Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

George Sand

 | 
Noëlle Dauphin

Première partie. George Sand en son terroir, enarcinement social et réseau politique

Du Berry au Limousin : George Sand, Pierre Leroux, Victor Borie, Grégoire Champseix, Pauline Roland et les autres… (1830-1851)

Claude Latta

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Cette communication revient d’abord rapidement sur l’amitié de George Sand et de Pierre Leroux. Elle souhaite surtout montrer l’importance du groupe, informel et dispersé, mais cependant bien enraciné dans la réalité provinciale, en particulier en Limousin, qui s’est formé autour de George Sand et de Pierre Leroux et qui a joué un rôle important en 1848 dans l’histoire de la République et du socialisme français.

George Sand, Pierre Leroux et la Communauté de Boussac

Le procès d’avril (1835) et l’adhésion de George Sand à la République

  • 1 Michel L. Chr., dit Michel de Bourges (1797-1853), fut un grand avocat républicain. Député des Deu (...)
  • 2 Perrot M., « Présentation », dans George Sand, Politique et polémiques (1843-1850), Paris, Imprime (...)
  • 3 Cf. notre étude : Latta Cl., Eugène Baune (1799-1880), un républicain dans les combats du xixe siè (...)

2Jusqu’en 1830, Aurore Dudevant ne s’était guère préoccupée de la politique et affectait d’être dépassée par les débats d’idées. 1830 est, pour elle, une année charnière : la Révolution de Juillet l’émeut et l’intéresse ; dans sa vie privée, elle rencontre Jules Sandeau. Sous le nom de George Sand, elle écrit Valentine, Lélia, Jacques, romans de protestation contre l’esclavage des femmes et le mariage qui en fait de perpétuelles mineures. Une liaison passionnée avec l’avocat Michel de Bourges1 en avril 1835, précipite l’évolution de George Sand. Michel de Bourges est un ardent républicain, défenseur des accusés du « procès monstre » d’avril 1835 lorsque sont jugés devant la Cour des pairs les insurgés de Lyon et de Paris. Elle rencontre Ledru-Rollin, Barbès, Martin Bernard, Emmanuel Arago, Pierre Leroux qui font partie des défenseurs désignés par les accusés, qui souhaitaient faire du procès un véritable rassemblement de tout le parti républicain, capable de mettre le régime de Louis-Philippe en accusation2. Chaque jour, pendant un procès émaillé de multiples incidents, George Sand suit les débats de la Cour des pairs depuis la tribune du public avec son amie Charlotte Marliani et Julie Baune, la femme d’Eugène Baune3, l’un des accusés de Lyon. Elle écrit la « lettre des défenseurs aux accusés » que Michel de Bourges modifie dans un sens plus radical.

  • 4 L’ouvrage de référence est celui de Bernard Hamon, George Sand et la politique, préface de Michell (...)
  • 5 Sand G., Histoire de ma vie, citée par Perrot M., op. cit., p. 17.
  • 6 Lettre de George Sand à Julie Baune, janvier 1837 dans Sand G., Correspondance, textes réunis, cla (...)

3George Sand approfondit ensuite sa réflexion politique4 et cherche sa voie. Cependant, elle réprouve les tentatives insurrectionnelles dont elle redoute et condamne la violence comme inutile et aboutissant à des résultats inverses de ceux qui étaient cherchés. Après l’échec de l’insurrection des Saisons en 1839 qui aboutit à la condamnation de ses chefs – Barbès, Blanqui et Martin Bernard –, elle écrit avec regret : « Encore du temps perdu5. » Mais c’est aussi parce qu’elle croit davantage aux mouvements sociaux et aux campagnes de presse comme celles des années 1840. Elle reste également très attentive au sort des républicains emprisonnés et, en 1837, offre son aide à Julie Baune, incarcérée pour avoir participé à la préparation de la tentative d’évasion de son mari6.

L’amitié de George Sand et de Pierre Leroux

  • 7 Notre connaissance de Pierre Leroux a été renouvelée par Viard J., Pierre Leroux et les socialiste (...)
  • 8 Un manuscrit de George Sand récapitule les aides ou prêts à Pierre Leroux en 1841-1842 qui s’élève (...)

4Les années 1840 sont dominées par l’amitié et l’influence de Pierre Leroux7, amitié née de leur rencontre de 1835 et de leur admiration réciproque. George Sand devient l’amie du philosophe et trouve dans ses principes la vision syncrétique et religieuse du monde qu’elle cherchait. À partir de 1841, elle finance et fait financer généreusement ses entreprises8. Elle prend aussi conscience du pouvoir de la presse dans la formation de l’opinion publique et accède aux demandes de Pierre Leroux ; avec lui et Louis Viardot, elle fonde la Revue indépendante. En 1844, elle aide Pierre Leroux dans son installation à Boussac dans la Creuse. C’est la période des « romans socialistes » et de son amitié avec Agricol Perdiguier (qui lui inspire Le Compagnon du tour de France, 1840). Elle s’intéresse aussi, à cette époque, aux poètes ouvriers – tel Charles Poncy – qu’elle soutient de ses conseils et de ses articles dans la Revue indépendante.

La doctrine de Pierre Leroux

  • 9 Cité par Alexandrian, Le socialisme romantique, Paris, Le Seuil, 1980, p. 262.

5George Sand a trouvé en Pierre Leroux un « maître » qu’elle admire et dont elle vénère la pensée. Il est d’abord un philosophe, c’est-à-dire quelqu’un qui a une certaine conception de l’homme et du monde, le « philosophe de l’Humanité ». Pour lui, les problèmes sociaux sont toujours mal résolus parce qu’on croit qu’ils découlent de la question : qu’est-ce que la société ? alors que la vraie question est : qu’est-ce l’homme ? « L’humanité, c’est la nature humaine en nous ». Ce sentiment implique l’immortalité de l’âme, ce qui fait du socialisme de Pierre Leroux un « socialisme religieux ». Leroux croit en la « perfectibilité du genre humain ». Il donne à cette idée de perfectibilité un sens mystique : « C’est la rédemption du genre humain par la réalisation de plus en plus grande de l’idéal9. » Pierre Leroux croit au progrès, à la promotion continue des hommes, à l’amélioration progressive de la société.

  • 10 Leroux P., À la source perdue du socialisme français, Anthologie établie et présentée par Viard B. (...)
  • 11 Leroux, 1827, cité par Viard B., op. cit., p. 74.

6Pierre Leroux est aussi le philosophe de la solidarité qui « unit ensemble non seulement les membres d’un état, mais l’espèce humaine tout entière10 ». Il affirme l’unité du genre humain, ce qui le conduit à refuser toute discrimination liée à la race, à la classe sociale, au sexe. Il est aussi le philosophe de l’association, préconise le « développement des sociétés de prévoyance et de secours mutuels11 ». Il croit surtout à la vertu de l’exemple : ainsi la Communauté de Boussac peut-elle ouvrir de nouvelles voies à l’organisation sociale.

7Sur le plan économique, Pierre Leroux relève les abus du système ploutocratique et de la propriété en observant les événements de son temps ; il dénonce, très tôt, le sort des canuts lyonnais et l’exploitation du travail des enfants en Angleterre. De ses observations, naît la volonté de distinguer deux sortes de propriétés :

  • 12 Leroux, 1847, cité par Viard B., op. cit., p. 405.

