Version classiqueVersion mobile

George Sand

 | 
Noëlle Dauphin

Première partie. George Sand en son terroir, enarcinement social et réseau politique

Georges Sand et les commissaires du gouvernement provisoire du Cher en 1848

Stéphane Dupont

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Depuis quelques années, le rôle politique de George Sand a été mis en valeur aussi bien au niveau national que dans le Berry. Mon étude sur les représentants du peuple du département du Cher à l’assemblée constituante de 1848 met notamment en évidence les liens de la romancière avec les élites politiques républicaines de ce département qui sont amenées au pouvoir en 1848.

2Quelques jours après l’avènement de la République, les membres du gouvernement provisoire, surtout le ministre de l’Intérieur Ledru-Rollin, décident d’envoyer dans les départements des républicains convaincus, de « la veille », afin de mettre en place localement le nouveau régime, d’appliquer ses décisions et de préparer les élections d’avril 1848. Sont nommés commissaires du gouvernement provisoire dans le Cher, dans des conditions sur lesquelles nous allons revenir, quatre hommes qui tous ont eu des liens plus ou moins étroits avec George Sand. Il s’agit de Paul Duplan (1806-1878) né à Bourges, Louis Michel, dit « Michel de Bourges » (1797-1853) originaire de Pourrières dans le Var, Joseph Bidault (1796-1854) de Saint-Amand et Félix Pyat (1810-1889) né à Vierzon.

  • 1 Dupont S., « Génération romantique ». Les Représentants du peuple du département du Cher à l’Assem (...)

3Ces quatre avocats de formation, Félix Pyat ayant renoncé au barreau après son admission, sont des républicains convaincus. En effet, dès leurs études ils fréquentent les milieux étudiants républicains du Quartier latin à l’exception de Michel qui fait ses études à Aix. En 1830, ils prennent une part active au renversement de la Restauration : Pyat et Duplan sont sur les barricades à Paris, Bidault expulse les autorités de Saint-Amand et Michel prend la tête du mouvement libéral à Bourges. Peu de temps après, déçus par Louis-Philippe, ils entrent à nouveau dans l’opposition : Bidault, en tant que commandant de la garde nationale de Saint-Amand et avocat, organise un véritable réseau radical dans le sud du département, Duplan et Michel plaident à Bourges et ressuscitent la Revue du Cher ; quant à Pyat il devient un auteur de pièces de théâtre très célèbre et rédige quantité d’articles dans des journaux républicains à Paris. Tous les quatre fréquentent les leaders du « parti » républicain à Paris et, à l’exception de Pyat, organisent un véritable réseau dans le Cher et les départements limitrophes dont l’Indre, où se trouve George Sand1.

4Les relations entre George Sand et les commissaires du gouvernement provisoire du Cher en 1848 sont-elles un exemple du rôle politique de la romancière à cette époque, influencé par ses propres convictions, mais également par sa vie privée ? Elle entretient, avec ces quatre personnages, des rapports très différents selon chacun, mais dans tous les cas, la politique joue un rôle important. La fréquentation des milieux républicains permet à George Sand de se trouver auprès du pouvoir en 1848 et ainsi de peser quelques fois sur certaines décisions, notamment la nomination des commissaires du gouvernement. Cette influence est particulièrement visible pour le département du Cher où elle fait revenir le ministre de l’Intérieur sur sa première décision.

5Le premier des quatre personnages de cette étude à avoir rencontré George Sand est Félix Pyat. Jules Sandeau, l’amant de la romancière, confie à Pyat, son ami depuis le collège de Bourges, le soin de la prendre en charge lors de son arrivée à Paris en janvier 1831 et de leur trouver un logement à Paris car, selon Sandeau, les deux amants ne peuvent plus se cacher à La Châtre. Pyat s’exécute et il se rend aux Messageries pour l’accueillir. Il en donne un récit dans son article de la Revue de Paris et de Saint-Pétersbourg. Avec plus d’une heure de retard, la diligence arrive enfin :

  • 2 Pyat F., « Souvenirs littéraires. Comment j’ai connu Eugène Sue et George Sand », dans Revue de Pa (...)

