Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Delbo

 | 
Christiane Page

3. Le théâtre : écrire pour la scène

Charlotte Delbo et la voix de Louis Jouvet comme lien à la vie

Flore Augereau

Résumé

En tant que secrétaire-sténographe de Louis Jouvet, Charlotte Delbo a vécu auprès de lui une expérience auditive qui lui permet, au cours de sa déportation, de recréer la voix de son patron. Bien qu’imaginaire, cette parole qui l’accompagne constitue le lien avec son passé, avec la vie. Elle est génératrice d’auto-enseignements utiles à la survie comme, une fois rentrée, au développement de son rapport au monde et au théâtre.

Texte intégral

  • 1 À l’occasion de la sortie de Molière et la comédie classique, extraits de cours de Jouvet au Conse (...)
  • 2 Je reprends ici une expression de Jean-Marc Loubier, biographe de Louis Jouvet. Loubier J.-M., Lou (...)
  • 3 Ibid.

1Lorsque Louis Jouvet, en 1937, demande à Charlotte Delbo comment elle s’y est prise pour retranscrire aussi exactement sa pensée dans un article pour la revue des Jeunesses communistes, elle répond : « J’ai tout noté en sténo. » La sténographie, technique dans laquelle elle excelle, lui permet de noter fidèlement les paroles de Jouvet à mesure qu’il les prononce. Mais avant tout, elle parvient à cette justesse car elle sait écouter ce qu’il dit, saisir sa pensée. Son oreille est « active », elle « discerne, filtre, suit le fil de la pensée parce qu’elle la comprend1 ». Le patron décèle chez elle « ce qui se rapproche le plus de lui2 », la reconnaît comme « capable de le seconder3 ». Il l’embauche, bien qu’il ait déjà une secrétaire. Au-delà d’un savoir-faire sténographique, elle possède un « savoir-entendre » (faculté d’écoute et d’entendement) qu’elle mobilise pendant quatre ans. À l’Athénée et au Conservatoire, elle va s’imprégner de textes de théâtre, de réflexions esthétiques et éthiques, mais également de ce qui porte ces discours : les voix. Les écrits de Charlotte Delbo révèlent qu’au cours de sa déportation, des voix l’accompagnent, voix de personnages comme Électre ou Alceste, mais plus particulièrement celle de Jouvet, au timbre et au débit de parole si particuliers. Cette voix constitue un lien qui l’unit au patron, et bien qu’imaginaire, issu du seul souvenir, ce lien s’avère vital. À son retour, il persiste et l’encourage à l’élaboration de son œuvre littéraire et théâtrale.

2De quelle manière Charlotte Delbo, à partir de la présence vocale de Louis Jouvet à ses côtés, a-t-elle enclenché un processus d’apprentissage singulier, en dehors des schémas traditionnels ? Quel enseignement essentiel à la survie comme à la création artistique, a-t-elle tiré de cette expérience ? Il s’agira ici d’identifier ces interventions vocales, d’analyser leurs contenus intellectuels et sensibles, et la façon dont Charlotte Delbo les transpose et s’en sert dans son quotidien, afin d’ouvrir la réflexion sur les chemins que peut emprunter l’apprentissage.

  • 4 Delbo C. Spectres, mes compagnons, Paris, Berg International, 1995, p. 5.
  • 5 À ce sujet, voir l’article de Chiappone-Luchesi Magali, « L’intrusion de Giraudoux dans l’écriture (...)
  • 6 Delbo C, Spectres, mes compagnons, op. cit., p. 7.
  • 7 Ibid., p. 28-29.
  • 8 Ibid., p. 30.
  • 9 Ibid., p. 7.
  • 10 Chapsal M., « Rien que des femmes », Entretien avec Charlotte Delbo, L’Express, no 765, 14-20 févr (...)

