Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fonction consulaire à l'époque moderne

 | 
Jörg Ulbert
, 
Gérard Le Bouëdec

Deuxième partie. La fonction consulaire dans le monde

Consulats et consuls à Cadix au xviiie siècle : une approche

Manuel Bustos Rodríguez

Texte intégral

Les origines

  • 1 Voir Pradells Nadal J., Diplomacia y comercio. La expansión consular española en el siglo xviii, A (...)

1L’institution consulaire nous vient de loin. Le dynamisme et l’internationalisation du commerce la transforment à l’époque moderne, même si les autorités des pays d’accueil voient d’un mauvais œil la présence de consuls, les considérant en général comme dangereux pour les intérêts nationaux1.

2De par son emplacement privilégié, Cadix attire dès le Moyen Âge un grand nombre de consulats étrangers. Bien que l’on ne sache pas quand le premier d’entre eux s’y est établi, la longue tradition commerciale de la ville laisse à penser qu’il y en avait depuis fort longtemps. Toujours est-il que l’institution y trouva son apogée lors de la découverte de l’Amérique.

3Après quelques années de tâtonnements, la couronne décide d’établir un régime de monopole pour ses relations commerciales avec le Nouveau Monde. En 1503, elle octroie la création de la Casa de la Contratación pour les Indes, organisme responsable de tout ce qui concerne l’organisation des flottes, mais aussi du tribunal de commerce, chargé entre autres des aspects scientifiques des voyages. C’est Séville qui est choisie comme siège. Cadix, bien que mise de côté, allait rapidement bénéficier de sa proximité géographique de la ville officielle du monopole ; d’ailleurs, le temps et les circonstances vont jouer en sa faveur, lui permettant de prendre une place de plus en plus déterminante dans le système monopolistique. C’est justement à partir des années 1670, lorsque Séville perd de son importance, que Cadix devient la véritable tête du monopole. Cela est officialisé par la couronne en 1679. Dorénavant la réussite de Cadix est assurée, et la ville entame un siècle d’or grâce à son commerce d’Outre-Mer.

4Ceci se traduit par trois effets importants et simultanés : la poussée démographique générale de la ville : quelque 41 000 habitants en 1700, 53 000 en 1740, 62 000 en 1765, puis 71 500 en 1786. L’augmentation de son commerce, soit par son volume, soit par le nombre de vaisseaux qui y participent, et, finalement, une immigration continue jusqu’à la fin du siècle, attirée par ce que Cadix peut offrir à ceux qui recherchent la fortune. Parmi ces derniers, il y a un courant presque permanent, bien que variable dans le temps, d’immigrants étrangers.

5Même si ces migrants se consacrent majoritairement aux différentes branches du commerce, il y en a bon nombre dont le métier, bien que lié au commerce, a une autre origine. Parmi eux, se trouvent en fait quantité de domestiques et d’artisans, ou autres cuisiniers, domaine dans lequel les Français et les Italiens semblent d’ailleurs avoir, à l’époque, une excellente réputation.

La présence étrangère

  • 2 Cf. Ozanam D., « La colonie française de Cadix au xviiie siècle d’après un document inédit. 1777 » (...)

6Nos informations sur les colonies étrangères à Cadix demeurent lacunaires, malgré les efforts persévérants des chercheurs durant ces dernières années2. Cette situation est évidemment due à l’état lacunaire des sources, essentiellement constituées de documents fiscaux et de registres d’enrôlement de l’armée. Il faut également prendre en compte les critères des recenseurs, ainsi que leur méconnaissance des fondements statistiques. On ajouterait, dans le cas de notre ville, l’abondance, certainement anormale, d’une population flottante, c’est-à-dire de passage ou temporairement installée, qui n’a pas laissé de trace dans les registres officiels. Pour la cerner, il faut donc recourir à des témoignages indirects. Ce n’est pas seulement le commerce d’Outre-Mer qui l’attire mais, surtout, le monopole. Il oblige ceux qui veulent faire du négoce ou voyager en Amérique de passer par ce port, d’y faire escale, ou de s’installer dans la ville un certain temps en attendant le départ de la flotte ou d’un bateau faisant l’itinéraire isolé.

7Les chiffres en provenance des recensements et des actes notariaux ne sont certainement pas fiables, mais permettent tout de même de tabler sur une population généralement stable et essentiellement constituée d’hommes. Malgré leurs défauts, ils peuvent sans doute nous servir à approcher une réalité si importante pour l’histoire de Cadix sous l’Ancien Régime, une ville qui est précisément, et non par hasard, identifiée à l’époque à tout ce qui est étranger – pour le meilleur ou le pire, selon les circonstances.

8Quel pourcentage d’étrangers y a-t-il à Cadix par rapport à l’ensemble de la population ? Oscillant dans le temps, il devrait se situer entre 25 et 30 % dans les premières décennies du siècle, et à 5 % vers la fin du xviiie siècle, lorsque la guerre éclate et avec elle la répression contre les étrangers en Espagne. En plein âge d’or de Cadix, on peut estimer la population étrangère de la ville à environ 20 % du total, ce qui, comparé aux autres villes portuaires européennes d’Ancien Régime, est tout à fait considérable.

