Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

George Sand

 | 
Noëlle Dauphin

Première partie. George Sand en son terroir, enarcinement social et réseau politique

Le regard ethnographique de George Sand

Daniel Bernard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Van Gennep A., « George Sand folkloriste », dans Mercure de France, T CLXXXVIII, n° 671, 1er juin (...)

1En juin 1926, alors qu’on célèbre le cinquantenaire de la disparition de la romancière, Van Gennep publie dans le Mercure de France1 un article qu’il intitule George Sand folkloriste. Il y juge de manière dure et incisive l’apport de la romancière de Nohant, en lui reprochant de considérer le folklore « comme un adjuvant et non comme un but », de donner un tableau incomplet des mœurs et coutumes de la Vallée Noire et de « n’avoir pas tout vu, du moins tout décrit ». Cela ne l’empêche pas de dresser un long inventaire précis de quatre-vingt-dix thèmes et occurrences où Sand évoque ou décrit des faits folkloriques… Et encore, il n’a pas dépouillé la correspondance et confesse n’avoir pas tout lu, tant la lecture de ses romans s’avère « pénible » et « effroyablement rebutante »…

2Il doit cependant constater que la partie documentaire ne paraît pas avoir été désapprouvée par les contemporains de George Sand. Dans Croyances et légendes du centre de la France, à propos des rituels de mariage en Berry, Laisnel de la Salle le confirme :

  • 2 Laisnel de la Salle G., Croyances et légendes du centre de la France. Souvenirs du vieux temps. Co (...)

« [Les] réjouissances nuptiales sont couronnées le second ou troisième jour des noces, par la plantation du chou, bouffonnerie allégorique et philosophique, où le chou figure comme symbole de la fécondité, et dont nous ne nous aviserons pas de parler, après la curieuse et complète description qu’en a donnée Mme Sand, à la fin de la Mare au diable2. »

  • 3 Belmont N., « L’Académie celtique et George Sand. Les débuts des recherches folkloriques en France (...)

3Si elle refuse la contrainte de l’exactitude scientifique, elle sait se montrer fine observatrice et analyse avec un œil d’ethnographe les rites et coutumes. Certes dans Les Maîtres sonneurs, elle invente des usages de confrérie de ménétriers, mais décrit de façon réaliste le rituel de mariage en Bas-Berry dans Les Noces de campagne ou les circonstances de la danse populaire dans nombre d’écrits. Van Gennep critiqua donc chez George Sand son manque d’exhaustivité et de méthode scientifique. « Procès injuste » écrira Nicole Belmont en 1975 : « De toute façon c’eût été lui demander plus qu’aux « savants » de son époque, historiens, archéologues ou philologues3. »

  • 4 On ne se livrera pas ici à une analyse détaillée de l’article de Van Gennep publié en 1926. On pou (...)
  • 5 Van Gennep signale que Sand « admire le faussaire La Villemarqué »… Appréciation aujourd’hui dépas (...)

4Si l’on doit situer l’œuvre sandienne dans son contexte, il faut aussi replacer l’article de Van Gennep dans celui de l’évolution du folklore et de la science ethnographique. Sévère et injuste avec George Sand4, l’auteur du monumental Manuel de folklore français contemporain l’est tout autant avec La Villemarqué et bien d’autres5.

  • 6 Vers la même époque, Laisnel de la Salle confirmait ces propos : « Cette contrée, quoique située a (...)

5Ne doit-on pas reconsidérer l’apport sandien, alors que l’on sait aujourd’hui comment se sont constitués le domaine ethnographique et les champs de l’ethnologie ? Ne peut-on voir chez George Sand, l’œuvre d’un précurseur qui collecte des bribes de savoirs populaires, en jetant les bases d’une ethnographie berrichonne ? Par ses préoccupations de collectage et de sauvegarde d’un savoir populaire, par ses réflexions sur le devenir du patrimoine oral, elle pose des jalons dans le développement de l’ethnographie française. Si elle a « inventé » le Berry6 et le fit connaître dans les milieux parisiens et hors de ses frontières, George Sand fut la première à en faire découvrir les traditions, les rites et son légendaire. Dès 1832, avec Valentine, le charme des paysages de cette province reculée, riche d’usages et de traditions, s’offre au grand public.

  • 7 Avant elle, le Berry produit peu de documents ethnographiques à rayonnement national. L’historien (...)

6Quelles furent ses influences et quel rôle joua-t-elle dans le mouvement de collecte des traditions populaires au milieu du xixe siècle ? La lecture de la volumineuse correspondance, enrichissant la vision donnée par les romans rustiques, prouvera, si besoin était, que la dame de Nohant a doté le Berry de témoignages ethnographiques indéniables7.

Inspirations… influences…

7Influencée par son enfance rurale, sensible aux théories insufflées par le mouvement de l’Académie Celtique, inspirée comme la plupart des jeunes écrivains du début du xixe siècle par le romantisme qui se passionne pour la culture du peuple, George Sand eut une approche particulière concernant l’appréhension et la perception des traditions populaires, des rites et modes de vie ruraux.

Influence de la culture enfantine et du milieu rural

8En se mêlant aux occupations des enfants du village de Nohant, en vivant parmi eux et en comprenant leur langage, elle prend conscience du mode de vie des ruraux et de la condition paysanne. Au champ, elle partage les jeux et occupations des petits pâtres, tout en s’imprégnant du vocabulaire local, des mélodies rustiques et des chants de la terre… De belles pages d’Histoire de ma vie rappellent ce temps de l’enfance à la fin du Premier Empire : lors des veillées d’hiver ou des soirées de breyage, fascinée par les récits merveilleux et fantastiques que le chanvreur, les aïeules ou le sacristain en se relayant livraient à l’assistance, la jeune Aurore s’imprègne de cette culture paysanne transmise par l’oralité, si différente de ce que lui enseigne son précepteur Deschartres.

  • 8 « Histoire de ma vie », Oeuvres autobiographiques, texte établi par Lubin G., Dijon, Gallimard, 19 (...)

9Dans son enfance, elle semble avoir été beaucoup impressionnée par les peurs et hallucinations collectives véhiculées par le monde rural. George Sand raconte une soirée où un orage l’avait retenue avec son frère jusqu’à la grand’nuit dans une métairie appartenant à sa grand-mère. La grand’bête avait paru la veille et on attendait son retour8… Avec une grande intensité, ce récit traduit la force de la peur paysanne qui se manifeste dans l’éventualité d’une apparition fantastique. À la crainte de l’agression, s’ajoute l’angoisse terrifiante de rencontrer l’animal difforme et irréel, inconnu et mystérieux qui peut surgir à tout moment. Ses souvenirs d’enfance qui donnent de belles pages d’histoire de ma vie, en influencent quelques autres dans Mauprat (chap. IV), Le Meunier d’Angibault (chap. XXIV), Les Maîtres sonneurs (cinquième veillée) et Légendes rustiques (chap. IV), où la romancière y évoque la grand’bête.

10Dès sa prime enfance, George Sand baigne dans ce qui deviendra son terrain comme diraient les ethnologues d’aujourd’hui et même si elle n’est pas née en Berry, elle en ressent l’esprit et les atmosphères, connaît les coutumes et le langage des habitants. Ainsi ces impressions et ambiances ressenties au contact des ruraux, accumulées au cours de l’enfance, sa connaissance du monde paysan ne seront pas étrangers à l’approche ethnographique que l’on décèle dans nombre de ses romans et articles. L’auteur n’a qu’à puiser dans ce véritable corpus de souvenirs d’une enfance passée au pays de La Châtre.

11Ce pays influence aussi sa perception : elle en connaît tous les coins familiers qui revivent dans sa géographie romanesque. Sa plume ne décrit, peint ou chante qu’une partie de la province, celle qu’elle perçoit et ressent le mieux : le pays boischautin de la région de La Châtre, la Vallée Noire qui reste pour elle un « résumé de la couleur essentielle du Berry », les rives de la Creuse et la petite Suisse berrichonne. Cet espace familier, parfois symbolique, se retrouve dans les romans champêtres, les articles et la correspondance. La Vallée Noire, puis les environs de Gargilesse constituent véritablement son terrain. Quand elle évoque les coutumes et usages des environs de Nohant, elle n’a pas la prétention de faire une collecte exhaustive valable pour l’ensemble du Berry. Quand elle publie ses Légendes rustiques, elle tient à préciser dans l’avant-propos : « C’est dans un coin du Berry, où j’ai passé ma vie, que je serai forcée de localiser mes légendes, puisque c’est là, et non ailleurs, que je les ai trouvées. »

Celtisme et romantisme

  • 9 Voir à ce propos Belmont N., « L’Académie celtique et George Sand. Les débuts des recherches folkl (...)
  • 10 Les Mémoires, publiés entre 1807 et 1812, ne livrent que quelques bribes éparses des croyances et (...)

12En 1804, se créée l’Académie Celtique, première institution à entreprendre le recueil de la mémoire collective, relayée en 1814 par la Société royale des Antiquaires de France. À l’aide d’un questionnaire fort précis, des collectes se réalisent et des analyses s’inscrivent dans l’esprit du mouvement encyclopédiste9. Si le matériau recueilli à cette époque reste négligeable pour la province berrichonne, l’esprit et la méthode de collectage auront des échos auprès de quelques érudits locaux qui livreront des textes épars10.

13Dérivant parfois en celtomanie, le celtisme allait influencer un certain nombre d’auteurs réceptifs à la culture populaire. Comme beaucoup de ses contemporains, George Sand se sentit concernée par ce courant de pensée qui affirme que les coutumes et surtout les récits de tradition orale, contes ou légendes, restent les vestiges d’un monde celtique. Aussi, est-il nécessaire de sauvegarder ce qui vient de ces temps immémoriaux, afin de fonder la culture populaire sur une antériorité, rejetant ainsi l’apport exclusif de l’héritage gréco-latin ; pour revenir aux sources premières et aux fondements de notre civilisation, il faut en découvrir les origines celtiques.

14Tout comme les Antiquaires et les Académiciens celtiques, elle est préoccupée par la nécessité de sauvegarder le patrimoine oral et les coutumes que les paysans se transmettent de génération à génération. Dans Les Noces de campagne (chap. I), elle évoque déjà le problème de la collecte et de la sauvegarde rendues nécessaires par la disparition irrémédiable des rites :

  • 11 Sur l’influence du celtisme sur le roman, on lira de Tricornot M.-C. de, « De l’idée celte au roma (...)

