Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

George Sand

 | 
Noëlle Dauphin

Première partie. George Sand en son terroir, enarcinement social et réseau politique

George Sand, propriétaire terrienne

Pierre Remérand

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Sand G., Histoire de ma vie, Œuvres autobiographiques, Dijon, Gallimard, 1970, La Pléiade, t. 1, I (...)

1En 1821, Aurore Dupin hérite d’un beau patrimoine fait de rentes sur l’État, d’un hôtel particulier à Paris et d’une propriété terrienne à Nohant. C’est le petit coin de terre berrichonne qui aura toujours ses préférences. À Nohant, elle a ses racines et mille souvenirs d’enfance qui vont nourrir son œuvre. Elle y trouve le calme pour écrire loin des artifices et de l’agitation de la ville. L’éducation qu’elle a reçue de son précepteur Deschartres n’est pas pour rien dans son besoin d’un refuge campagnard : peu sociable, le personnage la pousse très jeune à l’indépendance. Passionné de sciences naturelles, il l’entraîne à de longues explorations et lui donne envie d’apprendre et d’observer. Devenu le fermier général des terres de Nohant, il la prépare à son futur rôle de propriétaire, non sans provoquer des résistances ; dans Histoire de ma vie, George Sand dira plus tard avoir reçu avec agacement les fastidieuses leçons d’économie rurale de son maître ; elles contredisent trop l’approche sensible qu’elle a de la nature, ses « instincts de poésie et de tendresse1 ». De plus, elle se rend compte bien vite que les revenus de l’agriculture sont aléatoires ; le savant Deschartres fait de mauvaises affaires à Nohant comme sur sa propriété de Montvril à Diors…

  • 2 Ibidem, p. 827.

2Mariée trop vite à Casimir Dudevant, lui-même gestionnaire maladroit des terres de Nohant, elle s’en sépare bientôt et se voit obligée, malgré son « incurie2 », de s’occuper de ses terres, d’en améliorer l’exploitation et les revenus. Il faut renouveler les baux, faire entrer les fermages et les loyers, entretenir les bâtiments. À peine a-t-elle remboursé ses dettes, qu’il faut subir les calamités agricoles à répétition qui ont marqué les années 1840 et amené une période de revendications sociales dont elle est une des actrices. Depuis 1832, les circonstances ont bien changé pour la jeune héritière. Aurore Dupin ne vit plus en rentière, elle gagne sa vie, elle est devenue George Sand, la romancière dont on parle…

Une enfance campagnarde

  • 3 Ibid., p. 52.

3Pour la jeune Aurore, Nohant est un théâtre d’ombres ; son père est mort quand elle avait 4 ans, sa mère y fait des apparitions rares et conflictuelles. Elle en reconstitue la mémoire perdue avec sa grand-mère souffreteuse et Deschartres, le personnage « omnicompétent3 » qui gère les affaires de la famille. On y vit sans faste avec 15 000 F de revenus environ, dont 4 000 F de fermages, 5 000 F du loyer de l’immeuble parisien et 6 000 F de rentes de l’État.

  • 4 Ibid., p. 829.

4Pour échapper aux « crailleries4 » qui troublent souvent la quiétude de la grande maison, la fillette, qui souffre d’en être souvent le prétexte, se réfugie dans les chemins creux avec ses petites amies paysannes ou son confident imaginaire Corambé ; elle se construit un petit jardin dans le parc de Nohant, lieu enchanté dont elle fait son territoire :

  • 5 Ibid., p. 689.

« Un certain esprit de propriété est tellement inné dans l’être humain qu’il faut à l’enfant quatre pieds carrés de terre pour qu’il aime réellement cette terre cultivée par lui, et dont l’étendue est proportionnelle à ses forces5. »

5Adolescente, Aurore n’en finit pas de s’émerveiller du spectacle de la nature ; elle fait de longues promenades à cheval, vêtue en garçon pour être plus libre de ses mouvements. Elle prend

  • 6 Ibid., p. 1035.

« l’habitude de faire tous les matins huit ou dix lieues en 4 heures, en m’arrêtant quelquefois dans une ferme pour prendre une jatte de lait, marchant à l’aventure, explorant le pays au hasard, passant partout même dans les endroits réputés impossibles, et me laissant aller à des rêveries sans fin6 ».

Les fastidieuses leçons de Deschartres

6En suivant Madame Dupin à Nohant en 1794, François Deschartres, engagé comme précepteur de son fils Maurice, a bientôt changé de rôle. Son élève s’étant engagé sur les champs de bataille, il devient en 1800 le maire de Nohant et un peu plus tard le fermier général des terres de Madame Dupin. La tâche est lourde, les terres s’étendent sur 240 hectares environ, réparties sur trois domaines. Deschartres est actif et compétent ; il devient, à force d’études et d’observations, un savant agronome très imbu de son savoir et de sa mission ; il veut participer au progrès de l’agriculture ; il en fait la condition de la prospérité du pays…

7Même s’il assomme Aurore du nom latin des plantes, c’est avec lui qu’elle apprend la botanique et plus tard la minéralogie. Elle dessine des fleurs, enrichit l’herbier commencé par son père. Elle s’en souviendra plus tard :

  • 7 « Le pays des anémones », dans Nouvelles Lettres d’un voyageur, Calmann-Lévy, 1877, p. 87.

« Voici les graminées que mon vieux précepteur Deschartres prépara et classa ici, il y a soixante-quinze ans, pour mon père, qui avait été son élève ; elles ont servi à mes premières études botaniques ; je les ai pieusement gardées, et, si j’ai rectifié le classement un peu suranné de mon professeur, j’ai respecté les étiquettes jaunies qui gardent fidèlement son écriture7. »

  • 8 Sand G., op. cit., t. 1, III/IX, p. 824.
  • 9 Ibidem, p. 827.

8Aurore a 12 ans quand Deschartres commence à lui donner « de fastidieuses leçons8 » sur la propriété foncière. Elle doit apprendre les limites de sa propriété, les prix à l’hectare, le rendement des terres, assister aux soins vétérinaires… Elle doit surtout apprendre à se faire obéir, à ne plus encourager les petites glaneuses venues de La Châtre qui envahissent Nohant au moment des moissons… Elle dit prendre « en exécration son rôle de propriétaire et de maître9 ».

  • 10 Sand G., Correspondance, Garnier, 1964-1991, t. 22, Lettre du 25 octobre 1871 à Flaubert, p. 595.

9Aurore ironise à propos des prétentions de son précepteur à tout expliquer, à tout rationaliser. Elle s’efforce de réparer les bévues de l’irascible personnage dont elle dira plus tard qu’il « était contradiction des pieds à la tête, grande instruction et absence de bon sens10 ». D’ailleurs, le savant Deschartres échoue dans son rêve de fortune et de gloire ; il manque de réalisme, les événements sont les plus forts, les mauvaises années climatiques s’enchaînent à partir de 1812, les épizooties déciment son troupeau de moutons, le prix de la laine baisse, la maladie de Madame Dupin l’empêche de bien surveiller son exploitation à Nohant comme à Diors et ses fermiers le volent… Il ne peut plus payer ses fermages, d’un montant de 6 000 F par an. Aurore doit le défendre en 1821 contre sa famille qui réclame les impayés.

