Desktop versionMobile version

George Sand

 | 
Noëlle Dauphin

Deuxième partie. Du terroir à l'horizon national et européen : combats pour les libertés

L’impact de George Sand et des saint-simoniens outre-Manche

Pamela Pilbeam

Index terms

Geographical index :

France

Full text

  • 1 Traduit de l’anglais par Anne-Lucie Fernandez (Master Traduction, Université d’Orléans).

1Note portant sur l'auteur1

2Cette étude analyse le regard porté Outre-Manche sur George Sand et le Saint-Simonisme. On examinera l’attitude de George Sand envers le mouvement saint-simonien, la façon dont les Britanniques accueillirent George Sand – la considéraient-ils saint-simonienne ? – et pour finir, la fortune du mouvement saint-simonien en Grande-Bretagne.

  • 2 Sand G., Correspondance, G. Lubin (éd.), Paris, Garnier, 1964-1991, 25 vols ; Letters of George Sa (...)
  • 3 Thomson P., George Sand and the Victorians, London, 1977 ; Blount P. G., George Sand and the Victo (...)
  • 4 Bibliothèque de l’Arsenal, Papiers d’Eichthal, Ms.14385, Mission en Grande Bretagne, novembre 1831 (...)
  • 5 Lettres Mill à d’Eichthal, Arsenal Ms.13756.
  • 6 Carlyle’s letters to Eichthal, Arsenal, Ms.14385.
  • 7 Pankhurst R. K. P., The Saint-Simonians, Mill and Carlyle, Norwich and London, 1957.

3La documentation ne manque pas sur George Sand. Elle écrivit une centaine de livres, un nombre considérable de lettres et rédigea une biographie substantielle, accessible dans plusieurs éditions2. Les universitaires britanniques ont dans l’ensemble concentré toute leur attention sur la romancière3. On a en revanche écrit moins d’ouvrages sur le mouvement saint-simonien en Grande-Bretagne. Des comptes-rendus subsistent de leur mission en Angleterre4 ; on possède une correspondance entre John Stuart Mill et Gustave d’Eichthal5, des lettres de Thomas Carlyle6, ainsi qu’une utile étude des liens qu’entretinrent Mill, Carlyle et le courant saint-simonien en France7.

L’intérêt de George Sand pour le Saint-simonisme

  • 8 G. Lemonnier, Les saint-simonistes, p. 3, Paris, 7 juin 1832.

4George Sand s’intéressa au mouvement saint-simonien, bien qu’elle n’y appartînt jamais. Elle eut pour amis ou amants les saint-simoniens Pierre Leroux, Jean Reynaud et Adolphe Guéroult. Elle adhéra à deux grandes idées saint-simoniennes : la libération de la femme et l’affranchissement pacifique et progressif des travailleurs8. Par ailleurs George Sand vécut presque en saint-simonienne. D’une part, elle fut une véritable femme nouvelle, libre dans sa vie privée, vivant séparée de son mari, ayant un grand nombre d’amants, majoritairement des hommes, mais également quelques femmes. Elle recherchait aussi ardemment la notoriété publique que les saint-simoniens. Elle portait des pantalons et fumait en public, ce qui ne se faisait point à cette époque et suscitait les moqueries. Elle fut ainsi une cible pour la presse. Daumier, dans Le Charivari, publia toute une série de caricatures, intitulée les Bas Bleus et dont George Sand était l’antihéros. D’autre part, les thèmes de ses romans – qu’il s’agisse de la femme victime d’un mariage malheureux ou bien de la question sociale – suscitèrent l’intérêt des saint-simoniens

  • 9 Sand G., « Histoire de ma vie (IVe partie, chap. XV) », Oeuvres autobiographiques, Dijon, Gallimar (...)

5Son premier roman, Indiana (1832), était imprégné de la philosophie de la femme libérée, très proche du saint-simonisme. Indiana se trouve piégée dans un mariage malheureux ; le roman tout entier déplore l’inégalité dans le mariage contemporain. On y relève de constantes références au suicide. Indiana est constamment tentée par l’amour adultère, ne cesse de parler de ses sentiments amoureux, mais reste fidèle, ce qui n’est pas exactement saint-simonien. George Sand précisa : « Je n’étais pas saint-simonienne, je ne l’ai jamais été, bien que j’aie eu des vraies sympathies pour quelques idées et quelques personnes de cette secte… J’écrivis donc ce livre sous l’empire d’une émotion et non d’un système9. » À l’époque où elle écrit Indiana, l’auteur vient juste de quitter son mari pour s’installer libre à Paris avec sa petite fille, Solange.

6Les deux sœurs qui sont les personnages centraux de Lélia (1833) semblent également assez saint-simoniennes, mais le thème majeur du roman c’est que l’amour libre entraîne des conséquences tragiques. Marie Talon, une des « mères » saint-simoniennes, envoya à George Sand une publication saint-simonienne, dans laquelle Lélia était présenté comme un roman inspiré par les idées réformistes de Saint-Simon. George Sand répondit :

  • 10 Sand G., Correspondance, op. cit., t II, 12 novembre 1834 lettre à Marie Talon, p. 740 dans Vermey (...)

« De vives sympathies me lient de cœur et d’intention aux saint-simoniens ; mais je n’ai pas encore trouvé une solution aux doutes de tout genre qui remplissent mon esprit, et je ne saurais en accepter aucune que je n’eusse bien examinée. Le saint-simonisme des femmes est loin de m’offrir cette solution puisqu’il est encore à faire, et que, parmi le peu de femmes qui l’ont embrassé, le point principal est encore en litige […]. Je ne crains pas de déclarer que j’aime le saint-simonisme parce que l’avenir qu’il offre aux hommes est admirable de vigueur et de charité. Mais les femmes n’ont encore rien à dire, ce me semble. Que la belle et poétique pensée que vous désignez, je crois, par ce mot, la mère, soit énoncée clairement et je saurai si mon cœur peut l’accepter10. »

  • 11 Horace, Paris, Calmann-Levy, 1880.

7George Sand parle du saint-simonisme dans Horace, mais seulement pour souligner l’imperfection des idées qu’il véhicule ; le héros s’éloigne des doctrines de ses adeptes, en particulier en les accusant d’être des charlatans11.

  • 12 Thomson P., op. cit., p. 3.

8La romancière passa des problèmes de la femme à la question sociale, influencée peut-être par Michel de Bourges et Pierre Leroux : « Pas tant de sollicitude pour une seule créature ! [plutôt] cette humanité qui déroge et qui souffre12. » Ses héros masculins sont devenus l’artisan ou le paysan, ce qui s’accorde également avec les idées saint-simoniennes. Sous l’influence de George Sand et avec son argent, les saint-simoniens, puis les fouriéristes firent des ouvriers des héros, ce qui se retrouve dans les illustrations de Traviès et surtout de Charlet. Ce fut elle qui découvrit l’ouvrier-poète. Elle soutint les poètes et écrivains saint-simoniens, comme Vinçard et Perdiguier, leur donnant des moyens de vivre et les aidant à faire publier leurs poèmes, chansons et journaux.

  • 13 Vermeylen P., op. cit., p. 178.
  • 14 Sand G., « Lettres d’un voyageur (lettre X) », Œuvres autobiographiques, éd. G. Lubin, tome 2, Par (...)