3L’exergue de Spectres, mes compagnons dit « elles [les créatures du poète] sont mes amis, nos compagnons, ceux grâce à qui nous sommes reliés aux autres humains, dans la chaîne des êtres et dans la chaîne de l’histoire4 ». Ainsi les personnages qui l’accompagnent au cours de son incarcération sont un lien social, un relais entre elle et les « autres humains », mais également entre la prisonnière aux minces perspectives d’avenir qu’elle est devenue et la femme qu’elle était avant-guerre. Ondine, Électre et Alceste apparaissent comme des projections d’elle-même. Ondine a quitté Hans comme Charlotte a quitté Georges5, son mari exécuté en 1942. Elle se demande si « cette Électre insensible6 », c’est elle-même. Alceste possède le même « besoin d’absolu, ce côté un peu absurde d’exigence qui fait presque de lui un ridicule », ainsi que son « sérieux » et son « sens de la responsabilité et du devoir7 ». Et comme elle, il a « quitté Jouvet8 », ce qu’elle lui reproche avec insistance. Il s’agit de « recomposer un monde de l’imaginaire qui, parfois, devait devenir plus réel que le réel9 ». Dans l’irréalité d’Auschwitz, il ne faut pas laisser filer la vie, sa vie. « Il n’y avait qu’une chose à faire : nous accrocher à notre ancien être pour le faire durer, s’accrocher à soi, à ce qu’on était avant […] – il ne fallait pas laisser filer son être10 ! », déclare-t-elle à Madeleine Chapsal.

  • 11 Delbo C., Spectres, mes compagnons, op. cit., p. 7.
  • 12 Ibid., p. 38.
  • 13 Ibid., p. 39.

4En recréant ces personnages, elle se réfère à une période de sa vie où elle était proche de Jouvet. Durant l’été 1939, il l’avait fait venir sur son lieu de vacances pour mener une réflexion sur les personnages de roman. À cette occasion, ils eurent des « conversations avec nos[des] interlocuteurs invisibles11 », tels Julien Sorel et Sim Tappertit. De plus, ses compagnons fictionnels de déportation sont issus de textes entendus à l’Athénée ou au Conservatoire. Seul Fabrice del Dongo (La Chartreuse de Parme) gagne sa cellule de la Santé grâce à une détenue voisine qui lui fait parvenir le roman à l’aide d’une tresse constituée de draps. Charlotte Delbo redessine les autres « en en ordonnant les contours par la seule évocation de leurs paroles12 ». À partir de discours poétiques, elle recrée des personnages et les fait vivre, leur invente une nouvelle existence. Ainsi Antigone dont elle raconte à ses camarades déportées qu’elle ramasse de la poussière pour enterrer son frère malgré les risques encourus, acquiert à Auschwitz où les morts n’ont pas de sépulture, « une grandeur qu’elle n’a sans doute jamais eue ailleurs13 ».

  • 14 Ibid., p. 27.

5La première intervention d’Alceste qui rejoint Charlotte Delbo dans le wagon à bestiaux, est : « Pourquoi redouter tellement la solitude ? Elle est parfois plus riche que la compagnie, et moins décevante14… » Si, par cette posture face à l’isolement, le Misanthrope semble fidèle à Molière, l’imaginaire de Charlotte Delbo fait de lui une présence amicale, laquelle l’encourage à prendre une décision :

  • 15 Ibid., p. 29.

« C’était l’amitié qui avait décidé Alceste à m’accompagner, et j’étais si heureuse d’avoir inspiré un sentiment aussi noble chez cet être de noblesse, que je décidai qu’il fallait placer l’amitié beaucoup plus haut que l’amour, et j’en éprouvai immédiatement plus de bonheur et de fierté15. »

  • 16 Ibid., p. 26.
  • 17 Ibid., p. 35.
  • 18 Delbo C., Qui rapportera ses paroles ? [1966], Paris, P. J. Oswald, 1974, p. 52.
  • 19 Ibid., p. 73.
  • 20 Delbo C. Spectres, mes compagnons, op. cit., p. 26.
  • 21 Ibid., p. 44.