  • 11 Arch. dép. de l’Indre, notaire Me Moulin.

10Pendant la décennie 1810, la famille Dupin vit à Nohant avec le loyer de l’hôtel de Narbonne à Paris, 4 200 F par an d’après le bail du 25 décembre 1815 signé avec Jean Branot11 et 6 000 F de rentes de l’État. Il faut payer là-dessus la pension d’Aurore au couvent des Anglaises, 3 000 F par an, les soins médicaux entraînés par la maladie de Madame Dupin et le traitement des serviteurs de Nohant, les deux bonnes, le jardinier, le cocher…

  • 12 Sand G., Histoire de ma vie, op. cit., t. 2, p. 102.

11Les déboires de Deschartres vont persuader la jeune Aurore que l’agriculture est soumise à bien des aléas, que « la terre rapporte peu…, le salaire est trop faible, le travail trop peu assuré, l’épuisement et la maladie trop inévitables12 ».

La gestion de Casimir

  • 13 Ibidem, p. 31.

12En 1821, Aurore Dupin hérite des biens de sa grand-mère. Sa mère veut la marier vite. C’est fait l’année suivante et sous le régime dotal « mesure conservatrice de la propriété13 », qui protège les biens immobiliers de l’épouse de la vente ou de l’hypothèque, mais en confie la gestion au mari. Une société d’acquêts est constituée pour les biens achetés pendant le mariage.

  • 14 Arch. dép. de l’Indre, notaire Moulin, 11 septembre 1830.
  • 15 Arch. dép. de l’Indre, notaire Moulin.
  • 16 Corr., op. cit., t. 1, Lettre du 9 avril 1826 à Louis Nicolas Caron, p. 326.

13Aurore accepte mal certaines initiatives de Casimir, les transformations du parc, les nouvelles acquisitions qu’il fait à partir de 1823, 37 ha de terres, afin de constituer un quatrième domaine, Côte-Noire. Elle l’accuse d’acheter trop cher des parcelles petites et dispersées, de se quereller avec leurs voisins dont le meunier du Moulin des Buissons qui lui doit de l’argent14. Casimir fait aussi de mauvais placements, prête de grosses sommes, comme l’atteste le prêt de 24 000 F remboursable en 3 ans qu’il fait fin 1826 à ses amis Roettiers15. Il faut vendre des rentes sur l’État dont le rapport annuel passe de 6 000 à 2 000 F par an… Si le capital diminue, le revenu des fermages s’améliore, puisqu’il passe de 5 800 F en 1822 à 9 400 F en 1835. Le couple vit au-dessus de ses moyens. Il faudrait limiter les dépenser à 10 000 F, il en dépense 14 000.Des travaux sont entrepris dans les fermes : « Nous sommes fort “crasseux” cette année. Nous faisons bâtir des granges qui nous ruinent16 », écrit-elle à un ami.

  • 17 Ibidem, lettre de décembre 1829 à Casimir Dudevant, t. 1, p. 585.
  • 18 Histoire de ma vie, op. cit., t. 2, p. 102.

14Aurore veut redresser la situation financière du ménage : « Je n’entends rien aux affaires, mais je m’y mettrais bien vite s’il était nécessaire17. » Sa gestion dure une année, elle échoue et « rend son portefeuille18 ». Au début des années 1830, les relations se dégradent entre les époux : incompatibilité des goûts, des comportements… En 1836 la séparation est consommée. Aurore est aux abois : il lui faut aller en justice, indemniser Casimir de 50 000 F, payer le solde de Côte-Noire, soit 10 000 F et surtout régler les réparations de l’hôtel de Narbonne, 58 000 F, car l’entrepreneur menace d’arrêter le chantier… Elle ne peut pas toucher à son patrimoine immobilier soumis au régime dotal et, tant que les jugements ne sont pas rendus, il lui est impossible d’emprunter ou d’hypothéquer. Elle vend bientôt son dernier coupon de rentes sur l’État… Pourtant, elle se refuse à vivre en ermite, elle voyage, elle est en Suisse plusieurs mois en 1836 et fin 1838, elle est à Majorque avec Chopin et ses enfants…

  • 19 Ibidem, p. 103.

15Il faut vendre la locature de Côte-Noire, qui est dans la société d’acquêts. La transaction est longue. Aurore s’impatiente et fulmine contre la propriété foncière qui ne lui apporte que des tracas. Le montant de ses dettes passe à 70 000 F. Il lui faut emprunter en s’obligeant à de gros remboursements qu’elle programme sur 10 ans. Comment mener la vie sans contrainte à laquelle elle aspire avec ses amis artistes ? Henri de Latouche, Jules Sandeau vont l’aider à trouver sa voie : écrire ; les contrats avec les éditeurs seront bientôt l’essentiel de ses ressources. L’argent qu’elle gagne avec sa plume, elle peut le dépenser « sans remord et sans contrôle19… »

Aurore et ses fermiers

16La Correspondance de George Sand évoque incidemment ses relations avec les fermiers de Nohant. Ils appartiennent à quelques familles qu’employait déjà sa grand-mère et qui se transmettront longtemps les baux. Aurore exprime les préoccupations de tous les propriétaires : trouver des fermiers sérieux et doués d’initiative, s’assurer qu’ils ont quelques biens pour garantir le paiement des fermages et le renouvellement du cheptel, augmenter si possible le montant des baux, faire respecter les échéances des fermages. Son demi-frère Hippolyte Chatiron, l’avocat Alexis Duteil, l’avoué Ludre Gabillaud, puis son homme d’affaire Émile Aucante l’aident dans sa gestion et dans ses tractations avec les fermiers.

  • 20 Corr., op. cit., t. 5, lettre du 22 juin 1841 à Pauline Viardot, p. 334-335.
  • 21 Ibidem, p. 334-335.
  • 22 Ibid., t. 5, lettre de la 1re quinzaine d’août 1840 à Hippolyte Chatiron, p. 93.

17Elle signe d’abord des baux indépendants pour chacune des trois fermes de sa propriété, Launières, La Porte et La Chicoterie, puis à partir des années 1850, elle cherche un fermier général pour l’ensemble ; elle le trouve en 1859 en la personne de Germain Couillard. Devant l’urgence d’une dépense, Aurore demande parfois une avance sur le prochain fermage. Elle tolère en échange certains retards de paiement, ne voulant ni gêner ni discréditer ses fermiers. Elle reconnaît que ses terres ont été plusieurs années « en pleine décadence20 ». Quand ses fermiers menacent de la quitter, elle accepte de diminuer les fermages parce que « c’était juste et nécessaire21 ». Elle montre certains mouvements d’humeur quand elle perçoit de la mauvaise foi dans leurs arguments. Elle demande de la fermeté à son demi-frère Hippolyte chargé de certaines transactions : « Tu sais que si l’on recule d’un pas avec les paysans, ils nous font reculer jusqu’à la porte22 » lui écrit-elle.

