Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

George Sand

 | 
Noëlle Dauphin

Première partie. George Sand en son terroir, enarcinement social et réseau politique

L’esprit public dans l’Indre au début du xixe siècle

Noëlle Dauphin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1George Sand évoque de son enfance les paysages et la vie rurale, qu’elle présente comme un monde isolé des vicissitudes de la capitale et de la vie nationale. Pourtant, l’Indre n’est pas un département neutre sur l’échiquier politique français dans cette première moitié du xixe siècle ; les forces politiques s’y affrontent, tentant d’éveiller au débat parlementaire une population qui a ses propres repères.

  • 1 Ces seuils sont abaissés en 1831 respectivement à 500 et 200 francs et l’âge à 30 et 25 ans.

2Il y a deux limites contraignantes dans l’analyse des sensibilités politiques : celle des sources et surtout celle des conditions d’exercice de la vie politique et de ses expressions. Le système est une monarchie représentative, avec un parlement à deux chambres. Les députés sont élus au suffrage censitaire. Un cens de 300 francs est exigé pour être électeur et un cens de 1 000 francs pour être éligible1, ce qui doit garantir que les intérêts de l’État seront débattus par des personnes capables de gérer un patrimoine et suffisamment indépendantes dans leur statut social pour l’être dans leurs engagements politiques. On a fixé aussi un âge de maturité à 30 ans pour l’électorat, 40 pour l’éligibilité. La classe politique est donc restreinte, mais elle ne se limite pas à ceux, électeurs et éligibles, atteignant le seuil nécessaire ; ce serait oublier, entre autres, le monde du barreau et de la presse et son lectorat, qui localement animent le débat politique. Par ailleurs, à partir de la Monarchie de Juillet, les conseils municipaux sont électifs. Cette classe politique est réputée seule capable d’exprimer l’opinion publique.

  • 2 Quotidienne, 6 septembre 1815.

3Il convient en effet de s’interroger sur quelques termes de l’époque qui définissent la sphère du débat politique. On différenciait alors opinion publique et esprit public. « L’opinion publique n’est autre chose que le sentiment général de la nation sur ses affaires. Elle ne se fonde pas sur des abstractions, sur des théories, mais sur les besoins et les intérêts2. » Bien qu’il puisse y avoir plusieurs appréciations différentes de ces besoins et intérêts, on emploie rarement le mot au pluriel. Reconnaître une division de l’opinion publique en partis (mot alors péjoratif – cela date de la Convention), serait renoncer au mythe de l’unanimité des sentiments de la nation. L’opinion publique est le fruit de la réflexion de la classe politique, sensée seule capable par sa culture d’avoir une vision globale et cohérente des besoins du pays. C’est l’expression de la raison.

4La notion d’opinion publique est doublée de celle d’esprit public. L’esprit public, attachement aux institutions et à la nation, s’est substitué, sous l’Empire, au terme de patriotisme. La Quotidienne (5 septembre) le définit comme « un genre de patriotisme » par lequel l’individu dans ses entreprises s’associe à la prospérité de l’État. Il est du registre du passionnel et du sentiment. Cette expression est en relation étroite avec la précédente ; si l’esprit public est mauvais, cela signifie souvent que l’opinion publique est défavorable à la vision politique du gouvernement, voire hostile au régime lui-même.

5Les députés sont chargés de faire état de l’opinion publique, les fonctionnaires, et notamment les préfets, de stimuler l’esprit patriotique et le soutien de tous les Français au régime et au gouvernement. Un préfet habile peut maintenir dans son département un excellent esprit public, même si l’opinion publique locale, dans ses appréciations des besoins de la société et de l’État, diverge des vues de la politique gouvernementale.

6L’esprit public est plus fluctuant que l’opinion publique, suivant que le gouvernement semble garantir ou non la prospérité et l’ordre public. Les préfets doivent envoyer régulièrement au ministère de l’intérieur des comptes rendus sur la situation de l’esprit public dans leur département (série F1 CIII aux archives nationales, série 4M aux archives départementales). On peut donc repérer les variations de l’esprit public, dans la mesure du moins de la fiabilité des rapports des préfets. L’opinion publique est plus difficile à cerner. La presse, les correspondances, les publications et discours permettent de discerner des sensibilités politiques dont on peut saisir les réseaux de sociabilité et d’influence.

7L’Indre est largement présenté tout au long du xixe siècle comme un département aux campagnes reculées et isolées de l’agitation politique. pourtant en 1848 se révèlent des tempéraments politiques marqués et des engagements prononcés. Quelle est leur genèse ?

8Il s’agit donc de cerner d’abord la classe politique, ses sensibilités, ses capacités d’action et d’influence sur la population et d’essayer de mesurer son impact réel sur l’esprit public, puis d’analyser les fluctuations de l’esprit public. Sont-elles autonomes ? Les revendications traditionnelles sont-elles reprises dans des programmes politiques ou tendent-elles à s’exprimer dans les formes de la protestation politique de l’élite ?

9En 1848, à l’avènement du suffrage universel, les manifestations de l’esprit public rejoignent-elles les prises de position de l’opinion publique reconnue ? La notion d’esprit public est-elle encore pertinente ?

Des notables d’esprit indépendant

  • 3 Arch. dép. de l’Indre M 139, un tableau de 1818 indique un électeur pour 61,2 hommes de plus de 30 (...)

10Un chiffre significatif est celui des électeurs, moins de 700 personnes en 1820 (ce qui est un maximum, car le gouvernement de la Restauration s’est évertué à diminuer les impôts pour restreindre le nombre d’électeurs)3. La Monarchie de Juillet en ajoute environ 250.