« Il y a la propriété qui se rapporte à la personnalité de chacun [la propriété individuelle] : celle-là est sainte et sacrée. Mais il y a la propriété qui permet de disposer du travail des autres hommes et par là de leur personnalité et de leur vie : celle-là n’est pas la propriété véritable12. »

  • 13 Leroux, 1833, cité par Viard B., op. cit., p. 163.
  • 14 Leroux, 1858, cité par Viard B., op. cit., p. 525.
  • 15 Cf. les analyses de Thomas E., Pauline Roland. Socialisme et féminisme au xixe siècle, Paris, Libr (...)
  • 16 Leroux, 1824, cité par Viard B., op. cit., p. 71.

8Le socialisme de Pierre Leroux est républicain : « Nous sommes socialistes, si l’on veut entendre par socialisme la doctrine qui ne sacrifiera aucun des termes de la formule : Liberté, Fraternité, Égalité, […] mais qui les conciliera tous13. » Pierre Leroux précise : « Je mets la fraternité au centre. » Nous sommes là au cœur du socialisme républicain de Pierre Leroux qui seul, pense-t-il, permet de concilier la liberté et l’égalité, le socialisme et les droits de l’individu. « Savez-vous quelle est mon œuvre ? J’ai porté la république dans le socialisme et le socialisme dans la république14. » Il dénonce aussi – avec une prescience étonnante - les dangers du « socialisme absolu », générateur d’une possible dictature étatique. Dans cette optique républicaine, Leroux est favorable à l’égalité civile et sociale des hommes et des femmes et au vote des femmes. L’égalité civile suppose la transformation du mariage. Les femmes doivent aussi recevoir une éducation qui leur permettra d’accéder à tous les emplois15. La société doit fournir gratuitement l’instruction aux enfants, leur permettant à chaque génération de développer « tous les dons que la nature leur a partagés16 ! »

  • 17 Leroux P., Encyclopédie nouvelle, 1834-1849, cité par Viard B., op. cit., p. 200-201.
  • 18 Peillon V., Pierre Leroux et le socialisme républicain, Latresne, éditions Le bord de l’eau, 2003, (...)
  • 19 Ibidem, p. 138.
  • 20 Ibid., p. 138

9La doctrine de Pierre Leroux s’inscrit dans l’Histoire et veut donner au socialisme une tradition à la fois religieuse et politique. Le christianisme porte en germe la doctrine de la fraternité : « La charité du christianisme avait évidemment pour but de se réaliser sur la terre17. » Il veut aussi donner une tradition politique au socialisme18 : le socialisme prolonge le combat de la Révolution19. Même s’il est hostile à la violence, Leroux prend en compte les luttes des républicains et a lui-même participé à la défense des accusés lors du procès d’avril 183520.

Fanchette ou l’entrée de George Sand en politique

  • 21 En cas de diffamation, George Sand risquait la Cour d’assises et la prison.
  • 22 Perrot M., op. cit., p. 76.

10En octobre 1843, George Sand publie, dans La Revue indépendante, un article, Fanchette, qui marque son entrée en politique. Sous la forme d’une « Lettre » de Blaise Bonnin, un laboureur qui écrit à son parrain Claude Germain et qui est son porte-parole, George Sand alerte l’opinion sur le sort fait à Fanchette, une pauvre « idiote » d’une quinzaine d’années, incapable de s’expliquer, inconnue et abandonnée qui avait d’abord été conduite à l’hospice de La Châtre. Mais les sœurs de La Châtre, estimant cette charge trop grande et ne leur incombant pas, avaient voulu s’en débarrasser en la faisant abandonner par un voiturier sur une route de la Creuse d’où on pensait qu’elle venait et où elle pourrait peut-être retrouver sa famille. Ce fut la pauvre explication qui fut donnée a posteriori. Fanchette est un texte admirable par l’émotion et l’indignation qui le portent, mais aussi par la rigueur du réquisitoire qui dénonce le manque d’humanité de la Supérieure des religieuses de La Châtre, accusée « d’innocenticide », l’hypocrisie des notables, l’indigence des arguments avancés par l’administration. Le maire de La Châtre, Delaveau et le médecin de l’hospice, Boursault, aidèrent cependant George Sand de leurs témoignages en cautionnant ses affirmations21. C’est l’entrée de la romancière dans l’arène politique. George Sand écrit : « Non, ce n’est pas bien d’avoir livré Fanchette aux vagabonds du chemin, et aux loups de la brande. Ça n’est pas chrétien, ça n’est pas humain ; c’est peut-être administratif, je n’en sais rien ; mais je ne voudrais pas l’avoir fait, quand même on me donnerait quinze mille livres de rente22. »

11Fanchette, enceinte, fut retrouvée à Riom, parmi un groupe de « Bohémiens », et rapatriée « de brigade en brigade » jusqu’à l’hospice de La Châtre. Les responsables bénéficièrent d’un non-lieu. George Sand écrivit une réponse cinglante au procureur du roi qui avait voulu, maladroitement, se justifier. C’est une injustice, née dans ce terroir berrichon que George Sand connaît bien, qui est la source de sa colère et de son engagement.

L’Éclaireur de l’Indre

  • 23 Lacassagne J.-P., op. cit., p. 57-58.
  • 24 Cité par Perrot M., op. cit., p. 200 sqq.

12L’Éclaireur de l’Indre est né des difficultés que George Sand avait éprouvées pour publier Fanchette et de l’idée, récurrente chez elle, qu’il fallait essayer de réveiller la province anesthésiée par la centralisation parisienne. La création du journal rencontra de multiples difficultés. Les commanditaires berrichons de l’entreprise n’étaient pas favorables à ce que l’impression du journal fût confiée à la Communauté de Boussac. L’Éclaireur s’installa finalement à Orléans. Il fallut chercher un rédacteur en chef : ce fut Victor Borie, un ami tulliste de Jules Leroux23. Le premier numéro sortit en septembre 1844 sous le titre de L’Éclaireur, journal des départements de l’Indre, du Cher et de la Creuse. Il est resté plus connu sous le nom de L’Éclaireur de l’Indre. George Sand envoya de nombreuses chroniques. Dans ses réflexions sur le socialisme (novembre 1844), elle regrette la division des différentes écoles socialistes, ce que font beaucoup de républicains. Dans des interventions plus concrètes, elle défend l’existence des communaux, auxquels les paysans les plus pauvres étaient très attachés (octobre 1844) ou s’indigne des mesures d’enfermement décrétés contre les mendiants. Le père Va-tout-seul est un très beau texte (décembre 1844) qui montre comment les paysans d’un village s’organisent pour recevoir à manger chacun à leur tour un vieux mendiant afin de lui éviter le dépôt de mendicité. On voit donc l’attention concrète de George Sand aux injustices et sa générosité personnelle qui la rend hostile à la peine de mort, à l’enfermement cellulaire, aux dépôts de mendicité et à la séquestration des aliénés24.

La Communauté de Boussac

  • 25 Les archives de la Communauté de Boussac ont été brûlées ou dispersées entre 1849 et 1852. Nous di (...)
  • 26 Dayen D., op. cit., p. 165.
  • 27 Grand annuaire-almanach de la Creuse, Ducourtieux, 1901, p. 201, cité par D. Dayen, art. cit., p. (...)
  • 28 Dayen D., op. cit., p. 167.

