Versión clásicaVersión móvil

George Sand

 | 
Noëlle Dauphin

Première partie. George Sand en son terroir, enarcinement social et réseau politique

Le « contrat de travail » dans la littérature champêtre de George Sand

Marie-Laurence Thibault

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

1Le terme actuel de « contrat de travail » était en fait peu employé au xixe siècle ; dans les campagnes, on usait plutôt de l’expression « louage de service ». C’est ainsi que le Code civil qualifie la fourniture d’un travail contre une rémunération. Le Code ne consacre que trois articles à la réglementation des rapports de travail (de l’article 1779 à 1781). Les paysans ont l’habitude de se référer aux usages locaux.

  • 1 Bernard D., Le Berry de George Sand, Cunéo, 1989, p. 137.
  • 2 Sand G., La Mare au diable, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1995, p 33.
  • 3 Malaurie Ph., Droit et Littérature, Vendôme, 1997, p. 9.

2Quid du droit rural dans la littérature sandienne ? George Sand n’est pas une juriste, elle n’a jamais eu le souci d’introduire du droit dans ces écrits. La romancière recrée le monde des paysans, leurs traditions, leurs coutumes. Elle a conscience de la disparition de la culture paysanne1. Ses romans champêtres veulent sauver de l’oubli cette culture traditionnellement orale. Ils témoignent de la vie paysanne au xixe siècle. George Sand reste une romancière. Dans La Mare au diable, elle en informe le lecteur : « L’art n’est pas une étude de la réalité positive, c’est une recherche de la vérité idéale2. » Les paysans sandiens sont souvent très beaux, très gentils, très charitables. Ce sont des paysans presque parfaits. Ceci vaut surtout pour les personnages principaux. L’auteur les fait évoluer dans leur vie quotidienne. On les voit labourer les champs ou garder les moutons. Mais toute culture est « imprégnée de droit3 ». Et il en est de même pour la culture paysanne. La façon de vivre des paysans révèle le droit qui les régit.

  • 4 Vernois P., Le roman rustique de George Sand à Ramuz, Paris, 1962, p. 16.
  • 5 La Mare au diable, op. cit., p. 27.
  • 6 Ibidem, p. 44.

3« Peut être qualifié de rustique ou de champêtre tout roman qui s’inscrit dans le cadre exclusif de la campagne et dont les protagonistes essentiels sont des paysans4. » Telle est la définition des romans champêtres proposée par Paul Vernois.Ces romans se situent à la campagne et les paysans en sont les personnages principaux. George Sand elle-même a intitulé « romans champêtres » certains de ces ouvrages. La première phrase de La Mare au diable informe le lecteur qu’avec ce livre l’auteur commence à écrire « une série de romans champêtres » qu’elle se propose de réunir sous le titre « veillées du chanvreur5 ». Au xixe siècle, le chanvreur venait broyer le chanvre qui était utilisé pour confectionner les vêtements. Le soir à la veillée, il s’employait à sa tâche et divertissait le groupe par des histoires et des légendes. George Sand, à l’image de ce personnage, conte dans La Mare au diable l’histoire de Germain le laboureur. L’auteur a rencontré personnellement ce paysan qui lui a raconté une partie de sa vie. George Sand s’est alors demandée pourquoi l’histoire d’un laboureur ne serait pas écrite, « quoique ce fut une histoire aussi simple, aussi droite et aussi peu ornée que le sillon qu’il traçait avec sa charrue6 ». Elle écrit le roman en quatre jours du mois d’octobre 1845.

  • 7 Sainte-Beuve Ch.-A., Causeries du lundi, Paris, 1851, p. 332.

4Le Champi est le deuxième roman champêtre de George Sand. Il eut à l’époque un succès retentissant. Il évoque le problème des enfants abandonnés. L’œuvre est publiée en décembre 1847 dans le Journal des Débats. En 1848, l’éditeur Hetzel demande à George Sand de lui écrire un roman qu’il publiera dans son futur journal. Elle accepte par ses mots : « Je vous fais une espèce de Champi ». La romancière rédige en 1848 La Petite Fadette. Sainte Beuve apprécie « l’oasis de verdure, de pureté et de fraîcheur7 » que crée George Sand par ses romans rustiques. En ayant lu La Mare au diable, La Petite Fadette et Le champi, le critique littéraire trouve que George Sand atteint « la perfection véritable ».

5Pourtant, l’auteur fera mieux encore. L’ouvrage Les Maîtres sonneurs paraît en 1853. Il clôt la série des romans champêtres. George Sand n’écrira plus de romans où le paysan du Berry est l’acteur principal. Ce nouveau roman champêtre n’est plus à la portée d’un jeune public. L’histoire est complexe, elle comporte de nombreux rebondissements. Au cœur de l’intrigue, un paysan devient un grand musicien (un joueur de cornemuse). L’auteur fait découvrir le terroir du Berry et celui du Bourbonnais. Le lecteur apprend à connaître le monde de la plaine et celui des forêts. L’œuvre paraît dans le journal Le Constitutionnel, du 1er juin au 16 juillet 1857, en trente-deux feuilletons.

  • 8 Ibid., p. 332.
  • 9 Vierne S., Préface de Jeanne, George Sand, Condé-sur-Noireau, Glénat, « collection de l’Aurore », (...)

6Si les romans champêtres s’arrêtent avec Les Maîtres sonneurs, ils ont commencé avant La Mare au diable. Sainte-Beuve en fait mention dans ses Causeries du lundi. « Le roman de Jeanne est celui dans lequel elle a commencé de marquer son dessein pastoral8. » Écrit en 1844, Jeanne est donc le premier véritable roman champêtre. Jeanne, l’héroïne du livre incarne la perfection physique et morale. C’est une Jeanne d’Arc du xixe siècle. « Jeanne représente le rêve de George Sand de transformer le monde. » George Sand est une ardente républicaine. Ses idées d’égalité transparaissent dans Jeanne. La sœur du jeune baron de Boussac s’exclame : « Je sais que Jeanne est notre égale, Guillaume9. »

  • 10 Vincent L., George Sand et le Berry, Paris, 1919, p. 307.
  • 11 Sand G., Le Meunier d’Angibault, Condé-sur-Noireau, Glénat, « collection de l’Aurore », 1999, p. 1 (...)

7Ces idées républicaines se confirment et s’amplifient dans le roman suivant : Le Meunier d’Angibault, édité en mai 1845, puis en 1852. Le roman a pour cadre des lieux authentiques. Le moulin d’Angibault et le château de Blanchemont existent bel et bien [Le château de Sarzay]. Le Meunier d’Angibault est le héros du roman. Du temps de G. Sand, le meunier s’appelle Charles Yvernault. D’après Louise Vincent, « la châtelaine de Nohant avait de longues conversations avec le meunier pour le convertir au communisme. Elle y réussit10 ». Les personnages du Meunier d’Angibault sont des idéalistes. Lémor refuse l’héritage de son père et un mariage avec la riche dame de Blanchemont. La baronne rêve, elle, « d’une religion de fraternité et de communauté où tous les hommes seraient heureux en s’aimant et deviendraient riches en se dépouillant11 ». L’argent corrompt les hommes. La propriétaire du château de Blanchemont est ravie d’apprendre qu’elle est ruinée. Le Meunier d’Angibault emploie des ouvriers « de petite santé ». « Si personne ne les emploie, il faudra donc qu’ils meurent de faim ? » Le fermier général, lui, ne les aurait pas employés. George Sand fera périr sa fortune dans un incendie. Le Meunier d’Angibault est un roman champêtre d’inspiration socialiste. George Sand aurait peut-être dit communiste. Elle s’affirmait comme telle.