6Et lorsqu’Alceste disparaît à la descente du train, cette résolution se reporte sur ses camarades de déportation : « celles qui n’étaient pas encore mes meilleures amies et qui allaient le devenir, et pour si peu de temps16 […] ont des qualités solides et fraternelles qui sont celles dont on a besoin dans un combat aussi inégal17 ». Cette décision (placer l’amitié plus haut que l’amour), liée à la perte de son mari et inspirée par la compagnie imaginaire d’Alceste, se révèle capitale : à Auschwitz, la survie dépend essentiellement de la solidarité entre prisonniers et de leur capacité à échanger, à se parler. Or, même cette faculté y sera menacée : les voix, d’ordinaire manifestations de corps en vie exprimant leur présence aux autres, se dénaturent. Elles sont assourdies par la neige : « C’est l’air qui change les timbres, la neige qui fait buvard18 », ou transformées par la terreur et « ne sortent pas de gorges humaines19 », quand elles ne sont pas anéanties par une soif si forte qu’elle paralyse l’intégralité de la bouche. Dans le wagon, pour surmonter l’angoisse, Charlotte Delbo invente un dialogue avec Alceste, dont la présence est essentiellement vocale : « Dans l’obscurité silencieuse […] une voix me surprit20. » Cette présentification permet à Charlotte Delbo de garder un lien avec le monde des vivants, ceux du passé comme ceux du présent (ses camarades), affirmant ainsi la fonction sociale énoncée dans l’exergue de Spectres, mes compagnons. Durant plusieurs mois après son retour en France, le phénomène perdure : au cours de sa longue convalescence, les voix parviennent à Charlotte Delbo « de très loin21 », elle les entend sans comprendre ce qu’elles disent. Un matin, une voix l’appelle :

  • 22 Ibid., p. 48.

« Sa voix était sourde, quoique bien nette. Cette voix… Il me semblait la reconnaître. Non je ne la reconnaissais pas. Elle avait un timbre qui remontait d’un temps très lointain, du temps oublié, et elle frappait à ma mémoire, elle faisait tomber la porte de ma mémoire pour s’y engouffrer, pour redevenir réelle. Soudain, elle a pris volume et couleur, couleur et sens. […] Je ne savais pas encore qui elle était, je cherchais, sûre de la reconnaître. Qui est-ce ? Mais qui est-ce ? L’obscurité s’est déchirée d’un coup. “Alceste ! Alceste ! C’est toi22 ?” »

  • 23 Ibid., p. 44.
  • 24 Ibid., p. 50.
  • 25 Seul le premier acte sera monté à cette date. Monter Le Misanthrope relève d’un défi : selon Jean- (...)
  • 26 En témoigne l’ouvrage Molière et la comédie classique, qui regroupe une partie des notes prises au (...)
  • 27 Delbo C., Spectres, mes compagnons, op. cit., p. 20.

7À nouveau, le personnage, par sa présence vocale, fait le lien entre le monde des vivants et celui des morts. Alors qu’elle se trouve en « suspension d’existence23 », la voix d’Alceste la réveille, la ramène à la vie. En l’identifiant, son environnement reprend forme : « tout m’était enfin rendu24 », dit-elle, « j’étais revenue ». Cette « reconnaissance » de la voix d’Alceste m’a interpellée, car en tant que personnage, il n’a pas de voix propre. Il est probable que Charlotte Delbo lui attribue celle d’un comédien qui l’incarne. Louis Jouvet n’a pas monté Le Misanthrope25 avant 1942, mais nombre de fois son assistante l’a entendu dire ce texte au Conservatoire26. De plus, selon elle, Alceste peut exister grâce à Jouvet : « Mais pourquoi avoir […] quitté Jouvet, lui qui pouvait te permettre de revivre, de te réincarner dans notre époque27 ? » Puis, quand Alceste disparaît au sortir du train, elle se l’explique par son retour auprès du patron, et l’espace d’une seconde, voit leurs deux ombres se confondre. Ainsi, il semble qu’Alceste lui parle par l’intermédiaire de la voix de Louis Jouvet.

8La voix du patron comme lien à la vie est un motif récurrent dans les écrits de Charlotte Delbo. Un jour d’été 1944, à Ravensbrück, elle se retrouve dans un groupe où elle ne connaît personne et dont la destination est inconnue. Cherchant une issue pour rejoindre ses amies sans lesquelles il lui est impossible de survivre, elle entend tout à coup une voix :

  • 28 Delbo C., Une connaissance inutile [1970], Paris, Éditions de Minuit, 2012, p. 131.