13Pierre Leroux s’installa à Boussac25 en mars 1844, d’abord pour y fonder une imprimerie. La tradition, rapportée par l’un de ses fils, veut qu’il n’ait obtenu son brevet d’imprimeur en 1843 qu’à l’expresse condition de l’exercer à plus de cent lieues de Paris26. Il proposa lui-même Boussac, que George Sand lui avait suggéré ; c’était l’une des rares sous-préfectures de France qui était dépourvue d’imprimerie. Ses amitiés saint-simoniennes lui facilitèrent la tâche et il eut facilement satisfaction. De plus, Pierre Leroux ne faisait nullement peur au pouvoir et Antoine Passy, sous-secrétaire à l’Intérieur, écrivait au préfet de la Creuse : « Le s[ieu]r Pierre Leroux […] se pose en adversaire de la propriété […], mais dans la plupart du temps, ses théories […] sont développées d’une manière si ardue et dans un style obscur qui en rendent la lecture peu dangereuse27. » Le caractère novateur de l’imprimerie qu’il avait l’intention d’installer (il était l’inventeur d’une « machine » typographique) dut aussi jouer son rôle. Pierre Leroux en avait fait état dans sa demande28, mais, devant la difficulté des problèmes techniques, il dut y renoncer.

14Cette imprimerie fut installée dans les bâtiments de l’ancien hospice et de l’ancienne chapelle Notre-Dame de la Pitié (actuellement l’école Carnot). La Revue sociale fut créée en janvier 1845. Elle portait comme sous-titre : Solution pacifique du problème du prolétariat. Elle fut imprimée à Boussac ainsi que, à partir de 1845, L’Éclaireur de l’Indre. La communauté exista de 1845 à 1848, et même, en partie, après le départ pour Paris de son fondateur, jusqu’en 1850.

  • 29 Maitron J. (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français [désormais : Maitron, D (...)
  • 30 Près de l’emplacement actuel de sa statue à Boussac.

15La Communauté était organisée autour de Pierre Leroux, de ses trois frères, Jules, Charles et Achille et de leur nombreuse famille : au total, ils représentaient un groupe de 30 personnes ! Pierre Leroux fut rejoint par Luc Desages et Auguste Desmoulins, qui devinrent plus tard ses gendres, et par Ulysse Charpentier, jeune avocat de Poitiers, devenu imprimeur pour participer au travail de la Communauté. D’autres typographes s’agrégèrent au groupe : Grégoire Champseix, un Corrézien originaire de Treignac, peut-être venu de Tulle avec Jules Leroux ; Prosper Charbonnier, Adolphe Berteault. Louis Nétré était un combattant des insurrections républicaines de 1832 et 1839. Yvernaud était un Creusois et, à Paris, avait été membre de la société secrète des Familles29. Citons aussi Alfred Frézières, Fritch et Henry-Arnaud Leroux, fils d’un premier mariage de Pierre Leroux. Pierre Leroux habitait à la « Creusette30 », ses frères Jules et Charles dans d’autres quartiers de Boussac. Les ouvriers imprimeurs logeaient à proximité de l’imprimerie dans une maison de la rue de l’Eglise.

16La plupart des membres de la Communauté travaillaient à l’imprimerie, mais certains d’entre eux rédigeaient aussi des articles. On avait voulu abolir la distinction entre travail manuel et intellectuel. La Communauté éditait ou rééditait les publications et les ouvrages de Pierre Leroux. Elle imprimait L’Éclaireur et la Revue sociale. L’Éclaireur, d’abord fabriqué à Orléans, le fut à Boussac à partir de 1845. Pierre Leroux acheta le journal en 1847, avec des fonds avancés par Planet. La Revue sociale fut créée en janvier 1845 – elle portait comme sous-titre : Solution pacifique du problème du prolétariat.

17L’imprimerie avait d’abord pour but de répandre la doctrine du Maître, sous forme d’ouvrages qui étaient réédités en livres à bon marché et d’articles repris en brochures. Citons, parmi les ouvrages de Pierre Leroux, De l’humanité (1845), D’une religion nationale ou du culte : discours sur la situation de la Société et de l’esprit humain (1846) et pour la seule année 1848 : De la ploutocratie ou du gouvernement des riches, Le Carrosse de M. Aguado, de l’égalité, Du christianisme et de son origine démocratique et aussi des rééditions. En 1849, Luc Desages et Auguste Desmoulins rassemblèrent des Aphorismes de Pierre Leroux et on publia encore Malthus ou les économistes ou y aura-t-il toujours des pauvres ? (1849). L’imprimerie de Boussac publiait en outre des travaux de commande, brochures et circulaires électorales tirées à un grand nombre d’exemplaires ; d’autres ouvrages étaient imprimés : en 1847, un ouvrage de Victor Borie, une traduction des Odes d’Anacréon et de Sapho, et même un Manuel de l’élevage du cochon, d’Arnaud Leroux, fils de Pierre Leroux.

  • 31 Dayen D., op. cit., p. 173.

18On ne sait pas grand chose de la colonie agricole qui était, théoriquement, complémentaire de l’imprimerie. Achille Leroux, l’un des frères de Pierre, venu à Boussac avec son fils Henry dans l’intention de s’occuper d’agriculture, travailla d’abord à l’imprimerie, puis, en 1845, loua une propriété de 25 hectares aux Bruyères31. Cette colonie agricole semble avoir eu, contrairement à ce qui était prévu, une existence un peu à part et rencontra beaucoup de difficultés. A cette époque, Achille Leroux bénéficie de l’aide de George Sand pour faire publier son roman Le Prolétaire.

  • 32 Thomas E., op. cit., p. 100.
  • 33 Ibidem, p. 102.

19Pauline Roland s’occupait, elle, de l’école fréquentée par les enfants des membres de la Communauté. Elle y appliquait ses méthodes d’éducation : il fallait rechercher d’abord ce qui intéressait les élèves et discerner leur vocation, développer leurs qualités intellectuelles, mais aussi humaines, morales et affectives32. Elle écrivait : « Je finirai mes jours dans l’association où je suis […]. Là se mène la vie la meilleure qu’il soit donné à des hommes de mener33. »

  • 34 Maitron, DBMOF, tome III, p. 331.
  • 35 George Sand intervient en sa faveur après le coup d’État du 2 décembre 1851. Cf. Jean Maitron, DBM (...)
  • 36 Archives privées consultées par l’auteur. Les lettres de Barbès à Henri Bernard ont été publiées p (...)
  • 37 Lettre de Barbès à Henri Bernard, 25 octobre 1846, op. cit.

20Le rayonnement de la communauté est illustré par le grand nombre de ceux qui venaient faire « le pèlerinage de Boussac » et qui parfois restaient quelques semaines ou quelques mois et se pénétraient à la fois de la doctrine et de l’exemple de Pierre Leroux. La plupart sont de jeunes bourgeois républicains de Limoges. De Limoges viennent ainsi les deux frères Marcellin et Denis Dussoubs, qui figuraient parmi les chefs du « parti démocratique » de la ville ; Théodore Bac, ancien saint-simonien, avocat républicain très populaire parmi les ouvriers de Limoges et qui avait acquis une notoriété nationale comme défenseur de Mme Lafarge (1840) ; Alfred Talandier, avocat à Poitiers ; Ernest Lebloys, Philippe Faure, les deux frères Soudan dont l’un écrivit dans la Revue sociale, Paul Rochery, venu de Paris34 ; le démocrate-socialiste Émile Aucante35, de La Châtre, Henri Touchet, Collet « le tisserand » et Victor Vincent « né dans le même pays où nous faisions notre expérience », tous cités dans La grève de Samarez. Par une lettre de Barbès, nous apprenons encore qu’Henri Bernard, frère de Martin Bernard, l’un des chefs républicains emprisonnés depuis l’insurrection de 1839, est allé à Boussac en 1846. Lorsqu’il écrit à Barbès qu’on l’engage à venir à Boussac36, celui-ci lui répond de sa prison de Nîmes : « Ceci est un signe de Dieu, il faut accepter, accepter bien vite37. » On voit quel était le rayonnement de la communauté de Boussac. Quand il en parlait, Leroux disait « l’école », ce qui est significatif.

