Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Delbo

 | 
Christiane Page

2. Écriture et témoignage : « Chacun témoigne avec ses armes. »

Extraits de tables rondes : interpréter l’histoire1

Catherine Coquio, Judith Lyon-Caen et Annette Wieviorka

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Annette Wieviorka : Cette table ronde est consacrée à la grande question que pose l’œuvre de Charlotte Delbo : celle du rapport entre l’histoire, le témoignage et la littérature. Pour réfléchir à cette question, deux universitaires ont accepté de se joindre à nous : Judith Lyon-Caen, maître de conférence à l’E. H. E. S. S, historienne, spécialiste des rapports qu’entretiennent histoire et littérature et Catherine Coquio, professeur de littérature comparée à l’université Paris VII, qui a beaucoup écrit sur la littérature de témoignage des catastrophes.

Judith Lyon-Caen : Les écrits comme ceux de Charlotte Delbo apparaissent comme un défi pour l’historien, car ils ne documentent pas seulement le passé : ils regardent l’histoire, le temps qui passe ; ils saisissent ce qui a lieu, l’événementialité, la catastrophe ; plus encore, ils constituent le passé comme une présence qui ne passe pas, qui revient, qui est là, parce que ce qui a eu lieu demeure présent mais aussi parce qu’il y a des ...

Auteurs

Professeur de littérature comparée à Paris 7, membre du Cerila, associée au Centre de recherches littérature, philosophie et morale à l’ENS-Ulm. Auteur de : Rwanda. Le réel et les récits (2004) ; L’Art contre l’art : Baudelaire, le « joujou » moderne et la « décadence » (2006) ; L’Enfant et le génocide. Témoignages sur l’enfance pendant la Shoah (avec A. Kalisky, 2007) ; Le Leurre et l’espoir. De Theresienstadt au block des enfants de Birkenau (2013), La Littérature en suspens. Œuvres-témoignages (2014). A édité plusieurs collectifs dont Parler des camps, penser les génocides (1999), L’Histoire trouée : négation et témoignage (2003) ; Littérature et histoire en débats (2013) ; Roms, Tsiganes, Nomades : un malentendu européen (avec J. L. Poueyto, 2014). Dirige la collection « Littérature, Histoire, Politique » chez Garnier avec L. Campos et E. Bouju. Article « La Tendresse d’Antigone » dans le collectif Delbo dirigé par P. Mesnard et E. Ruffini.
Maîtresse de conférences à L’EHESS, membre du GRIHL (Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire). Ses travaux portent sur les usages de la littérature au XIXe siècle (Les Usages du roman au temps de Balzac, 2006) et sur les relations entre savoir historique et écrits littéraires (avec Dinah Ribard, L’Historien et la littérature, 2010). Elle s’intéresse également à l’histoire de la qualification testimoniale de la littérature et à l’œuvre de Michel Borwicz.
Historienne. Elle a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire et la mémoire de la Shoah (L’Ère du témoin, 1998 ; À l’intérieur du camp de Drancy (avec Michel Laffitte, 2012) et sur le communisme (Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez, 2010). Elle a découvert l’œuvre de Charlotte Delbo en travaillant à sa thèse (Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Plon, 1992 ; rééditions Hachette Pluriel 1995, 2003, 20013). Auteure du scénario de l’exposition du pavillon français d’Auschwitz, elle a choisi Charlotte Delbo pour y représenter la déportation résistante.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540