18George Sand a beaucoup d’estime et d’admiration pour la famille Meillant, installée depuis longtemps à la ferme de la Chicoterie et qui reprend le bail du domaine de la Porte en novembre 1843. Elle raconte avec jubilation la signature du bail à son fils Maurice :

  • 23 Ibid., t. 6, lettre du 23 ( ?) novembre 1843 à Maurice Dudevant, p. 295-296.

« Aujourd’hui nous avons eu grande assemblée : Moulins, Fleury, Duteil, Polite, le père et la mère Meillant, Denis et Silvinet, pour régler les articles du bail. Le père et la mère étaient assis dans le salon sur des fauteuils. Le père écoutant, n’entendant et ne comprenant rien, mais représentant le fantôme de l’autorité paternelle ; ne demandant pas d’explication mais sanctionnant par sa présence les engagements que prenaient ses enfants pour lui et en son seul nom. Denis très calme, très ferme, très juste, très droit, à la fois prudent et confiant, et disant de temps en temps, Silence ! d’un ton doux mais absolu, à Sylvain qui a l’esprit plus prompt que lui, qui comprend la procédure comme un notaire et tout en me montrant la plus grande confiance, frappait juste sur les tergiversations d’Hippolyte, et les mettait à néant. Mais Denis reprenait : j’arrangerons ça, silence ! Et Sylvain de se taire comme par un ressort. La mère ne disait qu’un mot, toujours le même : D’abord que nout’ dame vous le prémet ! ya pas besun d’zou z’écrire. Selon elle, toutes ces écritures ne riment à rien et ne valent pas une promesse. Elle traiterait les affaires comme les Turcs. Cette famille des Meillant est vraiment un beau type de droiture, de gravité et de hiérarchie patriarcale dans la famille ; ce n’est plus que là qu’on peut revoir ce que le passé a eu de grand et de simple, d’autant plus qu’avec une autorité à différents degrés, volontairement acceptée, et dont nul n’abuse, il y a égalité de droits, égalité d’héritage. C’est le bienfait du présent, et la beauté du passé… Il y avait double bail à examiner, celui de Polite avec le père Lamouche, (fermier à métayer) et celui de moi aux Meillant, le tout passant à ces derniers. Lamouche avec sa mine patibulaire faisait un contraste. Il avait l’air de ne rien comprendre, et quand on lui disait : Suivez-vous ? il répondait : J’y comprends rin, c’est ça des affaires que j’y connais rin en tout, finesse de paysan pour faire ensuite à sa guise, en alléguant qu’on n’a pas compris, ou mal compris, ses engagements. Denis le regardait avec ses yeux ronds en lui disant : j’vous l’espliquerons bin, père Lamouche, assez pas peûr ! Je crois bien qu’en effet le père Lamouche sera forcé de marcher droit avec eux, ce qu’il ne faisait guère avec Polite, lequel avait beaucoup trop de faiblesse et de bonté, ne marchait pas non plus peut-être bien droit, de son côté, surtout après boire. Je m’ôte là une épine du pied23. »

Rester propriétaire ?

  • 24 Sand G., Politique et polémiques. Présentation de Michelle Perrot, Belin, 2004, p. 143.

19Dans la décennie 1840, les calamités agricoles plongent propriétaires et fermiers dans le marasme. Pour le petit peuple des campagnes, c’est la misère. Certains penseurs et hommes politiques républicains et socialistes, dans la filiation des saint-simoniens, veulent, contre les rentiers et les conservateurs, créer des richesses pour encourager les entrepreneurs, améliorer les relations sociales en répartissant mieux les bénéfices. George Sand, qui partage leur idéal d’initiative, d’égalité et de fraternité, est en relation avec le socialiste Pierre Leroux et participe aux réflexions qui posent la question cruciale de la possession des moyens de production. Dans La lettre d’un paysan de la Vallée Noire, elle évoque la nouvelle féodalité, celle des propriétaires : « C’est le pouvoir absolu de celui qui possède sur celui qui ne possède pas24. »

20L’État encourage chez les paysans la concurrence et l’individualisme contre les anciennes solidarités paysannes. Bientôt le paysan sans terre ne pourra plus faire paître ses troupeaux sur les communaux, les municipalités les vendent aux grands propriétaires. Dans l’arrondissement de La Châtre, 43 % des exploitations ont moins de 5 hectares, 90 % sont en faire-valoir direct et 11 % en métayage ou en fermage. Beaucoup de petits propriétaires sont aussi journaliers, domestiques ou métayers ; dans les années difficiles, ils sont soumis aux exigences des spéculateurs.

  • 25 Corr., op. cit., t. 5, lettre du 24 décembre 1840 à Hippolyte Chatiron, p. 189.
  • 26 Histoire de ma vie, op. cit., t. 1, p. 690.

21George Sand est consciente des enjeux : « Nous serons emportés par […] la souffrance et la colère du peuple25. » Elle est hostile au comportement des grands propriétaires accapareurs des terres qu’ils exploitent mal ; les petits propriétaires, à force de soin, leur font rapporter davantage. Elle considère « le communisme absolu » comme « une chimère ou une injustice26 » :

  • 27 Ibidem, p. 689.

« On devrait toujours reconnaître une propriété individuelle. Qu’on la restreigne ou qu’on l’étende dans une certaine mesure, qu’on la définisse d’une manière ou d’une autre, selon le génie ou la nécessité des temps, il n’en est pas moins certain que la terre que l’homme cultive lui-même lui est aussi personnelle que son vêtement… Plus la propriété est petite plus il s’y attache, mieux il l’a soigne, plus elle lui devient chère27… »

22Le 1er août 1848, dans une lettre au maçon-poète Charles Poncy, elle s’explique longuement sur sa conception de la propriété :

  • 28 Corr., op. cit., t. 8, lettre du 1er août 1848 à Charles Poncy, p. 579-580.