Limoges, « la ville sainte du socialisme »

  • 38 Corbin A., Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle, Paris, éditions Marcel Rivière, 2 vo (...)
  • 39 Ibidem, p. 759.

21Les doctrines socialistes avaient commencé très tôt à provoquer à Limoges une véritable fermentation idéologique. Le saint-simonisme avait d’abord été influent parmi les jeunes bourgeois libéraux. Dès 1831 et 1833, des missions saint-simoniennes étaient venues à Limoges38. À partir de 1844, le socialisme de Pierre Leroux devient dominant chez les républicains de Limoges. Théodore Bac, Marcellin et Denis Dussoubs, Alfred Talandier, Ernest Lebloys, déjà cités, mais aussi Pierre Talabot, avocat à Limoges et membre d’une famille saint-simonienne, Grole, huissier à Limoges, l’ouvrier porcelainier Bulot, devinrent des disciples de Pierre Leroux39. La Revue sociale avait un grand nombre d’abonnés à Limoges et L’Éclaireur était lu par des ouvriers de Limoges.

  • 40 Ibid., p. 760.
  • 41 Ibid.
  • 42 Maitron, DBMOF, t. III, p. 508.

22Cependant, d’autres courants socialistes sont représentés : en mars 1847, Jules Duval, de La démocratie pacifique, le journal de Victor Considérant, expose dans une série de conférences, les idées de Fourier40. François Villegoureix, négociant en porcelaine, était le correspondant de Cabet. Le relieur Briquet et le cordonnier Barlet étaient « icariens41 ». Ces différents groupes n’étaient pas étanches et, par exemple, le cabetiste François Villegoureix parcourut ensuite les campagnes limousines en compagnie de Pierre Leroux42.

  • 43 Corbin A., op. cit., t. II, p. 761.
  • 44 Grandcoing Ph., la baïonnette et le lancis. Crise urbaine et révolution à Limoges sous la Seconde (...)
  • 45 Corbin A., op. cit., II, p. 762.

23En septembre 1847, une réunion a lieu dans la propriété rurale de Tarnaud43, au Puy la Rodas, proche de Limoges, sous la présidence de Théodore Bac. Elle rassemble trois cents personnes venues l’écouter développer les idées socialistes44 et définir avec les assistants les réformes jugées indispensables. L’idée d’association, qui était au cœur du socialisme utopique, correspondait bien aux aspirations des ouvriers limougeauds et avait trouvé une application concrète dans les associations de secours mutuels qui s’étaient développées et avaient fait progresser les idées coopératives. Il y avait chez les porcelainiers une élite ouvrière capable de prendre en compte ces idées. Une conscience de classe se formait à travers la peur sociale que les bourgeois limougeauds manifestèrent maladroitement en avril 1847 ; une pétition réclama « que seuls les citoyens les plus riches puissent être armés » au sein de la Garde nationale : « L’égalité de l’armement est un danger45 » écrivaient-ils. Les ouvriers furent heurtés dans leur conscience de citoyens.

  • 46 Cité par Corbin A., op. cit., t. II, p. 761, note 22.
  • 47 Maitron, DBMOF, t. I 1964, p. 348, notice Capet Mathurin.
  • 48 Cité par Corbin A., op. cit., t. II, p. 761, note 22.

24Le banquet réformiste du 2 janvier 1848 rassembla les opposants au régime. La présidence en avait été offerte à Pierre Leroux qui déclina cet honneur. Il ne voulait pas présider une manifestation politique : « Notre doctrine n’est pas un parti. C’est une science46. » Il y eut un millier de convives, eux-mêmes entourés d’une foule nombreuse. Le banquet groupait des bourgeois républicains et des ouvriers. De nombreux toasts furent portés. Marcellin Dussoubs : « A l’avenir religieux » ; Yvernaud : « À la solution pacifique du problème du prolétariat » – ce qui était le sous-titre même de la Revue sociale. Un ouvrier tourneur en porcelaine, Mathurin Capet47, porta un toast « À la Solidarité48 ». Théodore Bac prononça un discours qui fit grande impression sur les assistants et porta un toast : « À la religion de l’humanité ; qui nous rendra tous libres, tous frères, tous égaux ; qui […] amènera enfin sur la terre réconciliée avec le ciel, le règne de Dieu. » Puis il déclara :

  • 49 Le discours de Théodore Bac est reproduit en entier dans Corbin A., op. cit., t. II, p. 1015-1016.

« Nous ne venons pas armer les hommes les uns contre les autres, mais leur apprendre à s’aimer et les associer. Plus de combats ; agissons sur les cœurs. Il n’y a plus personne à vaincre ; il y a des hommes à transformer intellectuellement et moralement49. »

  • 50 Article de Pierre Leroux dans L’Éclaireur, cité par Corbin A., op. cit., t. II, p. 761.

25Nous retrouvons là toutes les grandes idées de Pierre Leroux. Celui-ci reconnut d’ailleurs que ses craintes avaient été vaines : « Le banquet […] a été religieux et social […]. Vous êtes réunis par une doctrine. Voilà ce qui distingue votre banquet de tous ceux qui ont eu lieu jusqu’ici50. »

  • 51 Cf. Paucard A., « Chronique judiciaire. La résistance au coup d’État du 2 décembre en Haute-Vienne (...)

26Limoges était devenue la « ville sainte du socialisme ». L’expression est de Jeanne Deroin et Pauline Roland, qui écrivent de Paris, dans une lettre saisie en 1851, aux responsables de l’association des ouvrières en lingerie de Limoges : « Chères sœurs, vous êtes dans la ville sainte du socialisme, une ville réellement plus avancée dans la pratique et la théorie révolutionnaire que nous ne le sommes généralement à Paris51. »

George Sand, Louis Blanc et La Réforme

  • 52 Perrot M., op. cit., p. 21.

27Après 1845, George Sand s’éloigne de Pierre Leroux dont les besoins financiers et les subtilités théoriques la lassent52. Elle se rapproche de Louis Blanc qui lui avait, dès le début du lancement de La Réforme, demandé sa collaboration. Le journal, dirigé par Flocon et Eugène Baune, s’impose rapidement comme l’organe de presse des républicains radicaux, publie de véritables dossiers, des tribunes libres. George Sand donne à La Réforme son roman Le Péché de Monsieur Antoine qui paraît en feuilleton (1845).

  • 53 Viard B., op. cit., p. 353.
  • 54 L’Éclaireur de l’Indre, 15-29 novembre 1844, cité par Perrot M., op. cit., p. 185.

