Version classiqueVersion mobile

George Sand

 | 
Noëlle Dauphin

Deuxième partie. Du terroir à l'horizon national et européen : combats pour les libertés

« Liberté et amour » George Sand et Sándor Petőfi face à la Révolution de 1848

Piroska Madácsy

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Madácsy P., « George Sand et les Hongrois », dans Acta Universitatis Szegediensis de Attila József (...)

1En écrivant mon premier article sur George Sand (il y a déjà 20 ans)1, je commençais par citer deux passages remarquables écrits en 1848, à propos de la révolution en France et en Hongrie, qui peuvent convenir aussi bien à George Sand qu’à Sándor Petőfi.

  • 2 Sand G., Correspondance, Garnier, 1964-1991, t. VIII. Lettre à Ch. Poncy, 8 mars 1848, p. 330.

« Vive la République ! Quel rêve, quel enthousiasme et en même temps quelle tenue, quel ordre à Paris ! J’en arrive, j’y ai couru, j’ai vu s’ouvrir les barricades sous mes pieds. J’ai vu le peuple grand, sublime, naïf, généreux, le peuple français réuni au cœur de la France, au cœur du monde, le plus admirable peuple de l’Univers2. »

2« Vive la République ! », s’écrie Petőfi en mars 1848 à la nouvelle de la révolution en France, et il continue :

  • 3 Petőfi S., « Napló (Journal intime) » Œuvres complètes, Budapest, Akadémiai, 1956, t. V, le 15 mar (...)

« Je restais là debout, immobile et muet, mais brûlant comme une colonne de feu… Je me précipitais à la capitale, j’y suis arrivé tremblant, à bout de souffle… L’enthousiasme était général, mais rien ne s’était encore passé3. »

3Le parallélisme des deux réactions n’est pas dû au hasard, mais l’arrière-plan est très complexe. Pourquoi cet enthousiasme ? Que veulent dire « le peuple » et « la révolution » pour George Sand et pour Petőfi ? Afin de cerner les ressemblances et différences de leur époque, de leurs idées, l’influence des rencontres intellectuelles et culturelles en Europe dans les années 1840, je ferai ressortir, sans faire une analyse de chaque aspect, quelques facteurs déterminants sociaux, politiques, nationaux, romantiques.

L’esprit français en Hongrie

4La terreur organisée par la cour de Vienne, à l’époque de la sainte-Alliance, put provisoirement étouffer l’enthousiasme des écrivains hongrois pour les idées de la grande révolution française, mais, à partir de l’année 1830, ils se tournent avec un intérêt encore plus grand vers la civilisation française.

  • 4 Irinyi J., « Paris et les Français », Életképek, 1845, t. III, n° 17, p. 521.
  • 5 Au xixe siècle, les Français commencent à découvrir la Hongrie. C’est en 1818 qu’un minéralogiste (...)

5Les intellectuels, surtout poètes-écrivains, se font un devoir de connaître des langues occidentales, ils veulent lire dans l’original les grands romantiques, Byron, Heine, Victor Hugo… La plupart des jeunes intellectuels de la nouvelle génération lisent et parlent français, cherchent des modèles pour les utiliser dans leur travail, et redécouvrent encore la littérature française. Il n’y a peut-être jamais eu en Hongrie un tel enthousiasme pour la nation la plus progressiste de l’Europe, une telle admiration pour « Paris, maître et prince de toutes les villes, patrie des sciences et des arts, flambeau des civilisations qui concentre toute la lumière pour en répandre partout les rayons4 ». Et « ces rayons », les idées romantiques du libéralisme français, trouvent un terrain favorable en Hongrie. Un chapitre nouveau commence dans l’histoire des relations franco-hongroises5.

  • 6 Madácsy P., « Lamartine vu par les revues hongroises au xixe siècle », Acta Universitatis Szegedie (...)

6L’influence de l’esprit français apparaît dans la série des traductions (Hugo, Dumas, Scribe) faites sur commande par l’Académie Hongroise, elle apparaît encore avec les premières des pièces de théâtre de Victor Hugo jouées à Buda et avec les nombreuses publications de drames, de nouvelles imitant le style français romantique. Mais pour prouver cette influence d’ensemble, on n’aura qu’à examiner les revues hongroises de l’époque6.

  • 7 Madácsy P., L’esprit français à l’âge des réformes (1830-1848) en Hongrie, 1992, Szeged, JGYTF.
  • 8 Un grand écrivain hongrois du xxe siècle.
  • 9 Sőtér I., Magyar-francia kapcsolatok (Relations franco-hongroises), Révai, 1944, p. 65.
  • 10 Sőtér I. Kosztolányi., Eszmei és irodalmi találkozások. Tanulmányok a magyar-francia irodalmi kapc (...)

7C’est le sujet de mon livre : L’esprit français à l’âge des réformes (1830-1848)7. L’influence française s’est fait sentir chez nous dans toutes les périodes critiques importantes de notre histoire. Selon Kosztolányi8, pour nous l’esprit français a toujours été un « antidote », l’image réfléchie de nos « desseins », « Français, français : lumière, flambeau, le flambeau de la civilisation (ou de l’humanité ! ?) » Notre francophilie fut toujours désintéressée, nous n’avons pas espéré en tirer des avantages politiques – au contraire9. Selon István Sőtér, « en examinant les différents points de rencontre de la culture française en Hongrie, on se rend compte que son influence a été plus importante, quand elle dépassait l’intérêt national et qu’elle était au service de la culture universelle10. »

  • 11 Sőtér I., Relations franco-hongroises. Budapest., 1946. p. 141. L’œuvre de Tocqueville a été déjà (...)

8Cette affirmation peut se vérifier au xviiie siècle, et au début du xixe siècle, surtout au cours de la période appelée l’Âge des réformes, entre 1830-1848. Tirer les conséquences des révolutions françaises, lire et aimer la littérature française était non seulement à la mode, mais c’était aussi le devoir des jeunes intellectuels hongrois dans les années 1840. « Nous étions tous français ! » – dit Jókai, et ce n’est pas du tout une exagération. Après la révolution française de 1830, l’Europe s’était tournée vers Paris, « pays des orages où bat le cœur du monde entier » selon les mots de Vörösmarty, chef du romantisme hongrois. Quelle est la raison de cet enthousiasme pour les romantiques français ? Tout simplement le fait que les écrivains réformistes, les poètes de la Jeune Hongrie, considèrent comme leurs modèles les écrivains français contemporains ; leurs idées, leurs problèmes sont communs et presque chacun d’eux a un modèle français. Les jeunes radicaux sont les disciples de l’école « qui réunit – de Lamartine à Victor Hugo, de Dumas à Béranger – tout ce qui est beau comme esprit, hardi comme réalisation, touchant comme sentiment ; tout ce qui enchante le cœur et l’âme. Le noble enthousiasme, la ferme conviction et les idéaux sublimes des écrivains français enchantent tous ceux qui ont la jeunesse et de nobles idéaux » – écrit Jókai, le grand écrivain romantique. « Nous lisions des livres français : L’histoire des Girondins de Lamartine, Le démocrate de Tocqueville (selon la traduction du titre en hongrois) furent notre Bible » ; Petőfi adorait Béranger ; « j’ai trouvé mon idéal en Victor Hugo11 ». Cette remarque de Jókai prouve un phénomène bien connu en sociologie littéraire : un poète – comme par exemple Béranger – peut recevoir, dans une langue étrangère, de nouvelles interprétations, en fonction du goût et des conceptions politiques du nouvel environnement.