8Elle aime le peuple. Elle se sent du peuple. Ceci explique peut-être son goût profond pour décrire la vie des petites gens qui l’entourent. Pour rendre ses romans plus authentiques, George Sand les parsème de mots berrichons. Elle ne veut pas faire parler ses paysans comme des Parisiens. Elle ne peut pas écrire tous ses romans en patois. Elle trouve un compromis. Elle recherche un style rustique proche du paysan. Elle multiplie les mots, les expressions berrichonnes et les phrases un peu gauches. George Sand fait aussi appel à l’ancien français. Par ces effets de langage, elle cherche à se rapprocher de la simplicité paysanne.

9Elle connaît la région parfaitement ce qui lui permettra de faire évoluer ces personnages dans des lieux précis et très proches de la réalité. Pendant ses promenades, George Sand aime s’arrêter dans les fermes, elle questionne les paysans sur leur vie quotidienne. Elle connaît bien leurs difficultés. Depuis l’âge de dix-sept ans, elle est propriétaire du domaine de Nohant. Sa propriété comprend 250 hectares de terres, trois fermes et un petit château.

10Dans les romans champêtres de George Sand, seront analysés d’une part le paysan en recherche d’un « contrat de louage de service » et d’autre part la formation de ce contrat.

Le paysan en recherche de travail

Les salariés agricoles

11Les salariés agricoles se répartissent en deux grandes catégories. Ils sont domestiques ou journaliers.

  • 12 La Mare au diable, op. cit., p. 131.

12Dans l’arrondissement de La Châtre où se situent la plupart des romans champêtres, tous les domestiques ont pour usage de se louer à l’année. George Sand applique cette règle à tous les domestiques de ses romans : que ce soit François le Champi, Landry, Joset ou Jeanne. Le fermier de La Mare au diable précise explicitement que la bergère qui est partie avait été louée pour l’année12. Dans le Boischaut, les propriétés sont petites. Elles n’emploient que peu de domestiques. La famille assure l’essentiel du travail. Lorsque Landry, dans La Petite Fadette, va rejoindre le Père Caillaud de la Priche, il est le seul domestique de la ferme.

  • 13 Sand G., François le Champi, Paris, Gallimard, 1994, Folio Classique, p. 91.
  • 14 Sand G., Les Maîtres Sonneurs, Paris, Gallimard, 1997, Folio Classique, p. 68.
  • 15 Pauquet A., La société et les relations sociales en Berry au milieu du xixe siècle, Paris, 1998, p (...)
  • 16 La Mare au diable, op. cit., p. 62.
  • 17 Sand G, La Petite Fadette, La Flèche, Livre de Poche, 1984, p. 130.
  • 18 La Mare au diable, op. cit., p. 62.
  • 19 Besson. Vient du latin bissa, bis : deux fois : jumeaux.
  • 20 La Petite Fadette, op. cit., p. 32.

13L’enfant de la campagne commence très tôt à travailler : dès six, sept ans, il aide déjà ses parents. Il n’est pas encore domestique. L’entrée en « condition », c’est-à-dire en domesticité, s’effectue en général après la première communion. L’enfant a alors 12 ans. Pour deux personnages de George Sand, le temps de la première communion fait commencer l’heure de la domesticité. « Quand il [François le Champi] eut communié, comme il était en âge d’être loué, la Zabelle le vit de bon cœur entrer domestique au moulin13. » Le même sort arrive à Joseph des Maîtres sonneurs. Le jour de la première communion, sa mère s’exclame : « Voilà une affaire gagnée et à cette heure, je pourrai louer mon gars14. » D’une manière plus fréquente, les parents attendent que leur progéniture ait atteint l’âge de quinze ans et plus pour se décider à les placer15. Dans La Mare au diable, Marie a seize ans quand elle est en âge de gagner son pain16. Quant à Sylvinet (le besson de Landry), s’adressant à la Petite Fadette, il lui dit : « On dit que j’ai seize ans et que je pourrais bien me louer17. » Les parents ne se séparent pas de gaieté de cœur de leurs enfants pour les envoyer se louer. La séparation familiale a des causes économiques. « Il y a à peine de quoi faire vivre une seule personne sur notre lopin de terre18. » Les familles augmentent, mais la terre ne suffit pas à nourrir tout le monde. « Le Père Barbeau n’était pas assez riche pour garder tout le monde avec lui et il fallait bien songer à mettre ses bessons19 en condition chez les autres20. »

  • 21 Le Meunier d’Angibault, op. cit., p. 177.
  • 22 Ibidem, p. 96.
  • 23 Bouton J., Domesticité agricole et prolétariat rural en Champagne berrichonne, Tours, thèse 1984, (...)

14Le terme de journalier s’explique par le mode de rémunération. Ces ouvriers agricoles sont payés très souvent à la journée. Ils peuvent être payés aussi à la tâche. Ils sont très recherchés au moment des moissons ou des vendanges. Dans l’œuvre champêtre de George Sand, les journaliers ne sont évoqués que deux fois. Leur existence est mentionnée dans Le Meunier d’Angibault. Elle est rappelée par le mendiant Cadoche. Du temps où il était riche, il avait une petite maison qu’il louait à des journaliers21. Le fermier général Bricolin se plaint que ses journaliers mettent trois heures par jour à manger leur soupe22. Le silence de George Sand sur cette catégorie d’ouvriers agricoles peut paraître curieux. Toutes les petites propriétés du Boischaut ont d’autant plus recours à une main-d’œuvre saisonnière qu’elles ont peu de domestiques23. Une explication, même si elle est insuffisante, peut être avancée : l’auteur ne raconte jamais les gros travaux de la ferme.

La rencontre avec le futur maître

15Les ouvriers agricoles sont recrutés par le maître de deux manières. Soit la négociation se fait par connaissance, soit le recrutement a lieu dans une foire appelée foire aux valets ou louées.

  • 24 Les Maîtres sonneurs, op. cit., p. 147.
  • 25 Recueil des Usages locaux du département de l’Indre, Châteauroux, imp. Badel, 1912, art. 502, p. 1 (...)
  • 26 Arch. dép. de l’Indre, Pr 22 ; La Société du Berry, vol. 9, ch. III, p. 151.
  • 27 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 517, p. 152-153.
  • 28 La Petite Fadette, op. cit., p. 91-92.
  • 29 Ibidem, p. 92.