  • 4 Arch. dép. de l’Indre M 146.
  • 5 Les catégories sont : clergé, ordre judiciaire, ordre administratif, administration financière, no (...)

11Les statistiques de 18204 qui classent les électeurs « relativement à leur profession5 » totalisent 681 électeurs pour 230 000 habitants (soit un électeur pour 338 habitants). Plus de la moitié des électeurs (383 individus, 56,2 %) n’ont d’autre qualification que propriétaires. Les électeurs qui relèvent d’autres catégories appartiennent pour 18,2 % à « l’ordre administratif » (notamment à Issoudun), 9,1 % au commerce et à la fabrique (notamment à Châteauroux), 7,1 % à l’administration judiciaire. Ceci est confirmé par un autre classement « relatif à la nature des contributions » qui analyse comment les censitaires atteignent le seuil du cens : 88,2 % le peuvent avec la seule contribution foncière ; la patente n’est nécessaire qu’à 3 % des électeurs.

12La répartition des 681 électeurs et des 81 éligibles est très inégale suivant les arrondissements.

13L’arrondissement d’Issoudun, apparemment le plus riche, est le mieux représenté, à l’opposé de l’arrondissement du Blanc. Celui de La Châtre, avec autant d’électeurs que l’arrondissement d’Issoudun, a deux fois moins d’éligibles et montre ainsi les signes d’une certaine homogénéité dans une moyenne aisance. Pour l’arrondissement de Châteauroux, beaucoup plus peuplé, c’est le phénomène inverse ; un groupe de riches notables se détache d’une population sans beaucoup de ressources.

  • 6 Arch. dép. de l’Indre M 1347. Élections communales. Listes de présentation des maires et adjoints. (...)

14La classe politique s’est relativement démocratisée dès la Monarchie de Juillet avec l’élection des conseils municipaux, ouverte aux plus imposés et à d’assez nombreuses capacités. On repère dans les listes électorales pour les conseils municipaux, outre les notables traditionnels (propriétaires, notaires, avocats, médecins…), des artisans (maréchaux, tonneliers, tisserands, sabotiers, maçons), des boutiquiers, aubergistes et maîtres de poste, de simples cultivateurs, laboureurs et même journaliers. Le préfet déplore que trop de maires manquent d’instruction et de capacités. Quelques-uns en effet sont illettrés6. Sur une liste de 35 maires et adjoints de 1841, 10 ne savent ni lire ni écrire ; parmi ces derniers se trouvent aussi bien un cultivateur à 18,37 francs de cens ou un vigneron à 2,15 francs de cens qu’un propriétaire à 112,43 francs de cens. Cette liste permet aussi de vérifier combien l’électorat s’est ouvert à une population modeste. Au Blanc, en 1832, les officiers de la garde nationale, qui sont électeurs municipaux, sont trop pauvres pour s’acheter l’uniforme.

15Quant aux députés du département, leurs fortunes s’échelonnent du seuil nécessaire (Bordesoulle : 1 054 F) à un revenu substantiel (Bourdeau : 15 000 F, Grillon : 12 000 F), les autres évoluant entre 1 500 et 6 000 F (Charlemagne père : 1 523 F, Taillandier : 1 924 F, Robin de Scévole : 3 840 F, Duris-Dufresne : 2 700 F, Delavau et Montbel : 6 000 F). Mais les indications ne sont pas très fiables, puisqu’il suffit d’atteindre le cens d’éligibilité et les censitaires n’indiquent pas toujours tous leurs revenus s’ils excèdent ce cens. Aucun de ces députés n’est issu de couches populaires ; ils appartiennent majoritairement (12/20) à la bourgeoisie, pour moitié ancienne et d’aspiration nobiliaire, six appartiennent à la noblesse dont deux d’origine très ancienne. Les militaires l’emportent (6/20), sur les simples propriétaires (5), avocats (3) et membres de l’administration (3), médecins (2) ; on ne compte qu’un député appartenant au monde industriel (Muret de Bort, fabricant de draps). Le style de notabilités est donc tout à fait traditionnel ; le prestige anoblissant des armes (Bordesoulle, Bertrand, Duris-Dufresne, Godeau d’Entraigues, Thabaud-Linetière) demeure intact ; les anciens officiers de l’armée impériale sont en honneur sous la Monarchie de Juillet, mais on peut s’interroger sur le sens de l’élection, sous la Restauration, de Bordesoulle et Duris-Dufresne, choisis parce que militaires, noble ou notable, ou figures emblématiques des acquis révolutionnaires consolidés par l’Empire ?

Le poids du bonapartisme

16Au début de la Restauration, les cadres locaux qui avaient adhéré à l’Empire ont été surveillés très étroitement, destitués des postes qui leur donnaient de l’influence, et certains bannis du département. Il est difficile d’apprécier s’ils représentaient réellement une force d’opposition ou s’ils avaient simplement suscité jalousie, rancœur ou hostilité de parti pris. Est-ce une coïncidence si l’on compte parmi eux beaucoup de petits fonctionnaires, huissiers, prêtres mariés ? Après la dissolution de la Chambre introuvable, qui marque la volonté d’apaisement du gouvernement, la moitié des individus sous surveillance (ils devaient, comme les forçats, se présenter 2 fois par jour à la mairie !) en sont dispensés.

Opinion des députés (1815-1816)

Opinion des députés (1815-1816)
  • 7 Cf. Sand G, « Histoire de ma vie (IVe partie, Chap. XI) », Œuvres autobiographiques, Dijon, Gallim (...)
  • 8 Arch. dép. de l’Indre M 2532, 3 avril 1822, rapport du maire de Châteauroux au préfet.

