Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

George Sand

 | 
Noëlle Dauphin

Deuxième partie. Du terroir à l'horizon national et européen : combats pour les libertés

Mauprat à l’Index (30 mars 1841)

Philippe Boutry

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Mauprat a été publié pour la première fois en quatre livraisons dans la Revue des deux mondes des (...)
  • 2 C’est à une illustre sandienne, Mme Anna Rosa Poli, que l’on doit l’une des premières études des c (...)
  • 3 Pour une présentation générale du contexte des condamnations de l’Index au xixe siècle, on se perm (...)

1Le 30 mars 1841, quatre ans à peine après sa parution en 18371, l’un des plus célèbres romans de George Sand, Mauprat, est inscrit par la congrégation romaine de l’Index dans la liste des livres prohibés sur l’ordre du pape Grégoire XVI. Quatre mois plus tôt, un premier décret en date du 27 novembre 1840 a condamné la seconde Lélia (1839)2. Le même décret du 30 mars 1841 qui inscrit Mauprat à l’Index librorum prohibitorum ne condamne pas moins de dix autres ouvrages du même auteur, à savoir Le Secrétaire intime (1834), Jacques (1834), Leone Leoni (1835), Simon (1836), les Lettres d’un voyageur (parues en volume en 1837), La Dernière Aldini (1838), Les Maîtres mosaïstes (1838), L’Uscoque (1839), Gabriel (1840) et Les sept cordes de la lyre (1840). Un troisième décret en date du 5 avril 1842 condamnera encore Spiridion (1839). Enfin, vingt ans plus tard, sous le pontificat de Pie IX, un quatrième et dernier décret en date du 15 décembre 1863 inscrit encore à l’Index, non seulement un roman tardif (1863), entrepris pour dénoncer les ravages de la confession auriculaire, Mademoiselle La Quintinie, mais encore l’ensemble des ouvrages de George Sand (opera omnia). La bonne dame de Nohant figure ainsi en fort bonne place, avec Stendhal, Béranger, Hugo, Lamartine, Senancour, Balzac, Flaubert, Quinet, Michelet, Eugène Sue et Heinrich Heine, mais aussi Pigault-Lebrun et Champfleury, Frédéric Soulié et Henry Murger, parmi les écrivains dont les œuvres ont été condamnées par Rome au milieu du xixe siècle. Elle est même, avec Balzac, l’auteur le plus sévèrement frappé parmi les grands romantiques français3.

  • 4 On renverra ici aux deux journées d’études fondatrices, organisées à l’Académie romaine des Lincei (...)
  • 5 Pour une présentation générale des fonds intéressant le xixe siècle : Multon H., « Catholicisme in (...)
  • 6 Archivio della Congregazione par la Dottrina della Fede (ACDF). S. C. Indice, Protocolli, 1838-184 (...)

2L’ouverture en 1998 de l’Archivio storico di Sant’Uffizio, dans lequel sont également conservés les fonds de la congrégation romaine de l’Index4, donne enfin accès, un siècle et demi plus tard, aux vota ou pareri, c’est-à-dire aux avis motivés et argumentés des consulteurs, rédigés à l’intention du secrétaire de la congrégation qui les résume à son tour à l’intention des cardinaux présents en congrégation plénière5. Un document annexe permet de savoir que c’est à l’initiative de la nonciature de Vienne (c’est-à-dire, indirectement, de la vigilante police du chancelier Metternich) que la congrégation de l’Index a été alertée devant la diffusion des romans de Sand et de Balzac : aussi, le 2 mai 1840, l’internonce pontifical à Paris, Antonio Garibaldi, adresse-t-il au cardinal Giacomo Giustiniani, préfet de la congrégation de l’Index, les treize œuvres de George Sand qui seront l’objet des trois décrets de condamnation des 27 novembre 1840, 30 mars 1841 et 5 avril 1842, et qui lui ont coûté la coquette somme de 232 francs. L’internonce Garibaldi ajoute enfin quelques éléments biographiques sur les auteurs : Balzac et George Sand sont « tous deux des écrivains relativement jeunes » et « vivent à Paris » ; quant à la seconde, l’internonce prévient encore le cardinal Giustiniani que « le nom de Georges [sic] Sand est aussi un nom d’emprunt ; le vrai nom de la femme (puisqu’il s’avère qu’il s’agit d’une femme) qui écrit sous le nom de G. Sand est la baronne Du Devant. On assure d’après certains témoins que le trop fameux abbé de Lamennais a quelque part dans les œuvres de Georges Sand. Il est effectif que ce dernier est intimement lié avec la femme sus-mentionnée6 ».

3Il paraît intéressant de se pencher plus avant, à l’occasion de ces journées d’études sur George Sand et le Berry, sur la censure du seul roman lié au Berry parmi les ouvrages condamnés par Rome. En d’autres termes, qu’est-ce que la Papauté, qu’est-ce que l’Église catholique pouvait en 1841 reprocher à Mauprat ?

De la censure comme forme de « lecture » d’un roman

  • 7 Parmi les premières études intéressant les censures littéraires du xixe siècle, il convient de men (...)
  • 8 La censure originale se trouve aux archives du Saint Office : ACDF, S. C. Indice, Protocolli. Dego (...)
  • 9 Sur le jésuite belge Augustin Delacroix (1791-1873), économe (1829) puis recteur (1844) du Collegi (...)
  • 10 Archivio di Stato di Roma, Segreteria di Stato Interni, anno 1838, rub. 14.

4Comment lire le votum d’un censeur romain ? Tel est le premier et principal problème que soulève ce type de document7. Les vota sont généralement assez brefs, de quatre à huit pages imprimées par les soins de la congrégation : quatre pages pour ce qui concerne la censure de Mauprat8. Ils sont ordinairement rédigés en italien (c’est le cas de celle de Mauprat), plus rarement en latin. Il s’agit de cet italien de la Curie romaine, à la fois très concret et parsemé d’expressions ecclésiastiques. La censure donne lieu généralement à des citations : elles sont, dans le cas de Mauprat, en traduction italienne, mais assez fidèles, avec indication du volume et de la page de l’édition originale ; les noms mêmes sont traduits : Giovanni et Bernardo Mauprat, Gian Giacomo Rousseau, et même Pazienza pour le bonhomme Patience… La censure est enfin signée : il s’agit, dans le cas de Mauprat, d’un jésuite belge, Augustin Delacroix9, nommé consulteur de l’Index trois ans plus tôt, le 26 avril 183810.

5Quant au contenu même des censures, trois caractères généraux s’en dégagent.

  • 11 Neveu B., L’Erreur et son juge. Remarques sur les censures doctrinales à l’époque moderne, Naples, (...)

6Elles constituent en premier lieu une censure théologique. Depuis la fin du xvie siècle, comme l’a montré Bruno Neveu11, les théologiens, qu’ils appartiennent au Saint Office (1542) ou aux Inquisitions locales, à l’Index (1562-1571/1572) ou à la Sorbonne, procèdent par propositions, c’est-à-dire qu’ils extraient des ouvrages examinés ou des aveux des inculpés, des énoncés théologiques ou philosophiques, isolés de leurs contextes et considérés comme contraires à l’enseignement dogmatique ou moral, ou encore à la discipline de l’Église catholique : ainsi des cinq propositions condamnées de Jansénius (1653) ou des 101 propositions condamnées de Pasquier Quesnel contenues dans la bulle Unigenitus (1713). C’est ainsi que procèderont encore Vincenzo tizzani en 1840 pour Lélia ou Mgr Baillès en 1863 pour Mademoiselle La Quintinie. Dans cette perspective, le censeur ne fait acception ni de la personnalité de l’auteur (ainsi, le plus souvent, le sexe de George Sand, circonstance évidemment aggravante, n’est pas mentionné), ni de la situation du propos à l’intérieur du texte ou du discours ni du genre de l’ouvrage – et l’on mesure sans peine combien le genre romanesque va se révéler peu adapté aux procédures d’examen des théologiens…

7Les censures constituent en second lieu une recherche de références et d’influences. Partant du principe que le combat de la vérité et de l’erreur est une lutte sans fin, continuelle, éternelle, le censeur romain s’efforce généralement de démontrer que nihil novi sub sole et que les « nouveautés » ne font que reproduire sous de nouvelles formes et dans de nouveaux contextes des hérésies anciennes, antiques le plus souvent, ou s’inspirer de thèses, de théories ou d’exemples d’auteurs déjà condamnés : le soupçon de mennaisianisme qui pèse sur George Sand depuis le déclenchement de la procédure d’examen à l’initiative de Vienne (c’est-à-dire de Metternich, l’adversaire le plus conséquent de Lamennais depuis 1830), sera ainsi constamment renouvelé dans les censures.

  • 12 Amadieu J.-B., « La littérature française du xixe siècle à l’Index », dans Revue d’histoire littér (...)

8Les censures constituent enfin, aussi paradoxal que cela puisse sembler, un exercice de critique littéraire : une censure, comme l’a relevé récemment avec force Jean-Baptiste Amadieu12, c’est aussi, à certains égards, une lecture. Car ni le livre ni même le votum dans son intégralité ne seront portés à la connaissance de la congrégation plénière des cardinaux qui prennent la décision ; dans la pratique, le votum, bien qu’adressé aux cardinaux, est destiné au secrétaire de la congrégation qui en donne seulement un résumé. Aussi le censeur doit-il toujours, plus ou moins bien, résumer le livre, même succinctement, en extraire des citations significatives, pour ce nouveau genre qu’est le roman présenter les principaux personnages, donner quelques indications sur le style, généralement considéré comme une circonstance aggravante par ses pouvoirs de séduction sur le lecteur, bref, faire œuvre de critique littéraire, ce à quoi les théologiens romains ne sont pas forcément bien préparés.

9Une critique littéraire, un examen dogmatique, une quête de références et d’influences, ce sont ces trois dimensions qu’on voudrait successivement retrouver dans la censure de Mauprat.

Une critique littéraire

  • 13 Sur la composition de la congrégation de l’Index au premier xixe siècle, on se permet de renvoyer (...)
  • 14 L’ensemble des Index de l’époque moderne et contemporaine a été repris, ordonné et rapporté aux éd (...)
  • 15 Baillès J. M. J., La congrégation de l’Index mieux connue et vengée, par l’ancien évêque de Luçon, (...)

10Lire un roman en théologien, telle est bien la première difficulté à laquelle se heurtent les savants théologiens et canonistes qui composent la congrégation romaine de l’Index13. Il n’y a que quelques décennies, en effet, que la congrégation de l’Index s’intéresse au roman en tant que tel14. Si la Pamela de Richardson est exceptionnellement frappée (dans sa traduction française de 1742) par un décret du Saint Office du 15 avril 1744, sans doute en raison de son immense vogue, Émile, ou de l’éducation (1762) de Rousseau par un décret de l’Index du 9 septembre 1762 et L’An deux mille quatre cent quarante, rêve s’il en fut jamais (1771) de Louis-Sébastien Mercier par un décret de l’Index du 15 novembre 1773 (mais ces deux derniers ouvrages tiennent aussi de l’essai, philosophique ou utopique), il faut attendre les premières décennies du xixe siècle pour voir le roman français entrer en force dans les proscriptions de l’Index : La nouvelle Héloïse (1761) de Rousseau, le 9 décembre 1806 ; Notre-Dame de Paris, le 28 juillet 1834 ; la Rome souterraine du suisse Charles Didier, ami et amant de George Sand et l’un des inspirateurs de la seconde Lélia, le 7 juillet 1835 ; huit romans de Balzac (dont Le Lys dans la vallée et La Physiologie du mariage), le 16 septembre 1841, trois autres le 28 janvier 1842 et trois encore le 5 avril 1842 ; les opera omnia d’Eugène Sue, le 24 janvier 1852 ; en attendant le célèbre décret du 20 juin 1864, argumenté sommairement et en latin par Mgr Baillès15, pour voir condamner en une dernière et mémorable « fournée », six mois avant la publication du Syllabus, rien moins que Les Misérables de Hugo, La Sorcière de Michelet, Le Rouge et le noir de Stendhal, Madame Bovary et Salammbô de Flaubert, Le Père Goriot, Splendeur et misère des courtisanes, La cousine Bette, Le cousin Pons et les Mémoires de deux jeunes mariées de Balzac, sans compter les Mémoires du diable de Frédéric Soulié, les Scènes de la vie de bohême de Henry Murger ou Les aventures de mademoiselle Mariette d’Ernest Feydeau…

11C’est sur la définition du genre que s’ouvre la censure de Mauprat : « L’œuvre sur laquelle j’ai l’honneur de soumettre à Leurs Éminences Révérendissimes quelques brèves observations », écrit Augustin Delacroix, « est un roman intitulé Mauprat, par George Sand ; il a pour sujet la vie d’un seigneur féodal imaginaire ». Il relève aussi le procédé narratif, en forme d’autobiographie : « Le héros de son roman, nommé Bernard, […] fait lui-même le récit de ses aventures romanesques. » C’est le contenu narratif que fournit ensuite notre censeur, qui nous offre, en style ecclésiastique du premier xixe siècle, un succinct résumé de l’intrigue des premiers chapitres de Mauprat :

« L’auteur débute sa narration par la description la plus horrible des scélératesses, des infamies, des atrocités, des injustices et de toutes sortes de méchancetés commises par cette famille appelée Mauprat […]. Bernard Mauprat, né d’un père excellent et d’une mère meilleure encore, perdit ses parents à l’âge de sept ans. Il fut conduit au château de son aïeul et de ses oncles qui tous l’un plus que l’autre étaient des hommes méchants et adonnés à tous les vices dont sont capables les cœurs les plus pervers et les plus corrompus. Bernard vécut une dizaine d’années sous la direction et avec les exemples de tels monstres ; mais, soit en raison des bons principes qu’il avait reçus de son excellente mère soit à cause des mauvais traitements qu’il avait à souffrir de la part de son oncle Jean auquel était confiée sa garde, son cœur conserva toujours en quelque abomination les atrocités et les infamies qu’il avait sans cesse sous les yeux dans cette tanière ; cependant, grandi dans les débauches, ses passions s’éveillèrent et il devint, pour ainsi dire, une bête sauvage et fière. »

12Le vocabulaire est essentiellement moral et apparente Mauprat à un traité du Bien et du Mal dans l’éducation : méchanceté, vice, perversité, corruption, atrocité, infamie, débauche, passion, bestialité, monstruosité d’un côté ; « bons principes » maternels de l’autre, comme une trace indélébile de fondement du jugement éthique. Les amours de Bernard de Mauprat et de sa cousine Edmée sont également résumés avec clarté, non sans encore sacrifier à un principe d’explication duel, qui oppose terme à terme les deux personnages, quand leur relation se révélera progressivement, sous la plume de George Sand, beaucoup plus équilibrée et ambivalente :

« L’autre personnage essentiel du roman est une jeune femme du nom d’Edmée Mauprat, cousine germaine de Bernard, qui, surprise par ruse par ses mauvais oncles, est conduite au château et abandonnée à la passion brutale de Bernard afin qu’il la viole. Mais ce dernier, sans trop savoir pourquoi, s’en abstient et, au lieu de lui faire violence, s’en éprend, la sauve de cette tanière et, à partir de ce moment, devient son soupirant le plus ardent et le plus enthousiaste […] tous deux vivent donc quelques années ensemble au château du vieux M. de Mauprat qui a adopté Bernard comme son fils en ignorant qu’il existe entre sa fille et lui une promesse faite sous les serments les plus sacrés, bien que cette dernière se fût auparavant déjà fiancée à un jeune comte qui, sans rien savoir de cette promesse, fréquente chaque jour familièrement la demeure en qualité de futur époux de la fille […]. Bernard, dévoré de jalousie contre son rival et d’amour envers Edmée, décrit ainsi avec les couleurs les plus vives toutes les émotions dont est continuellement agité son cœur sauvage et passionné, tandis que les sentiments que lui porte Edmée demeurent un secret impénétrable et rendent son existence plus cruelle que la mort même. Edmée, en femme sage et fière, entend au contraire, par une conduite pleine de mystère, lui faire connaître et comprendre à quel prix s’obtient son amour, mais aussi transformer l’homme brutal qu’il est en homme sage qui sait vaincre ses passions déréglées. »

  • 16 Le sens actif du terme (l’équivalent de l’allemand Zivilisierung, « action de civiliser », « proce (...)
  • 17 Sand G., Mauprat, Paris, Gallimard, 1981, coll. « Folio », ch. IX, p. 138.
  • 18 Mauprat, op. cit., ch. VIII, p. 134.