« soudain, dans un de ces éclairs comme on en a dans les rêves, j’entends la voix de Jouvet, à sa classe du Conservatoire, Jouvet disant à un élève qui avance sur l’estrade et attaque sa scène : “Non. Recommence. Tu n’es pas entré. Entre. Et attends. Voilà. Mets-toi en place. Bien. Ne bouge plus. Installe-toi. Tu es en place. Maintenant, tu peux parler. Et nous, nous savons que tu as quelque chose à dire. Maintenant, on va t’écouter. Maintenant, on sait que tu vas parler.” Mets-toi en place. Installe-toi. Les trois SS étaient en place. À leur dos, à leurs bottes, à leurs épaules, j’ai su qu’elles entamaient une conversation et qu’elles ne bougeraient pas. Elles étaient installées. Alors, vite, je bondis hors du rang28 ».

  • 29 Je reprends ici les termes de Primo Levi, lorsqu’il redécouvre des paroles de Dante pourtant sues (...)

9Cette parole de Jouvet issue d’une vie antérieure, resurgit comme par effraction dans l’esprit de Charlotte Delbo. Faisant preuve d’une « fulgurante intuition29 », elle la réinvestit, l’adapte à sa situation, et ainsi se sauve la vie. Car ici l’élément salvateur n’est pas Louis Jouvet, ni même son discours, mais bien la capacité d’écoute de Charlotte Delbo et sa faculté d’élargir le sens d’une parole, de transposer une situation théâtrale dans sa vie de prisonnière, en somme le « savoirentendre » qu’elle a développé.

10Si l’œuvre de Charlotte Delbo ne présente pas d’autres traces vocales de Jouvet auprès d’elle, leur correspondance en foisonne. L’objet de la première lettre qu’elle lui envoie de Suède, en mai 1945, est saisissant :

  • 30 Delbo C., Lettre à Louis Jouvet datant du 17 mai 1945, BnF, Fonds Jouvet, LJ MN-88 (Delbo).

« Je veux vous dire pourquoi je reviens. Je reviens pour entendre votre voix. J’ai souffert les pires épreuves […] et mes chances d’en sortir étaient minces. […] tout montrait d’évidence que la lutte était vaine. Ma certitude intuitive était fondée sur autre chose. Sur la protection que vous m’apportiez, ma mère et vous, […] vous parce que vous me parliez. J’ai eu avec vous d’extraordinaires conversations. Nous avons parlé de tout et de tous les gens que nous connaissons, Alceste et Hermione, Électre et Dom Juan. […] Aussi quand un jour […] vous m’avez dit “Alors fifille te voilà de retour” et que j’ai entendu votre voix, si exactement timbrée, si bien vôtre (ce n’était pas un rêve et je n’avais pas la fièvre […]), ce jour-là j’ai eu la certitude de revenir et de vous revoir. Du fond des marais d’Auschwitz. Il fallait un acharnement du miracle pour que je revinsse. Je reviens30. »

  • 31 Delbo C., « Entretien avec Jacques Chancel », Radioscopie, 2 avril 1974, www.ina.fr/art-etculture/ (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 Delbo C., Lettre à Louis Jouvet datant du 7 avril 1946, BnF, Fonds Jouvet, LJ MN-88 (Delbo).

11Au cours de cette lettre, la voix de Jouvet apparaît à plusieurs reprises comme une promesse de retour. Premièrement, elle revient dans le but de l’entendre. Deuxièmement, cette présence vocale est garante d’une « protection » – c’est un réconfort au même titre que la pensée de sa mère. Troisièmement, elle a été porteuse d’un présage qui s’est réalisé. Il y a une adresse directe à Charlotte : « Vous me parliez. » Ici la voix ne porte pas une parole issue d’un souvenir, mais constitue le médium d’une projection imaginaire, laquelle est suffisamment solide pour constituer le fil qui la tient en vie. Comme elle le dit à Jacques Chancel31, il s’agit, dans des circonstances extrêmes, de « résister par ce qu’on a dans la tête », puiser dans « les réserves qu’on a dans la tête ». La parole vient au secours de la vie car « c’est la preuve que vous avez encore votre tête », tenir une conversation, « c’est être là32 ». Longtemps après son rapatriement en France, la voix de Jouvet l’accompagne toujours, en témoigne une lettre d’avril 1946 : « Vous n’avez pas besoin de m’écrire, je sais comme vous pensez à moi, je le sais à beaucoup de moments de la journée où soudain vous parlez à haute voix et c’est à moi33. »