17Les préfets constatent ensuite l’attachement croissant de la majorité de la classe politique au régime, mais restent très sensibles au poids de l’opposition libérale et se méfient des notables bonapartistes, au premier rang desquels se trouvent les membres de la famille Bertrand ; le frère du général, inspecteur des Eaux-et-Forêts, son beau-frère Duris-Dufresne7, entrepreneur des tabacs, ont été destitués et assignés à résidence, l’un à Agen, l’autre à périgueux avant de bénéficier d’une amnistie à l’occasion du mariage du duc de Berry. Le général, qui a suivi Napoléon à Sainte-Hélène, est autorisé à revenir à Châteauroux en mars 1822, ce qu’appréhende le maire. « S’il se rallie franchement à la bannière des Lys, l’opinion publique s’améliorera à Châteauroux et dans le département ; si, au contraire, il brigue les suffrages des électeurs pour siéger sur les bancs de l’opposition, à côté des généraux Foy, Gérard, Sebastiani, l’effet contraire aura lieu, et nous serons retrempés dans le bonapartisme8. » Ces prévisions ne se vérifient pas, car la mort de Napoléon a affaibli en fait ce courant qui se fond dans l’opposition libérale ou indépendante. Ses militants sont de condition très modeste (les dossiers de condamnés politiques de la Restauration indemnisés sous la Monarchie de Juillet mentionnent huissiers, cordonniers, ouvriers drapiers…). Les notaires semblent jouer un rôle actif dans l’opposition. Ils s’organisent en réseau en novembre 1825 pour lancer par exemple dans l’Indre la souscription en faveur des enfants du général Foy, le grand orateur libéral, qui venait de décéder.

  • 9 Arch. dép. de l’Indre M 2531, 3 juillet 1833.

18Sous la Monarchie de Juillet, on craint de même les fidèles du régime précédent. Les préfets surveillent étroitement le groupe « carliste » et notamment les officiers démissionnaires ou réformés. Un document de 18339 indique pour les arrondissements de Châteauroux, du Blanc et d’Issoudun une bonne trentaine d’abonnements aux journaux légitimistes (Quotidienne et Gazette de France) pour une petite centaine aux journaux gouvernementaux (Débats, Temps et Constitutionnel) et quatre démocrates (Écho du Peuple, Sentinelle du Peuple).

  • 10 Arch. dép. de l’Indre M 2550. Le sous-préfet du Blanc rapporte au préfet qu’elle serait dirigée pa (...)

19Le préfet reste très attentif également à toute organisation d’une opposition de gauche et note en avril 1831 la création au Blanc d’une association nationale suspectée de servir de couverture à une propagande républicaine10. Cependant il n’y a aucune poursuite en 1835 ; le courant républicain était donc peu manifeste ou peu actif. Un état comparatif de la composition des conseils d’arrondissement avant et après le renouvellement de 1837 dénombre 82, puis 85 conseillers gouvernementaux, 34, puis 32 de l’opposition de gauche (28 % à 26 %) et 5, puis 4 de l’opposition de droite (4 %). Le légitimisme n’est donc guère actif. Les châtelains, grands propriétaires fonciers, restent émigrés sur leurs terres, laissant le terrain aux autres forces politiques.

De vives compétitions électorales

20L’expression légale par excellence de l’action politique est l’élection. Sur les 44 sièges pourvus de 1815 à 1846, les opinions de droite et de gauche se sont partagé à égalité les députations. Cependant le courant le plus représenté a été le centre gauche par sept députés et treize mandats : Bordesoulle, Robin de Scevole, Crublier de Fougères sous la Restauration, le général Bertrand, heurtault du Mez (3 mandats), Lescot (4 mandats) et Delavau (2 mandats) sous la Monarchie de Juillet ; c’est la tendance qui domine dans les arrondissements d’Issoudun et du Blanc. Bondy, Jean Claude Charlemagne et Duris-Dufresne, élus sous la Restauration et en 1831, se classent nettement plus à gauche (9 mandats). L’opinion de droite se partage entre centre-droit (3 députés et 7 mandats : Taillandier sous la Restauration, Godeau d’Entraygues et Thabaud-Linetière sous la Monarchie de Juillet), droite (Muret de Bort : 4 mandats sous la Monarchie de Juillet) et extrême-droite (Bourdeau-Fontenet et Montbel, 6 mandats sous la Restauration) ; quant à Edmond Charlemagne, ses fluctuations de la droite en 1831 au centre droit, voire au centre gauche avant de revenir à la droite plus tard en 1849 rendent incertaine la comptabilisation de ses 4 mandats.

21Le bilan peut surprendre, car il est plus facile d’être ministériel que d’opposition en cette époque où les moyens de pression du gouvernement sont nombreux dans le cercle étroit des notables et plus encore du collège électoral. En dépit des pressions gouvernementales, il s’y affiche en effet une certaine indépendance d’esprit. À l’élection de 1822 par exemple, dans les collèges d’arrondissement, les bureaux provisoires désignés par le gouvernement et ses agents ne sont pas maintenus et les électeurs remplacent les autorités (maires, conseillers généraux etc.) par des hommes plus indépendants (simples propriétaires, militaire à la retraite). Un électeur proteste contre la disposition des bureaux qui ne permet pas le secret du vote, ce qui montre l’impact précoce de la Société Aide toi, le Ciel t’aidera, dont les fascicules sont répandus dans le département.

  • 11 Arch. dép. de l’Indre M 2553, 6 octobre.

