous savons ce que raconte l’histoire ; mais l’expérience du passé ne vaut rien si vous ne consentez pas à la saisir d’un commun accord avec nous sur le chemin de la vie : nous connaissons l’économie sociale, mais vous vous devez tout d’abord de la traduire dans l’administration de vos familles : nous proclamons vos droits, mais vous, vous devez nous enseigner à les respecter, nous vous parlons de vos devoirs mais vous, vous nous devez l’exemple de leur accomplissement12. »

14Rien de surprenant donc si des romans comme ceux de George Sand ne trouvaient pas une large approbation dans une société où la femme devait représenter en premier lieu un modèle de vertu. À cet égard la critique de Francesco Domenico Guerrazzi est exemplaire :

  • 13 Poli A., George Sand e i secondi romantici italiani, op. cit., p. 217.

« George Sand, qui est vraiment une femme superbe, voilà qu’elle compose une trilogie magnifique où elle s’efforce de démontrer que la femme adultère a toujours raison : Indiana est poussée au mal par son mari soldat, Valentine par la tyrannie de son mari banquier ; Lelia par le despotisme de son mari, une intelligence supérieure. George Sand a raison ou non ? Je ne pense pas qu’on élève l’âme avec l’apologie de la faute, mais plutôt avec l’exemple de la vertu13. »

15Dans un milieu culturel encore fortement attaché à la tradition et où, par conséquent, le modèle « classique » prédominait, le roman romantique, où les sentiments étaient au premier plan, était donc perçu comme un modèle négatif, tout particulièrement les œuvres de George Sand, et on la flétrissait de l’épithète méprisante d’« amphibie ».

  • 14 Ibid., p. 34-35.

« Si en excluant la foule de ces incolores qui flottent entre le bien et le mal, je désigne les plus grands, il me semble que parmi eux se trouvent Balzac et la dame qui se cache derrière le nom de George Sand. Or combien l’intention de leurs écrits est malheureusement déplorable ! Le premier ne semble avoir vu que la partie de la société la plus trivialement immorale ; […] George Sand, d’une intelligence et d’un esprit d’observation immensément supérieurs, puise ses caractères dans une sphère bien plus élevée mais, hélas ! quelle est sa tâche ? Déclarer la guerre à la société telle qu’elle est, en montrer les plaies, les analyser, les exacerber ; attester les malheurs causés par les vœux perpétuels ; mettre à nu la lutte des plus violentes passions, en ôtant ainsi l’envie d’affections plus paisibles et familiales ; du mariage n’en révéler que les méfaits et les désaccords, ou les trahisons, sans prendre en considération sa dignité sacrée, en refusant de voir les douceurs paisibles que seul un lien où l’amour est béni, commandé et sacré peut engendrer14. »

  • 15 Les lettres de George Sand à Mazzini sont au nombre d’environ une vingtaine, elles sont toutes con (...)

16Une voix discordante s’élevait, celle de Giuseppe Mazzini. La relation entre l’homme politique italien et l’écrivain français fut très étroite, en témoigne une copieuse correspondance qui dura en fait de 1847 à 185315. En réalité le nom de George Sand apparaît déjà dans des lettres précédentes de Giuseppe Mazzini, où il chantait les louanges de la femme de lettres et où il conseillait la lecture de ses romans à ses amis et à sa mère. Le premier point d’accord entre eux est constitué par une certaine conception de la littérature, qui ne doit pas être un art pur, une fin en soi, mais doit exprimer des sentiments et des émotions, et doit de plus représenter un message universel et ne doit donc pas s’adresser seulement à un groupe de connaisseurs ou d’amis. De plus Giuseppe Mazzini reliait la littérature à la cause nationale et souhaitait que l’Italie trouve sa nouvelle voie dans la littérature.

  • 16 Mazzini G., « D’una letteratura europea », dans Scritti editi e inediti, Letteratura, vol. I, Imol (...)

« L’Italie a l’obligation de se créer une nouvelle littérature, qui représente dans toutes ses applications le principe unique, universel, et harmonieux, par lequel la famille humaine peut se rapprocher chaque jour davantage de l’équilibre des droits et des devoirs, des facultés et des besoins ; et pour cette fondation l’étude de toutes les littératures étrangères est inévitable, non pour imiter l’une ou l’autre, mais pour rivaliser avec elles, pour saisir les différentes manières dont la nature se révèle à ses enfants ; pour y apprendre combien sont multiples les chemins du cœur, les sources des passions, les accords de l’âme, comme la main d’un musicien ambulant essaie de multiples tons dans ses divers préludes sur les cordes d’une harpe […]. Et le nom de patrie a pour nous un son magique, et vénéré ; et le sourire du ciel d’Italie inonde notre cœur d’une joie mystérieuse […]. Voici ce qu’est et ce que sera toujours notre devise : indépendance politique et unité morale ; nous croyons que c’est là le sommet de civilisation que peuvent atteindre les nations ; et que le vote s’avère bénéfique ou funeste pour l’Italie, c’est le temps qui le dira16. »