« Il y a deux sortes de propriétés comme il y a deux sortes de vies. Il y a la propriété particulière, comme il y a la propriété particulière et individuelle. Il y a la propriété commune et publique comme il y a la vie publique et commune, c’est à dire la vie sociale, la vie de relations. De tous temps les sociétés ont reconnu une propriété commune et l’ont consacrée dans leurs lois. Il n’y a pas de société possible sans le domaine de l’État.
Le propre de la propriété individuelle, son abus et son excès, devait être d’enfanter l’extrême inégalité des conditions. Quelque bonne et légitime qu’elle fut en elle même, elle devait trouver son correctif et son remède dans une extension sage et grande de la propriété commune. Cette propriété commune, c’était naturellement les chemins, les lignes de fer, les canaux, les mines, les impôts, tout ce qui ne peut être accaparé par les particuliers sans un empiétement illégitime sur la richesse de tous. Cet empiétement a eu lieu pourtant sous le règne de la spéculation et sous l’école individualiste. La richesse de tous est devenue l’enjeu d’une classe privilégiée, et aujourd’hui cette classe prétend plus que jamais être propriétaire de la propriété de l’État.
Tandis que cette école soutient ce monstrueux axiome, des écoles socialistes sont tombées dans l’excès contraire. Elles ont voulu trouver le remède à l’inégalité des conditions dans la suppression de la propriété individuelle, et là elles ont fait naufrage, car si la propriété individuelle doit disparaître, ce ne sera jamais de manière absolue. L’homme aura toujours droit de posséder individuellement une foule d’objets nécessaires à son usage, depuis la truelle que votre main est habituée à manier jusqu’au livre que vous avez besoin de posséder en propre pour le consulter à toute heure si tel est le besoin de votre âme. Enfin quelque fantastique que l’on suppose un avenir très éloigné de fraternité et d’égalité, la communauté absolue ne me paraît point dans la nature véritable de l’homme, dans ses besoins ni dans ses devoirs. C’est donc chercher mal l’égalité que de la chercher dans la communauté absolue et immédiate. C’est une folie. C’est même une monstruosité de la part de ceux qui voudraient faire entrer la famille dans les objets de la propriété à mettre en commun. Mais ceux-là sont si rares et si absurdes que je ne vois point pourquoi on s’en occupe, si ce n’est parce que leur aberration sert de prétexte à la calomnie et d’arme aux enragés défenseurs de l’individualisme absolu28. »

23Auprès de Pierre-Jules Hetzel, elle y revient le 8 août 1848 :

  • 29 Ibidem, lettre du 8 août 1848 à Pierre-Jules Hetzel, p. 595.

« Une société équitable et durable sera celle où la propriété publique restreindra la propriété particulière dans des limites aussi légitimes que celles où la propriété particulière retiendra la propriété commune et sociale. Cet équilibre a été progressivement détruit par le génie et la spéculation, de là le mal dont nous souffrons et la misère croissante, au milieu du progrès des richesses29. »

24Elle croit aux progrès de l’agriculture, elle souhaite que l’instruction se répande dans les campagnes pour y bousculer les préjuger et les routines, elle encourage les nouvelles pratiques, la culture des fourrages artificiels, l’amendement des terres par l’usage de la chaux.

La régie de la Porte

  • 30 Ibid., lettre du 22 décembre 1847 à Charlotte Marliani, p. 205.
  • 31 Ibid., t. 9, lettre du 12 mai 1850 à Honoré Chavée, p. 161.
  • 32 Ibid., lettre du 21 mars 1850 à Rozanne Bourgoing, p. 494.
  • 33 Ibid., lettre du 24 avril 1850 à Adolphe Fievée, p. 535.
  • 34 Ibid., lettre du 6 mai 1850 de François Rollinat à George Sand, p. 540.
  • 35 Les amis disparus avec Nouvelles lettres d’un voyageur, Calmann-Lévy, 1877, p. 340.
  • 36 Ibidem, p. 340.

25En novembre 1847, George Sand écrit à son amie Charlotte Marliani que « Nohant lui rapporte 7 800 F, pas davantage30 », alors qu’elle gagne 20 000 à 30 000 F par an avec ses livres. En mars 1850, elle cherche des fermiers « plus instruits et m’offrant des garanties31 » dont elle veut faire des « fermiers associés32 ». Elle souhaite regrouper ses terres et allonger le bail de 9 à 12 ans. Elle entre en relation avec des cultivateurs du Nord et de Belgique. Elle rencontre un candidat qui lui paraît « ni actif, ni prévoyant, ni instruit en agriculture33 ». Elle demande un avis à son ami Rollinat qui ne lui cache pas que « les agriculteurs belges ne sont pas en odeur de sainteté dans le département : tu sais que beaucoup de propriétaires ont eu à s’en repentir34 ». Finalement, elle choisit de reconduire le bail de ses anciens fermiers, les Meillant, sur les domaines de la Porte et de la Chicoterie. C’est l’époque où elle aide des amis républicains en rupture avec le régime impérial de Napoléon III en leur trouvant du travail sur ses fermes. À Jean Patureau-Francoeur, vigneron et militant très populaire, maire de Châteauroux en 1848 et qu’elle aide à se cacher de la police, elle confie « la création d’un vignoble et il tira d’un terrain stérile et abandonné une plante modèle produisant le meilleur fruit de la localité35 ». En juillet 1850, il participe à la moisson chez les Meillant pendant « 5 semaines » comme « chef dirige, c’est-à-dire tête de sillon, et par son ardeur, sa force et sa gaieté, il stimulait et charmait les autres moissonneurs36 ».

  • 37 Corr., op. cit., t. 12, lettre du 23 février 1854 à Maurice Dudevant, p. 317.

26En avril 1851, Aurore envisage de mettre le domaine de la Porte en régie. Elle la confie à Alexis Camus, autre républicain menacé par le nouveau régime. Les débuts de son exploitation sont prometteurs, il crée de superbes prairies artificielles, amende les terres et élève des « bœufs monstres qui font révolution dans le pays37 ». En 1857, à la fin du bail, c’est la désillusion, elle lui doit de l’argent et le considère comme un ivrogne !

  • 38 Ibidem, t. 6, lettre du 27 novembre 1843 à Maurice Dudevant et Chopin, p. 303.
  • 39 Ibid., t. 9, lettre du 12 mai 1850 à Honoré Chavée, p. 561.

27Aurore se plaît aux travaux des champs et passe souvent des « journées en sabots38 » ; les labours et les moissons sont pour elle un magnifique spectacle à décrire dans ses romans. Les agendas qu’elle tient dans les années 1850 relatent des visites dans les fermes, des promenades dans les champs, des rencontres avec les fermiers, des travaux sur les bâtiments d’exploitation. C’est elle qui prend des plans pour la construction d’un hangar, c’est elle qui toise les murs de clôture avant réparation… Elle se tient au courant de l’état des récoltes, du prix du blé ou du fourrage… Tantôt elle écrit qu’elle « n’entend rien à l’agriculture39 », tantôt que seul le manque de temps l’empêche de s’en occuper davantage… En 1859, elle a 55 ans, elle confie l’ensemble de ses trois domaines à un fermier général en qui elle a toute confiance, Germain Couillard. Il lui verse les redevances de fermage et sous-loue les domaines à des métayers.