22À l’échelon municipal, les candidats du gouvernement rencontrent eux aussi des obstacles. À Issoudun en 1831, les élections municipales sont marquées par la « lutte entre les notabilités de la ville et les ambitions populaires » et « l’amour de l’égalité qui, bien plus encore que l’amour de la liberté, est le signe caractéristique de la Révolution actuelle » a eu une « influence marquée dans les élections municipales de quelques localités populeuses11 ». À La Châtre en octobre 1838 :

  • 12 Arch. dép. de l’Indre M 2553.

« Les hommes qui passent pour être partisans d’un autre système de gouvernement et dont le nombre est infiniment petit s’y sont rendus seuls et ont profité de l’apathie générale pour faire sortir de l’urne les noms de leurs amis politiques. Nos modernes Brutus sont restés maîtres d’un champ de bataille que personne n’était venu leur disputer12. »

  • 13 Arch. dép. de l’Indre M 146, rapports des sous-préfets au préfet : 5 mars, 9 mars, 27 novembre 181 (...)

23On observe par ailleurs un certain nombre d’initiatives de cette classe politique. En mars 1819, à l’occasion des débats sur la loi du double vote, est lancée une campagne de pétitionnement13 hostile au projet. Tandis qu’au Blanc les libéraux se plaignent que « les habitants du Blanc avoient trop peu d’énergie » pour soutenir une telle pétition, à Châteauroux la pétition recueille 130 signatures. Le tribunal d’instance est convoqué pour juger ce qui paraît « attentatoire à la liberté constitutionnelle des chambres ». Quant à la pétition d’Issoudun, elle « diffère de celle de Châteauroux par le nombre immense de signatures. Ici le tribunal n’a pas été convoqué… Le président a signé avec son gendre » rapporte le sous-préfet scandalisé. Bien plus, le maire lui-même a pris l’initiative. Lancée le vendredi, on a fait signer la pétition aux vignerons le dimanche, leur déclarant que, par ce projet :

« Les royalistes voulaient absolument avoir seuls toutes les places ; ils allaient faire supprimer la loi des élections et renvoyer les députés qui ne seraient plus nommés par le peuple, mais par les pairs et par le Roi. La Vendée était soulevée. Les anglais y étaient descendus et ils venaient pour aider les émigrés à reprendre leurs biens. »

24Cela suscite une forte « émotion dans le peuple, naturellement tranquille ». La pétition est soutenue par les loges maçonniques et emprunte aussi le réseau des fédérés des Cent-Jours. Elle est adressée au député Charlemagne, soutenue par Thabaud-Linetière, officier bonapartiste, fils de régicide, et son beau-père Barré, tous deux fervents défenseurs des acquis révolutionnaires. Échec de la campagne, mais l’élan libéral se poursuit. Aux élections qui suivent, en dépit du nouveau système, les libéraux, qui se sont unis sur un seul candidat, remportent l’élection au collège départemental.

  • 14 Arch. dép. de l’Indre M 146, 1833, 1834 et 1838, rapports portant sur les arrondissements de La Ch (...)
  • 15 Arch. dép. de l’Indre M 2553, 11 novembre 1838, « aucun nom jouissant de quelque consistance socia (...)

25Cette initiative déborde le monde habituel de l’opinion publique reconnue. Elle veut établir des liens entre les électeurs et les citoyens passifs (« Les députés… ne seraient plus nommés par le peuple », créant une connivence, les notables étant réputés du « peuple »). Utilisant le procédé des fausses nouvelles menaçant les acquis révolutionnaires, elle en appelle aux convictions profondes de la paysannerie et des petits notables exclus de la vie politique. De telles campagnes de pétitionnement reprennent sous la Monarchie de Juillet pour la réforme électorale14. Une pétition circule en octobre 1833 à La Châtre parmi les artisans pour réclamer l’octroi du droit de vote à tous les gardes nationaux. La demande est réitérée en novembre 1838 à Issoudun et recueille quelques centaines de signatures d’origine très diverse : vignerons, artisans, mais aussi avocats et avoués15. À La Châtre le succès qu’elle remporte inquiète le sous-préfet :

  • 16 Arch. dép. de l’Indre M 2553, 6 novembre 1838.

« Les meneurs se sont partagé les divers quartiers de la ville ; ils ont, à domicile, obsédé les artisans ; ils ont abusé du peu d’influence que leur donnent sur eux les relations d’affaires, les promesses ou les menaces du refus d’ouvrages, pour leur arracher des signatures en faveur de la réforme. Chez quelques-uns, ils ont fait entendre qu’ils ne demandaient que l’abolition du droit d’entrée sur les boissons, impôt récemment établi à La Châtre et qui pèse d’autant plus qu’on y est moins habitué. Déjà bon nombre de ces braves gens sont éclairés sur les buts de toutes ces manœuvres et j’ai l’espoir de vous faire parvenir leur rétractation16 », ajoute le sous-préfet.

26Mais dans l’arrondissement du Blanc la pétition, colportée par un avoué et un notaire de la ville, est « reçue avec froideur » et le nombre de signatures est « peu considérable ».

27Un autre type d’action politique est la pratique des banquets. On en signale à La Châtre dès 1834 et l’Indre participe au grand mouvement des années 1840. Pétitionnements et banquets débordent le cercle de l’opinion publique et ont pour but de sensibiliser l’univers inférieur de « l’esprit public ».

Une population « inerte » d’esprit démocratique

28L’esprit public, qui mesure l’attachement à l’ordre des choses en place, est caractérisé par sa variabilité. Les préfets doivent en surveiller le bon degré. Trois éléments ressortent de leurs rapports : le bon esprit général, mais aussi la propension à l’émeute en cas de difficultés et la perméabilité aux événements politiques nationaux.