13S’il simplifie l’action romanesque et l’évolution dramatique des personnages, le censeur romain a cependant bien saisi le cœur du roman comme roman de formation, Bildungsroman, à la manière des Années d’apprentissage de Wilhelm Meister (1797) de Goethe, mais surtout roman de « civilisation » au sens actif et progressif du terme16, qui signifie aussi (tant les métaphores animales sont récurrentes dans le roman) une « humanisation ». « Il a l’air d’un ours, d’un blaireau, d’un loup, d’un milan, de tout plutôt que d’un homme », affirme sans appel la perfide Mademoiselle Leblanc, distinguée femme de chambre d’Edmée de Mauprat17 ; et le vieux Bernard de Mauprat ne confie-t-il pas lui-même à ses auditeurs fictifs : « J’étais tout besoin, tout instinct, tout désir. J’avais les passions d’un homme dans le cœur d’un enfant18. » Mais à la fin du roman, au retour de la guerre d’Amérique, il affirmera :

  • 19 Ibidem, ch. XVII, p. 280.

« Un immense changement s’était opéré en moi dans le cours de six années. J’étais un homme à peu près semblable aux autres ; les instincts étaient parvenus à s’équilibrer presque avec les affections, et les impressions avec le raisonnement. Cette éducation sociale s’était faite naturellement. Je n’avais eu qu’à accepter les leçons de l’expérience et les conseils de l’amitié […]. Les progrès de mon esprit et de ma raison parurent satisfaire Edmée. « Je n’en suis pas étonnée, me dit-elle ; vos lettres me l’avaient appris ; mais j’en jouis avec un orgueil maternel19. »

  • 20 Hecquet M., Mauprat de George Sand : étude critique, Lille, Presses universitaires de Lille, 1990, (...)

14C’est bien, comme l’a justement relevé Michèle Hecquet dans sa belle étude critique sur Mauprat, la question de « l’autonomie de la conscience morale » qui est au cœur du processus de « civilisation » du farouche héritier des Mauprat20 ; mais l’on pressent déjà que les commandements de Dieu et moins encore les lois de l’Église ne sont pas au cœur du dévoilement progressif de cette intelligence et de l’affirmation graduelle de cette conscience…

  • 21 Bulger R., « Espace et temps dans Mauprat (1837) », George Sand et l’écriture du roman, Actes du X (...)
  • 22 Mauprat, op cit, ch. XII et XIII.
  • 23 Ibidem, ch. XIV et XV.
  • 24 Ibid, ch. XXIV à XXVIII.
  • 25 Ibid., ch. XXVIII, p. 416.
  • 26 Mgr Baillès, qui sera le dernier censeur de George Sand en 1863, est à cet égard particulièrement (...)

15Si le compte rendu narratif du P. Augustin de la Croix peut apparaître dans l’ensemble fidèle, en dépit des simplifications opérées, il convient cependant de relever des omissions importantes : si la dimension historique d’un récit ancré dans une perspective à la fois prérévolutionnaire et post-révolutionnaire est distinctement appréhendée, la dimension spatiale – un Berry « féodal » rêvé au cœur du siècle des Lumières – est plus négligée21 ; les chapitres parisiens22 et américains23, riches pourtant de notations philosophiques et politiques (la visite au tombeau de Rousseau à Ermenonville, la rencontre avec Franklin et La Fayette, la conversation d’Edmée et de Malesherbes, la guerre d’Indépendance des États-Unis d’Amérique surtout), sont entièrement passés sous silence, de même que le long récit du procès24 intenté au héros à l’instigation du ténébreux prieur des Carmes, dont le narrateur dit pourtant : « On compara mon procès à celui de Calas25. » Mais les censeurs de l’Index lisent-ils toujours jusqu’au bout les romans qui leur sont confiés ? Il est parfois permis d’en douter26.

  • 27 Bulger R., « Espace et temps dans Mauprat (1837) », art. cit., p. 370.
  • 28 L’enfance de George Sand a été bercée par les contes, notamment ceux de Perrault et de Mme d’Aulno (...)
  • 29 Pour suivre les indications et les conclusions de Barry J., George Sand ou le scandale de la liber (...)

16Notre jésuite souligne à juste titre le caractère central du personnage féminin comme idéal de perfection, moteur du roman et acteur principal du processus de civilisation et d’humanisation de l’« ourson » Mauprat ; dans les romans de George Sand, et notamment dans les romans rustiques, de La Mare au diable à François le Champi jusqu’à La petite Fadette, c’est ordinairement la femme qui éduque l’homme, et la fille, le garçon. Car il y a dans Mauprat, « roman baroque et conte de Barbe-Bleue27 », un peu de La Belle et la Bête de Mme Leprince de Beaumont28 – mais aussi quelque pressentiment, dans un registre infiniment moins sombre, des Hauts de Hurlevent (1847) d’Emily Brontë, qui lut sans doute Mauprat dans la Revue des deux mondes à laquelle était abonnée sa sœur Charlotte29.

« Pour donner plus de relief à leurs amours et exalter davantage l’imagination du lecteur, on donne à la jeune Edmée un caractère et des qualités exactement opposées à celles de l’amoureux Bernard. Celui-ci a grandi parmi ses oncles, tigres féroces adonnés aux passions les plus brutales ; il est lui-même devenu comme une fleur sauvage. Edmée au contraire est plus jeune et plus belle qu’un ange, les dons de son cœur surpassent toute expression et les plus sublimes vertus (acquises, il est vrai, par la lecture de J.-J. Rousseau et consorts) ornent sa belle âme. Elle ne vit que pour son vieux père dont elle fait toute la félicité et aime Bernard comme celui qui l’a libérée des outrages auxquels était exposée sa vertu, pour la conservation de laquelle elle sacrifierait mille fois sa vie. »

  • 30 Mauprat, ch. III, p. 66.
  • 31 Ibidem, ch. XXX, p. 431.
  • 32 On relève, en juin 1791, 77 % de prêtres jureurs dans le département du Cher et 84 % dans le dépar (...)

17Deux autres personnages donnent lieu à quelques observations. Il s’agit, en premier lieu, de Jean de Mauprat, oncle maléfique du héros, ancien brigand et futur religieux, qui réunit dans la même personne les antipathies antinobiliaires et anticléricales de l’écrivain : « Un autre personnage fort intéressant du roman », relève le censeur, « est un certain Jean (Giovanni), oncle de Bernard, qui, pour échapper à la justice, se fait religieux trappiste et qui, tout en conservant la perversité de son âme, y ajoute encore l’hypocrisie la plus scélérate. » Il s’agit d’autre part du bonhomme Patience, porte-parole des révoltes et de la prise de conscience du peuple. « C’est pourquoi », regrette le censeur, « il introduit dans son histoire un personnage nommé Patience (Pazienza) qui est l’apôtre de l’égalité républicaine et le défenseur du peuple opprimé, conformément aux principes et aux maximes modernes de l’abbé de Lamennais. » D’autres personnages sont tout juste esquissés, comme le « prieur des carmes » dont les obscures intrigues font d’un bout à l’autre obstacle au bonheur des héros, ou le « rival » de Bernard, M. de la Marche, caricature d’aristocrate distingué, poli, vide et intéressé du xviiie siècle finissant, qui n’a guère retenu l’attention du P. Augustin Delacroix, lequel passe complètement sous silence des personnages, plus épisodiques il est vrai, mais significatifs, comme le père d’Edmée, aristocrate certes vertueux mais imbu de préjugés nobiliaires ; Marcasse, le seul chasseur de taupes de la littérature française, fidèle interlocuteur du bonhomme Patience et compagnon de Bernard de Mauprat dans la guerre d’Amérique ; ou Arthur, le dévoué ami américain du héros, qui apparaît, toujours à bon escient, à deux moments clés du roman. La lacune la plus étonnante de la censure porte cependant sur l’abbé Aubert, prêtre de paroisse en butte aux méfiances de l’autorité ecclésiastique et à la jalousie des moines, présenté tour à tour comme janséniste, puis comme rousseauiste, admirateur de la profession de foi du vicaire savoyard30, confesseur et confident complaisant des amours d’Edmée, éducateur très patient de Bernard, et qu’on imagine volontiers devenir prêtre constitutionnel durant la Révolution – « il fut le girondin de la famille31 », se contente d’écrire George Sand – en ce Berry où le clergé paroissial sera très majoritairement assermenté en 179132. Rien de tout ceci, étrangement, n’a retenu l’attention du lecteur romain.

  • 33 Seybert G. « Morale et violence dans les romans de Sade et de George Sand », George Sand et son te (...)

18Celui-ci est au contraire particulièrement sensible au style de l’écrivain. C’est parfois pour en louer l’auteur : ainsi pour le premier chapitre où, relève-t-il, « tous ces épisodes de la vie de Bernard sont très bien exposés ; l’expression est décente et inspire l’horreur contre tout ce que la morale condamne ». Le censeur a bien noté la retenue de George Sand, en dépit de l’influence des gothic novels à la manière d’Ann Radcliffe ou de « Monk » Lewis, dans ce moment dramatique où l’héroïne est tour enlevée, séquestrée, livrée aux appétits de ses ravisseurs et menacée de viol par son propre cousin… Mais George Sand a trop le souci de la dignité et de la liberté des femmes pour nourrir des instincts sadiques33 ou se complaire dans des descriptions érotiques ; elle ne fournit à son lecteur, dans la scène plus osée du roman, aucun détail suggestif ou scabreux, et notre censeur lui en est visiblement reconnaissant. C’est cependant pour mieux relever le péril que portent en eux-mêmes les prestiges du style :

« Cette manière de tenir en apparente et continuelle opposition les sentiments des deux héros du roman fournit à l’auteur un large champ pour exciter au plus vif degré d’enthousiasme toutes les passions, en particulier celle de l’amour envers l’objet aimé. Il est vrai que tout ceci est exposé dans un style très décent et qu’il ne s’agit que d’un amour chaste, d’autant qu’Edmée ne cesse de s’employer à corriger en Bernard ce qui est vicieux en lui : mais ceci est précisément l’une des raisons pour lesquelles je juge cette œuvre très pernicieuse, véritablement digne d’être proscrite, parce que tout en elle conduit à réchauffer et exalter l’imagination des lecteurs imprudents. »

  • 34 On renverra ici à la récente thèse de doctorat de Artiaga L., Les catholiques français et la naiss (...)

19Le censeur opère ainsi un déplacement significatif de la production du roman vers sa réception et de l’écriture vers la lecture ; il exprime du même coup une préoccupation d’ordre pastoral envers le « mauvais livre », d’autant plus périlleux pour les âmes des fidèles qu’il aura su les séduire et les entraîner ; et rejoint la condamnation plus générale que l’Église catholique et de nombreux secteurs de la société européenne du xixe siècle portent contre le roman comme genre et comme loisir34.

20Une inquiétude demeure pourtant, relative au statut des personnages eux-mêmes : sont-ils les porte-parole du romancier, ou répondent-ils seulement à une nécessité d’ordre narratif ou dramatique ? Plusieurs décennies avant que la critique moderne ne s’empare de ces questions, les théologiens romains, infiniment plus démunis en la matière, doivent s’affronter aux lois de la fiction. Il en ressort incertitude et flottement, ce qui n’interdit pas l’expression d’une condamnation globale, par « principe de précaution », pourrait-on dire. Ainsi, à propos des intrigues des religieux et des moines du roman, fort constamment maltraités, il est vrai :

« Tout ceci est exposé avec une perfidie si habile qu’on pourrait croire que tous ces vices appartiennent en propre aux personnages en question : mais, dans le même temps, on en rejette toute l’infamie sur ces ordres religieux et sur le clergé, comme si ces vices étaient inhérents à leur état. »

21C’est ainsi la « dangerosité » du roman dans son ensemble qui se voit condamnée sans nuance, comme potentiellement nuisible au salut de l’âme des lecteurs assez imprudents pour se jeter dans la lecture de Mauprat. Et c’est ce que répète avec force notre censeur en arrivant à sa conclusion :

« Je me suis abstenu de citer beaucoup d’extraits de l’œuvre à l’appui de mon opinion sur elle : car elle est écrite avec tant d’astuce que chaque élément pourrait peut-être en soi être interprété en bonne part. Mais, en en considérant toute la substance, il me semble que ce que j’en ai mentionné suffit pour justifier mon jugement : l’œuvre est à réprouver. J’ai l’honneur d’être, avec une profonde vénération, de Leurs Éminences Révérendissimes, le très humble et très dévoué serviteur, Augustin de La Croix, S. J., consulteur. »

Un examen dogmatique

22Rares sont cependant, on l’aura noté, les notations du censeur qui contribuent à dégager des « propositions » particulièrement scandaleuses au regard de la foi et de la morale chrétienne ou de la discipline ecclésiastique. Alors que le censeur de Lélia, Vincenzo Tizzani, se préoccupe en 1840, à la fin de son votum, d’extraire quelques formules erronées de l’œuvre romanesque, et que la censure de Mademoiselle La Quintinie par Mgr Baillès procède en 1863 entièrement par citations organisées en « chefs d’hérésie » (de Deo ; de Jesu Christo ; de revelatione, cultu, ecclesia), le père Augustin Delacroix n’a guère songé à isoler au sein du roman des éléments dogmatiques. tout au plus a-t-il relevé trois éléments : l’anticléricalisme, le manquement à la foi jurée, l’apologie du suicide.

  • 35 Bedouelle G., Lacordaire, son pays, ses amis et la liberté des ordres religieux en France, Paris, (...)
  • 36 Mauprat, ch. XVIII, p. 306.
  • 37 Ibidem, ch. XX, p. 321.
  • 38 Ibid., ch. XIV, p. 247.
  • 39 Ibid., ch. XIX, p. 313.