Les exigences d’une propriétaire

28Le 29 avril 1859, Émile Aucante, mandataire général de Madame Dudevant, répond en son nom à une lettre de Ludre Gabillaud à propos du bail des domaines de Launières et de la Chicoterie :

« Je m’empresse de répondre à votre lettre du 27 du courant, qui m’apprend que Couillard est disposé à m’affermer mes domaines de Launières et de la Chicoterie pour 9 ans moyennant un fermage de 6 500 F. Les offres de Couillard sont très en dessous de ce que j’étais en droit d’espérer, sans montrer des exigences déraisonnables et nous finirons sans doute par trouver un prix plus élevé que le sien. Cependant, comme la personne me convient, je vous autorise à conclure. Mais indépendamment des conditions de mes baux actuels et de toutes celles qui sont d’usage, j’entends que Couillard souscrive à ce qui suit :

  1. Il me fournira une garantie, soit par le cautionnement de son père, soit par une hypothèque sur des biens de valeur égale à mes cheptels.
  2. Couillard me donnera les mêmes menus suffrages que les fermiers actuels.
  3. Il souffrira que je détache du domaine de la Chicoterie, pour l’annexer à ma réserve, une chènevière de 8 boisselées, qui sera choisie par Sylvain Brunet, mon domestique.
  4. Couillard paiera les frais d’affiches et d’annonce dans les journaux, dus au notaire Moulin.
  5. Le bail aura lieu par acte authentique, ainsi que la reconnaissance des cheptels.
  6. Couillard fera des prairies artificielles et plantera chaque année des peupliers…
  7. J’aurai le droit de couper des arbres sur les héritages quand bon me semblera.
  8. Au contraire, Couillard ne pourra faire abattre que le bois mort. Il lui sera interdit de couper les arbres vivants, même pour faire des instruments de labour.
  9. Il ne pourra pas faire ébrancher les arbres qui ne l’ont pas été encore. Quand à ceux qui ont été ébranchés déjà, ils ne devront plus l’être que jusqu’à la moitié, de façon à ce qu’il n’y ait plus de têteaux.
  • 40 Ibid., t. 26, lettre du 29 avril 1859 de Émile Aucante à Ludre Cabillaud, supplément, p. 98-99.

Couillard devra rétablir lors de sa sortie le pacage de 80 boisselées qu’il a l’intention de défricher dans Launières.
Je consens également à ce qu’il ouvre une carrière dans l’un ou l’autre domaine, pour faire de la chaux, mais l’étendue de cette carrière devra être limitée entre lui et vous40. »

Les dernières années

  • 41 Ibid., t. 17, lettre du 11 janvier 1863 à Edouard Rodriguès, p. 372.
  • 42 Ibid., p. 372.

29En 1862, les terres de Nohant rapportent 9 000 F à Aurore sur lesquels elle garde 4 000 F de rente et donne 5 000 F de revenu à son fils Maurice « en le mariant41 ». Elle lui fait don de son meilleur domaine, Launières et ses terres, pour une valeur de 200 000 F, l’équivalent de la dot qu’elle a faite à Solange en 1847, en lui donnant l’hôtel particulier parisien. Dans une lettre à Rodrigues du 11 janvier 1863, elle se reconnaît « un devoir vis-à-vis de ses enfants, qui est de leur laisser intact ce que j’ai reçu de mes parents42… »

  • 43 Ibid., t. 21, lettre du 26 novembre 1869 à Louis Ulbach, p. 712.

30À partir de 1865, c’est Maurice, assisté par les fidèles Aucante et Gabillaud, qui suit les affaires de Nohant. En 1868, l’expert Rousselet estime les biens immobiliers et fonciers de George Sand à environ 128 ha et 296 100 F : le domaine de la Porte, pour un peu plus de 61 ha, vaut 124 150 F ; celui de la Chicoterie, pour un peu moins de 58 ha, vaut 110 800 F. Le château de Nohant, son enclos et les divers immeubles réservés qui en dépendent, s’étendent sur un peu plus de 9 ha et valent 61 150 F. En 1869, George Sand écrit à Louis Ullbach qu’elle « n’a pas mis un sou de côté, sauf 20 000 F que j’ai placé il y a deux ans pour ne pas coûter trop de tisanes à mes enfants43 ».

  • 44 Ibid., t. 25, Dernier testament de George Sand, étude de Me Moulin à La Châtre, annexe n° 1, p. 64 (...)

31Dans son testament du 22 mars 187644, George Sand lègue à son fils Maurice le château, son enclos et ses dépendances immobilières (environ 10 ha) et mobilières, ainsi que le domaine de la Chicoterie, d’une contenance de 58 ha, 52 ares. Elle donne à sa fille Solange le domaine de la Porte d’une contenance de 72 ha et 32 ares. À sa mort en 1876, les biens fonciers en bâtiments, champs, prés, vignes, bois taillis sur Nohant, Vic et Montgivray, font l’objet d’une estimation : le château et dépendances, jardin, prés, vignes qui sont exploités directement, soit 9 à 10 hectares ; la Porte, 63 hectares pour 145 000 F ; la Chicoterie, 66 hectares pour 191 000 F ; Launières, propriété de Maurice Sand depuis 1862, 70 hectares pour 202 000 F.

32Maurice, auquel Nohant rappelle trop de souvenirs, décide d’aller vivre à Paris. La plupart des terres sont vendues entre 1878 et 1885. Solange vend le domaine de la Porte en 1877 pour 145 000 F. En 1889, à la mort de Maurice, le château et sa réserve d’un peu plus de 9 ha sont mis en vente, mais ne trouvent pas d’acquéreur. En 1908, sa fille Gabrielle Dudevant-Palazzi lègue Nohant à l’Institut de France, avec nue-propriété et sous réserve d’usufruit au profit de sa sœur Aurore Dudevant-Lauth. Il reste des terres d’un revenu annuel dépassant 2 000 F et quelques bois et prés estimés à 15 000 F. En 1913, il reste un peu moins de 53 ha de terres qui rapportent 2 254 F de revenus. En 1924, à l’issue d’une nouvelle vente, voulue par Aurore Dudevant-Sand, le domaine de Nohant est réduit à 11 ha qui rapportent 597 F.

  • 45 Histoire de ma vie, op. cit., t. 1, III/IX, p 827.
  • 46 Corr., op. cit., t.9, lettre du 21 mars 1850 à Rozanne Bourgoing, p. 494.

33Dans Histoire de ma vie, rédigé à la fin des années 1840 au plus fort de l’engagement politique de George Sand, la propriété agricole est présentée comme une lourde contrainte qui rapporte peu. George Sand dit même qu’elle aurait volontiers vendu une partie des terres de Nohant pour se faire un petit capital, si le régime dotal auquel elles étaient soumises, même après la séparation d’avec Casimir Dudevant, ne l’avait obligée à les garder. Elle évoque souvent aussi son manque d’intérêt pour l’exploitation agricole, son incompétence qui la fait prendre, le mot est d’elle, pour une « espèce d’imbécile45 » par ses fermiers. Veut-elle se justifier d’être restée une grande propriétaire terrienne ? Il est vrai que les charges de maintenance de Nohant sont lourdes, qu’elle refuse toute nouvelle acquisition de terres, qu’elle défend la petite propriété paysanne contre les accapareurs, comme une garantie contre les accidents, la maladie, la vieillesse. En 1850, au domaine de la Porte, elle veut expérimenter un nouveau mode de gestion en intéressant un « fermier associé46 » au bénéfice de l’exploitation. La solution ne la satisfait pas, elle se résoud à confier ses terres à un fermier général en qui elle a confiance.