9Cependant avec Enfantin le saint-simonisme adopta un étrange mysticisme. Une des amies de George Sand, Inès de Nervo, comtesse de Taillevis de Périgny, lui demanda d’assister aux conférences saint-simoniennes. George Sand écrivit à Charles Meure : « J’ai entendu les saint-simoniens, hélas13 ! » Comme la plupart des saint-simoniens eux-mêmes, elle trouvait Enfantin trop autoritaire ; il ne croyait pas que les femmes fussent réellement égales aux hommes. Pour ces raisons, la plupart des adeptes quittèrent la secte début 1832. George Sand elle-même écrivit : « Enfantin et le système ont péché tous deux… Je l’accuse de n’être point un grand homme [et le système] d’être un système et non un principe14. »

10En 1835, quand Adolphe Guéroult pensa suivre Enfantin en Egypte cherchant la « mère » saint-simonienne, elle lui écrivit :

  • 15 Sand G. Correspondance, t. II, Lettre à Guéroult, 12 avril 1835, p. 854 dans Vermeylen P., op. cit (...)

« Le seul inconvénient que je vois à cette détermination, c’est qu’un séjour nouveau avec les chefs saint-simoniens augmentera en vous le sentiment du fanatisme pour des hommes et des noms propres. Je n’aime pas ce sentiment, je le trouve petit, ravalant et niais… Mettez-vous au service d’une idée, et non pas au pouvoir d’Enfantin15. »

11Néanmoins trois mois plus tard, elle demandait à Guéroult la date d’une conférence saint-simonienne à laquelle elle souhaitait assister. En octobre 1835 elle reconnaissait :

  • 16 Ibidem, Lettre à Guéroult, 20 oct.1835, t. III, p. 73, dans Vermeylen P., op. cit., p. 180.

« Je vous dis, moi, que je ne connais et n’ai jamais connu qu’un principe : celui de l’abolition de la propriété. Voilà en quoi j’ai toujours vénéré le saint-simonisme16. »

12Mais elle n’avait aucune confiance dans ses dirigeants :

  • 17 Ibid.

« Que croient-ils, que pensent-ils, que veulent-ils ? Autant que j’en ai pu juger par Vinçard, ce sont des républicains à l’eau de rose, des gens de bien, mais beaucoup trop doux, trop évangéliques et trop patients. Les éléments de l’avenir seraient une race de prolétaires farouches, orgueilleux, prêts à reprendre par la force tous les droits de l’homme. Mais où est cette race ? On la séduit d’un côté par une apparence de bien-être, de l’autre par les maximes de tolérance et [de] prétendue civilisation dont elle sera dupe. Pauvre peuple17 ! »

13Elle condamnait l’absence de toute action décisive à la fois chez les saint-simoniens et les fouriéristes :

  • 18 Sand G., Lettres d’un voyageur, op. cit., p. 903-904.

« J’aime beaucoup les systèmes, le cas d’application excepté. J’aime la foi saint-simonienne, j’estime fort le système de Fourier ; je révère ceux qui, dans ce siècle maudit, n’ont subi aucun entraînement vicieux, et qui se retirent dans une vie de méditation et de recherche pour rêver le salut de l’humanité. Mais je crois qu’avec la moindre vertu mise en action, et soutenue par une certaine énergie, on en ferait plus qu’avec toute la sagesse des notions délayées dans les livres18. »

  • 19 Perrot M., « La morale politique de George Sand », Michaud S. (éd.), Flora Tristan, George Sand, P (...)
  • 20 Hamon B., George Sand et la politique, Paris, 2001, p. 55-57.
  • 21 2 avril 1836, Vermeylen P., op. cit., p. 180.

14Les saint-simoniens recherchèrent l’adhésion de George Sand et espérèrent qu’elle les rejoindrait et deviendrait le messie féminin19 dont ils rêvaient. En 1835 un des disciples faisant retraite à Ménilmontant, Pol Justus, réalisa une lithographie de George Sand, copiée d’un médaillon. Pour le nouvel an 1836, la Famille lui envoya des cadeaux faits par des artisans saint-simoniens20. Dans sa lettre de remerciements, elle parla de ses craintes que le mouvement ne soit devenu autoritaire : « Il faut un gouvernement qui s’appellerait conseil et pas domination ; persuasion et non pas puissance21. » En 1844 lorsque Michel Chevalier, l’un des trois chefs de l’école, lui proposa un rédacteur pour son journal, L’Éclaireur, elle répondit :

  • 22 Vermeylen P., op. cit., p. 449.

« Des socialistes bâtards, débris du saint-simonisme et du fouriérisme, ont la conscience souple comme un gant. Ils prétendent poursuivre une révolution pacifique, et feignent de ne pas s’apercevoir qu’avec leurs transactions et leurs accommodements, ils abandonnent les principes et jettent la société dans le vague, dans un scepticisme, dans une indifférence funeste22. »

15Selon elle, les saint-simoniens avaient le tort de dévier vers des principes qui faisaient scandale :

  • 23 Ibidem, lettre à son cousin René Vallet de Villeneuve, 20 janvier 1846, p. 181.

« Dans les débuts de la prédication saint-simonienne, il y eu encore d’excellentes idées émises par des hommes d’un mérite réel. Le tort a été de vouloir affranchir les femmes au profit de ceux qui les aimaient un peu trop, et de se mettre en représentation d’une manière ridicule sans savoir où on allait dans la pratique. J’ai horreur du libertinage d’abord, et ensuite de l’affectation. J’ai donc donné la main à certaines idées, et tourné le dos à certaines personnes23. »

L’intérêt des Anglais pour George Sand

  • 24 Lewis vécut plusieurs années hors mariage avec George Eliot, parce que sa femme refusait le divorc (...)
  • 25

16Sand fut l’idole des radicaux anglais durant l’ère victorienne. Elle était l’écrivain étranger le plus lu après Gœthe. Le Foreign Quarterly Review fit paraître des critiques enthousiastes de ses livres, rédigées par George Henry Lewis24 et Mary Margaret Busk, tandis que celles de John Stuart Mill parurent dans la London Review et, à partir de 1835, dans la Westminster Review quand les deux revues fusionnèrent. Matthew Arnold fit des comptes-rendus favorables de Sand dans la Fortnightly Review d’Anthony Trollope, fondée en 186525. Les Anglais, et surtout les Anglaises, étaient vivement séduits par son féminisme. Elle était lue par les femmes écrivains les plus éminentes de toute l’Angleterre et ses idées, ses sentiments et sa philosophie se retrouvent dans leurs propres livres. Aux yeux des Anglais, George Sand était la première véritable femme libre. Toutes les meilleures auteures de Grande-Bretagne l’admiraient, notamment Elizabeth Barrett Browning, George Eliot, Charlotte Brontë et Jane Carlyle, la femme de Thomas.

  • 26 Carlyle J. W., Letters to her Family 1839-1863, éd. L. Huxley, London, 1924, et Thompson P., op. c (...)
  • 27 Blount P. G., op. cit., p. 41, « Carlyle constantly tried to cure Jane of her George Sandisms. He (...)
  • 28 Blount P. G., op. cit., p. 145, « Mérimée gossiped of Sand’s leaving his bed, the only night they (...)
  • 29 Robert Browning ne partageait pas l’enthousiasme de sa femme. Il détestait son « Gospel of Fratern (...)

