Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Delbo

 | 
Christiane Page

3. Le théâtre : écrire pour la scène

La respiration de Charlotte Delbo et le souffle de Louis Jouvet

Magali Chiappone-Lucchesi

Résumé

Cet article s’intéresse à l’écriture si particulière de Charlotte Delbo : l’écriture à haute voix à travers l’entretien en filigrane entre Charlotte Delbo et Louis Jouvet et la transcription des cours de Louis Jouvet au conservatoire mis en écriture par Charlotte Delbo. Il s’attache aussi à entrecroiser les écrits de Charlotte Delbo et de Louis Jouvet sur la nécessité du théâtre, art qui permet de révéler l’humain à l’épreuve de l’inhumain.

Texte intégral

  • 1 Apollinaire, « Zone », Alcools [1920], Paris, NRF, 2000, p. 8.

« J’ai vu ce matin une jolie rue dont j’ai oublié le nom Neuve et propre du soleil elle était le clairon Les directeurs les ouvriers et les belles sténo-dactylographes
Du lundi matin au samedi soir quatre fois par jour y passent. »
Apollinaire1

1Il y a des rencontres qui déterminent une vie, la rencontre de Charlotte Delbo avec Louis Jouvet est de celles-là. Alors âgée de vingt-quatre ans – nous sommes en 1937 –, Charlotte Delbo va interviewer Louis Jouvet à l’occasion d’une enquête sur le cinéma et la jeunesse pour la revue Les Cahiers de la Jeunesse dont Georges Dudach, son mari, est le rédacteur en chef et dans laquelle elle écrit régulièrement des chroniques littéraires et théâtrales. Deux jours après, Louis Jouvet veut la revoir :

  • 2 Delbo C., « Les leçons de Jouvet », La Nouvelle Revue Française, no 159, 1er mars 1966, p. 562.

« Il était dans la robe de Mendiant d’Électre. Il se maquillait. “J’ai lu votre papier. Comment avez-vous fait cela ? J’ai parlé avec beaucoup de journalistes dans ma vie. Je leur ai dit des choses, et quand ensuite j’ai lu ce qu’ils en avaient fait, je n’ai rien reconnu de ce que je leur avais dit. Avec vous, je retrouve mes phrases, mon mouvement de parole. […] C’est étonnant. Comment avez-vous fait cela ? – J’ai pris en sténo. – En sténo ? Tiens, tiens2…” »

2Nous nous intéresserons tout spécialement à l’écriture si particulière de Charlotte Delbo : l’écriture à haute voix à travers l’entretien en filigrane entre Charlotte Delbo et Louis Jouvet, entretien qui semble inépuisable. Nous verrons aussi comment s’entrecroisent les écrits de Charlotte Delbo et de Louis Jouvet sur la nécessité du théâtre, art qui permet de révéler l’humain à l’épreuve de l’inhumain.

La sténographie

  • 3 À ce jour nous ne connaissons pas la date exacte à laquelle Charlotte Delbo est devenue la secréta (...)
  • 4 Nous n’avons pas pu avoir connaissance de la prise de note en sténo qui n’a malheureusement pas ét (...)
  • 5 Charlotte Delbo en sera très peinée et écrira en ce sens à Jean-Paul Jouvet et Marthe Herlin (BnF, (...)
  • 6 Merci à Eve Mascarau pour ces précisions.
  • 7 Nous nous permettons de parler de découverte car à ce jour, nous n’avons encore nullement croisé c (...)