17Giuseppe Mazzini militait en faveur d’une littérature totalement romantique, où l’œuvre de George Sand qui s’engageait pour un renouveau social et culturel avait naturellement toute sa place. De plus le credo politique de Giuseppe Mazzini passait par la reconnaissance du rôle du peuple comme élément de force d’une nation et là, encore une fois, il se trouvait en accord avec la romancière française qui, dans sa lutte pour la reconnaissance du rôle de la femme dans la société, avait associé la cause des femmes et celle du peuple :

  • 17 Sand G., Souvenirs et idées, cité par Grella B., Giuseppe Mazzini e George Sand, op. cit., p. 11.

« Une similitude surprenante qui semble les rendre solidaires l’un de l’autre. La même ignorance, la même inaptitude les rapproche ; le même besoin d’enthousiasme, le même élan impétueux et sans réserves prêt à se laisser vaincre par la tendresse, la même vivacité d’imagination, le même manque de prévoyance, la même témérité ignorant les dangers et ne souffrant aucun obstacle, la même instabilité, les mêmes élans, les mêmes tempêtes, la même résignation17… »

18Le culte de l’idéal et le sens profond de la fraternité humaine furent à la base de la sympathie réciproque qui naquit entre eux. Giuseppe Mazzini commença à s’intéresser à l’écrivain pendant son exil à Londres en 1837, où il conseillait à sa mère et à ses amis quelques lectures.

  • 18 Mazzini G., Scritti editi ed inediti. Epistolario, vol. XVIII, Imola Galeati, 1921, 16 juin 1837.

« Parmi ses autres œuvres, des romans comme Indiana, Valentine, Jacques, André etc. sont très beaux et révélateurs de leur auteur, mais les deux livres qui pourraient servir dans la compréhension de cet être puissant sont Lelia, et plus encore les Lettres d’un voyageur. Si vous voulez lire quelque chose de beau et de bien écrit, cherchez ces dernières. Je crois qu’elles devraient se trouver, parce qu’elles ne contiennent pas grand-chose qui offense nos maîtres18. »

19Et encore s’adressant à Mme Mandrot :

  • 19 Ibidem, 31 mars 1838.

« Je crains que vous ne soyez trop prévenue contre Mme Sand ou Dudevant. C’est une femme tout à fait exceptionnelle, qui a probablement fait des erreurs dans sa prime jeunesse, mais elle expie aujourd’hui dans ces heures de si profonde tristesse qu’elle en porte l’empreinte sur son front, et dans une retraite qui dure déjà depuis deux ans ; elle a été calomniée par les médiocres, et elle le sera, par la force de l’habitude, jusqu’à sa mort. Je ne sais pas quelles œuvres d’elle vous avez lues ; mais si vous voulez comprendre son âme et vous réconcilier avec elle, lisez ses Lettres d’un voyageur en deux volumes19. »

20La première phase d’admiration principalement littéraire fut suivie par un examen plus approfondi de l’œuvre de l’écrivain, avec laquelle Giuseppe Mazzini commença à partager les idéaux démocratiques, ces idéaux de foi dans le peuple et de solidarité auxquels George Sand avait adhéré dans le sillage de Lamennais et de Pierre Leroux.

  • 20 Ibid., 26 mars 1838.

« Il était naturel qu’ils ne laissent pas circuler les deux écrits de Lerminier et de Madame Dudevant (George Sand) sur le Livre du Peuple. Tous les deux, mais principalement celui de George Sand, contiennent des professions de foi dangereuses. […] Madame Sand a répondu en défendant les principes du Livre du Peuple, en faisant une profession de foi démocratique et en déclarant que là où le pouvoir se concentre exclusivement dans les mains d’une classe, au lieu d’être distribué à toute la nation, il y a une aristocratie, et qu’elle soit du sang ou de l’argent peu importe. […] Madame Sand est, en particulier maintenant, parmi les exceptions, avec un petit nombre d’esprits qui ne font pas autant de bruit que les autres parce qu’ils ne flattent pas la mode, et qu’ils ne vendent pas leur plume, mais qui écrivent avec leur conscience20. »

  • 21 Mazzini G., « George Sand », in Scritti editi ed inediti, vol. XXI (Letteratura, vol. IV), Imola, (...)
  • 22 Ibidem, p. 42-43.

