Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Delbo

 | 
Christiane Page

3. Le théâtre : écrire pour la scène

Extraits de tables rondes : paroles d’artistes1

E. Ruffini, A. Kremski, Y. Thouvenel, A. Wieviorka et C.-A. Peyrottes

Texte intégral

  • 1 Extraits des tables rondes du 1er mars (modératrice : Elisabetta Ruffini) et du 2 mars 2013 (modér (...)

1Elisabetta Ruffini : Lorsque Charlotte Delbo décide de porter sur scène son expérience de déportation avec Qui rapportera ses paroles ?, elle s’adresse à un jeune musicien, Alain Kremski, pour créer la musique de scène. Encore une fois, il est question de partage dans et par l’art. Alain Kremski n’a aucune connaissance spécifique des camps, il appartient à une génération plus jeune que celle des déportés, mais Delbo lui accorde toute sa confiance : elle lui donne le texte de la pièce et le laisse libre de composer. Dans l’art, le lien entre générations se tisse et le passé et le présent se rencontrent pour parler de l’avenir.

2Alain Kremski : La rencontre avec Charlotte a été extraordinaire. Elle avait la force tranquille des personnes qui ont traversé des épreuves tellement épouvantables et inimaginables qu’elle restait comme à distance. Quelques jours avant cette rencontre, j’avais été invité dans un château avec des gens merveilleux, mais la préoccupation de la châtelaine pendant huit jours avait été de faire son plan de table. D’un seul coup je rencontrais quelqu’un qui avait vécu des choses très dures. Donc oui, elle avait cette force tranquille. Comme dit Nietzsche, « tout ce qui ne détruit pas renforce ». Elle m’a donc proposé de faire la musique de la pièce. Au début, j’étais encore dans mon souvenir du film Nuit et Brouillard et la Shoah n’était pas dans mes préoccupations, puis elle m’a donné à lire la pièce. Cette lecture a été un moment extraordinaire. Je pense à ce mot de René Char : « Les poètes ne laissent pas des œuvres. Ils laissent des traces car seules les traces font rêver. » Là il ne s’agissait pas de faire rêver. Il s’agissait simplement de laisser un témoignage, mais qui était un témoignage avec une force littéraire – aucune sentimentalité – un témoignage tellement fort qu’il aurait pu être écrit aujourd’hui dans n’importe quelle dictature, dans n’importe quel lieu. Pour mon travail de compositeur, je dois dire qu’elle m’a fait entièrement confiance.

3Elisabetta Ruffini : La question de l’oralité est au cœur du travail d’écrivain de Charlotte Delbo comme peut nous le dire le comédien Yves Thouvenel.

  • 2 Les trois volumes de la trilogie Auschwitz et après ainsi que Le Convoi sont disponibles gratuitem (...)

4Yves Thouvenel : Quand j’ai rencontré l’œuvre Charlotte Delbo en 1986 en tant que comédien, j’ai pensé : « C’est quelqu’un qui a un regard de théâtre. » Elle-même disait que ses écrits étaient à dire à haute voix. Regard de théâtre porté sur le monde, porté sur son aventure, à dire à haute voix. J’ai alors cherché à faire dire ses textes. Si j’avais été une femme, je serais tout de suite allé les dire à haute voix partout. Cette envie a abouti au projet de Bagages de sable : le 3 février 1995 à 19 heures sur un signal de France Culture, dans cent cinquante-quatre communes, trois cent vingt comédiennes lisaient Charlotte Delbo. Pour le centenaire, j’ai eu l’idée d’enregistrer l’intégral de la trilogie Auschwitz et après pour les aveugles2. Ils vont désormais se passer ce texte sonore les uns aux autres et il sera dans toutes les bibliothèques d’aveugles du monde. J’ai pris pour la lecture des comédiennes professionnelles et des comédiennes amatrices. Je ne voulais pas qu’il n’y ait que des savoir-faire, des savoir-lire, je voulais aussi qu’il y ait des savoir-être.