« Car, hélas ! tout s’en va. Depuis seulement que j’existe il s’est fait plus de mouvement dans les idées et les coutumes de mon village, qu’il ne s’en était vu durant des siècles avant la Révolution. Déjà la moitié des cérémonies celtiques, païennes ou moyen âge, que j’ai vues encore en pleine vigueur dans mon enfance, se sont effacées. Encore un ou deux ans peut-être, et les chemins de fer passeront leur niveau sur nos vallées profondes, emportant, avec la rapidité de la foudre, nos antiques traditions et nos merveilleuses légendes11. »

15Alors que le mouvement celtique continuait à influencer les esprits et que la poésie populaire, grâce aux collectes de la Villemarqué, était promise à un brillant succès, George Sand dès le milieu des années 1840, se lance dans un nouveau genre romanesque. Jeanne paraît dans Le Constitutionnel en 1844 ; croyances et coutumes, apport de la tradition orale, mélange de paganisme et de christianisme, influences celtiques se mêlent dans ce texte, précurseur du roman rustique. Sand y insère beaucoup de croyances et légendes des confins du Berry et de la Marche ; en considérant les Pierres Jaumâtres comme des mégalithes, elle suit le courant savant celtisant de l’époque. « Isis gauloise », « femme primitive, vierge de l’âge d’or », Jeanne apparaît comme l’héritière d’un vieux fonds culturel, d’un véritable patrimoine anté-historique : « Ses superstitions rustiques lui venaient en droite ligne de la religion des druides » (chap. XIV). Dans la notice qu’elle publie en mai 1852, pour l’édition de Jeanne, elle affirme avoir rencontré cette femme sur

  • 12 Sand G., Jeanne, Paris, Calmann Levy, 1892, p. 2.

« une terre primitive qui porte les stigmates mystérieuses de notre plus antique civilisation […]. Ces coins sacrés où la nature est sauvage, où la tradition est encore debout, où l’homme semble avoir conservé son type gaulois et ses croyances fantastiques, ne sont pas aussi rares en France qu’on devrait le croire après tant de révolutions, de travaux et de découvertes12 ».

16Dans Les Visions de la nuit dans les campagnes (1852) et Les Légendes rustiques (1858), l’influence du celtisme se fait sentir à plus d’un titre. Appelant l’attention de ses lecteurs sur deux ouvrages importants dans le domaine du légendaire et de la poésie populaire orale, La Normandie romanesque et merveilleuse d’Amélie Bosquet et le Barzaz-Breiz de Théodore Hersart de La Villemarqué, George Sand s’insère dans ce grand courant qui affecte alors le monde occidental, celui de la découverte des textes de tradition orale venus du fonds des âges où merveilleux et fantastique se mêlent.

  • 13 Correspondance, t. VI, Lettre n° 3130 du 22 avril 1845 à Amélie Bosquet, p. 849. Toutes les référe (...)

17En avril 1845, elle reçoit La Normandie romanesque et merveilleuse. Traditions, légendes et superstitions populaires de cette province qu’Amélie Bosquet (1815-1904) vient de faire paraître chez Techener. En la remerciant de cet envoi, Sand remarque un « travail consciencieux », « éminent sous plus d’un rapport » qui l’initia « aux romantiques secrets de votre Normandie et en me faisant retrouver là toutes les légendes et toutes les traditions de mon Berry. Cette similitude est une preuve de plus à l’appui de l’exactitude de vos recherches et de leur fond historique13 ».

18En 1839, dans une période qui précède les campagnes de collecte systématique en France, paraît chez Delloye à Paris, le barzaz-breiz. Chants populaires de la bretagne de Hersart de La Villemarqué (1815-1895). Ce recueil marque de son empreinte le grand mouvement de collecte qui touche l’Europe romantique au début du xixe siècle. L’auteur, jeune chartiste de vingt-quatre ans, recueille ses chants bretons aux sources de la tradition orale, qu’il présente comme l’héritage des bardes de l’Armorique du haut Moyen Âge, eux-mêmes héritiers des bardes de l’île de Bretagne. Cette publication eut un fort retentissement en Europe : des traductions anglaise, allemande et polonaise (1840, 1841, 1842) soulignent un véritable engouement pour le genre. En 1845, une seconde édition française voit le jour chez Delloye et en 1867 Didier en publie l’édition définitive. Cette œuvre magistrale à la confluence du celtisme et du romantisme ne pouvait qu’influencer la romancière de Nohant. Quand eut-elle connaissance du Barzaz-Breiz ? Les archives de la famille de La Villemarqué conservent une lettre non datée adressée par George Sand à l’éditeur A. Franck qui vient de lui faire parvenir un exemplaire du barzaz-breiz. En 1846, Franck racheta le fonds de Delloye qui avait réédité l’œuvre en 1845. Dans cette lettre inédite, postérieure au rachat et que je situe avant mars 1846, George Sand accuse réception de l’envoi de l’ouvrage de La Villemarqué en ces termes :

  • 14 Conservée dans les Archives La Villemarqué, (2.85), cette lettre (30,2 cm x 20,4 cm) écrite à l’en (...)

« À M. Frank.
Monsieur
Je vous remercie beaucoup de l’envoi des poësies bretonnes. C’est un excellent travail que la réunion, la classification, et l’explication de tant de chefs d’œuvres inconnus à nos classes lettrées. Ce sont là d’inimitables modèles, bien utiles pourtant à étudier, car ils retrempent l’esprit dans des sources pures et fortes. Cette publication est un éminent service rendu à l’art et au pays. Elle jette aussi un grand jour sur l’histoire et doit compléter particulièrement celle des guerres de Vendée et de Bretagne sous la révolution. Voici une lecture qui compte parmi les plus rares et les plus vives satisfactions de ce genre que j’aie goûtées. Je vous en ai donc une gratitude bien sentie. Agréez, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.
George Sand14. »

  • 15 Lettre n° 3366, vers le 25 mars 1846 à Xavier Durrieu, rédacteur du Courrier français, Corr., t. V (...)

19Il ne me semble pas que Sand connaisse le Barzaz-Breiz avant le début de 1846 : elle n’en fait aucune allusion dans ses écrits ou sa correspondance antérieurs. Par contre dans Les Noces de campagne, elle compare le rôle du bazvalan breton, tailleur messager du futur époux, à celui du chanvreur berrichon, faisant ainsi une première référence implicite aux écrits de La Villemarqué et qualifiant les rituels de noces d’essence celtique. Terminée le 24 mars 1846, La Noce de campagne paraît sous ce titre dans le Courrier français du 31 mars au 2 avril 1846. Dans une lettre à Xavier Durrieu, rédacteur du Courrier français, écrite vers le 25 mars 1846, elle note : « J’ai cédé à la fantaisie de décrire les bizarres cérémonies du mariage chez les paysans de mon endroit (et) vous envoie cet exposé fidèle d’une notable partie de nos anciennes coutumes rustiques, d’origine gauloise15. »

20À travers un texte dithyrambique inséré dans Les Visions de la nuit dans les campagnes, paru dans L’Illustration le 23 août 1852, elle dit toute son admiration pour l’œuvre de La Villemarqué. Dans une lettre du 7 novembre 1852, La Villemarqué remercie George Sand et lui retourne le compliment en lui parlant de ses incomparables ouvrages : « J’avais pour vos ouvrages l’admiration qu’ils inspirent à toute l’Europe. » La romancière de Nohant lui répond le 26 novembre 1852 dans une lettre pleine d’éloges :

  • 16 Voir la présentation de Postic F., « George Sand et La Villemarqué », in Maner, Bulletin de l’Asso (...)

« Monsieur, si je l’avais osé, c’est moi qui aurais écrit il y a longtemps, lorsque pour la première fois j’ai lu le tribut de Nominoé dont je n’ai pas encore dit tout ce que je pensais en écrivant pour ce froid public qui prend toujours l’enthousiasme pour de la réclame. Certes c’est à vous que je dois une des plus grandes jouissances littéraires que j’ai éprouvées dans ma vie, et c’est moi qui, loin d’accepter vos remerciements, vous adresse l’expression d’une vive reconnaissance. Pour traduire ainsi, il faut avoir un sens profond du beau et du vrai. Je ne sais pas un mot de breton, et je veux croire que vous n’avez rien mis du vôtre dans cette traduction. Mais peu m’importe. Savoir communiquer complète l’impression que vous a causée un chef-d’œuvre. C’est se l’assimiler au point d’en être le créateur soi-même. Soit dit de Noménoé, sans préjudice des autres pièces du recueil dont je n’ai jamais pu lire une seule sans avoir envie de pleurer. Au reste je ne suis pas le seul lecteur passionné à ce point. Mes enfants, mes amis, tout ce qui m’entoure, tout ce que je connais est du même sentiment, et je voudrais que vous eussiez assisté à certaines veillées où nous avons initié quelque nouveau venu à notre jouissance. Elle est inépuisable. Il ne se passe pas d’année sans que nous reprenions cette culture qui écrase toutes les autres. Agréez donc, Monsieur, ce tribut de famille, qui vous est si bien dû, et qu’il est doux de vous offrir.
George Sand
Nohant. Indre. La Châtre. 26 9bre 5216. »

21Comme la plupart des lettrés de son temps, George Sand admirait le Barzaz Breiz :

  • 17 Guiomar J.-Y., « Le Barzaz-Breizh de Théodore Hersart de La Villemarqué ». Les lieux de mémoire…, (...)

« Un véritable phénomène socioculturel, une pièce capitale dans les relations contradictoires, pour le moins complexes et tourmentées, que la France entretient avec le celtisme et avec ses origines gauloises, relations teintées d’ironie, de méfiance, voire de refus, en tout cas de malentendus constants17. »

22Mais elle n’était pas sans connaître d’autres pièces maîtresses de la littérature bretonne toutes à la gloire de la vie rustique, des rites, coutumes et légendes. Marie-Louise Vincent affirme qu’elle connaissait le Breiz-Izel ou la vie des Bretons en Armorique d’Alexandre Bouët et Olivier Perrin (1844), et nous verrons plus loin qu’elle avait lu les Chants armoricains ou souvenirs de Basse-Bretagne de Jacques Boucher de Perthes (1831). Si le celtisme influença de nombreux écrivains de la première moitié du xixe siècle, le romantisme permit une découverte des traditions populaires. En utilisant la richesse des contes et chants paysans, les romantiques utilisent cette « poésie naturelle » pour ressourcer et renouveler leur inspiration. Pour eux, l’action du peuple peut régénérer la société. En réaction contre le classicisme, prônant un retour aux éléments de la culture populaire antérieure à celles des Lumières, le courant romantique nourrit un véritable engouement pour les œuvres d’Ossian, la culture scandinave ou germanique diffusée par les frères Grimm. Cette sève populaire nourrit d’amples mouvements de recherches autour de l’oralité et les romanciers portent un regard nouveau sur les rites et traditions. Ainsi Gérard de Nerval fut l’un des premiers à vouloir généraliser la collecte des chansons populaires dont l’esprit et la teneur ne pourraient qu’enrichir la littérature. À sa suite, Nodier et George Sand manifestent un intérêt similaire pour ce domaine.