Le rôle de la presse

9Si une élite cherche son information directement dans les livres, la plus grande partie des lecteurs se contente des revues. Elles sont une source documentaire très riche pour l’histoire de notre civilisation. La presse s’est en effet beaucoup développée à cette époque (parce qu’il y avait encore pour les livres une censure autrichienne très dure), d’abord pour répondre à la curiosité publique face à tout ce qui concerne l’Europe et la France, ensuite parce que les rédacteurs souhaitaient améliorer le goût des lecteurs. Comment interprète-t-on la pensée française dans la presse des années 1840 en Hongrie ? Ferenc Schedel Toldy, un des précurseurs de la littérature comparée, résume très clairement les tendances fondamentales en 1840 :

  • 12 Figyelmező, 1840, T/ISF.

« Notre époque fait voir deux symptômes caractéristiques dans l’histoire des idées. Les murs qui ont séparé les peuples jusqu’ici, ont été démolis. Il y a une approche active qui porte le drapeau des idées de l’Ouest et la notion de littérature mondiale n’a jamais été aussi proche d’exister que maintenant. Mais en plus, à la suite des événements politiques, la place du peuple et de la nation est de plus en plus importante chez nous et à l’étranger. L’évolution des littératures polonaise, tchèque, russe, hongroise, serbe, etc. a lieu grâce à l’influence spirituelle des grandes nations. Mais un danger est présent : si on ne maintient pas les éléments nationaux, on va se perdre dans une vague globale, oubliant les sources nationales et l’indépendance nationale12 ! »

10Toldy voit l’approche des idées libérales en Europe et le risque de la perte des identités. Et cependant en quelques années, la Jeune Hongrie, organisation politique des jeunes intellectuels, présente une orientation mondiale unique, surtout vers la France pour avoir la liberté et l’indépendance de la Hongrie, un enthousiasme pour Heine, George Sand et ses compatriotes, et un intérêt extraordinaire pour les idées socialistes.

La sensibilité individuelle et sociale des deux écrivains

11Petőfi et Sand. Commençons par une petite présentation de nos écrivains, Petőfi et Sand, pour voir des parallèles de mentalité.

  • 13 La première présentation européenne de Petőfi. Le 5 février 1848, Magazin für die Literatur des Au (...)

12Sándor Petőfi (1823-1849), poète, publiciste, écrivain romantique, homme politique, révolté contre toutes les traditions sociales et politiques, apporte des nouveautés dans les idées littéraires et politiques hongroises. Issu vraiment du peuple, – son père est boucher, sa mère est servante –, il est devenu le chantre, l’apôtre politique du peuple selon l’idéal du poète messianique du romantisme. Il a été aussi le poète autobiographe dont les impressions vécues se traduisaient immédiatement en vers. L’amour, le foyer, la nature sont des thèmes qui se présentent à son esprit. Il a été le premier poète hongrois connu à l’étranger13 comme le spécialiste d’une espèce d’exotisme, comme le représentant le plus autorisé de la poésie de la « puszta ». Sa haine pour les « tyrans », pour les rois, est d’origine républicaine. Dans ses convictions Petőfi est libre penseur et jacobin, aimant la liberté jusqu’à sa mort sur le champ de bataille contre les Autrichiens et les Russes, pendant la guerre d’indépendance hongroise de 1848-1849 ; il reste pour les Hongrois toujours jeune et libre, le héros qui ignore les déceptions et les compromis, la faillite des principes. Amour et enthousiasme, mépris de l’opinion des autres, de l’aristocratie et des ennemis du peuple, désir de la victoire de la révolution internationale et foi dans la possibilité du pouvoir du peuple sont ses caractéristiques.

  • 14 Sand G., « Histoire de ma vie », édition de Georges Lubin, dans Œuvres autobiographiques, Dijon, G (...)
  • 15 Sand G., Corr., op. cit., VI., p. 487.
  • 16 Perrot M., G. Sand : Politique et polémiques, Paris, Imprimerie nationale, 1997, p. 11-12.

13George Sand (1804-1876) née Aurore Dupin, liée à l’aristocratie par sa grand-mère paternelle, alliée à la famille royale, appartient par son père, Maurice Dupin, officier au service de la République, à la nouvelle société bourgeoise. Sa filiation révolutionnaire est paternelle. Par sa mère, George Sand est « fille du peuple de Paris » ; Sophie Delabarde a été une jolie ouvrière dans le domaine de la mode ; ni aristocrate, ni bourgeoise, Sand est une métisse sociale. Fille de la Révolution, de la liberté et de l’amour, Sand ratifie le choix de son père et y conforme le sien : « Mon sang royal s’était perdu dans mes veines en s’alliant dans le sein de ma mère, au sang plébéien14… » « Je suis la fille d’un patricien et d’une bohémienne… Je serai avec l’esclave et avec la bohémienne, et non avec les rois et leurs suppôts15 ! » Selon Michelle Perrot, « sur ce pacte fondamental, Sand ne variera pas. Sa conviction démocratique et égalitaire vient de là ou du moins elle l’assigne à cet endroit. Elle vient de l’expérience de l’injustice, elle vient du cœur, d’un sentiment éprouvé, mais raisonné et susceptible de fonder un combat politique16 ». Donc nous sommes les témoins d’une autre ressemblance : George Sand, femme politique, Petőfi, homme politique.

14Regardons maintenant les dates et les événements de leurs vies autour de la révolution.

  1. Collaboration de George Sand en 1843 à la Revue Indépendante (fondée en octobre 1841 avec Pierre Leroux) ; Petőfi et La société des Dix ont collaboré en 1844 à Életképek (Images de la vie), une revue d’esprit démocratique, pour les intérêts de la société et de l’humanité.
  2. Le 14 septembre 1844, George Sand écrit dans le journal l’Éclaireur, journal local d’opposition avec Pierre Leroux. Petőfi écrit des poèmes dans un journal local d’opposition Hazánk (Notre patrie) à Győr.
  3. Le 28 février 1848, George Sand part pour Paris, à la nouvelle de la Révolution, où elle va déployer une grande activité dans les coulisses du gouvernement provisoire. Le 15 mars, elle est chargée de donner des articles au bulletin de la République. Le 9 avril, paraît le 1er numéro du journal qu’elle a créé, La Cause du Peuple. Le 15 avril, elle écrit un article qui est un appel au coup d’État.
  • 17 Petőfi P., Œuvres poétiques complètes, Budapest, Franklin társulat, 1941, Nemzeti dal, 1848, p. 60 (...)

15À Pest, le 15 mars 1848, Petőfi et ses amis participent aux événements de la Révolution : Nemzeti dal (Chanson du peuple), poème de Petőfi17 ; défilé à la mairie, proclamation de la liberté de la presse, grande manifestation devant le Musée et dans le Théâtre National. Des poèmes sur la liberté, des articles révolutionnaires dans les journaux (par exemple le 15 mars), ses poèmes A királyokhoz (Aux rois), Akasszátok fel a királyokat ! (Pendez les rois !).