« Tout à coup, à l’impériale, l’équivalent du wagon des bagages, je vis surgir du dessous de la bâche, comme un diablotin sortant d’une boite à ressort, une tête aussi brune qu’un pruneau, coiffée d’un bonnet d’astrakan posé sur des cheveux bouclés à l’ange : il n’y avait d’ange que les yeux, deux diamants noirs sur un nez busqué, deux lèvres rouges comme des guignes, laissant voir des dents anglaises ; le corps maigre, vêtu d’une polonaise à brandebourgs, la Pologne était à la mode alors, les jambes viriles dans un pantalon collant avec des bottines à tiges découpées en cœur et ornées de glands… Cette forme masculine me criait, avec le sourire et la gaieté d’un mousse : “Me voilà ! C’est moi ! Aurore !” C’était elle. L’aspect me rassura. Le nom me fit sourire… Cupido fut désarmé. Vous ne tenterez pas votre Dieu… encore moins votre ami ! J’étais sauvé de l’irrésistible féminin. Il manquait2. »

  • 3 Sand G., Histoire de ma vie, Paris, Calmann-Lévy, 1879, 5e partie, chap. VIII, p. 319-320.

6En 1835, Alphonse Fleury (1809-1877), né à La Châtre, ami de George Sand, lui propose d’aller à Bourges pour rencontrer son ami Planet et en même temps Michel de Bourges, déjà connu comme un des principaux leaders du parti républicain. Planet et Michel collaborent ensemble à la rédaction de la Revue du Cher. Malgré une description physique peu avantageuse concernant Michel dans son Histoire de ma vie, elle dit avoir été charmée dès le premier soir. Elle décrit notamment la nuit où tout ce petit groupe s’est promené dans Bourges3.

  • 4 Pour Bidault et Michel : Blanc L., Histoire de dix-ans 1830-1840, Paris, Pagnerre, 1843, 5 vol., t (...)

7Quelques mois plus tard, c’est par l’intermédiaire de Michel de Bourges qu’elle fait la connaissance de Duplan et de Bidault. Tous les deux appartiennent au groupe des républicains actifs du Cher : Duplan collabore avec Michel à la Revue du Cher et Bidault est à la tête d’un réseau républicain dans tout le sud du département. De plus tous les trois sont avocats lors du « procès monstre » de 1835 que George Sand suit de très près. Ce procès est mené contre 164 meneurs des insurgés lyonnais et parisiens traduits devant la Cour des Pairs après les émeutes de 1834 dans ces deux villes. Cet événement devient une véritable tribune républicaine où Michel de Bourges joue un rôle central4.

8Toutes ces rencontres n’aboutissent pas à des relations identiques : elles sont plus ou moins durables et surtout d’intensité très inégale.

  • 5 Sand G., op. cit., 4e partie, chap. XV, p. 122-125.
  • 6 Sand G., Correspondance, Paris, Garnier frères, 1966, t. II, p. 283.

9Les relations entre George Sand et Félix Pyat n’ont, semble-t-il, pas été très importantes. À son arrivée, il lui fait visiter la capitale, il l’emmène notamment « déjeuner au café Procope, dans [son] quartier d’étudiant ». Ensuite il se charge de la faire entrer au Figaro, en la présentant à un autre Berrichon, Henri Delatouche. Leur amitié s’est cependant vite interrompue, en même temps que la relation avec Jules Sandeau. Pyat prend, lors d’une dispute violente, le parti de son ami, ce qui lui vaut d’être mis à la porte par la jeune femme, mais également de se fâcher quelque temps avec Sandeau. Nous avons des témoignages de sa relation avec Félix Pyat dans ses mémoires où elle fait le récit d’une promenade dans le Quartier Latin après une soirée visiblement « très arrosée » au cours de laquelle il « prétendait avoir un but, qui était de donner une sérénade à tous les épiciers du quartier, et il allait de boutique en boutique chantant à pleine voix : un épicier c’est une rose5 ». Plus tard, elle se serait vantée auprès de Delatouche d’être aimée de Félix Piat ; celui-ci lui en fait reproche ; elle répond le 27 mars 1833, en terminant ainsi sa lettre : « J’ai l’honneur de vous saluer et de vous assurer de tout autre sentiment que de mon amour6. »