16À différentes époques de l’année, les domestiques et les journaliers se rendent à la foire pour se louer. Cette foire porte différents noms dont la loue, la louée, l’accueillée ou la foire aux valets. Dans Les Maîtres sonneurs, Brulette et Joseph se rendent à « la foire aux chrétiens24 ». Cette acception particulière ne se trouve que dans ce roman. Elle semble être une création de George Sand. Deux grandes foires ont lieu dans l’année. L’une est le 24 juin, jour de la Saint Jean. C’est la louée la plus importante car elle se tient avant les grands travaux d’été. La suivante a lieu à la Saint Martin (le 11 novembre)25. Les usages locaux de l’Indre retiennent ces deux dates. L’existence de ces deux louées est confirmée par la Société du Berry dans un rapport effectué lors de l’enquête agricole de 186626. George Sand cite les mêmes dates. Elle évoque souvent la Saint Jean. Dans La Mare au diable, la mère de la jeune bergère donne ces deux dates en s’exclamant : « Nous n’avons pas pu nous décider à l’époque de la Saint Jean mais voilà que la Saint Martin arrive ». La dame de Nohant a une propriété à gérer avec des métairies. Elle connaît ces deux dates importantes dans le monde rural. Les jours de louée sont des jours de fête. Ces jours-là appartiennent de droit aux domestiques. Même ceux qui ne cherchent pas à se louer ont le droit de s’absenter sans se faire remplacer27. Les personnages de George Sand vont à la fête pour voir la loue des serviteurs. Landry par exemple souhaite rester travailler chez son maître28, il ne se rend pas moins à la ville pour assister à « la loue des serviteurs des villes et des campagnes29 ». Quant à ceux qui veulent quitter leur place, ils portent un signe distinctif. François le Champi met à son chapeau un feuillage de peuplier. « C’est la coutume quand on va à la loue pour montrer qu’on cherche une place ». Les hommes choisissent des feuilles d’arbre selon le travail recherché. Les jeunes filles portent un bouquet de fleurs. Une fois la foire finie, la fête continue. Les jeunes gens dansent la bourrée.

  • 30 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 502, p. 148.

17Les usages locaux sont imprécis sur les lieux des louées. Ils indiquent le chef-lieu d’arrondissement ou « dans certaines localités autres30 », l’expression est vague. Dans l’arrondissement de Châteauroux, les foires aux valets ont lieu à Châteauroux qui est la plus grande ville de la région du Boischaut. La Châtre est aussi chef-lieu d’arrondissement, donc lieu de louée, mais George Sand n’indique aucun lieu dans ses romans. Tiennet et Brulette, qui sont de Saint-Chartier, se rendent très probablement dans cette ville qui se situe à dix kilomètres de leur village ; ils ont le temps d’y aller dans la journée. François le champi a peut-être également été à la louée de La Châtre, alors que son emploi est à Aigurande.

  • 31 La Petite Fadette, op. cit., p. 32.
  • 32 Jeanne, op. cit., p. 118.
  • 33 La Mare au diable, op. cit., p. 64.
  • 34 Ibid., p. 62.

18Entre deux louées, il est toujours possible de se louer grâce aux relations de voisinage. Entre voisins, entre amis, on se connaît depuis longtemps et on peut apprécier à leur juste valeur les personnes. Dans La Petite Fadette, le Père Caillaud n’hésite pas à employer le fils de son voisin et ami le Père Barbeau31. Le jeune garçon est fort et courageux. Il a le goût du travail bien fait : tel père, tel fils. Le bon sens paysan ne se trompe pas. Jeanne aussi est forte et courageuse. Le jeune baron de Boussac la fait entrer au service de sa mère. Pourtant « la Saint Jean est passée et la Saint Martin n’est pas encore venue32 ». Dans La Mare au diable, la mère de Marie a attendu trop longtemps. Elle constate que tout le monde est loué33. Les places ne sont plus à prendre. Si ! Il y en a une aux Ormeaux, à quelques kilomètres de là. La bergère est tombée malade. George Sand fait jouer le hasard. Le fermier, qui revient de la foire, aperçoit Marie gardant ses moutons sur le communal. Il lui propose de devenir bergère dans sa ferme34. Avec ou sans louée, les contrats de louage de service se concluent de manière identique.

La formation du contrat de louage de service

19Le contrat de louage de service est un contrat verbal. Le salarié et son maître négocient le travail et la rémunération. Cette négociation peut reprendre lors du renouvellement du contrat. Entre les deux contractants, le maître a une position dominante certaine. Il commande. L’ouvrier obéit.

La conclusion du contrat

  • 35 Recueil des Usages locaux du département de l’Indre, art. 505, p. 148.
  • 36 Ibidem.

20Le contrat entre le futur maître et le futur domestique est oral. L’accord n’est pas confirmé par un écrit. Les paysans ne vont pas ou peu à l’école. La plupart sont analphabètes. On s’entend sur le travail et les gages à fournir. L’accord ne devient parfait que lorsque le domestique a reçu des arrhes appelées aussi épingles ou denier à Dieu35. La somme des épingles est fixée librement entre les cocontractants. Les usages locaux les fixent à cinq francs à défaut de conventions36. Cette somme d’argent ne s’impute pas sur le gage, elle s’ajoute à lui. Dans certains départements comme celui de l’Indre, la date de l’accord est reportée vingt-quatre heures après la donation des arrhes. Le domestique et le maître ont vingt-quatre heures pour renoncer à leur engagement. Cependant pour l’un ou pour l’autre la sanction de la rupture du contrat n’est pas identique. Le domestique renonçant doit remettre le double des épingles. En revanche, le maître qui renonce au domestique perd ses arrhes.

  • 37 La Petite Fadette, op. cit., p. 24.

21Dans les romans champêtres, les nombreux domestiques, étrangement, n’évoquent jamais le denier à Dieu qu’ils ont reçu ou qu’ils auraient pu recevoir. Dans les premières pages de La Petite Fadette, on voit cependant le père Barbeau négocier avec une nourrice37. Il est arrêté par sa femme au moment où les épingles ont été fixées à cent sous (équivalant à cinq francs). Ce sera l’unique fois où le lecteur assistera à la conclusion d’un contrat. George Sand n’ignore donc pas la pratique des épingles ni leur montant. Elle connaît les usages en vigueur parce qu’elle gère elle-même le domaine de Nohant et qu’elle a des domestiques. C’est elle qui négocie les contrats.

  • 38 Ibid., p. 211.

22L’accord entre le maître et le domestique porte sur le gage ainsi que sur le gîte et le couvert. La variabilité des gages est un caractère essentiel. Trois critères sont mis en œuvre : le travail fourni, le sexe et l’âge. La rémunération la plus courante des domestiques masculins en 1848 est de 150 F par an avec un maximum de 220 F38.

  • 39 Bouton J., op. cit., p. 210.
  • 40 Les Maîtres sonneurs, op. cit., p. 83.
  • 41 Ibidem, p. 84.
  • 42 François le Champi, op. cit., p. 143.
  • 43 Une pistole équivaut à 10 francs.
  • 44 Arch. dép. de l’Indre, M 6535, Salaires.

23Le gage varie en fonction du travail à accomplir et de la force déployée pour le réaliser. Un laboureur a un mode de rémunération dépendant de la nature de la terre : ses gages sont d’autant plus élevés que la terre est difficile à travailler39. Il est dommage que George Sand ne donne pas le salaire de Germain le laboureur dans La Mare au diable. Cependant, dans Les Maîtres sonneurs, Joset le boiron est devenu laboureur40. Or, « son gage était le plus bas qu’on puisse payer dans un domaine à un valet de charrue41. » C’est un ouvrier médiocre, il n’est pas très soigneux avec les bêtes. Les gages dépendent également de la qualité du travail fourni. François le champi donne un exemple plus heureux de la variabilité des gages. Lorsque François s’accorde avec un cultivateur d’Aigurande pour un gage de dix-huit pistoles42, il a pu négocier ses années d’expérience au moulin de maître Blanchet. Ses nouveaux gages s’élèvent à 180 F43. En 1851, à La Châtre, la journée du journalier oscille entre 75 centimes et 1 franc quarante44. Le prix varie en fonction de « l’urgence des travaux ».