21En 1839, dans le Monthly Chronicle parut un article de Giuseppe Mazzini qui faisait l’éloge de George Sand, dans un pays où la romancière n’était pas particulièrement appréciée, parce que les femmes – affirme Giuseppe Mazzini – préfèrent lire des choses « bien plus immorales ». Giuseppe Mazzini après une première partie de critique littéraire où il soutenait la moralité des œuvres de l’écrivain et où il affirmait « que ses dernières œuvres contiennent sans nul doute quelques passages qui peuvent éveiller en partie une juste défiance », mais « rien qui ne puisse faire rougir le front le plus juvénile ni troubler de quelque façon la conscience la plus délicate21 », écrivait une louange de la foi démocratique qui animait George Sand et affirmait que « ses œuvres respiraient l’amour du peuple, et le mépris des aristocraties petites et grandes : elle a des liens d’estime et d’amitié avec Lamennais et les hommes les plus remarquables de la foi renaissante22 ». Une histoire de la vie de l’écrivain y fait suite, puis l’analyse des œuvres Indiana, Jacques et Lelia, pour réfuter l’accusation d’immoralité qui lui est faite. Enfin Giuseppe Mazzini concluait en affirmant :

  • 23 Ibid., p. 124.

« C’est là la tendance des écrits de George Sand – ce sont là les principes des œuvres qui furent dénoncées pour leur immoralité, si ce n’est sans analyse, du moins sans réflexion. Nous n’avons rien dit des mérites littéraires de Madame Dupin, parce qu’à cet égard nous n’avons rien à réfuter. Tout le monde reconnaît que du point de vue de la langue, du style, de la poésie, de la forme et de l’imagination, elle est la deuxième des écrivains français contemporains. Elle serait la première si Lamennais n’était pas encore vivant23. »

22La première lettre de Giuseppe Mazzini à George Sand est datée du 10 décembre 1842, mais à la lecture on comprend qu’il s’agit de la deuxième qu’il lui envoie, la première a donc été perdue. Les mots qu’il lui adresse expriment déjà une communion d’idées entre eux et le désir de Giuseppe Mazzini d’impliquer l’écrivain dans la cause italienne :

  • 24 Mazzini G., Scritti editi ed inediti. Epistolario, vol. XVIII, Imola Galeati, 1921, 10 décembre 18 (...)

« Les mouvements insurrectionnels de notre pays avaient jusqu’ici une empreinte de caractère monarchique et fédéraliste : mais nous, nous nous sommes déclarés franchement républicains et unitaires […]. S’il vous arrive de vous occuper dans la Revue Indépendante ou autrement de la question italienne, ne la jugez ni selon le passé, ni selon les souvenirs du carbonarisme […]. Faites en sorte de connaître les faits postérieurs, vous avez suffisamment de génie et d’amour dans votre âme pour en tirer toutes les indications sur ce qui est24. »

23Ces quelques lignes montrent la confiance que Giuseppe Mazzini avait en George Sand pour faire connaître la cause italienne en France. Giuseppe Mazzini partageait avec George Sand son amour pour la démocratie, pour le peuple et une vision religieuse d’inspiration sociale et politique. Une religion naturelle empruntée à Lamennais, unie à l’espoir profondément enraciné que se réalisent la Démocratie et la République. Ce n’est qu’à partir de 1847 que leurs échanges épistolaires deviennent essentiellement politiques. Giuseppe Mazzini est à Londres, il y fonde la Ligue Internationale du Peuple, une association qui se donne pour but d’éclairer le peuple anglais sur la situation des peuples opprimés par l’occupation étrangère et de diffuser les principes de liberté et de progrès national. À Londres encore Giuseppe Mazzini fonda un journal, le People’s Journal, pour répandre ces idées. Il demanda à George Sand de collaborer à cette publication. La publication de deux articles élogieux sur l’œuvre de la romancière fut suivie d’une lettre de George Sand où elle invitait Mazzini à venir lui rendre visite à Nohant, où elle s’était réfugiée depuis quelque temps. Cette même année, Mazzini envoyait une lettre à Pie IX dans laquelle il l’exhortait à soutenir l’unité italienne. L’élection au Saint-Siège de Giuseppe Mastai Ferretti avait en effet fait renaître l’espoir des patriotes italiens. George Sand, toujours très proche de la cause italienne, traduisit cette lettre en français et la fit publier en France. Ainsi se rapprochèrent-ils et Mazzini décida d’accepter l’invitation à Nohant et d’établir une relation d’amitié plus intense. C’est ainsi que de retour à Paris Mazzini écrit :

  • 25 Mazzini G., op. cit., vol. XIX, Imola Galeati, 1922, novembre 1847.