3Charlotte Delbo était la secrétaire de Louis Jouvet (de 19373 à 1941) : elle l’accompagnait lorsqu’il dispensait ses cours au Conservatoire, et les prenait en notes grâce à un système de sténographie4 puis les retranscrivait. Ce sont ces retranscriptions qui ont été publiées en 1965 par les Éditions Gallimard sous le titre Cours de Jouvet au Conservatoire (1939-1940) : « Molière et la comédie classique » et « Tragédie classique et théâtre du XIXe siècle ». Le nom de Charlotte Delbo n’est pas mentionné5, il est écrit en guise d’avertissement : « Ces cours étaient sténographiés. Les textes n’ont pas été retouchés par Louis Jouvet. Ils sont publiés sans correction de style. » Marthe Herlin, directrice de scène de Louis Jouvet et responsable du fonds Jouvet à la BnF Arts du spectacle, qui s’est occupée de l’édition à l’époque, a changé les noms des élèves-comédiens, classé les cours par auteur et pièce de théâtre (alors que lors d’un seul cours, plusieurs pièces pouvaient être abordées), rejeté certains cours6. Dans ces deux recueils publiés, les cours sont décrits avec une attention extrême, les mots de Louis Jouvet résonnent avec une véritable puissance orale. Charlotte Delbo établissait aussi des résumés de ces cours qui eux, n’ont pas été publiés. Au milieu des résumés – entre le 8 et le 14 avril 1940 –, nous avons découvert7 des feuillets rédigés à la première personne et signés « C. J. D ». Or, Charlotte Delbo signait C. J. D ou C. J. Delbo ses articles des Cahiers de la Jeunesse. Autrement dit les initiales de Charlotte Joséphine Delbo. C’est donc Charlotte Delbo qui a décrit ses propres impressions après les cours de Louis Jouvet sur le travail des élèves-comédiens à la manière d’un journal de bord. Nous découvrons là une jeune femme critique mais aussi apprentie, spectatrice exigeante, observatrice intelligente, auditrice passionnée :

  • 8 « Résumé dactylographié des cours professés pendant l’année 1939-1940 », BnF, Fonds Louis Jouvet, (...)

« Est-ce le froid, beaucoup d’élèves sont en retard ce matin. Paula s’excuse dans un tailleur qui lui va bien, à voyantes rayures comme c’est la mode, sur lequel elle a jeté un manteau de fourrure grise. Mademoiselle Carlove sourit, un peu confuse, de ses très jolies dents ; ses lèvres s’étirent, se détendent. Élastiques comme du caoutchouc violacé – ou des lèvres cyclamen. En attendant les autres, on bavarde. […]
Mercanton veut prendre la résolution d’étudier la mythologie. Moi aussi. Mais il y a longtemps que je ne dis plus tout haut les bonnes résolutions que je prends.
Cette première scène du Misanthrope, c’est seulement aujourd’hui que je comprends comment on devrait la jouer. En s’efforçant à une diction neutre et articulée, Mercanton arrive à donner deux ou trois vers qui s’entendent juste. […]
Mercanton s’essaie encore dans le Misanthrope et cela devient la classe de diction. Retour aux principes premiers. […] Paula, ensuite, dans Roxane s’applique à dire, s’écoute. Je suis le mouvement de ses lèvres et je regarde celles de M. Jouvet. Tous les muscles en sont accusés, sculptés. En français, la diction est dans la bouche. Arrivée à : “Bajazet, écoutez, je sens que je vous aime.” Paula s’abandonne à elle-même. Diction romantique, erreur complète, interrompt M. Jouvet.
[…] J’étais en train de rédiger ces notes, le soir au Théâtre, lorsque Jeanne Hardeyn est montée dans mon bureau8. »

  • 9 Dans son entretien avec Jacques Chancel, Charlotte Delbo nous apprend qu’elle écrivait avant sa dé (...)
  • 10 Michelot M., Les Systèmes sténographiques, Paris, PUF, 1959, p. 5.
  • 11 Ibid., p. 6.

4L’émotion est patente à la lecture de ces notes personnelles écrites sur le vif, généralement le soir même ou le lendemain du cours donné. Nous décelons déjà dans son écriture un style, un sens du détail et de la description9. Ces notes sont écrites alors que Charlotte Delbo retranscrivait la sténographie des cours (en parallèle de la retranscription des cours). En premier lieu il convient de définir ce qu’est la sténographie. Il ne s’agit pas seulement d’un système d’abréviations : l’orthographe y est oubliée en faveur de la phonétique, les lettres sont remplacées par des signes conventionnels. La sténographie est l’art de noter la parole aussi vite qu’elle est émise10. Karl Albrecht y voit l’art de « fixer dans l’espace les idées et les mots s’écoulant dans le temps11. » C’est à la fois une transcription auditive et visuelle : les yeux et les oreilles sont sollicités pour guider la main et tracer les sténogrammes sur le papier. Le langage de Jouvet est traduit en signes pour être retranscrit, plus tard, en mots. Il y a un double passage, des phonèmes aux signes spéciaux et de ceux-ci aux mots reconnaissables. Il en résulte une véritable poétique de la sténographie qui se révèle d’une part, esthétique : si nous regardons des sténogrammes, ils nous apparaissent comme les traits d’une composition abstraite.

  • 12 Derrida J., La Voix et le phénomène, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1993, p. 91.
  • 13 Delbo C., « Les Leçons de Jouvet », op. cit., p. 563.

