Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Delbo

 | 
Christiane Page

2. Écriture et témoignage : « Chacun témoigne avec ses armes. »

La trilogie de Charlotte Delbo au regard du mythe d’Orphée

Valérie Le Bourdonnec

Résumé

Charlotte Delbo semble se situer aux antipodes de la mythologie et de son imaginaire. Femme engagée dans la réalité de son siècle et particulièrement celle de la déportation, elle a consacré une grande partie de ses écrits à dire, à vociférer Auschwitz. Cependant de nombreux parallèles apparaissent à la lecture de la trilogie Auschwitz et après notamment avec l’un des mythes les plus constitutifs de la littérature : celui d’Orphée. Partant de l’histoire de la résistante qu’a été Charlotte Delbo cet article veut s’attacher aux points communs entre ce personnage mythologique et cette résistante, déportée certes mais surtout femme de lettres dont l’œuvre semble avoir été écrite sous le regard du poète des poètes.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il peut sembler étonnant qu’une œuvre aussi marquée par son époque que celle du cycle d’Auschwitz de Charlotte Delbo puisse être reliée à Orphée, figure allégorique du lyrisme, personnage mythologique donc intemporel et par ce fait dégagé des réalités historiques. Cependant bien des liens peuvent être tissés entre ce mythe raconté par Ovide1 et plus tard par Virgile2. Mythe éternel de l’amour malheureux sous l’égide de Éros et Thanatos, l’histoire d’Orphée ou du moins ce qui correspond à l’épisode de sa descente aux enfers jusqu’à sa mort provoquée par les Ménades, est aussi celle qui raconte le triomphe de l’art sur la mort, de l’art comme « anti-destin » pour reprendre la formule de Malraux, et la puissance de l’amour par delà la mort.

Or, si les écrits de Charlotte Delbo touchent, parlent au lecteur et au spectateur, c’est sans doute parce qu’elle a relevé le défi sémantique de la déportation notamment en renouvelant le mythe fondateur de l’acte créateur, celui du mythe d’Orphée q...

Auteur

Professeur agrégée de lettres modernes en lycée et est aussi étudiante en Études théâtrales à l’université Rennes 2 en master 2 où elle poursuit des recherches sur l’œuvre de Charlotte Delbo.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540