  • 7 Ibidem, t. III, p. 562.
  • 8 Ibid., t. III, p. 752, lettre du 26 mars.

10Dès le lendemain de sa rencontre avec Michel de Bourges, George Sand dit avoir reçu une « lettre enflammée ». Ils s’écrivent ensuite tous les jours, voire même plusieurs fois par jour. Ils se retrouvent à Paris, à Nohant ou à Bourges. Elle s’occupe de lui pendant ces périodes, fréquentes, où il est très malade. Elle lui rend visite pendant sa détention en prison. À partir de ce moment-là, elle lui confie la charge de régler son divorce avec le baron Dudevant à La Châtre en mai-juin 1836. Ce dernier fait appel du jugement, mais il renonce juste avant le verdict, voyant que la décision n’allait pas être en sa faveur. La relation entre Sand et Michel dure peu de temps ; dans une lettre du 15 octobre 1836, elle lui reproche sa jalousie alors que, de son point de vue, elle s’est seulement fait raccompagner par un autre homme, Michel n’étant pas au rendez-vous. Elle lui dit : « L’amour chez vous est une maladie, chez moi c’est un sentiment », puis « De quoi vous sert d’être si grand en la plupart des choses pour être si petit, si puéril et si absurde en amour7 ? » Au début de 1837, elle tente de le convaincre en vain de sa fidélité et fin mars elle admet la rupture : « Il faut que mon affection pour toi se transforme, car évidemment la tienne n’est plus de même nature8. » Duplan joue le rôle d’intermédiaire de Michel auprès de George Sand et elle finit par accepter de le rencontrer en octobre 1837. Elle refuse, semble-t-il, ses tentatives de réconciliation et, même s’ils décident de rester amis, le contact se perd rapidement entre les deux.

  • 9 Ibid., t. V, p. 336, lettre à Alphonse Fleury vers le 25 décembre.
  • 10 Pierre J., « Autour d’une lettre de George Sand », dans Écho des marches du Centre, 17 mai 1936.

11Malgré sa position favorable à Michel, Duplan ne subit pas les effets de leur séparation. Sa correspondance avec George Sand est très limitée, mais il semble que le contact soit toujours demeuré. Dans une lettre à Hippolyte Chatiron en 1840, elle dit avoir confié des courses à Duplan pour qu’il les apporte à des amis à Bourges et, en 1843, elle écrit l’avoir vu9. Dans une lettre, retrouvée en 1936, alors qu’il cherche un emploi, elle lui répond que son intervention auprès du pouvoir, certainement le Prince Napoléon, n’a pas été couronnée de succès ; elle s’en excuse en lui disant : « J’ai bien du regret et du chagrin de n’être bonne à rien quand il s’agit de ces bons amis10. »

12L’amitié de George Sand avec Joseph Bidault a laissé très peu de traces et semble s’être nouée pour l’essentiel en 1835 au moment du « procès monstre ». Dans deux lettres, elle y fait référence brièvement, ce qui laisse supposer qu’elle le voyait de temps en temps. Nous ne possédons qu’une seule lettre qu’elle lui envoie de Nohant le 29 juin 1835 : le ton est familier et elle espère qu’une amitié va naître. Elle fait référence à la femme de Bidault, Élisabeth à qui elle demande l’hospitalité si elle se rend à Saint-Amand.

13Toutes ces relations, quelle que soit leur nature, ne se bornent pas à des relations humaines, elles sont fortement influencées par les opinions politiques de chacun.