  • 47 Ibid, t.15, lettre du 12 mai 1859 à Émile Aucante, p. 413.
  • 48 Ibid, t.5, lettre du 24 décembre 1840 à Hippolyte Chatiron, p. 188.
  • 49 Ibid, t.6, lettre du 19 novembre 1843 à Maurice Dudevant, p. 288.

34La Correspondance publiée par Georges Lubin donne un autre éclairage sur George Sand propriétaire, celui assez ordinaire d’un notable qui a de lourdes charges, peu d’argent frais, voire des dettes, et qui veut transmettre un patrimoine. George Sand souhaite que les fermages puissent financer les charges directes de Nohant. On sait qu’elle a des gens de maison, qu’elle reçoit beaucoup, qu’elle est contrainte à des travaux de réparation et de transformation au château comme dans les fermes. Soucieuse d’améliorer les revenus de ses terres, elle maintient des relations directes avec ses fermiers qu’elle connaît bien et à propos desquels elle s’exprime sans artifices. On la surprend, rarement, dans sa correspondance, à pester contre leurs récriminations, contre « leur bêtise et leur paresse47 », à les traiter de « rapaces et de maquignons48 ». Ce sont là des mouvements d’humeur : le plus souvent, ils ont sa confiance, à l’exemple de Denis Meillant, fermier et conseiller municipal de Nohant, dont elle apprécie « la loyauté, la patience et la droiture49 ».

35George Sand, devenue écrivain célèbre, a su briser les contraintes. La liberté de pouvoir voyager, recevoir et dépenser à sa guise, ce sont ses livres qui la lui ont donnée. Chaque année, en moyenne, ils lui rapportent au moins trois fois plus que ses fermages !

36Concluons par cette évocation de sa chère Vallée noire :

  • 50 La Vallée Noire, Michel Lévy, 1846.

« C’est un pays de petite propriété, et c’est à son morcellement qu’il doit son harmonie. Le morcellement de la terre n’est pas mon idéal social ; mais en attendant le règne de la fraternité, qui n’aura pas de raisons pour abattre les arbres et priver le sol de verdure, j’aime mieux ces petits lots divisés où subsistent les familles indépendantes, que les grandes terres où le cultivateur n’est pas chez lui et où rien ne manque, si ce n’est l’homme50. »

Annexes

Les fermes

37Launières (plutôt l’Aunière d’après le cadastre de 1843)

38En 1788, c’est une maison de demeure, 2 chambres basses, un sellier au bout, double grenier au-dessus, 2 granges, un autre bâtiment où il y a sous le même toit bergerie, écurie et porcherie, la cour au milieu de ces bâtiments et un petit poulailler, une chènevière derrière.

Cliché P. Remérand

39En 1796, c’est un corps de logis neuf servant d’habitation au métayer, un autre vieux et inhabité, deux granges avec leurs étables, bergerie, porcherie, cour, chènevières et différents morceaux de jardin environnant.

40An II : Sébastien Langlois et Marie Pearron.

411807 : Chartier et Michel Pinault.

421826 : Chartier Martinet, gendre d’Urbain Pinault et Marie Langlois.

4322 décembre 1832 : bail à ferme de 9 ans pour 3 000 F à Chartier Martinet et Marie Pinault (plus les menus suffrages : 12 dindes, 12 poules, 10 douzaines de pailles) (Arch. dép. de l’Indre, Moulin 2 E 7190).

442 juin 1839 : Résiliation à compter du 11 novembre suivant et sans indemnité de Chartier Martinet qui doit aussi 1 000 F d’intérêt pour des retards (Arch. dép. de l’Indre Moulin 2 E 7213).

4525 août 1839 : Arrêté de comptes entre Mme Dudevant et Chartier Martinet. La créance de Mme Dudevant s’élèvera au 11 novembre à 4 290 F (Arch. dép. de l’Indre, Moulin 2 E 7214).

463 septembre 1839 : Bail à ferme de 9 ans pour 3 000 à Sylvain Teinturier décédé le 29 avril 1851 ? à Nohant (partage donation 15 juin 1851, Arch. dép. de l’Indre, Moulin 2 E 7265) Teinturier est l’ancien fermier de Côte-Noire et du Moulin du Buisson (Arch. dép. de l’Indre, Moulin 2 E 7214).

471851-1859 : Germain Potet (né en 1803) marié à Anne Teinturier (née en 1807), fille de Silvain Teinturier.1859 : Jacques et Germain Couillard (avec la Chicoterie).

481865 : Maurice Dudevant propriétaire.

491878 : Maurice Dudevant vend la ferme et les terres à Germain Audoux de Villejovet qui habite les Ferrons.

50La Chicoterie (cadastre de 1843, C 228)

Cliché P. Remérand

Dessin d’Eugène Lambert (© Médiathèque de Châteauroux)

51C’était vers 1788 « la conciergerie du château où est établi le ménage pour la régie de la cour ».

52En 1793, c’est une maison de demeure, grange, étable, bergerie, jardin, pré, une grange, partie de cour, chènevière, appelée la grange du Bourg.

53An 2 : Étienne Rangly.

54Jean Meillant est métayer sans bail.

55Bail du 5 janvier 1833 à Jean Meillant pour 9 ans à compter du 11 novembre 1832 pour 2 600 F (Arch. dép. de l’Indre, Moulin 2 E 7191).

56Denis Meillant (né en 1793), fils du précédent, demande à partir en 1840, alors qu’il lui reste 15 mois de bail.

5712 décembre 1840, nouveau bail à Jean (mort le 23 janvier 1846) et Sylvain Meillant pour 2 600 F, avec une partie des terres restantes de Côte Noire à savoir une maison d’habitation avec étable, une cour devant, un champ appelé le champ de Devant (72 ares, 16 ca), un champ appelé la Luzernière (48 ares et 64 ca), la vigne qui est attenante (25 ares et 30 ca), le pré de la Chinte (1 750 kg de foins), une chènevière et 4 ha, 43 a et 84 ca de terres à prendre dans le champ des Pigerattes. En annexe se trouve le pouvoir donné par Aurore Dupin, femme Dudevant, donné à Hippolyte Chatiron, établi le 2 avril 1839 devant maître Jean-Baptiste Guillaume Caseneuve à Marseille. (Arch. dép. de l’Indre, Moulin 2E 7219).