5Charlotte Delbo a de multiples façons d’écrire. Certains passages de ses textes pourraient prendre une vie autonome et devenir par exemple un conte pour les enfants. Il faut aussi repérer les ruptures et s’en méfier pour garder la cohérence d’une œuvre multiforme. La parole ne triche pas parce que ce n’est pas de la lecture. Il faut dire le texte, il faut le retranscrire, le retransmettre oralement. Il n’est pas question de jouer, on est dans l’oralité. Ce qui apparaît soudain, c’est par exemple le temps marqué, dans la lecture d’un poème, lors d’un passage à ligne. Si le temps de silence dure aussi longtemps que le temps du dit, quelque chose se passe et ajoute à la force de l’écrit. L’écrit est décuplé et on obtient une force orale, c’est la puissance de la poésie.

6[Yves Thouvenel pour illustrer ses propos lit à haute voix « Louise » dans Mesure de nos jours. À la fin de la lecture, on entend des rires dans la salle. Le comédien indique qu’il s’agit bien là d’un « vrai monologue de théâtre qu’une comédienne pourrait dire de nos jours avec une résonance contemporaine certaine ».]

  • 3 Claude-Alice Peyrottes, présidente de l’association « Les Amis de Charlotte Delbo », est la coréal (...)

7Annette Wieviorka : Claude-Alice Peyrottes, femme de théâtre, animatrice de la compagnie « Bagages de sable », comédienne, metteure en scène dont chacun ici connaît les mises en scène de l’œuvre de Charlotte Delbo. En 1995, elle a organisé cet évènement sans précédent et sans postérité : une lecture dans les cent cinquante-quatre communes dont étaient originaires les compagnes de déportation de Charlotte Delbo. Nous avons vu hier le premier film qu’elle a réalisé sur le convoi du 24 janvier 19433.

  • 4 Antelme R., Les Principes à l’épreuve, textes inédits sur L’Espèce humaine, Essais et témoignages, (...)

8Claude-Alice Peyrottes : J’ai retrouvé hier un texte que j’ai écrit en 1995 à l’occasion des lectures nationales et publiques qui ont eu lieu dans les communes d’origine des femmes du convoi du 24 janvier où trois cent vingt comédiennes, de générations différentes, deux par deux, dans chaque commune, ont lu une nuit durant l’œuvre de Charlotte Delbo Auschwitz et après. Le titre est une phrase de Robert Antelme : « Le chemin de la reconnaissance, c’est l’infini4. »

  • 5 Voir Gresh S., Les Veilleuses, Solignac, éd. Le bruit des autres, 1997.

« Nous ressentons quelquefois dans nos vies ce sentiment troublant d’être faits de tous les autres, des morts et des vivants, d’enfance et de vieillesse. C’est là, dans cet entre-deux mouvementé que se tient le travail des comédiens. C’est là qu’ils se risquent, […] et s’ils ne s’y perdent pas, c’est qu’ils en font un exercice incessant. Ils répètent-éprouvent-éveillent leur conscience à l’invisible. […] Les comédiens travaillent toujours avec l’absence. Mais quand il s’agit de prêter sa voix aux mots des textes, qui disent l’horreur, l’humiliation de ceux qui peuvent aujourd’hui en témoigner, l’enjeu dépasse le jeu. […] Avec gravité et légèreté, les comédiens deviennent des passeurs. D’une rive à l’autre, leur corps tout entier, traversé, relie le monde des morts à celui des vivants. Ils ne peuvent alors qu’être dans l’ignorance de la portée de leur acte, juste pressentir qu’à la fin, loin de se refermer, le texte avéré, restera ouvert à d’autres yeux5. »

  • 6 Bott F., « Entretien avec Charlotte Delbo », Le Monde des livres, 20 juin 1975, p. 15.
  • 7 Jouvet Louis, Molière et la comédie classique, extraits des cours de Louis Jouvet au Conservatoire (...)
  • 8 Bott F., op. cit.