28Il n’y avait cependant pas rupture avec Pierre Leroux qui publie d’ailleurs dans sa revue, dès 1845, le Manifeste des journalistes de La Réforme. Celui-ci préconisait des réformes proches de sa pensée : mise en œuvre du principe de l’association ; formation d’un « gouvernement démocratique » ayant « la souveraineté du peuple pour principe, le suffrage universel pour origine, et pour but la réalisation de cette formule : Liberté, Égalité, Fraternité » ; intervention de l’État pour assurer la solidarité nationale et l’Organisation du travail qui élèvera « les travailleurs de la situation de salariés à celle d’associés53 ». Le texte renvoyait ainsi à la brochure célèbre de Louis Blanc, L’organisation du travail, qui avait eu un grand succès. Dès novembre 1844, George Sand avait appelé à l’unité des républicains et à « l’organisation du parti démocratique dont le journal La Réforme et la plupart des journaux indépendants de la province sont les organes actuels54 ».

1848, servir la République

29En 1848, tous ces militants ouvriers, tous ces jeunes bourgeois engagés pour la République qui se sont formés à l’action publique, en Berry et en Limousin, voient arriver le moment de l’action. Les amis de George Sand et de Pierre Leroux sont alors sur tous les fronts.

George Sand à Paris, le Bulletin de la République et La Cause du Peuple

  • 55 Cité par Perrot M., ibidem, p. 293.

30La Révolution de Février avait surpris George Sand qui, à Nohant, s’étonnait que Victor Borie prît tant d’intérêt aux événements de Paris. Mais le 1er mars 1848, elle gagna Paris. Elle entre alors dans la période la plus importante et la plus célèbre de sa carrière politique. Elle écrit à Charles Poncy : « J’ai le cœur plein et la tête en feu […]. Je vis, je suis forte, je suis active, je n’ai plus que vingt ans55. » Pendant toute cette période, Victor Borie, qui est devenu son amant, lui sert de secrétaire.

31George Sand intervient d’abord dans le débat public par ses premiers appels publiés dans les journaux de sa région (Le Journal du Loiret et Les petites Affiches de La Châtre), repris ensuite par d’autres publications : un mot à la classe moyenne (3 mars 1849) et Aux riches (12 mars) dans lesquels elle prêche la réconciliation des classes sociales et une véritable représentation populaire dans chaque département (les représentants du peuple seraient un « ouvrier des villes » et un « ouvrier des champs »). Elle dénonce la panique orchestrée par ceux qui dénoncent l’arrivée du « communisme ».

  • 56 Cité par Perrot M., ibid., p. 250.
  • 57 Ibid., p. 263.

32Puis ce sont les Lettres au peuple : George Sand s’adresse directement au peuple français « initiateur éternel des nations civilisées56 », en reprenant les thèmes de la fraternité et du refus de la violence57. Les Paroles de Blaise Bonnin forment cinq brochures (mars et avril 1848), rédigées à la demande du ministère de l’Instruction publique. George Sand aborde avec un certain bonheur les problèmes économiques, préconise l’impôt progressif, moyen de redistribution sociale, et le contrôle du budget par l’assemblée nationale. Elle souhaite une alliance des paysans, des ouvriers et des artisans. Elle s’adresse ainsi aux paysans :

  • 58 Ibid., p. 287.

« L’artisan à qui vous reprochez de lire les journaux et de s’inquiéter de la politique, sait mieux que vous où est le mal. Il connaît les abus dont vous souffrez […]. Ayez donc confiance au peuple des villes, et sachez bien que, quand il se révolte […], c’est un frère qui combat pour son frère, et non pas un égoïste et un brouillon qui secoue la maison sans se soucier sur qui elle tombera […]. Paysans ! Paysans ! Ne reniez pas vos frères ; car sans eux vous seriez encore serfs sur la terre qui vous appartient aujourd’hui58. »

33George Sand, à l’initiative d’Étienne Arago et à la demande de Ledru-Rollin, ministre de l’Intérieur, collabore au Bulletin de la République. Dans le 16e Bulletin, elle soulève une polémique violente et restée célèbre lorsqu’elle écrit que, si les élections n’étaient pas favorables aux républicains, ceux-ci auraient le devoir de garder le pouvoir. En avril 1848, elle crée La Cause du peuple ; son principal collaborateur est Rochery, un ancien de Boussac. Mais le journal n’a que trois numéros. George Sand, rentrée à Nohant le 17 mai, écrit jusqu’au 11 juin dans La Vraie République de Théophile Thoré. Le reflux de « l’illusion lyrique » de 1848 a commencé…

  • 59 Ibid., p. 26.

34En Berry, George Sand s’engage aussi dans la politique locale. Son fils Maurice Sand devient maire de Nohant et sa mère lui écrit pour lui donner des conseils et « républicaniser nos bons paroissiens59 ». George Sand s’emploie à trouver des candidats capables de représenter la République et de gagner les suffrages des Berrichons. Et parfois, elle désespère un peu…

Pierre Leroux à l’Assemblée ou la défense des opprimés

  • 60 Alexandrian, op. cit., p. 268.

35Pierre Leroux, malgré ses réserves initiales, fut cependant conduit à s’engager dans l’action politique. Il fut nommé maire de Boussac, le 27 février 1848, et envoya « l’adhésion de la ville de Boussac à la République française ». Battu à Paris aux élections législatives en avril 1848 – Le National avait fait campagne contre lui –, il fut élu, le 8 juin 1848, lors des élections complémentaires, et quitta Boussac pour la capitale. Lorsqu’il passa à Limoges, les ouvriers le portèrent en triomphe et lui offrirent un plateau en porcelaine60.

  • 61 Viard B., op. cit., p. 432.
  • 62 Ibidem, p. 451.
  • 63 Ibid., p. 466.

36L’attitude de Pierre Leroux dans les assemblées constituante et législative – il fut réélu en 1849 – fut très engagée. Malgré les quolibets – certaines de ses théories pouvaient paraître étranges (la triade, le circulus) et il s’exprimait avec une sincérité naïve –, il manifesta beaucoup de courage. Il avait prévu les journées de Juin (« Ne voyez-vous pas que vous aurez une bataille si vous ne faites rien ? ») et proposa de s’interposer entre les combattants. Il dénonça la répression. Le 28 juin 1848, il monta à la tribune de l’assemblée pour demander, sous les huées, la clémence pour les insurgés emprisonnés sans que la commission d’enquête nommée par l’assemblée se soit prononcée. Le 24 décembre 1849, Leroux affirma sa solidarité avec les cinq cents insurgés de juin détenus sans jugement à Belle-Île-en-Mer depuis un an et demi : « J’en connais là dont je serais fier de presser la main61. » À la tribune du Palais-Bourbon, Pierre Leroux, en avance sur son temps, réclame pour les femmes l’égalité civile avec les hommes et le droit de vote, « la cause la plus juste, la plus évidente » (21 novembre 1851)62 ; il demande la reconnaissance de l’objection de conscience. Avec lucidité, il dénonce la conquête de l’Algérie comme « le séminaire du meurtre63 ».

Grégoire Champseix, de Boussac à Limoges

  • 64 À l’état civil, il porte bien le prénom de Grégoire (registres d’état civil de Treignac, Corrèze) (...)
  • 65 Grégoire Champseix, fils de Pierre Champseix, cultivateur, et de Anne Dessal, était né à Treignac (...)
  • 66 « Boussac en 1846 et 1851 », Les Amis de Pierre Leroux, n° 10, mai 1993, p. 217-222.
  • 67 Pour Pierre Leroux, chaque être est une triade : « l’homme est, par nature, « sensation-sentiment- (...)
  • 68 Lacassagne J.-P., op. cit., p. 241, note 442.
  • 69 Maitron, DBMOF, tome III.