5D’autre part, il y a un aspect presque ésotérique de la sténographie, car de ces signes abstraits va naître de nouveau le verbe, une parole concrète et charnelle jaillira du « décodage ». La retranscription du sténogramme au mot permet, pourrait-on dire en suivant Jacques Derrida, de passer de « l’état de sonorité inerte à l’état de corps animé12 ». Et c’est la « voix singulière » de Charlotte Delbo, pour reprendre l’expression si juste de Nicole Thatcher, qui va animer ces signes et rendre présente la voix du dehors de Louis Jouvet. Traversée par la voix du corps de Jouvet, Charlotte Delbo va restituer le corps de sa voix. Pour le dire autrement, nous décelons déjà, dans ce passage du signe au mot, un véritable geste, le geste de l’écrivain(e) Charlotte Delbo. Louis Jouvet, si exigeant, n’a d’ailleurs pas retouché ses transcriptions : « Ces notes qu’il lisait toujours très attentivement quand je les lui remettais n’ont pas été corrigées par lui et il ne m’a jamais engueulée à leur sujet13. » Il a seulement annoté parfois la retranscription à l’aide de commentaires qui ont été repris dans l’édition Gallimard. Charlotte Delbo, pendant cette période de formation, retranscrit donc au plus près les paroles de Louis Jouvet et de ses élèves. Bien plus, elle entend de nouveau, revoit les gestes, les postures qui les accompagnaient. Elle convoque ainsi le temps et l’espace de la scène théâtrale : des sténogrammes que sa main a inscrits sur le papier surgissent Jouvet et ses élèves qui se meuvent devant elle.

  • 14 Larthomas P., Le Langage dramatique, Paris, PUF, 2005.
  • 15 Delbo C., « Les Leçons de Jouvet », op. cit., p. 563.
  • 16 Lettre de Charlotte Delbo à Jean-Paul Jouvet datée du 7 novembre 1965, BnF, Fonds Charlotte Delbo, (...)
  • 17 Ibid.
  • 18 Barthes R., Le Plaisir du texte, Paris, Le Seuil, 2000, p. 128.

6Dès lors, cette réécriture lui offre un cadre propice pour penser les personnes comme personnages de théâtre. Entre crochets, à l’instar de didascalies, c’est bien Charlotte Delbo qui souligne l’état de fatigue d’un élève ou l’intonation précise d’une réplique de Jouvet (dans l’édition Gallimard). Elle réussit même à retrouver l’idiolecte de Jouvet car elle marque in absentia sa prosodie à l’instar des éléments para-verbaux répertoriés par Pierre Larthomas pour définir le langage dramatique14 : les intonations / la mélodie et les inflexions / les faits d’accentuation / les coupes / les arrêts / les pauses / le tempo / le souffle / le timbre de la voix/les exclamations. Il faut souligner aussi que le temps de la réécriture n’est pas le même que celui de la sténographie, Charlotte Delbo écrira : « Il me fallait plus d’une journée pour mettre cela en écrit, car les paroles de Jouvet, dans la spontanéité, l’improvisation, l’abondance, le mouvement, ne s’ordonnaient pas elles-mêmes en phrases, en texte15. » C’est pourquoi il a fallu « gommer » pour retrouver une écriture agissante, pour retrouver le sens inhérent à la locution car « une fois écrit, le ton disparu, la pensée en aurait été perdue si, dans la transcription, je n’avais saisi, suivi, retenu le sens, en élaguant tout en gardant le rythme du parler, alors que ce n’était pas parlé ainsi16 ». C’est cette part du langage oral – qui est aussi celle du théâtre – que Charlotte Delbo tente de faire resurgir tout en en conservant le sens, le mouvement de la pensée de Louis Jouvet : « La phrase transcrite n’est pas exacte, mais elle est vraie17. » Charlotte Delbo retrouve ainsi « l’être vrai » de la voix qui évoque l’allitération de Stimme (la voix) et stimmen (être vrai). Elle restitue le souffle, le pneuma de Jouvet et nous donne à entendre un « langage tapissé de peau, un texte où l’on puisse entendre le grain du gosier, la patine des consonnes, la volupté des voyelles, toute une stéréophonie de la chair profonde18 » ainsi Roland Barthes définissait-il l’écriture à haute voix. Pour s’en convaincre, il suffit de tendre l’oreille, voici pour exemple un extrait où on s’aperçoit que la ponctuation rend au mieux le rythme de l’oralité :

  • 19 C’est donc la « voix » de Charlotte Delbo à cet instant, elle souligne précisément la façon dont L (...)
  • 20 Jouvet L., Molière et la comédie classique, Paris, Gallimard, 1965, p. 14.