  • 18 Dániel Irányi, déjà émigré en France, a écrit la première histoire de la révolution hongroise de 1 (...)

16József Irinyi, Petőfi, Mór Jókai, Gábor Egressy, Pál Vasvári, Dániel Irányi18, Albert Pálffy créent une association de jeunes radicaux. Le 12 mai 1848, face à l’impuissance du gouvernement, Petőfi convoque les Chambres. Le 23 mai a lieu une nouvelle assemblée populaire, la question est déjà posée : Serons-nous esclaves ou libres ? Vienne promet à la Hongrie, au lieu d’une indépendance absolue, seulement une certaine autonomie politique ; le gouvernement nouveau ne s’intéresse pas aux masses.

17La révolution deviendra une guerre d’indépendance ! Petőfi ira sur le champ de bataille. George Sand, après l’échec de l’insurrection du 15 mai et le massacre des journées de juin, rentre à Nohant.

18Les faits sont nombreux et parallèles, ils témoignent de l’activité des deux écrivains : participation à la rédaction des revues radicales, organisation des événements, activité politique, publication d’articles et d’œuvres révolutionnaires. C’est la correspondance de George Sand et la poésie de Petőfi qui témoignent le plus sincèrement des événements révolutionnaires.

19Cette ressemblance n’est pas due au hasard. Les idées démocratiques ont uni des intellectuels libéraux de l’Europe déjà dans les années 1830 et 1840. Ils ont poursuivi un grand rêve. Leur but est la liberté et le bonheur de tous les peuples. Après avoir désespéré de la grande Révolution française et des guerres de Napoléon, un nouvel idéalisme se développe, à l’époque de la puissance de la Sainte-Alliance, dans l’esprit de beaucoup de monde, pour obtenir le bonheur de tous. Non seulement George Sand ou Petőfi, mais le jeune Giuseppe Mazzini aussi voient déjà se former l’image d’une future Europe démocratique. La guerre d’indépendance grecque, la révolution de juillet 1830 en France, les révoltes carbonari en Italie leur donneront une profonde conviction : la réalisation proche de cette Europe des nations démocratiques se trouve déjà dans l’espoir des peuples. C’est Dieu qui a déterminé si bien la division inévitable de l’Europe en états par des fleuves et des montagnes. C’est ainsi que le jeune Mazzini fonde en 1832 un journal à Marseille, La giovine Italia, pour propager ses idées républicaines et réaliser l’unité de l’Italie. Sa propagande devient de plus en plus impressionnante, il cherche des alliés parce qu’il attend du changement démocratique de l’Europe une aide pour la réalisation de ses projets nationaux. Et tout ce qu’il entend des mouvements réformistes de la Hongrie, du désir de liberté des Hongrois lui suggère de voir dans la Hongrie l’aide la plus proche dans le combat contre l’absolutisme autrichien.

  • 19 Kastner J., « Kossuth és Mazzini », Századok, Budapest, LIX, évf. 1925, 1-3.sz, p. 3. (Leur corres (...)

20Johan Bowring aussi, qui a fait un grand voyage en Hongrie, écrira dans son livre : « La Hongrie va se libérer bientôt de la puissance autrichienne, sa mission historique est de réunir dans une confédération hungaro-slave des peuples du Danube, de la mer Adriatique jusqu’à la mer Noire19. » Mazzini a attendu le grand combat des peuples, pour réaliser aussi ses autres rêves.

  • 20 Bowring, Sir John (1792-1872), écrivain, homme politique anglais. Il a voyagé en Hongrie en juille (...)
  • 21 Kastner J., « Kossuth és Mazzini », art. cit., p. 1-14. l.

211848 aurait pu devenir l’année de l’accomplissement, mais l’échec des révolutions et des guerres d’indépendance a tout changé. Cependant, Mazzini n’avait pas tort de croire à l’idée d’une confédération des peuples de Danube. (Nous connaissons bien son amitié avec Kossuth et avec George Sand)20. Mais les Habsbourg ont bien vérifié le proverbe « Divide et impera » et les Croates, les Roumains et les Serbes, au lieu de s’unir avec les Hongrois contre les Autrichiens, sont devenus très vite leurs ennemis21.

L’évolution de leurs idées face a la Révolution de 1848 L’image de l’avenir

22Comment nos écrivains ont-ils vécu cette grande attente entre 1844 et 1848 ? Avec une sensibilité incroyable, leurs confessions nous présentent leurs sentiments dans leurs œuvres, articles, lettres, mais ils sont sur le point d’agir, quand il le faut. La romancière et le poète peuvent être en même temps amoureux et révolutionnaires, ils s’enrichissent d’idées nouvelles et les partagent avec leurs compatriotes.

Petőfi, du patriotisme libéral au messianisme social

  • 22 Petöfi S. Œuvres poétiques complètes, Budapest, Franklin társulat, 1941, A világ és én (Le monde e (...)
  • 23 Ibidem, Szabadság, szerelem (Liberté, l’amour) p. 383.
  • 24 Ibid., Ha az isten… 1845 (Si le Dieu…) p. 238, Véres napokról álmodom… 1845 (Je rêve des jours san (...)
  • 25 Petőfi S., « Lettres d’un voyageur », Œuvres complètes, Budapest, 1847, Akadémiai, Tomus V, III le (...)
  • 26 Ibidem, V. lettre, p. 43.
  • 27 Petőfi S., Œuvres poétiques complètes, Budapest, Franklin társulat, 1941, A csárda romjai 1845 (Le (...)

23À partir de 1844, Petőfi prône un patriotisme libéral. Il avoue son amertume à propos des contradictions morales de l’homme. Sa conception de l’histoire devient plus philosophique. Il est opposé à un monde dirigé par l’argent, il marque son mécontentement social contre le monde des grands seigneurs et des serviteurs, il se révolte à la façon de Byron22. Petőfi a une nouvelle hiérarchie de valeur : la liberté devient l’égale de la patrie ; la liberté et la patrie représentent plus pour lui que l’amour : « Liberté et amour, voilà les deux choses qu’il me faut. Je donne volontiers ma vie pour mon amour et je sacrifie mon amour à la liberté23. » Le rôle de la liberté prend de plus en plus de place dans sa poésie. Il a des visions romantiques de la grande bataille et de sa mort future sur le champ de bataille pour l’avènement d’un monde nouveau24. La place de la nature change aussi – la grande plaine, son territoire signifie aussi la liberté pour Petőfi. « Hortobágy, plaine magnifique, c’est le front de Dieu… Je m’arrête au milieu et je fais un tour d’horizon et je sens un enthousiasme aussi grand qu’en Suisse dans les Alpes… Comme je respire librement, comme mon cœur se dilate de joie25… » Mais la grande plaine assez souvent l’amène à une méditation sur la mort : « Je désire mourir où je suis né, dans l’immensité de l’Alföld26… » Le mot de Puszta est le symbole de la liberté et de la patrie dans son poème, A csárda romjai (Les ruines de la csárda)27 :

« Puszta, Puszta, tu es l’image de la liberté,
Et liberté, tu es le Dieu de mon esprit !
Mon Dieu, liberté, je vis seulement pour mourir une fois pour toi… »

  • 28 Ibidem, A nép 1846 (Le peuple), p. 339 ; A XIX. század költői 1847 (Les poètes du xixe siècle), p. (...)
  • 29 Pendant que les œuvres de Lamennais (et les numéros du Monde) ont été à « l’index » en Hongrie à l (...)

