Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Delbo

 | 
Christiane Page

2. Écriture et témoignage : « Chacun témoigne avec ses armes. »

Parler du passé comme s’il était présent, déploiements de l’espace-temps du témoignage chez Charlotte Delbo au travers de ses hypotyposes

Paul Bernard-Nouraud

Résumé

L’objet de cet article est de montrer comment l’écriture testimoniale de Charlotte Delbo s’articule autour d’hypotyposes qui font advenir au présent l’expérience chronologiquement passée des camps. Cette façon de « donner à voir » par l’écrit permet de déployer des espaces de temps où les multiples voix du témoignage, parmi lesquelles celle de Delbo, parviennent à trouver leur place.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il y a les gens qui arrivent. Ils cherchent des yeux dans la foule de ceux qui attendent ceux qui les attendent. Ils les embrassent et ils disent qu’ils sont fatigués du voyage.
Il y a les gens qui partent. Ils disent au revoir à ceux qui ne partent pas et ils embrassent les enfants.
Il y a une rue pour les gens qui arrivent et une rue pour les gens qui partent. Il y a un café qui s’appelle « À l’arrivée » et un café qui s’appelle « Au départ ».
Il y a des gens qui arrivent et il y a des gens qui partent.

Mais il est une gare où ceux-là qui arrivent sont justement ceux-là qui partent
une gare où ceux qui arrivent ne sont jamais arrivés, où ceux qui sont partis ne sont jamais revenus.
c’est la plus grande gare du monde. […]

Ils ne savent pas qu’à cette gare-là on n’arrive pas.
Ils attendent le pire – ils n’attendent pas l’inconcevable.
[…]

La gare n’est pas une gare. C’est la fin d’un rail. Ils regardent et ils sont éprouvés par la désolation autour d’eux.
[…]

Il y a ceux qui viennent de Varso...

Auteur

École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris ; Centre de recherche sur les arts et le langage : CRAL. Doctorant en théorie de l’art à l’EHESS, Paul Bernard-Nouraud est diplômé en sciences politiques, en histoire de l’art et en théorie du théâtre. Il a publié Les Ombres solitaires. Essai sur la pièce de théâtre Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès (Paris, Pétra) et récemment Figurer l’autre. Essai sur la figure du « musulman » dans les camps nazis (Paris, Kimé/Bruxelles, Fondation Auschwitz).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540