Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ecritures théâtrales du traumatisme

 | 
Christiane Page

2. La barbarie : avenir de l'humanité ? Une esthétique du cri ou du silence ?

Représentation, mémoration et légitimation : le témoignage de l’immigration en jeu (x)

Jeanne Le Gallic

Résumé

Au carrefour d’importants bouleversements politiques, sociaux et culturels, les troupes de théâtre issues de l’immigration algérienne qui naissent dans les années 1970 utilisent la scène théâtrale à la fois comme un espace de représentation des expériences quotidiennes et comme lieu possible du surgissement des traumatismes de l’Histoire. Avec des troupes telles que Assifa, La Kahina, Nedjma ou encore Zaït et Baït, des situations quotidiennes sont jouées et parfois relayées par des témoignages bruts permettant la mise en présence de la fiction et de fragments issus du réel : l’immigré/comédien, en tant que témoin authentique permet la mise en visibilité des blessures du passé.

At the crossroads of important political, social and cultural upheavals, theatre companies coming from Algerian immigration and which were born in the 70’s use the theatrical stage as both a space of representation of their daily life and a place where History-related traumatisms are able to emerge. With companies like Assifa, La Kahina, Nedjma or Zaït et Baït, daily situations are performed and sometimes supported by authentic testimonies, joining the fiction and shreds of truth : the immigrant/actor, as an authentic witness, bring to light wounds of the past.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La mise en scène des grands traumatismes de l’Histoire (massacres, génocides, guerres, déportation, colonisation) semble trouver un écho de plus en plus important sur la scène théâtrale. Les travaux d’Élisabeth Angel-Perez dans Voyages au bout du possible, Les théâtres du traumatisme de Samuel Beckett à Sarah Kane1, montrent bien l’existence pérenne d’un théâtre qui témoigne à la fois de la violence du monde et de ses effets traumatiques. Au début des années 2000, le spectacle Rwanda 94 du Groupov, comme de nombreuses autres expériences théâtrales, a permis de briser les frontières existantes entre la fiction du jeu et la réalité de la vie. Les témoignages confèrent au théâtre une forme de responsabilité à la fois historique et mémorielle. L’acte de « se dire » sur scène permettrait à la fois de représenter le traumatisme et de le dépasser.

L’apparition en France, au tournant des années 1970, de trofupes issues de minorités (dont Olivier Neveux dresse un portrait dans son ouvrage Thé...

Auteur

Jeanne Le Gallic, après un master 2 (Le Théâtre et la politique de la ville : l’enjeu du « lien social ») est doctorante en études théâtrales à l’université Rennes 2. Ses recherches s’articulent autour de l’émergence d’une mémoire de l’immigration algérienne sur la scène théâtrale française. Titre de la thèse : Le Récit de l’immigration algérienne sur la scène théâtrale française des années 1970 : La Mémoire au regard de l’Histoire. Directrice du laboratoire de doctorants ALEF (Arts, Littérature, Échanges, Frontières) qui travaille sur la notion d’archive (séminaire « De l’œuvre à l’archive, de l’archive à l’œuvre) et regroupe des doctorants et jeunes chercheurs de cinq disciplines : études théâtrales, études cinématographiques, musique, arts plastiques, lettres.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540