17Leur enthousiasme ne s’étendait pas aux passages où elle écrivait sur le sexe. Ils préféraient également ignorer les détails de sa vie amoureuse. Jane Carlyle poussa la pruderie jusqu’à emprunter ses livres à la Bibliothèque de Londres sous le nom d’Erasmus Darwin26. Son mari tenta sans relâche d’éliminer les « sandismes » de Jane. Selon lui, George Sand avait inventé une nouvelle religion apprenant « la dévotion au phallus, avec Sue et Balzac comme apôtres et Madame Sand la vierge27 ». En 1853 Elizabeth Browning, sous l’influence de Consuelo, écrivit un poème intitulé Aurora Leigh. Cependant, d’éducation morale stricte, elle ne pouvait tolérer la sexualité libérée des romans de George Sand, qu’elle admirait en tant que femme indépendante et écrivain consciencieux : « Mérimée racontait que Sand a quitté son lit, la seule nuit qu’ils ont passé ensemble, à commencer son prochain roman, assise devant un feu mourant28. » Que pouvait penser Elizabeth Browning d’un tel professionnalisme ! Dans son poème, Aurora était un écrivain androgyne, mais hautement « respectable29 ». George Eliot, qui lisait George Sand depuis 1845, la prit comme modèle tant pour sa vie privée – elle vécut longtemps avec Arthur Lewis, auquel sa femme ne voulait pas accorder le divorce – que pour son style. En admiration de George Sand, elle en reprit également le prénom masculin.

  • 30 Howe S., Géraldine Dewsbury : her Life and Errors, 1935 ; Blount P. G., op. cit., p. 43.

18Geraldine Dewsbury – une autre femme écrivain, aujourd’hui presque oubliée, et dont le roman, Zoe, l’histoire de deux vies, fut publié en 1847 – était encore plus déterminée à l’imiter. Elle écrivait avec prolixité sur l’amour libre en des termes très francs et enthousiastes. Le bibliothécaire de sa ville natale, Manchester, garda son roman sous clef pour protéger les jeunes. Dewsbury tenta également de suivre l’exemple de George Sand dans sa vie privée, d’un côté avec un saint-simonien, Lambert Bey, qui s’était converti à l’Islam, et de l’autre avec son amie Jane Carlyle à qui elle écrivait des lettres excessivement passionnées. Dans un article de la Westminster Review paru en 1850, elle se montra l’admiratrice d’Enfantin30.

19Mais les Anglais, hommes et femmes confondus, n’appréciaient pas chez l’écrivain la critique absolue des lois du mariage de l’époque, ni surtout la sexualité et la sensualité libres d’Indiana et de Lélia. Aucun de ces deux romans féministes ne fut traduit en anglais, pas plus que Valentine. En 1847 les premiers de ses romans à paraître en anglais furent Spiridion et Consuelo, moins controversés. Les Anglais et nombre de Français jetèrent un voile prude sur les innombrables amants de George Sand. Ils étaient disposés à reconnaître les motifs très pratiques, présentées par la romancière elle-même dans son Histoire de ma Vie, pour lesquelles elle s’habillait en homme et à ignorer ses affections tendres pour quelques femmes. En somme, c’était surtout le message féministe de George Sand qui intéressait les Anglais, mais sous une forme atténuée, voire franchement édulcorée.

  • 31 Thackeray W. M., « Madame Sand and the New Apolcalypse », The Paris Sketch Book (London, 1900). Th (...)

20Les Anglais admiraient également son style et sa langue, qui, pour Thackeray « étaient comme le son des cloches de la campagne31 ». C’était bien sûr des membres de la bourgeoisie qui lisaient ses romans et en faisaient des comptes rendus dans les journaux britanniques. A noter que non seulement ses admirateurs, mais aussi des journalistes très critiques, comme Croker, la lisaient et la citaient en français. Quelques-uns, comme John Stuart Mill, écrivaient couramment le français, visitaient la France et y faisaient des séjours fréquents.

21Son admirateur anglais le plus sincère fut Matthew Arnold, fils de Thomas, directeur de Rugby, public school de renom. Quand Indiana fut publié pour la première fois en 1832, Matthew Arnold n’avait que dix ans. Il découvrit les romans de George Sand pendant ses études à Rugby, où il commença également à lire La Revue des deux mondes. Cette revue servit de modèle à la Fortnightly Review créée en 1867, à laquelle Arnold contribua régulièrement. Lorsqu’il quitta Oxford en 1846, Arnold fit un pèlerinage à Nohant où George Sand l’avait invité ; elle le présenta à sa famille et ses hôtes. Il la trouva charmante et simple et resta son disciple toute sa vie. Il commença à écrire des articles sur elle en 1870. A cette époque, George Sand était depuis longtemps devenue la « bonne dame de Nohant » et ce qui, chez elle, attirait Arnold plus que tout, était son idéalisme.

22A l’occasion du premier anniversaire de la mort de George Sand en 1877, Arnold tenta de faire sortir l’écrivain de l’oubli où elle était tombée en Grande-Bretagne. Il essaya de rappeler aux lecteurs les livres qu’il avait préférés : Lettres d’un voyageur, Mauprat, parce que ce roman racontait l’histoire d’un mariage d’amour où le couple demeure fidèle, François le Champi, pour sa représentation de la nature, et Valvèdre. Il ne mentionna aucun des romans qui avaient choqué le public. C’était l’idéalisme et le romantisme de George Sand qu’il admirait ; il pensait qu’elle et lui partageaient la même ferveur à réformer le monde. Il concluait son article d’anniversaire sur ces mots :

  • 32 Blount P. G., op. cit., p. 124-128, « The immense vibration of George Sand’s voice upon the ear of (...)

« L’immense vibration de la voix de George Sand dans l’oreille de l’Europe ne s’éteindra pas de sitôt. On a abondamment parlé de ses passions et de ses erreurs. Elle les a laissées derrière elle et le monde les oubliera. Ce que l’humanité retiendra d’elle, ce sera le sentiment d’avoir bénéficié du passage sur terre de cette grande et franche nature, d’avoir été stimulé par cette vaste et pure expression, l’expression des dieux primitifs32. »

23Les critiques victoriens trouvaient son expression trop sentimentale et les plus conservateurs étaient implacablement hostiles. John Wilson Croker déclarait qu’il ne faisait de comptes-rendus de Sand dans la Quarterly Review que pour avertir les âmes jeunes et sensibles des dangers moraux de ses romans :

  • 33 Blount P. G., op. cit., p. 9, « When we know, as we do know that they [French novels] fmd their wa (...)

« Quand on sait que [les romans français] tombent dans les mains de personnes ignorant totalement ou partiellement leur vrai caractère […], nous sentons qu’il est de notre devoir de les stigmatiser d’une marque au fer rouge qui éveillera l’attention de ceux qui… permettent inconsciemment à ces agents de contagion morale d’infecter leurs logis33. »

  • 34 Blount P. G., op. cit., p. 38, « a lady who wrote novels which most men would blush to write », «  (...)
  • 35 « Advocating the absolute emancipation of woman from all moral and social obligations, and the des (...)

24En 1838 la Foreign Quarterly Review parla de George Sand comme d’« une femme qui écrivait des romans que la plupart des hommes rougiraient d’écrire34 ». Trois ans plus tard, le même journal semblait convaincu que George Sand était un écrivain dangereux, « en préconisant l’émancipation absolue de la femme de toute obligation morale et sociale et la destruction des liens du mariage […]. Les romans français d’aujourd’hui ne narrent rien d’autre que la métamorphose de la femme en un être abject, comme s’ils représentaient une seconde chute d’Eve après avoir goûté un nouveau fruit de la connaissance35 ».