14Comme nous l’avons vu précédemment, lorsque George Sand arrive à Paris en 1831, Félix Pyat lui fait découvrir le Quartier latin, quartier d’effervescence politique, surtout juste après les Trois Glorieuses auxquelles les étudiants ont largement participé. Félix Pyat fréquente depuis son arrivée à Paris, dans le cadre de ses études de droit, les milieux républicains estudiantins. Il la fait entrer à la rédaction du Figaro, journal républicain., et s’attribue, dans son article de 1885, la « conversion » de George Sand, mais celle-ci n’en fait pas mention dans ses mémoires ni dans sa correspondance. Il en est tout autrement de Michel de Bourges.

15Lorsque George Sand rencontre ce dernier, le sujet de la discussion est porté sur la politique : « J’ai fait la connaissance avec Michel, qui m’a promis de me guillotiner à la première occasion, lorsque la république serait arrivée. Je l’appelle mon cher bourreau, mon cher coupe-tête. » Même si George Sand est opposée aux idées de Michel, elle semble avoir été charmée et impressionnée :

  • 11 Sand G., Corr., t. II, Lettre à Adolphe Géroult, 12 avril 1835.

« J’ai causé avec les saint-simoniens, avec les carlistes, avec les Lamennais, avec Coëssin, avec le juste-milieu, et hier, avec Robespierre en personne. J’ai trouvé chez tous ces hommes, de grandes doses de vertu, de probité, d’intelligence, et de raison, et celui qui m’a le plus agitée, c’est celui dont je hais le plus les idées et dont j’admire le plus l’individualité. C’est le dernier, ce qui prouve qu’il est facile d’égarer les hommes et d’abuser des dons de Dieu, mais je fais serment devant lui, que si l’extrême gauche vient à régner, ma tête y passera comme bien d’autres car je dirai mon mot11. »

16Dans ses mémoires, elle insiste beaucoup sur l’influence de Michel dans l’évolution de ses opinions politiques :

  • 12 Sand G., Histoire de ma vie, 5e partie, chap. VIII, p. 337-338.

« Tu as combattu rudement mon mauvais orgueil et tu m’as fait entrevoir un idéal de fraternité qui a fondu la glace de mon cœur. En cela, tu as été véritablement chrétien, et tu m’as convertie par le sentiment. Tu m’as fait pleurer de grosses larmes, comme au temps où je devenais dévote par un attendrissement subit et imprévu de ma rêverie. Je n’aurais pas retrouvé en moi-même, après tant d’incertitudes et de fatigues d’esprit, la source de ces larmes vivifiantes. Ton éloquence et ta persuasion ont fait le miracle que je te demandais12. »

17Une des caractéristiques principales des relations entre George Sand et ces quatre personnages est la permanence du débat politique, chacun tentant de convaincre l’autre sur sa vision de la république.

18Dans toute la correspondance entre George Sand et ces quatre compatriotes berrichons, une partie, plus ou moins importante, est consacrée à la politique. Chacun a des convictions bien précises et leur parcours politique, du moins avant le coup d’État de 1851, montre qu’ils sont prêts à les défendre quoi qu’il arrive. L’activité importante des républicains sous la Monarchie de Juillet, à laquelle ils participent, est sujette à des débats quelquefois très vifs.

  • 13 Corr., t. II : Lettre à Alexis Duteil du 23 mai 1835.