« Tu veux jouer Alceste ! Tu ne le joueras jamais. […] Il ne faut pas essayer de jouer Alceste. […] Alceste périt sous les intentions des comédiens qui depuis longtemps, veulent le jouer, comme depuis longtemps la pièce est morte en Sorbonne sous les explications des professeurs barbus qui veulent démontrer [et L. Jouvet prend une voix chevrotante de quelqu’un qui porte râtelier19] que “c’est le conflit du monde et de la vertu20”. »

L’écrit-de-la-voix

  • 21 « [On s’intéresse] à ce qui dans un texte – qui peut être non dramatique – sollicite la scène et, (...)
  • 22 Elvire Jouvet 40, création le 8 janvier 1986 au Théâtre National de Strasbourg, mise en scène par (...)
  • 23 Benoît J. (réal.), Elvire Jouvet 40, Bry-sur-Marne, Institut national de l’audiovisuel, 1991.
  • 24 « Qu’est-ce qui appelle, dans un texte plutôt que dans un autre, la réalisation théâtrale ? Sans d (...)
  • 25 Pavis P., « Théâtralité », Dictionnaire du théâtre, Paris, Armand Colin, 2002, p. 359.
  • 26 Jaques B., « Le Ravissement d’Elvire », Elvire Jouvet 40, texte du spectacle conçu et mis en scène (...)

7Charlotte Delbo a su restituer au mieux la parole, l’écrit-de-la-voix. Or, ce sont précisément des metteurs en scène de théâtre qui se sont emparés de ce matériau textuel pour le porter à la scène. Ces metteurs en scène ont su déceler au creux de ces cours leur « devenir scénique21 » pour reprendre l’expression de Jean-Pierre Sarrazac. Je pense bien sûr au spectacle de Brigitte Jaques Elvire Jouvet 4022 créé au Théâtre National de Strasbourg en octobre 1986 qui met en scène les figures de Louis Jouvet et de trois de ses élèves du conservatoire. Brigitte Jaques a retenu les sept leçons de Louis Jouvet à son élève Claudia sur la seconde scène d’Elvire du Dom Juan de Molière, leçons sténographiées par Charlotte Delbo du 14 février au 21 septembre 1940. Nous avons pu avoir une idée de ce spectacle grâce à la vidéo23 réalisée par Benoit Jacquot révélant la théâtralité24 de la retranscription de Charlotte Delbo des cours de Louis Jouvet au sens où Patrice Pavis la définit : « La théâtralité serait ce qui dans le texte dramatique est spécifiquement théâtral […] [théâtral voulant dire] la manière spécifique de l’énonciation théâtrale, la circulation de la parole, le dédoublement visualisé de l’énonciateur (personnage / acteur) et de ses énoncés25. » Brigitte Jaques elle-même le souligne : « Le soin exceptionnel apporté à la sténographie, qui reproduit les humeurs, les silences, les mouvements, la respiration même des participants, des “personnages”, fait de ces documents un moment de théâtre exceptionnellement vivant26. »

  • 27 Phèdre/Jouvet/Delbo.39-45, création au printemps 2007 au studio des Epars à Chartres, mise en scèn (...)
  • 28 Voir Delbo C., Une connaissance inutile [1970], Paris, Éditions de Minuit, 2012, p. 134 : « Je ne (...)

8Le metteur en scène Jacques Kraemer s’est lui-même inspiré du spectacle de Brigitte Jaques en créant Phèdre/Jouvet/Delbo.39-4527 au printemps 2007 à Chartres. Ici, différentes temporalités se télescopent, à la fois le temps des cours de Louis Jouvet autour du Phèdre de Racine cette fois-ci, où la figure de Charlotte Delbo est représentée dans sa posture de secrétaire, en train de prendre des notes, et, en parallèle, le temps du camp de concentration. Charlotte Delbo devient la figure centrale du spectacle, celle qui tisse les fils entre passé et présent, entre apprentissage et révélation de cet apprentissage lorsqu’elle réussira à s’enfuir grâce au souvenir d’un cours de Louis Jouvet alors qu’elle est dans le camp de Ravensbrück28. La mémoire c’est ce qui persiste en nous de ce qui a disparu (ici, c’est la persistance du théâtre) et c’est l’empreinte mémorielle de l’apprentissage théâtral de Charlotte Delbo auprès du « patron » dont le spectacle de Jacques Kraemer témoigne.