23L’anticléricalisme, très évident, du roman ne pouvait échapper à l’œil vigilant du jésuite. Tout au long de l’œuvre, à l’heure même où, de Guéranger à Lacordaire, s’opère en France la restauration des ordres religieux masculins35, le clergé régulier et le mode de vie monacal sont l’objet de jugements négatifs et de dénonciations explicites placés tout autant dans la bouche des personnages que dans l’exposé de la narration. Par petites touches, mais avec constance et détermination, George Sand véhicule dans Mauprat tout l’attirail polémique du siècle de Voltaire et de Diderot. Paresseux, libidineux, brutaux, cupides, intrigants, hypocrites, criminels enfin, les carmes et les trappistes, qui apparaissent à plusieurs moments décisifs de l’intrigue romanesque, constituent pour les deux héros autant d’ennemis acharnés et, pour l’ensemble de l’action narrative et de la peinture sociale, une sorte de « principe du mal ». C’est à l’abbé Aubert, présenté d’emblée comme une victime de la jalousie et de la violence des moines, qu’est en particulier dévolue la fonction d’imprécateur : « Je n’aime pas les moines », déclare-t-il sans ambages, « Je me défie de leur humilité, j’ai horreur de leur fainéantise36. » À une autre occasion, il ajoute, en reprenant un thème que systématisera Michelet, quelques années plus tard, dans Du Prêtre (1845) : « C’est là le caractère imbécile du clergé catholique. Il ne saurait vivre sans faire la guerre aux familles et sans épier tous les moyens de les spolier37. » Arthur, l’ami américain, n’est pas en reste et condamne plus généralement « l’hypocrisie des prêtres de toutes les religions38 ». Le narrateur enfin prend parti et développe encore contre les moines l’un des arguments principaux des Lumières, celui de leur « insociabilité », mère de tous les vices : « Les religieux, errant dans les vastes abbayes au fond des provinces, au sein du luxe, débarrassés du contrôle de l’opinion (toujours effacée quand l’homme s’isole), menaient la vie la plus douce et la plus oisive39. » Le personnage de Jean de Mauprat, le premier « éducateur » de Bernard, tour à tour brigand et moine, pécheur repenti et hypocrite consommé, voleur et assassin, tout comme la figure de profond intrigant du prieur des carmes n’ont pas échappés à la vigilance du censeur romain :

« Un autre personnage fort intéressant du roman est un certain Jean, oncle de Bernard, qui, pour échapper à la justice, se fait religieux trappiste et qui, tout en conservant la perversité de son âme, y ajoute encore l’hypocrisie la plus scélérate […]. çà et là, ces derniers s’accusent même positivement des plus coupables principes : ainsi, on fait dire au prieur des carmes qu’il prend un grand intérêt à la famille Mauprat en vertu de l’esprit de charité qui anime tous les serviteurs du Christ et on ajoute que cet esprit de charité est le prétexte à la faveur duquel le clergé s’est toujours immiscé dans tous les secrets de famille alors qu’il s’agit de dépouiller Bernard Mauprat d’une bonne partie de sa fortune en faveur de l’hypocrite trappiste, qui apparaît aux yeux du prieur des carmes comme un grand saint et un homme de pénitence extraordinaire et héroïque. »

  • 40 George Sand en donne cette définition (Michel de Bourges, ou quelque autre de ses amis hommes de l (...)
  • 41 Sur l’usage de la procédure du monitoire sous l’Ancien Régime, Éveillon J., Traité des excommunica (...)
  • 42 Mauprat, ch. XXIV, p. 364-365.

24C’est un rejet générique du clergé régulier que dénonce le père de la Croix et sans doute la critique pourrait-elle davantage s’interroger, à propos de l’héritage du xviiie siècle dans l’œuvre de George Sand, non seulement sur la part éminente qui revient à Rousseau, mais encore sur le legs nullement négligeable qui provient de l’anticléricalisme des Lumières. D’autres notations vont en ce sens, que n’a pas mentionnées le censeur. L’épisode final de Mauprat, celui du jugement, fait ainsi apparaître la procédure du monitoire, cet ancien usage juridique d’Ancien Régime où la justice s’appuyait sur l’autorité ecclésiastique pour exiger des fidèles, sous peine d’excommunication, qu’ils révèlent ce qu’ils savent en se faisant témoins et, éventuellement, accusateurs et dénonciateurs40. Cette confusion de l’ordre temporel et de l’ordre spirituel, cette instrumentalisation de l’Église au service des tribunaux civils, cette violence faite aux consciences avaient suscité de la part de certains esprits religieux, notamment jansénistes, comme de la part des philosophes des Lumières, une grandissante réprobation dans le cours du xviiie siècle41. Ordonné dans le roman par le lieutenant criminel au bailliage d’Issoudun, sous couvert de l’autorité ecclésiastique, afin de recueillir les témoignages contre Bernard, faussement accusé de tentative d’assassinat sur la personne de sa cousine Edmée, le monitoire est défini par le narrateur comme « l’un des plus funestes moyens de l’ancienne procédure », « un reflet adouci du principe inquisitorial », « institué pour perpétuer au nom de la religion l’esprit de délation », et un « chef-d’œuvre d’atrocité ridicule42 ».

  • 43 Sur l’importance de la figure de M. Homais pour la compréhension de l’histoire intellectuelle et p (...)
  • 44 Mauprat, ch. XXVII, p. 397.
  • 45 Ibidem, ch. XX, p. 329.
  • 46 Ibid., ch. XX, p. 330.
  • 47 Mortier R., « George Sand et le siècle des Lumières », George Sand et son temps. Hommage à Anna Ro (...)

25Il n’est pas jusqu’à la critique de la religion populaire, esquissée à plusieurs endroits du roman et qui étonne de la part de la future et subtile ethnographe des campagnes du Berry que deviendra la romancière, qui ne relève du filon voltairien. Le peuple paysan de l’Ancien Régime figure à maintes reprises en posture de coupable dans Mauprat ; et c’est assurément – bien que notre censeur ne l’ait pas relevé – l’ignorance et le préjugé, « le fanatisme et la superstition » (pour parler comme Voltaire et comme les futurs déchristianisateurs de l’an II) qui en sont la cause. Le narrateur épouse la querelle des Lumières, des philosophes à M. Homais43, contre « l’obscurantisme » du clergé et l’aveuglement d’un peuple insuffisamment éclairé. Un personnage aussi positif que le « bonhomme Patience » est longtemps banni de la communauté villageoise, relégué à l’écart et réputé « sorcier » avant d’être reconnu comme une sorte de philosophe rustique et de « grand juge44 », accepté comme arbitre dans les querelles et comme guide dans les événements, avant de se voir promu par la romancière juge de paix à la Révolution. L’hypocrite Jean de Mauprat sait se servir avec toute l’habileté d’un perfide achevé des « dévotes, avides de merveilleux45 » pour persuader les foules de la culpabilité de Bernard. Miracles et pèlerinages, dévotions et croyances paysannes sont enfin l’objet d’une constante ironie : « Si le prieur n’était pas guéri de la goutte », écrit malicieusement l’auteur, « c’est que, par esprit de pénitence, il ne voulait pas guérir46… » La George Sand éminemment rousseauiste de Mauprat ne doit pas totalement occulter les accents voltairiens du roman47.

  • 48 Mauprat, ch. XIII, p. 228.
  • 49 Ibidem, ch. X, p. 154.

26Le second élément de critique dogmatique du votum romain porte sur le manquement à la foi jurée : Edmée, fiancée à M. de la Marche, n’éprouve aucune gêne à lui préférer peu à peu son cousin Bernard, qu’elle a établi dans la maison paternelle et dans sa familiarité, tout en continuant à recevoir les hommages empressés de son soupirant, présenté, il est vrai, par la romancière – car la romantique George Sand nourrit avec la mémoire du xviiie siècle des relations toujours ambiguës – comme un personnage de marquis à la mode, « mannequin sans âme et parfaitement dressé aux airs convenables48 », « qui avait développé la pâle intelligence dont il était doué à la froide école de Voltaire et d’Helvétius49 ». Le censeur s’indigne de la duplicité de l’héroïne :

« Tous deux vivent donc quelques années ensemble au château du vieux M. de Mauprat qui a adopté Bernard comme son fils en ignorant qu’il existe entre sa fille et lui une promesse faite sous les serments les plus sacrés, bien que cette dernière se fût auparavant déjà fiancée à un jeune comte qui, sans rien savoir de cette promesse, fréquente chaque jour familièrement la demeure en qualité de futur époux de la fille. »

  • 50 Ibid., Notice, p. 33.

27C’est là retrouver, sur un mode mineur, l’une des critiques fondamentales qu’oppose l’Église catholique à l’œuvre de la romancière depuis la publication d’Indiana : la remise en cause du mariage comme sacrement et comme contrat, fondement intangible de la famille et de la société, au bénéfice des « droits de la passion », de la liberté des cœurs et de l’autonomie des consciences. Même si les fiançailles ne présentent pas de caractère sacramentel, l’indifférence aux engagements formés comme la dissimulation d’une passion naissante constituent pour le censeur un motif d’inquiétude et de réprobation d’ordre moral. George Sand s’en expliquera d’ailleurs avec franchise et netteté dans la Notice, datée du 5 juin 1851, qu’elle rédige pour la réédition de son ouvrage : « Quant j’écrivis le roman de Mauprat à Nohant en 1846, je crois [George a toujours été fâchée avec les dates], je venais de plaider en séparation. » Et de dénoncer à nouveau, avec force, les « abus du mariage » : « Ce qui manque au mariage, ce sont des éléments de bonheur et d’équité d’un ordre trop élevé pour que la société actuelle s’en préoccupe50. » On n’ose imaginer ce qu’aurait pensé le père de la Croix d’une déclaration aussi « scandaleuse »…

28Le troisième grief d’ordre dogmatique intéresse le recours éventuel au suicide, attesté à plusieurs reprises tout au long du roman, tant de la part de Bernard que de la part d’Edmée, et jamais explicitement condamné, tout au contraire. Ce qui représente pour le censeur une sorte d’apologie du suicide :

« On y parle en outre du suicide comme d’un acte licite et louable ; sa pensée n’agite pas seulement le jeune homme passionné : la jeune fille soi-disant vertueuse porte toujours sur elle un poignard à la main afin de se donner l’un l’autre la mort, ou chacun à soi-même. »

29On sait la place que la pensée du suicide occupe tant dans la vie que dans l’œuvre de George Sand. Sa première œuvre, Indiana, ne s’ouvre-t-elle pas par un suicide, celui de la malheureuse Noun, et ne se conclut-elle pas sur un autre suicide, heureusement manqué il est vrai, et qui permet aux deux héros d’assumer leur bonheur hors de toute contrainte sociale, comme s’ils en avaient été délivrés d’un seul coup par leur commune tentative de mort volontaire ? Le suicide est omniprésent encore dans Valentine, dans Jacques, dans Lélia. Dans l’esprit même du romantisme, il constitue l’un des privilèges du héros malheureux et l’une des conséquences potentielles des « droits de la passion ». Si Mauprat là encore ne reprend le thème que mezzo voce, il ne s’inscrit pas moins dans un univers moral et psychologique où la vie n’appartient qu’à l’homme et s’oppose frontalement à une dogmatique chrétienne où c’est Dieu qui donne la vie et la reprend. La licéité du suicide, telle que l’expriment tant de romans de George Sand, est à la fois mise en cause de la loi divine, affirmation de l’individu et expression de la liberté absolue conférée à la conscience.

  • 51 Ibid., ch. III, p. 65.
  • 52 Ibid., ch. XX, p. 326.
  • 53 Ibid., ch. XXI, p. 334.
  • 54 Reynaud J., Philosophie religieuse. Terre et ciel, Paris, Furne, 1854. Sur Jean Reynaud qui fut, a (...)
  • 55 Sur l’évolution religieuse de George Sand, Moret M. M., Le Sentiment religieux chez George Sand, P (...)
  • 56 Mauprat, ch. XXIX, p. 423.
  • 57 Ibidem, ch. XX, p. 323.

30Il est encore bien d’autres « propositions scandaleuses » de Mauprat qui auraient pu donner lieu à observation de la part du censeur sur le plan de la foi et des mœurs. Socrate villageois, le personnage de Patience doit bien davantage à Pythagore, Platon et Rousseau qu’à l’enseignement du Christ ; et George Sand en fait même un végétarien dans l’âme. « Il ne haïssait pas d’ailleurs la doctrine de Pythagore », écrit-elle ; « Il disait que, sans croire précisément à la métempsychose, et sans se faire une loi d’observer le régime végétal, il éprouvait involontairement une secrète joie de pouvoir un jour s’y adonner, et de n’avoir plus l’occasion de voir donner la mort tous les jours à des animaux innocents51. » Les croyances et les pratiques catholiques sont également l’objet de quelques notations négatives. Épousant le rejet du sacrement catholique de la pénitence que George Sand nourrit tout au long de son œuvre, et qui s’épanouira dans Mademoiselle La Quintinie, le narrateur évoque au passage, avec mépris, « je ne sais quelle formule lamentable de confession52 » ; il parle également des « spectres douloureux du Purgatoire53 », étrange formule qui évoque davantage les futures théories d’un Jean Reynaud dans terre et Ciel54 que l’enseignement catholique sur les « fins dernières ». Bernard exprime enfin, à plusieurs reprises, quelques convictions profondes de l’auteur depuis sa rupture avec le catholicisme55, comme la négation de l’enfer – « La peur de l’enfer est la seule foi des âmes viles », affirme-t-il56 – ou le refus de l’institution ecclésiastique – « L’inquisition est l’âme de l’Église », déclare à son tout l’abbé Aubert57. Sur le plan politique enfin, on ne trouve guère d’allusions aux convictions libérales et démocratiques de l’auteur, exprimées avec feu à propos de la Guerre d’indépendance des États-Unis d’Amérique et avec plus de nuances à propos de la Révolution française ; seul est évoqué Patience comme « apôtre de l’égalité républicaine et défenseur du peuple opprimé ». On pourrait ainsi à bon droit reprocher au censeur romain une lecture inattentive du roman qui a été confié à son examen ; mais l’historien n’a certes pas pour vocation de se substituer à lui…

Une quête de références : Rousseau et Lamennais

  • 58 Michèle Hecquet a souligné à juste titre l’influence de la Jérusalem délivrée sur le roman.
  • 59 Rosa M., « Sulla condanna dell’Esprit des Lois e sulla fortuna di Montesquieu in Italia », Rivista (...)
  • 60 Macé L., « Les premières censures romaines de Voltaire », Revue d’histoire littéraire de la France(...)
  • 61 Mauprat, ch. XV, p. 260.

31Le travail du censeur ne s’arrête cependant pas là. Il implique également de rechercher et de mettre au jour, dans une perspective qu’on pourrait qualifier de génétique, des « hérésies » et des écrivains antérieurement condamnés, à la suite desquels il lui est possible d’inscrire l’œuvre examinée et son auteur ; nul n’est moins sensible au renouvellement des formes et des thématiques littéraires comme au « génie » individuel qu’un censeur romain du xixe siècle… Or Mauprat abonde en allusions et en citations de toutes sortes, littéraires avec Homère, Dante, Le tasse58, Montaigne, Fénelon, Bernardin de Saint-Pierre ou Beaumarchais ; philosophiques avec Socrate, Épictète, Condillac, Montesquieu59, Voltaire60 – dont sont cités Mérope et l’Affaire Calas – et surtout Rousseau ; historiques enfin avec Malesherbes, turgot, La Fayette, Washington ou Rochambeau, sans oublier Benjamin Franklin, que rencontrent nos héros et dont, au village, Patience « faisait une propagande plus efficace en colportant du château à la chaumière et de la maison bourgeoise à la ferme ces petites éditions à bon marché de la Science du bonhomme Richard, et d’autres menus traités de patriotisme populaire61 ». La présence massive d’auteurs des Lumières, souvent déjà condamnés par l’Index, attire ainsi immédiatement l’attention du consulteur ; mais deux seulement sont mis en cause dans la censure : Rousseau, allégué à de très nombreuses reprises, et Lamennais, dont l’influence contemporaine est d’emblée suspectée.

  • 62 On sait que, quelques années après la parution de Mauprat, George Sand consacre à Jean-Jacques un (...)

32À propos de Rousseau, c’est d’omniprésence qu’il faut parler, tant son œuvre et sa pensée nourrissent, informent et structurent le récit de Mauprat. On sait l’influence majeure de Jean-Jacques sur la sensibilité, la pensée et l’œuvre entière de George Sand62. Double de l’auteur jusque dans son éducation philosophique d’autodidacte, Edmée en est l’émule enthousiaste tout au long du roman.

  • 63 Mauprat, ch. X, p. 154-155.

« Edmée avait allumé sa vaste intelligence aux brûlantes déclamations de Jean-Jacques […]. L’abbé Aubert, qui lui avait fait faire sa première communion, n’avait point proscrit de ses lectures les philosophes qui l’avaient séduit lui-même […]. Edmée avait bu à cette source vive avec toute l’avidité d’une âme ardente63. »

  • 64 Ibidem, ch. XI, p. 189.
  • 65 Ibid., ch. XI, p. 204.
  • 66 Ibid., ch. XII, p. 222-223.
  • 67 Chastagnaret Y., « Mauprat ou du bon usage de l’Emile », art. cit., p. 11, p. 13.
  • 68 Mauprat, ch. XIII, p. 229-231.
  • 69 Ibidem, ch. XXIX, p. 424.