23L’auteur des Visions de la nuit dans les campagnes tente d’analyser ce processus :

  • 18 « Les visions de la nuit dans les campagnes », dans George Sand. Promenade dans le Berry. Mœurs, c (...)

« L’Allemagne passe pour être la terre classique du fantastique. Cela tient à ce que des écrivains anciens et modernes ont fixé la légende dans le poème, le conte et la ballade. Notre littérature française, depuis le siècle de Louis XIV surtout, a rejeté cet élément comme indigne de la raison humaine et de la dignité philosophique. Le romantisme a fait de vains efforts pour dérider notre scepticisme ; nous n’avons su qu’imiter la fantaisie allemande. Le merveilleux slave, bien autrement grandiose et terrifiant, nous a été révélé par des traductions incomplètes qui ne sont pas devenues populaires. On n’a pas osé imiter chez nous des sabbats lugubres et sanglants comme ceux d’Adam Mickiewicz. La France populaire des campagnes est tout aussi fantastique cependant que les nations slaves ou germaniques ; mais il lui a manqué, il lui manquera probablement un grand poète pour donner une forme précise et durable aux élans, déjà affaiblis, de son imagination18. »

  • 19 Van Gennep A. et Saintyves P. donnent des dates différentes concernant l’apparition du mot folklor (...)

24Les élites intellectuelles prennent conscience de l’intérêt des traditions populaires et les écrivains y portent une plus grande attention, n’hésitant plus à insérer dans leurs romans des descriptions de rites paysans, des chansons ou des légendes. En 1846, apparaît le mot folklore qui sous la plume de W.-J. Thoms remplace celui de popular antiquities désignant les croyances et coutumes rurales19. Au milieu du xixe siècle, lorsque celtisme et romantisme allaient nourrir l’inspiration de nombreux écrivains, George Sand se lance dans le genre rustique ou « champêtre » avec articles, nouvelles et romans dans lesquels le regard ethnographique reste une composante essentielle. À travers des chapitres de Mouny-Robin (1841), Jeanne (1844), Le Meunier d’Angibault (1845), La Mare au diable et Les Noces de campagne (1846), François le Champi (1847), La petite Fadette (1848), Les Maîtres sonneurs (1853), Le diable aux champs (1856) ou Légendes rustiques (1858), l’utilisation de divers éléments du folklore contribue à créer un univers romanesque particulier.

25Dans une période de véritable engouement pour les traditions populaires, époque charnière où la France rurale commence à connaître les effets de la révolution industrielle, les rédacteurs de L’Illustration lancent en 1844 un appel pour recueillir les coutumes de France. Croquis et textes arrivent de nombreuses régions (Basse-Bretagne, Vendée, Normandie, Saintonge, Provence, Alsace, Pays basque…). En adressant des articles consacrés aux croyances et coutumes berrichonnes, George Sand participe à cette ample moisson : Mœurs et coutumes du Berry (août 1851 et août 1852) et Les Visions de la nuit dans les campagnes (décembre 1851, octobre 1852, décembre 1852 et février 1855) demeurent des études pionnières illustrées par Maurice Sand qui y apporte sa touche de merveilleux et de fantastique… Les Sand encouragent pleinement l’œuvre de recension des rites et coutumes et marquent de leur contribution l’histoire de l’ethnographie de la France et du Berry.

George Sand, une ethnographe en Berry

26Après le succès de la publication du Barzaz-Breiz en 1839, dans le sillage du celtisme et du romantisme, les élites ont pris conscience que le répertoire traditionnel, menacé de disparition si l’on ne s’y intéresse pas, renferme de grandes richesses. Certains collectent, d’autres publient ; Sand et Nerval recueillent pour sauver de l’oubli. « On glane longtemps dans un champ aussi fertile que celui de l’imagination populaire » note la dame de Nohant dans Les Visions de la nuit dans les campagnes.

George Sand et le mouvement de collecte du milieu du xixe siècle

27Les pouvoirs publics interviennent pour susciter et généraliser des collectages sur l’ensemble du pays. En 1845, le ministre Salvandy installe une commission des chants religieux et historiques de la France, sous la responsabilité du breton Souvestre. Les événements de 1848 empêchent la réalisation du projet. Le 13 septembre 1852, le ministère de l’Instruction publique et des cultes publie le fameux décret Fortoul-Ampère. Les « instructions relatives aux poésies populaires de la France » diffusées en 1853, ont pour objectif d’orienter et d’organiser la collecte, car « ces richesses que le temps emporte chaque jour disparaîtront bientôt ».

  • 20 Les Visions de la nuit dans les campagnes, op. cit., p. 83.
  • 21 Ibidem, p. 84.

28N’appartenant pas à la commission, ayant des vues très personnelles sur cette mission d’intérêt national et ses méthodes, George Sand approuve néanmoins le projet Fortoul : « Le ministère de l’Instruction publique va faire publier le recueil des chants populaires de la France. C’est une très bonne idée, dont la réalisation devenait nécessaire ; mais cela arrive bien tard, nous le craignons. Pour que la recherche fût complète, il faudrait envoyer dans chaque province une personne compétente, exclusivement chargée de ce soin. Les lettrés ou amateurs que l’on va consulter apporteront les récoltes du hasard20. » Mesurant l’ampleur de la tâche à accomplir et la nécessité de la conduire avec la plus grande rigueur, elle pense qu’il est indispensable de publier le texte musical : « Dans la chanson populaire, les paroles se passent si peu de l’air, que, si vous les lisez, elles ne vous disent rien, tandis qu’elles vous surprennent, vous charment ou vous exaltent si vous les entendez chanter ». Et de regretter que « la musique a toujours été plus négligée que la littérature par les gouvernements. Elle n’a pas d’archives21 ». Après la publication des premières pistes de recherche, George Sand écrit à Champfleury le 18 janvier 1854 :

  • 22 Corr., t. XII, Lettre n° 6151 du 18 janvier 1854 à Champfleury, p. 264. La publication des résulta (...)

« Je ne voudrais pas d’ailleurs critiquer l’œuvre entreprise. J’aurais l’air d’être piquée pour n’avoir pas été consultée. Je crois que c’est tant pis pour le recueil en ce qui concerne le Berry, mais c’est tant mieux pour ma paresse, car il y aurait un rude travail à faire, rien que pour retrouver la véritable version littéraire et musicale d’une seule de nos admirables chansons22. »

29Se passionnant depuis longtemps pour les chants et les légendes dont les textes apparaissent comme les traces archaïques des savoirs paysans, George Sand ne cesse d’être persuadée de l’intérêt et de l’urgence de la collecte des éléments de ce qu’elle appellera la littérature orale. Une lettre adressée à Maurice le 5 août 1858 en témoigne :

  • 23 Corr., t. XV, Lettre n° 7902 du 1er août 1858 à Maurice Sand, p. 23.

« Mon cher fils, tu as recueilli diverses traditions, chansons et légendes que tu as bien fait, selon moi, d’illustrer ; car ces choses se perdent à mesure que le paysan s’éclaire, et il est bon de sauver de l’oubli qui marche vite, quelques visions de ce grand poème du merveilleux, dont l’humanité s’est nourrie si longtemps, et dont les gens de campagne sont aujourd’hui, à leur insu, les derniers bardes. Je veux donc t’aider à rassembler quelques fragments épars de ces légendes rustiques, dont le fond se retrouve à peu près dans toute la France, mais auxquelles chaque localité a donné sa couleur particulière et le cachet de sa fantaisie23. »

  • 24 Préface à Laisnel de la Salle, Croyances et légendes du centre de la France, op. cit., Tome I, p. (...)

30Recueillir les traces de la mémoire paysanne devient une priorité pour quiconque reste sensible à la disparition de la culture populaire. Manifestant une véritable volonté de sauvegarde de ce patrimoine éphémère, George Sand participe pleinement, par ses écrits, à cette vaste entreprise au milieu du xixe siècle. En janvier 1875, dans sa préface aux Croyances et légendes du centre de la France de Laisnel de la Salle, elle rappelle encore l’urgence de « dresser l’inventaire de ce merveilleux rustique » : « Il faut qu’on se dépêche, car les vieillards dépositaires de ces fictions s’en vont, les morts vont vite, et la jeunesse d’à présent ne voit plus errer dans la brume des soirs d’automne les gnomes, les fades, les marses ou martes, les odets ou odins, les animaux fantastiques des Celtes, des Grecs, des Romains, des Indiens et des Saxons24. »

La méthode sandienne de collectage

31Imprégnée des rites et coutumes de sa Vallée Noire, participant aux fêtes rustiques ou aux noces paysannes, n’hésitant pas à danser la bourrée avec les gens du village, elle observe, analyse et exploite les ressources de son terroir qu’elle connaît bien. Immergée dans son terrain comme l’ethnologue d’aujourd’hui, elle transforme son regard en langage et fonde sa méthode de recherche sur l’oralité, l’entretien et l’observation directe. Seule l’utilisation de son matériau ethnographique à des fins romanesques la différencie du folkloriste.

32Pourtant Les Noces de campagne doivent beaucoup à ce qu’elle a observé sur place pendant de longues années. La correspondance en porte diverses traces. Évoquant le mariage d’André Cailleau et celui de sa sœur Fanchon, elle rapporte :

  • 25 Corr., t. I., Lettre n° 144 du 25 février 1827 à Mme Maurice Dupin, p. 377.

« La noce s’est faite dans nos remises, on mangeait dans l’une, on dansait dans l’autre c’était un luxe que vous pouvez imaginer, 3 bouts de chandelle pour illumination, force piquette pour rafraîchissement, orchestre composé d’une vielle et d’une cornemuse la plus criarde, par conséquent la plus goûtée du pays25. »

33En septembre 1843, dans une lettre adressée à Delacroix, elle note :

  • 26 Ibidem, t. VI, Lettre n° 2708 du 17 ( ?) septembre 1843 à Eugène Delacroix, p. 234. Il s’agit du r (...)