  • 3 García-Baquero González A., Cádiz 1753 según las Respuesta Generales del Catastro de Ensenada, Mad (...)

9En général, la population étrangère augmente jusque dans les années quatre-vingt-dix (après, le décret de 1791 et ceux qui allaient suivre jusqu’au début du xixe siècle entraînent une baisse irréversible). En revanche, tout au long du siècle, le ratio Espagnols/étrangers bascule progressivement en faveur des Espagnols, dont le nombre augmente beaucoup plus vite que celui des étrangers. Cette évolution s’explique aussi bien par une différence de comportement nuptial (célibat plus répandu parmi les étrangers), que par le nombre d’enfants et la durée de séjour. Mais, d’un point de vue économique, les étrangers gardent manifestement un avantage, tout du moins jusque dans les années 17703.

  • 4 Sancho de Sopranis H., Los Genoveses en Cádiz antes de 1600, Larache, 1939 ; Sancho de Sopranis H. (...)

10Quoi qu’il en soit, on constate à Cadix une diversité de nations. Logiquement, les frontières d’antan de leurs territoires d’origine diffèrent de celles d’aujourd’hui ; quelques territoires ont même disparu, s’étant fondus dans d’autres unités plus vastes. La communauté la plus importante par son nombre est celle des Italiens, notamment des Génois, suivie de celle des Français. Les deux réunies atteignent 80, voire 84 % des étrangers vivant à Cadix au xviiie siècle. Beaucoup plus faibles du point de vue économique que les Français, les Italiens représentent environ 50 % de ces étrangers. L’importance de cette implantation a des racines profondes : des colonies de Génois se sont installées à Cadix dès la Reconquête chrétienne au xiiie siècle, et beaucoup d’entre eux ont commencé très tôt à participer à la vie municipale ainsi qu’au commerce avec la Barbarie (monopole gaditan depuis 1493), servant, quelque temps plus tard, comme liaison commerciale entre la Méditerranée et l’Atlantique4.

  • 5 Lespagnol A., Messieurs de St. Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, 2e éd., 2 vol., R (...)
  • 6 Palacio Atard V., El tercer Pacto de Familia, Madrid, 1945.
  • 7 Tout cela a été très bien décrit par : Lüthy H., La Banque Protestante en France de la Révocation (...)
  • 8 Archivo Histórico Municipal de Cádiz (dorénavant abrégé par AHMC), Sección de Padrones y Censos (d (...)

11La présence française à Cadix est beaucoup plus récente. Ce n’est qu’après 1650 que la colonie s’agrandit, et par le nombre de ses membres, et par son importance économique, préludant celle du xviiie siècle. Le rôle que les Bretons ont joué dans ce processus est bien connu5. La Guerre de Succession d’Espagne et le traité d’Utrecht qui en suivit amènent la colonie française jusqu’au sommet. Les accords de famille entre les deux branches des Bourbon (1733, 1743 et 1761) garantissent des conditions très favorables aux intérêts français en Espagne et, très particulièrement, en ce qui concerne le commerce avec les Indes6. Les Français bénéficient également de l’importance de leur communauté linguistique, ainsi que de leurs liaisons avec les Savoyards, Flamands et, surtout, avec les Suisses. Ces derniers, en marge de leurs métiers traditionnels (les horloges, la confiserie, etc.), leur fournissent des capitaux et leur donnent accès au solide réseau financier dont ils disposent7. La Révolution avec toutes ses conséquences, notamment l’invasion de l’Espagne par Napoléon en 1808, de même que la rupture des liens traditionnels entre la Péninsule et l’Amérique, réduisent la nation à quelque 179 membres vers la fin de la première décennie du xixe siècle8.

12Les autres colonies se partagent le reste, bien que les pourcentages oscillent dans le temps. La communauté portugaise ayant indirectement bénéficié de la paix d’Utrecht est également considérable à Cadix (elle occupe la quatrième place parmi les étrangers en 1713 comme en 1773, et la troisième en 1791). Mais si les Portugais sont importants par leur nombre, leur poids économique (services et capitaux) l’est moins. Au xviiie siècle, aucun d’entre eux ne figure parmi les grands noms du commerce du grand large.

  • 9 Voir : Bustos Rodríguez M., « Andalousie, pré-Amérique flamande », p. 69-90 ; et « Le Consulat des (...)
  • 10 Cf. Crespo Solana A., op. cit.

13Les Flamands, dont la meilleure période à Cadix se situe entre 1650-1713, n’arrivent ni à sortir de la crise que provoquent les accords d’Utrecht en 1713 par le changement de monarchie tutélaire, ni à surmonter la dépression dont leur économie est victime9. Un nombre inconnu d’entre eux va sans doute rejoindre les groupes des Impériaux et des Hollandais. Ils n’occupent donc que la neuvième place (0,62 %) parmi les étrangers en 1791. Et la crise à la fin du siècle les fera pratiquement disparaître de la ville andalouse10.