  • 36 Blount P. G., op. cit., p. 6.
  • 37 Ibidem, p. 19, « Englishmen easily linked Sand with thesaint-simonians because her first works, In (...)

25Les Anglais voyaient-ils en George Sand une saint-simonienne ? Un universitaire américain expert en littérature estime que « l’on rattacha également Sand aux saint-simoniens car, dans l’esprit de nombreux Britanniques, elle était associée aux idées d’amour libre et de révolution politique36 ». Les journalistes conservateurs étaient convaincus que « les Anglais associaient Sand aux saint-simoniens parce que ses premières œuvres, Indiana, Valentine et Lélia, montrent le mariage institutionnel comme un échec. Il est probable que beaucoup d’Anglais n’ayant jamais entendu parler de Robert Owen, Charles Fourier ou Saint-Simon, n’eurent connaissance de leur conception du mariage que par les romans de Sand37 ».

  • 38 Ibid., p. 53, « But the choice of pseudonyme is not unimportant, and deserves a passing observatio (...)
  • 39 Sand G., « Histoire de ma vie (IVe partie, chap. XIV) », Œuvres autobiographiques, op. cit., t. II (...)

26Le républicanisme de Sand dérangeait les journalistes conservateurs anglais au même titre que son socialisme. Ils se méprenaient sur le choix de son pseudonyme. Croker soutenait que Sand avait choisi délibérément le nom de Karl Sand, l’étudiant allemand, assassin en 1819 de Kotzebue, l’espion de la Sainte-Alliance : « Le choix d’un pseudonyme, écrivait-il, n’est pas sans importance et mérite qu’on s’y arrête un instant – GEORGE SAND. Un écrivain français ne peut pas choisir un nom allemand par hasard […] ; bien que le nom de Sand soit en harmonie avec beaucoup de ces pages tachées de sang, il n’offre aucune promesse des scènes lascives qui sont toujours plus fréquentes38. » Si Croker en avait su davantage sur la vie amoureuse de Sand, il aurait su que Jules Sandeau était son amant quand elle écrivait Indiana et qu’elle avait adapté son patronyme pour en faire son propre nom de plume39.

  • 40 Thomson P., op. cit., p. 36, 42.

27Il ne fait aucun doute que les Anglais trouvaient Sand extraordinaire. Ils parlaient d’elle constamment dans leurs salons littéraires. Un épisode captivant du « Grand Tour » anglais, commenté dans des lettres et mémoires, était d’apercevoir George Sand à Paris, en pantalon et pipe au bec, homme-femme androgyne. Mais c’étaient surtout les Anglais qui s’intéressaient au saint-simonisme, au féminisme et à la question sociale qui sympathisèrent avec elle. Un des nombreux correspondants de Sand fut Jane Carlyle, femme de l’écrivain Thomas Carlyle, qui lui-même publia plusieurs écrits sur la France et était fasciné par le saint-simonisme. John Stuart Mill, autre fervent saint-simonien, fasciné à la fois par le féminisme et le socialisme de George Sand, lui envoya une copie de ses Principes d’économie politique à leur publication en 1848. Le fouriériste Edmund Larken traduisit quelques-uns de ses romans40.

28Les socialistes français exilés à Londres – comme Louis Blanc et Pierre Leroux, férus de ses romans qui parlaient des ouvriers et de la question sociale – encouragèrent les radicaux britanniques à débattre de son œuvre. Le nationaliste italien Mazzini, exilé à Londres, fut l’un des premiers à écrire à son sujet des articles enflammés dans la presse anglaise. Il se rendit également à Nohant. Toutefois, Mazzini l’admirait plutôt comme « apôtre de la démocratie religieuse » que comme saint-simonienne.

  • 41 Vermeylen P., op. cit., lettre à Edouard Marliani, p. 176.

29Alors qu’en Grande-Bretagne les féministes et, à partir des années 1840, les radicaux admiraient George Sand, celle-ci n’appréciait pas la bourgeoisie ni l’aristocratie d’outre-Manche, bien qu’elle ait été éduquée au couvent des Anglaises de Paris. Mais elle semblait avoir foi dans les classes ouvrières anglaises, tout comme elle croyait en celles de France. Quand on l’accusa de détester les Anglais, elle répondit : « Je compte sur son peuple. J’y vois éclore le chartisme, qui est notre frère, et je ne doute pas qu’il ne soit le bras du monde que je rêve et que j’attends41. », réponse tout à fait saint-simonienne !

Le Saint-simonisme en Grande-Bretagne

30En dernier lieu, il faut porter notre attention sur le saint-simonisme en Grande-Bretagne. Le pays comptait déjà un mouvement oweniste, une organisation syndicale coopérative – qu’on appellerait plus tard « socialiste » –, et le mouvement chartiste s’y développait. Le royaume connaissait les mêmes problèmes sociaux que la France. Harriet Martineau fait une analyse pertinente de la situation d’alors :

  • 42 Martineau Harriet, History of the Thirty Years Peace, 1816-1846, London, 1878, 4 vols, vol. 2, p. (...)
  • 43 Ibid., vol. 3, p. 74-77.

« L’année 1831 débuta de manière sinistre. Ceux qui croyaient que la révolution était imminente craignaient de se souhaiter bonne année, et ce n’étaient pas simplement les conservateurs. La société se trouvait déjà dans un état de mécontentement et d’effervescence ; les plus pauvres et les plus ignorants souffraient à la fois de la crise en Angletere et de l’exemple offert par l’étranger… Le luddisme atteignit une telle ampleur que les tribunaux jugeaient les accusés par groupes de douze ou vingt à la fois ; et les nuits de janvier furent illuminées par les incendie de granges et de meules comme lors des mois précédents42 […]. Dans ces circonstances, il n’est pas étonnant que certains, déçus par la manifeste inefficacité des solutions qu’apportaient traditionnellement la société et la religion, se soient tournés vers un mouvement qui combinait objectifs sociaux et religieux […]. Le système appelé saint-simonisme fut prêché en Angleterre en 1832, offrant un nouveau principe d’amour et d’égalité humaine à la place de celui du christianisme qu’il présumait, selon les apparences, avoir échoué. On tenta de le tourner en ridicule, mais les querelles au sein du monde chrétien lui donnèrent un poids dont on ne pouvait se débarrasser par le simple mépris ; nombreux furent ceux qui y trouvèrent un nouvel espoir et, avec une joie longtemps oubliée, écoutèrent prêcher la règle d’or de cette doctrine neuve : chacun devait être employé selon sa capacité et récompensé selon ses œuvres […]. L’organisation proposée offrait une structure hiérarchique qui pouvait aisément devenir, et deviendrait probablement un despotisme intolérable […]. Les disciples de Saint-Simon étaient assez nombreux en Angleterre… [Elle fait mention de Rowland Detrosier et de la Manchester Polit union] […] Peut-être y a-t-il des garde-robes où l’habit de la secte est encore conservé, parfumé de lavande et contemplé de temps à autre avec nostalgie43. »

  • 44 Eichthal G. d’, A French Sociologist looks at Britain. Gustave d’Eichthal and British Society in 1 (...)
  • 45 Arsenal, Ms.13756.