19Lors du « procès monstre », la relation de George Sand avec Michel de Bourges lui a permis d’être très proche des protagonistes étant donné le rôle principal joué par son amant. Elle dit notamment qu’elle ne suit pas l’évolution du procès par les journaux mais qu’elle se tient informée en voyant Michel tous les jours. Elle participe également à des dîners importants, entre républicains, comme celui organisé chez ce dernier avec Lamennais. Elle dit d’ailleurs à ce propos : « Je déjeune lundi chez Michel avec Lamennais. Cette fusion de principes entre des hommes naguère si opposés et si divers de profession et d’intelligence est un fait curieux et qui ne se représentera sans doute plus13. » Elle côtoie également tous les avocats venus défendre les accusés d’avril, notamment « la phalange des avocats de province [qui] venait se ranger sur un pied d’égalité, mais avec une tendre vénération, autour d’une pléiade de célébrités, choisie d’inspiration et d’enthousiasme parmi les plus beaux noms démocratiques du barreau ». C’est à cette occasion qu’elle rencontre Bidault et Duplan et d’autres républicains du Berry et des régions limitrophes.

  • 14 Histoire de ma vie, 5e partie, chap. VIII, p. 343.

20Les discussions politiques avec Michel de Bourges sont, semble-t-il, très fréquentes. Ce dernier veut la « convertir » absolument, mais il doit pour cela argumenter. Dans son Histoire de ma vie, elle décrit une scène qui le met en évidence ; alors que les deux amants débattent de politique, Michel enferme George Sand dans la pièce et part. Lorsqu’il revient, elle lui fait remarquer ce qu’elle prend pour une distraction et il lui répond en riant : « Non pas, je l’ai fait exprès. J’étais attendu à une réunion, et, voyant que je ne t’avais pas encore convaincue, je t’ai mise au secret, afin de te donner le temps de la réflexion. J’avais peur d’un coup de tête et de ne plus te retrouver à Paris ce soir14. » Ceci montre bien l’importance des discussions politiques, mais également la passion des débats.

  • 15 Ibidem, p. 330-331.

21Avec les trois autres personnages, les discussions ont peut-être été moins vives. Dans la lettre à Joseph Bidault du 29 juin 1835, elle commence sa lettre par « Mon cher Monsieur de Barnave » et la termine par « Gironde, plaine ou montagne ad libitum, au diable la canne de M. de Robespierre ». Elle fait certainement référence ici au moment où Michel de Bourges (Robespierre), la raccompagnant chez elle, avec Planet, de colère brise sa canne sur un mur du palais du Louvre, en poussant des cris tellement séditieux qu’elle ajoute dans ses mémoires : « Je ne comprends pas comment il ne fut ni remarqué, ni entendu, ni ramassé par la police15. » Il se met en colère parce que ses deux compagnons trouvent inadaptées à leur époque les théories de Buonarroti et de Babeuf. Michel, n’étant pas parvenu à la convaincre, demande à continuer son argumentation chez elle. L’allusion à Barnave (1761-1793) souligne la modération de Bidault par rapport à Michel, puisque le révolutionnaire grenoblois était partisan en 1789 d’une monarchie constitutionnelle modérée et avait pris la défense de la famille royale.

  • 16 Imbault G., « Saint-Amand-Montrond sous Louis-Philippe et la Révolution de 1848 », dans La Gazette (...)

22Même la fréquentation par George Sand de la femme de Bidault a un caractère politique puisque celle-ci réunit une société de jeunes femmes où les discussions portent sur la politique et la morale ; elles critiquent les lois consacrant la supériorité des hommes sur les femmes. George Sand aurait été invitée à un de leurs dîners dont elle est sortie, d’après les mémoires d’un Saint-Amandois, avec une forte migraine, en disant : « Mon Dieu, que les femmes sont bêtes quand elles veulent parler de ce qu’elles ne connaissent pas16. »

23Elle n’est également pas d’accord avec Duplan sur certains sujets. Dans une lettre à Alphonse Fleury de 1843, le futur commissaire aurait dit qu’il la trouvait folle avec son idée de décentralisation car, pour lui, « il fallait que la province subît le gouvernement de la presse démocratique parisienne ». Malgré ces divergences, on voit Duplan tenter de trouver de nouveaux abonnés pour le journal L’Éclaireur de l’Indre dont il a été correspondant jusqu’à sa reprise par George Sand et Pierre Leroux.