  • 11 Cf. Crespo Solana A, ibidem et « Viajar para comerciar. La emigración flamenco-holandesa a Cádiz, (...)

14Les Hollandais, qui comptent sans doute un nombre important de Flamands parmi eux, jouent, malgré tout, un rôle beaucoup plus important par leurs services économiques (créanciers, navals, etc.), que par leur nombre, constamment faible (moins de 1 % des étrangers). Cependant, ils bénéficient des accords de Münster (1648), mais leur rivalité traditionnelle avec les Espagnols, et leurs origines religieuses (calvinistes pour la plupart), leur interdisent finalement d’augmenter l’effectif de leur colonie, déjà brimé par les limites démographiques de la Hollande et ses problèmes économiques de l’époque11.

  • 12 Marmolejo López Mª I. et Pascua Sánchez J.-M., op. cit., p. 1209-1229 ; cf. Lario de Oñate Ma C., (...)

15La même relation qui lie Flamands et Hollandais semble lier Irlandais et Britanniques. Les premiers, autrefois gâtés par la couronne espagnole, prennent une place importante, notamment dans le commerce, au cours du xviiie siècle. Leur catholicisme, tout comme leur proximité des sources économiques anglaises, leur permettent de jouer un important rôle dans l’économie de Cadix. Ils vont même jusqu’à constituer un véritable lobby dans le secteur commercial. En revanche, ils servent aussi quelquefois de plate-forme aux intérêts britanniques dans le commerce hispano-américain. Grâce à cela et aux accords d’Utrecht, les Anglais, rivaux autant économiques que politiques des Espagnols, exercent une influence plutôt commerciale que numérique, dépassant rarement la vingtaine de ressortissants enregistrés12. Après la prise de Gibraltar, en 1702, le port du rocher s’avère être une base magnifique pour la contrebande anglaise dans la région.

  • 13 AHMC, SPC, nº 6971. Voir aussi Weber K., op. cit., p. 28-36.

16Les différentes unités politiques qui composent l’Allemagne actuelle sont également présentes à Cadix. Qu’il s’agisse de ressortissants des villes hanséatiques, de la Prusse ou du Hanovre, les Allemands peuvent parfois être nombreux à Cadix (par ex. plus de 150 en 1794)13. Les Autrichiens, auxquels il faut ajouter les Bohémiens et les Hongrois, pour arriver à la catégorie que les enregistreurs appellent dans leurs recensements les « Impériaux », ne sont en revanche que très minoritaires (1,44 % des étrangers en 1773).

  • 14 Bustos Rodríguez M., « La colonia comercial sueca », op. cit., p. 154-160. ; Carrasco G., « Cádiz (...)

17La présence des Scandinaves, à l’exception des Suédois, ne semble également pas être permanente tout au long du xviiie siècle. Comparé aux Danois et Islandais, le groupe des Suédois allemands, c’est-à-dire quelques familles de commerçants en provenance de Stralsund, est sans doute le plus important et le plus actif, notamment pendant les dernières décennies du siècle14.

  • 15 Vassallo C., op. cit., non paginé.
  • 16 Sancho De Sopranis H., « Los armenios en Cádiz », Sefarad, Madrid, nº 14, 1954, p. 295-314 ; Pascu (...)
  • 17 AHMC, SPC, Padrón de 1713, nº 1003.

18De petites nations en provenance du monde méditerranéen, parfois difficiles à identifier, sont également présentes à Cadix. Ainsi les Maltais tiennent une place importante dans le petit commerce de la ville15. À ceux-ci s’ajoutent quelques ressortissants des autres grandes îles méditerranéennes (la Corse, la Sardaigne, la Sicile) qui, au gré des mutations géopolitiques, changent de catégorie (la Corse par ex. passe sous le contrôle de la Savoie en 1720, puis dès 1768 sous celui de la France). Quelques Grecs, parfois d’origine anatolienne, sont également recensés à Cadix, certains d’entre eux devenant de très influentes individualités dans le commerce (Flagela, Capitanache)16. Un groupe de dix Arméniens figure également au recensement de 171317.

19Pour le reste, ce sont des groupes très minoritaires : quelques Russes, Polonais, Chinois et même des Nordaméricains, dont la présence ne couvre pas toujours le siècle entier. S’y ajoutent quelques individus isolés, représentatifs de pays ou d’ethnies. On en voit de toutes sortes : noirs, créoles, par-dos, morenos, etc., quelquefois identifiés par leur région d’origine : l’Angola, le Congo, le Cap Vert, la Guinée ; ou bien, la Turquie et le Maghreb. Pour la plupart, ce sont des esclaves libérés (ceux qui étaient encore au service d’un maître ne figurent en général pas dans les recensements). Des Gitans (22 en 1713) et des Maures y sont aussi enregistrés.