  • 45 Bouton J., op. cit., p. 211.

24Le salaire varie également en fonction du sexe de la personne. Le salaire masculin est toujours supérieur au salaire féminin. Le salaire des femmes et des jeunes filles est de moitié inférieur à celui des hommes. Elles reçoivent de 70 à 90 francs par an45. Cette différence de salaire se vérifie dans La Mare au diable. Le fermier des Ormeaux promet 50 francs à Marie pour une période de sept mois allant de la Saint-Martin (le 11 novembre) à la Saint-Jean (le 24 juin). Si la jeune bergère avait travaillé un an, elle aurait reçu un gage de 85 francs. La somme est importante pour une femme. Elle tient au fait que la tâche est lourde à accomplir. La bergère devait garder une centaine de moutons.

  • 46 François le Champi, op. cit., p. 143.
  • 47 Ibidem, p. 107.

25Les jeunes en dessous de seize ans ont des gages inférieurs à ceux des femmes. Lors de son entrée en condition, François le champi se contente de dix écus de gage46. La somme est faible, elle équivaut à 30 francs. George Sand ajoute : « Il y avait toute économie à le prendre ». Elle a conscience de la faiblesse de la somme, elle souligne ainsi l’avarice du meunier. À quinze ans, le gage du Champi a doublé, il est à vingt écus, mais François refuse toujours de recevoir ses gages. « Qu’est-ce que vous voulez que je fasse avec de l’argent ? Je n’en ai pas besoin, puisque vous prenez soin de mes hardes et que vous me fournissez les sabots. Gardez-le donc pour de plus malheureux que moi47 ! » François le champi tout comme Madeleine Blanchet symbolisent l’idéal du dévouement. Le don d’eux-mêmes est d’autant plus beau qu’il est gratuit.

  • 48 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 521, p. 153.
  • 49 Ibidem, art. 532, p. 157.
  • 50 Les Maîtres Sonneurs, op. cit., p. 125.

26Les gages sont payables à terme échu que ce soit pour les domestiques48 ou pour les journaliers49. Les faucheurs ou moissonneurs, dits tâcherons, sont payés dès que leur travail est terminé. Les journaliers sont payés à la semaine ou à la tâche. Les domestiques doivent, eux, attendre une année entière avant d’être rémunérés. Le maître peut faire une avance sur gages à tout domestique qui le lui demande. Cependant, il veille à ce que « ces acomptes n’atteignent jamais la somme due au domestique afin d’avoir toujours une garantie pour le paiement de l’indemnité à laquelle il aurait droit en cas de brusque départ du domestique ». Les paysans de George Sand ont leur fierté, pas un ne demandera des acomptes à son maître. Dans Les Maîtres sonneurs, c’est le vendeur de cornemuse qui fait crédit à Joset50. Il accepte d’être payé à la Saint Jean, le jour où le paysan recevra son gage. La cornemuse coûte huit pistoles. Elle équivaut presque à une année de salaire de Joset.

  • 51 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 529, p. 155.
  • 52 La Petite Fadette, op. cit., p. 24.

27Les nourrices sont une exception dans le monde des domestiques. Elles sont payées au mois, même si elles se louent pour le temps nécessaire à l’allaitement51. George Sand écrit avec pertinence dans La Petite Fadette que : « toutes les nourrices que le père Barbeau put trouver lui demandèrent donc dix-huit livres par mois52. »

  • 53 Ibidem, art. 544, p. 160.
  • 54 Ibid., p. 45.
  • 55 Enquête de 1848 dans le canton de Châtillon sur Indre citée par Bionnier Y., « Les ouvriers agrico (...)

28Domestiques et journaliers sont généralement nourris par le maître. Les journaliers ont droit à quatre repas par jour pendant les travaux d’été, surtout au moment du fauchage et de la moisson. Les repas sont au nombre de trois pendant le reste de l’année. Leur durée est réglementée : pas plus d’une demi-heure, sieste comprise pour les habitants du Boischaut et de la Brenne. La nourriture du journalier dépend des intempéries. Lorsque son travail est interrompu par le mauvais temps, le maître peut diminuer le salaire, mais il doit le nourrir. En revanche, « si dès le matin ou à la demi-journée, il apparaît que le temps ne permettra pas de faire le travail prévu, le maître a le droit de renvoyer le journalier sans payer le temps perdu et sans lui donner le repas qui aurait suivi le travail53 ». Les domestiques ont une situation plus confortable que les journaliers. Ils font partie de la famille. Dans La Petite Fadette, Sylvinet trouve son besson « à table, buvant et mangeant comme s’il eût été toute sa vie avec la famille Caillaud54 ». L’enquête de 1848 sur le monde agricole indique que la nourriture est insuffisante et de mauvaise qualité. Le juge de paix de Mézières-en-Brenne témoigne pour l’enquête : « Les habitants des campagnes, outre qu’ils ne font pas entrer de viande dans leurs aliments, font usage de très mauvais pain qu’ils ne composent que de seigle et d’orge mêlés à très peu de froment. Les boissons sont de mauvaises qualités55. »

  • 56 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 541, p. 159.
  • 57 Jeanne, op. cit., p. 179.
  • 58 Recueil des usages locaux département de l’Indre, art. 509, p. 149-150.

29Les domestiques partagent avec la maisonnée du maître le couvert et le gîte. Les journaliers ne sont pas logés par leur maître. S’ils passent la nuit au domaine, les usages locaux ont prévu l’hypothèse : ils iront coucher dans les greniers à foin ou dans les granges. « Il n’est pas d’usage de leur fournir un lit56. » En revanche, le domestique est logé par le maître. Jeanne, par exemple, partage une chambre dans une tourelle du château avec Claudie, la servante57. Les domestiques sont-ils pour autant blanchis ? Les usages font une distinction entre les domestiques attachés à la culture des terres pour lesquels « les frais de blanchissage, repassage et raccommodage ne sont jamais à la charge des maîtres » et les servantes qui peuvent mettre « leur linge avec la lessive de la famille et se raccommodent elles-mêmes ». Madeleine Blanchet prend soin des hardes du Champi. Par ce geste, elle dépasse les obligations incombant à un maître. Dans le roman, elle agit ainsi parce qu’elle se considère comme une mère pour lui. Elle fournit à ce fils adoptif ses sabots. Elle est guidée par son bon cœur et non par les usages. C’est dans le canton de Saint-Christophe que l’on stipule parfois la fourniture de chaussures ou de vêtements pour les filles et les enfants58.

30Après avoir été conclu, le contrat de louage de service s’applique. Certaines circonstances pourront le faire évoluer.

L’évolution du contrat de louage de service

31Le contrat de louage de service peut soit se rompre soit au contraire se pérenniser. Lorsqu’un contrat se prolonge au-delà de sa durée initiale, on parle de renouvellement. Parfois le contrat est suspendu pour un temps plus ou moins court.