37Grégoire Champseix64, fils de paysans corréziens65, vint à Boussac comme typographe66, collabora aussi à la Revue Sociale dans laquelle il publia un Exposé sommaire de la doctrine de l’Humanité. En 1847 et 1848, il rédigea, en triade67 avec Pauline Roland et Luc Desages, L’Éclaireur du Centre68. Grégoire Champseix participa à la Révolution de 1848 à Limoges. Il fut membre de la Société Populaire Démocratique – dont Bulot était devenu le président – et secrétaire de son Comité de correspondance. Alfred Talandier, un autre ancien de la communauté de Boussac, était devenu, lui, substitut du procureur de Limoges en mars 184869.

  • 70 Récit et analyse des événements dans : Corbin A., op. cit., t. II, p. 802 ; Vigier Ph., La vie quo (...)

38Le 27 avril 1848, dans une échauffourée qui suit le dépouillement des votes aux élections à la Constituante70, Denis Dussoubs et Grégoire Champseix essayent d’éviter l’effusion de sang entre les gardes nationaux bourgeois et les « aigouliers » du port-du-Naveix – on dit aussi les Navetaux –, ouvriers chargés de réceptionner sur la Vienne le bois nécessaire au chauffage des fours à porcelaine. Ils sont armés de leur outil de travail, le lancis, sorte de grande perche surmontée d’un croc de fer qui leur sert à orienter le bois de flottage sur la Vienne. Les ouvriers sont maîtres de la ville pendant quelques jours. L’arrivée d’un nouveau commissaire du gouvernement provisoire et de troupes venues de Paris permet le rétablissement de l’ordre, mais les bourgeois de Limoges ont eu très peur. Le traumatisme politique né de cette émeute aux allures de « guerre sociale » avait été profond. Le 22 juin 1848, alors qu’éclatent à Paris les Journées de Juin, Denis Dussoubs, son frère Marcellin et une quarantaine de militants républicains sont arrêtés sous l’accusation d’avoir participé à la journée du 27 avril à Limoges. L’heure est à la répression. Ils sont jugés en avril 1849 par la cour d’assises de la Vienne.

  • 71 Parmi eux, Denis Dussoubs est condamné à deux ans de prison : il effectue sa peine à la prison de (...)
  • 72 Grégoire Champseix est mort à Paris en décembre 1863.

39Le Peuple, de Denis Dussoubs, a été suspendu après les événements d’avril. Il reparaît en octobre avec Grégoire Champseix comme rédacteur en chef. Il est assisté d’Ernest Lebloys, un autre disciple de Leroux. Grégoire Champseix fit du journal le porte-parole des démocrates-socialistes. Il affichait clairement ses convictions et ses positions politiques ; par exemple, il soutient la candidature de Raspail lors de l’élection présidentielle de décembre 1848. Grégoire Champseix, indigné des condamnations qui frappent ses amis poursuivis devant la Cour d’Assises de Poitiers pour les événements du 27 avril71 et qui a fait savoir ce qu’il pense de la conduite du procès et du verdict, est, en avril 1849, poursuivi devant la même Cour d’Assises pour compte rendu de mauvaise foi. Cité à comparaître, il est condamné par défaut à trois mois de prison, 100 francs d’amende et aux dépens et son journal est interdit : le dernier numéro paraît le 10 mai 1849. Grégoire Champseix réussit alors à gagner la Suisse où il vit en exil jusqu’en 186072.

  • 73 Cf. la biographie de Dalotel A., André Léo (1824-1900). La Junon de la Commune, Chauvigny, Associa (...)

40On peut prolonger cette histoire. Grégoire Champseix, exilé, épouse en Suisse Léodile Béra, une jeune fille de Poitiers. Par lui, elle connaît les idées de Pierre Leroux. Elle devient journaliste et romancière sous le pseudonyme d’André Léo73. Elle participe à la Commune et, au nom de celle-ci, rédige l’Appel aux travailleurs des campagnes. On retrouve les idées de Leroux : pas de socialisme sans république ; pas de révolution sans solidarité des ouvriers et des paysans. André Léo est la compagne de Benoît Malon, militant de l’Internationale, devenu député de la Seine en février 1871, membre de la Commune et maire de l’arrondissement des Batignolles, puis, après l’exil, directeur de La Revue socialiste. Par Grégoire Champseix et André Léo, les idées de Pierre Leroux vont jusqu’à Benoît Malon. Jaurès a dit, en 1913, devant le tombeau de Benoît Malon, face au Mur des Fédérés, la dette qu’il avait vis-à-vis de lui.

Pauline Roland, de Boussac à Paris

  • 74 Déclaration devant la Cour d’assises de Paris citée par Rude F., Pauline Roland, Arthur Ranc, Gasp (...)

41Pauline Roland, née en 1805, avait été une ardente saint-simonienne. Puis elle avait collaboré aux premières feuilles féministes, La Femme libre de Désirée Véret et La Tribune des femmes de Suzanne Voilquin, aux publications de Pierre Leroux, L’encyclopédie nouvelle puis La Revue indépendante. Cette femme libre avait volontairement élevé seule ses trois enfants. Elle déclara en 1851 : « Je proteste contre le mariage parce que, tel qu’il est organisé, il constate l’infériorité de la femme à l’égard de l’homme74. » Pauline Roland, après une période difficile de sa vie, avait rejoint, pleine d’enthousiasme, la communauté de Boussac qui lui fut aussi un refuge. Elle avait eu la charge de l’école et de la rédaction de L’Éclaireur. En 1848, après la proclamation du suffrage universel, elle alla demander un bulletin de vote à la mairie de Boussac et fit constater qu’on avait été obligé de le lui refuser. Elle revint dans la capitale en décembre 1848.

  • 75 Maitron, DBMOF, tome III, p. 331.
  • 76 Rude F., op. cit., p. 18-19.
  • 77 Programme d’éducation, Paris, s.d., [1849], cité par Rude F., op. cit., p. 18.
  • 78 Rude F., op. cit., p. 27.

42L’organisation des travailleurs par les travailleurs eux-mêmes était l’une des grandes idées de Pauline Roland. Avec Gustave Lefrançais – un jeune instituteur socialiste rencontré à Paris – elle fonda, en 1849, l’Association fraternelle des instituteurs, institutrices et professeurs socialistes. Elle y retrouva Paul Rochery, qui assista aux réunions de l’Association75. La même année, elle participa avec Jeanne Deroin, à une tentative faite pour fédérer toutes les associations ouvrières, en vue de développer l’association et la coopération et de remettre les instruments de production aux mains des travailleurs. Le 5 octobre 1849, les délégués de 104 sociétés fondèrent l’Union des associations fraternelles ouvrières et Pauline Roland fut élue membre de sa commission centrale76. Pauline Roland participa aussi à la rédaction d’un Programme d’éducation qui proposait que « la femme, aussi bien que l’homme, soit élevée comme un être libre, raisonnable, s’appartenant à soi-même, indépendant par son travail, par son amour, par sa pensée, par son caractère77 », affirmations qui rejoignaient la pratique pédagogique de Pauline Roland à Boussac. En mai 1850, elle fut arrêtée avec Jeanne Deroin et une cinquantaine de membres à une réunion de l’Union des sociétés fraternelles ouvrières. La cour d’assises la condamna à six mois de prison pour « formation d’une association illégale ». À nouveau arrêtée après le coup d’État du 2 décembre 1851, elle fut condamnée à la transportation. Sur le bateau qui l’emportait en Algérie, elle chantait avec ses compagnons de captivité : « Il ne faut pas douter du destin de la France, Les larmes des martyrs fécondent l’avenir. » Finalement graciée, mais épuisée par sa captivité, elle mourut sur le chemin du retour en décembre 1852, entre les bras de son fils Jean-François. Celui-ci, devenu professeur, militant républicain, fut en 1864 l’un des rédacteurs, avec Tolain, du manifeste des Soixante78 qui préconisait des candidatures ouvrières aux élections législatives. La leçon de Pauline Roland ne s’était pas perdue.