La représentation consulaire : les fonctions

20C’est cette présence permanente de colonies étrangères ainsi que l’importance économique de la ville qui demandent la création de consulats à Cadix. Mais lesquelles, parmi les nombreuses nations, ont décidé de s’y doter de cette institution ?

  • 18 Bustos Rodríguez M., Un comerciante saboyano en el Cádiz de Carlos II : Las Memorias de Raimundo d (...)
  • 19 AHMC, SPC, Padrón de 1713, nº 1003.

21Malgré les difficultés inhérentes aux lacunes documentaires, nous avons pu réunir quelques témoignages. Le commerçant savoyard Raimundo de Lantery, qui séjourne à Cadix pendant plus de trente ans, ne cite, vers 1673, que cinq consuls ou représentants : à savoir ceux de Gênes, de France, d’Angleterre, des Flandres/Pays-Bas et de Hambourg18. Bien que ces nations soient depuis longtemps présentes dans la baie de Cadix, cette liste de consuls n’est sans doute pas complète. Plus prolifique, le recensement de 1713 en mentionne huit : Gênes, les Flandres/Pays-Bas, l’Angleterre (qui y figure avec deux consuls, dont un était vraisemblablement chargé de l’Irlande), la France (cette fois-ci renforcée par deux chanceliers), ainsi que Venise, le Danemark et la Suède (également dotée d’un vice-consul)19.

  • 20 Lista de los nacionales extrangeros y otras personas que gozan del fuero militar de guerra en esta (...)

22Une liste spécifique des commerçants, mais datant de 1765, nous dresse également celle des représentations des nations à Cadix20. Les informations les plus complètes nous sont fournies sur la communauté française. Son auteur est Antonio Puyabry, le « Consul General de Francia en Andalucía, residente en Cadiz ». Mais il y en a d’autres : des consuls de Malte, de Gênes, des villes hanséatiques, du Danemark-Norvège, de Sicile, de Suède et de Hollande. Le reste des nations représentées a un majordome-député (l’Antigua Nación Flamenca) ou un député (la Grande-Bretagne) au lieu d’un consul. Dans les cas français et génois, la responsabilité de leur consul s’étend à toute l’Andalousie. Le document reconnaît aussi d’autres nations existantes à Cadix, mais dont le consul n’habite pas dans la ville (la Bavière, la Suisse, la Bohême, la Sardaigne, l’ » Allemagne », Venise et la Toscane).

  • 21 Sur ce consul et les représentants de la France en général, il est obligatoire de consulter l’ouvr (...)

23Après, il faut aller plus loin, jusque dans les années 1770, pour avoir de nouvelles informations. Le projet royal d’un impôt universel annuel sur les revenus personnels, et les réactions qu’il suscite parmi les communautés étrangères, nous permet à nouveau d’approcher le milieu consulaire à Cadix. Y entretiennent maintenant des consuls : la France (dont le consul Puyabri joue un rôle décisif21), Malte, Hambourg, le Danemark, Naples-Sicile, la Suède et la Hollande ; auxquels il faut ajouter : la Russie, l’Empire, la Prusse et la Sardaigne. La Grande-Bretagne y est en revanche représentée par un proconsul. Ni la Flandre, ni Gênes, pourtant dotées d’une longue tradition consulaire à Cadix, y ont à ce moment un consulat. L’Irlande est également absente.

24Malgré l’émancipation des colonies espagnoles, Cadix conserve, au-delà de 1830, un certain nombre de représentations consulaires, même si le rôle que pouvaient jouer ces consuls était, après la perte des territoires d’Outre-Mer, d’une nature bien différente.

  • 22 Bustos Rodríguez, « Andalousie, pré-Amérique flamande », op.cit., p. 69-90.

25Une première constatation peut donc être faite : la totalité du corps consulaire est, au gré des événements politiques et économiques, composée de huit à douze consuls, même si chaque nation ne les désigne pas de cette manière. Parfois on utilise d’autres appellations, comme celle, déjà rencontrée, de proconsul, ou bien celles de commissaire, de commissaire-majordome ou encore celle de député. On constate également des différences dans l’aire géographique couverte par ces consuls : il y en a – c’est la grande majorité – dont les attributions ne dépassent par la ville de Cadix, mais il y en a également d’autres, comme les Français, dont l’autorité couvre toute la région andalouse. D’autres encore, comme le consulat flamand, semblent avoir des attributions intermédiaires : bien que siégeant dans la ville de Cadix, leur juridiction va au-delà, incluant les populations de la baie de Cadix et s’étendant même jusqu à Jerez, à l’intérieur des terres22. En revanche, certaines communautés, bien qu’établies depuis longtemps à Cadix, telles que les Génois ou les Flamands, perdent leurs représentants pour des raisons politiques ou économiques, tandis que d’autres – comme les Prussiens par exemple – veulent au contraire manifester leur importance à travers leur représentation. Quelquefois, elles se font représenter par le ressortissant d’un pays tiers – comme les Russes par exemple.