24En ce qui concerne Félix Pyat, nous n’avons pas de traces de discussion politique entre les deux parce qu’ils se sont connus à une période où George Sand accordait moins d’importance à ce sujet et à cause de leur manque d’atomes crochus. Nous pouvons cependant imaginer que les discussions dans les cafés du Quartier latin ou au Figaro portaient sur ce type de sujet.

25L’aspect politique des relations entre Sand, Bidault, Duplan, Pyat et Michel est donc très important. Leur fréquentation commune des milieux républicains berrichons et parisiens a favorisé entre eux les débats. Après avoir été « convertie » par Michel, George Sand lui reproche de ne pas être « assez socialiste », argument qu’elle utilise lors des nominations des commissaires du gouvernement provisoire du Cher.

26L’arrivée au pouvoir des républicains amène George Sand à fréquenter le sommet du nouveau pouvoir grâce à ses relations amicales et politiques avec notamment Ledru-Rollin qui l’implique dans la rédaction des Bulletins de la République. Comme à chaque changement de régime, une des premières mesures est le remplacement du personnel administratif et en premier lieu des préfets. Ledru-Rollin nomme ainsi des commissaires du gouvernement provisoire afin de concrétiser l’avènement de la république, d’appliquer les premières réformes et de préparer les élections des représentants du peuple pour avril 1848. Ces nominations sont l’occasion de récompenser ceux qui ont lutté depuis longtemps contre la Restauration et la Monarchie de Juillet et il choisit donc de préférence des hommes que les membres du gouvernement connaissent bien.

  • 17 Dupont S., op. cit.

27Le cas du département du Cher est un peu particulier puisque l’on assiste à une série de nominations : le Journal du Cher, organe de la préfecture, annonce les nominations, le 28 février, de Paul Duplan, dont la participation à la rédaction d’ouvrages de droit, notamment le répertoire de jurisprudence de Ledru-Rollin, a permis de côtoyer de très près tous les hommes influents de l’époque dont les leaders républicains, et Michel de Bourges. Cependant seul l’acte concernant Duplan est publié. Le 29 février Joseph Bidault est nommé à la même fonction, « chargé de s’entendre avec M. Paul Duplan et de ne prendre aucune mesure que conjointement avec lui, leurs pouvoirs étant égaux ». Le 12 mars 1848, à la suite du refus manifesté par la population de la nomination de deux sous commissaires, Félix Pyat est envoyé par Ledru-Rollin comme commissaire général17.

28On peut donc remarquer que tous ces hommes appartiennent à ce milieu républicain berrichon et parisien dont George Sand fait également partie.

29Il semble cependant que celle-ci ait eu une certaine part de responsabilité dans ces événements, mais à ce sujet les récits sont contradictoires. Les versions de Félix Pyat et de Charles Duvernet vont dans le même sens : ce serait George Sand qui aurait fait révoquer Michel de Bourges, mais on note certaines divergences tout de même. D’après le Journal de Duvernet, George Sand et lui-même, venant d’apprendre la nomination de Michel de Bourges, sont accourus à l’hôtel de ville de Paris où siège le gouvernement provisoire afin de s’opposer à cette décision. Duvernet ne donne pas beaucoup d’explication sur les motifs, mais il affirme que c’est bien George Sand la responsable. Félix Pyat donne un récit très théâtral. Il commence ainsi : « George Sand, ennemie alors de Michel, qu’elle avait épuisé comme Sandeau, apprenant la nomination du tribun, ne fait qu’un bond du quai Voltaire à l’Hôtel de Ville, et tombe au milieu du conseil, éclatant comme une bombe et jetant feu et flamme, une explosion terrible de rage et d’interrogations. » Elle lui demande pourquoi il a nommé Michel commissaire, celui qu’elle qualifie de « traître » qui a « passé tête et langue à la royauté ». Ses dernières lignes sont dignes de ses pièces les plus célèbres :

  • 18 Pyat F., op. cit., p. 34-35.