5811 novembre 1850 : Denis Meillant (mort en 1856) (bail, ancienne collection Joseph Pierre, exposé à Châteauroux en 1927).

591859 : Germain Couillard (avec Launières).

601885 : les terres sont pour partie vendues ou rattachées à la réserve du château.

61La Porte : Sur le linteau de la porte d’entrée, on lit la date 1771 gravée dans la pierre. Vers 1788, c’est une maison de demeure, un hangar, le tout bâti à neuf depuis 3 ans, une grange bâtie à neuf en 1786, un autre bâtiment où il y a écurie, bergerie, porcherie construit depuis 8 ans, une chènevière, un petit jardin, un petit pacage, une autre chènevière.

Cliché P. Remérand

62En l’an 4, c’est un corps de logis servant d’habitation aux métayers, grange, étables, bergerie, écurie, hangar, cour, jardin, chènevière et chaume environnant. Est joint un document la « Division des terres du domaine de la Porte pour être ensemencer de manière à ne faire que deux récoltes de suite » (1800, 1801 et 1802). Document de la main de Deschartres et autre document « en 1799, les blés ayant gelé », peut-être de la main de Mme Dupin.

63An 2 : Jean Bonnin.

645 janvier 1833 : Martin Croux, métayer depuis 27 ans et Anne Pinaud sa femme, bail de 9 ans à compter du 11 novembre 1832 pour 2 500 F (Arch. dép. de l’Indre, Moulin 2E 7191).

65Bigeot demande à partir en 1840 alors qu’il a encore 15 mois à faire.

66Avril 1841 : Hippolyte Chatiron (avec le métayer Louis Bonnin dit Lamouche), suite à une convention verbale avec Aurore.

6724 novembre 1843 : Jean Meillant (mort en 1846) et ses fils Denis et Sylvain (métayer Lamouche), bail de 7 ans pour 2 300 F (Arch. dép. de l’Indre, Moulin 2E 7233).

6811 novembre 1850 : Prorogation d’un an à Sylvain Meillant (plus la vigne de Montmagne et grange du domaine des Buissons à Côte Noire) (bail collection Lovenjoul E 952 f° 38).

691851 : Alexis Camus régisseur.

70Novembre 1857 : Félicien Paillot et son métayer Triaud (signature le 21 janvier 1857), bail pour 2 600 F.

711860 ou 1861 : Germain Couillard.

721877 : Solange Dudevant vend la ferme et ses terres d’une capacité de 54 ha, 8 ares et 30 ca pour 145 000 F à MM Demay et Alapetite.

73Côte Noire, près du Moulin des Buissons, actuellement les Buissons (le Grand Moulin sur la carte de Cassini).

741827 : acquis par Casimir Dudevant : Maison et basse-cour.

757 novembre 1835 : bail de 9 ans pour 1 200 F à André Caillaud (c’est le « page » d’Aurore vers 1820 ; il est mort le 25 janvier 1837) (Arch. dép. de l’Indre, Moulin 2E 7199).

76Réserve meubles en faveur de M. Dudevant : Deux bâches pour les bœufs, un seau et la corde du puits, 2 couches pour les cochons, une échelle de 20 pieds, 2 pelles en bois à venter le blé, un bois de lit garni de ses rideaux, un lit de plume, 1 matelas, 1 couverture en coton, un autre bois de lit et ses rideaux, 20 sacs, 10 poinçons et un quart, vides, 1 table de cuisine, 2 chenets en fonte, un moulin à passer la farine, un moulin à venter le blé, un bouche-four, un boisseau, un buffet en bois de chêne, 2 paires de draps, 2 nappes, une serpe, une herse garnie de 42 pointes, une herse en bois, une paire de ciseaux appelés forces.

7716 février 1837 : Résiliation par sa veuve Françoise Meillant (Arch. dép. de l’Indre, Moulin 2E 7204).

7816 02 1837 : bail de 11 ans 8 mois et 25 jours pour 1 300 F à Sylvain Teinturier qui était fermier de Vieilleville à Mme veuve de Corsange entre 1820 et 1825.

79La réserve en faveur de Mme Dudevant est constituée par le fonds de cheptel : 5 bœufs, 2 vaches, 3 truies, 13 petits cochons, 29 brebis, 28 vaccives et vacciveaux (jeunes brebis et moutons) et de plus 2 charrettes, jougs et harnais de labourage et divers autres instruments aratoires, le tout d’une valeur de 2 500 F (Arch. dép. de l’Indre, Moulin 2E 7204) Indre.

809 août 1839 : Résiliation par Sylvain Teinturier. Mme Dudevant doit 3 000 F (Arch. dép. de l’Indre, Moulin 2E 7214).

81Entre septembre et novembre 1839 : vente de certains lots à Hippolyte Chatiron et à Sylvain Teinturier.

821841 : les terres restantes sont affermées sans bail par Hippolyte Chatiron Aurore Dudevant garde les terres non vendues (environ 12 ha d’après le cadastre de 1843) qui seront rattachées aux fermages des autres domaines.

Plan cadastral de nohant (1843). en gris foncé, les terres qui ont appartenues à George sand

83(Nota : pour avoir les équivalents en francs 2000, il faut multiplier les prix en 1803 par 16, en 1830 par 17, en 1850 par 19 et en 1860 par 15,5.)

Bibliographie

Sources manuscrites

Mairie de Nohant

Plan cadastral de 1843

Mairie de Montgivray

Plan cadastral de 1841

Bureau des hypothèques à La Châtre

Vente de Côte-Noire, vol. 99, n° 57

Bibliothèque municipale de La Châtre

Vente de la ferme de la Porte en 1877

Archives départementales de l’Indre à Châteauroux

— 62 J Archives du Château de Nohant déposées après 1962 (Nombreux baux passés par M. de Sérennes, puis par Aurore de Saxe sur les domaines de la Porte, la Chicoterie et Launières, en particulier 62J 14, 24, 26, 39).

— 3 P (1-2-3) Cadastre de Nohant 1843, f° 249-252 (Aurore Dupin) et f° 600-745 (Maurice Dudevant) : liste alphabétique de la commune de Nohant (Tableaux indicatifs par nature de culture).

Numéro d’ordre 219 Dupin Aurore, Lucile Amandine, femme Dudevant Parcelles en section B (2) C (103) D (42), soit 147 parcelles pour une contenance totales de 224 ha, 30 ares et 15 centiares.

Maurice reçoit en donation Launières et des terres en 1865-1866, puis hérite de sa mère en 1877. Il acquiert quelques terres à Nohant en 1852, 1868, 1869, 1871. Il procède à des ventes entre 1878 à 1885.

Solange vend le domaine de la Porte en 1877.

— 3 P127 (1-2-5) Cadastre de Montgivray 1843.

— Liste alphabétique de la commune de Montgivray.

15 parcelles en section G soit 11 hectares 56 ares et 80 centiares (tout est vendu en 1879 et 1881).