« Savez-vous ce qui occupe mon esprit depuis que je vous ai quittée ? C’est de savoir quelle impression je vous ai faite. J’espère que vous me comprenez. Je vous ai laissée entendre que vous avez désormais en moi un ami, bien nul, bien impuissant, hélas !, mais sur lequel vous pouvez compter et pour lequel il serait d’un grand réconfort de pouvoir faire quelque chose pour vous25. »

24Leurs relations se firent de plus en plus étroites ainsi que le révèlent leurs échanges épistolaires. Tous les deux partagent les mêmes idéaux, les mêmes pensées et dans leurs lettres alternent amitié et analyses de la situation italienne. Cet attachement devient plus solide encore quand Mazzini lui fait don d’une bague appartenant à sa mère, symbole d’une estime profonde.

25On arrive ainsi au seuil de l’année 1848, une année clé pour la cause de la démocratie en Europe et pour la cause nationale en Italie ; Giuseppe Mazzini signale déjà en janvier la possibilité d’une révolution :

  • 26 Ibidem, 22 janvier 1848.

« J’ai parlé, chère amie, d’une intervention autrichienne. Elle me semble chaque jour plus probable ; et je la souhaite ardemment, je vous l’avoue, parce qu’il s’agit du seul moyen qu’on entrevoit pour canaliser toutes les questions locales vers une grande Idée nationale… Les peuples, comme les individus ne se renouvellent que par l’action […]. Je voudrais que cette action ait pour objectif la libération du territoire – la question de l’indépendance – avant que les partis, aujourd’hui en germe, aient le temps de se développer : ils l’étaient déjà chez vous quand la guerre éclata26. »

26Mazzini avait toujours considéré l’action comme un élément décisif pour la cause nationale, une cause que l’homme politique gênois associait étroitement à son existence.

  • 27 Ibid., décembre 1840.

« Je vous parle de l’Italie, chère amie, parce que c’est comme si je vous parlais de moi-même, de mes pensées de tous les instants. Il n’est plus temps pour moi de penser à la vie ; je voudrais au moins pouvoir utiliser ma mort27. »

27George Sand montre qu’elle a très bien compris les sentiments de Mazzini et qu’elle partage ses aspirations d’indépendance pour le peuple italien :

  • 28 Lettre de George Sand à Mazzini datée du 22 janvier 1851 dans la Correspondance mais en réalité re (...)

« Je vois bien que vous devrez aller tôt ou tard en Italie. Je sais que vous lui devez la vie ou la mort. C’est notre loi à nous tous de vivre ou de mourir pour nos principes. Pour vous ce cas est apparemment plus proche que pour nous ; et ce n’est pas moi qui vous dirai de craindre la douleur, de reculer devant le danger et d’éviter la mort ; et du reste je le dirai sans en démordre28. »

28L’année 1848 représente un moment important pour l’Europe, Giuseppe Mazzini espère trouver dans les révolutions la réalisation de son idéal républicain, George Sand voit dans la révolution de Paris une possibilité pour les idéaux de justice sociale de se réaliser. Ils seront tous les deux déçus : en Italie ce sera la solution monarchique qui prévaudra et en France la répression de la République conduira George Sand à se retirer de la vie politique.

  • 29 Mazzini G., Scritti editi ed inediti. Epistolario, vol. XIX, Imola Galeati, 1922, octobre 1848.

« Et oui, chère amie, la vie est bien triste et aride ; les hommes sont lâches, égoïstes, ingrats ; l’espoir, du moins pour ce qui nous concerne, est mort ; mais ne le savions nous pas, quand je vins vous voir dans votre maison de campagne ? Nous avions rêvé jusqu’alors : vous pour la France, de la révolution du peuple, des jours de fraternité ; moi pour l’Italie, de l’avènement de la Nationalité telle qu’elle doit être, une individualité collective en plus, qui donne son apport à la grande cause de l’Humanité. Nous avions pris un simple sursaut pour un réveil. Nous nous sommes trompés29. »

29Giuseppe Mazzini connaît un autre moment d’espoir en 1849, quand la révolution éclate à Rome et que la République est fondée. De son refuge de Nohant, George Sand suit avec appréhension les événements en Italie. Et la défaite de la République, due par surcroît à l’intervention française, procure une fois de plus une déception à ceux qui avaient cru à la cause de la liberté et de l’indépendance. Ainsi écrit-elle à Mazzini en juillet 1849 :

  • 30 Sand G., Correspondance, III, Nohant, 24 juillet 1849.