« Françoise est mariée depuis trois jours. Sa noce a duré 3 jours et 3 nuits, avec toutes les cérémonies du vieil usage fort enjouées et fort curieuses. Je vous ai beaucoup regretté. Il y avait là pour vous mille sujets pittoresques, et de ces tableaux naïfs qu’on n’imagine pas26. »

34L’implication et l’observation directe qualifient sa méthode d’investigation. Ainsi en décembre 1850, elle recueille des chants et transcrit les airs auprès du maçon Chauvet qu’elle entend chanter alors qu’il est en train d’exécuter les travaux pour l’installation du calorifère dans la demeure de Nohant :

  • 27 Corr., t. IX, Lettre n° 4960 à Maurice Dudevant-Sand, 10 décembre 1850, p. 835.

« J’ai trouvé une mine de musique dans le sieur Jean Chauvet, maçon qui fait des trous dans mon mur, pour le calorifère. Pour charmer ses ennuis, il chantait sans s’apercevoir que je l’écoutais. Il chante juste et avec le vrai chic berrichon, je l’ai emmené au salon et j’ai noté trois airs dont un fort joli, après quoi je l’ai fait bien boire et manger, là, tout son saoul. Il a été retrouver ses camarades et leur faisant tâter sa chemise toute trempée de sueur, il leur a dit : « J’ai jamais tant peiné de ma vie ! c’te dame et ce monsieur (c’était Müller) m’ont fait asseoir sur une chaise, et puis les v’là de causer et de se disputer à chaque air que je leur disais, et v’là qu’ils disaient que je faisais du bémol, du si, du sol, du diable, que j’y comprenais rien et que j’avais tant d’honte que je pouvais plus chanter27. »

35À la même période, elle adresse à Pierre Bocage une dizaine d’airs pour sa pièce Claudie, parmi lesquels trois mélodies recueillies auprès de Jean Chauvet : Faut partir, chers camarades ; Flamand, mon beau flamand et La chasse.

36L’ethnologue contemporain qui fait un retour sur l’histoire de sa discipline scientifique ne peut que reconnaître les mérites de George Sand, la valeur de ses observations et l’originalité du matériau recueilli. À chacun de décrypter, de comparer et de passer au crible de l’analyse ce qu’elle a transmis pour appréhender la culture populaire du monde rural berrichon.

Un regard ethnographique sur le Berry

37Avec Valentine (1832) apparaissent déjà quelques évocations de la fête champêtre, de la bourrée ou du costume paysan. Mais à partir du milieu des années 1840, George Sand développe dans un genre romanesque nouveau, tous les aspects de la ruralité et des mœurs traditionnelles. Dès la publication de Mouny-Robin (1841) et de Jeanne (1844), elle utilise ce matériau qu’elle porte en elle ou qu’elle a recueilli. Le dépouillement de sa correspondance enrichi de l’analyse des romans de la veine champêtre apporte des éléments riches et variés à l’ethnologue du monde paysan.

  • 28 On trouvera d’autres thèmes ethnographiques relevés dans l’œuvre sandienne dans mon ouvrage Berry, (...)

38Ses écrits sur la langue populaire, les idiomes berrichons ou le corpus légendaire qu’elle a recueillis, ses analyses et témoignages consacrés au chant et à la musique, ses impressions et descriptions concernant la bourrée suffisent à montrer l’acuité de son regard ethnographique28.

Langage et littérature populaire

39Percevant la richesse du patois berrichon et les ressources qu’il pourrait lui offrir dans ses écrits, George Sand avait constitué un glossaire de cinq cent quatre-vingt-dix mots recueillis en Vallée Noire. Dans le bulletin de la faculté des lettres de Strasbourg (mai-juin 1954), sous le titre George Sand et le patois berrichon, Monique Parent publia ce lexique conservé aujourd’hui à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris. En 1916, Marie-Louise Vincent avait déjà consacré un ouvrage à la langue et au style rustiques dans les romans champêtres.

40En mai 1842, une lettre de George Sand adressée au comte Jaubert contient de précieuses remarques concernant ses préoccupations de linguistique locale. Accusant réception du Vocabulaire du Berry et de quelques cantons voisins, elle envoie à son auteur une longue lettre dans laquelle elle apporte de nombreuses remarques sur le langage de la Vallée Noire et sur la méthode de travail de Jaubert :

  • 29 Corr., t. V, Lettre n° 2459 au Comte Jaubert, entre le 18 et le 28 mai 1842, p. 678-679. Dans « La (...)

« Il y avait bien longtemps que je projetais une grammaire, une syntaxe, et un dictionnaire de notre idiome, que je me pique de connaître à fond. Je me serais bornée à la localité que j’habite, croyant, […] que nous parlons ici le berrichon pur et le français le plus primitif29. »

41Et d’évoquer ensuite la richesse des conjugaisons locales, la prononciation et la manière d’orthographier, tout en signalant à Jaubert quelques erreurs de traduction…

42Touchée par la disparition des contes et légendes, elle en préconise la collecte et s’attache à recueillir le merveilleux et le fantastique des campagnes du Boischaut. Elle a d’ailleurs elle-même montré la voie en écrivant dès le milieu du xixe siècle des articles relatant coutumes, croyances et légendes du pays berrichon. Souhaitant ne pas laisser sombrer dans l’oubli des pans entiers de ce qu’elle a appelé la « littérature orale », elle publie en 1858, ses Légendes rustiques chez Morel dans une édition illustrée de douze dessins de son fils. Le terme de « littérature orale » naît sous sa plume :

  • 30 Sand G., Légendes rustiques, Paris, Michel Lévy, 1888, p. v.

« On se saurait trop avertir les faiseurs de recherches, que les versions d’une même légende sont innombrables, et que chaque clocher, chaque famille, chaque chaumière a la sienne. C’est le propre de la littérature orale que cette diversité. La poésie rustique, comme la musique, compte autant d’arrangeurs que d’individus30. »

  • 31 Je remercie pour cette confirmation M. Fanch Postic, ingénieur au CNRS, Centre de recherche et de (...)

43La première mention écrite connue de ce terme, perçu comme un oxymore par les puristes, se trouve bien chez Sand dans l’avant-propos des Légendes rustiques, et non chez les folkloristes bretons31.

  • 32 Voir mon étude « Bestiaire fantastique et apparitions surnaturelles en Berry », Êtres fantastiques (...)

44En publiant douze thèmes légendaires, Sand magnifia le bestiaire fantastique et les apparitions surnaturelles du Berry32. Grâce à la mission de sauvegarde du patrimoine populaire menée par Sand, grâce aux travaux de Laisnel de la Salle, cette province centrale ne mérite plus les qualifications qu’on lui donnait au début du xixe siècle. Ce pays si reculé qui « a vu la civilisation glisser sur lui sans s’y arrêter » peut s’enorgueillir d’avoir eu des personnalités de première importance, véritables passeurs de mémoire, qui ont défendu notre patrimoine et sans qui nous aurions perdu une part de cette substance venue du fonds des âges.

Chants et musique traditionnels

  • 33 Dans son enfance, n’avait-elle pas été touchée par le chant primitif du porcher Plaisir, n’avait-e (...)
  • 34 Voir le n° 12 de Présence de George Sand qui publie les actes du colloque sur « George Sand et la (...)

45Les mélodies rustiques, les mélopées et les refrains paysans ont impressionné George Sand dès son enfance33. Très sensible à la musicalité et à l’interprétation de ces expressions spontanées du peuple, elle conservera toute sa vie un intérêt pour la musique34 et les chansons traditionnelles. À travers ses romans, les impressions laissées par les chants de la terre contribuent à créer une certaine atmosphère. Dans Le Meunier d’Angibault (I, XVII), elle évoque les cris des moissonneurs et les chants des bergères. Ces derniers se retrouvent dans Jeanne (XXI) lorsque les pastoures sereinent les ouailles à la tombée de la nuit :

  • 35 Jeanne, op. cit., p. 279-280.

« Durant ces champêtres veillées, les petites filles, ordinairement plus braves que les grandes, prennent plaisir à se répondre d’une prairie à l’autre, en chantant à pleine voix leurs vieilles balades et les admirables mélodies du Bourbonnais et du Berri, si tristes, si tendres, et dont le beau monde du pays fait si peu de cas. Dieu merci, les paysans les conservent et en composent encore ; et tandis que les demoiselles chantent au piano les plus plates et les plus détestables nouveautés d’opéra, les pastours font redire aux échos des champs des mélodies naïves et dures, que nos plus grands maîtres voudraient avoir trouvées35. »

  • 36 Barbillat E. et Touraine L. Chansons populaires dans le Bas-Berri, Châteauroux, Éditions du Gargai (...)

46Dans ce même chapitre, elle donne quelques titres et incipits tels Voilà six mois que c’était le printemps ; C’était trois petits fendeurs ; Chante, rossignol, chante ; Je maudis le sergent ; Petite bergerette à la guerre tu t’en vas… Tous font partie du répertoire traditionnel et seront par la suite recueillis en d’autres versions par Barbillat et Touraine dans leurs Chansons populaires dans le Bas-Berri36. Dans d’autres romans, elle donne soit le thème, soit le titre, soit l’incipit et les couplets des versions qu’elle connaît. Avec Les noces de campagne, elle profite de la description de la cérémonie des livrées pour noter des pièces du répertoire traditionnel dont la chanson rituelle des livrées qu’elle publie en 1846, bien avant les premières enquêtes officielles.

  • 37 Tiersot J., La chanson populaire et les écrivains romantiques, Paris, Plon, 1931, p. 151.

47George Sand a été la première à s’intéresser au briolage, chant improvisé que les laboureurs de la Vallée Noire ont pu chanter jusque dans les années précédant la première guerre mondiale. D’ailleurs en 1913, des enregistrements ont été effectués par la mission Ferdinand Brunot à Nohant, Saint-Chartier et La Châtre. « Admirable extériorisation par le chant, du génie et de l’âme de la terre » selon le jugement de Julien Tiersot37, cette mélopée traditionnelle donne une dimension romantique à la scène du labour, décrite dans de superbes pages du chapitre II de La Mare au diable :

  • 38 Sand G., La Mare au diable, Saint-Amand, Gallimard, coll. « Folio », 1978, p. 40-41.