  • 34 Delbo C., Spectres, mes compagnons, op. cit., p. 9.
  • 35 Jouvet L., Témoignages sur le théâtre, Paris, Flammarion, 2009, p. 38.
  • 36 Delbo C., Spectres, mes compagnons, op. cit., p. 7.

12Si Louis Jouvet apparaît comme une figure paternelle dont la voix appelle Charlotte Delbo à la vie, peut-on dire qu’il a été un maître pour elle ? La relation maître-élève relève d’un accord tacite impliquant un engagement de part et d’autre. Or ici, Charlotte Delbo recompose des paroles à partir de la voix de Jouvet, mais ce dernier n’est pas directement impliqué dans ce processus. Avant la guerre, leurs rapports sont professionnels, amicaux, mais pas pédagogiques. L’expérience concentrationnaire, en ce qu’elle pousse l’humain à chercher en lui des moyens de défense extraordinaires, lui révèle une proximité avec Jouvet, de pensée mais aussi de façon d’être au monde. En 1951, en rédigeant la longue lettre qu’il ne lira jamais (Spectres, mes compagnons), elle se remémore une conversation échangée à Vallauris en 1939. Jouvet lui pose une question, alors énigmatique : « Est-ce que tu as peur ? […] Je ne parle pas d’un danger, je parle de la peur34. » Dix ans plus tard, elle y décèle une référence au Dom Juan de Molière, pièce qui révèle selon Jouvet « l’angoisse de l’homme vis-à-vis de son destin35 ». Or, c’est à « Vallauris, dans ces semaines de l’été 39 qui ont précédé la guerre », que Charlotte Delbo situe « le début d’un destin36 », le sien. Sa mémoire auditive, ici ajoutée à sa terrible expérience, lui permet de comprendre rétrospectivement la parole de Jouvet et de la relier à son propre destin. À partir d’une simple question sur la peur, elle développe une réflexion plus large et personnelle sur le rapport des hommes au monde.

  • 37 Delbo C., Aucun de nous ne reviendra [1970], Paris, Éditions de Minuit, 2007, 1970.

13À son retour, elle écrit. Jouvet est le premier à qui elle fait lire « Rue de l’arrivée, rue du départ », poème d’ouverture d’Aucun de nous ne reviendra37.

  • 38 Delbo C., Lettre à Louis Jouvet datant du 18 juillet 1946, BnF, Fonds Jouvet, LJ MN-88 Delbo).

« Quelque fois quand vous m’encouragez à travailler je me demande si vous n’aimeriez pas me voir d’autre ambition. Je n’en ai pas. Et si je travaille pourtant c’est surtout avec le secret désir de faire un jour quelque chose que vous approuviez. Ainsi ce livre que je viens d’écrire […] il commence par un long poème que j’ai entendu en l’écrivant – je l’ai si bien entendu que sûrement mon cœur s’arrêterait si un jour vous me le disiez vraiment. Alors, s’il vous plaît lisez-le pendant que vous êtes loin, comme ça au matin en recevant une lettre38. »

  • 39 Delbo C., Radioscopie, op. cit.
  • 40 Le Monde, 12 février 1975.