  • 29 Thatcher N., Charlotte Delbo : une voix singulière, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 65.
  • 30 Dans le sens où l’oralité relève de la théâtralité si l’on se réfère au Lexique du drame moderne e (...)

9Le dernier monde que Charlotte Delbo quitte pour entrer dans la résistance est en effet celui du théâtre, c’est sa dernière référence, c’est donc à celle-ci qu’elle fera appel durant sa détention. Selon Nicole Thatcher : « La fréquentation du milieu théâtral non seulement conditionne la mémoire de Delbo comme “capacité” mais elle lui fournit également des objets de souvenir29. » Et c’est justement ce que le spectacle de Jacques Kraemer aura permis de révéler. Force est de constater que l’épreuve de la scène est radicale pour tester une écriture. Nous avons donc pu vérifier à la fois chez Jacques Kraemer et chez Brigitte Jaques combien les cours de Louis Jouvet sont imprégnés d’oralité30, combien Charlotte Delbo a su saisir l’instant des voix et des corps, combien cette matière textuelle est une véritable matière théâtrale et révèle le « devenir-écrivain » de Charlotte Delbo.

  • 31 Bott F., « Entretien avec Charlotte Delbo », Le Monde, 20 juin 1975, nous soulignons.
  • 32 « Je l’ai dit aux autres (on pensait à haute voix) », Chapsal Madeleine, « Rien que des femmes », (...)
  • 33 Juliet C., « Écrire la voix », Recueil, no 35, juin-août 1995, p. 57.

10Après-guerre, lorsque Charlotte Delbo parlera de son écriture à François Bott dans un entretien, elle dira : « Pourquoi, soudain, je vois un personnage se dessiner et se mouvoir ? Je ne sais pas. Quand j’écris, mes personnages se déplacent et agissent devant moi, sur une scène imaginaire… J’entends leurs paroles ; j’écris à haute voix31. » Elle écrit à haute voix au retour comme elle pensait à haute voix dans les camps : « On pensait à haute voix32 », dira-t-elle à Madeleine Chapsal. Le tissage entre la réécriture des cours de Louis Jouvet et de sa propre écriture est d’autant plus saisissant, la voix, toujours, précédait l’écrit. Nous comprenons alors comme le dit si justement l’écrivain Charles Juliet « qu’écrire ce n’est rien d’autre qu’écouter, transcrire, puis à nouveau écouter33 ».

La nécessité du théâtre

  • 34 Delbo C., Spectres, mes compagnons, Paris, Berg International, 1995.
  • 35 BnF, Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (29).
  • 36 Delbo C., Une connaissance inutile, op. cit., p. 89.
  • 37 Ibid., p. 94.

11Charlotte Delbo converse avec Louis Jouvet et nous transmet ces conversations sous forme épistolaire. Nous pensons, entre autres, à la conversation à Vallauris sur les personnages de théâtre lors de l’été 1939 relatée dans Spectres, mes compagnons34, conversation qui va influencer sa propre vision des personnages de théâtre. De fait, qu’il nous soit permis ici d’émettre une hypothèse, celle d’un Louis Jouvet influencé par la parole de Charlotte Delbo. Charlotte Delbo, après la guerre, est revenue quelques mois auprès de Louis Jouvet. Ils se sont écrit plusieurs lettres, elle lui a fait lire le premier poème d’Aucun de nous ne reviendra35. Il nous paraît ainsi concevable d’envisager que Charlotte Delbo ait raconté à Louis Jouvet qu’elle et ses camarades, qui étaient alors à Raïsko, un commando d’Auchswitz, eurent le projet de monter une pièce « sans texte, sans moyen [de s’en] procurer, sans rien36. » Il fallut choisir la pièce, ce fut Le malade imaginaire de Molière. Il fallut lutter avec la mémoire pour retrouver un vers. Et finalement, elles parviendront à monter un théâtre de bric et de broc : la scène – « tables du réfectoire, débarrassées de leurs pieds37 » –, le rideau de théâtre – des couvertures –, les coulisses – couvertures et ficelles –, une souffleuse, un public et les trois coups, tout y est. À travers cette recréation d’un univers théâtral, c’est le souvenir du monde extérieur qu’elles convoquent à l’intérieur du camp. Les Polonaises sont les spectatrices de ces comédiennes inspirées et les auditrices des répliques de Molière, éternelles et généreuses, inépuisables. L’imaginaire est ressuscité en une parenthèse de beauté :

  • 38 Ibid., p. 96.