  • 59 Dalloz A.-M., Répertoire de législation…, 1853, tome XXX, Le louage d’ouvrage, n° 53, p. 552.
  • 60 François le Champi, op. cit., p. 152.

32La tacite reconduction du contrat s’applique en matière de louage de service. Si à l’expiration du contrat, le domestique continue à travailler avec l’agrément du maître, l’engagement se renouvelle aux mêmes conditions que celui qui vient de finir. Il s’agit du droit commun que le Répertoire Dalloz rapporte59. Le renouvellement du contrat dans la littérature sandienne est la plupart du temps lié à une augmentation des gages. La tacite reconduction s’est produite pour François le Champi avec son premier maître. Il reste cinq années au moulin du meunier Blanchet. Nous savons qu’au début, il est payé dix écus, et qu’à la fin, il en reçoit cent. Le « prix est fort coûtanceux60 », comme le souligne l’intéressé. Le Père Vertaud augmente chaque année François le Champi.

  • 61 Ibidem, p. 150.
  • 62 La Petite Fadette, op. cit., p. 91.

33François a fait si bien prospérer le moulin que ce dernier a gagné la première place sur le marché. Le moulin du père Vertaud est devenu le premier concurrent des moulins alentour. François a géré le moulin comme s’il s’agissait du sien. Aux yeux de son maître, il « mérite d’être tenu en grande estime61 ». On voit là combien les gages sont liés à la valeur des personnes et du travail accompli. Dans La Petite Fadette, le Père Caillaud est si content de Landry qu’il « était bien décidé à lui augmenter son gage plutôt que de le voir partir. Et Landry ne demandait pas mieux […] que de renouveler avec les gens de La Priche qui lui convenaient beaucoup62 ».

  • 63 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 517, p. 152.
  • 64 Dalloz A.-M., Répertoire de législation…, 1853, tome XXX, Le louage d’ouvrage, n° 62, p. 553.

34Le contrat de louage de service se trouve suspendu lorsque le salarié s’absente. Les usages locaux de l’Indre permettent aux domestiques de s’absenter à la condition de trouver un remplaçant agréé par le maître et de le payer avec ses propres gages63. Cette faculté accordée par l’usage est contraire au droit commun. Le contrat de louage de service est habituellement résolu si l’une des parties ne remplit pas ses obligations. De plus, la partie lésée par la violation du contrat a droit à des dommages et intérêts. Cependant, une petite partie de la doctrine, par la voix de Duranton, enseigne que ce principe a des exceptions64. Le domestique peut quitter son service sans devoir des dommages et intérêts. Il lui faut un motif légitime comme la décision de se marier ou de soigner ses parents souffrants.

  • 65 François le Champi, op. cit., p. 166.
  • 66 Ibidem.
  • 67 Ibid.

35Par politesse, François le Champi va demander à son maître la permission de s’absenter. Cette demande est purement formelle, car le jeune est déterminé à quitter Aigurande. « Si vous me déniez ce permis, il ne me sera pas donné de me complaire et je m’en irai malgré vous65. » Or, les usages n’exigent pas l’autorisation du maître pour s’absenter. Le Champi ne donne pas à Monsieur Vertaud la cause de son départ. Madeleine Blanchet devenue veuve est dans l’embarras à cause de la mort de son mari. François informe seulement son maître qu’il a affaire « du côté de son ancien endroit66 ». Rien n’oblige un domestique à donner les motifs de son absence. François ne donne pas non plus la durée de celle-ci, simplement parce qu’il ne la connaît pas. Il est imprécis : « Il me faut partir pour un bout de temps, court ou long, je n’en saurais garantir67. » Les usages locaux non plus ne précisent pas une limite de temps.

  • 68 Ibid., p. 167.

36Le souci majeur de François est de trouver une solution qui ne portera pas nuisance à son maître. Il applique la solution juridique des usages locaux en employant sa journée à trouver son remplaçant. Il en rencontre un qui lui ressemble un peu « courageux et juste ». Ce dernier a, d’avance, été agréé par Monsieur Vertaud puisqu’il a affirmé qu’il était « consentant de tout68 ». François était prêt à abandonner son gage pour décider le nouveau garçon de moulin. L’a-t-il fait ? Le fera-t-il plus tard ? Le roman ne le dit pas. Nous ignorons en l’espèce si les usages ont été entièrement appliqués et si le domestique François le Champi a payé son remplaçant avec ses propres gages.

  • 69 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 525, p. 154.
  • 70 Le Bourbonnais : ancienne province de France formée par le département de l’Allier et une partie d (...)
  • 71 Les Maîtres Sonneurs, op. cit., p. 147.

37La rupture du contrat de louage de service peut avoir lieu au terme du contrat mais aussi en cours du contrat. Au terme du contrat, la rupture se fait sans préavis. Selon l’article 525 des usages locaux, « il n’est point d’usage que les domestiques attachés à la culture soient obligés de prévenir leur maître qu’ils entendent cesser leur service à l’expiration de la période convenue ; et les maîtres ne sont point tenus de cette obligation envers leurs domestiques69 ». Un boiron qui s’occupe des bœufs des labours peut être aisément rattaché à la catégorie des « domestiques attachés à la culture ». Joset des Maîtres sonneurs quitte sa fonction de boiron pour aller perfectionner son art de la cornemuse dans le Bourbonnais70. Il informe son maître de son départ « aux approches de la Saint Jean71 ».

  • 72 Ibidem, p. 154.

38Un préavis est nécessaire pour « les domestiques attachés à la personne ». Un mois avant l’expiration du contrat, le co-contractant qui prend l’initiative de la rupture informe l’autre de cette dernière72. Un garçon de moulin fait-il partie de la catégorie des « domestiques attachés à la personne » ? Peut-être. De toute façon, les événements ne donneront pas le temps au meunier Blanchet d’informer François le champi de son congé un mois avant. On est à la Saint Jean, François est informé la veille qu’il doit quitter le moulin le lendemain. Il se rend aussitôt à la louée.

  • 73 Ibid., p. 150.
  • 74 Jeanne, op. cit., p. 135.

39La rupture en cours de contrat exige des motifs graves. L’article 511 des usages locaux donne la règle : « Le maître ne peut jamais renvoyer les domestiques avant la fin de la période de location. Il en est de même pour les domestiques qui ne peuvent en cours d’année quitter leur maître sans motif grave73. » Comme motif grave, le maître serait en droit d’invoquer les défauts du domestique, son insolence, son ivrognerie, son peu de fidélité, son inexactitude, son incapacité. Le Répertoire Dalloz donne là une liste non exhaustive. Dans la pratique, le maître est tout puissant. Il n’hésite pas à renvoyer. Dans les romans champêtres, la mère de Jeanne est renvoyée du Château de Boussac parce que Monsieur le Comte veut la paix dans sa maison. Il est fatigué d’entendre les reproches que sa femme adresse à la nourrice même si ceux-ci sont injustes et injustifiés74.

  • 75 La Mare au diable, op. cit., p. 140.
  • 76 Ibidem, p. 133-134.