« Quelque innocent qu’on puisse être du crime commis par la nation à laquelle on appartient, il y a une espèce d’intime solidarité qui fait passer dans notre cœur le remords et la honte. Moi, qui en février était si fière de la France ! Mon Dieu, que sommes-nous devenus, et quelle expiation nous réserve la justice divine avant de nous concéder de nous relever ? Vous êtes plus heureux que moi, malgré la défaite, malgré l’issue et la persécution du fait que vous êtes Romain30. »

30Contraint par les événements italiens et l’intervention française à se réfugier en Suisse, Mazzini commence à élaborer un projet qui allait au-delà de la cause nationale, car fondé sur une conception européenne. En effet il est convaincu que l’initiative individuelle n’est plus suffisante pour faire prévaloir la révolution, mais qu’il faut agir à un niveau supérieur : non plus celui des différentes nationalités, mais celui du peuple de l’Europe.

  • 31 Mazzini G., Scritti editi ed inediti. Epistolario, vol. XX, Imola Galeati, 1923, 22 septembre 1849

« Si, en un mot, cette Europe des Peuples qui n’existe que virtuellement, grâce à l’instinct des populations, aux élans des meilleurs, parvenait à se dresser en s’organisant face à l’Europe du privilège, combien de victimes, combien d’années de corruption seraient épargnées à l’Humanité31 ? »

31Ce sera cette nouvelle vision élargie de la politique qui le conduira à juger de façon négative le projet de Louis Blanc, car trop particulariste :

  • 32 Mazzini G., op. cit., vol. XXI, Imola Galeati, 1924, 4 septembre 1850.

« J’aime Louis Blanc ; je l’estime beaucoup. Mais voilà : je n’oublierai jamais, c’est à vous que je le dis, la conversation que j’eus avec lui au Luxembourg vers la fin de mars 1848. Je lui parlai Europe ; il me répondit France et organisation du travail. Je lui dis que la France ne pouvait s’en sortir qu’avec l’Europe : il répliqua qu’il ne voulait pas la guerre, du moment que la guerre en Europe aurait engendré un Napoléon, et que ce que la France devait accomplir pour l’Europe, c’était l’organisation du travail – comme si l’organisation du travail pouvait se faire dans un seul pays32. »

32Pour cette raison Mazzini choisit Ledru-Rollin comme collaborateur dans le Comité Central Européen, qu’il était en train de fonder à Londres, et écarte Louis Blanc.

  • 33 Ibidem.

« J’ai fait taire mes sympathies personnelles ; j’ai choisi Ledru-Rollin non seulement parce que c’est un homme de la province, mais parce qu’il ne représente que la tendance socialiste, et ne constitue pas une exception absolue de la part des hommes du système33. »

33C’est à propos de cette différence de jugement que leur amitié se gâte ; l’échange épistolaire se poursuit, mais leurs idées restent profondément différentes : George Sand ne renonce pas à son idéal socialiste, tandis que Mazzini reste fidèle à l’idée révolutionnaire et républicaine.

  • 34 Sand G., Correspondance, III, p. 146-155.

« Eh bien pour moi – dit-elle – Ledru-Rollin est une arme faible et dangereuse, destinée à se briser dans les mains du peuple […]. Et parlons maintenant de Louis Blanc, puisque vous le voulez. Pour moi c’est lui qui a raison ; c’est lui qui est dans le vrai, Vous me parlez de ses défauts personnels. Certes, il en a lui aussi, et sans aucun doute Ledru-Rollin est plus conciliant, plus attirant, par conséquent plus populaire. Mais dans la vie politique Louis Blanc est un homme sûr34. »

  • 35 Cela est démontré aussi par la froideur avec laquelle elle note dans son Journal de 1872 la date d (...)

34Leur correspondance ne cesse pas, mais la rupture est désormais évidente ; en 1851 les lettres sont bien moins nombreuses que l’année précédente ; Mazzini semble souffrir davantage de cette séparation. George Sand avait probablement perçu le choix politique de Mazzini comme une condamnation, mais il faut tenir compte aussi de son détachement progressif de la vie et de la lutte – détachement qui se transformera en rupture définitive après le coup d’état de 1852 –, cette lutte et cette action qui resteront au contraire des éléments fondamentaux de la vie du républicain gênois35.

  • 36 Mazzini G., Scritti editi ed inediti. Epistolario, vol. XXII, Imola Galeati, 1925, 14 ott 1851.