« C’était magnifique parce que, pendant deux heures, sans que les cheminées aient cessé de fumer leur fumée de chair humaine, pendant deux heures, nous y avons cru38. »

12Il s’agit ici de ne pas renoncer au langage pour faire perdurer l’humain, ce qui implique un théâtre de paroles. Il nous paraît vraisemblable d’envisager le fait que Louis Jouvet ait pensé à Charlotte Delbo lorsqu’il a écrit le texte ci-dessous en 1946, intégré par la suite dans ses Témoignages sur le théâtre :

  • 39 Jouvet L., Témoignages sur le théâtre, Paris, Flammarion, 1952, p. 243, paru pour la première fois (...)

« Dans l’époque décevante où nous vivons, les plus purs témoignages de sa réalité nous ont été donnés par les prisonniers des camps. Au milieu d’une foule immense et dénuée, au milieu d’hommes désespérés et désemparés, au sein de leur solitude, de leur souffrance, le théâtre s’est manifesté. […] Dans les camps, le théâtre est né ; il a pris naissance des mêmes besoins, des mêmes détresses, des mêmes bonnes volontés. Il a restitué des hommes à eux-mêmes. Il a libéré, il a fait revivre en eux tout ce que leur condition nouvelle avait détruit ou amorti ; il leur a affirmé la permanence de la vie, sa continuité. Ainsi le théâtre éveille les espoirs et les souvenirs. Il fait revivre une sensibilité qui peut s’étioler ou sombrer. Le théâtre rend aux hommes la tendresse humaine. […] Par une œuvre représentée, par une pièce, par des tréteaux, une libération se fait, une élévation survient, une connaissance intérieure se pratique, une vie profonde se déclare entre les hommes39. »

  • 40 Waintrater R., Sortir du génocide : témoigner pour réapprendre à vivre, Paris, Payot, 2003, p. 63.
  • 41 Lettre à Louis Jouvet datant du 17 mai 1945, BnF, Fonds Jouvet. Sur la fréquentation des spectres (...)
  • 42 Jouvet L., Molière et la comédie classique, op. cit., p. 20.
  • 43 Notons qu’inspirer vient du latin inspirare qui signifie souffler, insuffler.

13Il semble s’établir ainsi un véritable aller-retour, un enrichissement réciproque entre ces deux figures du théâtre. De plus, alors que Charlotte Delbo n’est pas encore revenue en France (elle sera trois mois en Suède avant d’être rapatriée), elle écrit une lettre à Jouvet. Elle y fait référence au Mendiant et à Électre, preuve, s’il en faut, que ces personnages-spectres l’ont accompagnée sans cesse, qu’elle a été hantée par eux. Alors qu’elle est à peine sortie des camps, qu’elle n’a pas encore retrouvé ses limites, « celles de son corps, celles du langage, et celles qui séparent le monde d’ici et le monde de là-bas40 », elle pense au théâtre et affirme : « Je reviens pour entendre votre voix41. » On assiste donc à la rencontre de deux écoutants, car « écouter, ce n’est pas seulement avec l’oreille, avec le visage ; c’est une tension intérieure ; c’est une conviction intérieure42 » dira Louis Jouvet lors d’un de ses cours. Cet article aura ainsi permis, nous l’espérons, de retracer partiellement la rencontre de deux voix qui s’inspirent43.

Notes

1 Apollinaire, « Zone », Alcools [1920], Paris, NRF, 2000, p. 8.

2 Delbo C., « Les leçons de Jouvet », La Nouvelle Revue Française, no 159, 1er mars 1966, p. 562.

3 À ce jour nous ne connaissons pas la date exacte à laquelle Charlotte Delbo est devenue la secrétaire de Louis Jouvet. En effet, Mileva Stupar, responsable du fonds Charlotte Delbo à la BnF/Arts du spectacle a découvert une lettre écrite sur du papier à en-tête du Théâtre de l’Athénée signée « Charlotte Delbo » dans le fonds André Antoine datant du 22 janvier 1937. Or, dans une lettre datée du 21 octobre 1941 que Louis Jouvet adresse aux autorités françaises avant que Charlotte Delbo ne parte d’Amérique latine, il indique les dates d’engagement de Charlotte Delbo à l’Athénée de la façon suivante : « 15 novembre 1937-11 septembre 1941 » (BnF, Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 [29]). Aujourd’hui le mystère reste entier.