« La voix mâle de ce jeune père de famille entonnait le chant solennel et mélancolique que l’antique tradition du pays transmet, non à tous les laboureurs indistinctement, mais aux plus consommés dans l’art d’exciter et de soutenir l’ardeur des bœufs de travail38… »

48George Sand veut faire partager à ses invités son engouement pour les chants et airs populaires locaux et incite des artistes à en noter les mélodies :

  • 39 Corr., t. XII, Lettre n° 6151 du 18 janvier 1854 à Champfleury, p. 264.

« J’ai vu Chopin, un des plus grands musiciens de notre époque, et Mme Pauline Viardot, la plus grande musicienne qui existe, passer des heures à transcrire quelques phrases mélodiques de nos chanteuses et de nos sonneurs de cornemuse39. »

49Au début des années 1840, Pauline Viardot note à Nohant les airs des chansons auprès des paysans que lui fait rencontrer son hôte. Elle recueille ainsi un briolage, le chant des livrées, une sauteuse et quelques chants traditionnels. Vers 1885, Pauline Viardot confia ses manuscrits à Julien Tiersot qui, en 1931, publia ses notations dans son ouvrage La chanson populaire et les écrivains romantiques. Chopin aurait lui aussi recueilli quelques airs de bourrées ; en tout cas, il en interprétait une recueillie auprès de l’un des musiciens informateurs de la romancière :

  • 40 Ibidem, t. IX, Lettre n° 4691 du 11 décembre 1850 à Adolphe Vaillard, p. 839. Concernant l’identif (...)

« Dans la bourrée de Marsillat, il y a un trille affreusement faux. Oserez-vous le risquer, ce fa naturel est produit par l’insuffisance de l’instrument du ménétrier, la cornemuse ne va pas jusqu’au dièse, les oreilles s’y habituent si bien que la bourrée demeure ainsi dans la tradition. Au premier moment on rit, et puis cela devient si sauvage à entendre répéter avec aplomb, qu’on ne peut plus s’en passer. Chopin aimait particulièrement cette bourrée comme un spécimen de la danse des bûcherons dans les bois. Il n’a pas voulu l’écrire, mais il l’a souvent jouée à Paris avec son trille faux, devant les maîtres. Ils riaient, mais ils la lui faisaient répéter dix fois. Il la jouait extrêmement vite et elle y gagnait40. »

  • 41 Voir Corr., t. IX, lettre n° 4691 du 11 décembre 1850 à Adolphe Vaillard, p. 838.

50Sand destine certaines des chansons qu’elle recueille à une publication dans l’un de ses romans, ou à une interprétation dans ses pièces Claudie ou François le champi. Soucieuse d’authenticité, elle donne au chef d’orchestre et aux interprètes une foule de détails qui soulignent encore son regard ethnographique et son désir de réalisme41. En recueillant toutes ces mélodies et poésies, la romancière inscrit sa collecte dans un processus de sauvegarde qu’elle juge nécessaire, tant par l’ancienneté du répertoire que par les particularités de l’interprétation paysanne :

  • 42 Ibidem, t. XII, Lettre n° 6151 du 18 janvier 1854 à Champfleury, p. 268.

« Les Gaulois s’en vont. Leurs derniers souffles sont encore dans la poitrine de quelques paysans mais ils chantent une langue musicale qu’on ne peut plus ou qu’on ne voudrait plus comprendre42. »

51Si elle reste charmée par la beauté particulière de ces mélodies paysannes, elle voue une véritable passion aux instruments et à la musique des ménétriers du cru :

  • 43 Extrait de « Mœurs et Coutumes du Berry », article paru dans L’Illustration du 28 août 1851, dessi (...)

« La cornemuse à petit ou à grand bourdon est un instrument barbare, et cependant fort intéressant. Privé de demi-tons accidentels, n’ayant juste que la gamme majeure, il serait un obstacle invincible entre les mains d’un musicien. Mais le musicien naturel, le cornemuseux du Berry (formé presque toujours en Bourbonnais) sait tirer parti de cette impuissance de son instrument un parti considérable. Il joue tout ce qu’il entend ; majeur ou mineur, rien ne l’embarrasse. Il en résulte des aberrations musicales qui font souvent saigner les oreilles, mais qui parfois aussi frappent de respect et d’admiration par l’habileté, l’originalité, la beauté des modulations ou des interprétations. On est tenté alors de se demander si cette violation hardie des règles n’est pas seulement la violation heureuse de nos habitudes, et si la musique, comme la langue, n’est pas quelque chose à côté et même en dehors de tout ce que nous avons inventé et consacré43. »

52Dans François le Champi, La Mare au diable ou La Petite Fadette, l’ambiance musicale est présente même si elle n’apparaît qu’en arrière-plan dans les scènes de noces ou d’assemblées. Au fil des pages du Meunier d’Angibault (chap. XXV), quelques témoignages évoquent ces bals traditionnels où la musique rustique tient une place de choix :

« Le son de la cornemuse, uni à celui de la vielle écorche un peu les oreilles de près ; mais, de loin, cette voix rustique qui chante parfois de si gracieux motifs rendus plus originaux par une harmonie barbare, a un charme qui pénètre les âmes simples et qui fait battre le cœur de quiconque en a été bercé dans les beaux jours de son enfance. Cette forte vibration de la musette quoique rauque et nasillarde, ce grincement aigu et de staccato nerveux de la vielle sont faits l’un pour l’autre et se corrigent mutuellement […]. Sous les vieux arbres du terrier, en vue d’un site charmant, la foule des jolies filles se pressait autour des ménétriers placés deux à deux sur leurs tréteaux à peu de distance les uns des autres, faisant assaut de bras et de poumons, se livrant à la concurrence la plus jalouse, jouant chacun dans son ton et selon son prix, sans aucun souci de l’épouvantable cacophonie produite par cette réunion d’instruments braillards qui s’évertuaient tous à la fois à qui contrarierait l’air et la mesure de son voisin. Au milieu de ce chaos musical, chaque quadrille restait inflexible à son poste, ne confondant jamais la musique qu’il avait payée avec celle qui hurlait à deux pas de lui, et ne frappant jamais du pied à faux pour marquer le rythme, tour de force de l’oreille et de l’habitude. »

  • 44 Sylvie Douce de La Salle, Les cornemuses de George Sand. Autour de Jean Sautivet, fabricant et jou (...)

53En 1853, celle qui rêvait de créer un opéra berrichon, offre aux ménétriers bourbonnais et berrichons un roman dans lequel la musique « naturelle » s’impose à chaque page. Les citations des Maîtres sonneurs à propos de la musique traditionnelle mériteraient toutes d’être relevées. Elles traduisent un sens fin de l’observation et de l’analyse musicale, ainsi que du contexte dans lequel évoluent les musiciens populaires. Comme l’écrivait Sylvie Douce de La Salle, George Sand « devient une véritable ethnomusicologue. Plus qu’observer, elle écoute et comprend que le jeu des musiciens populaires est fait de répétition d’airs, d’adaptations à leur propre sensibilité, par pure transmission orale44 ». Depuis ce temps, n’a-t-on pas l’habitude d’appeler les vielleux et cornemuseux du centre de la France des maîtres sonneurs… Un terme que la romancière-ethnographe de Nohant destine désormais aux ménétriers, vraisemblablement influencée par quelques pages du Barzaz Breiz de La Villemarqué dans lesquelles apparaît le mot sonerien

La vision de George Sand sur la bourrée

  • 45 Extrait de « Mœurs et Coutumes du Berry », article paru dans L’Illustration du 28 août 1851, dessi (...)

« La danse est uniformément l’antique bourrée, à quatre, à six ou à huit. C’est un mouvement doux chez les femmes, accentué chez les hommes, très monotone, toujours en avant et en arrière, entrecoupé d’une sorte de chassé-croisé. C’est quasi impossible à danser, si l’on n’est pas né ou transplanté depuis longtemps en Berry. La difficulté, dont on ne se rend pas compte d’abord, vient du sans-gêne des ménétriers, qui vous volent, quand il leur plaît, une demi-mesure ; alors, il faut reprendre le pas en l’air pour rattraper la mesure. Les paysans le font instinctivement et sans jamais se dérouter45. »

  • 46 On pourra se reporter à mon étude « La bourrée en Berry : disparition, survivance ou renaissance ? (...)

54En dépouillant les écrits sandiens, l’ethnologue remarque une foule de détails qui permettent d’appréhender la place tenue par la danse dans la société paysanne, son interprétation par les diverses classes sociales et la manière de l’exécuter, ses influences et la transformation du répertoire46. Les héros des romans champêtres soulignent maintes fois le plaisir procuré par la bourrée. D’ailleurs, George Sand parlait en connaisseur, dansant fort bien la bourrée paraît-il. En 1832, dans une lettre à Émile Regnault, elle confie :

  • 47 Corr., t. II, Lettre n° 460 du 18 février 1832 à Émile Regnault Adolphe Vaillard, p. 37.

« Il est vrai qu’à 20 ans, j’étais beaucoup plus ingambe, j’aimais assez la danse, la bourrée s’entend, sur la pelouse au mois de mai avec les jeunes filles de mon village car je n’ai jamais pu souffrir l’odeur ambrée des salons47… »

  • 48 Sand G., Promenades autour d’un village, suivies du Journal de Gargilesse, Éditions Christian Piro (...)

55Ici ou là, elle glisse quelques allusions concernant cette danse rustique ; chaque détail peut avoir un intérêt. Ainsi lors d’un séjour à Gargilesse, le 24 mai 1858, elle note dans son journal : « Nous voyons danser la bourrée, même musique et même danse qu’à Nohant48. » La multiplication d’indication de ce type permettrait d’esquisser une cartographie des aires de diffusion des divers types de bourrée. Comme dans le Bourbonnais voisin, les plus anciennes bourrées du Berry s’exécutent sur un rythme à deux temps. Au début du xixe siècle, lorsque la bourrée devient véritablement une danse « à la mode » dans le monde rural, de plus en plus de danseurs et des villages entiers adoptent des bourrées à trois temps qu’ils appellent auvergnate ou montagnarde. George Sand avait été sensible à ce phénomène d’influence venu des « pays de la montagne » : elle le signale dans Les Maîtres sonneurs, dans Histoire de ma vie et à travers sa correspondance.

56Dans les quelques pages de Nuit d’hiver, qui datent de 1827 ou 1828, elle relate les divertissements du temps de Carnaval. Masquée, accompagnant son frère Hippolyte Chatiron, elle se rend au bal à La Châtre :

  • 49 Sand G., « Nuit d’hiver » Œuvres autobiographiques, texte établi par Lubin G., Gallimard, 1971, La (...)