« Il faut bien que je vous écrive quelques mots, chère amie. Vous vous êtes détachée de moi […]. Un voile nous sépare depuis la fondation du Comité Européen ; non par ma faute. Le dernier mot que je vous ai adressé a été : attendez pour juger ; mais de votre part c’était une condamnation. Quoi qu’il en soit, chère amie, je vous aime toujours autant, j’ai souffert et je souffre de votre silence et aujourd’hui je ressens le besoin de vous le dire : voilà tout36. »

35Les liens entre George Sand et l’Italie ne seront pas pour autant rompus à la fin de la relation avec Giuseppe Mazzini, mais ils subiront des changements par rapport à cette attitude typiquement romantique qui avait caractérisé les années de sa jeunesse. Ses textes pour le théâtre, où l’influence de la Commedia dell’arte italienne se fait sentir sont en cela exemplaires, de même que les pages de l’Histoire de ma vie où apparaissent des noms d’hommes italiens : le général Pepe, Silvio Pellico et Carlo Emilio Soliva, un musicien qui lui avait fait connaître Chopin.

36Cependant c’est l’année 1855 qui constitue une date décisive dans les rapports de George Sand avec l’Italie, date à laquelle l’écrivain décide de s’y rendre de nouveau. Rome fut le but de ce second voyage ; vingt ans s’étaient écoulés depuis sa première visite et l’état d’âme de la romancière avait bien changé, en partie aussi à cause de souffrances personnelles. C’est donc l’âme assez troublée que la dame de Nohant s’embarque pour la ville papale. Il ne nous reste que peu de notes de ce voyage : un journal de voyage et un roman La Daniella, qui fit forte impression chez les patriotes italiens. La première étape du voyage fut la Toscane et là le jugement était encore favorable ; c’est ainsi qu’en effet elle s’exprime sur Pise :

  • 37 Poli A., Un inedito di George Sand : l’agenda-memento 1855. impressioni italiane negli appunti del (...)

« La basilique et son monumental baptistère isolé sont bien posés sur une large place. Ce sont des édifices d’un gothique assez grandiose, mais en lourdeur plutôt qu’en élégance. Le pavé de la basilique m’a causé un certain saisissement. La tour penchée m’a semblé un peu bête, mais le Camposanto m’a ravi37. »

37Toute image positive disparaît cependant aux portes de Rome ; elle fut désagréablement frappée par l’anarchie de la vie dans la cité et ne parvint pas à apprécier son architecture composite :

  • 38 Ibidem, p. 440.

« Le Colisée […] n’est plus qu’une carcasse gigantesque, des constructions superposées dont on ne devinerait pas l’usage si on ne savait pas d’avance […]. Le Forum, les temples, toute cette série de vestiges magnifiques qui s’étend le long du Campo Vaccino, depuis le Capitole jusqu’au Colisée, n’est réellement très intéressante que pour les antiquaires38. »

38Tous ces jugements négatifs que l’on trouve dans le journal de voyage et plus encore dans le roman La Daniella doivent être lus cependant en tenant compte du fait que, pour George Sand, Rome était avant tout la ville gouvernée par le Pape et l’Église catholique, ainsi donc son jugement négatif reflétait-il la vision d’une femme qui voyait dans la domination temporelle de l’Église toutes les causes de la corruption. Son commentaire sur la bénédiction place Saint Pierre, après y avoir assisté, est à cet égard significatif :

  • 39 Ibid., p. 458.

« Quand le Pape se montre, il y a encore une espèce de foule autour de lui, foule dont il se méfie pourtant, car une rangée de Suisses allemands, en costume d’opéra, mais bien armés de hallebardes et passablement rébarbatifs et grossiers, fait la haie autour de lui jusqu’au pied des autels. Seulement il faut dire que cette foule est la plus hideuse qui se puisse concevoir. C’est un ramassis de mendiants infects d’une nudité cynique, affligés de toutes les plaies, de toute la vermine, de toutes les monstruosités que le pire cauchemar pourrait vous représenter. Le pape et les cardinaux traînent l’or et la pompe au milieu de ces guenilles et de cette sanie, quelle humilité, quel sentiment de l’égalité chrétienne39… »

  • 40 Poli A., « George Sand e i patrioti italiani del Risorgimento », in Nuova Antologia, mai-août 1956 (...)

39La déception profonde que l’écrivain éprouve en visitant la ville, future capitale de l’Italie, s’exprime aussi intensément dans La Daniella, roman qui suscita une vive polémique dans le milieu des exilés italiens à Paris. Le feuilleton publié dans La presse où l’Italie devenait « vierge prostituée à tous les bandits de l’univers, immortelle beauté que rien ne peut détruire, mais que rien non plus ne saurait purifier40 » fit naître un débat animé dans les journaux parisiens.

