Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Delbo

 | 
Christiane Page

Postface1

Rithy Panh

Texte intégral

  • 1 D’après le message filmé de Rithy Panh, président d’honneur du colloque « Charlotte Delbo (1913-19 (...)

1Charlotte Delbo compte beaucoup pour moi, aussi bien dans ma vie intellectuelle et dans mon travail que dans ma vie personnelle. J’ai découvert Charlotte Delbo quand j’étais en train de préparer un de mes films sur le génocide Khmer rouge qui s’intitule S 21, la machine de mort Khmer rouge. Avant de faire un film, je regarde très peu d’autres films mais je lis énormément. À l’époque, j’étais allé glaner des lectures à la Fnac. Au rayon « Seconde Guerre mondiale », parmi les titres concernant le génocide du peuple juif, il y avait Mesure de nos jours. J’ai commencé à le feuilleter, c’était quelque chose d’extrêmement lumineux. J’avais l’impression de flotter, de ne pas toucher le sol. Pourtant je m’étais même assis pour le lire pendant de longues minutes. Ce livre est entré dans mes nuits, dans mes jours. Je lis, je le relis, je l’achète, je le rachète. J’en ai trois ou quatre à la maison parce que j’ai l’impression qu’en les accumulant, ils rentrent mieux dans ma tête. Je triture tellement ces livres et j’écris tellement dans leurs marges qu’ils deviennent illisibles. Il faut que j’en rachète. Charlotte Delbo m’a soutenu et aidé dans mon travail, elle et d’autres comme Primo Levi ou Robert Antelme. J’ai l’impression que Charlotte Delbo fait partie de mes cellules et de mon être. Elle m’a apporté non seulement la dimension du témoignage, mais aussi le principe de la solidarité entre les êtres dans les situations extrêmes. Je suis convaincu qu’on ne survit pas à une telle tragédie parce qu’on est plus fort, plus intelligent ou plus débrouillard que les autres. On survit parce que les autres sont solidaires de vous et qu’ils font tout pour que vous soyez là jour après jour.

2Charlotte Delbo est aussi un grand écrivain. Le plus important pour moi, ce qu’elle m’a pour ainsi dire enseigné, c’est la rigueur – la rigueur morale, la rigueur dans les mots, la rigueur dans la description – et la sincérité, l’honnêteté.

3L’œuvre de Charlotte Delbo est comme une lumière qui vous inonde, va habiter votre cœur, reste dans votre esprit et vous guide dans votre travail personnel. Pour moi, c’est le travail avec les images. Les cinéastes ne sont pas comme les écrivains. Les écrivains réfléchissent, rêvent, choisissent des mots, se laissent transporter par eux et y reviennent. Nous, nous sommes portés au voyeurisme, aux sensations et à une certaine facilité. Charlotte Delbo m’a aidé à construire une sorte de carapace contre toutes ces tentations qui sont indignes de sujets aussi importants.

4Un colloque tel que Charlotte Delbo : Engagement, univers concentrationnaire, œuvre est très important à mes yeux. Il permet de découvrir différentes facettes d’une œuvre inépuisable. Charlotte Delbo nous a laissé un témoignage unique. Je suis toujours ému de parler d’elle, parce que je ressens une grande gratitude envers son œuvre et envers sa personne. J’espère qu’on va de plus en plus lire et relire cet immense écrivain humaniste.

Notes

1 D’après le message filmé de Rithy Panh, président d’honneur du colloque « Charlotte Delbo (1913-1985), Engagement, univers concentrationnaire, œuvre », enregistré à Phnom Penh, le 21 février 2013, vidéo consultable à la BnF.

Auteur

Un cinéaste franco-cambodgien rescapé des camps de travail des Khmers rouges il arrive en France en 1980 et est diplômé de l’IDHEC en 1988. Il a reçu de nombreux prix pour son œuvre cinématographique (parmi ses films : sur les camps Khmers rouges : Site 2, en 2002, S21, la machine de mort Khmer rouge, mais aussi l’adaptation du roman de Marguerite Duras Un barrage contre le pacifique). En 2012, il écrit avec Christophe Bataille L’Élimination qui reçoit plusieurs prix. Il se réfère à l’œuvre et à la position éthique de Charlotte Delbo qui pensait qu’après Auschwitz il était nécessaire d’écrire et de créer.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site