« En approchant de l’Hôtel Saint-Germain, nous entendons les violons et les cris des danseurs de bourrée. C’est le bal des ouvriers [...]. On trouve que nous dansons la bourrée en vrais enfants du Berry. Donc nous ne sommes pas des étrangers. L’incognito m’encourage. Je me livre à des fioritures chorégraphiques dans le bon style du pays. Le succès augmente, mon frère fait des grâces inouïes. Nous improvisons une montagnarde très applaudie. L’assistance s’écrit, enthousiaste : C’est des Auvergnats49 ! »

57Une lettre écrite à la même époque apporte un indice chronologique supplémentaire sur l’engouement des Berrichons pour les bourrées d’influence auvergnate :

  • 50 Corr., t. XXV, Lettre n° S 68 du 3 juillet 1827 à Jane Bazouin, p. 145-146.

« Nous avons eu avant-hier une fête brillante pour l’anniversaire de Maurice (il a eu 4 ans le 30) on a fait un tapage d’enfer avec les cloches et les fusils pour le fêter. J’ai donné un gueuleton superbe à toute la commune, et on a dansé la bourrée jusqu’à deux h. du matin dans la cour. On a apporté un trophée de fleurs au milieu, ils se sont mis à danser en rond tout autour. Cela faisant un rond de près de 100 personnes. Ils fesaient tant de bruit en chantant et en criant Vive Madame, et vive Maurice, que mon fils en a eu peur et s’est mis à pleurer. On s’est avisé dans cette fête de danser pour la première fois la Montagnarde, que quelques Auvergnats ont innovée dans le pays. C’était une chose inouïe jusqu’alors, que d’oser changer un pas à la bourrée classique du Berry. Aussi les vieillards se sont écriés foin ! de toutes leurs forces à la vue de telle profanation. Malgré eux l’innovation a prévalu et on a dansé la Montagnarde et la Sauteuse d’Auvergne une partie de la nuit, les vieilles femmes se sont mêlées aussi de danser et comme il y avait longtemps que cela ne leur était arrivé elles n’en voulaient pas démordre et ne laissaient pas la place aux jeunes50. »

58La romancière devenue ethnographe analyse par ailleurs les influences, évolutions et transformations du répertoire traditionnel. Dans le chapitre XI de Promenades autour d’un village publié en 1857, elle écrit :

« La bourrée est monotone, mais d’un vrai caractère. Pourtant il ne faut pas la voir folichonner par les artisans de petite ville ; ils y sont aussi absurdes que le paysan à la contredanse. Il y a les beaux de village de la nouvelle école, qui y introduisent des contorsions prétentieuses et des airs impertinents tout à fait contraires à l’esprit de cette antique danse. La bourrée n’est elle-même que dans les jambes molles et les allures traînantes de ce qui nous restent de vrais paysans, les jeunes bouviers et les minces pastoures de nos plaines. »

59Ainsi, comme dans les autres domaines concernant les arts et traditions populaires, par ses observations et remarques, George Sand enrichit le volet concernant la danse traditionnelle. Il convient pourtant ici de remarquer qu’elle peut aussi utiliser le fruit de ses observations en les enrichissant de lectures qui l’ont influencée… Le chapitre XXVI du Meunier d’Angibault contient l’une des plus belles pages de l’ethnographie berrichonne. Souvent citée en exemple par les mainteneurs des ensembles folkloriques de la seconde moitié du xxe siècle, il ne fait aucun doute que cette description de la bourrée, les observations du style des danseurs et l’analyse des circonstances de son exécution correspondent à ce qu’ont pu voir certains collecteurs en leur temps :

« La danse était plus obstinée que jamais à la ferme. Les domestiques s’étaient mis de la partie, et une poussière épaisse s’élevait sous leurs pieds, circonstance qui n’a jamais empêché le paysan berrichon de danser avec ivresse, non plus que les pierres, le soleil, la pluie, ou la fatigue des moissons et des fauchailles. Aucun peuple ne danse avec plus de gravité et de passion en même temps. À les voir avancer et reculer à la bourrée, si mollement et si régulièrement que leurs quadrilles serrés ressemblent au balancier d’une horloge, on ne devinerait guère le plaisir que leur procure cet exercice monotone, et on soupçonnerait encore moins la difficulté de saisir ce rythme élémentaire que chaque pas et chaque attitude du corps doivent marquer avec une précision rigoureuse, tandis qu’une grande sobriété de mouvements et une langueur apparente doivent, pour atteindre à la perfection, en dissimuler entièrement le travail. Mais quand on a passé quelque temps à les examiner, on s’étonne de leur infatigable ténacité, on apprécie l’espèce de grâce molle et naïve qui les préserve de la lassitude, et, pour peu qu’on observe les mêmes personnages dansant dix ou douze heures de suite sans courbature, on peut croire qu’ils ont été piqués de la tarentule, ou constater qu’ils aiment la danse avec fureur. De temps en temps la joie intérieure des jeunes gens se trahit par un cri particulier qu’ils exhalent sans que leur physionomie perde son imperturbable sérieux, et, par moments, en frappant du pied avec force, ils bondissent comme des taureaux pour retomber avec une souplesse nonchalante et reprendre leur balancement flegmatique. Le caractère berrichon est tout entier dans cette danse. Quant aux femmes, elles doivent invariablement glisser à terre en rasant le sol, ce qui exige plus de légèreté qu’on ne pense, et leurs grâces sont d’une chasteté rigide. »

60Mais ne pourrait-on pas y remarquer une certaine ressemblance avec quelques textes d’auteurs bretons qu’elle connaissait et dont les œuvres, à son époque, constituaient des ouvrages de référence ? Insistant sur la passion qu’ont les Bas-Bretons pour la danse, les deux extraits suivants ont dû influencer la dame de Nohant. Ainsi lit-on chez Jacques Boucher de Perthes dans Chants armoricains ou Souvenirs de Basse-Bretagne :

  • 51 Boucher de Perthes J., Chants armoricains ou Souvenirs de Basse-Bretagne, Paris, Treuttel-Wurtz li (...)

« Les danses des Bas-Bretons ont le caractère d’une haute antiquité, et probablement les airs et les figures en sont les mêmes qu’au tems des druides ; leurs chants, toujours en mineur, ont quelque chose de bizarre qui attache et étonne. Ils dansent avec gravité ; les femmes ont les yeux baissé, et les hommes sont sérieux ; personne ne se douterait qu’ils s’amusent ; cependant aucun peuple n’a porté plus loin la passion de la danse ; on les voit dans les villes, même sur les places publiques, sur la pierre, danser des heures entières, exposés à la pluie. Une de leurs danses, le jabadeau, lorsqu’elle est formée par un grand nombre d’individus, ne manque pas de grâce et même de majesté. Un premier cercle est composé tout entier d’hommes, le deuxième de femmes et ainsi de suite. Ils sont à quelque distance les uns des autres, leurs mains mêmes ne se rapprochent pas ; on croirait presque voir une pompe religieuse51. »

61Un autre texte dont la première édition date du début du xixe siècle, connu de la romancière dans une édition du milieu des années 1840, a pu l’inspirer aussi. Alexandre Bouët dans le Breiz Izel ou la vie des Bretons en Armorique rapporte :

« La danse est un exercice que le paysan armoricain aime avec passion, avec fureur. Ni la longueur du chemin, ni les chaleurs les plus dévorantes de l’été, ne sont à ses yeux un obstacle, dès lors qu’il s’agit de danser ; il fait deux, trois, quatre lieues et davantage pour se rendre à l’aire neuve où le biniou l’appelle. À peine y arrive-t-il baigné de sueur et haletant de fatigue, qu’il figure déjà parmi les danseurs. »

62Inspirations, influences, peu importe… Le contenu social de la danse, divertissement d’exception dans un milieu rural voué à la peine et au travail, la joie de danser, le rapport de l’homme à cette activité de tous les instants festifs ou laborieux, rien de tout cela n’a échappé à celle qui laisse tant de témoignages sur la bourrée. Ses précisions induites par l’observation directe ou la participation active gomment les inexactitudes écrites au sujet de la danse populaire par le préfet Dalphonse.

  • 52 Ce souci du détail réaliste semble constant chez George Sand. On le retrouve par exemple dans le t (...)

63Celle qui a fait découvrir au monde parisien une province reculée du centre de la France et qui donna au roman rustique ses lettres de noblesse, fut incontestablement une femme d’exception qui traversa une époque fascinante et riche en événements. Par la connaissance qu’elle a du monde paysan, elle fut une pionnière de l’ethnographie. Mais sous sa plume, la description d’un rite ou d’une coutume, d’un simple fait de la vie quotidienne52, prend une autre dimension. En effet au-delà de la description régionaliste, on doit y voir des éléments ethnographiques vrais. Le nombre de témoignages qu’elle laisse dans ses écrits et sa correspondance impressionne : gestes, comportements et usages, traces éphémères des vécus quotidiens, culture populaire et savoirs paysans, rien n’échappe à son regard. Tout au long de sa vie, elle ne cesse de noter, de collationner, d’observer et de transcrire une foule de détails comme le feront plus tard les folkloristes. Consciente que la culture paysanne meurt peu à peu, elle amasse, collecte et sauve ainsi de l’oubli définitif les divers éléments du patrimoine oral.

64Si elle reste avant tout une romancière, elle a eu le mérite de percevoir l’intérêt des traditions paysannes et l’existence d’un art populaire. Que de pans du savoir traditionnel et de la culture paysanne du Bas-Berry aurions-nous oubliés sans elle ! Que saurions-nous aujourd’hui des coutumes de noces du Boischaut, si elle n’avait laissé les superbes pages des Noces de campagne auxquelles Laisnel de la Salle rend hommage ? Ses réflexions sur l’utilisation des cornemuses anciennes ne sont-elles pas autant de témoignages sérieux sur lesquels s’appuient les ethnomusicologues d’aujourd’hui ? Ses appréciations sur la bourrée, ses points de vue sur la musique rustique, ses observations sur les vêtures paysannes n’apparaissent-elles pas comme autant de descriptions minutieuses des mœurs, rites et coutumes des Berrichons de la Vallée Noire au xixe siècle ?

  • 53 Voir à ce propos Valière M., Ethnographie de la France. Histoire et enjeux contemporains du patrim (...)