31La jeune génération de bourgeois radicaux d’après-guerre, en particulier les utilitaristes et surtout John Stuart Mill et Thomas Carlyle, partageaient certaines idées des saint-simoniens. Mill fit la connaissance de Gustave d’Eichthal, fils cadet d’un riche banquier parisien, qui se rendit en Angleterre en 1828 pour étudier l’industrie cotonnière anglaise44. À son retour, d’Eichthal – qui, à 23 ans, était presque du même âge que Mill, qui en avait 21 – entama une correspondance régulière avec le jeune utilitarien, et aussi avec Francis Place45. Quand d’Eichthal devint un ardent saint-simonien, ils échangèrent des lettres à propos de la doctrine et d’Eichthal envoya à Mill des brochures saint-simoniennes.

32Après Mill, Thomas Carlyle devint l’écrivain le plus proche du saint-simonisme en Grande Bretagne. En août 1829, quand Carlyle n’était encore qu’un jeune et pauvre journaliste plutôt isolé en Ecosse, il écrivit Signs of the Times [Signes du temps] qu’il publia anonymement dans The Edinburgh Review :

  • 46 Carlyle T., Critical and Miscellaneous Essays, 5 vols., London, 1899, vol. II, p. 82.

« La société est en train de se déchirer totalement, une collision entre le neuf et le vieux. La Révolution Française, comme on le voit maintenant, n’a pas été la source de ce puissant mouvement, mais son fruit… Actuellement on cherche la liberté politique ; mais ce n’est que le début. On cherche aveuglement une liberté beaucoup plus spirituelle que la liberté contre l’oppression. Le Roi a pour ainsi dire abdiqué ; l’Église est veuve, sans héritiers ; il n’y a plus de principes dans la vie politique ni privée ; la société s’anéantit ; et un temps de maux sans répit s’abat sur nous46. »

  • 47 Le massacre de Peterloo : Lors d’une réunion à Saint Peter’s Fields (Manchester) le 16 août 1819 d (...)
  • 48 Capitaine Swing : il fut le meneur des émeutes qui éclatèrent durant l’hiver 1830-1831 dans le Dor (...)

33Carlyle n’était pas le seul à penser qu’ils traversaient des temps difficiles. Les radicaux se montraient très critiques envers la société traditionnelle, tandis que les conservateurs étaient effrayés par des événements tels que Peterloo47, les émeutes du Capitaine Swing48 etc. – toutes les conséquences malheureuses des mutations économiques et en particulier de la crise qui avait débuté en 1827. La dynastie des Hanovre, et tout particulièrement George IV, était haïe. On tolérait le roi Guillaume, mais le peuple craignait son héritière « inventée », une très jeune nièce allemande, Victoria.

  • 49 L’Organisateur, 32, 21 mars 1830, p. 2.

34En novembre 1829 la Revue Britannique publia une traduction de l’article de Carlyle. Un commentaire saint-simonien de l’article, écrit par Laurent, parut dans L’Organisateur au printemps 1830. Il fit remarquer les similarités entre le saint-simonisme et les opinions de l’auteur « qui reproduit la plupart de nos jugements sur l’époque actuelle, en nous réservant d’ajouter à cette citation quelques réflexions sur les lacunes ou les erreurs que renferme le travail de l’illustre Anglais, et qui ne sont guère perceptibles que du point de vue saint-simonien49 ».

  • 50 Palingénésie : littéralement régénération. Pour les saint-simoniens les mêmes formes sociales, les (...)
  • 51 Bazard et Enfantin, « L’Organisateur, 51 », dans Œuvres, p. 244.

35Les saint-simoniens soutenaient que la société progressait de phases organiques en phases critiques. Quand une phase critique touchait à sa fin, la société demeurait dans un état que les saint-simoniens appelaient Palingénésie50, et n’accédait à un perfectionnement que si de nouvelles doctrines étaient acceptées : « Au milieu de cette société qui tombe en ruines, une autre société s’élève plein de jeunesse et de vigueur ; là chacun est placé selon sa capacité et récompensé selon ses œuvres ; là on obéit avec amour, car c’est avec amour qu’on commande ; là on marche avec une science certaine vers un but certain51. »

  • 52 Pankhurst R. K. P., op. cit., p. 30, « Received. a strange letter from some Saint Simonians at Par (...)
  • 53 Arsenal, Papiers d’Eichthal, Ms.14385/44.

36D’Eichthal, devenu un apôtre assidu, envoya à Carlyle des brochures saint-simoniennes. Celui-ci nota dans son journal : « Reçu… une étrange lettre de quelques saint-simoniens à Paris, un commentaire de mon petit Signs of the Times. Ils ont de drôles d’idées, mais il y a de la vérité là-dedans. Ils sont eux-mêmes un des Signs52 » En février 1832, il acheva un traduction du Nouveau Christianisme, mais ne trouvant pas d’éditeur, il l’envoya à d’Eichthal, pour « en faire ce qu’il voulait », mais disant que s’il le publiait, il le fasse anonymement53.

  • 54 Arsenal, Papiers d’Eichthal, Ms.14385/24-6, Duveyrier à l’ambassadeur de Russie, février 1832, Ms. (...)
  • 55 Pankhurst R. K. P., op. cit., p. 22. « To persuade the British, you have to persuade them on pract (...)

37En novembre 1831, d’Eichthal et Duveyrier entreprirent une mission saint-simonienne à Londres, s’adressant non pas aux classes populaires, mais aux écrivains de la bourgeoisie. Duveyrier en profita pour présenter la mission à l’ambassadeur de Russie à Londres et lui écrivit trois lettres, l’assurant que les saint-simoniens étaient des gens pacifiques qui n’éprouvaient de haine pour aucune nation54. Ils tinrent quelques conférences saint-simoniennes à Londres, mais ne furent compris que de très peu de gens. On ne prenait pas les saint-simoniens très au sérieux dans leur drôle d’uniforme rouge, blanc et bleu, avec leur gilet boutonné à l’arrière pour symboliser la dépendance mutuelle de l’homme. Mill, qui pensait que les saint-simoniens étaient « à la tête de la civilisation », écrivit à d’Eichthal : « Pour persuader les Anglais, il faut les convaincre sur les questions pratiques, ils n’aiment pas la théorie55. » La presse anglaise disait que les saint-simoniens demandaient deux choses incroyables, la communauté des biens et aussi la communauté des femmes. Le Times pensait qu’en envoyant leurs « missionnaires » en Angleterre, les dirigeants avaient oublié

  • 56 Times, 4 April 1832. « That there were too many quacks and mountebanks at home to allow any chance (...)

« qu’il y avait trop de charlatans et de bonimenteurs dans le pays pour laisser la moindre chance à la concurrence […]. Les dogmes et principes de la secte saint-simonienne, isolés de leur système de croyance religieuse et de rituel solennel, consistent en des erreurs dangereuses ou absurdes en matière d’économie politique et en des projets visionnaires de perfectibilité humaine qui ressemblent aux rêves de l’aimable M. Owen […]. Pour guérir tous les maux sociaux, les saint-simoniens proposent d’abolir tous les privilèges d’héritage ou de fortune et de donner à chacun selon sa capacité et de le récompenser selon ses œuvres. Toute propriété privée serait abolie pour atteindre ce but56 ».