9Il y avait dans chacune des vingt-deux régions une compagnie de théâtre-relais, dirigée par des comédiennes ou metteures en scène, chacune étant responsable du projet dans sa région. On correspondait beaucoup, on partageait beaucoup de réflexions sur la manière de dire cette œuvre. Les questionnements des comédiennes rappellent ce que disait Charlotte Delbo à propos de l’écriture : « Pour moi le sujet impose la forme6. » Pour nous c’est un peu la même chose : tel texte, telle façon de l’aborder, de le dire, c’est la question du comment on va le dire. Ce n’est pas seulement une question de métier, de savoir-faire… On en était peu à peu venues à la conclusion que les mots de Charlotte Delbo n’étaient pas « interprétables ». Ce qui est un peu une gageure pour des comédiens. Pour dire ces textes-là, les faire entendre, on ne peut pas seulement mettre en avant un savoir-faire ou un sentiment personnel, ce serait en abaisser le niveau, la puissance. « Interpréter » ce texte serait privilégier son propre point de vue plutôt que le texte lui-même, sa matière brute, c’est-à-dire la chair de la pensée de l’auteure, sa voix au travers de son propre silence. « Il faut arriver à trouver cette humeur initiale dans laquelle un texte est écrit […]. C’est un certain mouvement intérieur, une certaine disposition physique dans laquelle était l’auteur quand il l’a écrit7. » Être à l’écoute du mouvement intérieur du texte, se mettre à son service, prendre du recul : cette prise de distance ne vient pas spontanément. Elle vient parce qu’on travaille le texte mais surtout parce qu’on se laisse travailler par lui. Charlotte Delbo disait écrire dans un état « second » : « J’entends ce que j’écris. Une voix se précise qui n’est la voix de personne. […] Si le comédien parle juste, sa voix domine, évince, abolit celle que j’avais dans l’esprit. Mais si l’acteur ne parle pas juste, la voix intérieure ne s’efface pas, elle insiste8. » On doit se laisser travailler par la force des mots, par cette voix qui « insiste », éprouver, trouver ou retrouver la nécessité de dire, puis laisser reposer ce « bouillonnement », s’en libérer, pour arriver à l’endroit juste d’où on va parler. On le sait intuitivement.

10Ce qui nous a marquées et nous frappe encore dans ce travail collectif, c’est que dans ce témoignage de l’expérience concentrationnaire, il y a le mouvement obstiné de la vie. C’est cette puissante vitalité qui nous a guidées dans l’acte de « dire » les textes de Charlotte Delbo et non de les « interpréter ». Dans l’entretien avec Jacques Chancel en 1974, elle répond à cette question de la vie : comment continuer à vivre au retour ? : « Vous savez la petite graine qui tombe entre deux pavés dans une cour obscure, puis tout d’un coup il pousse une plante ridiculement petite, qui n’a pas sa vraie taille ni sa vraie couleur et pourtant elle s’acharne, elle est là, entre ses deux cailloux et elle pousse… Comment appeler ça ? […] On vit parce qu’on vit c’est aussi bête que ça. »

11C’est quelque chose qui pour nous était très important dans le « dire », dans le « faire entendre » ces textes avec « la peau du ventre », comme le dit Charlotte Delbo au sujet de l’écriture. Cette force de vie s’oppose obstinément aux forces de destruction et de mort. Il fallait éviter évidemment ce qui était de l’ordre du pathos. C’était évident, mais cette évidence il fallait la parler, l’éprouver pour la comprendre, en avoir conscience. L’émotion, c’est le spectateur qui doit la recevoir et la ressentir. À charge pour nous de révéler. Nous sommes les passeurs de ces textes, de cette tragédie. Lorsque nous avons découvert cette œuvre, la première chose que nous avons ressentie, c’est qu’elle était écrite pour être dite, « proférée », comme Delbo le dit elle-même. C’est une écriture faite pour être adressée, entendue, et pour les comédiens c’est une écriture qui passe par le corps. Quand on va sur un plateau, une scène, pour dire ses textes, on est projeté sur le proscenium du théâtre antique. On se retrouve à Épidaure.