  • 23 Un tableau sur les fonctions des consuls espagnols dans Pradells, op. cit., p. 56.
  • 24 Mémoire touchant le commerce, dans Sée H., Documents sur le commerce de Cadix (1691-1752), Paris, (...)
  • 25 Cité par Chamboredon R., Fils de soie sur le théâtre du commerce. La maison Gilly-Fornier à Cadix (...)

26L’organisation des services ainsi que les compétences et les pouvoirs conférés aux consuls varient également23. Le consulat le mieux organisé au niveau administratif est, sans contestation possible, celui de la France. Cela est dû, d’une part au niveau de développement de l’administration française, mais également à l’importance des intérêts économiques français à Cadix. Au début des années 1690, les exportations françaises en destination de Cadix avoisinent déjà dix millions de pesos par an, dont 75 % sont réexportées vers les Amériques ; et les bénéfices relatifs aux marchandises françaises atteignaient 12 à 15 % dans la Péninsule, et 40 à 50 % en Amérique24. Beaucoup plus tard, en 1782, le commerçant français Barthélemy Fornier rappellera que la ville andalouse sera toujours un beau champ qui ne pourra devenir fertile que par le concours des fonds, des amis, de la réputation, des voyages et des talents25.

  • 26 Mézin A., op. cit.
  • 27 Ibidem, p. 3.

27Malgré la diversité de l’origine des consuls français au xviiie siècle26, l’administration confie la place de Cadix à des agents réputés. C’est le cas de Pierre Bigodet-Desvarennes, consul entre 1748 et 1757, qui auparavant avait occupé le poste de consul à Alicante (1714-1738), ainsi que d’agent de la marine et du commerce à Madrid de 1738 à 1748. Et c’est surtout le cas de Hardy Duplessis de Mongelas, consul à Cadix de 1775 à 1792, et arrivant à ce poste après une longue expérience comme représentant des intérêts français dans différents pays d’Europe27.

  • 28 Archives du Ministère des Affaires étrangères (Nantes) (dorénavant abrégé par AMAE), Cadix-Consula (...)

28Au-delà du prestige du consulat lui-même, ce sont les bénéfices économiques qui rendent attirante la place de Cadix. Au contraire de ce qui se pratique dans la plupart des consulats français, c’est-à-dire l’assignation d’un salaire au poste, le consul dans la ville andalouse est rémunéré par 60 % des droits consulaires sur les navires et leurs marchandises, par les droits de chancellerie et par les appointements attachés à la place. D’ailleurs, le consulat possède son propre personnel : un vice-consul, un chancelier-secrétaire, un aumônier et quelques employés (un prévôt et des commis)28. S’y rattachent également les deux députés qui représentent la nation. Ils sont élus au cours de l’une des deux séances obligatoires de leur assemblée. Représentant en réalité les tout-puissants négociants, ils jouissaient d’une grande autonomie par rapport au consul.

  • 29 Mézin A., op. cit., p. 3 et 32-44.
  • 30 AMAE, Cadix-Consulat, carton nº 13 (Dépêches du Ministère de la Marine, 1780-1781).

29Les fonctions du consul français, octroyées en 1681, 1778 et 1781, sont très variées29. En général, il s’oblige autant à représenter qu’à défendre les droits des Français dans la ville et le territoire qui lui sont assignés. À Cadix, ce travail est surtout lié au commerce et à la navigation. Interlocuteur privilégié des capitaines et patrons de son pays, c’est à lui de surveiller les passeports, les patentes de santé, les rôles d’équipage et les visites des autorités douanières espagnoles aux navires français de sa propre présence. Il verse également l’argent nécessaire lorsque quelqu’un des sujets du roi de France doit être rapatrié pour cause de maladie, désertion ou accusation. Par ailleurs, il s’occupe aussi bien des navires endommagés que des malades. Ces derniers pouvaient être nombreux en période de guerre, faisant quelque fois déborder le port de Cadix, et mettant à rude épreuve les finances consulaires. Pour affronter ces besoins extraordinaires, le consul se voit alors épaulé par les très puissantes maisons de commerce françaises sur place30.

  • 31 AMAE, Cadix-Consulat, carton nº 24 et nº 206.

30À l’aide des députés de la nation, il jouit à Cadix d’une certaine autorité judiciaire en matière civile et criminelle. La décision lui appartient dans les cas de peu d’importance (demandes de réparation, peines pécuniaires, etc.). Si l’affaire est plus sérieuse et fait encourir la réclusion d’un sujet, son éloignement ou exclusion de la nation, le consul se borne à informer les autorités compétentes qui doivent le juger en dehors de la ville. La majorité de ces litiges sont des affaires qui concernent simultanément un Espagnol et un Français, ou des affaires qui sont traitées en second appel par la justice espagnole. Le consul doit également maintenir l’ordre parmi ses nationaux, notamment ceux qui débarquent à Cadix et n’y restent que peu de temps. À travers sa chancellerie, le consul intervient dans tout ce qui concerne les successions (inventaire des biens, ratification d’actes notariés), ayant de ce fait un pouvoir considérable dans le domaine du privé31.