33« J’ai lu la Nouvelle Héloïse et j’ai beaucoup pleuré », confie-t-elle à l’abbé Aubert64. « Elle était imbue de l’Émile, et mettait en pratique les idées systématiques de son cher philosophe », observe de son côté le narrateur65 ; ou encore : « Edmée ne savait rien objecter quand Rousseau avait prononcé66. » Les méthodes d’éducation de l’Émile inspirent à l’évidence la pédagogie éminemment directive dont Edmée fait preuve à l’égard de son brutal cousin : « La romancière a trouvé dans l’Émile des principes d’éducation essentiels. », relève Yves Chastagnaret tout en notant la différence fondamentale entre les deux romans : « L’Émile adjurait le pédagogue d’écarter l’élève des mauvais sentiers, des fausses routes. Mauprat, au contraire, l’y laisse s’engager pour qu’il découvre lui-même par ses propres échecs, ce qu’est, en fin de compte, le bien67. » Un bref épisode du roman la conduit même à aller s’épancher sur le tombeau de Jean-Jacques à Ermenonville et à effeuiller à son retour des « asters bleus et blancs » cueillis au cours de la promenade afin de savoir qui, de M. de la Marche ou de Bernard, l’aime un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout68… Et c’est nulle part ailleurs que dans la Suisse des lacs et des montagnes, chère à Jean-Jacques, qu’Edmée ira à la fin du roman consolider sa convalescence et « chasser sa mélancolie69 ».

34Edmée a accédé seule, par la lecture, comme il se devait pour l’héroïne d’un roman de George Sand, à la connaissance de Rousseau. Mais, par ailleurs, une sorte de « contagion rousseauiste » s’empare de tous les personnages, à commencer par Bernard. L’abbé Aubert n’y est pas le moins sensible :

  • 70 Ibid., ch. III, p. 66-67.

« Il aimait la philosophie, et malgré lui, le cher homme, il reportait cet amour sur les philosophes, même sur les moins orthodoxes. Les ouvrages de Jean-Jacques Rousseau le transportèrent, malgré toute sa résistance intérieure, dans des régions nouvelles […]. Il avait fait à son propre insu la profession de foi du vicaire savoyard […]. Toute l’ancienne science, toutes les heureuses citations d’autrefois, en un mot, toute la théologie du bon prêtre fut emportée comme un pont fragile […]. tout cela s’empara si fort du prêtre, qu’en 1770 il était déjà bien loin du jansénisme, et cherchait vainement dans toutes les hérésies religieuses un point où se retenir avant de tomber dans l’abîme de philosophie […] si souvent renfermé en vain par les exorcismes de la théologie romaine70. »

  • 71 Ibid., ch. III, p. 67.

35Aussi n’a-t-il de cesse de faire aussitôt partager sa nouvelle passion au bonhomme Patience ; et l’autodidacte rustique – le point mérite d’être souligné – entraîne à son tour plus avant le prêtre sur les voies ouvertes par Rousseau « par le torrent d’éloquence sauvage et d’enthousiasme irrépressible que Patience avait amassé dans son désert71 ».

  • 72 Ibidem, ch. III, p. 66.

« Patience mordit beaucoup plus volontiers à cette religion poétique qu’à l’ancienne orthodoxie […]. Il s’éprit de Jean-Jacques, et s’en fit lire tout ce qu’il lui fut possible d’en écouter sans compromettre ses devoirs de curé. Puis il se fit donner un exemplaire du Contrat social, et alla l’épeler sans relâche à la tour Gazeau72. »

  • 73 Borchi N., « Jean-Jacques Rousseau et Jean-Baptiste René Robinet devant le Saint-Office », xviiie (...)
  • 74 Index librorum prohibitorum, 1600-1966, op. cit., p. 787-788.
  • 75 Sur la notion de « gouverneur » dans la théorie et la pratique du xviiie siècle, cf. la belle réfl (...)
  • 76 Mauprat, ch. XI, p. 204.
  • 77 Hecquet M., Mauprat de George Sand, op. cit., p. 58 sqq.
  • 78 Mauprat, ch. XXIX, p. 433.

36« Orthodoxie », « hérésie » : George Sand n’ignore nullement – et le fait savoir à son lecteur – qu’elle engage ses personnages sur des voies explicitement hétérodoxes. Car Rousseau est à l’Index una persona conosciuta, un auteur de connaissance. De son œuvre, tout ou presque a été condamné73 : Émile, ou de l’éducation par un décret du 9 septembre 1762, Le Contrat social et la Lettre à Christophe de Beaumont par un décret du 16 juin 1766, les Lettres écrites du la montagne par un décret du 29 juin 1767 et La Nouvelle Héloïse par un décret tardif du 9 décembre 180674. À deux reprises dans le cours de sa brève censure, le père Delacroix relève sa pernicieuse présence dans le roman. « On loue », proteste-il, « tout autant les œuvres de Jean-Jacques et autres coryphées de l’impiété que celles de Fénelon et des Pères de l’Église » ; et, à propos de l’héroïne, il n’a cesse d’ironiser : « Edmée tout au contraire est plus jeune et plus belle qu’un ange, les dons de son cœur surpassent toute expression et les plus sublimes vertus (acquises, il est vrai, par la lecture de J.-J. Rousseau et consorts) ». Si le censeur a bien noté la référence centrale à l’Émile dans ce roman d’éducation où Edmée joue auprès de Bernard le rôle assigné par Rousseau au « gouverneur75 », il n’a cependant pas relevé la distance, voire le léger agacement qui perce parfois envers Rousseau et envers Edmée elle-même de la part de Bernard, et qui constitue l’une des notations psychologiques les plus fines du roman. Le narrateur est en effet censé effectuer son récit plus d’un demi-siècle après les événements, par-delà la Révolution accomplie, envers laquelle il introduit quelques sensibles réserves. Lorsqu’il parle, à propos d’Edmée, de « son cher Rousseau », de « son vieux maître », lorsqu’il déclare : « Elle était imbue de l’Émile76. » Il y a, chez l’ourson contraint à la « civilisation », comme un soupçon d’ironie rétrospective. Après les désillusions de 1848, comme l’a judicieusement relevé Michèle Hecquet77, George Sand accentuera, dans la nouvelle conclusion du roman (1852), cette part de désenchantement : « L’homme ne naît pas méchant ; il ne naît pas bon non plus, comme l’entend Jean-Jacques Rousseau, le maître de ma chère Edmée », fait-elle conclure désormais à Bernard. « L’éducation peut et doit trouver remède à tout, là est le grand problème à résoudre78. »

37Lamennais n’est au contraire nulle part allégué dans le cours de Mauprat. Mais le censeur romain est ici prévenu, dans tous les sens du terme : on se rappelle que l’internonce Garibaldi avait, dans son envoi d’ouvrages à la congrégation de l’Index, précisé :

  • 79 ACDF, S. C. Indice, Protocolli, 1838-1841, f° 541-542 (déjà cité).

« On assure d’après certains témoins que le trop fameux abbé de Lamennais a quelque part dans les œuvres de Georges Sand. Il est effectif que ce dernier est intimement lié avec la femme sus-mentionnée79. »

  • 80 On en trouvera les principales pièces dans Le Guillou M.-J. et L. (éd.), La condamnation de Lamenn (...)
  • 81 Sur la rupture de Lamennais avec l’Église catholique, Derré J. R., Lamennais, ses amis et le mouve (...)
  • 82 Index librorum prohibitorum, 1600-1966, op. cit., p. 501-502.

38On sait aussi la vigilance de la police de Metternich à informer la papauté des agissements du théologien avant comme après sa rupture avec Rome – et la suggestion de déférer les romans de Balzac et de Sand provient de Vienne80. Depuis la publication de Mirari vos (15 août 1832) portant condamnation des principales thèses du journal L’Avenir et surtout de Singulari vos (25 juin 1834) contre les Paroles d’un croyant, Lamennais est considéré dans la Rome de Grégoire XVI comme « l’apostat » par excellence ; et tout ce qui touche au mennaisianisme est suspect, théologiquement, philosophiquement, socialement et politiquement81. Les Affaires de Rome (1836), violent réquisitoire contre la papauté qui porte en sous-titre : Mémoires adressés au pape. Des maux de l’Église et de la société, et des moyens d’y remédier, sont aussitôt inscrites à l’Index par un décret du 14 février 183782. Notre censeur ne manque donc pas de déplorer sa détestable influence sur le roman lorsqu’il évoque « Un personnage nommé Patience, l’apôtre de l’égalité républicaine et le défenseur du peuple opprimé, conformément aux maximes modernes de l’abbé de Lamennais ».

  • 83 « Aux jours de mon plus amer scepticisme, vous fûtes toujours la seule émanation divine, revêtue d (...)
  • 84 Christophe P., George Sand, l’Évangile et Jésus, art. cit., p. 157.
  • 85 Correspondance, tome III, p. 401.
  • 86 Mauprat, ch. XI, p. 201.
  • 87 Ibidem, ch. XI, p. 213.
  • 88 Ibid., ch. XI, p. 197.
  • 89 Ibid., ch. XVI, p. 268. C’est le cantique du vieillard Siméon : « C’est maintenant, Seigneur, que (...)
  • 90 Correspondance, tome III, p. 186, George Sand à Félicité de Lamennais, 27 décembre 1835.
  • 91 Paroles d’un croyant, ch. XIX, ch. XXI (Lamennais, Œuvres, introduction de Henri Guillemin, Genève (...)

39Qu’en est-il en réalité ? C’est à sa propre demande que George Sand rencontre pour la première fois Lamennais à Paris, chez Liszt, le 11 mai 1835, alors que celui-ci a rompu avec l’Église ; il est alors âgé de 53 ans. Après une brève lune de miel intellectuelle83, la désillusion sera rapide. « Elle a placé en lui une confiance illimitée, mais trois mois ne se sont pas écoulés qu’elle constate chez lui », relève Paul Christophe, « une insuffisance de concessions à notre époque de lumières84. » « Il y a encore en lui beaucoup plus du prêtre que je ne croyais. », écrit-elle, sans appel, à Marie d’Agoult le 25 mai 183685 ; et elle fera dire des prêtres à Bernard de Mauprat : « J’ai remarqué ce caractère, par la suite, chez beaucoup de prêtres honnêtes. Ils ont généralement l’esprit de charité, mais non le sentiment de l’amitié86. » L’influence de Pierre Leroux s’apprête dès 1836 à prendre pour longtemps le pas sur celle de Lamennais. Est-ce à dire qu’une perspective mennaisienne soit totalement absente de Mauprat ? Ce serait négliger l’étendue de la culture chrétienne de l’auteur, dont le roman résonne parfois de références bibliques ou évangéliques : Bernard ne dit-il pas, à propos de ses incessantes querelles avec Edmée à l’aube de son éducation : « Je retournais, comme dit l’Écriture, chaque matin, à mon vomissement87 ; ne voit-il pas « l’âme forte et sincère d’Edmée […] comme la pierre du Sinaï, où le doigt de Dieu venait de tracer la vérité immuable88 » ; et Patience ne s’écriet-il pas, au retour de son ami Marcasse, « avec une expression sublime […], en levant sa large main vers le ciel, les paroles du Cantique : “Maintenant je peux mourir, mes yeux ont vu celui que j’attendais89.” » L’influence de Lamennais, la lecture enthousiaste des Paroles d’un croyant – ce « livre sublime90 » – ont sans nul doute ravivé et renouvelé chez George Sand l’intelligence de l’Écriture dans le sens d’une exécration des puissants et d’une mystique du peuple. Il y a, dans le personnage de Patience, des accents religieux, une assurance prophétique, un souffle épique qui ne sont pas éloignés de ceux du Lamennais des années 1830. « tous naissent égaux ; nul, en venant au monde, n’apporte avec lui le droit de commander. », écrit-il. « Dieu ne vous a pas faits pour être le troupeau de quelques autres hommes. Il vous a faits pour vivre librement en société comme des frères. Or un frère n’a rien à commander à son frère91. »

  • 92 Mauprat, ch. X, p. 178-179.

« Croyez-en un homme qui pense à la vérité et ne se laisse pas égarer par les grands airs des forts, déclare pour sa part Patience à Bernard. Le pauvre a assez souffert ; il se tournera contre le riche, et les châteaux tomberont, et les terres seront dépecées […]. Il n’y aura plus ni valets, ni maîtres, ni vilains, ni seigneurs […]. Ne riez pas de ce que je vous dis, jeune homme ; c’est la voix de Dieu qui dit cela. Voyez le ciel. Les étoiles vivent en paix, et rien ne dérange leur ordre éternel. Les grosses ne mangent pas les petites, et nulle ne se précipite sur ses voisines. Or, un temps viendra où le même ordre règnera parmi les hommes. Les méchants seront balayés par le vent du Seigneur92. »

  • 93 Ibidem, ch. X, p. 179.
  • 94 Paroles d’un croyant, loc. cit., ch XXVII, p. 357.
  • 95 Ibid., ch. XXXIX, p. 384-385.

40« Il y avait en lui quelque chose de puissant comme la parole des vieux prophètes », commente le narrateur. C’est à une eschatologie temporelle qu’appelle Patience, tout comme le Lamennais des Paroles d’un croyant ; et George Sand songe bien sûr à la Révolution française, et sans doute aux révolutions à venir : « la révolution française », fait-elle dire à Bernard, « a fait savoir depuis ce temps qu’il y avait dans le peuple de fougueuses éloquences et une implacable logique93. » Car, la voix du peuple, c’est la voix de Dieu, vox populi vox Dei, selon l’adage qui conduira, le 24 février 1848, à la proclamation du suffrage universel masculin et, le 10 décembre 1848… à l’élection de Louis Napoléon Bonaparte à la présidence de la République. « Qui est-ce qui se pressait autour du Christ pour entendre sa parole ? » interrogent Les paroles d’un croyant. « Le peuple […]. Qui voulait le choisir pour roi ? Le peuple […]. Les petits, les faibles, les humbles, les pauvres, tous ceux qui souffraient, il les aimait d’un amour de prédilection. Son cœur battait sur le cœur du peuple, et le cœur du peuple battait sur son cœur94. » « La justice est la moisson des peuples […]. La justice est le pain des peuples […]. La liberté est la richesse des peuples […]. La liberté est le repos des peuples […]. La liberté est la gloire des peuples95. » C’est la même mystique politique républicaine, qui sera celle des années 1840, qui s’inscrit déjà, en style prophétique, dans Mauprat :

  • 96 Mauprat, ch. XXVI, p. 387.

« Il n’appartient pas à celui qui apporte la vérité de s’humilier devant ceux qui la cherchent. Mais vous qui m’entendez, hommes du peuple », s’écrie Patience devant le présidial de Bourges, « vous dont on appelle la voix voix de Dieu, joignez-vous à moi, embrassez la défense de la vérité qui va être étouffée […]. Mettez-vous à genoux, hommes du peuple, mes frères, mes enfants ; priez, suppliez, obtenez que justice soit faite et colère réprimée96. »

41De Rousseau à Lamennais, c’est le chemin qui conduit de la philosophie des Lumières au romantisme politique qui est franchi, sans solution apparente de continuité. La conjonction d’autres influences échappe partiellement au censeur romain, qui ne pouvait guère, il est vrai, les reconnaître. Des trois hommes qui comptent alors le plus dans la vie de l’auteur, il n’en connaît qu’un, Lamennais ; mais il en ignore deux autres, l’avocat républicain Michel de Bourges et le philosophe socialiste Pierre Leroux.