4 Nous n’avons pas pu avoir connaissance de la prise de note en sténo qui n’a malheureusement pas été conservée.

5 Charlotte Delbo en sera très peinée et écrira en ce sens à Jean-Paul Jouvet et Marthe Herlin (BnF, Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 [42]).

6 Merci à Eve Mascarau pour ces précisions.

7 Nous nous permettons de parler de découverte car à ce jour, nous n’avons encore nullement croisé cette référence dans des écrits concernant l’œuvre de Charlotte Delbo.

8 « Résumé dactylographié des cours professés pendant l’année 1939-1940 », BnF, Fonds Louis Jouvet, LJ D-31 (13).

9 Dans son entretien avec Jacques Chancel, Charlotte Delbo nous apprend qu’elle écrivait avant sa déportation mais tout a été perdu : « J’aurais certainement été écrivain, puisqu’encore une fois dès l’âge de quinze ans j’ai commencé à écrire […] une vocation d’écrire je l’ai certainement toujours eue », Delbo C., « Entretien avec Jacques Chancel », Radioscopie (France Inter), 2 avril 1974.

10 Michelot M., Les Systèmes sténographiques, Paris, PUF, 1959, p. 5.

11 Ibid., p. 6.

12 Derrida J., La Voix et le phénomène, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1993, p. 91.

13 Delbo C., « Les Leçons de Jouvet », op. cit., p. 563.

14 Larthomas P., Le Langage dramatique, Paris, PUF, 2005.

15 Delbo C., « Les Leçons de Jouvet », op. cit., p. 563.

16 Lettre de Charlotte Delbo à Jean-Paul Jouvet datée du 7 novembre 1965, BnF, Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (42).

17 Ibid.

18 Barthes R., Le Plaisir du texte, Paris, Le Seuil, 2000, p. 128.

19 C’est donc la « voix » de Charlotte Delbo à cet instant, elle souligne précisément la façon dont Louis Jouvet profère ces mots.

20 Jouvet L., Molière et la comédie classique, Paris, Gallimard, 1965, p. 14.

21 « [On s’intéresse] à ce qui dans un texte – qui peut être non dramatique – sollicite la scène et, dans une certaine mesure, la réinvente », Sarrazac Jean-Pierre, « Devenir scénique », Lexique du drame moderne et contemporain, dirigé par Jean-Pierre Sarrazac assisté de Catherine Naugrette, Hélène Kuntz, Mireille Losco et David Lescot, Belval, Circé, 2010, p. 62.

22 Elvire Jouvet 40, création le 8 janvier 1986 au Théâtre National de Strasbourg, mise en scène par Brigitte Jaques, avec Philippe Clévenot (Louis Jouvet), Maria de Medeiros (Claudia-Elvire), Vincent Vallier (Léon-Sganarelle) et Eric Vigner (Octave-Dom Juan), costumes et scénographie de Emmanuel Peduzi, lumières de André Diot, collaboration artistique de François Regnault et assistanat à la mise en scène de Eric Vigner.

23 Benoît J. (réal.), Elvire Jouvet 40, Bry-sur-Marne, Institut national de l’audiovisuel, 1991.

24 « Qu’est-ce qui appelle, dans un texte plutôt que dans un autre, la réalisation théâtrale ? Sans doute un langage, une voix de l’écriture, suscitant la parole et le geste », Jolly Geneviève et Plana Muriel, « Théâtralité », in Sarrazac J. P. (dir.), Lexique du drame moderne et contemporain, Belval, Circé, 2010, p. 213.

25 Pavis P., « Théâtralité », Dictionnaire du théâtre, Paris, Armand Colin, 2002, p. 359.

26 Jaques B., « Le Ravissement d’Elvire », Elvire Jouvet 40, texte du spectacle conçu et mis en scène par Brigitte Jaques, photo de Pénélope Chauvelot, commentaires de Brigitte Jaques et François Regnault, Beba Théâtre, 1986.