12Charlotte Delbo écrit pour nos yeux, elle écrit pour qu’on voie ce qu’elle a vu. Dans Aucun de nous ne reviendra, elle évoque « des yeux qui crient ». Ce sont des images très fortes. C’est passionnant de travailler ses textes. Dans ce travail, on ne peut pas être dans la souffrance du contenu, même si cela nous bouleverse, parce que son écriture nous fait aller chercher quelque chose que nous ignorons de nous-mêmes. On comprend ou on croit comprendre, mais un certain mystère demeure, il reste toujours quelque chose de vivant à comprendre, à révéler par le travail de création…

13Charlotte Delbo, c’est aussi une voix aux inflexions étonnantes, un rire tonique et franc. Une présence.

  • 9 Claude-Alice Peyrottes fait alors entendre un extrait enregistré sur son iphone : Radioscopie du 2 (...)

14[Joignant le geste à la parole, Claude-Alice Peyrottes place son iPhone devant le micro pour faire entendre au public la voix de Charlotte Delbo dans un extrait de l’émission Radioscopie de Jacques Chancel9]

« J. C. : Mais c’est la date importante de votre vie ? Ce sont les vingt-sept mois qui auront compté ? [Rires de Charlotte Delbo]. … Faut pas se faire d’illusions.
C. D. : Non, là ça serait mentir que de dire que ce n’est pas un moment extraordinaire de la vie, mais ce qui serait triste, ce serait que ce fût le seul. Or, il y a bien d’autres choses importantes depuis, les livres – pour moi – les livres que j’ai écrits et ma pièce.
J. C. : Puis ce qui est important aussi c’est de savoir comment on revient, dans quel état on revient, l’état d’esprit.
C. D. : Oui. Parce que revenir pour faire la leçon aux autres on devient bientôt très ennuyeux et… hein ?
J. C. : On revient pour être heureux ?
C. D. : Pour être heureux ? Peut-être pour attraper un goût du bonheur si c’est possible. »

  • 10 « Entretien avec Jacques Chancel », Radioscopie, op. cit.

15Mais au-delà de l’œuvre écrite, la pratique du théâtre est chez elle une expérience très forte, vécue aux côtés de Louis Jouvet. Elle a assisté à ses mises en scène, a été témoin du processus de création, mais a aussi été sa secrétaire pour les cours au conservatoire et a rédigé de nombreuses notes pour ses conférences. On sent que cette expérience a été importante : « J’ai appris beaucoup avec lui et beaucoup au théâtre10. » Cela a probablement infléchi sa façon de rapporter et d’écrire les situations, les scènes, qu’elle a vues et qu’elle nous fait voir. C’est aussi une écriture de la sensation, du son, du silence, de la lumière. Dans le texte « Le lendemain » (Aucun de nous ne reviendra, p. 51-57), où elle décrit un appel qui a duré toute une nuit, toute une matinée dans le froid glacial de la plaine d’Auschwitz, elle évoque l’attente de ces femmes « murées dans la glace » : « Le silence […] solidifié en froid. La lumière immobile. » Elle écrit : « Quinze mille femmes tapent du pied et cela ne fait aucun bruit. » Quand on prononce cette phrase à voix haute, lentement, en « la respirant », on voit, on entend, on sait quelque chose. Pour les gens de théâtre, cela ouvre des espaces d’investissement organiques, sensoriels, pour atteindre et « toucher les gens au cœur ».

  • 11 Entretien avec Charlotte Delbo, La Nouvelle critique, no 167, juin 1965, p. 41-44.

16Notre métier est de transmettre de telle façon que le spectateur voie, ressente et entre dans le monde du poète. Passeurs, oui. « Si vous voulez rendre compte de la souffrance […], il faut transmettre l’émotion, la sensation, la douleur, l’horreur […] il faut donner à voir. Donner à sentir11. » Tout est dit pour que le texte passe la rampe.

Notes

1 Extraits des tables rondes du 1er mars (modératrice : Elisabetta Ruffini) et du 2 mars 2013 (modératrice Annette Wieviorka).

2 Les trois volumes de la trilogie Auschwitz et après ainsi que Le Convoi sont disponibles gratuitement pour les non-voyants et « empêchés de lire » à la BNFA (Bibliothèque Numérique Francophone Accessible).

3 Claude-Alice Peyrottes, présidente de l’association « Les Amis de Charlotte Delbo », est la coréalisatrice avec Alain Cheraft du film documentaire Histoire du convoi du 24 janvier 1943. Auschwitz-Birkenau (2001), présenté lors du colloque.