  • 17 Arch. dép. de l’Indre M 2875, rapport du sous-préfet de La Châtre, 2 novembre 1833.
  • 18 Arch. dép. de l’Indre M 2560. Dans un rapport du 2 janvier 1832, le sous-préfet du Blanc signale q (...)
  • 19 Arch. dép. de l’Indre M 2557, réponse du 8 novembre 1832 à la lettre du ministre de l’intérieur du (...)

29L’esprit public est dans l’ensemble signalé comme bon ou inerte ; « esprit d’ordre et de tranquillité17 » est une constante des observations, mais les impôts sont acquittés très en retard. Ce n’est pas dans l’Indre une marque de mauvais esprit, mais la conséquence de la misère. L’Indre est signalé comme un département pauvre. D’ailleurs le gouvernement est souvent sollicité pour alléger les impôts ou accorder des subsides. L’agriculture est peu productive ; il faut des activités de complément. Or les activités traditionnelles sont en crise, notamment sous la Monarchie de Juillet18. Répondant à une enquête du ministre de l’intérieur en novembre 1832, le préfet explique le retard du paiement des impôts par « l’état de détresse de beaucoup de petits contribuables [du] à la cherté des subsistances pendant un long espace de temps et à la stagnation du commerce en 1830, 1831 et au commencement de 1832 », ce qui a conduit à l’épuisement des ressources des débiteurs. « pour peu que l’hiver soit rigoureux, des secours de la part du gouvernement seraient indispensables19. » De plus, l’invasion du choléra, qui a sévi de fin mai jusqu’en août 1832, faisant 178 victimes dont 166 à Châteauroux, a aggravé la situation et agité les esprits qui attribuait l’épidémie à l’empoisonnement des eaux. En 1838, de nouveau on manque de grains, châtaignes et pommes de terre. Dans ces conditions, des troubles éclatent périodiquement.

Troubles de subsistances et troubles fiscaux

  • 20 Arch. dép. de l’Indre M 2557. Cf. le sous-préfet de La Châtre 18 septembre 1830 : « Des femmes mal (...)

30Les années 1816 à 17, puis au tournant de 1830 sont particulièrement troublées. Pillages de grains à Vatan en 1816, à argenton en 1817, au Blanc, à Châteauroux et La Châtre en 1829 et 30, à Belâbre en 1830. Désordres à Issoudun en 1830 et 1832 où la municipalité, qui avait ouvert des ateliers de charité ne peut plus les financer. Les ouvriers ne vivent que de la charité. Le paiement des impôts est entravé. Des convois de grains sont pillés. En 1832 des ateliers ont encore été ouverts à Issoudun et sont fermés en mars, faute de subsides ; la population est très agitée. À chaque fois, les blés sont taxés par les émeutiers20, ce qui annonce les procédés de ceux de Buzançais en 1847. C’est une démocratie en action. Le peuple prend l’initiative de réglementer le marché des grains dans l’intérêt commun et l’équité, estimés supérieurs aux droits de l’individu et à ses abus. C’est là une résurgence des pratiques de l’an ii, sans volonté révolutionnaire, car il y a toujours une tentative pour obtenir le consentement et l’aide des autorités légales.

  • 21 Arch. dép. de l’Indre M 2557, correspondance des sous préfets, maires et commissaires de police av (...)
  • 22 Arch. dép. de l’Indre M 2557, 27 mai 1832, rapport du sous-préfet au préfet.

31Les troubles fiscaux sont plus complexes. Attaque d’octrois le 26 septembre 1830 à Châtillon : artisans et ouvriers brûlent les poteaux d’octroi sur le champ de foire ; un certain nombre de gardes nationaux refusent d’intervenir. À Issoudun et Châteauroux, éclatent en 183221 des émeutes contre le nouveau mode de perception de l’impôt sur les boissons, qui substitue la tarification des récoltes, entrées librement en ville où elles sont inventoriées alors par les « rats de cave », à la perception du droit d’octroi à l’entrée dans la ville. Le sous-préfet d’Issoudun accuse les républicains de tenter d’« entraîner de jeunes vignerons dans de folles entreprises22 ». La municipalité, qui n’a pas encore fini d’acquitter l’amende imposée en octobre 1830 pour les dégâts de l’émeute précédente, a recherché l’apaisement. À Châteauroux, le 30 septembre et le 26 octobre, la manifestation a pris l’allure d’un charivari contre les employés des contributions et plusieurs conseillers municipaux ; des jeunes gens crient « à bas les rats » en tapant sur des poêlons ; femmes et enfants participent au tapage et dansent des rondes. Cependant le 26 octobre, après l’arrestation de quatre jeunes gens, une foule d’environ 300 personnes s’attaque à la prison et contraint les autorités à reculer devant une grêle de pierres. « La garde nationale ne paraît pas avoir montré tout le zèle désirable » pour rétablir l’ordre. Le 29, les « propriétaires et détenteurs de vendanges » proposent un forfait pour échapper à l’inventaire. Le maire accepte le compromis et subit les foudres du préfet. Le calme revient cependant. On a évité un épisode sanglant, car la troupe (la cavalerie du train des équipages) n’a pas fait usage de ses armes.

Évolution de l’esprit public (1815-1816)

Évolution de l’esprit public (1815-1816)

32Le contexte de ces émeutes est différent de celui des troubles de subsistances. Il ne s’agit plus de survie. L’État n’est plus envisagé comme le garant de l’intérêt général contre des intérêts particuliers, mais comme une autorité abusive qui outrepasse ses pouvoirs, exige des impôts inacceptables et exerce un contrôle inquisitorial attentatoire à la liberté privée. Il dresse contre lui l’unanimité des citoyens ; l’inertie de la garde nationale indique sa sympathie à l’égard du mouvement où se mêlent vignerons des faubourgs, artisans (tourneur, couvreur…), journaliers et bourgeois (entrepreneur de travaux publics, sans compter les « détenteurs de vendanges »). C’est une fois de plus protester que l’État doit procéder de la volonté populaire et non s’y opposer. C’était le sens de la Révolution de juillet, or le nouveau régime semble agir exactement en sens contraire, d’où l’énergie de la protestation.