— Fleuret, notaire à La Châtre, 2 E 7132 à 7146 (1780 à 1808), 2 E 9937 à 9942 (1789 à l’an XIII).

— Chamaillard, notaire à La Châtre, 2 E 7147 à 7183 (1809 à 1830), 2 E 9943 à 9946 (1821 à 1822).

18 février et 14 décembre 1823, 12 juillet 1824, ventes de terres à M. Dudevant par MM Chabenat, Aufrère et la veuve Soulas pour un total de 1 736 F.

5 janvier 1827, vente par M. et Mme Dudevant à M. Robin-Duvernet d’une partie de pré dans la prairie des Contens ? commune de Verneuil pour 1 800 F.

5 janvier 1827, vente par les époux Dudevant à Mme Madeleine de Courcelles, veuve de M. Jean Pouradier-Lamotte, propriétaire à La Châtre, du pré de la Barre situé commune de St Chartier de la grandeur à cueillir environ 3 charrois de foin pour 2 800 F, même garantie que pour la vente à Robin-Duvernet.

2 septembre 1827, vente pour 16 175 F par M. Jouslin à M. Dudevant d’un pré appelé la Cosse, grandeur à cueillir 50 quintaux métriques de foin, un champ appelé Laume 48 ares, 52 ca, et d’un champ appelé Chaumois 3 ha 34 a et 23 ca, d’un champ appelé Marquadet 1 ha 9 a et 39 ca, d’un champ dans les Combes.

– Moulin notaire à La Châtre, 2 E 7184 à 7396 (1830 à 1879), 2 E 9886 à 9921 (1847 à 1884), 2 E 17947 (1857 à 1858).

Sources imprimés

Centenaire de George sand, revue du Berry, 1904.

Marie-Louise Vincent, Le Berry de George Sand, Champion, 1919.

Joseph Pierre, « La châtellenie de Nohant Saint-Chartier », Revue du Berry, 1921, p. 25-39.

Notes

1 Sand G., Histoire de ma vie, Œuvres autobiographiques, Dijon, Gallimard, 1970, La Pléiade, t. 1, III/IX, p. 828.

2 Ibidem, p. 827.

3 Ibid., p. 52.

4 Ibid., p. 829.

5 Ibid., p. 689.

6 Ibid., p. 1035.

7 « Le pays des anémones », dans Nouvelles Lettres d’un voyageur, Calmann-Lévy, 1877, p. 87.

8 Sand G., op. cit., t. 1, III/IX, p. 824.

9 Ibidem, p. 827.

10 Sand G., Correspondance, Garnier, 1964-1991, t. 22, Lettre du 25 octobre 1871 à Flaubert, p. 595.

11 Arch. dép. de l’Indre, notaire Me Moulin.

12 Sand G., Histoire de ma vie, op. cit., t. 2, p. 102.

13 Ibidem, p. 31.

14 Arch. dép. de l’Indre, notaire Moulin, 11 septembre 1830.

15 Arch. dép. de l’Indre, notaire Moulin.

16 Corr., op. cit., t. 1, Lettre du 9 avril 1826 à Louis Nicolas Caron, p. 326.

17 Ibidem, lettre de décembre 1829 à Casimir Dudevant, t. 1, p. 585.

18 Histoire de ma vie, op. cit., t. 2, p. 102.

19 Ibidem, p. 103.

20 Corr., op. cit., t. 5, lettre du 22 juin 1841 à Pauline Viardot, p. 334-335.

21 Ibidem, p. 334-335.

22 Ibid., t. 5, lettre de la 1re quinzaine d’août 1840 à Hippolyte Chatiron, p. 93.

23 Ibid., t. 6, lettre du 23 ( ?) novembre 1843 à Maurice Dudevant, p. 295-296.

24 Sand G., Politique et polémiques. Présentation de Michelle Perrot, Belin, 2004, p. 143.

25 Corr., op. cit., t. 5, lettre du 24 décembre 1840 à Hippolyte Chatiron, p. 189.

26 Histoire de ma vie, op. cit., t. 1, p. 690.

27 Ibidem, p. 689.

28 Corr., op. cit., t. 8, lettre du 1er août 1848 à Charles Poncy, p. 579-580.

29 Ibidem, lettre du 8 août 1848 à Pierre-Jules Hetzel, p. 595.

30 Ibid., lettre du 22 décembre 1847 à Charlotte Marliani, p. 205.

31 Ibid., t. 9, lettre du 12 mai 1850 à Honoré Chavée, p. 161.

32 Ibid., lettre du 21 mars 1850 à Rozanne Bourgoing, p. 494.

33 Ibid., lettre du 24 avril 1850 à Adolphe Fievée, p. 535.

34 Ibid., lettre du 6 mai 1850 de François Rollinat à George Sand, p. 540.

35 Les amis disparus avec Nouvelles lettres d’un voyageur, Calmann-Lévy, 1877, p. 340.

36 Ibidem, p. 340.

37 Corr., op. cit., t. 12, lettre du 23 février 1854 à Maurice Dudevant, p. 317.

38 Ibidem, t. 6, lettre du 27 novembre 1843 à Maurice Dudevant et Chopin, p. 303.

39 Ibid., t. 9, lettre du 12 mai 1850 à Honoré Chavée, p. 561.

40 Ibid., t. 26, lettre du 29 avril 1859 de Émile Aucante à Ludre Cabillaud, supplément, p. 98-99.

41 Ibid., t. 17, lettre du 11 janvier 1863 à Edouard Rodriguès, p. 372.

42 Ibid., p. 372.

43 Ibid., t. 21, lettre du 26 novembre 1869 à Louis Ulbach, p. 712.

44 Ibid., t. 25, Dernier testament de George Sand, étude de Me Moulin à La Châtre, annexe n° 1, p. 643-645.

45 Histoire de ma vie, op. cit., t. 1, III/IX, p 827.

46 Corr., op. cit., t.9, lettre du 21 mars 1850 à Rozanne Bourgoing, p. 494.

47 Ibid, t.15, lettre du 12 mai 1859 à Émile Aucante, p. 413.

48 Ibid, t.5, lettre du 24 décembre 1840 à Hippolyte Chatiron, p. 188.

49 Ibid, t.6, lettre du 19 novembre 1843 à Maurice Dudevant, p. 288.

50 La Vallée Noire, Michel Lévy, 1846.

Table des illustrations

Légende Cliché P. Remérand
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7801/img-1.png
Fichier image/png, 650k
Légende Cliché P. Remérand
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7801/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende Dessin d’Eugène Lambert (© Médiathèque de Châteauroux)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7801/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Cliché P. Remérand
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7801/img-4.png
Fichier image/png, 763k
Légende Plan cadastral de nohant (1843). en gris foncé, les terres qui ont appartenues à George sand
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7801/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M

Auteur

CREDI – Châteauroux

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540