« Et elle étala sur la table un journal de Nevers contenant le procès que le préfet du roi avait fait au journaliste républicain, et dans lequel maître Michel avait plaidé contre le journaliste pour le préfet. En effet, l’avant-veille de la révolution, Michel, désespérant de la république, avait passé au roi. Aussitôt, Ledru rédigea un ordre de révocation, et George Sand, triomphant, apostilla la signature du ministre avec ce mot anglais dit par Charles Ier à son bourreau : “Remember !” le signant de ses deux initiales : G. S.18. »

  • 19 Histoire de ma vie, 5e partie, chap. XII, p. 434-435.

30Ce récit, rédigé en 1888, paraît exagéré, mais il confirme cependant le rôle de George Sand dans la révocation de Michel de Bourges. Elle-même donne des récits contradictoires de cet épisode. Dans Histoire de ma Vie, elle affirme que Michel voulait être commissaire mais, Ledru-Rollin ayant refusé, il s’en serait pris à elle. Elle ajoute cependant : « Si j’avais été le ministre en personne, je n’eusse pas raisonné ni agi autrement que n’avait fait le ministre ». Pour elle, « il n’était pas l’homme de ce jour-là […] jour de foi entière et d’aspiration illimitée vers des principes rejetés la veille par Everard [Michel]19. »

31Dans sa Correspondance, Sand George donne une autre version dans une lettre à Pierre Bocage vers le 23 avril 1850 : « Je me suis opposée à ce que [Michel] fût commissaire dans le Cher, lors de la révolution, et je crois avoir bien fait. Il ne doit pas me l’avoir pardonné, et je ne lui en demanderai jamais pardon, comme vous pouvez croire. » Elle donne les motifs de son action dans une lettre à Frédéric Girerd du 6 mars 1848 : « Il nous a trahis, abandonnés, dans les mauvais jours. » Elle lui reproche une phrase qu’il aurait prononcée lors d’un procès à Nevers : « J’ai abandonné la démocratie, en haine de la démagogie. » Elle va même jusqu’à le considérer comme opportuniste, lui reprocher de ne s’être jamais intéressé au peuple et surtout elle déclare : « Il faudra qu’il donne à la république des gages certains de son dévouement s’il veut qu’elle lui donne sa confiance. »

32La phrase de Michel de Bourges, qu’elle ait été prononcée ou non, a provoqué une vive réaction. Elle est utilisée à nouveau en 1848, lors de la campagne électorale par les républicains du lendemain dans le but décrédibiliser son « auteur » et l’empêcher d’être élu représentant. Frédéric Girerd, nommé commissaire du gouvernement provisoire à Nevers, intervient par l’intermédiaire d’une brochure en affirmant que cette phrase n’a jamais été prononcée, mais qu’il s’agissait de la phrase suivante : « Je déteste d’autant plus la démagogie qu’elle fait plus de mal à la démocratie. »

  • 20 Corr., t. VIII : lettre à Frédéric Girerd du 6 mars 1848.

33Dans la même lettre du 6 mars, Sand George avoue son influence auprès de Ledru-Rollin pour la nomination de Frédéric Girerd à Nevers : « Ce n’est pas moi qui ai fait faire ta nomination ; mais c’est moi qui l’ai confirmée, car le ministre m’a rendue en quelque sorte responsable de la conduite de mes amis, et il m’a donné pleins pouvoirs pour les encourager, les stimuler et les rassurer contre toute intrigue de la, part de leurs ennemis, contre toute faiblesse de la part du gouvernement20. »

  • 21 Imbault G., op. cit., juin 1949.

34Le rôle de George Sand dans la révocation de Michel de Bourges est donc quasiment certain, cela permettrait ainsi d’expliquer la rapidité du changement de décision de Ledru-Rollin. De plus, en remplacement de Michel de Bourges, c’est Joseph Bidault qui est nommé, un ami et voisin de Georges Sand. D’après les archives privées « Bidault », il semble que celui-ci ait demandé l’avis de son prédécesseur afin de ne pas créer un conflit21. Il ne faut cependant pas ramener à George Sand toutes les décisions concernant les nominations des commissaires : même si elle considère Duplan comme un ami, il parait peu probable qu’elle ait joué un rôle en ce qui le concerne et pour Félix Pyat, cela est presque sûr car ils n’ont plus de contact depuis plusieurs années et leurs conceptions de la république sont trop différentes.