Évolution de l’esprit public (1815-1816)

Évolution de l’esprit public (1815-1816)

33Troubles de subsistances et troubles fiscaux, s’ils expriment une revendication foncièrement démocratique, s’inscrivent dans une longue tradition d’« émotions populaires » de l’ancien Régime. On peut relever la pratique politique du charivari, que Maurice Agulhon considère comme un support non violent de la revendication populaire avant l’ère du suffrage universel. Ces épisodes permettent-ils d’évacuer les rancœurs accumulées au fil d’années d’inertie où l’esprit public semblait « bon » ou « froid » ? En sont-ils le démenti ?

Les incidents proprement politiques

34Les incidents proprement politiques apportent-ils des éléments de réponse ? Deux moments sont particulièrement repérables : les débuts de la deuxième Restauration et les années 1840.

  • 23 Édition Lucien Souny, 1989.

35À la chute de l’Empire, la population de l’Indre peine à trouver des repères. En effet, si la Révolution ne paraît pas avoir bouleversé le paysage social, ni les rapports économiques, elle a été profondément ressentie comme la fin des privilèges et l’avènement moral de la paysannerie. L’Empire en est la consécration, avant de se révéler autoritaire. L’ouvrage de Daniel Bernard et Jacques Tournaire sur l’Indre pendant la Révolution française23 signale que la noblesse ne paraît pas avoir abusé de ses privilèges, ni avoir été contestée avant la Révolution. En 1789 les ordres privilégiés sont conscients des réformes à accomplir ; les délégués et les cahiers de doléances des trois ordres reconnaissent la misère des campagnes du Bas-Berry et le bien fondé de réformes comprenant l’abolition des privilèges fiscaux. Un certain nombre d’aristocrates n’émigrent pas et ne sont pas inquiétés, même sous la Terreur. Il n’y eut localement que quatre condamnés politiques à la guillotine pendant la Révolution. Apparemment il n’y eut guère d’affrontement des opinions. Certes la conscription se heurte à une résistance passive efficace, mais elle ne déclenche pas une chouannerie. Il n’y a nul regret de l’ancien Régime. L’Empire consolide les ascensions sociales entamées sous la monarchie, confirme l’ouverture des carrières au mérite et aux talents, libère les initiatives économiques. Ses dernières années, marquées par le poids de la conscription et des impôts indirects, suscitent un mécontentement croissant, qui explique le bon accueil fait à la première Restauration en avril 1814. L’épisode des Cent Jours (20 mars-22 juin 1815), suivi de la deuxième Restauration, bouleverse les données. Le retour du drapeau blanc illustre dans l’Indre cette difficulté à se repositionner.

  • 24 Arch. dép. de l’Indre M 2538, rapport du maire au préfet, 16 juillet 1815.

36L’Indre tarde à arborer le drapeau blanc à la fin des Cent Jours. Ardentes ne le met en place que le 4 décembre 1815, Ecueillé le déploie seulement en mai 1816 ! On rapporte ça et là des incidents. Pour Eguzon, il existe un gros dossier, intéressant à bien des égards. Le drapeau blanc y a été enlevé le 16 juillet 1815 et remplacé par le drapeau tricolore pendant la messe dominicale. Le sacristain, qui veut rétablir le drapeau blanc, est insulté. Un factieux lui arrache sa cocarde blanche et « s’en est torché publiquement le derrière en proférant des infamies contre la famille royale et particulièrement contre sa majesté qu’il traitait de gros cochon24 ». On crie « Vive l’Empereur ! Vive Napoléon II ! » Le soir, tapage nocturne à l’encontre du maire et des gardes nationaux. Mais, rapporte le maire, « la masse de la population est demeurée calme. Tout ce qu’il y a d’honnête et d’éclairé dans la commune voit le changement de choses avec satisfaction ». L’incident ne serait dû qu’à quelques individus de la « dernière classe du peuple », en fait un charpentier, un laboureur, un maçon.

37Que retenir de cet épisode ? Les formes du désordre (injures, gestes scatologiques, charivaris) s’inscrivent dans la tradition remontant aux saturnales, carnavals avec renversement des rôles. Mais justement, depuis mars, c’est le troisième renversement de rôle, du roi à l’empereur et vice-versa. Le peuple vit ces bouleversements presque sur le mode festif. D’ailleurs les autorités ne s’émeuvent pas de l’affaire. Le sous-préfet enterre le dossier qui n’est exhumé que par son successeur cinq mois plus tard, en décembre 1815. Il fait rétablir le drapeau blanc et poursuivre les factieux, dont le meneur n’est arrêté qu’en mai 1816. Le calme est revenu depuis longtemps et l’heure de la contestation bien passée.

  • 25 Arch. dép. de l’Indre M 2538, à Châteauroux le 10 août, le drapeau blanc est enlevé et « teint de (...)

38Intéressante aussi l’inertie de la population. Il semble, c’est attesté dans d’autres communes25, que la population trouve prudent d’éviter d’arborer le drapeau blanc, tant que l’armée de la Loire, démobilisée, traverse les communes. Les soldats renvoyés dans leurs foyers se livrent souvent à des vols, déprédations et réquisitions et ce d’autant plus que les communes affichent leur adhésion à la monarchie.