24Où est la liberté, là se trouve la patrie ; donc l’indépendance de la patrie est inséparable des combats de la liberté des peuples. Mais, la liberté et la patrie supposent aussi une reconnaissance du peuple, des droits sociaux. « La patrie existe seulement où se trouve le droit28… » L’arrivée au pays de Canaan, le bonheur de la patrie et du peuple sont soumis à de nombreuses conditions : l’égalité des moyens matériels, les droits à la jouissance de la culture. Ce n’est pas difficile d’apercevoir ici le parallélisme avec les idées de Paroles d’un croyant de Lamennais29. Petőfi, d’une largeur de vue européenne remarquable, condamne la tyrannie, l’exploitation de millions d’hommes, l’oppression de la pensée et il veut un progrès social.

25Les mêmes courants d’idées se trouvent chez les autres écrivains romantiques, Péter Vajda, József Eötvös, Zsigmond Czakó, ou Lamennais et George Sand (Indiana). Ils voient les conflits sociaux plus nettement, mais leur spleen augmente en même temps. C’est la solitude du poète romantique, qui se trouve encore seul dans ses rêves prophétiques [Felhők (Nuages) 1845].

  • 30 Petőfi S., Œuvres poétiques complètes, op. cit., Sors, nyiss nekem tért ! (Destin, découvre devant (...)
  • 31 Voir Pándi P., Kísértetjárás Magyarországon. Az utópista szocialista és kommunista eszmék jelentke (...)
  • 32 Pándi P., ibidem, p. 81.

261846 marque un tournant dans la pensée de Petőfi30 avec la fondation de la Société des dix, association politique de jeunes écrivains radicaux sous sa direction et la fondation de Hazánk (Notre patrie) de Győr, journal radical local de la Jeune Hongrie. Mais les événements tragiques de Pologne le choquent aussi ; en février 1846, la guerre d’indépendance engagée par la noblesse polonaise est contrecarrée par ses propres paysans. Petőfi réclame plus fort la révolution mondiale pour le bonheur des peuples. Avec son ami, Albert Pálffy, ils approfondissent leurs idées sur la littérature française, sur les révolutions françaises et sur la nouvelle philosophie française31. C’est aussi Lamennais qui parle d’une grande révolution apocalyptique qui va libérer l’humanité de la puissance des rois32. À partir de 1846 son image du futur devient moins utopique, mais plus radicale et plus honnête ; l’élément du temps est un facteur central. « Je te dis bonjour, l’avenir, qui est le docteur de l’humanité malade ! » Il sent que des journées magnifiques s’approchent : « Je sens la révolution comme le chien le tremblement de terre… », dit-il en 1847 à Csengery Antal, l’éditeur de Pesti Hírlap, un journal politique.

  • 33 À partir de l’occupation de la Hongrie par des Turcs en 1526, la Transylvanie a été séparée de la (...)
  • 34 Petőfi S., Œuvres poétiques complètes, op. cit., A nép nevében, 1847 (Au nom du peuple), p. 499. ; (...)
  • 35 Petőfi S., Ibidem, A magyar nemzet 1846 (La nation hongroise), p. 380., Magyar vagyok 1847 (Je sui (...)

27Il est vrai qu’en Hongrie la situation n’annonce pas encore l’imminence d’un grand mouvement, mais les changements européens sont des symptômes indicatifs pour Petőfi et pour ses alliés. Ils comprennent qu’on ne peut pas séparer le progrès révolutionnaire de l’indépendance nationale : c’est l’avenir des peuples d’Europe centrale et orientale. On a besoin d’une union entre la Hongrie et la Transylvanie33, et aussi d’une entente entre noblesse, intellectuels et paysans34. Son patriotisme, l’amour pour le territoire deviennent de plus en plus forts (« Je suis hongrois. Ma patrie est un des plus beaux pays sur le grand territoire des cinq continents35. »), mais se développe en même temps une auto-critique.

28Ses poèmes permettent de suivre les mouvements de sa pensée et de son cœur, dans une actualité inséparable du public et du privé. Dans sa confession romantique, il avoue être l’enfant du siècle, comme Musset, Sand etc. :

  • 36 Petőfi S., « Préface (1er janvier 1847) » Œuvres poétiques complètes, op. cit., p. 1339.

« Les hésitations ne sont pas seulement de ma faute, mais celles du siècle… ! Toutes les nations, toutes les femmes ou tous les hommes ont perdu leur équilibre depuis le moyen âge ; l’humanité a beaucoup grandi, mais elle porte encore son vêtement du moyen âge… C’est ainsi que l’humanité se trouve entre honte et pression ; en dehors d’elle il y a un silence, mais, à l’intérieur, elle s’agite d’autant plus, comme un volcan qui est très proche de l’éruption. Tel est ce siècle et pourrais-je être autre, moi, l’enfant fidèle du siècle36 ? »

  • 37 Petőfi S., Œuvres poétiques complètes, op. cit., A nép 1847 (le Peuple), p. 339, A nép nevében 184 (...)

29Pour Petőfi, la politique n’a jamais été une occupation passagère, mais un souci constant, dominé par son désir personnel de liberté qui se transforme en idéologie révolutionnaire. Depuis sa monumentale vision de combat Une pensée me tourmente, écrite à la fin de 1846, toute son œuvre est tendue vers l’action et exprime sa volonté de se sacrifier pour la liberté universelle. Les poésies écrites entre 1847 et 1849 suivent le rythme de la vie du poète révolutionnaire militant. Ainsi A nép (le Peuple), A nép nevében (Au nom du peuple), Vas-úton (en chemin de fer)37préparent la révolution de 1848.

  • 38 Petőfi S., ibidem, 1847, p. 556.

30Pendant qu’à Paris la révolution a lieu dans la ville, chez Petőfi, le champ de bataille se trouve près de la ville, sur la grande plaine. Et c’est ici qu’il voudrait mourir très jeune pour la sainte liberté mondiale en conduisant les masses ! Mais il faut dire que Pest n’a jamais eu dans le destin de la patrie un rôle aussi grand que Paris en France. En 1848 la gloire de l’initiative est venue de Pest, mais, à son exemple, la province est aussi devenue partout révolutionnaire. Le rôle de poète, d’apôtre et de saint de Petőfi, qui conduit le peuple vers la Terre Promise, se retrouve aussi chez les écrivains romantiques européens (Hugo, Heine, Eötvös). Mais il élargissait en même temps cette mission aux députés, qui se trouvent au Parlement [A magyar politikusokhoz (Aux hommes politiques hongrois38)]. Bien sûr, c’est tout à fait impossible et il est amené à perdre confiance dans la politique. La poésie devient pour lui plus importante que la politique.

  • 39 Ibid., p. 370
  • 40 Ibid., A szájhősök 1847, (Les faiseurs), p. 502.
  • 41 Ibid, Van-e egy marok föld janvier 1848 (Y a-t-il une poignée de terre ?) p. 576

31Ces idées reviennent dans ses Poèmes Complets, édités le 15 mars 1847 : liberté, amour, terroir, égalité, guerre et paix, évolution sociale et technique, art poétique, combat final. Et l’amour pour Júlia Szendrey, sa femme, est un facteur important pour l’inciter à l’action. Liberté et amour sont inséparables. – « Véres napokról álmodom, (Je rêve des journées sanglantes)39 » –. Le monde est en mouvement, des images caractéristiques l’expriment dans ses poèmes : « Agir, agir, au lieu de parler40 » ; « Nous ne pouvons pas vivre, et nous n’avons pas le courage de mourir41 ».