40Le domestique a de son côté le droit réciproque de quitter son maître pour des motifs graves. Une des principales causes de départ est le non-paiement des gages. Ce motif est invoqué par le garçon du moulin de Cormouer. Il quitte les Blanchet car ils lui doivent deux ans de gage. D’autres causes sont invoquées. Le maître peut par avarice priver son salarié de choses nécessaires ou lui en faire des reproches : « Il me reprochait le pain que je mangeais quoique ce ne fût pas à ses dépens. » Un mauvais maître peut faire subir à ses domestiques des mauvais traitements et il peut tenter de corrompre une femme de service. Dans La Mare au diable, le fermier des Ormeaux tente de séduire la petite Marie. La jeune bergère outragée s’enfuit de la ferme. Germain ramène chez elle la petite bergère « pour la soustraire aux insultes, peut-être aux violences d’un maître indigne75 ». Le fermier a été précis dans ses avances : « Si tu es plus raisonnable, tu n’as qu’à parler : je te ramènerai chez moi ou bien, j’irai causer avec toi à la brune dans les prés. Quel cadeau veux-tu que je te porte76 ? » Le paysan intègre est un être fier, l’atteinte à son honneur est un acte grave. Malgré quelques ruptures, les départs des domestiques sont rares. Les raisons sont financières.

  • 77 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 515, p. 151.

41Lorsqu’un domestique quitte son maître, les gages dus au jour de la sortie peuvent être élevés. Il faut d’abord compter les arriérés de salaire dont le maître est encore débiteur. Ils correspondent parfois à une année de salaire, voire plus. En outre, le domestique demande parfois au maître de conserver son argent à titre de dépôt. Une fois ces sommes ajoutées, il convient d’évaluer le gage dû pour l’année en cours. Le maître doit payer le travail effectué. La somme correspondant au temps écoulé se fixe en fonction du gage prévu pour l’année. La somme annuelle peut se diviser en mensualités. Cependant à la campagne, l’été accélère le temps. On considère que pour les travaux de culture les gages des quatre mois d’été correspondent à la moitié des gages de l’année77.

42Dans les romans champêtres de George Sand, qui sont, avant tout, des idylles paysannes, le droit rural transparaît cependant dans la vie quotidienne des personnages. Petits fermiers ou métayers, comme ceux de l’arrondissement de La Châtre, reflètent la vie à la campagne dans la première moitié du xixe siècle. Le droit rural se reconstitue par l’addition de multiples remarques. Il en est ainsi pour établir les liens entre les fermiers et leurs ouvriers agricoles. George Sand passe sous silence la vie des journaliers. Elle se plaît en revanche à raconter le monde des domestiques. Ces romans comportent des informations pertinentes sur les louées des domestiques, leurs gages. Les contrats évoluent ; l’auteur évoque les renvois, les départs, les augmentations de gages. Les romans champêtres racontent mieux encore l’application des contrats et la vie menée par les gens de la campagne. Les troupeaux paissent sur le communal. Labours, moissons, fenaison rythment les romans.

43Au xviiie siècle, Restif de la Bretonne déclare que « les paysans n’ont pas d’écrivains ». Au siècle suivant, il aurait pu constater que les paysans en avaient trouvé en la personne de George Sand. À sa mort, Victor Hugo eut ces mots : « Je pleure une morte et je salue une immortelle. » Avec elle, le roman rustique entre dans la littérature française.

Jeanne (1844)

Personnages principaux

  • Jeanne : chevrière, puis vachère, fille de Tula
  • Tula, mère de Jeanne, nourrice de Guillaume
  • Claudie : chevrière, puis servante
  • Guillaume de Boussac : baron, propriétaire du château de Boussac
  • Léon Marsillat : avocat, ami d’enfance de Guillaume
  • Sir Arthur Harley : anglais, riche, philosophe et original, ami de Guilaume
  • Madame de Boussac : mère de Guillaume et de Marie

Lieux

  • le département de la Creuse
  • la montagne de Toulx Sainte-Croix
  • Les Pierres Jomâtres : haut lieu druidique
  • Château de Boussac : à Boussac, chef-lieu de canton

Résumé

44Jeanne est une chevrière, belle et simple, d’une vingtaine d’années. La jeune fille perd la seule personne qu’elle aime au monde, sa mère dans un incendie de leur maison. Le hasard fait que Guillaume, le jeune baron de Boussac, se promène dans la région. Il découvre que Tula, la mère de Jeanne, était sa propre nourrice. Il y a longtemps déjà, son père l’avait renvoyée injustement. Guillaume veut réparer la faute de son père. Il emmène Jeanne et son amie Claudie dans son château. Madame de Boussac les accepte à son service. Jeanne devient vachère et Claudie suivante.

45Jeanne est d’une grande beauté. Tous les hommes qui l’entourent en tombent amoureux que ce soit Guillaume ou Marsillat, l’avocat, ou sir Arthur, le richissime anglais. La bergère reste imperturbablement indifférente aux sentiments qu’elle provoque. Cette attitude trouve sa source dans un fait qui s’est produit quelques années auparavant. Elle s’était endormie en gardant ses chèvres sur un lieu étrange appelé les Pierres Jomâtres (un ancien lieu de culte druidique). À son réveil, Jeanne avait trouvé dans sa main trois pièces de monnaie dont un louis d’or. La chevrière fut persuadée que des méchantes fades (fées) avaient déposé ces pièces. Les croyances superstitieuses des paysans veulent que l’or porte malheur. Pour conjurer le mauvais sort, Jeanne fit trois vœux à la Vierge Marie : vœu de pauvreté, de chasteté et d’humilité. À Boussac, la bergère découvre que les pièces ont été déposées par Guillaume et ses deux amis. Néanmoins, elle se considère liée par ses vœux et elle repousse les avances de ces jeunes gens. Marsillat, un soir, l’enferme avec lui dans une chambre de son château. Pour lui échapper, Jeanne saute de la fenêtre. Ce saut lui est fatal. Elle en meurt quelques jours plus tard.

Le Meunier d’Angibault (1845)

Personnages principaux

  • Madame de Blanchemont : propriétaire du château de Blanchemont
  • Henri Lémor : son amant
  • Grand’Louis : Le Meunier d’Angibault
  • Monsieur Bricolin : fermier général
  • Madame Bricolin : sa femme
  • Rose Bricolin : leur fille
  • Cadoche : un mendiant

Lieux

46Le château de Blanchemont : il correspond au château de Sarzay.

47Le moulin d’Angibault : il existe réellement, il est à une lieue du château.

Résumé

48Marcelle de Blanchemont est une jeune veuve de vingt-deux ans. Son mari a laissé de nombreuses dettes. Marcelle décide de quitter Paris pour aller voir dans le Berry l’état des propriétés du défunt. Sur son chemin, elle fait la connaissance de Grand Louis, Le Meunier d’Angibault qui justement approvisionne en farine le château de Blanchemont… Ce meunier est amoureux de Rose Bricolin, la fille du fermier général du château. Monsieur Bricolin n’entend pas donner la main de sa fille à un « paysan ». Il se considère d’une condition sociale plus élevée. De fait, il administre toutes les métairies du château. Par une administration parfois douteuse il a acquis de belles économies. Monsieur Bricolin est un homme riche. Il propose à madame de Blanchemont de lui racheter son château. Celle-ci finit par céder. Elle impose au contrat de vente une condition, le mariage de Rose et de Grand Louis. Sachant la clause nulle, Monsieur Bricolin accepte le contrat. Cependant, il ne pourra pas honorer la vente. Toutes ses économies disparaissent en un instant dans un incendie. La richesse change alors de maisonnée. Le meunier est devenu riche à la suite d’un héritage inattendu. Il peut donc épouser Rose avec de surcroît la bénédiction des Bricolin. Marcelle est bel et bien ruinée. Cet état la rend, (ô paradoxe !), très heureuse car Lémor, son amant, consent enfin à l’épouser. Auparavant, il ne se sentait pas digne d’épouser une riche aristocrate. Le jeune couple se prépare une vie simple dans une petite maison auprès de la rivière.