27 Phèdre/Jouvet/Delbo.39-45, création au printemps 2007 au studio des Epars à Chartres, mise en scène par Jacques Kraemer, assisté de Jean-Philippe Lucas Rubio, scénographie et lumières de Nicolas Simonin, costumes de Anne Bothuon, maquillages de Suzanne Pisteur. Distribution en 2007 : Clémentine Bernard, Jacques Kraemer, Jean-Philippe Lucas Rubio, Sophie Neveu, Marc Vittecoq et en 2008/2009 : Clémentine Bernard, Thomas Gaubiac, Roxane Kasperski, Jacques Kraemer, Simon-Pierre Ramon.

28 Voir Delbo C., Une connaissance inutile [1970], Paris, Éditions de Minuit, 2012, p. 134 : « Je ne les quitte pas des yeux. […] J’observe surtout celle qui me tourne le dos. À la façon dont elle se plante sur ses jambes, j’ai l’impression qu’elle déplace son attention et, soudain, dans un de ces éclairs comme on en a dans les rêves, j’entends la voix de Jouvet, à sa classe du Conservatoire, Jouvet disant à un élève qui avance sur l’estrade et attaque sa scène : “Non. Recommence. Tu n’es pas entré. Entre. Et attends. Voilà. Mets-toi en place. Installe-toi. Tu es en place. Maintenant, tu peux parler. Et nous, nous savons que tu as quelque chose à dire. Maintenant, on va t’écouter. Maintenant, on sait que tu vas parler.” Mets-toi en place. Installe-toi. Les trois SS étaient en place. À leurs dos, à leurs bottes, à leurs épaules, j’ai su qu’elles entamaient une conversation et qu’elles ne bougeraient pas. Elles étaient installées. Alors, vite, je bondis hors du rang. »

29 Thatcher N., Charlotte Delbo : une voix singulière, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 65.

30 Dans le sens où l’oralité relève de la théâtralité si l’on se réfère au Lexique du drame moderne et contemporain, op. cit. (« Meschonnic affirme que “l’oralité est l’essentiel du théâtre”, cela signifie que la parole peut constituer à elle seule un spectacle quand elle comporte une oralité première, tenant aux ruptures énonciatives et au rythme du langage, et qui lui donne, à proprement parler, une matérialité », p. 144).

31 Bott F., « Entretien avec Charlotte Delbo », Le Monde, 20 juin 1975, nous soulignons.

32 « Je l’ai dit aux autres (on pensait à haute voix) », Chapsal Madeleine, « Rien que des femmes », Entretien avec Charlotte Delbo, L’Express, no 765, 14-20 février 1966, p. 76.

33 Juliet C., « Écrire la voix », Recueil, no 35, juin-août 1995, p. 57.

34 Delbo C., Spectres, mes compagnons, Paris, Berg International, 1995.

35 BnF, Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (29).

36 Delbo C., Une connaissance inutile, op. cit., p. 89.

37 Ibid., p. 94.

38 Ibid., p. 96.

39 Jouvet L., Témoignages sur le théâtre, Paris, Flammarion, 1952, p. 243, paru pour la première fois en 1946 dans le journal Les Étoiles.

40 Waintrater R., Sortir du génocide : témoigner pour réapprendre à vivre, Paris, Payot, 2003, p. 63.

41 Lettre à Louis Jouvet datant du 17 mai 1945, BnF, Fonds Jouvet. Sur la fréquentation des spectres littéraires de Charlotte Delbo, voir son livre Spectres, mes compagnons, op. cit., et notre article à ce sujet : « L’appel à l’imaginaire. Les spectres littéraires de Charlotte Delbo : de Molière à Giraudoux », in Dossier Charlotte Delbo, Revue pluridisciplinaire de la fondation Auschwitz de Bruxelles, no 105, op. cit., p. 191-202.

42 Jouvet L., Molière et la comédie classique, op. cit., p. 20.

43 Notons qu’inspirer vient du latin inspirare qui signifie souffler, insuffler.

Auteur

École doctorale 267/ IRET 3959, prépare un doctorat en études théâtrales à l’université de Paris 3 sous la direction de Catherine Naugrette sur le théâtre témoignage de Charlotte Delbo. Elle est l’auteure de plusieurs articles concernant Charlotte Delbo dont « L’intrusion de Giraudoux dans l’écriture de Charlotte Delbo » in Écritures théâtrales du traumatisme – écritures de la résistance sous la direction de Christiane Page, Presses universitaires de Rennes, 2012 et « Le témoignage théâtral de Charlotte Delbo : du double au testament » in Études Théâtrales, no 51, sous la direction de Georges Banu, Catherine Naugrette et Jean-Pierre Sarrazac, 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site