Un travail d’influences : Michel et Leroux

  • 97 Sicard C., « La genèse de Mauprat », Revue d’histoire littéraire de la France, 1968/5, p. 782-797  (...)
  • 98 Lacassagne J.-P., « Préface », Sand G., Mauprat, Paris, Gallimard, 1981, f° 7-29 ; « La genèse de (...)
  • 99 Correspondance, tome II, p. 824, George Sand à Sainte-Beuve, vers le 10 mars 1835.
  • 100 Ibidem, p. 827, George Sand à François Buloz, 11 mars 1835.
  • 101 Ibid., p. 830, George Sand à François Buloz, 15 mars 1835.
  • 102 Ibid., p. 834, George Sand à François Buloz, 19 mars 1835.

42La chronologie de la rédaction du roman, établie et étudiée en détail par Claude Sicard97 puis Jean-Pierre Lacassagne98, doit être en effet étroitement articulée aux conceptions philosophiques, religieuses, politiques et historiques des interlocuteurs qui ont, à des degrés divers, contribué à infléchir l’écriture du roman. La genèse de Mauprat fut, on le sait, longue et complexe. La première allusion à une nouvelle, destinée à la Revue des deux mondes de François Buloz, date de mars 1835 ; et l’auteur ne semble pas attacher une importance décisive à sa future oeuvre. « Je travaille beaucoup à des choses calmantes comme Valentine (je dis calmantes pour moi) », confie-t-elle à Sainte-Beuve99 ; et elle écrit à Buloz le 11 mars : « Je suis triste, mais calme. Je travaille, dans cinq ou six jours, vous aurez une nouvelle appelée Mauprat100 » Tout semble aller très vite. Le 15 mars, George Sand peut écrire de Nohant à son éditeur impatient : « Mon cher Buloz, voici la 1re partie de la nouvelle que je vous ai promise. Dans deux ou trois jours, vous aurez le reste, cette 2de partie sera moins longue que la 1re101. » Or, dès le 19 mars, George Sand change d’avis : « Mauprat », écrit-elle à Buloz, s’est « prolongé très au-delà de ce qu’il vous faut » ; il est « loin encore d’être fini » ; « Le sujet de Mauprat est trop fort pour une nouvelle. » ; « renvoyez-moi Mauprat102. » Il faut attendre le 27 janvier 1837 pour que George Sand, pressée par des besoins d’argent, promette à nouveau à Buloz de reprendre et achever Mauprat. La rédaction se conclut dans la souffrance à la mi-mai tandis que Buloz publie le roman à mesure que lui arrivent les épreuves, en quatre livraisons de la Revue des deux mondes, du 1er avril au 1er juin 1837 ; la parution en volume suit immédiatement, en août 1837.

43Entre le projet de nouvelle du printemps 1835 et l’achèvement du roman au printemps 1837, deux ans se sont donc écoulés, fertiles en événements et en rencontres. Sur le plan familial, la romancière a mené à terme, de l’automne 1835 à l’été 1836, sa rupture avec son mari : la cause en séparation entre Aurore Dupin et Casimir Dudevant est définitivement conclue à Bourges le 29 juillet 1836 ; avec la disparition de sa mère, dans l’été 1837, la romancière est désormais libre de tous liens et maîtresse de sa vie comme de sa maison de Nohant. Sur le plan sentimental, George Sand s’est à nouveau déchirée avec Musset en mars 1835 et la première rédaction de Mauprat, « chose calmante », ancrée dans la terre natale, suit immédiatement la rupture et le départ précipité pour Nohant. Les années 1835-1837 sont dominées par la liaison avec Michel de Bourges, non exclusive cependant (car il faut aussi compter au nombre de ses amants l’écrivain Charles Didier et, sans doute, l’acteur Bocage) ; la rupture définitive avec l’avocat républicain n’intervient qu’après l’achèvement de Mauprat, en juin 1837. Enfin, sur le plan intellectuel, le printemps 1835, qui coïncide avec la rédaction de la première ébauche de Mauprat, est marqué par des rencontres décisives qui ouvrent à la romancière des horizons nouveaux, non plus seulement littéraires et artistiques, mais encore politiques, religieux et philosophiques : Michel donc, à Bourges, le 9 avril ; Lamennais, on l’a dit, à Paris, chez Liszt, le 11 mai ; et Pierre Leroux, à Paris encore, le 17 juin 1835. Si l’influence de Lamennais n’a pas échappé à la vigilance du censeur romain, il reste encore à s’interroger sur la double influence de Michel de Bourges et de Pierre Leroux.

  • 103 Sur Louis Chrysostome Michel, dit « Michel du Var », puis « Michel de Bourges » (1797-1853), on re (...)
  • 104 Correspondance, tome III, p. 660, George Sand à Michel de Bourges, 21 janvier 1837.
  • 105 Histoire de ma vie, op. cit., tome II, p. 358.
  • 106 C’est, pour André Maurois, un « républicain farouche », un « tribun redouté », un « tribun égoïste (...)
  • 107 On renverra ici au Journal des idées et des opinions d’un révolutionnaire de 1830, insérées dans L (...)
  • 108 Vermeylen P., Les Idées politiques et sociales de George Sand, Bruxelles, Éditions de l’Université (...)

44L’impact de la pensée de Michel de Bourges103 sur l’œuvre de George Sand a été quelque peu sous-évaluée ; et leur intense relation a été souvent réduite à ses aspects politiques, judiciaires (il est son principal conseil dans la cause en séparation des deux époux), voire sexuels. Certes, l’avocat berrichon fait pâle figure entre Musset qu’il suit et Chopin qu’il précède dans le cœur de l’écrivain ; et son « fonds de cruauté froide et d’insigne tyrannie104 », son « esprit dominateur105 », ses multiples infidélités et la violence de ses propos politiques ne lui ont guère attiré, c’est le moins que l’on puisse dire, la sympathie des biographes106. Peut-on néanmoins minorer son rôle dans le processus de radicalisation politique de George Sand à partir du milieu des années trente ? Libérale, elle l’était certes depuis la fin des années vingt, comme ses amis et tout son milieu, Casimir Dudevant compris ; et ses lettres au député ultra-libéral de La Châtre, Duris-Dufresne, témoignent de son ardeur militante avant comme après la révolution de 1830. « Républicaine », elle l’est aussi de sensibilité et de cœur, comme tant de partisans de la monarchie de Juillet déçus par l’évolution conservatrice du régime, tout comme un Victor Hugo dans les mêmes années107. Mais on ne saurait dire avant 1835 que l’auteur d’Indiana et de Lélia, l’amante de Sandeau, de Musset et de Pagello soit immergée et impliquée dans les luttes politiques de l’heure ; c’est la revendication des droits de la passion et une remise en cause radicale de la morale conjugale, sociale et familiale qui constituent jusqu’alors les axes de sa réflexion. Avec Michel de Bourges, qui sera le modèle de Simon (1836), tout change : George Sand assiste en mai 1835, habillée en homme, aux séances du procès des accusés d’avril devant la Chambre des Pairs ; elle s’enflamme pour la cause républicaine et milite activement, à Paris, à Bourges et jusqu’à Nohant, pour les « idées avancées108 ».

  • 109 Weil G., Histoire du parti républicain en France, 1814-1870, Paris, Alcan, 1900 ; Perreux G., La P (...)
  • 110 Sur l’« anti-féodalisme » qui caractérise, dans la longue durée, l’histoire politique, sociale et (...)
  • 111 La citation de Mauprat est extraite du ch. I, tome 45.

45Aussi l’influence de Michel de Bourges sur Mauprat comme sur Simon se manifeste-t-elle par l’irruption dans le roman de la doxa républicaine des années 1830109 : une vigoureuse opposition à l’Ancien Régime, à la monarchie, à l’Église, à la noblesse et à la bourgeoisie rentière ; une appréciation positive de la Grande Révolution et un attachement passionnel à son héritage ; une élaboration politique de la notion de « peuple » dans une perspective démocratique et égalitaire ; un mélange enfin de légalisme et d’illégalisme qui justifie aisément une violence que, pour sa part, George Sand n’a cessé, tout au long de sa vie et de son œuvre, de réprouver. Le censeur romain a particulièrement relevé l’« anti-féodalisme110 » de Mauprat qui s’exprime à la fois par son sujet – « la vie d’un seigneur féodal imaginaire, né alors que la civilisation, qui marchait rapidement vers la grande convulsion révolutionnaire, effaçait de plus en plus ces exactions et ces brigandages organisés par les petits tyrans féodaux dont la France avait été couverte et infestée pendant tant de siècles111 » – et par son atmosphère générale : « l’auteur semble avoir pour but d’inspirer des sentiments de haine et d’aversion contre la noblesse ». Quelque profond que sera par la suite le ressentiment que George Sand nourrira contre son ancien amant, dont elle contribuera à ruiner la carrière politique en 1848, la tonalité antinobiliaire de Mauprat est sans doute en grande partie redevable au chef républicain du Berry.

  • 112 Raillard C., Pierre Leroux et ses œuvres. L’homme, le philosophe, le socialiste, Châteauroux, Long (...)
  • 113 Evans D.-O., Le Socialisme romantique, op. cit., p. 109.
  • 114 Lacassagne J.-P., Préface, loc. cit., p. 16.
  • 115 Pommier J., George Sand et le rêve monastique, Paris, Spiridion/Nizet, 1966.
  • 116 Lacassagne J.-P., Histoire d’une amitié, Pierre Leroux et George Sand (d’après une correspondance (...)
  • 117 « La civilisation […]. marchait rapidement vers la grande convulsion révolutionnaire » (Mauprat, c (...)
  • 118 « Cette éducation sociale s’était faite naturellement. » (ch. XVII, p. 280) ; « L’éducation peut e (...)
  • 119 « Il faut que l’homme souffre, et que, dans cet enfantement d’une nouvelle destinée, tous les ress (...)
  • 120 « Je m’imagine que, de père en fils, les éducations vont en se perfectionnant. » (ch. X, p. 158) ; (...)

46Il y a enfin Pierre Leroux112. Si sa première rencontre avec George Sand date du printemps 1835, leur relation intellectuelle, qui sera extrêmement forte dans les années quarante, est plus tardive : ce n’est qu’en février 1836 qu’apparaît pour la première fois le nom de Leroux dans la Correspondance et n’est qu’en décembre 1836 que les premières lettres sont échangées. On ne peut, à cet égard, suivre Evans lorsqu’il affirme sans ambages, dans son Socialisme romantique, que « la thèse de Mauprat s’inspire directement de Leroux113 », ni même tout à fait Jean-Pierre Lacassagne dans sa préface de Mauprat (1981) lorsqu’il suggère, avec plus de précautions et de nuances, que le rythme de rédaction de Mauprat reflète le rythme de la rencontre avec la philosophie de Leroux, « le temps d’une incubation, le temps que naisse et grandisse une amitié unique dans les lettres françaises, celui de changer une histoire de cœur en roman protéiforme114 ». L’influence de la philosophie sociale, religieuse et politique de Pierre Leroux sur George Sand paraît nettement plus marquée dans Spiridion115, la seconde Lélia ou Le Compagnon du tour de France que dans Mauprat et l’on suivra plus volontiers le même Jean-Pierre Lacassagne lorsqu’il relève une « parenté […] moins livresque que sympathique116 » entre la romancière et le philosophe dans certaines formules, et notamment (mais Rome ne les a pas connues) dans les deux pages de conclusion ajoutées en 1852. Car Leroux se veut en effet, en toute rigueur, socialiste quand Lamennais reste un prophète et Michel demeure strictement républicain. Aussi son influence, discrète mais réelle, sur Mauprat est-elle perceptible à certains accents et à l’emploi de certains termes : civilisation, au sens actif et passif du terme117 ; éducation118 ; enfantement119 ; progrès120… À la lumière de l’enseignement de Leroux, le « roman de formation » se mue insensiblement en roman de la « perfectibilité » humaine et du progrès social.

  • 121 Hecquet M., Mauprat de George Sand, op. cit., p. 58.

« C’est de Rousseau, non de Voltaire, que notre texte revendique l’héritage, écrit Michèle Hecquet. Il est lui aussi entendu et gauchi ; le concept clé du Discours sur l’origine de l’inégalité, la perfectibilité, apparaît dans la lettre de Sand ; ce qui était chez Rousseau qualité négative, indéfinition, latence, devient, quand l’étymologie et une vision eschatologique de l’histoire se prêtent mutuellement appui, la pièce maîtresse d’une doctrine du progrès121. »

  • 122 Bénichou P., Le temps des prophètes. Doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard, 1977, p. 422

47La censure romaine de Mauprat soumet ainsi le roman à un triple examen, critique, dogmatique et génétique, qui révèle, d’une certaine manière, sa richesse et sa puissance ; elle confirme aussi, très paradoxalement, l’importance intellectuelle de George Sand, trop souvent traitée en France par l’anecdote, la condescendance ou la dérision : les théologiens romains l’ont pour leur part traitée en adversaire, c’est-à-dire, d’une certaine manière, en interlocutrice et en égale. Ils ont surtout considéré avec attention et sérieux les postulations religieuses du roman. Certes, comme l’écrit Paul Bénichou, « la prétention religieuse du romantisme est incertaine122 » ; mais le procès en hétérodoxie conduit à Rome contre George Sand permet de saisir à son tour des lignes de force, des aspirations et des refus constitutifs de la religiosité romantique.

  • 123 « La commission de l’Index s’est réunie les 10 et 24 mai derniers ; sa décision sanctionnée par le (...)

48Mais l’Index a conservé longtemps le secret de ses archives ; il n’a d’autre part jamais eu valeur légale en France, et moins encore au lendemain de la Révolution française. Aussi George Sand, lorsqu’elle est avertie par le docteur Gaubert, dans l’été 1841, de la condamnation qui la frappe123, traite-t-elle l’information par l’indifférence et la gaieté :

  • 124 Correspondance, t. V, p. 391, George Sand au docteur Paul Gaubert, 1er août 1841.

« C’est vous qui m’apprenez les détails de l’index du Saint-Père, répond-elle à son correspondant. Si le cher homme savait combien cela m’est égal […]. Toute ma passion est de peindre des fleurs, des papillons, des lézards, des coquillages, et autres individus inoffensifs, dont la beauté est éternelle et immaculée124. »

  • 125 Mauprat, ch. XI, p. 190.
  • 126 Ibidem, ch. XI, p. 189.
  • 127 Ibid., conclusion de 1852, ch. XXX, p. 433.

49Cette insouciance affectée ne doit cependant pas complètement faire illusion : l’impression a été beaucoup plus forte et les condamnations de l’Index ont suscité, de la part de George Sand, une indignation durable, qui n’a pas peu contribué à approfondir et à radicaliser sa rupture avec le catholicisme. Elles ont renforcé une hostilité croissance envers la Rome pontificale et l’institution ecclésiastique en général, identifiées à une Inquisition moderne, qu’exprimera avec force, au lendemain de son voyage à Rome, La Daniella en 1857. Au reste, l’auteur de Mauprat avait par avance récusé le jugement romain : « Si vous étiez catholique », disait l’abbé Aubert à Edmée, « j’irais à Rome, et j’firais à pied, pour vous faire relever d’un vœu si téméraire ; mais vous n’êtes pas soumise au pape, Edmée…, ni moi non plus d’ailleurs125. » Et Edmée reconnaît elle-même ce que sa « religion » a d’étranger au dogme et à la morale catholiques : « Je ne suis pas très orthodoxe en religion, ni vous non plus, l’abbé ! », réplique-t-elle à l’abbé Aubert126. En 1852, lorsqu’elle apportera une nouvelle conclusion à son roman, George Sand assumera fièrement son hétérodoxie : « Ce que je vous dis là n’est peut-être pas très orthodoxe, mais c’est chrétien, je vous en réponds, parce que c’est vrai127. »

Mauprat

50Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede, Sacra Congregazione dell’Indice, Protocolli, Degola, 1838-1841, ff. 535r – 536v.

51Feria III Die 30 mars 1841, 4 pages imprimées.

52Agostino De la Croix, S.J.