Victor Borie à Tulle, Jules Leroux et Martin Nadaud à Guéret

  • 79 Nadaud M., Léonard, maçon de la Creuse, introduction de Rioux J.-P., Paris, François Maspero, 1976 (...)

43En Corrèze, les démocrates socialistes disposent d’une tribune, Le 24 Février, fondé à Tulle en octobre 1848. Ils font appel à Victor Borie, revenu de Paris avec George Sand, qui en devient le rédacteur et donne de nombreux articles. La victoire des démocs-socs aux législatives de 1849 illustre les progrès des républicains en Corrèze. En 1848, Luc Desage, Auguste Desmoulins et Nétré avaient gagné Guéret où ils firent partie du comité électoral républicain. Ils se lièrent avec l’ouvrier maçon Martin Nadaud, désigné par les Creusois de Paris pour poser sa candidature dans son département d’origine79. Grâce à l’appui des amis de Pierre Leroux, il fut désigné comme candidat républicain, puis élu représentant du peuple en 1849 aux côtés de Jules Leroux. Tous deux siégèrent au Palais Bourbon parmi les démocrates socialistes jusqu’en 1851.

Prolongements

  • 80 Sand G., Journal d’un voyageur pendant la guerre, édition présentée par Perrot M., Paris, Le Casto (...)

44En 1851, les républicains ont été vaincus et exilés. Mais on ne peut exiler des idées. Et, quand la République renaît en septembre 1870, Martin Nadaud est nommé préfet de la Creuse, chargé d’installer la République et de mettre en œuvre la politique de Défense nationale. Le 3 octobre 1870, il rencontre George Sand réfugiée à Boussac80 ; la rumeur d’une épidémie de variole lui a fait quitter Nohant avec les siens. Hasard de cette rencontre de Boussac : la boucle est ainsi bouclée.

  • 81 Merriman J., Limoges, la ville rouge, Paris, Belin, 1990.
  • 82 Clancier G.-E., Le Pain noir, roman, Paris, Robert Laffont, 4 vol., 1956-1961. Nombreuses rééditio (...)

45Avec Pierre Leroux et la communauté de Boussac, le socialisme a trouvé en Limousin l’une de ses terres d’expérimentation et d’élection. À Limoges, les journées d’avril 1848 sont l’un des éléments fondateurs d’une tradition socialiste. Au même moment la Corrèze et la Creuse votent pour les démocrates socialistes. Limoges est restée la « ville rouge » étudiée par Philippe Grandcoing et par John Merriman81 : son histoire est intimement liée à celle du mouvement ouvrier. Les troubles de 1848, la fondation de la CGT en 1895, les grèves de 1905, évoquées par Georges-Emmanuel Clancier dans Le Pain noir82, l’importance de la Résistance en Haute-Vienne pendant la seconde guerre mondiale illustrent la continuité d’une tradition. La Région Limousin a placé en 2002 le portrait de Pierre Leroux sur la couverture de l’un des numéros de son bulletin.

46Ainsi, dans la période 1840-1848, s’était tissé un réseau d’amitiés et de collaborations autour de George Sand et de Pierre Leroux. Par les membres de la Communauté de Boussac, se sont transmis quelques idées et principes de Pierre Leroux : l’alliance du socialisme et de la République, la place de l’association dans la nouvelle organisation sociale, les droits des femmes, l’attention portée à la situation des paysans. Des généalogies intellectuelles et politiques peuvent ainsi s’esquisser dans la construction desquelles George Sand a joué un rôle de médiatrice, sensible et ardente.

Notes

1 Michel L. Chr., dit Michel de Bourges (1797-1853), fut un grand avocat républicain. Député des Deux-Sèvres (1837-1839), puis du Cher (1848-1851), il fut l’un des chefs de la Montagne entre 1849 et 1851.

2 Perrot M., « Présentation », dans George Sand, Politique et polémiques (1843-1850), Paris, Imprimerie nationale, 1997, p. 16.

3 Cf. notre étude : Latta Cl., Eugène Baune (1799-1880), un républicain dans les combats du xixe siècle, préface d’Alain Corbin, Montbrison, 1995.

4 L’ouvrage de référence est celui de Bernard Hamon, George Sand et la politique, préface de Michelle Perrot, Paris, L’Harmattan, 2001.

5 Sand G., Histoire de ma vie, citée par Perrot M., op. cit., p. 17.

6 Lettre de George Sand à Julie Baune, janvier 1837 dans Sand G., Correspondance, textes réunis, classés et annotés par Lubin G., tome III (juillet 1835-avril 1837), Paris, Garnier frères, 1967, p. 677-678.

7 Notre connaissance de Pierre Leroux a été renouvelée par Viard J., Pierre Leroux et les socialistes européens, Le Paradou, Actes Sud, 1982, par les articles de la revue Les Amis de Pierre Leroux (39, rue Emeric-David, 13100 Aix-en-Provence) ainsi que par Le Bras-Chopard A., De l’égalité dans la différence. Le socialisme de Pierre Leroux, Paris, PFNSP, 1986.

8 Un manuscrit de George Sand récapitule les aides ou prêts à Pierre Leroux en 1841-1842 qui s’élèvent à la somme de 64 550,00 F. Manuscrit publié par Lacassagne J.-P., Histoire d’une amitié. Pierre Leroux et George Sand, Paris, Klincksieck, 1973, p. 39.

9 Cité par Alexandrian, Le socialisme romantique, Paris, Le Seuil, 1980, p. 262.

10 Leroux P., À la source perdue du socialisme français, Anthologie établie et présentée par Viard B., Paris, Desclée de Brouwer, 1997 [désormais Viard B., op. cit.]. Cf. p. 163. Les citations de Pierre Leroux seront désormais indiquées par : Leroux, la date de publication et la référence de l’Anthologie de Viard B.

11 Leroux, 1827, cité par Viard B., op. cit., p. 74.

12 Leroux, 1847, cité par Viard B., op. cit., p. 405.

13 Leroux, 1833, cité par Viard B., op. cit., p. 163.

14 Leroux, 1858, cité par Viard B., op. cit., p. 525.

15 Cf. les analyses de Thomas E., Pauline Roland. Socialisme et féminisme au xixe siècle, Paris, Librairie Marcel Rivière, 1956, p. 98.