39Au total, une population assez passive, du moins prudente, qui refuse de prendre position entre partisans du roi ou de l’empereur. L’esprit public ne serait perturbé que par un élément extérieur, l’armée de la Loire. Elle a empêché le peuple de se livrer à des débordements d’enthousiasme royaliste réels ou de commande. L’esprit public n’a pu être stimulé. Il est resté tiède, sensible à l’incertitude, aux volte-face… et tolérant à l’opposition d’aujourd’hui, parti vainqueur demain.

  • 26 Arch. dép. de l’Indre M 2530, 19 novembre 1825.

40L’analyse des fausses rumeurs pendant la session de la chambre des députés de 1815-1816 permet de préciser ces influences extérieures. Périodiquement, des rumeurs se répandent : en octobre 1815 la proclamation dite de Belgrade annonce le retour vengeur de Napoléon pour chasser les alliés ; en janvier et mars 1816 on affirme que le retour de l’empereur supprimera toute trace d’ancien régime. L’Indre est géographiquement à la croisée des réseaux de fausses nouvelles qui relient le sud-ouest à l’Île de France d’une part et la Mayenne au sud-est du massif Central d’autre part. Le sous-préfet d’Issoudun estime ainsi que Vatan « pense mal » car c’est un lieu d’échanges sur une route très fréquentée26.

41Les militaires démobilisés jouent un rôle majeur dans leur propagation ou leur réception. Ils sont pourtant peu nombreux et, pour la plupart, originaires d’autres départements et assignés à résidence dans l’Indre, car la population est jugée peu réceptive à leur mauvaise influence. En effet le département n’a pas été un foyer de patriotisme révolutionnaire. Sous la Révolution, il a fourni peu de volontaires et a largement refusé la conscription, les déserteurs étant soutenus par la population. Le séjour de l’armée de la Loire a laissé par ailleurs, nous l’avons vu, des souvenirs mitigés. Cependant ces militaires sont aussi pour les paysans une figure de la Révolution, de ses acquis, de l’abolition des privilèges.

42La population de l’Indre semble particulièrement réceptive aux rumeurs, réaction déjà observée au moment de la Grande peur d’août 1789.

  • 27 Arch. nat. F7 9666, 8 février 1816.

« La classe du peuple est la plus agitée. La crédulité passe toute idée ; elle est persuadée que Buonaparte sera de retour à paris au mois de mars. Rien ne peut la détromper… Elle redoute le retour de Buonaparte parce qu’elle craint des levées d’hommes. De là vient la quantité considérable de mariages pour la plupart mal assortis qui ont lieu journellement depuis la mi-janvier. D’un autre côté, il faut le dire, elle se complaît dans l’idée du retour de Buonaparte, parce qu’elle a peur de la noblesse qui ne se présente encore à son esprit que sous les couleurs les plus défavorables27. »

43Cette observation est tout à fait intéressante, car elle traduit bien d’une part l’ambiguïté d’appréciation à l’égard de l’Empire, déjà observable dans l’épisode du retour du drapeau blanc, d’autre part le rejet fondamental de l’ancien régime, alors même que la noblesse avait été l’objet de peu d’hostilité sous la Révolution. On construit en 1815 le mythe d’un ancien Régime repoussoir dont les éléments n’existaient guère localement.

44Enfin, la chronologie de ces rumeurs est révélatrice. Elle ponctue les grands débats parlementaires : en octobre sur les lois de sûreté, qui suspendent les libertés, en janvier 1816 le projet de loi d’amnistie, qui menace les anciens fonctionnaires bonapartistes, en mars les propositions de lois sur le clergé où sont évoqués la reconstitution du clergé comme ordre et la restitution des biens nationaux (également mentionnée lors des débats sur le budget), ce qui déclenche une forte détérioration de l’esprit public.

45Crédulité naïve des campagnes reculées, mais paradoxalement sensibles à l’actualité politique nationale et bien convaincues des apports fondamentaux de la Révolution.

46À partir des années 1840, on observe dans les rapports des autorités une tendance à confondre esprit public et opinion publique. À lire le rapport du sous-préfet de La Châtre sur la pétition de 1838 cité plus haut : « Déjà bon nombre de ces braves gens sont éclairés sur les buts de toutes ces manœuvres et j’ai l’espoir de vous faire parvenir leur rétractation », les citoyens passifs (l’esprit public) semblent considérés des deux côtés comme sans capacité de jugement et aisément manipulables. Mais ils sont néanmoins l’enjeu d’une compétition entre gouvernement et opposition. Ils représentent donc une force politique. Esprit public par leur manque apparent de rationalité (ils doivent être « éclairés » par la classe politique), opinion publique future dans le projet de réforme. L’élection des conseils municipaux a manifestement introduit le débat politique dans l’univers local.

47L’exemple de l’Indre apporte deux informations. Premièrement, la campagne, même profonde, n’est pas inerte ni conservatrice sur le plan politique. En 1848, la population envoie à l’assemblée constituante, par 85,5 % de votants, une majorité de républicains de la veille (5/7) ; on compte 78,7 % de votants aux élections présidentielles ; Ledru-Rollin obtient un score supérieur à la moyenne nationale (13,3 % des suffrages contre 5 % dans l’ensemble du pays), et Cavaignac seulement 11,6 % (19 % dans le pays). En 1849, la participation lors des élections législatives tombe à 68 %, mais les républicains de la veille restent majoritaires (3/5).

Diffusion des « fausses nouvelles » (1815-1816)

Diffusion des « fausses nouvelles » (1815-1816)
  • 28 Arch. dép. de l’Indre M 2577, Saint-Florentin.