53Les références au texte original, dans l’ensemble fidèles, sont indiquées entre crochet ; les numéros de chapitres et de pages renvoient à l’édition de Jean-Pierre Lacassagne (Gallimard, « Folio », 1981).

54L’opera sulla quale ho l’onore di esporre alle EE[minenze] LL[oro] RR[everendissime] alcune brevi osservazioni, è un romanzo, che porta il titolo : Mauprat di Giorgio Sand, ed il suo soggetto è la vita di un supposto Signor feudale nato « allorchè la civilizzazione, che camminava rapidamente incontro alla grande convulsione rivoluzionaria, sradicava ognor più le concussioni ed i ladronecci organizzati dai piccoli tiranni feudali, de’ quali la Francia era stata coperta ed infestata da tanti secoli ». tomo I, pag. 25.

55L’œuvre sur laquelle j’ai l’honneur de soumettre à Leurs Éminences Révérendissimes quelques brèves observations est un roman intitulé Mauprat, par George Sand ; il a pour sujet la vie d’un seigneur féodal imaginaire né alors que la civilisation, qui marchait rapidement vers la grande convulsion révolutionnaire, effaçait de plus en plus ces exactions et ces brigandages organisés par les petits tyrans féodaux dont la France avait été couverte et infestée pendant tant de siècles [I, 45].

56L’autore comincia la narrazione della sua storia con una descrizione la più orribile delle sceleratezze, delle infamità, delle atrocità, delle ingiustizie e di ogni altro genere di malvagità della così detta famiglia Mauprat, nella quale, dice egli alla pag. 39, era piaciuto a Dio di trasportare nell’uscire della culla l’eroe del suo romanzo, che chiamasi Bernardo, il quale narra da se stesso le sue avventure romanzesche.

57L’auteur débute sa narration par la description la plus horrible des scélératesses, des infamies, des atrocités, des injustices et de toutes sortes de méchancetés commises par cette famille appelée Mauprat dans laquelle, dit l’auteur [II, 52], il avait plu à Dieu de plonger au sortir [du] berceau le héros de son roman, nommé Bernard, qui fait lui-même le récit de ses aventures romanesques.

58Bernardo Mauprat nato da ottimo padre, e da miglior madre ancora, perdè i suoi genitori nell’età di sette anni, e fù condotto nel palazzetto del suo avo e de’ suoi zii, i quali tutti, l’uno più che l’altro, erano uomini i più malvaggi, ed adetti a tutti i vizj, de’ quali sono capaci i cuori i più perversi e corrotti. Sotto l’ammaestramento e cogli esempj di tali mostri visse Bernardo una diecina d’anni ; e, o fossero le buone istruzioni, che aveva ricevute dalla sua ottima madre, od anche i cattivi trattamenti che aveva da soffrire dal suo zio Giovanni, alla cui custodia era affidato, certo è che nel suo cuore risentì mai sempre un certo aborrimento contro le atrocità e le infamità che di continuo aveva sotto gli occhj in questo covile ; ciò nonostante cresciuto egli in mezzo agli stravizzi, le sue passioni si svegliarono, e diventò, per dir così, una fiera selvaggia.

59Bernard Mauprat, né d’un père excellent et d’une mère meilleure encore, perdit ses parents à l’âge de sept ans. Il fut conduit au château de son aïeul et de ses oncles qui tous l’un plus que l’autre étaient des hommes méchants et adonnés à tous les vices dont sont capables les cœurs les plus pervers et les plus corrompus. Bernard vécut une dizaine d’années sous la direction et avec les exemples de tels monstres ; mais, soit en raison des bons principes qu’il avait reçus de son excellente mère soit à cause des mauvais traitements qu’il avait à souffrir de la part de son oncle Jean auquel était confiée sa garde, son cœur conserva toujours en quelque abomination les atrocités et les infamies qu’il avait sans cesse sous les yeux dans cette tanière ; cependant, grandi dans les débauches, ses passions s’éveillèrent et il devint, pour ainsi dire, une bête sauvage et fière.

60Tutto questo tratto della vita di Bernardo viene esposto molto bene, e con espressioni decenti, ispirando orrore contro tutto ciò che la morale condanna ; ma il male è, che l’autore sembra avere per iscopo di ispirare sentimenti di odio e di avversione contro la nobiltà, e perciò fa entrare nella sua storia un personaggio di nome Patienza che è l’apostolo della Uguaglianza repubblicana, ed il difensore del popolo oppresso conforme ai principj e le massime moderne dell’abate Delamennais.

61Tous ces épisodes de la vie de Bernard sont très bien exposés ; l’expression est décente et inspire l’horreur contre tout ce que la morale condamne. Mais le mal tient à ce que l’auteur semble avoir pour but d’inspirer des sentiments de haine et d’aversion contre la noblesse. C’est pourquoi il introduit dans son histoire un personnage nommé Patience qui est l’apôtre de l’égalité républicaine et le défenseur du peuple opprimé, conformément aux principes et aux maximes modernes de l’abbé de Lamennais.

62Comparisce anche sulla scena un Curato accusato di giansenismo, e dei Religiosi carmelitani, e per mezzo di essi si trova un bel campo di mettere in burla l’ortodossia cattolica e di gridare contro l’ipocrisia de’ frati, contro la loro vita oziosa e lasciva, la loro crapola, superbia, ambizione, contro il loro impacciarsi negli affari di famiglie, ec.

63Entrent encore en scène un curé accusé de jansénisme et des religieux carmes ; ces derniers offrent un champ propice pour jeter la dérision sur l’orthodoxie catholique et fustiger l’hypocrisie des moines, leur vie oisive et licencieuse, leur crapule, leur orgueil, leur ambition, leurs immiscions dans les affaires de famille, etc.

64Un altro personnagio molto interessante nel romanzo è il sopradetto Giovanni zio di Bernardo, il quale per fuggire il rigore della giustizia, si fa religioso trappista, e conservando tutta la perversità del suo cuore, vi aggiunge ancora l’ipocrisia la più scellerata. tutto ciò viene esposto con una perfidia così maligna, che sembrerebbe che tutti questi vizj siano soltanto proprii delle persone di cui si parla, gettando nel medesimo tempo tanta infamia sopra questi ordini religiosi, e sopra il clero, come se tali vizj fossero inerenti a questi stati, i quali anzi quà e là si incolpano positivamente dei più rei principj : per esempio, si fa dire al priore dei Carmelitani, che egli prende molto interesse per la famiglia di Mauprat, per uno spirito di Carità, che anima tutti i servi di Dio ; e si aggiunge che questo spirito di Carità è il pretesto sotto il quale il Clero si è sempre mischiato in tutti i segreti delle famiglie, mentre si tratta di spogliare Bernardo Mauprat di buona parte della sua fortuna in favore dell’ipocrita trappista, il quale agli occhi del priore Carmelitano apparisce un gran santo, un uomo di straordinaria ed eroica penitenza. Tom. 2, p.183 et seg.

65Un autre personnage fort intéressant du roman est un certain Jean, oncle de Bernard, qui, pour échapper à la justice, se fait religieux trappiste et qui, tout en conservant la perversité de son âme, y ajoute encore l’hypocrisie la plus scélérate. tout ceci est exposé avec une perfidie si habile qu’on pourrait croire que tous ces vices appartiennent en propre aux personnages en question : mais, dans le même temps, on en rejette toute l’infamie sur ces ordres religieux et sur le clergé, comme si ces vices étaient inhérents à leur état ; çà et là, ces derniers s’accusent même positivement des plus coupables principes : ainsi, on fait dire au prieur des carmes qu’il prend un grand intérêt à la famille Mauprat en vertu de l’esprit de charité qui anime tous les serviteurs du Christ et on ajoute que cet esprit de charité est le prétexte à la faveur duquel le clergé s’est toujours immiscé dans tous les secrets de famille [XIX, 315] alors qu’il s’agit de dépouiller Bernard Mauprat d’une bonne partie de sa fortune en faveur de l’hypocrite trappiste, qui apparaît aux yeux du prieur des carmes comme un grand saint et un homme de pénitence extraordinaire et héroïque.

66L’altro personaggio principalissimo del romanzo è una giovane donna di nome Edmée Mauprat, sorella cugina di Bernardo, la quale insidiosamente sorpresa dai mal-vagi suoi zii, viene condotta nel palazzetto ed abbandonata alla brutale passione di Bernardo per violarla. Egli però senza troppo sapere per quel motivo, se ne astiene, ed invece di farle violenza, si innamora di lei, la salva da questo covile, e da questo momento in poi diviene il suo più frenetico ed entusiasto amante.

67L’autre personnage essentiel du roman est une jeune femme du nom d’Edmée Mauprat, cousine germaine de Bernard, qui, surprise par ruse par ses mauvais oncles, est conduite au château et abandonnée à la passion brutale de Bernard afin qu’il la viole. Mais ce dernier, sans trop savoir pourquoi, s’en abstient et, au lieu de lui faire violence, s’en éprend, la sauve de cette tanière et, à partir de ce moment, devient son soupirant le plus ardent et le plus enthousiaste.

68Per dare maggior risalto a questi amori, ed esaltare maggiormente la fantasia del let-tore, si dà alla giovane Edmée un carattere e delle qualità affatto opposte a quelle dell’innamorato Bernardo. Egli cresciuto tra i suoi zii, tigri di ferocia, e dediti a tutte le più brutali passioni, è divenuto egli stesso come una fiore selvatica ; al contrario Edmée è una giovane di una bellezza più che angelica, le doti del suo cuore oltrepassano ogni espressione, e le più sublime virtù (acquistate però dalla lettura di G.G. Rousseau e consorti) adornano la sua bell’anima. Essa non vive senonchè per il suo vecchio padre, di cui fa tutta la felicità, ed ama Bernardo come il suo liberatore dagli oltraggi, ai quali era stata esposta la sua onestà, per la quale darebbe mille volte la sua vita.

69Pour donner plus de relief à leurs amours et exalter davantage l’imagination du lecteur, on donne à la jeune Edmée un caractère et des qualités exactement opposées à celles de l’amoureux Bernard. Celui-ci a grandi parmi ses oncles, tigres féroces adonnés aux passions les plus brutales ; il est lui-même devenu comme une fleur sauvage. Edmée au contraire est plus jeune et plus belle qu’un ange, les dons de son cœur surpassent toute expression et les plus sublimes vertus (acquises il est vrai par la lecture de J.-J. Rousseau et consorts) ornent sa belle âme. Elle ne vit que pour son vieux père dont elle fait toute la félicité et aime Bernard comme celui qui l’a libérée des outrages auxquels étaient exposée sa vertu, pour la conservation de laquelle elle sacrifierait mille fois sa vie.

70Eglino vivono adunque alcuni anni insieme nel palazzo del vecchio Signor Mauprat, il quale ha adottato Bernardo per suo figlio, non sapendo che tra lui e la sua figlia Edmée esiste una promessa fatta sotto i giuramenti i più sacrosanti, benche ella anteriormente si fosse già fidanzata ad un giovane Conte, il quale anche senza saper nulla di questa promessa, frequenta ogni giorno famigliarmente la Casa, come futuro sposo della figlia.

71Tous deux vivent donc quelques années ensemble au château du vieux M. de Mauprat qui a adopté Bernard comme son fils en ignorant qu’il existe entre sa fille et lui une promesse faite sous les serments les plus sacrés, bien que cette dernière se fût auparavant déjà fiancée à un jeune comte qui, sans rien savoir de cette promesse, fréquente chaque jour familièrement la demeure en qualité de futur époux de la fille.

72Bernardo adunque divorato dalla invidia contro il suo emolo, e di amore verso Edmée, descrive coi colori i più vivi tutti gli affetti, dai quali è continuamente agitato il suo selvatico, ed appassionnato cuore ; mentre i sentimenti di Edmée verso di lui sono un arcano impenetrabile, e rendono la sua esistenza più crudele che la morte stessa. Edmée al contrario da savia e fiera donna che ella è, con la sua condotta più che misteriosa, non solo pretende di fargli conoscere e sentire a qual prezzo si acquista il suo amore, ma ancora di renderlo da uomo brutale, come è, uomo saggio e vincitore delle sue malate passioni.

73Bernard, dévoré de jalousie contre son rival et d’amour envers Edmée, décrit ainsi avec les couleurs les plus vives toutes les émotions dont est continuellement agité son cœur sauvage et passionné, tandis que les sentiments que lui porte Edmée demeurent un secret impénétrable et rendent son existence plus cruelle que la mort même. Edmée, en femme sage et fière, entend au contraire, par une conduite pleine de mystère, lui faire connaître et comprendre à quel prix s’obtient son amour, mais aussi transformer l’homme brutal qu’il est en homme sage qui sait vaincre ses passions déréglées

74Questa maniera di tenere in una apparente e continua opposizione gli affetti dei due Eroi del romanzo dà un largo campo all’autore per eccitare al più vivo l’entusiasmo di tutte le passioni, ed in particolare quella dell’amore verso l’oggetto amato. Vero è che tutto ciò viene esposto con uno stile molto decente, e che non si tratta se non che d’un amor casto, giacchè Edmée è di continuo intenta a correggere in Bernardo ciò che in esso è vizioso ; ma questo è appunto uno dei motivi, per i quali io giudico quest’opera perniciosissima, veramente degna di essere proscritta, perocchè in essa tutto conduce a riscaldare ed esaltare la fantasia degli incauti leggitori. Inoltre vi si parla del Suicidio come di una azione lecita e lodevole, giacchè vi si presenta non solo l’appassionato giovane, ma ancora la pretesa virtuosissima giovane di continuo col pugnale in mano per darsi l’un l’altro, o ciascuno a se stesso, la morte. Di più vi vengono lodate le opere di Gian. Giac. Rousseau e degli altri corifei dell’empietà, non meno di quelle di Fénelon e dei Santi Padri.

75Cette manière de tenir en apparente et continuelle opposition les sentiments des deux héros du roman fournit à l’auteur un large champ pour exciter au plus vif degré d’enthousiasme toutes les passions, en particulier celle de l’amour envers l’objet aimé. Il est vrai que tout ceci est exposé dans un style très décent et qu’il ne s’agit que d’un amour chaste, d’autant qu’Edmée ne cesse de s’employer à corriger en Bernard ce qui est vicieux en lui : mais ceci est précisément l’une des raisons pour lesquelles je juge cette œuvre très pernicieuse, véritablement digne d’être proscrite, parce que tout en elle conduit à réchauffer et exalter l’imagination des lecteurs imprudents. On y parle en outre du suicide comme d’un acte licite et louable ; sa pensée n’agite pas seulement le jeune homme passionné : la jeune fille soi-disant vertueuse porte toujours sur elle un poignard à la main afin de se donner l’un l’autre la mort, ou chacun à soi-même. De plus on loue tout autant les œuvres de Jean-Jacques Rousseau et autres coryphées de l’impiété que celles de Fénelon et des Pères de l’Église.

76Mi sono astenuto dal citare molti passi dell’opera in conferma del mio opinare sulla medesima, perchè essendo scritta con molta astuzia, ciascuna cosa per se si potrebbe forse interpretare in buon senso, ma considerandone tutta la sostanza, sembrami che il poco che ne ho accennato, basti per for-marne un conveniente giudizio, come opera da riprovarsi. Con profonda Venerazione ho l’onore di raffermarmi, Delle EE[minenze] VV[ostre] RR[everendissime], U[milissi]mo e D[e]v[otissi]mo Servitore, Agostino De la Croix S.I. Consultore

77Je me suis abstenu de citer beaucoup d’extraits de l’œuvre à l’appui de mon opinion sur elle : car elle est écrite avec tant d’astuce que chaque élément pourrait peut-être en soi être interprété en bonne part. Mais, en en considérant toute la substance, il me semble que ce que j’en ai mentionné suffit pour justifier mon jugement : l’œuvre est à réprouver. J’ai l’honneur d’être, avec une profonde vénération, de Leurs Éminences Révérendissimes, le très humble et très dévoué serviteur, Augustin de La Croix, S.J., consulteur.