16 Leroux, 1824, cité par Viard B., op. cit., p. 71.

17 Leroux P., Encyclopédie nouvelle, 1834-1849, cité par Viard B., op. cit., p. 200-201.

18 Peillon V., Pierre Leroux et le socialisme républicain, Latresne, éditions Le bord de l’eau, 2003, p. 116.

19 Ibidem, p. 138.

20 Ibid., p. 138

21 En cas de diffamation, George Sand risquait la Cour d’assises et la prison.

22 Perrot M., op. cit., p. 76.

23 Lacassagne J.-P., op. cit., p. 57-58.

24 Cité par Perrot M., op. cit., p. 200 sqq.

25 Les archives de la Communauté de Boussac ont été brûlées ou dispersées entre 1849 et 1852. Nous disposons pourtant de plusieurs sources : Pierre Leroux dans La grève de Samarez, cite « tous ceux qui participèrent à cette expérience de Boussac » ; le témoignage d’Auguste Desmoulins dans la Revue sociale de 1850. L’étude de Jean-Pierre Lacassagne, op. cit. et celle de Daniel Dayen, « L’imprimerie de Pierre Leroux à Boussac 1844-1849 », Mémoires de la société des sciences naturelles, archéologiques et historiques de la Creuse, tome 49, 2003 [2004], p. 163-188.

26 Dayen D., op. cit., p. 165.

27 Grand annuaire-almanach de la Creuse, Ducourtieux, 1901, p. 201, cité par D. Dayen, art. cit., p. 166.

28 Dayen D., op. cit., p. 167.

29 Maitron J. (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français [désormais : Maitron, DBMOF], tome III, Paris, Les éditions ouvrières, 1966, p. 534-535. Yvernaud est mort à Boussac en 1849.

30 Près de l’emplacement actuel de sa statue à Boussac.

31 Dayen D., op. cit., p. 173.

32 Thomas E., op. cit., p. 100.

33 Ibidem, p. 102.

34 Maitron, DBMOF, tome III, p. 331.

35 George Sand intervient en sa faveur après le coup d’État du 2 décembre 1851. Cf. Jean Maitron, DBMOF, tome I, p. 119.

36 Archives privées consultées par l’auteur. Les lettres de Barbès à Henri Bernard ont été publiées par nos soins : Latta Cl., « Lettres d’Armand Barbès à Henri Bernard (1843-1847) », Bulletin du Centre d’Histoire contemporaine du Languedoc méditerranéen-Roussillon, Université Paul-Valéry (Montpellier III), n° 41, décembre 1987, p. 2-18. Cf. aussi Latta C., « Henri Bernard, un républicain romantique » dans Caucanas S. et Cazals R. (dir.), Armand Barbès et les hommes de 1848, Actes du colloque de 1998, Carcassonne, Les Audois, 1999.

37 Lettre de Barbès à Henri Bernard, 25 octobre 1846, op. cit.

38 Corbin A., Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle, Paris, éditions Marcel Rivière, 2 vol. 1975. Cf. tome II, p. 759.

39 Ibidem, p. 759.

40 Ibid., p. 760.

41 Ibid.

42 Maitron, DBMOF, t. III, p. 508.

43 Corbin A., op. cit., t. II, p. 761.

44 Grandcoing Ph., la baïonnette et le lancis. Crise urbaine et révolution à Limoges sous la Seconde République, Limoges, Pulim (Presses universitaires de Limoges), 2002, p. 100.

45 Corbin A., op. cit., II, p. 762.

46 Cité par Corbin A., op. cit., t. II, p. 761, note 22.

47 Maitron, DBMOF, t. I 1964, p. 348, notice Capet Mathurin.

48 Cité par Corbin A., op. cit., t. II, p. 761, note 22.

49 Le discours de Théodore Bac est reproduit en entier dans Corbin A., op. cit., t. II, p. 1015-1016.

50 Article de Pierre Leroux dans L’Éclaireur, cité par Corbin A., op. cit., t. II, p. 761.

51 Cf. Paucard A., « Chronique judiciaire. La résistance au coup d’État du 2 décembre en Haute-Vienne et en Creuse », Lemouzi, n°129 et 130, janvier et avril 1994. Cité dans le n° 129, p. 107.

52 Perrot M., op. cit., p. 21.

53 Viard B., op. cit., p. 353.

54 L’Éclaireur de l’Indre, 15-29 novembre 1844, cité par Perrot M., op. cit., p. 185.

55 Cité par Perrot M., ibidem, p. 293.

56 Cité par Perrot M., ibid., p. 250.

57 Ibid., p. 263.

58 Ibid., p. 287.

59 Ibid., p. 26.

60 Alexandrian, op. cit., p. 268.

61 Viard B., op. cit., p. 432.

62 Ibidem, p. 451.

63 Ibid., p. 466.

64 À l’état civil, il porte bien le prénom de Grégoire (registres d’état civil de Treignac, Corrèze) et non ceux de Pierre Grégoire qui lui sont souvent donnés par erreur.

65 Grégoire Champseix, fils de Pierre Champseix, cultivateur, et de Anne Dessal, était né à Treignac le 30 décembre 1817. Ses parents s’étaient mariés, aussi à Treignac, le 31 janvier 1814 (État civil de Treignac).

66 « Boussac en 1846 et 1851 », Les Amis de Pierre Leroux, n° 10, mai 1993, p. 217-222.

67 Pour Pierre Leroux, chaque être est une triade : « l’homme est, par nature, « sensation-sentiment-connaissance indivisiblement unis ». La triade est l’association naturelle de trois hommes représentant chacun l’un des trois aspects de notre nature et agissant dans une fonction sociale.

68 Lacassagne J.-P., op. cit., p. 241, note 442.

69 Maitron, DBMOF, tome III.

70 Récit et analyse des événements dans : Corbin A., op. cit., t. II, p. 802 ; Vigier Ph., La vie quotidienne en province et à Paris pendant les journées de 1848, Paris, Hachette, 1982. Rééd. sous le titre 1848, les Français et la République, préface d’Alain Corbin, Paris, Hachette, 1998 ; Grandcoing Ph., op. cit.

71 Parmi eux, Denis Dussoubs est condamné à deux ans de prison : il effectue sa peine à la prison de Poitiers puis à Fontevrault et enfin à Belle-Île-en-Mer. Il meurt sur une barricade parisienne lors de la Résistance au coup d’État du 2 décembre 1851.

72 Grégoire Champseix est mort à Paris en décembre 1863.

73 Cf. la biographie de Dalotel A., André Léo (1824-1900). La Junon de la Commune, Chauvigny, Association des Publications chauvinoises, 2004.

74 Déclaration devant la Cour d’assises de Paris citée par Rude F., Pauline Roland, Arthur Ranc, Gaspard Bouffet, Bagnes d’Afrique. Trois transportés en Algérie après le coup d’état du 2 décembre 1851, introduction et notes de Fernand Rude, Paris, François Maspero, coll. Actes et mémoires du peuple, 1981, introduction, p. 19.

75 Maitron, DBMOF, tome III, p. 331.

76 Rude F., op. cit., p. 18-19.

77 Programme d’éducation, Paris, s.d., [1849], cité par Rude F., op. cit., p. 18.

78 Rude F., op. cit., p. 27.

79 Nadaud M., Léonard, maçon de la Creuse, introduction de Rioux J.-P., Paris, François Maspero, 1976, p. 252. Cf. la biographie de Dayen D., Martin Nadaud, ouvrier maçon et député, 1815-1898, Limoges, Lucien Souny, 1998.

80 Sand G., Journal d’un voyageur pendant la guerre, édition présentée par Perrot M., Paris, Le Castor Astral, 2004, p. 67-69.

81 Merriman J., Limoges, la ville rouge, Paris, Belin, 1990.

82 Clancier G.-E., Le Pain noir, roman, Paris, Robert Laffont, 4 vol., 1956-1961. Nombreuses rééditions.

Auteur

Docteur en histoire

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540