31Mais, comme tous les autres consulats étrangers, celui de la France a aussi des fonctions non officielles. Il s’occupe à glaner des renseignements plus au moins secrets, se livrant à de l’espionnage sur des sujets aussi bien politiques qu’économiques (l’état des marchés, le départ des flottes, les prix, etc.). Les informations ainsi obtenues sont communiquées à l’ambassadeur ainsi qu’au ministère de la Marine.

32D’après les ordonnances de 1728, le consul (ou le vice-consul à sa place) doit présider les assemblées de la nation à la maison consulaire, et cela au moins une fois tous les trois mois. Le rôle des négociants y est décisif, les débats portant essentiellement sur l’attitude des Espagnols en matière de commerce. On évoque aussi la vie particulière de la communauté française à Cadix : l’élection des députés, l’organisation de fêtes ordinaires (par ex. le patronage de Saint Louis) et extraordinaires, la distribution des aumônes aux membres les plus pauvres, notamment lors de jours de fête. Mais, malgré cette importante participation des nationaux aux assemblées, seul le consul dispose d’un pouvoir d’exécution.

  • 32 Voir de nombreux exemples dans : AMAE, Cadix-Consulat, nº 257-260.

33L’assiduité aux assemblées est difficile à évaluer. Des témoignages indirects suggèrent que malgré l’obligation légale de s’y rendre, l’assistance, hormis pour quelques séances importantes, est souvent clairsemée. La place prépondérante accordée aux problèmes commerciaux signifie qu’une bonne partie de la colonie ne se sent pas concernée. Quelquefois (le 30 décembre 1780 par ex.), la réunion doit même être retardée, faute de participants. À d’autres moments, l’assemblée prend des décisions affectant l’ensemble de la nation, et qui sont après contestées par les absents32. Mais quelle signification donner à cet absentéisme ?

34Le rôle du consul français semble ambivalent car, si d’une part il défend les intérêts des nationaux, notamment ceux des commerçants, d’autre part, il crée de temps en temps des entraves, dont les négociants veulent se dégager. Malheureusement, les actes officiels, conservés dans les Archives du Ministère des Affaires Étrangères à Nantes, expriment à peine les opinions des participants aux assemblées.

  • 33 Crespo Solana, op. cit., p. 135.

35La création des consulats de Flandre et de Hollande – d’ailleurs beaucoup moins structurés que le consulat de France – remonte vraisemblablement à la Trêve des Douze Ans (1609-1621) conclue entre les Provinces Unies des Pays-Bas et la couronne espagnole, même si auparavant la ville abrite déjà une importante colonie flamande. Le traité de trêve autorise la création d’un consulat spécifique pour les ressortissants des territoires rebelles. Cependant, dans la pratique, le consulat hollandais n’arrive pas à se constituer avant la reconnaissance de l’indépendance des Provinces Unies par les traités de Westphalie (1648)33. Mais la représentation hollandaise à Cadix ne pourra rivaliser avec celle que les Flamands y entretiennent, et dont le titulaire est nommé par le roi d’Espagne.

  • 34 Bustos Rodríguez M., « Andalousie, pré-Amérique flamande », op. cit., p. 69-90. Voir également : S (...)
  • 35 Crespo Solana A., op. cit., p. 81-88.

36Le consulat flamand représente les membres de l’Antigua Nación Flamenca, c’est-à-dire les sujets catholiques du roi d’Espagne. En tant que tels, ils jouissent de conditions particulièrement favorables à leurs intérêts économiques, notamment en ce qui concerne le commerce34. Cela les met à l’abri de tout soupçon des autorités espagnoles. Le commerce fleurissant et souvent frauduleux des Hollandais éveille au contraire plus fréquemment les soupçons de l’administration espagnole. Cette situation qui se prolonge jusqu’à la paix d’Utrecht de 1713 encourage un grand nombre de Hollandais de Cadix, et surtout les catholiques d’entre eux, à s’intégrer dans l’Antigua Nación Flamenca afin de jouir des mêmes privilèges que leurs compatriotes des Pays-Bas méridionaux. L’activité du consulat hollandais se réduit donc à quelques fonctions très spécifiques qui sont surtout liées à la route commerciale entre l’Atlantique et la Méditerranée, et à son contrôle par la Société du Levant35. Mais, cela n’empêche pas les Flamands de se plaindre de temps à autre des privilèges accordés aux Hollandais, qu’ils considèrent, notamment en matière de commerce, presque aussi avantageux que les leurs, et donc comme une concurrence déloyale. Après Utrecht, la crise de la colonie flamande à Cadix n’empêche pas que le corps de l’Antigua Nación Flamenca garde son autonomie propre et demeure, d’une certaine façon, protégé par la couronne espagnole. Le consulat hollandais augmente en revanche sa force, malgré les problèmes économiques auxquels la métropole se voit confrontée à cette époque.