  • 42 Ibid., Kazinczy Gáborhoz, oct. 1847, p. 517.

32Les membres de la Jeune Hongrie, Petőfi et ses amis, conduisent la révolution ensemble à Buda et à Pest ; c’est la réalisation historique de l’idée révolutionnaire pendant 30 jours : « Notre armée est petite, petite encore, mais nous sommes tous des hommes résolus, La vérité est notre arme42. »

  • 43 Nemzeti dal, Chant national, 1848, p. 604. Traduction de Jean Rousselot.

« Debout, Hongrois, la patrie nous appelle !
C’est l’heure : à présent ou jamais !
Serons-nous esclaves ou libres ?
Voilà le seul choix – décidez !
De par le dieu des Hongrois nous jurons,
Oui nous jurons,
Que jamais plus esclaves
Nous ne serons43 ! »

  • 44 Petőfi S., Œuvres poétiques complètes, op. cit., p. 705.
  • 45 article dans Életképek, le 11 juin 1848.
  • 46 Irodalmi Ellenőr, Életképek, 1847.
  • 47 Petőfi S., « Az Egyenlőségi Társulat proclamatiója (Népelem, 1848. szept. 20) » Œuvres poétiques c (...)

33Mais après les changements et son poème Akasszátok fel a királyokat ! (Pendez les rois)44, il est écarté à cause d’attaques politiques. Il échoue aux élections parlementaires en juin 1848. « Quel est mon crime ? Que j’ai écrit un poème sur la chute des rois ? […] Notre époque n’est pas assez mure pour avoir la république45 ? » Mais le 11 août, il se révolte dans le journal 15 mars contre le gouvernement : on a besoin d’une autre révolution plus grande – il faut choisir : vivre ou mourir ! Un danger énorme nous menace dans notre patrie : les Serbes, les Croates et les Roumains nous attaquent à l’aide du gouvernement autrichien. Au lieu d’une unité des peuples danubiens (selon Mazzini et Kossuth), une nouvelle guerre affreuse arrive. Petőfi et ses amis reconnaissent la nécessité d’une unité nationale et sociale. Le 12 juillet 1848, une Association d’Égalité se forme avec des jeunes radicaux : Petőfi, József Irinyi, Mór Jókai, Kálmán Lisznyay, Albert Pálffy, Pál Vasvári, Károly Sikei. (C’est Sikei Károly, qui écrit de George Sand en 1847 : « Elle est le plus grand génie de notre époque46. ») Selon la proclamation de Petőfi, il faut rattacher les idées fondamentales de la naissance d’une Europe nouvelle à la révolution française de février 1848 à Paris. Et il réclame tous les droits sociaux : liberté, égalité, fraternité, liberté de la presse, droit du peuple et suppression des discriminations entre les hommes47. Nous pourrons le caractériser alors par son attente inquiète de la République (1848 août), italie, 1848 : « République, l’enfant de la liberté, Et la mère de la liberté, Je te dis bonjour, de loin, en avance… »

  • 48 Voir Pándi P., op. cit., p. 227.
  • 49 Petőfi S., Œuvres poétiques complètes, op. cit., p. 979.
  • 50 Dates des révolutions européennes : 1er février 1848, Paris ; le 13 mars 1848, Bécs ; le 15 mars 1 (...)

34Il ne cesse d’analyser les incohérences européennes, et de critiquer l’Europe à cause de l’abandon de la révolution hongroise. Vasvári le salue ainsi en 1848 : « Tu as déjà acquis une vision européenne…, d’où tu examines le destin de ta patrie. C’est pourquoi tu peux nettement juger notre passé, et examiner indépendamment le présent et rêver d’un avenir plus beau48. » En août 1848, Petőfi écrit un grand poème, presque un poème d’humanité, intitulé Az apostol (L’apôtre)49. C’est une fresque du destin présent des révolutions européennes, et une vision du destin futur du poète50. Les événements de la révolution parisienne de juin le désespèrent. Mais sa résistance devient ainsi plus dramatique et tragique. Paul Éluard, un siècle plus tard, salue ainsi son sacrifice suprême dans son Discours pour le centenaire de la mort de Petőfi Sándor :

« Je veux saluer un homme mort depuis cent ans,
Un homme mort à vingt-six ans,
Mais la Hongrie compte les siècles
Avec la vie de ses enfants,
Avec la vie de ses poètes, Et je le salue en un poète vivant.
Petőfi n’est pas né du ciel ni du soleil ;
Son père était charcutier, sa mère était domestique.
Je veux chanter ici sa misère et sa gloire
Qui fut de vaincre pour des siècles la misère,
Sa gloire d’être un homme au cœur des semblables.
Les armes à la main il appelait l’orage,
Avec des mots d’amour il suscitait la foudre
Contre les ennemis des simples roses et du pain.
Je veux chanter ici le vainqueur de tyrans,
Le poète béni par les petites gens.
Je veux chanter ici un enfant de quinze ans
Qui ose exprimer l’homme en se faisant acteur,
Un enfant seul mourant de faim, mais bafouant le néant,
Un enfant qui sut être un homme, un très grand homme,
Un enfant d’aujourd’hui, un homme de toujours.
Petőfi sait le poids de l’aurore sur terre,
Elle est enracinée dans les mains qui travaillent,
Elle construit des ponts entre vivre et survivre,
Elle illumine les baisers qui ressuscitent l’homme,
L’eau des sources la mène à des prairies nouvelles.
Petőfi sait la joie du combat sans victimes.
Il sait chanter l’été victorieux et sans crimes,
Et pourtant il se bat ; confiant, il donne tout son sang
Pour mourir libre, pour perpétuer l’espoir,
L’espoir des pauvres gens, le miel de la Hongrie.
Ses vers dorés vous le payez, mes camarades,
De l’or joyeux de votre foi.
La Hongrie compte ses fidèles
Et ses héros sur les étoiles,
Sur les rêves de Petőfi,
Sur le poème de la plaine de Hongrie.
31 juillet 1949, in Parallèle 50, 2 sept. 1949.

George Sand, une irréductible et patiente démocrate

35Bien des problèmes sont communs à toute l’Europe, mais il y a aussi des différences. Pendant qu’en France une bourgeoisie très forte existe déjà grâce à la Révolution de 1789, en Hongrie un féodalisme total est maintenu par la colonisation des Habsbourg. C’est pourquoi les idées des Lumières françaises, comme l’influence permanente de la Révolution, sont présentes encore en Hongrie au début du xixe siècle. Mais bien sûr, elles ont été appliquées et nuancées dans une nouvelle situation historique en Hongrie. Les plus grands buts des intellectuels hongrois ont donc été une réforme bourgeoise et une indépendance à l’égard des Habsbourg. Mais la grande renaissance nationale est devenue une tâche très compliquée par suite du refus des idées sociales par l’aristocratie.