38En avril 1832, les deux évangélisateurs durent revenir en toute hâte à Paris pour le procès d’Enfantin, Chevalier et Bazard, accusés d’atteinte à la moralité publique et de diriger une association illégale. D’Eichthal fit un rapport enthousiaste sur leurs progrès en Angleterre, mais la secte et son journal disparurent rapidement tandis que les trois dirigeants étaient mis en prison.

39À Londres les saint-simoniens étaient entrés en contact avec les dirigeants des mouvements coopératif et owéniste. L’influente owéniste Anna Wheeler écrivit à Sir John Milley Doyle, pour le prévenir de la visite à Londres des deux évangélisateurs :

  • 57 Arsenal, Ms.14385, Anna Wheeler à Sir John Milley Doyle MP, 9 janvier 1832, « Duveyrier[…] is a ma (...)

« Duveyrier […] est un homme dont les talents le placent très haut parmi les distingués promoteurs de ces doctrines […]. Veuillez le considérer à sa juste valeur. Vous pouvez lui rendre un grand service en le présentant à des personnes influentes […]. Faire la connaissance de M. Duveyrier, c’est se rendre service à soi-même57. »

  • 58 Thompson W. [with Anna Wheeler], appeal of One Half of the Human Race, Women, against the Pretensi (...)

40Wheeler et William Thomson, deux importants leaders owénistes féministes58, introduisirent Duveyrier et d’Eichthal dans le Centre Londonien des Owénistes. Ceux-ci partageaient de nombreuses idées avec les saint-simoniens, mais avec une grande différence : le saint-simonisme se disait une religion.

  • 59 Dooley D., Equality in Community : Sexual Equality in the Writings of William Thompson & Anna Doyl (...)

41Cependant les idées saint-simoniennes eurent une influence durable, en Angleterre, comme en France. Les femmes radicales furent particulièrement marquées par les idées saint-simoniennes. L’Irlandaise Anna Wheeler avait connu des saint-simoniens et des fouriéristes à Paris dans les années 1820. Quand elle s’établit à Londres, elle rejoignit à la fois le mouvement owéniste et celui des coopératives et aida des saint-simoniennes et d’autres femmes socialistes comme Désirée Véret et Flora Tristan – lorsqu’elles se rendirent à Londres. Désirée Véret épousa l’un de ses amis, Jules Gay. Anna écrivit à Fourier à propos de D. Véret : « Elle est ma préférée, bien que je parle mal le français, elle comprend mon esprit59. »

  • 60 Dooley D., op. cit., p. 182, « The time is arrived when woman shall find her place, her acknowledg (...)

42Entre 1832 et 1832 un groupe de jeunes ouvrières saint-simoniennes publièrent La Femme libre, le premier journal écrit par des femmes pour les femmes. En 1833 Wheeler traduisit un des articles de Jeanne Deroin, « La Femme de l’Avenir » : « L’heure est arrivée quand la femme trouvera sa place, reconnue et digne […]. Une union solide en est nécessaire. Il faut abandonner les deux camps séparés – femmes du peuple et femmes privilégiées60. »

  • 61 Dooley, op. cit., p. 95.

43Le Révérend Shepherd Smith fit également connaître les idées saint-simoniennes aux owénistes. En 1834 il traduisit le Nouveau Christianisme. En 1833-1834, Anna Wheeler fit la traduction d’articles comparant l’owénisme et le saint-simonisme, publiés dans le journal de Smith, The Crisis. Wheeler tenta de créer des liens entre Fourier et Owen. La coopération entre Wheeler et Smith cessa brutalement, non pas pour des raisons philosophiques, mais parce que Smith essaya de séduire la fille de Wheeler, Rosina61.

  • 62 Fontana & Prati, St. Simonism in London. On the Pretended Community of Goods – the Organization of (...)

44En 1834, quand à la fois la secte et la religion saint-simoniennes eurent disparu en France, deux saint-simoniens italiens vivant à Londres, Fontana et le docteur Prati, lancèrent une seconde mission, dirigée cette fois vers les ouvriers. De nombreuses réunions eurent lieu, où l’auditoire dépassait 200 personnes qui vinrent écouter les deux évangélisateurs parler des idées saint-simoniens. Ils établirent également des liens avec le mouvement coopératif en Angleterre62.

  • 63 Pankhurst R. K. P., op. cit., p. 134, « Of all the social systems ever promulgated, Saint simonism (...)

45Le saint-simonisme français fut soutenu par les groupes radicaux et coopératifs en Grande-Bretagne ainsi que par la presse radicale. On approuvait ses idées sur la réforme sociale et la réforme des lois sur le mariage, deux sujets sur lesquels George Sand et les saint-simoniens s’accordaient et sur lesquels la presse radicale anglaise pensait aussi que le saint-simonisme français et les socialistes en Angleterre parlaient d’un même voix. Mais, comme George Sand, ces journaux n’aimaient pas que le saint-simonisme se dise une religion et estimaient bizarres certaines pratiques saint-simoniennes ; ils s’opposaient surtout à la manière dont les saint-simoniens partaient de la théorie et non des problèmes pratiques. « De tous les systèmes sociaux jamais promulgués, écrivit le Révérend Smith, le saint-simonisme s’est montré le plus électrique dans son influence sur l’imagination… Il a semé les graines de nouvelles idées politiques et religieuses qui ont révélé leur principe vital dans toute la presse libérale du monde entier. » Mais il conclut toutefois : « Quand on veut bâtir une maison, on ne commence pas par la cheminée63. »

  • 64 Mill J. S., Principles of Political Economy, 1909, p. 204, « sowed the seeds of all the Socialist (...)

46En 1848, John Stuart Mill écrivit, dans ses Principes d’économie politique (1848), que le saint-simonisme « sema les graines de toutes les tendances socialistes64 ». Plus tard, dans son autobiographie rédigée pendant sa retraite dans le sud de la France, Mill écrivit :

  • 65 Mill J. S., Autobiography, London, 1873, p. 141-142, « The scheme gradually unfolded by the Saint- (...)

« Le projet développé peu à peu par les saint-simoniens, selon lequel le travail et le capital de la société seraient gérés pour le compte général de la communauté… me paraissait une description du socialisme bien supérieure à celle d’Owen ; leur dessein me semblait souhaitable et rationnel, mais leurs moyens étaient peut-être inefficaces ; et bien que je n’aie cru ni à la réalisation pratique ni au fonctionnement bénéfique de leur mécanique sociale, je sentais que la proclamation d’un tel idéal de société humaine ne pouvait qu’indiquer une direction bénéfique aux efforts que fournissaient d’autres réformateurs sociaux pour rapprocher la société, telle qu’aujourd’hui constituée, d’un certain modèle idéal…
Je les ai célébrés avant tout pour ce qui leur avait valu les plus fortes critiques : l’audace et l’absence de préjugés avec lesquelles ils traitaient le thème de la famille, le plus important de tous, celui qui nécessitait plus de changements fondamentaux qu’il n’en reste à faire dans toute autre grande institution sociale, mais auquel bien peu de réformateurs ont le courage de s’attaquer. En proclamant la parfaite égalité des hommes et des femmes, et un ordre des choses totalement nouveau quant à leurs relations, les saint-simoniens, tout comme Owen et Fourier, ont gagné le droit d’être honorés par la mémoire des générations futures65. »

  • 66 Hamon B., op. cit., p. 58-59.
  • 67 Arsenal, Fonds Enfantin 7793, 1858-185911/1, Cette liste est celle des personnes ayant reçu la sci (...)