14Humblement, Charlotte Delbo espère que son texte rencontrera l’approbation de Jouvet. Mais bien qu’il lui conseille de le retravailler, elle n’en fera rien. Dans le schéma classique de la relation maître-élève, l’élève rompt avec le maître lorsqu’il le dépasse. Ici, à peine pareille relation est-elle esquissée, qu’aussitôt elle cesse. De l’expérience d’Auschwitz, Charlotte Delbo a acquis une force qui dépasse Jouvet, en atteste, semble-t-il, ce qu’elle lui dit à son retour en 1945 : « Savezvous quand j’étais là-bas, je disais “si je rentre je n’aurai plus peur de Jouvet39” ? » Davantage que la demande de cet avis qui ne sera pas suivi, la lettre met en exergue, à nouveau, l’importance de sa voix. À demi-mot, Charlotte Delbo lui fait comprendre qu’elle projette sa voix dans l’interprétation du texte. Or, dans une interview de 1975, elle déclare : « Quand j’écris, mes personnages se déplacent et agissent devant moi sur une scène imaginaire. J’entends leur parole, j’écris à haute voix. La même revient chaque fois que j’écris sur Auschwitz… je ne saurais dire pourquoi40… » Plus que l’opinion ou la pensée de Jouvet, c’est sa voix qui la guide, encore et toujours. Jouvet est certes professeur, maître reconnu du théâtre, mais il est au préalable un acteur, pour qui la voix n’est pas un simple outil par lequel se matérialise le discours, mais la présence corporelle de l’orateur, laquelle donne au propos un contenu sensible.

  • 41 Jouvet L., « Théâtre et langage », La Table ronde, 3e Cahier, Paris, Broché, 1945, p. 26-27.

« Quand l’acteur sonorise, profère ce vers ou cette phrase, il atteint le public par un incompréhensible émoi dans lequel l’intelligibilité n’est même plus en question. Alors le spectateur entend ce vers, non plus dans son sens immédiat mais dans sa puissance créatrice41. »

15La voix de Louis Jouvet est son empreinte sonore, en tant qu’être humain et comédien. Lorsque Charlotte Delbo l’entend, il s’agit parfois d’un souvenir qu’elle se remémore mais souvent, les paroles perçues n’ont jamais été prononcées par Jouvet. À partir de sa voix, médium d’une expérience sensorielle souvent plus significative que le discours, elle recrée un contenu intellectuel, nécessaire à la survie ou à la production artistique.

16Ceci nous semble-t-il, illustre ce que Jouvet dit en 1949 :

« Le théâtre est fait pour apprendre aux gens qu’il y a autre chose que ce qui se passe autour d’eux, que ce qu’ils croient voir ou entendre, qu’il y a un envers à ce qu’ils croient l’endroit des choses et des êtres, pour les révéler à eux-mêmes, pour leur faire deviner qu’ils ont un esprit et une âme immortels. »

17Comment ? De quelle façon ? Ceci ne me regarde plus, ou plutôt cela me regarde, mais en tant qu’intermédiaire.

  • 42 Delbo C., Radioscopie, op. cit.

18Jouvet se dit « intermédiaire » du théâtre par lequel on peut apprendre quelque chose de la vie. Il n’est pas le maître de Charlotte Delbo en ce qu’elle ne s’en remet pas à lui, en ce qu’elle est indépendante de son jugement. Il est un initiateur, son référent théâtral, et leur rencontre est capitale : elle choisit de dédier une grande partie de son œuvre au théâtre car pour elle, « c’est à la scène qu’on entend les paroles proférées42 ». La mise en voix du discours permet d’accéder aux différents sens de l’œuvre (ou de l’expérience vécue) : voilà l’enseignement que Charlotte Delbo a tiré de sa relation avec Jouvet.

Notes

1 À l’occasion de la sortie de Molière et la comédie classique, extraits de cours de Jouvet au Conservatoire qui ne mentionne pas son nom, Charlotte Delbo, peinée, souligne l’importance de son travail à Jean-Paul Jouvet (fils de Louis Jouvet et son ayant droits), lettre du 7 novembre 1965, association « Les Amis de Charlotte Delbo ».

2 Je reprends ici une expression de Jean-Marc Loubier, biographe de Louis Jouvet. Loubier J.-M., Louis Jouvet, le patron, Paris, Ramsay, 2001, p. 147.