36Et George Sand ? C’est plus difficile pour moi de voir très clairement son rôle. Mais, regardons l’arrière-plan de l’époque en France. Après la grande révolution bourgeoise au xviiie siècle, qu’est-ce qui s’est réalisé ? Liberté, égalité, fraternité n’existent pas. La république non plus, les rois règnent encore. Mais il y a une bourgeoisie très forte, le capitalisme caractérise la société ; la noblesse a perdu son rôle important. Bien sûr la grande différence entre pauvres et riches subsiste, les classes dirigeantes sont corrompues et le bonheur reste un mythe. Mais la France est indépendante et a le droit de penser librement. La liberté et la force de la presse permettent aux écrivains d’écrire presque sans censure, ils peuvent voyager librement partout en Europe et se révolter, se grouper contre les injustices, avoir espoir dans les vertus des masses.

  • 51 Maurois A., Lélia ou la vie de G. Sand, Paris, Hachette, 1952, p. 365-366.

37Mais le romantisme, n’est-ce pas la révolte, l’opposition contre tout ? Sand se révolte aussi, parce qu’elle voudrait devenir heureuse. Ce serait possible seulement dans le bonheur général. Elle a emprunté des idées à Michel de Bourges, à Lamennais, à Pierre Leroux, mais c’étaient celles qu’elle avait déjà : « Ce qui est plus exact, c’est qu’elle a porté dans la politique son tempérament d’amoureuse. Elle y a été extrême, imprudente, passionnée, violente, avec de belles reprises de charité et un secret fonds de bon sens » écrit Maurois dans son livre sur George Sand51. Son enthousiasme provient de sa sensibilité romantique.

  • 52 Ibidem, p. 366-367.
  • 53 Petőfi S., Œuvres poétiques complètes, op. cit., János vitéz (Jean le Preux), poème épique, p. 821

38Selon Maurois, George Sand était démocrate, et en même temps républicaine, chrétienne, évangélique, mystique et rousseauiste52. Avec ses amis de La Châtre, elle s’est toujours défendue contre les monarchistes et les bonapartistes. À ses yeux, chaque roi est un tyran. Elle déteste l’oppression du peuple, l’esclavage et l’aristocratisme. Elle pensait que le christianisme devait être populaire, généreux, social. Dieu aiderait les pauvres. Le bien gagnerait contre le mal. Jusqu’à 1848 Sand aura confiance dans les masses. Selon l’enseignement de Pierre Leroux, on peut proclamer une nouvelle religion : le prophétisme, la solidarité humaine, l’âge d’or sont devant nous (Canaan) ; elle a opposé les vertus des prolétaires, des misérables des villes et des campagnes à l’égoïsme des grands et des riches ; elle croit Charles Poncy le plus grand poète de France, parce qu’il est du peuple. Sand se croit-elle communiste ? Peut-être, mais elle ne connaît pas vraiment ce que cela veut dire. En 1848 elle dépasse Leroux, elle souhaite que le socialisme passe à l’action. (Leroux voudrait une fraternelle communion des âmes). Par contre, elle refuse la dictature agressive du communisme. Mais un communisme idyllique est-il possible ? « J’ai la haine de la propriété territoriale. Je m’attache tout au plus à la maison et au jardin. Le champ, la plaine, la bruyère, tout ce qui est plat m’assomme… » Elle a le désir de garder Nohant et d’y vivre dans une simplicité fraternelle, comme on peut le voir dans La Mare au diable et François le Champi – conteur populaire, simplicité rustique, comme Petőfi dans János Vitéz (Jean le Preux)53. Pour Petőfi, être démocrate c’est plus simple. En Hongrie, la république démocratique n’a jamais existé. Ainsi il attend Canaan après la victoire de la révolution démocratique. Sa haine contre les rois est plus forte ; en plus, ces rois, les Habsbourg, sont étrangers ! Presque panthéiste, il croit en la nature, mais il ne croit pas en la bonté des hommes ; son ironie romantique est plus dure. Il ne sait pas pardonner : victoire ou mort, c’est la seule solution ! Il n’a pas de temps pour la méditation mystique, les mouvements historiques l’entraînent vers son destin. Mais son prophétisme pour le peuple saint est parallèle à celui de George Sand.

  • 54 Maurois A., op. cit., p. 378.
  • 55 Sand G. Correspondance, op. cit., t. VIII, Lettre à Charles Poncy, 28 mars 1848, p. 372.

39En 1847, Sand aussi tombe dans une crise personnelle lors de la rupture avec Chopin et le drame de sa fille : elle est loin de P. Leroux, elle ne croit plus dans son fanatisme. En 1848, elle va à Paris en entendant la nouvelle de la révolution, elle y retrouve ses amis : vive la république sociale ! « Le peuple de Paris est le premier peuple du monde54. » La république socialiste contre la république bourgeoise, voilà 1848 en février. Mais George Sand, dans la joie de la victoire, ne souhaitait pas ce conflit ; il faut se tendre la main. Elle participe à la rédaction du Bulletin de la République avec Ledru-Rollin et devient la muse de la Révolution. Elle prend part, très activement, aux événements de la révolution de 1848 à Paris, suit avec angoisse les tendances de droite vers le nouveau pouvoir de la bourgeoisie. Désespérément, elle essaie, avec tous les moyens, d’encourager et d’enthousiasmer ceux qui en ont besoin : « La république, c’est la vie. Elle est perdue, si les vrais amis du peuple s’endorment… Debout. Debout55. »

40Mais le réveil est brusque et pénible. Les riches avaient peur, les pauvres aussi. Elle rentre à Nohant pour prendre la température de la province. Revenue à Paris, elle se crut avec fierté le cerveau et la plume du régime. Elle pense Lamartine bien tiède et bien bourgeois. Elle écrit : « L’idéal de l’expression de la souveraineté de tous ce n’est pas la majorité, c’est l’unanimité… » Elle n’a pas confiance dans les nouvelles élections. La France est divisée entre républicains et monarchistes. Cependant l’extrême gauche, Blanqui, Cabet, Raspail, a préparé un coup pour le dimanche 16 avril. Mais c’est un grand échec : Vive la république ! Mort aux communistes ! Le 23 avril, les élections sont passées ; les Français acceptaient la révolution politique, non la révolution sociale.

  • 56 Maurois A., op. cit., p. 380-384.

41Le 15 mai, les ouvriers de Paris proclament un gouvernement socialiste ; ils voudraient imposer de nouvelles élections. George Sand croit encore dans la volonté du peuple, dans le triomphe populaire, dans la République sociale. Le 15 mai, il y a une manifestation en faveur de la Pologne opprimée. La foule a crié : « Vive la Pologne ! Vive la République ! Mort aux communistes ! » Le soir du 15 mai, George Sand juge que la cause de la République sociale est perdue et elle n’a qu’un désir : se retirer à Nohant56. Elle doit tirer les conséquences :

  • 57 Sand G. Corr., op. cit., t. VIII, Lettre à Giuseppe Mazzini, 15 juin 1848, p. 516-517.