4 Antelme R., Les Principes à l’épreuve, textes inédits sur L’Espèce humaine, Essais et témoignages, Paris, Gallimard, 1996, p. 34.

5 Voir Gresh S., Les Veilleuses, Solignac, éd. Le bruit des autres, 1997.

6 Bott F., « Entretien avec Charlotte Delbo », Le Monde des livres, 20 juin 1975, p. 15.

7 Jouvet Louis, Molière et la comédie classique, extraits des cours de Louis Jouvet au Conservatoire (1939-1940), Paris, Gallimard, 1965, p. 22.

8 Bott F., op. cit.

9 Claude-Alice Peyrottes fait alors entendre un extrait enregistré sur son iphone : Radioscopie du 2 avril 1974, http://www.ina.fr/art-et-culture/litterature/audio/PHF06046320/charlotte-delbo.fr.html

10 « Entretien avec Jacques Chancel », Radioscopie, op. cit.

11 Entretien avec Charlotte Delbo, La Nouvelle critique, no 167, juin 1965, p. 41-44.

Auteurs

A obtenu un doctorat sur Charlotte Delbo et Primo Levi et depuis, travaille sur l’œuvre de Charlotte Delbo. Elle dirige l’Institut de la Résistance de Bergame (Italie). Elle travaille sur la littérature concentrationnaire, la mémoire de la déportation et de la Résistance, la pédagogie de l’histoire, la culture visuelle ; dans ces cadres de recherche, elle a consacré à Charlotte Delbo plusieurs articles et séminaires. Elle a créé avec Rosanna Sfragara le spectacle Et jamais je n’invente à partir des textes de Charlotte Delbo et a édité avec Philippe Mesnard, le numéro de Témoigner entre Histoire et Mémoire, revue de la Fondation Auschwitz consacrée à Charlotte Delbo. Elle présente actuellement une exposition itinérante « Charlotte Delbo, une mémoire à mille voix ».
Compositeur, pianiste et percussions d’Asie… Il a un parcours particulièrement intéressant et riche par son expérience des différents domaines musicaux. Il bénéficie d’une grande notoriété tant en France qu’à l’étranger, et d’une imposante discographie.
Comédien, formation Strasbourg. Passage par l’Éducation populaire puis comédien en Lorraine (Théâtre du Jarnisy). Spectacles évènements inscrits en territoires, mines, immigration… Lieux non théâtraux, trains, bus, etc. Intermittence, rencontre Didym, Rancillac, De Dadelsen, Eve Ledig… Gogol, Brecht, Ibsen, Céline… Spectacles de poésie. Projet de lectures « Charlotte Delbo no 31661 » du 3 février 1995 avec la Cie « Bagages de Sable », oct. 2013 : enregistrement intégral d’Auschwitz et après en direction des aveugles avec le GIAA (Groupement des intellectuels aveugles ou amblyopes) avec 25 comédiennes.
Historienne. Elle a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire et la mémoire de la Shoah (L’Ère du témoin, 1998 ; À l’intérieur du camp de Drancy (avec Michel Laffitte, 2012) et sur le communisme (Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez, 2010). Elle a découvert l’œuvre de Charlotte Delbo en travaillant à sa thèse (Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Plon, 1992 ; rééditions Hachette Pluriel 1995, 2003, 20013). Auteure du scénario de l’exposition du pavillon français d’Auschwitz, elle a choisi Charlotte Delbo pour y représenter la déportation résistante.
Metteure en scène. Codirectrice de la compagnie « Bagages de sable » conventionnée par le ministère de la Culture. Responsable artistique de la nuit de lectures des textes de Charlotte Delbo le 3 février 1995. Productrice de l’émission « Charlotte Delbo. Appel à la mémoire » pour France Culture. Coordinatrice de l’ouvrage Les Veilleuses de Sylviane Gresh. Coréalisatrice du documentaire Histoire du convoi du 24 janvier 1943 Auschwitz-Birkenau. Présidente de l’association « Les Amis de Charlotte Delbo » de 2011 à 2013.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site