3 Ibid.

4 Delbo C. Spectres, mes compagnons, Paris, Berg International, 1995, p. 5.

5 À ce sujet, voir l’article de Chiappone-Luchesi Magali, « L’intrusion de Giraudoux dans l’écriture de Charlotte Delbo », in Page C., Écritures théâtrales du traumatisme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 85-96.

6 Delbo C, Spectres, mes compagnons, op. cit., p. 7.

7 Ibid., p. 28-29.

8 Ibid., p. 30.

9 Ibid., p. 7.

10 Chapsal M., « Rien que des femmes », Entretien avec Charlotte Delbo, L’Express, no 765, 14-20 février 1966, p. 76.

11 Delbo C., Spectres, mes compagnons, op. cit., p. 7.

12 Ibid., p. 38.

13 Ibid., p. 39.

14 Ibid., p. 27.

15 Ibid., p. 29.

16 Ibid., p. 26.

17 Ibid., p. 35.

18 Delbo C., Qui rapportera ses paroles ? [1966], Paris, P. J. Oswald, 1974, p. 52.

19 Ibid., p. 73.

20 Delbo C. Spectres, mes compagnons, op. cit., p. 26.

21 Ibid., p. 44.

22 Ibid., p. 48.

23 Ibid., p. 44.

24 Ibid., p. 50.

25 Seul le premier acte sera monté à cette date. Monter Le Misanthrope relève d’un défi : selon Jean-Marc Loubier, Jouvet ne projette aucun comédien dans le rôle d’Alceste, à part peut-être lui-même, mais lorsque l’occasion se présente en 1950, il s’estime trop vieux.

26 En témoigne l’ouvrage Molière et la comédie classique, qui regroupe une partie des notes prises au Conservatoire par Charlotte Delbo, entre 1939 et 1940. Jouvet L., Molière et la comédie classique, Paris, Gallimard, 1965.

27 Delbo C., Spectres, mes compagnons, op. cit., p. 20.

28 Delbo C., Une connaissance inutile [1970], Paris, Éditions de Minuit, 2012, p. 131.

29 Je reprends ici les termes de Primo Levi, lorsqu’il redécouvre des paroles de Dante pourtant sues par cœur. Levi P., Si c’est un homme [Julliard, 1987], Paris, Pocket, 1988, p. 123.

30 Delbo C., Lettre à Louis Jouvet datant du 17 mai 1945, BnF, Fonds Jouvet, LJ MN-88 (Delbo).

31 Delbo C., « Entretien avec Jacques Chancel », Radioscopie, 2 avril 1974, www.ina.fr/art-etculture/littérature/audio/phf06046320/charlotte-delbo.fr.htlm.

32 Ibid.

33 Delbo C., Lettre à Louis Jouvet datant du 7 avril 1946, BnF, Fonds Jouvet, LJ MN-88 (Delbo).

34 Delbo C., Spectres, mes compagnons, op. cit., p. 9.

35 Jouvet L., Témoignages sur le théâtre, Paris, Flammarion, 2009, p. 38.

36 Delbo C., Spectres, mes compagnons, op. cit., p. 7.

37 Delbo C., Aucun de nous ne reviendra [1970], Paris, Éditions de Minuit, 2007, 1970.

38 Delbo C., Lettre à Louis Jouvet datant du 18 juillet 1946, BnF, Fonds Jouvet, LJ MN-88 Delbo).

39 Delbo C., Radioscopie, op. cit.

40 Le Monde, 12 février 1975.

41 Jouvet L., « Théâtre et langage », La Table ronde, 3e Cahier, Paris, Broché, 1945, p. 26-27.

42 Delbo C., Radioscopie, op. cit.

Auteur

Doctorante en études théâtrales et prépare une thèse sur les différentes démarches d’apprentissage du théâtre, au sein de relations maître-élève comme dans des dispositifs d’autoformation. Elle a publié « Le théâtre étudiant, un moyen alternatif de formation ? Focus sur une association rennaise : L’Arène Théâtre », U-Culture(s), université de Bourgogne, 2013. Ses champs de recherche : histoire de l’acteur et de sa formation. Relation maître-élève et relation metteur en scène-acteur. Théâtre universitaire.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site