Version classiqueVersion mobile

Ecritures théâtrales du traumatisme

 | 
Christiane Page

1. Charlotte Delbo, femme de théâtre et résistante

Écriture et répétition de la scène traumatique dans l’œuvre de Charlotte Delbo1

Christiane Page

Résumé

À son retour de déportation, et parce que, dit-elle, « rien ne doit échapper au langage » Charlotte Delbo écrit pour faire mémoire. Ce sera tout d’abord de la poésie, puis du théâtre, l’œuvre théâtrale naissant d’une réécriture de l’œuvre poétique dans une recherche qui s’apparente à une remémoration sans fin de la même scène traumatique : l’adieu à l’homme aimé. Cette irruption du réel, bascule irréversible d’une vie, devient un motif central de son œuvre comme en témoignent non seulement les pièces autobiographiques, sur la guerre et la déportation, mais aussi La Sentence écrite au moment du procès de Burgos (1970) et « Kalavrita des mille Antigone » (1977). Les procédés dramaturgiques qu’elle utilise font de son œuvre non seulement un témoin d’un moment de l’histoire où le malaise dans la civilisation devient synonyme de catastrophe, mais aussi une recherche qui se situe entre éthique et esthétique.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je lui ai dit
que tu es beau
C’est ce qui le faisait si beau
D’avoir choisi
Choisi sa vie, choisi sa mort
Et d’avoir regardé avant2. »

« Une scène jouée dans la mémoire » publiée en 1995 se trouve à la fin du premier acte de Ceux qui avaient choisi3, pièce écrite en 1967, publiée en 20114. Cette scène est celle, originelle, du souvenir des adieux de Charlotte Delbo à son mari Georges Dudach, le matin de l’exécution de ce dernier, le 23 mai 1942 sous le régime de Vichy. Il s’agit de l’adieu d’une femme à son mari, entre autobiographie et fiction. Cette situation de l’adieu à l’homme aimé se répète, comme une scène traumatique, tout au long de l’œuvre, aussi bien dans ses écrits autobiographiques que dans ceux traitant de questions débordant sa propre expérience. Dans chaque cas, une femme, des femmes, perdent, impuissantes, leur objet d’amour (fiancé, mari, fils, frère). Cette irruption du réel, bascule irréversible d’une vie, est un motif central de l’œuvre. Mais des différences dans le...

Auteur

Professeur en études théâtrales à l’université Rennes 2 : membre du laboratoire Théâtre, co-fondatrice du groupe de recherche interdisciplinaire KAIROS (Arts/Psychopathologie et clinique), Rennes 2, et co-directrice de la collection « Le Spectaculaire » aux PUR. Ses recherches privilégient le questionnement des rapports « Théâtre, histoire et société » : 1. travaux sur Charlotte Delbo, sur Irme Kertesz ; HDR Pratiques théâtrales dans l’éducation en France au XXe siècle : aliénation ou émancipation ?, Presses universitaires d’Artois, 2009 ; 2. Théâtre et psychanalyse (articles pour l’école de la cause Freudienne : Lettre mensuelle et revue) ; 3. Le jeu et l’acte de création.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search