Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Delbo

 | 
Christiane Page

3. Le théâtre : écrire pour la scène

Charlotte Delbo, l’écriture du corps

Jung-Weon Mok

Résumé

La tragédie d’Auschwitz dont le témoignage par la représentation n’est pas possible se lie fondamentalement à la question du corps. L’écriture de Charlotte Delbo est celle du corps, en tant qu’elle tente de témoigner de l’irracontable et de l’irreprésentable avec des silences corporels qui bordent les paroles. Les sensations gravées sur le corps de Charlotte Delbo et ses phrases touchent désormais notre corps, à nous, lecteurs, ce qui peut être vu comme une manière dont le témoignage peut se transmettre.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si, comme l’évoquait François Bott, Charlotte Delbo était « furieuse quand Adorno a dit qu’après Auschwitz aucune poésie, aucune littérature n’était possible1 », ce n’est pas qu’elle récusait cette impossibilité, mais qu’il lui fallait aller au-delà : « ce n’est pas possible, mais quand même… » Charlotte Delbo, elle aussi, a reconnu l’impossibilité de parler d’Auschwitz : « C’est presque impossible, plus tard, d’expliquer avec des mots ce qui est arrivé à l’époque où il n’y avait pas de mots2. » Cependant, elle a constamment résisté à cette impossibilité, en refusant « l’apologie de l’obscur, de l’inconnaissable3 ». Elle a cru que, quels que soient le désespoir et l’obscurité4, les hommes trouveraient « d’autres sources de poésie, et sans doute », écrivait-elle, « en trouveront-ils5 ».

Auschwitz est le nom de l’impossibilité, et en tant que tel, irreprésentable même par la poésie. Mais Charlotte Delbo a écrit, et « c’est pour ça » qu’elle a écrit une poésie autre, une poésie nouvelle...

Auteur

Prépare un doctorat en études théâtrales à l’université Rennes 2 sous la direction de Christiane Page sur les dispositifs corporels dans la scène contemporaine qui traite de l’irreprésentable. Après avoir reçu le Prix de Jeune Critique en 2009, elle a publié plusieurs critiques théâtrales en Corée, dont « Un été d’Avignon, un mélange éblouissant » in Critiques Théâtrales no 51 (Séoul, 2010) et aussi plusieurs articles traduits du français en coréen dont « Réflexions sur le théâtre postdramatique » de Patrice Pavis, in L’Esthétique du théâtre postdramatique (Séoul, 2011).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540