48En décembre 1851 « l’immense majorité, tous nos braves paysans paraissent bien disposés28 », et en décembre 1852, les votes donnent 94 % de oui, ce qui n’est pas en contradiction avec les votes du printemps 1848, puisque, dans l’Indre, la Révolution, c’est l’Empire et vice-versa, comme dans beaucoup de campagnes. Il y a là une remarquable continuité de 1815 à 1852.

49Deuxièmement, cet exemple de l’Indre est un bon témoin de l’effacement de la notion d’esprit public qui ne devient plus pertinente quand l’ensemble des citoyens forme la classe politique. Certes, malgré l’avènement du suffrage universel, la « partie éclairée de la nation » continue à monopoliser largement les fonctions électives sous le Second Empire. Le terme « esprit public » ne disparaît des nomenclatures officielles que dans les années 1880. Mais il est manifeste qu’il tend à se périmer dès les années 1840, quand s’accentue la perméabilité entre la classe politique et le pays réel.

Notes

1 Ces seuils sont abaissés en 1831 respectivement à 500 et 200 francs et l’âge à 30 et 25 ans.

2 Quotidienne, 6 septembre 1815.

3 Arch. dép. de l’Indre M 139, un tableau de 1818 indique un électeur pour 61,2 hommes de plus de 30 ans et un électeur patenté pour 187,8 patentes.

4 Arch. dép. de l’Indre M 146.

5 Les catégories sont : clergé, ordre judiciaire, ordre administratif, administration financière, notariat, hommes de loi, commerçants et fabricants, autres professions.

6 Arch. dép. de l’Indre M 1347. Élections communales. Listes de présentation des maires et adjoints. 1835, arrondissement de La Châtre (communes de Ligneroles, Gournay et Vigon) : « Ces 2 candidats sont les seuls du conseil municipal qui sachent lire et écrire. »

7 Cf. Sand G, « Histoire de ma vie (IVe partie, Chap. XI) », Œuvres autobiographiques, Dijon, Gallimard, 1970, La pléiade, t. II, p. 87 : « M. Duris-Dufrène […]. Était un républicain de vieille roche. C’était un homme d’une droiture antique, d’une grande simplicité de cœur, d’un esprit aimable et bienveillant […]. C’était un jacobin fort sociable. »

8 Arch. dép. de l’Indre M 2532, 3 avril 1822, rapport du maire de Châteauroux au préfet.

9 Arch. dép. de l’Indre M 2531, 3 juillet 1833.

10 Arch. dép. de l’Indre M 2550. Le sous-préfet du Blanc rapporte au préfet qu’elle serait dirigée par un contrôleur des contributions indirectes.

11 Arch. dép. de l’Indre M 2553, 6 octobre.

12 Arch. dép. de l’Indre M 2553.

13 Arch. dép. de l’Indre M 146, rapports des sous-préfets au préfet : 5 mars, 9 mars, 27 novembre 1819.

14 Arch. dép. de l’Indre M 146, 1833, 1834 et 1838, rapports portant sur les arrondissements de La Châtre et du Blanc.

15 Arch. dép. de l’Indre M 2553, 11 novembre 1838, « aucun nom jouissant de quelque consistance sociale. »

16 Arch. dép. de l’Indre M 2553, 6 novembre 1838.

17 Arch. dép. de l’Indre M 2875, rapport du sous-préfet de La Châtre, 2 novembre 1833.

18 Arch. dép. de l’Indre M 2560. Dans un rapport du 2 janvier 1832, le sous-préfet du Blanc signale que la métallurgie au bois est concurrencée par celle à la houille.

19 Arch. dép. de l’Indre M 2557, réponse du 8 novembre 1832 à la lettre du ministre de l’intérieur du 5 novembre 1832.

20 Arch. dép. de l’Indre M 2557. Cf. le sous-préfet de La Châtre 18 septembre 1830 : « Des femmes mal intentionnées qui se récriaient sur la cherté du bled… se mettaient en devoir de mesurer et de payer à leur mot ». Le maire et les gendarmes y consentent « concession dangereuse, consistant à leur faire livrer le bled dont elles avaient besoin à un prix moindre que celui du cours » ; cela fait craindre que les vendeurs désertent les marchés, accroissant ainsi la crise.

21 Arch. dép. de l’Indre M 2557, correspondance des sous préfets, maires et commissaires de police avec le préfet et du préfet avec le commandant des troupes du département, de septembre à décembre 1832.

22 Arch. dép. de l’Indre M 2557, 27 mai 1832, rapport du sous-préfet au préfet.

23 Édition Lucien Souny, 1989.

24 Arch. dép. de l’Indre M 2538, rapport du maire au préfet, 16 juillet 1815.

25 Arch. dép. de l’Indre M 2538, à Châteauroux le 10 août, le drapeau blanc est enlevé et « teint de suie » par des militaires.

26 Arch. dép. de l’Indre M 2530, 19 novembre 1825.

27 Arch. nat. F7 9666, 8 février 1816.

28 Arch. dép. de l’Indre M 2577, Saint-Florentin.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7805/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Titre Opinion des députés (1815-1816)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7805/img-2.png
Fichier image/png, 564k
Titre Évolution de l’esprit public (1815-1816)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7805/img-3.png
Fichier image/png, 476k
Titre Évolution de l’esprit public (1815-1816)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7805/img-4.png
Fichier image/png, 953k
Titre Diffusion des « fausses nouvelles » (1815-1816)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7805/img-5.png
Fichier image/png, 265k

Auteur

Maître de conférences d’histoire à l’université d’Orléans

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540