  • 41 Poli A., L’Italie dans la vie et dans l’œuvre de George Sand, op. cit., p. 319.

401834, 1855, Venise, Rome, deux voyages, deux impressions complètement différentes, dans le premier le rêve et le mystère, dans le deuxième Rome et la désillusion révélait la réalité d’un pays encore divisé et profondément contrasté. Si négative qu’ait été son impression sur la « ville éternelle », son amour pour l’Italie n’en reste pas moins présent dans ses écrits. En 1858 elle exprimait encore le désir de se rendre dans le Piémont : « J’aspire à pouvoir m’en aller ; le Piémont est mon Italie de prédilection41. »

41La romancière française continua d’être un défenseur déclaré de la cause italienne. Quand la deuxième guerre d’indépendance éclate en 1859, George Sand suit avec attention les événements d’Italie et condamne durement l’action de Napoléon III.

  • 42 Ibidem, p. 333.

« Homme à principes erronés, il gouverna une nation qui manquait de principes et qui mettait un idéal de prospérité romanesque à la place de la vraie civilisation, le succès et la chance à la place du droit et de la justice. C’est donc par le sentiment seul qu’il pouvait la conduire ; il l’avait compris un instant en voulant sauver l’Italie. Il manqua de confiance pour son dénouement et tomba au dernier acte. Dès lors son étoile pâlit et il ne la vit plus42. »

42En 1859 elle publie en outre un pamphlet en faveur de la guerre d’indépendance italienne, elle y exprime une fois encore le désir d’intervenir pour aider une nation qui a besoin d’être secourue, et le regret d’être une femme et donc de ne pas pouvoir venir en personne aider ce pays tant aimé :

  • 43 Sand G., La guerre, Paris, Librairie nouvelle, 1859, p. 8-9.

« Chère petite fleur ! Chère Italie ! Je sentis mes yeux pleins de larmes. Je pleurais de ne pouvoir être un soldat !
Oui, chère Italie, sœur de la France, on naît chez nous avec ton amour dans le cœur. C’est un instinct passionné qui lutte et qui souffre comme le tien avec l’amour de la liberté. Quand on met le pied sur ton sol et que l’on te voit éteinte et comme morte sous le poids de l’étranger, on est tenté de te maudire et l’odeur de tes sépulcres vous navre et vous glace. Mais si tu fais un mouvement, si tes morts ressuscitent, si tes enfants accablés se relèvent, si tu jettes un cri d’appel et de détresse vers nous, à son tour, notre sang se ranime et bouillonne. Oui, c’est bien une voix du sang, et nous volons vers toi, entraînés par une puissance qui ne raisonne plus, et qui fait bien de ne pas raisonner43. »

43Quand, en mai 1860, elle publie une introduction aux mémoires de Giuseppe Garibaldi écrites par Alexandre Dumas, elle ajoute à son éloge de l’œuvre et de l’action du général en faveur de l’Unité italienne des considérations qui, je crois, peuvent résumer la vie et les idéaux d’une femme qui avait souhaité une révolution sociale, l’avait vue échouer, mais n’avait jamais tout à fait cessé d’espérer :

  • 44 « Introduzione alle memorie di Giuseppe Garibaldi scritta da Giorgio Sand », dans A. Dumas, Memori (...)

« Espérons que le miracle commencé s’accomplira, que la révolution patriotique de l’Italie ne périra point, comme périrent toutes les autres révolutions pour avoir trop hâtivement consumé leurs hommes, et que celle-ci comprendra le grand nouvel exemple que, par la volonté de Dieu, elle doit donner aujourd’hui au monde44. »

Notes

1 Sand G., Lettres d’un voyageur, Paris, Flammarion, 1971, p. 49.

2 Sand G., Lelia, I, Paris, Calman-Levy, 1881, p. 7.

3 Cité par Poli A., L’Italie dans la vie et dans l’œuvre de George Sand, Paris, Armand Colin, 1960, p. 59.

4 Ibidem, p. 84.

5 Ibid., p. 113.

6 Costa P., « Classici e i romantici », dans La Ricreazione, a. 1, n° 4, 27 mars 1834.

7 Tommaseo N., Introduction à Il Diario Intimo, par Ciamini, Torino, Einaudi, 1938, p. 12 ; voir aussi Poli A, « George Sand e i secondi romantici italiani », in Convivium, nouveau recueil, a. 1951, n° 2.

8 Tommaseo N., « La donna. 25 décembre 1835 », in Confessioni, Roma, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 1995.