« Le peuple doit se gouverner avec le concours de tous, avec la bourgeoisie réactionnaire comme avec la bourgeoisie démocratique […] ; si la classe régnante n’entre pas dans une voix franchement démocratique […], il y aura une grande confusion et de grands malheurs, car le peuple n’est pas mûr pour se gouverner seul […]. Nous aimons le peuple comme notre enfant […]. Nous l’aimons comme l’on aime ce qui est malheureux, faible, trompé et sacrifié […], comme on aime ce qui est jeune, ignorant, pur encore, et portant en soi le germe d’un avenir idéal57. »

42C’est à Nohant, revenant de Paris, qu’elle commence à écrire son Histoire de ma vie, son œuvre autobiographique où elle résume ses expériences politiques, comme Petőfi dans sa dernière grande œuvre épique, dans L’Apôtre. Et pourtant, elle ne perd pas sa foi : « Le peuple saura se former. Et tous doivent l’y aider. » Elle imagine un communisme idéal :

  • 58 Ibidem, t. IX, Lettre à Giuseppe Mazzini, 15 octobre 1850, p. 749.

« La vraie doctrine (du communisme) n’est pas exposée encore, et ne le sera peut-être pas de notre vivant. Je la sens profondément dans mon cœur et dans ma conscience. Il me serait impossible probablement de la définir, par la raison qu’un individu ne peut pas marcher trop avant de son milieu historique et qu’eussé-je la science et le talent qui me manquent, je n’aurais pas pour cela la divine clef de l’avenir […]. Mon communisme suppose les hommes bien autres qu’ils ne sont mais tels que je sens qu’ils doivent être […]. L’idéal, le rêve de mon bonheur social est dans des sentiments que je trouve en moi-même, mais que je ne pourrai jamais faire entrer par la démonstration dans des cœurs fermés à ces sentiments-là58. »

43Il n’y a pas là mention de l’emploi de la force, le bonheur du peuple peut être imaginé sans sacrifices sanglants. Elle proclame cela avec une foi prophétique et franche.

  • 59 Maurois A., op. cit., p. 365.

44Pour conclure, on peut constater qu’en même temps qu’ils ont été de grands écrivains romantiques, George Sand et Sándor Petőfi ont joué un rôle important dans l’histoire de la France et de la Hongrie au xixe siècle59. George Sand est républicaine, puis républicaine active comme Petőfi, mais comme en France la république a déjà existé, elle peut avoir des nuances – : fraternité, solidarité plutôt que liberté, égalité. Elle peut ouvrir aussi ses idées sur la scène internationale et grâce à Pierre Leroux sur la scène sociale.

  • 60 Perrot M., « Une rebelle face à son siècle », Magazine littéraire, mai 2004, Paris, p. 26.

« Avec Pierre Leroux elle est séduite : parce que l’esprit synthétique et syncrétique de Leroux parvient à concilier une vision politique et sociale avec un christianisme auquel elle est, à l’époque, encore attachée (à Lamennais). De plus, Leroux donne à l’art une place importante dans sa réflexion : il pense qu’on ne peut fonder solidement une république et une démocratie qu’à condition de convaincre les masses60. »

45Comme le pense Petőfi, qui utilise des symboles bibliques dans ses poèmes, et qui voudrait convaincre et conduire le peuple par sa poésie. Pour lui le peuple, c’est tout simplement la patrie hongroise, paysans et ouvriers, nobles, citoyens et intellectuels, tous ceux qui voudraient avoir la liberté, le droit, l’indépendance.

  • 61 Petőfi S., « Journal », Œuvres complètes, op. cit., t. V, Pest, le 19 avril, 1848, p. 86.

« Je suis républicain jusqu’au bout des ongles, je l’ai été depuis que je vis et j’y serai jusqu’au dernier souffle… J’ai chanté et j’ai écrit ce que le dieu de mon âme m’avait inspiré, et le dieu de mon âme, c’est la liberté. Les siècles futurs peuvent me dire que j’ai été un mauvais poète, mais ils diront aussi : que j’ai été un homme aux mœurs rigoureuses, c’est-à-dire un républicain ! Parce que l’idée la plus importante de la République, ce n’est pas la mort des rois, mais la morale ! Le fonds de la République c’est le caractère incorruptible et honnête61. »

46Selon des critiques marxistes, comme Pál Pándi, Petőfi a voulu la révolution radicale, sanglante ; il n’était pas idéaliste, comme George Sand. Mais on ne peut pas simplifier leurs attitudes ainsi. Oui, pour la démocratie, il faut du temps et de la patience, dit George Sand. Mais Petőfi est obligé d’être impatient, à cause de la situation historique de la Hongrie, nous n’avons pas le temps, tout est perdu ; le seul but qu’il nous faut atteindre, c’est l’indépendance de la Hongrie. Dans cette situation historique, Petőfi n’a pas la possibilité de rentrer dans sa propriété, comme Sand, et de continuer sa vie ; il n’a rien, sauf l’amour et le mariage heureux avec Júlia Szendrey. Pour lui, la révolution, c’est la vie ou la mort ! Il est obligé de rester à Pest et puis s’engager dans un combat sacré. Petőfi est mort très jeune, à l’âge de 26 ans sans connaître la liberté ni la démocratie. Et le Canaan des peuples était encore très loin.

Notes

1 Madácsy P., « George Sand et les Hongrois », dans Acta Universitatis Szegediensis de Attila József Nominatae Acta Romanica, 1977, Hungaria, Szeged, t. IV, p. 22-38.

2 Sand G., Correspondance, Garnier, 1964-1991, t. VIII. Lettre à Ch. Poncy, 8 mars 1848, p. 330.

3 Petőfi S., « Napló (Journal intime) » Œuvres complètes, Budapest, Akadémiai, 1956, t. V, le 15 mars 1848, p. 80.

4 Irinyi J., « Paris et les Français », Életképek, 1845, t. III, n° 17, p. 521.

5 Au xixe siècle, les Français commencent à découvrir la Hongrie. C’est en 1818 qu’un minéralogiste français, François-Sulpice Beudant fait un voyage en Hongrie et trouve que les traits caractéristiques des Hongrois ont de la ressemblance avec ceux des Français. (Birkás G., Les amis français des Hongrois, Pécs, 1936, p. 12.) En 1839 Édouard Thouvenel, homme politique, écrit un reportage sur son voyage en Hongrie. (Revue des deux Mondes, le 15 mars 1839.)

6 Madácsy P., « Lamartine vu par les revues hongroises au xixe siècle », Acta Universitatis Szegediensis de Attila József Nominatae. Acta Romanica, 1983, Hungaria, Szeged, t. VII, p. 241-259.

7 Madácsy P., L’esprit français à l’âge des réformes (1830-1848) en Hongrie, 1992, Szeged, JGYTF.

8 Un grand écrivain hongrois du xxe siècle.

9 Sőtér I., Magyar-francia kapcsolatok (Relations franco-hongroises), Révai, 1944, p. 65.

10 Sőtér I. Kosztolányi., Eszmei és irodalmi találkozások. Tanulmányok a magyar-francia irodalmi kapcsolatok történetéből. (Rencontres intellectuelles et littéraires. Essais sur l’histoire des relations littéraires franco-hongroises), Budapest, Akadémiai, 1970.

11 Sőtér I., Relations franco-hongroises. Budapest., 1946. p. 141. L’œuvre de Tocqueville a été déjà traduite en hongrois en 1846 par Gábor Fábián. Voir plus : Madácsy P., Francia szellem a magyar reformkorban L’esprit français à l’âge des réformes (1830-1848) en Hongrie, JGYTF Kiadó, Szeged, 1992, p. 82.

