Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Delbo

 | 
Christiane Page

2. Écriture et témoignage : « Chacun témoigne avec ses armes. »

Ce poète qui nous avait promis des roses… (Sur une situation de la poésie de Charlotte Delbo)

Nathalie Froloff

Résumé

La trilogie de Charlotte Delbo propose une véritable refondation de la poésie moderne grâce à la présence de nombreux fragments poétiques entremêlés de prose. Si Delbo se réfère à Claudel (par le jeu des répétitions et le sens du rythme) et à Apollinaire (par le choix du vocabulaire, la présence du « vous » et la structure des vers), elle revendique désormais le refus des illusions et des mensonges, et cherche un nouveau langage : loin des roses éclatantes de l’ancienne poésie, elle tâche d’exprimer notre part d’humanité, à travers une poésie dialogique qui annonce le choix du théâtre à venir.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son entretien avec Madeleine Chapsal pour L’Express, Charlotte Delbo disait :

« Avec le premier livre [Aucun de nous ne reviendra], j’ai tenté de faire œuvre littéraire. Certains ont dit que la déportation ne pouvait pas entrer dans la littérature, que c’était trop terrible, que l’on n’avait pas le droit d’y toucher. Dire ça, c’est diminuer la littérature, je crois qu’elle est assez grande pour tout englober. Un écrivain doit écrire sur ce qui le touche. J’y suis allée, pourquoi n’aurais-je pas le droit d’écrire là-dessus ce que j’ai envie d’écrire ? Il n’y a pas de mots pour le dire. Eh bien ! Vous n’avez qu’à en trouver – rien ne doit échapper au langage1. »

Pour écrire cette expérience, il convient donc paradoxalement de réintroduire la littérature, tout en gardant à l’esprit que cette littérature du désastre est toujours destinée à être en quête d’elle-même, à interroger ses conditions de possibilités, voire ses limites. Cette aporie – ou antinomie – de la « plus grande tragé...

Auteur

Maîtresse de conférences à l’université François-Rabelais de Tours (IUT). En 2001, elle a soutenu une thèse à Paris 4 sur La NRF de l’entre-deux-guerres sous la direction de Jean-Yves Tadié (à paraître chez Champion), et a élargi son champ de recherche à la littérature contemporaine (en particulier Annie Ernaux) et à la photographie.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540