47En conclusion et pour revenir à nos trois points, George Sand n’était sans doute pas disciple de Saint-Simon, mais elle partageait beaucoup de ses idées. Indiana et Lélia renferment tous deux des idées féministes très proches de celles de nombreux saint-simoniens, mais pas de celles d’Enfantin. En effet, à partir de novembre 1831, presque tous les saint-simoniens émettaient eux-mêmes comme George Sand des réserves sur Enfantin. Sur la réforme sociale, elle estimait les saint-simoniens ni assez réformateurs, ni assez républicains, et estimait surtout qu’ils ne se rapprochaient jamais des vraies classes pauvres66. Les saint-simoniens gardèrent cependant toujours l’espoir de compter George Sand dans leurs rangs. En 1858-9 ils lui envoyaient toujours leurs publications67.

48Les victoriens, et surtout les femmes, radicales ou de la haute société, apprécièrent beaucoup George Sand. Elle était à leurs yeux la première femme véritablement libre et attachée aux deux principaux idéaux des saint-simoniens, le féminisme et la réforme sociale.

  • 68 Arsenal, Ms l4391/14, John Stuart Mill à Gustave d’Eichthal.

49Il n’y eut jamais de mouvement saint-simonien indépendant en Angleterre, mais les Anglais n’oublièrent pas ses idéaux. En 1863, Mill écrivit à d’Eichthal : « Je me suis souvent rappelé les paroles de M. Enfantin lors de la dispersion de la société de Ménilmontant, que l’héritage du saint-simonisme allait fournir des pensées et des moyens de combat à toutes les opinions qui divisent l’Europe. Il en a été ainsi ; et les anciens saint-simoniens ont joué un rôle important et j’ajoute utile, dans tous les camps68. »

Notes

1 Traduit de l’anglais par Anne-Lucie Fernandez (Master Traduction, Université d’Orléans).

2 Sand G., Correspondance, G. Lubin (éd.), Paris, Garnier, 1964-1991, 25 vols ; Letters of George Sand, selected and translated by Veronica Lucas, London, 1930.

3 Thomson P., George Sand and the Victorians, London, 1977 ; Blount P. G., George Sand and the Victorian World, Athens, Georgia, 1979 ; Wallon W., Eve’s Proud Descendents. Four Women Writers and Republican Politics in Nineteenth-Century France, Stanford UP, Stanford, 2000 ; Finch A., Women’s writing in 19th century France, Cambridge, 2000.

4 Bibliothèque de l’Arsenal, Papiers d’Eichthal, Ms.14385, Mission en Grande Bretagne, novembre 1831 – avril 1832 (microfilm).

5 Lettres Mill à d’Eichthal, Arsenal Ms.13756.

6 Carlyle’s letters to Eichthal, Arsenal, Ms.14385.

7 Pankhurst R. K. P., The Saint-Simonians, Mill and Carlyle, Norwich and London, 1957.

8 G. Lemonnier, Les saint-simonistes, p. 3, Paris, 7 juin 1832.

9 Sand G., « Histoire de ma vie (IVe partie, chap. XV) », Oeuvres autobiographiques, Dijon, Gallimard, 1970, La Pléiade, t II, p. 164.

10 Sand G., Correspondance, op. cit., t II, 12 novembre 1834 lettre à Marie Talon, p. 740 dans Vermeylen P., Les idées politiques et sociales de George Sand, Bruxelles, 1984, p. 179.

11 Horace, Paris, Calmann-Levy, 1880.

12 Thomson P., op. cit., p. 3.

13 Vermeylen P., op. cit., p. 178.

14 Sand G., « Lettres d’un voyageur (lettre X) », Œuvres autobiographiques, éd. G. Lubin, tome 2, Paris, 1971, note p. 1486.

15 Sand G. Correspondance, t. II, Lettre à Guéroult, 12 avril 1835, p. 854 dans Vermeylen P., op. cit., p. 180 ; Hamon B., George Sand et la politique, Paris, 2001, p. 57.

16 Ibidem, Lettre à Guéroult, 20 oct.1835, t. III, p. 73, dans Vermeylen P., op. cit., p. 180.

17 Ibid.

18 Sand G., Lettres d’un voyageur, op. cit., p. 903-904.

19 Perrot M., « La morale politique de George Sand », Michaud S. (éd.), Flora Tristan, George Sand, Pauline Roland. Les Femmes et l’invention d’une nouvelle morale 1830-1848, Paris, 1994, p. 101.

20 Hamon B., George Sand et la politique, Paris, 2001, p. 55-57.

21 2 avril 1836, Vermeylen P., op. cit., p. 180.

22 Vermeylen P., op. cit., p. 449.

23 Ibidem, lettre à son cousin René Vallet de Villeneuve, 20 janvier 1846, p. 181.

24 Lewis vécut plusieurs années hors mariage avec George Eliot, parce que sa femme refusait le divorce.

25

26 Carlyle J. W., Letters to her Family 1839-1863, éd. L. Huxley, London, 1924, et Thompson P., op. cit., p. 80-81.

27 Blount P. G., op. cit., p. 41, « Carlyle constantly tried to cure Jane of her George Sandisms. He complained Sand had created a new religion that taught new Phallus worship, with Sue and Balzac for prophets and Madame Sand for a virgin » ; Hanson L. & E. Necessary Evil : the Life of Jane Welsh Carlyle, New York, 1952, p. 260.

28 Blount P. G., op. cit., p. 145, « Mérimée gossiped of Sand’s leaving his bed, the only night they spent together, to begin work on her next novel before the dying coals in the fireplace ».

29 Robert Browning ne partageait pas l’enthousiasme de sa femme. Il détestait son « Gospel of Fraternity, Benevolence and a new Heaven on Earth » et parlait du « George Sandism and the twaddle of a thousand magazines », Thompson P., op. cit., p. 53.

30 Howe S., Géraldine Dewsbury : her Life and Errors, 1935 ; Blount P. G., op. cit., p. 43.

31 Thackeray W. M., « Madame Sand and the New Apolcalypse », The Paris Sketch Book (London, 1900). Thackeray criticised her views of sexuality « Parisian Pythoness », p. 211-236.

32 Blount P. G., op. cit., p. 124-128, « The immense vibration of George Sand’s voice upon the ear of Europe will not soon die away. Her passions and her errors have been abundantly talked of. She left them behind her, and men’s memory of her will leave them behind also. There will remain of her to mankind the sense of benefit and stimulus from the passage upon earth of that large and frank nature, of that large and pure utterance- the large utterance of the early gods », Arnold M. « George Sand », Mixed Essays, New York, 1901, p. 240-260.

33 Blount P. G., op. cit., p. 9, « When we know, as we do know that they [French novels] fmd their way […] into the hands of persons wholly or partially ignorant of their real character […], we feel that it is our duty to stigmatise them with a BRAND which may awaken the attention of those who […] unconsciously permit these conductors of moral contagion to infect their dwellings », Croker J. W., « French Novels », Quarterly Review, 56, p. 66.

34 Blount P. G., op. cit., p. 38, « a lady who wrote novels which most men would blush to write », « Abbé de la Lamennais », Foreign Quarterly Review, 1838, 21, p. 71.

35 « Advocating the absolute emancipation of woman from all moral and social obligations, and the destruction of the marriage tie… The French novels of the present day are but narrations of the metamorphosis of woman into the vile type ; representing as it were a second fall of Eve from testing a new fruit of knowledge », « Rousseau’s Nouvelle Heloise and the Modem Literature Extravagant » Foreign Quarterly Review, 27, p. 21.