Notes

1 Mauprat a été publié pour la première fois en quatre livraisons dans la Revue des deux mondes des 1er avril, 15 avril, 1er mai et 1er juin 1837. L’ouvrage paraît en librairie la même année (sa parution est annoncée dans la Bibliographie de la France du 7 août 1837) : Mauprat, Paris, Bonnaire, 1837, 2 volumes en 344 et 407 pages ; pour répondre au succès, une seconde édition, identique à la première, est publiée en 1838. On dispose aujourd’hui commodément de deux éditions critiques en format de poche : Mauprat, chronologie et préface par Claude Sicard, Paris, Garnier-Flammarion, 1969 ; et Mauprat, édition présentée, établie et annotée par Jean-Pierre Lacassagne, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1981. C’est cette dernière édition qui nous servira d’édition de référence ; pour chaque citation extraite du roman, on indiquera systématiquement le chapitre puis la page.

2 C’est à une illustre sandienne, Mme Anna Rosa Poli, que l’on doit l’une des premières études des censures de l’Index au xixe siècle : « Lélia di George Sand nelle relazioni della Congregazione dell’Indice ecclesiastico », Comparatica, 10, 1998, p. 178-189 ; repris en français : « Lélia de George Sand dans les rapports de la congrégation de l’Index » L’Histoire littéraire : ses méthodes et ses résultats. Mélanges offerts à Madeleine Bertaud, réunis par Luc Fraisse, Genève, Droz, « Histoire des idées et critique littéraire », 2001, p. 773-785.

3 Pour une présentation générale du contexte des condamnations de l’Index au xixe siècle, on se permet de renvoyer à Boutry Ph., « Papauté et culture au xixe siècle : magistère, orthodoxie et tradition », Revue d’histoire du xixe siècle, n°28, 2004/1, p. 31-58.

4 On renverra ici aux deux journées d’études fondatrices, organisées à l’Académie romaine des Lincei : L’apertura degli archivi del Sant’Uffizio romano (Giornata di studio, Roma, 22 gennaio 1998), Rome, Accademia Nazionale dei Lincei, 1998 ; et L’Inquisizione e gli storici. Tavola rotonda nell’ambito della Conferenza annuale della Ricerca (Roma, 24-25 giugno 1999), Rome, Accademia Nazionale dei Lincei, 2000 ; ainsi qu’au compte rendu d’Olivier Poncet, « L’ouverture des archives du Saint-Office et de l’Index. Échos d’une journée de présentation », Revue d’Histoire de l’Église de France, LXXXIV, 1998, p. 97-103.

5 Pour une présentation générale des fonds intéressant le xixe siècle : Multon H., « Catholicisme intransigeant et culture prophétique : l’apport des archives du Saint-Office et de l’Index », Revue historique, CCCIV/1, 2002, p. 109-137.

6 Archivio della Congregazione par la Dottrina della Fede (ACDF). S. C. Indice, Protocolli, 1838-1841, f° 541-542. Autori ambedue di assai fresca età e viventi a ParigiI […]. ll nome di Georges Sand è anch’esso supposto ; il vero nome della donna (giacchè trattasi di una donna) che scrive sotto quello di G. Sand, è la baronessa Du Devant. Si crede da taluni che il troppo famoso ab[at]e De Lamennais abbia qualche parte nelle opere de Gs Sand. Il vero sì è ch’egli è intimamente legato colla donna sommentovata.

7 Parmi les premières études intéressant les censures littéraires du xixe siècle, il convient de mentionner : Esch A. « Aus dem Akten der Indexkongregation : Verurteilte Schriften von Ferdinand Gregorovius », Esch A., Petersen J. (Hg.), Ferdinand Gregorovius und Italien. eine kritische Würdigung, Tübingen, Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom 78, 1993, p. 240-252 ; Wolf H., Schopf W., Burkard D., Lepper G., Die Macht der Zensur. Heinrich Heine auf dem Index, Düsseldorf, Patmos Verlag, 1998 ; Muhlack U., « Rankes Päpste auf dem Index und die deutsche Geschichtswissenschaft », dans Römische Quartalschrift, XCVI, 2001/3-4, p. 163-180 ; Wolf H., Burkard D., « Rankes“Päpste” auf dem Index. Dogma und Historie im Widerstreit », Paderborn, Schöning, Römische Inquisition und Indexkongregation 3, 2003 ; Neveu B., « Bergson et l’Index », Revue de métaphysique et de morale, 2003/4, p. 543-551. Les activités de la congrégation de l’Index de 1814 à sa suppression en 1917 ont donné lieu à une publication majeure sous la direction d’Hubert Wolf : Römische Inquisition und Indexkongregation (1814-1917), Paderborn, Schöning, 2005, 7 volumes.

8 La censure originale se trouve aux archives du Saint Office : ACDF, S. C. Indice, Protocolli. Degola, 1838-1841, f° 535 r°-536 v°, 4 pages imprimées, 30 mars 1841, Agostino De la Croix, S. J.

9 Sur le jésuite belge Augustin Delacroix (1791-1873), économe (1829) puis recteur (1844) du Collegio germanico et collaborateur très assidu de la congrégation de l’Index où il fut le censeur des neue Gedichte de Heine, cf. Hermann H. Schwedt unter Mitarbeit von tobias Lagatz, Prosopographie von Römischer Inquisition und Indexkongregation, 1814-1917, Paderborn, Schöning, 2005, 2 vol., tome 1, p. 453-457.

10 Archivio di Stato di Roma, Segreteria di Stato Interni, anno 1838, rub. 14.

11 Neveu B., L’Erreur et son juge. Remarques sur les censures doctrinales à l’époque moderne, Naples, Bibliopolis, Istituto per gli studi filosofici, « Studi » 12, 1993.

12 Amadieu J.-B., « La littérature française du xixe siècle à l’Index », dans Revue d’histoire littéraire de la France, 2004/2, p. 395-422.

13 Sur la composition de la congrégation de l’Index au premier xixe siècle, on se permet de renvoyer à Boutry Ph., Souverain et Pontife. Recherches prosopographiques sur la Curie romaine à l’âge de la Restauration (1814-1846), Rome, Collection de l’École française de Rome, 2002, p. 56-66.

14 L’ensemble des Index de l’époque moderne et contemporaine a été repris, ordonné et rapporté aux éditions originales dans Index librorum prohibitorum, 1600-1966, par De Bujanda J.M., avec l’assistance de Richter M., Université de Sherbrooke, Centre d’Études de la Renaissance, Montréal, Médiaspaul et Genève, Droz, 2002. On se reportera à ce travail pour connaître la liste complète des ouvrages condamnés.

15 Baillès J. M. J., La congrégation de l’Index mieux connue et vengée, par l’ancien évêque de Luçon, Paris, Poussielgue, 1866.

16 Le sens actif du terme (l’équivalent de l’allemand Zivilisierung, « action de civiliser », « processus actif de civilisation ») est encore couramment employé dans la langue du premier xixe siècle : qu’il suffise de se référer au Guizot de l’Histoire de la civilisation en Europe et de l’histoire de la civilisation en France (Paris, 1829-1832, 6 volumes). Cf. Elias N., Ueber den Prozeß der Zivilisation (19391 ; 19692), traduction française : La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann Lévy, 1973 ; Le Livre de Poche « Pluriel », 1977 (« La formation du concept de civilisation en France », p. 61-85).

17 Sand G., Mauprat, Paris, Gallimard, 1981, coll. « Folio », ch. IX, p. 138.

18 Mauprat, op. cit., ch. VIII, p. 134.

19 Ibidem, ch. XVII, p. 280.

20 Hecquet M., Mauprat de George Sand : étude critique, Lille, Presses universitaires de Lille, 1990, « textes et Perspectives », p. 70.

21 Bulger R., « Espace et temps dans Mauprat (1837) », George Sand et l’écriture du roman, Actes du XIe Congrès international George Sand, réunis par Jeanne Goldin, Montréal, Presses universitaires de l’université de Montréal, 1996, p. 363-370.

22 Mauprat, op cit, ch. XII et XIII.

23 Ibidem, ch. XIV et XV.

24 Ibid, ch. XXIV à XXVIII.

25 Ibid., ch. XXVIII, p. 416.

26 Mgr Baillès, qui sera le dernier censeur de George Sand en 1863, est à cet égard particulièrement expéditif. Il affirme sans ambages en 1864 que la lecture d’un seul des dix volumes des Misérables et de 21 des 75 chapitres que compte Le Rouge et le Noir lui ont amplement suffi pour statuer sur la nocivité des deux œuvres : « Les Misérables, auctore Victor Hugo, Paris, Bruxelles, 1864, 10 vol. ; unumquodque volumen circiter 350 paginis constat ; ideoque tria sunt milia pagellarum blasphemiis, impietatibus refertarum. Haec indicasse sufficit » ; « Le Rouge et le Noir, auctore de Stendhal (Henry Beyle), nouvelle édition entièrement revue et corrigée, Michel Lévy frères, 1860, in 12°, 506 pages […]. Ex septuaginta quinque capitulis, in quae haec opella partitur, unum et viginti priora evolvi (133 pag.), fini mihi proposito plusquam sufficientia. » (ACDF, SC Index, SCI Protocolli. Modena, 1862-1864, 20 juin 1864, Jacques Marie Joseph Baillès, De pluribus plurium amatoriis fabulis, 20 p. imprimées, p. 1, p. 9).

27 Bulger R., « Espace et temps dans Mauprat (1837) », art. cit., p. 370.

28 L’enfance de George Sand a été bercée par les contes, notamment ceux de Perrault et de Mme d’Aulnoy : « Je trouvai à Nohant les contes de madame d’Aulnoy et de Perrault dans une vieille édition qui a fait mes délices pendant cinq ou six années. Ah ! Quelles heures m’ont fait passer L’oiseau bleu, Le Petit Poucet, Peau d’Âne, Belle-Belle ou le Chevalier fortuné, Serpentin vert, Babiole et La Souris bienfaisante ! Je ne les ai jamais relus depuis, mais je pourrais tous les raconter d’un bout à l’autre, et je ne crois pas que rien puisse être comparé, dans la suite de notre vie intellectuelle, à ces premières jouissances de l’imagination » (« Histoire de ma vie », Œuvres autobiographiques, texte établi, présenté et annoté par George Lubin, Paris, Gallimard, 1970-1971, « Pleiade », 2 volumes, tome I, p. 618) ; et n’avait-elle pas, en 1808 à Madrid, comparé irrespectueusement le maréchal Murat au prince Fanfarinet, ambassadeur du roi Merlin auprès de La Princesse printanière de la même Mme d’Aulnoy (Ibid, tome I, p. 568-569) ? À propos du roman qui précède immédiatement Mauprat, Simon (1838), George Sand écrit, dans sa réplique au critique Nisard (« Lettre à M. Nisard », Revue de Paris du 15 mai 1836, p. 289-296, repris dans les Lettres d’un voyageur, Paris, Félix Bonnaire, 1837, 2 volumes, lettre XII, à M. Nisard) : « Simon se termine par l’hyménée, ni plus ni moins qu’un conte de Perrault ou de madame d’Aulnoy » (Œuvres autobiographiques, op. cit., tome II, p. 936). Et l’on sait que George Sand publiera entre 1873 et 1876 ses Contes d’une grand-mère, récemment réédités (Contes d’une grand-mère, introduction, notes, chronologie et bibliographie par Béatrice Didier, Paris, GF Flammarion, 2004). Je n’ai pu consulter l’article d’Yvette Bozon-Scalzitti, « Mauprat ou la belle et la bête », nineteenth Century French Studies, X/1-2, 1981-1982.

29 Pour suivre les indications et les conclusions de Barry J., George Sand ou le scandale de la liberté, traduit de l’américain, Paris, Le Seuil, 1982, p. 301-302.

30 Mauprat, ch. III, p. 66.

31 Ibidem, ch. XXX, p. 431.

32 On relève, en juin 1791, 77 % de prêtres jureurs dans le département du Cher et 84 % dans le département de l’Indre (dont 85 % dans le district de La Châtre). Cf. tackett t., Religion, Revolution and Regional Culture in Eighteenth-Century France. The Ecclesiastical Oath of 1791, Princeton University Press, 1985, traduction française : La Révolution, l’Église, la France. Le serment de 1791, Paris, Le Cerf, 1986, p. 360, p. 378 (d’après les notes manuscrites du chanoine Lagaudière, Archives départementales du Cher, série J, cote 828).

33 Seybert G. « Morale et violence dans les romans de Sade et de George Sand », George Sand et son temps. Hommage à Anna Rosa Poli, textes réunis par Elio Mosele, Genève, Cirvi-Slatkine, 1994, 3 volumes, tome II, p. 731-748.

34 On renverra ici à la récente thèse de doctorat de Artiaga L., Les catholiques français et la naissance de la littérature industrielle en France, en Belgique et au Québec, de 1830 à 1864, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, 2003, qui contient une importante étude des censures romaines des romans de Balzac.

35 Bedouelle G., Lacordaire, son pays, ses amis et la liberté des ordres religieux en France, Paris, Éditions du Cerf, 1991.

36 Mauprat, ch. XVIII, p. 306.

37 Ibidem, ch. XX, p. 321.

38 Ibid., ch. XIV, p. 247.

39 Ibid., ch. XIX, p. 313.

40 George Sand en donne cette définition (Michel de Bourges, ou quelque autre de ses amis hommes de loi, lui a sans doute servi d’informateur) : « On appelait ainsi un avertissement par voie de prédication, lancé par l’évêque et proclamé par tous les curés, aux habitants de leur paroisse, enjoignant de rechercher et de révéler tous les faits qui viendraient à leur connaissance sur le crime dont on informait ». Mauprat, ch. XXIV, p. 364.

41 Sur l’usage de la procédure du monitoire sous l’Ancien Régime, Éveillon J., Traité des excommunications et monitoires, Angers, avril, 1651 ; Traité des excommunications et monitoires, avec la manière de publier, fulminer et exécuter toutes sortes de monitoires et d’excommunications, seconde édition, Paris, Couterot, 1672 ; Dupont P., Les Monitoires à fins de révélations dans la procédure séculière, Paris, Rousseau, 1930, ainsi que le beau dossier réuni par Cabantous A., « Dieu et les pilleurs », Les Côtes barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorales en France, 1680-1830, Paris, Fayard, 1993, p. 151-176.

42 Mauprat, ch. XXIV, p. 364-365.

43 Sur l’importance de la figure de M. Homais pour la compréhension de l’histoire intellectuelle et politique de l’anticléricalisme français, Agulhon M., « Monsieur Homais, ou le militantisme », Histoire vagabonde III. La Politique en France, d’hier à aujourd’hui, Paris, Gallimard, 1996, p. 43-60.

44 Mauprat, ch. XXVII, p. 397.

45 Ibidem, ch. XX, p. 329.

46 Ibid., ch. XX, p. 330.

47 Mortier R., « George Sand et le siècle des Lumières », George Sand et son temps. Hommage à Anna Rosa Poli, op. cit., tome II, p. 689-700.

48 Mauprat, ch. XIII, p. 228.

49 Ibidem, ch. X, p. 154.

50 Ibid., Notice, p. 33.

51 Ibid., ch. III, p. 65.

52 Ibid., ch. XX, p. 326.

53 Ibid., ch. XXI, p. 334.

54 Reynaud J., Philosophie religieuse. Terre et ciel, Paris, Furne, 1854. Sur Jean Reynaud qui fut, aux côtés de Pierre Leroux, co-directeur de l’Encyclopédie nouvelle, Cuchet G., « Utopie et religion au xixe siècle. L’œuvre de Jean Reynaud (1806-1863), théologien et saint-simonien », Revue historique, CCCVI/3, 2003, p. 577-599.