  • 36 Ibidem, p. 136-137.

37Au sein de la représentation flamande, les mayordomos jouissent d’un pouvoir considérable. Annuellement élus par la nation, leurs équivalents les plus proches sont les députés de la nation française. Cependant, c’est à eux de gérer les patronages (par exemple, celui de Pedro de la O) et le patrimoine de la nation, notamment immobilier36.

38Par l’importance qu’ils accordent au commerce en général et aux négociants en particulier, ces deux consulats ressemblent à celui de France. Ainsi, ce sont surtout les commerçants qui sont représentés dans les assemblées, où ils évoquent essentiellement les sujets qui les concernent. Mais il y a aussi des différences. La colonie hollandaise à Cadix se partage, nous l’avons vu, entre les deux consulats. Ceux qui veulent s’enraciner dans la société gaditane cherchent à s’inscrire au consulat flamand pour pouvoir profiter des conditions avantageuses conférées aux membres de l’Antigua Nación. Ces Hollandais-là sont catholiques ou ont depuis longtemps d’étroites relations avec les provinces flamandes du Sud. D’autres réfléchissent à abandonner le commerce. Si le consulat hollandais a moins d’inscrits à gérer que le flamand, il doit néanmoins protéger et défendre les intérêts de ces très nombreux Hollandais qui participent au commerce américain et, de passage à Cadix, n’y séjournent que pour une brève période. Ce phénomène donne, si on ose dire, un aspect encore plus commercial au consulat hollandais. Très jaloux de faire respecter les droits accordés à ses ressortissants par les traités du xviie siècle, il protège en fait la contrebande hollandaise de la répression espagnole.

La vie des consuls

39Bien que les consuls soient en réalité des représentants officiels de l’ensemble de leurs nationaux, indépendamment de leurs métiers, et que, au moins dans le cas français, la loi leur interdise la pratique du commerce, ils travaillent pour la plupart comme négociants. Et les possibilités de faire fortune dans le commerce et la finance, que Cadix en tant que tête du monopole pour le commerce avec les Indes espagnoles offrait, continuent à y attirer un grand nombre d’étrangers.

  • 37 Archivo Histórico Municipal de San Fernando, legs. nº 9/173 ; et Archivo Histórico Provincial de C (...)
  • 38 Bustos Rodríguez M., « Le Consulat des Flamands à Cadix », op. cit., p. 109-133.

40Ce sont ces motivations qui poussent Jacques Vermolen, futur consul de la communauté flamande, à y émigrer. En arrivant à Cadix, il fonde une compagnie de commerce avec sa femme, Francisca de Hoss y Montada, et son compatriote Jean Vandeplas (ou van der Plas). Quelques années plus tard, il change de partenaires, s’associant dorénavant à Antonio van Raez (ou van Haer) et à Simón Lorenzo de la Caniela. Le siège social de la firme se trouve à la même adresse que la maison où habite Vermolen, pratique habituelle des compagnies de commerce à Cadix. Mais, au début des années 1730, la compagnie fait faillite. Ses créanciers exigent le remboursement de leurs frais, obligeant la justice à intervenir en 1731. Parmi le patrimoine de la famille du consul figurent, entre autres, des maisons qui appartiennent à Francisca de Hoss et son époux. La communauté flamande intervient vraisemblablement pour obliger les créanciers et débiteurs à trouver un accord37. Les difficultés financières de Vermolen s’expliquent, sans aucun doute, par le tollé qu’avait suscité Vermolen lorsqu’il avait en tant que nouveau consul autrichien (de la « nation flamande-allemande ») ordonné à ses compatriotes de changer de nationalité38.

  • 39 AHMC, SPC, 1773, 1006, quartier Bendición de Dios.
  • 40 AHMC, Libro de Juntas de Única Contribución (dorénavant abrégé par LJUC), junta du 7 septembre 177 (...)

41En 1772, un de ses successeurs, le baron de Carignani (ou Carignan), est accusé par la ville de mener un commerce florissant. À cette époque, le consul habite la même maison, rue Saint Pierre, que Carlos Bolsa, d’origine milanaise, et que le Français Pierre Combes, probablement ses associés. La présence auprès d’eux de six domestiques à leur service (sans compter leurs femmes) et, surtout, de deux commis habitant des maisons différentes, nous donne une idée de l’envergure de leurs négoces39. Mais après avoir tenté en vain de défendre sa cause devant le gouverneur de la ville, représentant de la couronne à Cadix, il doit finalement promettre « d’abandonner toute sorte de commerce, de même qu’à travailler […] pour finir avec ses négoces dans la compagnie domiciliée à son adresse40 ».