La Mare au diable (1846)

Personnages principaux

  • Germain : laboureur, 28 ans
  • Le père Maurice : le père de Germain
  • Petit Pierre : fils aîné de Germain, 9 ans
  • Marie : bergère, 16 ans
  • Le fermier des Ormeaux

Lieux

  • La métairie de Bélair où travaillent Germain et son beau-père
  • La Mare au diable : dans le bois de Chanteloube
  • La ferme des Ormeaux
  • Saint-Chartier : lieu du mariage

Résumé

49La Mare au diable est l’histoire du remariage de Germain, un jeune laboureur resté veuf à vingt-huit ans avec trois enfants. Sur les conseils de son beau-père, il accepte à contrecœur de se rendre à La Fourche, un village voisin pour y faire la connaissance d’une riche veuve. Germain ne voyage pas seul. Il se trouve que la « petite Marie », bergère de seize ans, doit aller du même côté pour y être placée. Le laboureur rend le service d’accompagner la jeune bergère. Chemin faisant, ils rencontrent le fils aîné de Germain, Petit Pierre, qui s’est mis en tête d’être du voyage. Pour aller plus vite, Germain veut prendre un raccourci. Il se trompe et s’égare dans les bois, près de la mare au Diable, célèbre pour perdre les voyageurs dans ses brumes. Nos voyageurs décident d’attendre le lendemain pour repartir. Petit Pierre ne tarde pas à s’endormir tandis que Marie et Germain échangent des confidences. Une admiration et une affection réciproque naît entre les deux personnages.

50Le lendemain, arrivé à La Fourche, Germain est déçu par la veuve qui n’est qu’une coquette qui ne comprend rien aux enfants. De son côté, Marie a dû refuser les avances de son nouveau maître. Les deux protagonistes font donc le chemin du retour ensemble. Ils se racontent leurs mésaventures et s’avouent leurs sentiments. Leur mariage est fêté selon les coutumes du Berry.

François le Champi (1847)

Personnages principaux

  • François Le Champi : enfant trouvé
  • Isabelle Bigot ou la Zabelle : la mère adoptive du Champi
  • Madeleine Blanchet : la belle meunière
  • Cadet Blanchet : le meunier du Cormouer
  • La Sévère : maîtresse de Cadet Blanchet
  • Jean Vertaud : cultivateur et propriétaire du moulin du Haut-Champault

Lieux

  • Moulin du Cormouer : correspondrait au moulin de la Rame à Mers
  • Moulin du Haut-Champault : moulin près de Villechiron du côté d’Aigurande

Résumé

51François est dit Champi parce que, dans le Berry, on prénomme ainsi les enfants abandonnés dans les champs. Dans le roman de George Sand, il est élevé par la Zabelle, une pauvre femme qui survit grâce à l’argent donné par l’hospice. Un jour, alors qu’elle lave son linge à la fontaine, Madeleine, la belle meunière, rencontre le Champi tout fiévreux de misère. Elle décide de s’en occuper. Elle le nourrit, l’habille et elle aide la Zabelle à payer son loyer. Lorsque cette dernière meurt, Madeleine « adopte » François. Elle le considère et le traite comme son propre fils. Le mari de Madeleine accepte l’enfant comme garçon de son moulin. Cadet Blanchet n’est pas un bon époux. Il n’aime plus sa femme. Il dilapide sa fortune dans la boisson et le jeu. Il entretient une maîtresse qui accuse faussement François de lui « avoir compté fleurette ». Le Champi est devenu un beau jeune homme ! Fou de jalousie, son maître le renvoie.

52François se loue alors à Jean Vertaud, un cultivateur près d’Aigurande qui possède un moulin. Le Champi travaille si bien qu’il fait prospérer le moulin de son nouveau maître. Trois ans plus tard, Cadet Blanchet meurt, laissant sa femme malade avec de nombreuses dettes. François apprend ces mauvaises nouvelles. Il se précipite au chevet de Madeleine. Il rétablit avec astuce la situation financière. La meunière se rétablit. À la fin du roman, l’amour filial qui unissait les deux héros se transforme en un grand amour.

La Petite Fadette (1848)

Personnages principaux

  • Père et mère Barbeau : parents des jumeaux
  • Landry et Sylveinet : les jumeaux
  • Le père Caillaud : fermier de La Priche et maître de Landry
  • La Petite Fadette : bergère et guérisseuse

Lieux

  • La Bessonnière : ferme du père Barbeau
  • La Priche : ferme du père Caillaud

Résumé

53Sylveinet et Landry sont des jumeaux inséparables. Ils ont les mêmes goûts, les mêmes jeux, les mêmes vêtements. Quand, à quatorze ans, Landry quitte la ferme familiale pour travailler dans une ferme voisine, Sylveinet vit leur séparation comme un drame. La tristesse et la jalousie lui donnent des idées si noires qu’il envisage de se jeter dans la rivière. Grâce à la Petite Fadette que l’on dit sorcière, Landry sauve son jumeau. Une année passe, la Petite Fadette et Landry se retrouvent face à face sur un chemin. Elle demande au jumeau le paiement du service : Landry devra lui faire danser sept bourrées à la fête de la Saint-Andoche.

54Le jeune accepte à contre cœur. La Petite Fadette est plutôt vilaine, moqueuse et désagréable. Elle a mauvaise réputation dans le pays. Sa grand-mère est mi-guérisseuse, mi-sorcière, sa petite fille également. Mais peu à peu Landry tombe sous le charme de cette fille sauvage au regard perçant. Au-delà des apparences, il est touché par son bon cœur. Les deux jeunes gens s’aiment, mais, pour la famille de Landry, il est hors de question de parler mariage. Ils sont riches et de bonne renommée. Elle est pauvre et elle a mauvaise réputation. Pour son amoureux, la Petite Fadette se métamorphose peu à peu en une superbe jeune fille soignée et polie. Elle s’éloigne même du village pendant un an. Lorsqu’elle revient, sa grand-mère meurt et lui laisse une grosse fortune. Ses anciens maîtres peuvent témoigner de son sérieux.

55Il lui est possible d’épouser Landry. À cette nouvelle, Sylveinet, très jaloux, sombre dans des fièvres inquiétantes. Il est sauvé par la Petite Fadette, la guérisseuse. Pour oublier son frère et la Fadette dont il est tombé secrètement amoureux, Sylveinet s’engage dans l’armée.