9 Cf. Poli A., George Sand vue par les Italiens. Essai de bibliographie critique, Florence, Éditions Sansoni Antiquariato, Paris, Librairie Marcel Didier, 1965.

10 « Le nostre intenzioni », studii per le donne italiane, vol. I, 1837, p. 4.

11 Ibidem, p. 6.

12 Ibid., p. 7.

13 Poli A., George Sand e i secondi romantici italiani, op. cit., p. 217.

14 Ibid., p. 34-35.

15 Les lettres de George Sand à Mazzini sont au nombre d’environ une vingtaine, elles sont toutes contenues dans la Correspondance ; celles de Mazzini à George Sand se trouvent dans l’Epistolario Nazionale et représentent presque le double. Une des causes les plus probables de cette différence numérique est que Mazzini, obligé de se cacher car traqué par les polices d’Europe, devait souvent détruire la correspondance qu’il recevait de ses connaissances et de ses amis. Sur la relation entre Giuseppe Mazzini et George Sand voir : Curatulo G. E., « Giuseppe Mazzini e George Sand », dans Scritti e figure del Risorgimento italiano, Turin, Fratelli Bocca editori, 1926 ; Luzzatto F., Giuseppe Mazzini e George Sand. La relazione e la corrispondenza, Milan, Fratelli Bocca editori, 1947 ; Grella B., Giuseppe Mazzini e George Sand, Vérone, Edizioni di vita veronese, n. 60, 1961.

16 Mazzini G., « D’una letteratura europea », dans Scritti editi e inediti, Letteratura, vol. I, Imola, Tipografia P. Galeati, 1906, p. 218-219.

17 Sand G., Souvenirs et idées, cité par Grella B., Giuseppe Mazzini e George Sand, op. cit., p. 11.

18 Mazzini G., Scritti editi ed inediti. Epistolario, vol. XVIII, Imola Galeati, 1921, 16 juin 1837.

19 Ibidem, 31 mars 1838.

20 Ibid., 26 mars 1838.

21 Mazzini G., « George Sand », in Scritti editi ed inediti, vol. XXI (Letteratura, vol. IV), Imola, Galeati, 1915, p. 37.

22 Ibidem, p. 42-43.

23 Ibid., p. 124.

24 Mazzini G., Scritti editi ed inediti. Epistolario, vol. XVIII, Imola Galeati, 1921, 10 décembre 1842.

25 Mazzini G., op. cit., vol. XIX, Imola Galeati, 1922, novembre 1847.

26 Ibidem, 22 janvier 1848.

27 Ibid., décembre 1840.

28 Lettre de George Sand à Mazzini datée du 22 janvier 1851 dans la Correspondance mais en réalité remontant au 22 janvier 1848, cf. George Sand, Correspondance, Paris, Calmann Levy, 1882.

29 Mazzini G., Scritti editi ed inediti. Epistolario, vol. XIX, Imola Galeati, 1922, octobre 1848.

30 Sand G., Correspondance, III, Nohant, 24 juillet 1849.

31 Mazzini G., Scritti editi ed inediti. Epistolario, vol. XX, Imola Galeati, 1923, 22 septembre 1849.

32 Mazzini G., op. cit., vol. XXI, Imola Galeati, 1924, 4 septembre 1850.

33 Ibidem.

34 Sand G., Correspondance, III, p. 146-155.

35 Cela est démontré aussi par la froideur avec laquelle elle note dans son Journal de 1872 la date de la mort du révolutionnaire italien : « 19 mars. Mazzini est mort à Pise. Lucide jusqu’à la dernière heure et calme » BN Agenda 1872, n.a.fr. 24834, f° 44.

36 Mazzini G., Scritti editi ed inediti. Epistolario, vol. XXII, Imola Galeati, 1925, 14 ott 1851.

37 Poli A., Un inedito di George Sand : l’agenda-memento 1855. impressioni italiane negli appunti della romanziera con altri numerosi inediti, [snt], p. 437.

38 Ibidem, p. 440.

39 Ibid., p. 458.

40 Poli A., « George Sand e i patrioti italiani del Risorgimento », in Nuova Antologia, mai-août 1956, p. 369.

41 Poli A., L’Italie dans la vie et dans l’œuvre de George Sand, op. cit., p. 319.

42 Ibidem, p. 333.

43 Sand G., La guerre, Paris, Librairie nouvelle, 1859, p. 8-9.

44 « Introduzione alle memorie di Giuseppe Garibaldi scritta da Giorgio Sand », dans A. Dumas, Memorie di Giuseppe Garibaldi, Milano, Vie Nuove, 1962, p. xl.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search