36 Blount P. G., op. cit., p. 6.

37 Ibidem, p. 19, « Englishmen easily linked Sand with thesaint-simonians because her first works, Indiana, Valentine and Lelia dealt with marriage as an institution that had failed. It is probable that many Englishmen who had not heard of Robert Owen, Charles Fourier or Saint-Simon, knew of their ideas on marriage through Sand’s novels ».

38 Ibid., p. 53, « But the choice of pseudonyme is not unimportant, and deserves a passing observation GEORGE SAND. A German name can hardly have been chosen at random by a French writer […]. though the name of Sand is in harmony with many of these blood-stained pages, it affords no promise of the lascivious scenes, which are still more frequent », Quarterly Review, 56.

39 Sand G., « Histoire de ma vie (IVe partie, chap. XIV) », Œuvres autobiographiques, op. cit., t. II, p. 138-139.

40 Thomson P., op. cit., p. 36, 42.

41 Vermeylen P., op. cit., lettre à Edouard Marliani, p. 176.

42 Martineau Harriet, History of the Thirty Years Peace, 1816-1846, London, 1878, 4 vols, vol. 2, p. 413.

43 Ibid., vol. 3, p. 74-77.

44 Eichthal G. d’, A French Sociologist looks at Britain. Gustave d’Eichthal and British Society in 1828, trs. & ed. Ratcliffe B. M. & Chaloner W. H., Manchester, 1977 ; Ratcliffe B. M., « Saint-Simonianism and Messianism : the case of Gustave d’Eichthal », French Historical Studies IX, 1976, p. 484-502.

45 Arsenal, Ms.13756.

46 Carlyle T., Critical and Miscellaneous Essays, 5 vols., London, 1899, vol. II, p. 82.

47 Le massacre de Peterloo : Lors d’une réunion à Saint Peter’s Fields (Manchester) le 16 août 1819 des conflits éclatèrent entre les radicaux, venus écouter le discours d’Henry Hunt qui préconisait des parlements annuels et le suffrage universel, et les milices du Lancashire tuant plusieurs personnes.

48 Capitaine Swing : il fut le meneur des émeutes qui éclatèrent durant l’hiver 1830-1831 dans le Dorset (Sud-Est de l’Angleterre). Visant à détruire les machines agricoles, ce fut la plus grande vague de protestations de l’histoire anglaise.

49 L’Organisateur, 32, 21 mars 1830, p. 2.

50 Palingénésie : littéralement régénération. Pour les saint-simoniens les mêmes formes sociales, les mêmes luttes, la même révolution se reproduisent sans cesse dans un ordre donné au cours du temps.

51 Bazard et Enfantin, « L’Organisateur, 51 », dans Œuvres, p. 244.

52 Pankhurst R. K. P., op. cit., p. 30, « Received. a strange letter from some Saint Simonians at Paris, grounded on my little Signs of the Times. These people have strange notions, not without a large spicing of the truth, and are themselves among the Signs. » [Carlyle T. Two Notebooks of Thomas Carlyle, ed C. E. Norton, 1898, p. 158].

53 Arsenal, Papiers d’Eichthal, Ms.14385/44.

54 Arsenal, Papiers d’Eichthal, Ms.14385/24-6, Duveyrier à l’ambassadeur de Russie, février 1832, Ms.14385/24-6.

55 Pankhurst R. K. P., op. cit., p. 22. « To persuade the British, you have to persuade them on practical questions, not theory ».

56 Times, 4 April 1832. « That there were too many quacks and mountebanks at home to allow any chance for competition […] The tenets and principles of the saint-simonian sect being thus detached from any System of religious belief or solemn ritual, consist of some dangerous or absurd errors in political economy and of some visionary schemes of human perfectibility, not unlike the dreams of the amiable Mr. Owen. […]. In order to cure these ills the saint-simonians propose to abolish every privilège of birth or fortune and to give to every man “according to his capacity and his works”. All property would for this purpose be brought into a common fund or heap. »

57 Arsenal, Ms.14385, Anna Wheeler à Sir John Milley Doyle MP, 9 janvier 1832, « Duveyrier[…] is a man whose talents place him very high among the distinguished expounders of its doctrines […]. Please give him a just claim. You can tender him an important service by presenting him to some influential persons. […]. To make M. Duveyrier’s acquaintance is to do oneself a favour. »

58 Thompson W. [with Anna Wheeler], appeal of One Half of the Human Race, Women, against the Pretensions ofthe Other Half, Men, to retain them in Political, and thence in Civil and Domestic Slavery (1825). Introduction by M. Foot & M. M. Roberts, Bristol, 1994.

59 Dooley D., Equality in Community : Sexual Equality in the Writings of William Thompson & Anna Doyle Wheeler, Cork University Press, 1996, p. 99, « She is a great favourite of mine, for though I speak bad French, she comprehends the language of my mind ».

60 Dooley D., op. cit., p. 182, « The time is arrived when woman shall find her place, her acknowledged, her useful and dignified place upon it [earth]. This. […]. we cannot effect, both on condition of forming ourselves into one solid union. Let us no longer form two camps – that of the women of the people, and that of the women of the privileged class », « The Women of the Future », The Crisis, vol. 2, n° 23, 15 June 1833.

61 Dooley, op. cit., p. 95.

62 Fontana & Prati, St. Simonism in London. On the Pretended Community of Goods – the Organization of Industry. On the Pretended Community of Women or Matrimony and Divorce, 1834.

63 Pankhurst R. K. P., op. cit., p. 134, « Of all the social systems ever promulgated, Saint simonism has proved the most electrical in its influence on the imagination, it has sowed the seeds of new political and religious ideas which have revealed their vital principle in the whole of the liberal press of the worid. », The Shepherd, 1833, vol. III, p. 259.

64 Mill J. S., Principles of Political Economy, 1909, p. 204, « sowed the seeds of all the Socialist tendencies ».

65 Mill J. S., Autobiography, London, 1873, p. 141-142, « The scheme gradually unfolded by the Saint-Simonians, under which the labour and capital of society would be managed for the general account of the community […] appeared to me a far superior description of socialism than Owen’s ; their aim seemed to me to be desirable and rational, however their means might be inefficacious ; and though I neither believed in the practicability, nor in the beneficial operation of their social machinery, I felt that the proclamation of such an ideal of human society, could not but tend to give a beneficial direction to the efforts of others to bring society, as at present constituted, nearer to some ideal standard […]. I honoured them most of all for what they have been most cried down for the boldness and freedom from prejudice with which they treated the subject of the family, the most important of any, and needing more fondamental alterations than remain to be made in any other great social institution, but on which scarcely any reformer has the courage to touch. In proclaiming the perfect equality of men and women, and an entirely new order of things in regard to their relations with one another, the Saint-Simonians, in common with Owen and Fourier, have entitled themselves to the grateful remembrance of future generations. »

66 Hamon B., op. cit., p. 58-59.

67 Arsenal, Fonds Enfantin 7793, 1858-185911/1, Cette liste est celle des personnes ayant reçu la science de l’homme ou la vie éternelle.

68 Arsenal, Ms l4391/14, John Stuart Mill à Gustave d’Eichthal.

Author

Professeur d’histoire à l’université de Londres

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search