65En révélant au public le savoir populaire de sa province, en participant au grand mouvement de collecte qui s’étend en France au milieu des années 1850, en posant les premières pierres de l’édifice « folklore/ethnographie/ethnologie » sur lequel s’appuyèrent les générations suivantes, celle qui inventa le terme de littérature orale eut un rôle pionnier dans l’histoire de l’ethnographie. Un rôle trop souvent ignoré ou minoré, mais reconnu désormais par ceux qui s’attachent à analyser l’évolution et le contenu de cette science humaine au fil du temps53.

Notes

1 Van Gennep A., « George Sand folkloriste », dans Mercure de France, T CLXXXVIII, n° 671, 1er juin 1926, p. 371-384, Repris dans Le folklore français, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1999, vol. 3, p. 3061-3070.

2 Laisnel de la Salle G., Croyances et légendes du centre de la France. Souvenirs du vieux temps. Coutumes et traditions populaires comparées à celles des peuples anciens et modernes, Paris, Chaix, 1875, t. 2, p. 54.

3 Belmont N., « L’Académie celtique et George Sand. Les débuts des recherches folkloriques en France », Romantisme, Revue de la Société des Études romantiques, n° 9, 1975.

4 On ne se livrera pas ici à une analyse détaillée de l’article de Van Gennep publié en 1926. On pourrait aussi y relever un certain nombre d’inexactitudes. En écrivant que l’intérêt de George Sand pour la chanson populaire est postérieur à 1850, oublie-t-il qu’elle publia le Chant des livrées dès 1846 dans Les Noces de campagne, avant les campagnes de collecte officielles menées en France ? Contrairement à ce qu’il signale, les deux articles « Mœurs et coutumes » et « Les visions de la nuit dans les campagnes » ne sont pas signés, mais illustrés, par Maurice Sand. Il se montre aussi très dur à l’égard des Légendes rustiques (1858), qu’il perçoit comme « un raccord et parfois un résumé de données éparpillées dans les romans et nouvelles rédigés de 1840 à 1850 ».

5 Van Gennep signale que Sand « admire le faussaire La Villemarqué »… Appréciation aujourd’hui dépassée. Des recherches récentes, en particulier celle de Donatien Laurent, ont éteint la polémique et les critiques de Van Gennep ont perdu de leur force. Voir à ce propos Guiomar J.-Y., « Le Barzaz-Breizh de Théodore Hersart de La Villemarqué », Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire, Gallimard, 1997, Quarto, vol. 3 ; Laurent D., Aux sources du Barzaz Breiz – la mémoire d’un peuple. Douarnenez, Ar Men, 1989. (Donatien Laurent a étudié les carnets de collecte de la Villemarqué qui servirent à l’élaboration du Barzaz-Breiz ).

6 Vers la même époque, Laisnel de la Salle confirmait ces propos : « Cette contrée, quoique située au beau milieu de la France, ne semble réellement avoir été découverte que de nos jours, et l’on n’en parle guère pertinemment que depuis que Mme Sand, son Christophe Colomb et son Cooper, l’a fait connaître. Jusque-là, ce qu’on en savait était fort erroné et peu fait pour exciter l’intérêt du public »… (Laisnel de la Salle G., op. cit., tome 1. p. xx).

7 Avant elle, le Berry produit peu de documents ethnographiques à rayonnement national. L’historien et l’ethnologue d’aujourd’hui trouvent dans les archives et la littérature publiée, certains textes et récits d’intérêt local, dans lesquels leurs auteurs font preuve d’une vision ethnographique. Sans en faire un relevé exhaustif, il conviendrait de citer des sources évoquant les rites de l’Ancien Régime, les écrits de Chalumeau qui à la faveur d’études agronomiques évoque parfois les pratiques agraires, des scènes de vie quotidienne, des divertissements et danses paysannes (Chalumeau, « Sur la manière de marner dans le département de l’Indre » La culture du département de l’Indre, An VII, p. 74-85). De rares topographies médicales apportent souvent un regard ethnographique sur les populations analysées (Franquelin, Topographie médicale de la Brenne suivie de quelques considérations sur les causes de l’insalubrité de ce pays marécageux et sur les moyens propres à y remédier, Paris, 1809). À la même époque, les descriptions topographiques et les évaluations statistiques de la France réalisées par les préfets dotent le pays d’une multitude d’observations sur les populations rurales. Dans celle publiée par le préfet Dalphonse en 1804, le pittoresque du portrait du berrichon et des coutumes est demeuré célèbre jusqu’à notre époque. Il conviendrait cependant de reconsidérer ce discours émanant de l’autorité détentrice de la culture savante, sous un angle plus ethnographique. (Citoyen Dalphonse, Mémoire statistique du département de l’Indre. Adressé au Ministre de l’Intérieur d’après ses instructions. An XII (1804), chap. III, État des citoyens (Constitution, caractères, mœurs, habitudes et usages). p. 109. Réimpression aux Éditions Horvath Roanne/Le Coteau, 1983, présentation du mémoire, notice biographique du préfet Dalphonse et tables établies par Tournaire J. À partir de la Monarchie de Juillet, les études concernant la culture populaire apparaissent. On citera de Vermond P., Chroniques populaires du Berry. Recueillies et publiées pour l’instruction des autres provinces, Lecointe et Pougin, 1830, réédition Les Éditions du Bastion, 1997. Signalons enfin les travaux de recherches de Ribault de Laugardière (C.) sur les chansons et les cérémonies rituelles du Cher, du comte Jaubert (H.-F.) sur le langage et ceux de Laisnel de la Salle, folkloriste de Cosnay et voisin de George Sand, sur les croyances et légendes.

8 « Histoire de ma vie », Oeuvres autobiographiques, texte établi par Lubin G., Dijon, Gallimard, 1971, Bibliothèque de la Pléiade, vol. 1, IIIe partie, chap. IX, p. 832-833.

9 Voir à ce propos Belmont N., « L’Académie celtique et George Sand. Les débuts des recherches folkloriques en France », Romantisme, Revue de la Société des Études romantiques, n° 9, 1975, p. 29-38 ; Ozouf M., « L’invention de l’ethnographie française : le questionnaire de l’Académie celtique », Annales Économies, sociétés, civilisations. 6° année, n° 2, mars-avril 1981, p. 210-230.

10 Les Mémoires, publiés entre 1807 et 1812, ne livrent que quelques bribes éparses des croyances et savoirs populaires du Berry. Dans les volumes II et III, Légier évoque les Traditions et usages de la Sologne et publie une Notice sur les traditions et les croyances de la Sologne et du Berry ; ces écrits ne concernent que des usages signalés vers Argent, Aubigny et La Chapelle d’Angillon, dans la Sologne dite du Cher. Voir ces textes dans aux sources de l’ethnologie française. L’académie celtique, édité et préfacé par Belmont N., Paris, Éditions du CTHS, 1995, p. 67-92.

11 Sur l’influence du celtisme sur le roman, on lira de Tricornot M.-C. de, « De l’idée celte au roman paysan », dans Hier pour demain. Arts, traditions et patrimoine, Catalogue d’exposition, Galeries nationales du Grand-Palais, juin-septembre 1980, Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux, 1980, p. 74.

12 Sand G., Jeanne, Paris, Calmann Levy, 1892, p. 2.

13 Correspondance, t. VI, Lettre n° 3130 du 22 avril 1845 à Amélie Bosquet, p. 849. Toutes les références et numérotations de lettres proviennent de l’édition de la correspondance par Lubin G., Classiques Garnier, 25 volumes (1964-1991).

14 Conservée dans les Archives La Villemarqué, (2.85), cette lettre (30,2 cm x 20,4 cm) écrite à l’encre noire, ne porte aucune date. Au haut du document, la mention manuscrite « À M. Frank », au crayon gris, est sans doute de la main de La Villemarqué. Je tiens à remercier tout particulièrement M. Fanch Postic, ingénieur au CNRS, (Centre de recherche et de documentation sur la littérature orale. Manoir de Kernault. Mellac) qui a bien voulu me communiquer une copie de ce document inédit qui ne figure pas dans l’édition de la correspondance établie par Georges Lubin. Mes remerciements s’adressent aussi à la famille de La Villemarqué, détentrice du fonds d’Archives, et à mon ami Daniel Giraudon qui m’a lancé sur cette piste jusqu’alors inconnue.

15 Lettre n° 3366, vers le 25 mars 1846 à Xavier Durrieu, rédacteur du Courrier français, Corr., t. VII, p. 296.

16 Voir la présentation de Postic F., « George Sand et La Villemarqué », in Maner, Bulletin de l’Association de Gestion du Manoir de Kernault, Mellac, n° 16, printemps 1995, p. 8-9. Publiée par Fanch Postic, cette lettre de George Sand, ignorée de Georges Lubin, est conservée dans les archives de Kéransquer [Lettre du 26 novembre 1852 (10,3 cm x 13,4 cm), écrite à l’encre bleue (archives La Villemarqué 2.86) ; elle est accompagnée d’une enveloppe (archives La Villemarqué [2.87], portant l’adresse : « Monsieur Hersart de la Villemarqué Kéransker en Quimperlé Finistère », cachets de la poste : La Châtre, 26 novembre 1852 ; Paris, 27 novembre 1852 ; Quimperlé, 28 novembre 1852 »). Informations transmises par Fanch Postic.

17 Guiomar J.-Y., « Le Barzaz-Breizh de Théodore Hersart de La Villemarqué ». Les lieux de mémoire…, op. cit., p. 3503.

18 « Les visions de la nuit dans les campagnes », dans George Sand. Promenade dans le Berry. Mœurs, coutumes, légendes, préface de George Lubin, Éditions Complexes, 1992, collection Le regard littéraire, vol. 55, p. 74-75. Au sujet du lien entre romantisme et tradition populaire, on lira de Dutertre J.-F., « L’herbe sauvage. Perspective cavalière sur le romantisme et les traditions populaires » L’Air du temps. Du romantisme à la world-music, FAMDT Éditions, coll. « Modal », 1993, p. 10-21.

19 Van Gennep A. et Saintyves P. donnent des dates différentes concernant l’apparition du mot folklore. Van Gennep donne la date de 1846 (Le folklore, Paris, Librairie Stock, 1924, coll. « La culture moderne », n° 11, p. 7). Pour Saintyves, le terme « apparaît pour la première fois dans l’Athenaeum du 22 août 1848. Une lettre signée Ambrose Morton, pseudonyme de l’archéologue William John Thoms (+1885) proposait de comprendre tout ce que l’on entendait en anglais par Antiquités populaires et littérature populaire sous le nom de folk-lore ». (Saintyves P., « Le folklore. Sa définition et sa place dans les Sciences anthropologiques », Revue de folklore français et colonial, numéro consacré à P. Saintyves (« Un grand folkloriste : P. Saintyves [Émile Nourry], 1870-1935 »), Paris, Librairie Larose, 1935, p. 29-30).