Les Maîtres sonneurs (1853)

Personnages principaux

  • Étienne Depardieu dit Tiennet : fils de cultivateur, cousin de Brulette
  • Joseph Picot dit Joset : bouvier puis laboureur et joueur de cornemuse
  • Françoise Brulet dite Brulette : bergère, l’amie de Tiennet et Joset
  • Jean Huriel appelé Huriel : muletier
  • Thérence Huriel : sœur de Jean
  • Sébastien Huriel dit le grand bûcheux : bûcheron, maître sonneur et père de Jean et de Thérence.

Lieux

  • L’Indre : Saint-Chartier, le domaine de l’Aulnières
  • Le Bourbonnais : le bois de l’Alleu (aujourd’hui La Lœuf)

Résumé

56Tiennet, Brulette et Joset sont des camarades de communion. Tiennet est amoureux de Brulette, sa jolie cousine. Il est un peu jaloux de Joset qui passe pourtant pour un simple d’esprit car sa cousine prend soin de lui. Après leur première communion, Tiennet travaille aux côtés de son père cultivateur, Brulette aide son grand-père tandis que Joset est loué comme valet de bœufs à la ferme de l’Aulnières. Trois ans plus tard, il est devenu laboureur mais son état ne le satisfait pas. Il veut apprendre à jouer de la cornemuse. Joseph a fait la connaissance d’Huriel, un muletier du Bourbonnais. Ce dernier lui a procuré une cornemuse. Son père est maître sonneur. Alors, Joseph quitte son pays de blé pour rejoindre le maître sonneur réputé qui est aussi bûcheron de son état. Son séjour dans le pays des bois se passe mal : Joset tombe gravement malade. Huriel le muletier vient chercher Brulette pour qu’elle le soigne. Le cousin est aussi du voyage.

57Là-bas, dans les bois du Bourbonnais, Tiennet tombe amoureux de Thérence, la fille du grand bûcheux. Brulette est quant à elle sous le charme du jeune muletier. Joset se rétablit rapidement par la seule présence de Brulette. Il réalise peu à peu qu’il n’est pas amoureux de la jeune fille. Seule la musique compte pour lui.

58La dernière partie du roman se déroule dans la Vallée Noire. La famille Huriel est venue couper des bois dans la région. Les couples d’amoureux pourront se créer définitivement. Joset, lui, devient maître sonneur après avoir subi les rites initiatiques de la confrérie des maîtres sonneurs. Peu de temps après, son corps est découvert dans un fossé.

Notas

1 Bernard D., Le Berry de George Sand, Cunéo, 1989, p. 137.

2 Sand G., La Mare au diable, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1995, p 33.

3 Malaurie Ph., Droit et Littérature, Vendôme, 1997, p. 9.

4 Vernois P., Le roman rustique de George Sand à Ramuz, Paris, 1962, p. 16.

5 La Mare au diable, op. cit., p. 27.

6 Ibidem, p. 44.

7 Sainte-Beuve Ch.-A., Causeries du lundi, Paris, 1851, p. 332.

8 Ibid., p. 332.

9 Vierne S., Préface de Jeanne, George Sand, Condé-sur-Noireau, Glénat, « collection de l’Aurore », 1993, p. 22.

10 Vincent L., George Sand et le Berry, Paris, 1919, p. 307.

11 Sand G., Le Meunier d’Angibault, Condé-sur-Noireau, Glénat, « collection de l’Aurore », 1999, p. 114.

12 La Mare au diable, op. cit., p. 131.

13 Sand G., François le Champi, Paris, Gallimard, 1994, Folio Classique, p. 91.

14 Sand G., Les Maîtres Sonneurs, Paris, Gallimard, 1997, Folio Classique, p. 68.

15 Pauquet A., La société et les relations sociales en Berry au milieu du xixe siècle, Paris, 1998, p. 62.

16 La Mare au diable, op. cit., p. 62.

17 Sand G, La Petite Fadette, La Flèche, Livre de Poche, 1984, p. 130.

18 La Mare au diable, op. cit., p. 62.

19 Besson. Vient du latin bissa, bis : deux fois : jumeaux.

20 La Petite Fadette, op. cit., p. 32.

21 Le Meunier d’Angibault, op. cit., p. 177.

22 Ibidem, p. 96.

23 Bouton J., Domesticité agricole et prolétariat rural en Champagne berrichonne, Tours, thèse 1984, p. 105.

24 Les Maîtres sonneurs, op. cit., p. 147.

25 Recueil des Usages locaux du département de l’Indre, Châteauroux, imp. Badel, 1912, art. 502, p. 148.

26 Arch. dép. de l’Indre, Pr 22 ; La Société du Berry, vol. 9, ch. III, p. 151.

27 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 517, p. 152-153.

28 La Petite Fadette, op. cit., p. 91-92.

29 Ibidem, p. 92.

30 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 502, p. 148.

31 La Petite Fadette, op. cit., p. 32.

32 Jeanne, op. cit., p. 118.

33 La Mare au diable, op. cit., p. 64.

34 Ibid., p. 62.

35 Recueil des Usages locaux du département de l’Indre, art. 505, p. 148.

36 Ibidem.

37 La Petite Fadette, op. cit., p. 24.

38 Ibid., p. 211.

39 Bouton J., op. cit., p. 210.

40 Les Maîtres sonneurs, op. cit., p. 83.

41 Ibidem, p. 84.

42 François le Champi, op. cit., p. 143.

43 Une pistole équivaut à 10 francs.

44 Arch. dép. de l’Indre, M 6535, Salaires.

45 Bouton J., op. cit., p. 211.

46 François le Champi, op. cit., p. 143.

47 Ibidem, p. 107.

48 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 521, p. 153.

49 Ibidem, art. 532, p. 157.

50 Les Maîtres Sonneurs, op. cit., p. 125.

51 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 529, p. 155.

52 La Petite Fadette, op. cit., p. 24.

53 Ibidem, art. 544, p. 160.

54 Ibid., p. 45.

55 Enquête de 1848 dans le canton de Châtillon sur Indre citée par Bionnier Y., « Les ouvriers agricoles dans le département de l’Indre au milieu du xixe siècle », p. 125.

56 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 541, p. 159.

57 Jeanne, op. cit., p. 179.

58 Recueil des usages locaux département de l’Indre, art. 509, p. 149-150.

59 Dalloz A.-M., Répertoire de législation…, 1853, tome XXX, Le louage d’ouvrage, n° 53, p. 552.

60 François le Champi, op. cit., p. 152.

61 Ibidem, p. 150.

62 La Petite Fadette, op. cit., p. 91.

63 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 517, p. 152.

64 Dalloz A.-M., Répertoire de législation…, 1853, tome XXX, Le louage d’ouvrage, n° 62, p. 553.

65 François le Champi, op. cit., p. 166.

66 Ibidem.

67 Ibid.

68 Ibid., p. 167.

69 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 525, p. 154.

70 Le Bourbonnais : ancienne province de France formée par le département de l’Allier et une partie du Cher.

71 Les Maîtres Sonneurs, op. cit., p. 147.

72 Ibidem, p. 154.

73 Ibid., p. 150.

74 Jeanne, op. cit., p. 135.

75 La Mare au diable, op. cit., p. 140.

76 Ibidem, p. 133-134.

77 Recueil des usages locaux du département de l’Indre, art. 515, p. 151.

Autor

DEA histoire du droit

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search