55 Sur l’évolution religieuse de George Sand, Moret M. M., Le Sentiment religieux chez George Sand, Paris, Vigné, 1936 ; Gaulmier J., « George Sand et le pasteur Alexis Muston », Revue d’histoire littéraire de la France, LXXVI, 1976/4, p. 558-571 ; Viard J., « George Sand, le communisme et l’Église de l’avenir », Travaux de linguistique et de littérature, XIV, 1976/2, p. 117-139 ; Christophe P., « George Sand, l’Évangile et Jésus » Mélanges de sciences religieuses, XXXIV, 1977, p. 148-171 ; Anne Chevereau, George Sand : du catholicisme au paraprotestantisme, Paris, EPHE, 1987 ; Chalaye G., La Religion de George Sand. Une mythologie romantique, thèse de doctorat, Aix-en-Provence, 1995, 2 volumes (non consulté).

56 Mauprat, ch. XXIX, p. 423.

57 Ibidem, ch. XX, p. 323.

58 Michèle Hecquet a souligné à juste titre l’influence de la Jérusalem délivrée sur le roman.

59 Rosa M., « Sulla condanna dell’Esprit des Lois e sulla fortuna di Montesquieu in Italia », Rivista di Storia della Chiesa in Italia, XIV (1960), p. 411-428.

60 Macé L., « Les premières censures romaines de Voltaire », Revue d’histoire littéraire de la France, 1998/4, p. 531-551 ; ainsi que les recherches en cours de Catherine Maire sur la censure des Lumières à l’Index et au Saint-Office dans la seconde moitié du xviiie siècle.

61 Mauprat, ch. XV, p. 260.

62 On sait que, quelques années après la parution de Mauprat, George Sand consacre à Jean-Jacques un long article intitulé « Quelques réflexions sur Jean-Jacques Rousseau : fragment de réponse à un fragment de lettre », Revue des deux mondes, 1er juin 1841. Sur l’influence de Rousseau sur George Sand, quelques notations : Chastagnaret Y., « Mauprat ou du bon usage de l’Emile », Présence de George Sand, n° 8, mai 1980, p. 10-15 ; Trousson R., « George Sand et le Vicaire savoyard : Mademoiselle La Quintinie », Présence de George Sand, n° 8, mai 1980, p. 27-31 ; Poli A., « La notion de peuple chez Rousseau et George Sand », Présence de George Sand, n° 8, mai 1980, p. 37-39 ; Trousson R., « De Jacques à Jean-Jacques, ou du bon usage de la Nouvelle Héloïse » George Sand et son temps. Hommage à Anna Rosa Poli, op. cit., tome II, p. 749-767 ; et, plus généralement, Raymond Trousson, Défenseurs et adversaires de Jean-Jacques Rousseau d’Isabelle de Charrière à Charles Maurras, Paris, Champion, 1995.

63 Mauprat, ch. X, p. 154-155.

64 Ibidem, ch. XI, p. 189.

65 Ibid., ch. XI, p. 204.

66 Ibid., ch. XII, p. 222-223.

67 Chastagnaret Y., « Mauprat ou du bon usage de l’Emile », art. cit., p. 11, p. 13.

68 Mauprat, ch. XIII, p. 229-231.

69 Ibidem, ch. XXIX, p. 424.

70 Ibid., ch. III, p. 66-67.

71 Ibid., ch. III, p. 67.

72 Ibidem, ch. III, p. 66.

73 Borchi N., « Jean-Jacques Rousseau et Jean-Baptiste René Robinet devant le Saint-Office », xviiie siècle, n° 34, 2002, p. 335-348.

74 Index librorum prohibitorum, 1600-1966, op. cit., p. 787-788.

75 Sur la notion de « gouverneur » dans la théorie et la pratique du xviiie siècle, cf. la belle réflexion de Julia D., « Gilbert Romme, gouverneur (1779-1790) », Gilbert Romme (1750-1795). Actes du colloque de Riom (19 et 20 mai 1995). Textes réunis et présentés par Jean Ehrard, Paris, Société des Études Robespierristes, 1996, p. 43-78.

76 Mauprat, ch. XI, p. 204.

77 Hecquet M., Mauprat de George Sand, op. cit., p. 58 sqq.

78 Mauprat, ch. XXIX, p. 433.

79 ACDF, S. C. Indice, Protocolli, 1838-1841, f° 541-542 (déjà cité).

80 On en trouvera les principales pièces dans Le Guillou M.-J. et L. (éd.), La condamnation de Lamennais, Paris, Beauchesne, 1982.

81 Sur la rupture de Lamennais avec l’Église catholique, Derré J. R., Lamennais, ses amis et le mouvement des idées à l’époque romantique (1824-1834), Paris, Klincksieck, 1962 ; Le Guillou L., L’Évolution de la pensée religieuse de Félicité Lamennais, Paris, Armand Colin, 1965, et Les Discussions critiques de Lamennais. Journal de la crise mennaisienne. Genèse et édition du manuscrit 356 de la Bibliothèque universitaire de Rennes, Paris, Armand Colin, 1967 ; Lebrun J., Lamennais ou l’inquiétude de la liberté, Paris, Fayard/Mame, 1981.

82 Index librorum prohibitorum, 1600-1966, op. cit., p. 501-502.

83 « Aux jours de mon plus amer scepticisme, vous fûtes toujours la seule émanation divine, revêtue de chair, que mes doutes respectèrent, l’esprit de négation qui s’était logé en moi, ne voulut pas s’attaquer à vous. Il y a bien des années que je vous regarde comme le seul enfant des hommes qui puisse quelque chose pour moi, et dont la vertu me semble plus forte que ma douleur. À présent que je reprends un peu à la vie, vous me devez d’être le flambeau qui me guidera au sortir des ténèbres, dans cette route inconnue où se lève le crépuscule » (Correspondance, 1817-1876, éditée par George Lubin, Paris, Garnier, 1964-1991, 25 volumes, tome III, p. 187, George Sand à Lamennais, 27 décembre 1835).

84 Christophe P., George Sand, l’Évangile et Jésus, art. cit., p. 157.

85 Correspondance, tome III, p. 401.

86 Mauprat, ch. XI, p. 201.

87 Ibidem, ch. XI, p. 213.

88 Ibid., ch. XI, p. 197.

89 Ibid., ch. XVI, p. 268. C’est le cantique du vieillard Siméon : « C’est maintenant, Seigneur, que vous laisserez mourir en paix votre serviteur, selon votre parole, puisque mes yeux ont vu le Sauveur que vous nous donnez »… (Luc, 2, 29-30 ; cité dans la traduction de Le Maistre de Sacy), dont Bach fera son admirable cantate Ich habe genug (BWV 82).

90 Correspondance, tome III, p. 186, George Sand à Félicité de Lamennais, 27 décembre 1835.

91 Paroles d’un croyant, ch. XIX, ch. XXI (Lamennais, Œuvres, introduction de Henri Guillemin, Genève, Éditions du Milieu du Monde, s.d., p. 341, p. 344).

92 Mauprat, ch. X, p. 178-179.

93 Ibidem, ch. X, p. 179.

94 Paroles d’un croyant, loc. cit., ch XXVII, p. 357.

95 Ibid., ch. XXXIX, p. 384-385.

96 Mauprat, ch. XXVI, p. 387.

97 Sicard C., « La genèse de Mauprat », Revue d’histoire littéraire de la France, 1968/5, p. 782-797 ; « En marge d’une note de Mauprat », Revue d’histoire littéraire de la France, 1969/2, p. 276-279 ; « Préface », George Sand, Mauprat, Paris, Garnier-Flammarion, 1969, p. 11-24.

98 Lacassagne J.-P., « Préface », Sand G., Mauprat, Paris, Gallimard, 1981, f° 7-29 ; « La genèse de Mauprat », op. cit., p. 442-455.

99 Correspondance, tome II, p. 824, George Sand à Sainte-Beuve, vers le 10 mars 1835.

100 Ibidem, p. 827, George Sand à François Buloz, 11 mars 1835.

101 Ibid., p. 830, George Sand à François Buloz, 15 mars 1835.

102 Ibid., p. 834, George Sand à François Buloz, 19 mars 1835.

103 Sur Louis Chrysostome Michel, dit « Michel du Var », puis « Michel de Bourges » (1797-1853), on renverra aux deux brèves études d’Aristide Douarche, Michel de Bourges et le parti républicain (1797-1853), Cours d’appel de Bourges. Audience solennelle de rentrée (3 novembre 1882), Bourges, Sire, 1882, et d’A. Magon-Barbaroux, Michel de Bourges, étude biographique, Marseille, Flammarion, Aubertin et Rolle, 1897 ; et surtout à George Sand elle-même, Correspondance, op. cit., tome III et IV, ad indicem ; « Lettres d’un voyageur (1837) », Œuvres autobiographiques, texte établi, présenté et annoté par George Lubin, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1970-1971, 2 volumes, lettre VI, « à Éverard » (11 avril 1835), tome II, p. 779-817 ; et « Histoire de ma vie (18541855) », Œuvres autobiographiques, op. cit., Ve partie, chapitres VIII et IX, tome II, p. 313-364. Les principaux discours de Michel de Bourges ont été rassemblés et édités par Martin L., Michel de Bourges, Plaidoyers et discours, Paris, Dunod et Pinat, 1909.

104 Correspondance, tome III, p. 660, George Sand à Michel de Bourges, 21 janvier 1837.

105 Histoire de ma vie, op. cit., tome II, p. 358.

106 C’est, pour André Maurois, un « républicain farouche », un « tribun redouté », un « tribun égoïste et fatigué », « malade d’ambition insatisfaite » ; « la politique instinctive de Sand était tout amour et justice ; celle de Michel avait le pouvoir pour but, la guillotine pour moyen » ; « son éloquence était plus de métier que de cœur » (Lélia ou la vie de George Sand, Paris, Hachette, 1952 ; édition Marabout, Verviers, 1980, p. 226-229, p. 246, p. 270). Joseph Barry n’est guère plus tendre : « Ce petit homme hardi, voûté, chauve, vieux avant l’âge et passablement laid, d’humble souche paysanne, fut peut-être l’amant le plus satisfaisant qu’eut jamais George Sand » ; mais il relève aussi « le discours politique du tribun, essentiellement déplacé », le goût pour « l’autocratie domestique » et « l’humour douteux » ; bref, « un homme qui ne voulait rien changer à son style de vie confortable, qui était plus aimé qu’il n’aimait » (George Sand ou le scandale de la liberté, traduit de l’américain, Paris, Le Seuil, 1982, p. 268, p. 273, p. 307).

107 On renverra ici au Journal des idées et des opinions d’un révolutionnaire de 1830, insérées dans Littérature et philosophie mêlées (1834) ; réédition récente dans les Œuvres complètes. Critique, présentation de Jean-Pierre Reynaud, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1985, p. 118-138. Sur ce texte, Hovasse J.-M., Victor Hugo. I – Avant l’exil, Paris, Fayard, 2001, p. 473-476.

108 Vermeylen P., Les Idées politiques et sociales de George Sand, Bruxelles, Éditions de l’Université libre de Bruxelles, 1984 ; Hamon B., George Sand et la politique. « Cette vilaine chose… », Paris, L’Harmattan, 2001 ; et surtout l’ensemble des textes réunis dans Politique et polémiques (18431850), présentation de Michelle Perrot, Paris, Imprimerie Nationale, 1997.

109 Weil G., Histoire du parti républicain en France, 1814-1870, Paris, Alcan, 1900 ; Perreux G., La Propagande républicaine au début de la monarchie de Juillet, Paris, Hachette, 1930 ; Aminzade R., Ballots and Barricades. Class Formation and Republican Politics in France, 1830-1871, Princeton University Press, 1993 ; Gilmore J., La République clandestine, 1818-1848, Paris, Aubier, 1997 ; Bouchet B., Le Roi des barricades. Une histoire des 5 et 6 juin 1832, Paris, Seli Arslan, 2000 ; Darriulat Ph., Les Patriotes. La gauche républicaine et la nation, 1830-1870, Paris, Le Seuil, 2001 ; Bourguinat N., Les « partis » de gauche pendant la monarchie censitaire, et Bouchet Th., « Les sociétés secrètes pendant la monarchie censitaire », Histoire des gauches. 1 – L’héritage du xixe siècle. 2 – xxe siècle : à l’épreuve de l’histoire, Becker J.-J. et Candar G. (dir.), Paris, La Découverte, 2004, 2 volumes, tome I, p. 61-68 et p. 161-168.

110 Sur l’« anti-féodalisme » qui caractérise, dans la longue durée, l’histoire politique, sociale et culturelle des campagnes françaises au xixe siècle, et au-delà, Soboul A., Problèmes paysans de l’histoire de la Révolution, 1789-1848. Études d’histoire révolutionnaire, Paris, Maspero, 1976 ; et Corbin A., Le Village des cannibales, Paris, Aubier, 1990, Collection historique.

111 La citation de Mauprat est extraite du ch. I, tome 45.

112 Raillard C., Pierre Leroux et ses œuvres. L’homme, le philosophe, le socialiste, Châteauroux, Longbois et Cie, 1899 ; thomas P., Pierre Leroux, sa vie, son œuvre, sa doctrine. Contribution à l’histoire des idées au xixe siècle, Paris, Alcan, 1904 ; Evans D.-O., Le Socialisme romantique. Pierre Leroux et ses contemporains, Paris, Marcel Rivière, 1948 ; Viard J., Pierre Leroux, George Sand, Mazzini, Péguy e noi, Lecce, Milella, 1980 ; Le Bras-Chopard A., De l’égalité dans la différence. Le socialisme de Pierre Leroux, Paris, FNSP, 1986.

113 Evans D.-O., Le Socialisme romantique, op. cit., p. 109.

114 Lacassagne J.-P., Préface, loc. cit., p. 16.

115 Pommier J., George Sand et le rêve monastique, Paris, Spiridion/Nizet, 1966.

116 Lacassagne J.-P., Histoire d’une amitié, Pierre Leroux et George Sand (d’après une correspondance inédite), Paris, Klincksieck, 1973, p. 23.

117 « La civilisation […]. marchait rapidement vers la grande convulsion révolutionnaire » (Mauprat, ch. I, p. 45) ; « la maisonnette dont on lui [Patience] fit accepter la jouissance était assez humble pour ne pas le faire rougir d’une transaction trop apparente avec la civilisation » (ch. X, p. 153).

118 « Cette éducation sociale s’était faite naturellement. » (ch. XVII, p. 280) ; « L’éducation peut et doit trouver remède à tout, là est le grand problème à résoudre. » (conclusion de 1852, ch. XXIX, p. 433).

119 « Il faut que l’homme souffre, et que, dans cet enfantement d’une nouvelle destinée, tous les ressorts de son être se tendent jusqu’à se briser. » (ch. XI, p. 183-184).

120 « Je m’imagine que, de père en fils, les éducations vont en se perfectionnant. » (ch. X, p. 158) ; « Les progrès de mon esprit et de ma raison parurent satisfaire Edmée. » (ch. XVII, p. 280).

121 Hecquet M., Mauprat de George Sand, op. cit., p. 58.

122 Bénichou P., Le temps des prophètes. Doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard, 1977, p. 422.

123 « La commission de l’Index s’est réunie les 10 et 24 mai derniers ; sa décision sanctionnée par le pape le 12 ou le 15 juin défend aux fidèles la lecture de sept ou huit de vos ouvrages ; vous êtes de beaucoup la mieux partagée. » Correspondance, t. V, p. 391, n. 1, Paul Gaubert à George Sand, Paris, 27 juillet 1841.

124 Correspondance, t. V, p. 391, George Sand au docteur Paul Gaubert, 1er août 1841.

125 Mauprat, ch. XI, p. 190.

126 Ibidem, ch. XI, p. 189.

127 Ibid., conclusion de 1852, ch. XXX, p. 433.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540