20 Les Visions de la nuit dans les campagnes, op. cit., p. 83.

21 Ibidem, p. 84.

22 Corr., t. XII, Lettre n° 6151 du 18 janvier 1854 à Champfleury, p. 264. La publication des résultats de l’enquête Fortoul, achevée en 1857, ne vit jamais le jour. Au sujet de cette mission, on peut lire de Guilcher Y., « La chanson populaire et les pouvoirs publics (Remarques à propos du décret Fortoul) ». L’Air du temps. Du romantisme à la world-music, op. cit., p. 21-41.

23 Corr., t. XV, Lettre n° 7902 du 1er août 1858 à Maurice Sand, p. 23.

24 Préface à Laisnel de la Salle, Croyances et légendes du centre de la France, op. cit., Tome I, p. xi, xii.

25 Corr., t. I., Lettre n° 144 du 25 février 1827 à Mme Maurice Dupin, p. 377.

26 Ibidem, t. VI, Lettre n° 2708 du 17 ( ?) septembre 1843 à Eugène Delacroix, p. 234. Il s’agit du remariage de Françoise Meillant avec Jean Aucante célébré à Saint-Chartier le 12 septembre 1843. Elle avait épousé André Caillaud en 1827. Dans Les noces de campagne (chap. III), Sand note que la cérémonie des livrées tombe en désuétude : « Je crois que nous avons vu la dernière à la noce de Françoise Meillant » (III). Dans d’autres lettres, elle évoque le mariage de Solange Biaud avec François Joyeux : lettre n° 3236 à Charles Poncy du 12 septembre 1845 et lettre n° 3281 à Pierre-Jules Hetzel, le 15 novembre 1845 (Corr. t. VII).

27 Corr., t. IX, Lettre n° 4960 à Maurice Dudevant-Sand, 10 décembre 1850, p. 835.

28 On trouvera d’autres thèmes ethnographiques relevés dans l’œuvre sandienne dans mon ouvrage Berry, pays de George Sand. Anthologie, paru aux Éditions Alan Sutton en septembre 2003 (p. 80 à 130) : paysannerie, habitat, nourriture, jeux de l’enfance, coutumes de noces, scènes de la vie rustique, travaux des champs, coutumes agraires, observations sur le costume traditionnel, foires, fêtes et assemblées, chanter et musiquer

29 Corr., t. V, Lettre n° 2459 au Comte Jaubert, entre le 18 et le 28 mai 1842, p. 678-679. Dans « La Vallée-Noire », un article publié le 28 novembre et le 5 décembre 1846 par L’Éclaireur, puis édité en 1857 chez Michel-Lévy, elle reprend en les développant quelques idées qu’elle avait soumises à Jaubert : « C’est dans la Vallée-Noire qu’on parle le vrai, le pur berrichon, qui est le vrai français de Rabelais […]. C’est là que la grammaire berrichonne est pure de tout alliage et riche de locutions perdues dans tous les autres pays de la langue d’oil. C’est là que les verbes se conjuguent avec des temps inconnus aujourd’hui, luxe de langage qu’on ne saurait nier ». Dans Impressions et souvenirs publié en 1873, elle note à nouveau le caractère particulier des conjugaisons locales.

30 Sand G., Légendes rustiques, Paris, Michel Lévy, 1888, p. v.

31 Je remercie pour cette confirmation M. Fanch Postic, ingénieur au CNRS, Centre de recherche et de documentation sur la littérature orale. Manoir de Kernault. (Communication orale du 12 février 2004).

32 Voir mon étude « Bestiaire fantastique et apparitions surnaturelles en Berry », Êtres fantastiques des régions de France, contributions réunies par Daniel Loddo et Jean-Noël Pelven, Actes du colloque de Gaillac, 5-7 décembre 1997, Paris, Éditions Cordae La Talvera/L’Harmattan, mai 2001, p. 249-268.

33 Dans son enfance, n’avait-elle pas été touchée par le chant primitif du porcher Plaisir, n’avait-elle pas conservé dans sa mémoire la « classique vocalisation gutturale » des tyroliennes des prisonniers allemands de passage à Nohant en 1814, ou charmée plus tard par les mélodies des matelots de Majorque ? Elle laissera d’ailleurs de belles pages sur la chanson populaire dans Consuelo (chap. LV).

34 Voir le n° 12 de Présence de George Sand qui publie les actes du colloque sur « George Sand et la musique » tenu en mai 1981, Revue de l’Association pour l’étude et la diffusion de l’œuvre de George Sand, Échirolles (Isère), octobre 1981, 72 p. Voir aussi À la croisée des chemins. Musiques savantes. Musiques populaires. Hommage à George Sand, Actes du colloque de La Châtre (Château d’Ars), 23-25 octobre 1997, Saint-Jouin-de-Milly, FAMDT Éditions, 1999, 284 p.

35 Jeanne, op. cit., p. 279-280.

36 Barbillat E. et Touraine L. Chansons populaires dans le Bas-Berri, Châteauroux, Éditions du Gargaillou, 1930-1931, 5 volumes.

37 Tiersot J., La chanson populaire et les écrivains romantiques, Paris, Plon, 1931, p. 151.

38 Sand G., La Mare au diable, Saint-Amand, Gallimard, coll. « Folio », 1978, p. 40-41.

39 Corr., t. XII, Lettre n° 6151 du 18 janvier 1854 à Champfleury, p. 264.

40 Ibidem, t. IX, Lettre n° 4691 du 11 décembre 1850 à Adolphe Vaillard, p. 839. Concernant l’identification du grand Marsillat, se reporter à Jean-François Heintzen dit Maxou, « À la recherche de monsieur Marsillat, vie et mœurs des cornemuseux du centre-France au xixe siècle », Les cornemuses de George Sand. Autour de Jean Sautivet, fabricant et joueur de musette dans le Berry (1796-1867), Catalogue de l’exposition présentée aux musée des Musiques populaires de Montluçon (juin-octobre 1996), p. 22-27.

41 Voir Corr., t. IX, lettre n° 4691 du 11 décembre 1850 à Adolphe Vaillard, p. 838.

42 Ibidem, t. XII, Lettre n° 6151 du 18 janvier 1854 à Champfleury, p. 268.

43 Extrait de « Mœurs et Coutumes du Berry », article paru dans L’Illustration du 28 août 1851, dessins de Maurice Sand.

44 Sylvie Douce de La Salle, Les cornemuses de George Sand. Autour de Jean Sautivet, fabricant et joueur de musette dans le Berry (1796-1867). op. cit., p. 5-6.

45 Extrait de « Mœurs et Coutumes du Berry », article paru dans L’Illustration du 28 août 1851, dessins de Maurice Sand.

46 On pourra se reporter à mon étude « La bourrée en Berry : disparition, survivance ou renaissance ? », dans Les Champs de l’ethnologie. Du Berry à la Bretagne, de l’enquête de terrain à l’écomusée. Les Champs de l’ethnologie. Actes du Colloque du 26 janvier 2002, organisé par le CREDI. à Châteauroux, CREDI Éditions, Châteauroux, novembre 2002, p. 11-46. Au sujet de la danse dans l’œuvre de George Sand, il convient aussi de signaler quelques éléments bibliographiques : Vincent M.-L., Le Berry dans l’œuvre de George Sand, réimpression de l’édition de 1919 chez Lafitte Reprints, Marseille, 1978, p. 285-288 ; Marois E., Danse et musique dans les romans champêtres de George Sand, Imprimerie George Sand, La Châtre, juin 1995 ; Panis P., « Réflexions sur la bourrée du Berry », Bulletin de l’Association pour l’étude, la diffusion et l’évolution folklorique, janv.-fév. 1972, p. 8-12.

47 Corr., t. II, Lettre n° 460 du 18 février 1832 à Émile Regnault Adolphe Vaillard, p. 37.

48 Sand G., Promenades autour d’un village, suivies du Journal de Gargilesse, Éditions Christian Pirot, 1984, troisième voyage, 1858, p. 135.

49 Sand G., « Nuit d’hiver » Œuvres autobiographiques, texte établi par Lubin G., Gallimard, 1971, La Pléiade, vol. II, p. 546.

50 Corr., t. XXV, Lettre n° S 68 du 3 juillet 1827 à Jane Bazouin, p. 145-146.

51 Boucher de Perthes J., Chants armoricains ou Souvenirs de Basse-Bretagne, Paris, Treuttel-Wurtz lib., 1831, p. 187. Dans une lettre écrite d’Abbeville le 11 novembre 1863, Boucher de Perthes signale à Maurice Sand : « Je vous enverrai aussi un petit livre intitulé Chants armoricains, où vous trouverez dans les notes et les quelques morceaux en prose la fin des traditions de la Bretagne où j’ai demeuré longtemps » (dans Maurice Toesca, Le plus grand amour de George Sand, Éditions Albin Michel/Le club de la femme, 1965, p. 213). De toute évidence, les Chants armoricains étaient connus de George Sand bien avant cette date.

52 Ce souci du détail réaliste semble constant chez George Sand. On le retrouve par exemple dans le texte d’un roman champêtre inachevé, manuscrit inédit que publia Daniel Dufour dans Berry, une terre à découvrir, n° 4, hiver 1987, p. 15-22. « Le jeune paysan prit ses sabots qu’il enfonça dans ses pieds en frappant la pointe contre la terre », un geste que les vieux ruraux de la fin du xxe siècle connaissent encore. « Je vas couper une riote pour rattacher mon sabot qui me quitte du pied… » (p. 20), évoque la fabrication de l’arcelet ou arch’let. Voir aussi l’analyse de Dufour D., Quand une bibliothèque livre ses secrets, op. cit., p. 23-25.

53 Voir à ce propos Valière M., Ethnographie de la France. Histoire et enjeux contemporains du patrimoine ethnologique, Colin, Paris, 2002. Voir aussi Bernard D., George Sand, pionnière de l’ethnographie, Villedieu-sur-Indre, Imprimerie Color 36, juillet 2004, 96 p.

Auteur

Docteur en Anthropologie sociale et historique CREDI – Châteauroux

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540