35George Sand a donc été très proche des élites républicaines du Cher et a même été très présente dans la lutte contre la Monarchie de Juillet, puisqu’elle fréquente les grands leaders nationaux dont Michel de Bourges. C’est ce milieu républicain qui arrive au pouvoir en 1848, ce qui permet à la romancière de prendre part à certaines décisions comme la nomination des commissaires du gouvernement provisoire. Il n’y a aucun doute sur son intervention dans la révocation de Michel de Bourges, et peut être dans la nomination de Bidault. Il ne faut cependant pas surestimer son action : il ne semble pas qu’elle ait influencé les nominations de Duplan et Pyat. Quant aux relations entre ces personnages, il ne semble pas qu’elle ait eu un rôle central, elle a plutôt été un des membres de ce « parti ».

36L’attitude intransigeante de Sand en 1848, ici contre Michel, est remise en cause peu de temps après. En effet, elle s’accommode du régime bonapartiste comme Duplan et Bidault avec qui elle s’est entendue le plus longtemps, à la différence de Pyat et Michel dont les relations avec elle ne se sont jamais rétablies.

Notes

1 Dupont S., « Génération romantique ». Les Représentants du peuple du département du Cher à l’Assemblée constituante de 1848, Orléans, 2004, mémoire de maîtrise dirigé par M. Jean Garrigues.

2 Pyat F., « Souvenirs littéraires. Comment j’ai connu Eugène Sue et George Sand », dans Revue de Paris et de Saint-pétersbourg, n° 5, 15 février 1888, p. 27-35.

3 Sand G., Histoire de ma vie, Paris, Calmann-Lévy, 1879, 5e partie, chap. VIII, p. 319-320.

4 Pour Bidault et Michel : Blanc L., Histoire de dix-ans 1830-1840, Paris, Pagnerre, 1843, 5 vol., t. IV, p. 532. Pour Duplan, il le dit lui-même dans Arch. dép. du Cher J2375 : Duplan (Paul), Élections générales de 1848. Aux Électeurs du Département du Cher, Bourges, le 25 mars 1848.

5 Sand G., op. cit., 4e partie, chap. XV, p. 122-125.

6 Sand G., Correspondance, Paris, Garnier frères, 1966, t. II, p. 283.

7 Ibidem, t. III, p. 562.

8 Ibid., t. III, p. 752, lettre du 26 mars.

9 Ibid., t. V, p. 336, lettre à Alphonse Fleury vers le 25 décembre.

10 Pierre J., « Autour d’une lettre de George Sand », dans Écho des marches du Centre, 17 mai 1936.

11 Sand G., Corr., t. II, Lettre à Adolphe Géroult, 12 avril 1835.

12 Sand G., Histoire de ma vie, 5e partie, chap. VIII, p. 337-338.

13 Corr., t. II : Lettre à Alexis Duteil du 23 mai 1835.

14 Histoire de ma vie, 5e partie, chap. VIII, p. 343.

15 Ibidem, p. 330-331.

16 Imbault G., « Saint-Amand-Montrond sous Louis-Philippe et la Révolution de 1848 », dans La Gazette berrichonne, juillet-août-septembre 1948.

17 Dupont S., op. cit.

18 Pyat F., op. cit., p. 34-35.

19 Histoire de ma vie, 5e partie, chap. XII, p. 434-435.

20 Corr., t. VIII : lettre à Frédéric Girerd du 6 mars 1848.

21 Imbault G., op. cit., juin 1949.

Auteur

Doctorant en histoire à l’université d’Orléans

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search