12 Figyelmező, 1840, T/ISF.

13 La première présentation européenne de Petőfi. Le 5 février 1848, Magazin für die Literatur des Auslandes, Berlin, n° 16-17, p. 66-67.

14 Sand G., « Histoire de ma vie », édition de Georges Lubin, dans Œuvres autobiographiques, Dijon, Gallimard, 1970, La Pléiade, t. I, p. 11.

15 Sand G., Corr., op. cit., VI., p. 487.

16 Perrot M., G. Sand : Politique et polémiques, Paris, Imprimerie nationale, 1997, p. 11-12.

17 Petőfi P., Œuvres poétiques complètes, Budapest, Franklin társulat, 1941, Nemzeti dal, 1848, p. 604, A királyokhoz 1848, p. 611, Akasszátok fel a királyokat, p. 705.

18 Dániel Irányi, déjà émigré en France, a écrit la première histoire de la révolution hongroise de 1848, avec Charles-Louis Chassin (un étudiant de Michelet) : Histoire politique de la révolution de Hongrie, 1847-1849 par Dániel Irányi et Charles-Louis Chassin I-II., Pagnerre, Paris, 1859-1860. Chassin a été un des premiers traducteurs des poèmes de Petőfi. Ses articles écrits sur la Hongrie dans la Revue de Paris, dans les années 50 sont intéressants.

19 Kastner J., « Kossuth és Mazzini », Századok, Budapest, LIX, évf. 1925, 1-3.sz, p. 3. (Leur correspondance se trouve à la Bibliothèque Risorgimento, à Rome. 41 lettres ont été écrites en français entre 1850 et 1859).

20 Bowring, Sir John (1792-1872), écrivain, homme politique anglais. Il a voyagé en Hongrie en juillet 1837. Il a écrit des récits de voyage et il a traduit des poèmes hongrois. (Poetry of Magyars 1830 ; Translations from Alexander Petőfi, 1866.)

21 Kastner J., « Kossuth és Mazzini », art. cit., p. 1-14. l.

22 Petöfi S. Œuvres poétiques complètes, Budapest, Franklin társulat, 1941, A világ és én (Le monde et moi) p. 185 ; Gyalázatos világ 1845 (Le monde honteux), p. 216.

23 Ibidem, Szabadság, szerelem (Liberté, l’amour) p. 383.

24 Ibid., Ha az isten… 1845 (Si le Dieu…) p. 238, Véres napokról álmodom… 1845 (Je rêve des jours sanglants…) p. 370.

25 Petőfi S., « Lettres d’un voyageur », Œuvres complètes, Budapest, 1847, Akadémiai, Tomus V, III lettre, p. 38.

26 Ibidem, V. lettre, p. 43.

27 Petőfi S., Œuvres poétiques complètes, Budapest, Franklin társulat, 1941, A csárda romjai 1845 (Les ruines de la csárda), p. 267.

28 Ibidem, A nép 1846 (Le peuple), p. 339 ; A XIX. század költői 1847 (Les poètes du xixe siècle), p. 392.

29 Pendant que les œuvres de Lamennais (et les numéros du Monde) ont été à « l’index » en Hongrie à l’époque, les jeunes intellectuels hongrois ont lu quand même ses Paroles d’un croyant. Il y a des articles qui le présentent ou qui en publient des traductions : Tudományos Gy˝ujtemény 1841, Tomus V, p. 112 ; Kazinczy Gábor, Gondviselés, Egyesület, Szeretet (Parties traduites de Paroles d’un croyant), Athenaeum, 1840, T. V. n° 7 ou 12, 15 p. 106, 182, 236.

30 Petőfi S., Œuvres poétiques complètes, op. cit., Sors, nyiss nekem tért ! (Destin, découvre devant moi l’horizon !) p. 331. Dalaim (Mes chansons) p. 332.

31 Voir Pándi P., Kísértetjárás Magyarországon. Az utópista szocialista és kommunista eszmék jelentkezése a reformkorban II. (Présence des idées socialistes, utopiques et communistes à l’âge des réformes II.) Magvető, Budapest, 1972. p. 79-81.

32 Pándi P., ibidem, p. 81.

33 À partir de l’occupation de la Hongrie par des Turcs en 1526, la Transylvanie a été séparée de la Hongrie.

34 Petőfi S., Œuvres poétiques complètes, op. cit., A nép nevében, 1847 (Au nom du peuple), p. 499. ; Erdélyben 1846, (En Transylvanie), p. 368.

35 Petőfi S., Ibidem, A magyar nemzet 1846 (La nation hongroise), p. 380., Magyar vagyok 1847 (Je suis hongrois), p. 393.

36 Petőfi S., « Préface (1er janvier 1847) » Œuvres poétiques complètes, op. cit., p. 1339.

37 Petőfi S., Œuvres poétiques complètes, op. cit., A nép 1847 (le Peuple), p. 339, A nép nevében 1847 (Au nom du peuple), p. 409, Vas-úton 1847 (En chemin de fer), p. 564.

38 Petőfi S., ibidem, 1847, p. 556.

39 Ibid., p. 370

40 Ibid., A szájhősök 1847, (Les faiseurs), p. 502.

41 Ibid, Van-e egy marok föld janvier 1848 (Y a-t-il une poignée de terre ?) p. 576

42 Ibid., Kazinczy Gáborhoz, oct. 1847, p. 517.

43 Nemzeti dal, Chant national, 1848, p. 604. Traduction de Jean Rousselot.

44 Petőfi S., Œuvres poétiques complètes, op. cit., p. 705.

45 article dans Életképek, le 11 juin 1848.

46 Irodalmi Ellenőr, Életképek, 1847.

47 Petőfi S., « Az Egyenlőségi Társulat proclamatiója (Népelem, 1848. szept. 20) » Œuvres poétiques complètes, op. cit., p. 1387.

48 Voir Pándi P., op. cit., p. 227.

49 Petőfi S., Œuvres poétiques complètes, op. cit., p. 979.

50 Dates des révolutions européennes : 1er février 1848, Paris ; le 13 mars 1848, Bécs ; le 15 mars 1848, Pest ; le 23-26 juin 1848, Paris.

51 Maurois A., Lélia ou la vie de G. Sand, Paris, Hachette, 1952, p. 365-366.

52 Ibidem, p. 366-367.

53 Petőfi S., Œuvres poétiques complètes, op. cit., János vitéz (Jean le Preux), poème épique, p. 821.

54 Maurois A., op. cit., p. 378.

55 Sand G. Correspondance, op. cit., t. VIII, Lettre à Charles Poncy, 28 mars 1848, p. 372.

56 Maurois A., op. cit., p. 380-384.

57 Sand G. Corr., op. cit., t. VIII, Lettre à Giuseppe Mazzini, 15 juin 1848, p. 516-517.

58 Ibidem, t. IX, Lettre à Giuseppe Mazzini, 15 octobre 1850, p. 749.

59 Maurois A., op. cit., p. 365.

60 Perrot M., « Une rebelle face à son siècle », Magazine littéraire, mai 2004, Paris, p. 26.

61 Petőfi S., « Journal », Œuvres complètes, op. cit., t. V, Pest, le 19 avril, 1848, p. 86.

Auteur

Professeur de littérature à l’université de Szeged

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search