  • 41 AHMC, ibidem, quartier du Pilar.

42Même activité commerciale importante pour le consul de Hollande, Juan Guillermo Nagel (ou Nage), qui habite avec son frère et son fils dans une maison du quartier du Pilar. S’y joignent un commis de bureau d’origine amstellodamoise et un caissier susceptibles de l’aider aussi bien dans ses responsabilités consulaires proprement dites, que, surtout, dans ses affaires commerciales. Il ne manque pas non plus de domestiques : un page, un laquais, un cuisinier italien et un garçon de cuisine41.

  • 42 AHMC, SPC, ibid., Comisarías de José Artecona y José Lasquetti ; quartier du Pilar.

43D’autres consuls, d’après le recensement de 1773, font aussi de leur demeure le siège de leurs négoces, même si leur puissance n’est pas la même. C’était le cas de Juan Silvestre, consul de Prusse. Il partage sa maison avec son fils de huit ans, Francisco, né à Cadix, un autre parent, peut-être son frère, ainsi qu’avec quelques domestiques et trois commis, un Allemand et deux Français. Le domicile du consul danois, Felipe Wahs, se présente de la même manière : maison-bureau où travaillent deux commis (en réalité, un commis de bureau et un caissier) et servent trois domestiques (les femmes domestiques sont à nouveau exceptées du recensement). Avec lui habitent également ses deux fils en bas âge. Même situation pour le consul hambourgeois, Riecke (un caissier d’origine allemande, un cuisinier, un domestique et un esclave noir), et le vice-consul suédois, Nicolás Hemberg (des commis du bureau, un majordome suédois et une esclave noire)42.

  • 43 AHMC, SPC, Comisaría de José Lasquetti et quartier de Santiago.

44Beaucoup plus discrets, leurs collègues britanniques, un proconsul et un vice-consul, n’ont aucun employé à vocation commerciale ; de même pour le consul représentant simultanément Malte, Raguse et Rome (avec le concours d’un curé probablement)43.

  • 44 AHMC, SPC, quartier du Pilar.

45L’exemple français mérite à nouveau le détour. Bien que le consul ne soit pas à l’écart du négoce, il semble être davantage fonctionnaire que négociant. En 1773, il habite au n° 21 de la rue San Ginés à Pilar, un des quartiers les plus prestigieux de Cadix44. Sa maison ne ressemble guère à celles de ses collègues. La sienne est en réalité une véritable chancellerie : ici, point de commis de commerce, ni d’associés de compagnie, mais, en revanche, un chancelier français, Luis Dirandat, et un avocat au Parlement de Toulouse (le fils du consul), ainsi que quantité de serviteurs qualifiés (un valet de chambre français, un cuisinier de la même origine et son adjoint, un concierge et deux domestiques). De par son importance politique et économique, et de par sa position dans l’ensemble de l’administration, le consulat français n’a, au xviiie siècle, pas d’égal parmi les représentations étrangères de Cadix.

  • 45 Ozanam D., « Fiestas diplomáticas francesas en España (1751-1752) », Torrione M. (éd.), España fes (...)

46Le corps de la nation, à l’aide de son consulat, prend en charge l’organisation des plus importantes fêtes ordinaires et extraordinaires auxquelles participent non seulement la communauté française mais également les autorités locales et le peuple de Cadix. C’est la fête de Saint-Louis, patron de la nation (l’église du couvent de San Francisco qui sert également de sépulture aux Français abrite une chapelle Saint-Louis) qui demande le plus de travail. Mais, même des fêtes exceptionnelles peuvent demander un grand effort logistique. Les célébrations fêtant la naissance du duc de Bourgogne, en 1751, durent presque trois jours. La nation désigne six commissaires qui se joignent au consul et aux deux députés pour les organiser45.

  • 46 Ibidem.

47La plupart des habitants de la ville participent aux événements organisés par le consulat : aux concerts, feux d’artifice, illuminations, coups de canon des bateaux mouillant dans la baie, le très solennel Te Deum à San Francisco et surtout le repas à la grande maison consulaire de la place de Saint-Antoine, non loin de la chapelle de Saint Louis, qui se termine traditionnellement par un bal. Les autorités municipales (le corps de ville et le gouverneur qui le préside) et religieuses (à l’évêque de Cadix de célébrer la messe), ainsi que celles du commerce (consulat des Indes) et de la Marine y participent également. Le financement de ces fêtes est en réalité assuré par les grands négociants français, le consul ne disposant pas des fonds nécessaires compte tenu du refus obstiné du ministère d’y participer d’une quelconque façon46.

La pratique consulaire à travers la réforme fiscale des années 1770

48Cependant, dans la pratique, les intérêts opposés des uns et des autres font que les relations entre les consuls de Cadix et les autorités espagnoles ne sont pas toujours harmonieuses. Les premiers sont obligés de défendre leurs ressortissants, même lorsqu’ils ne respectent pas les lois espagnoles, notamment en matière de commerce et d’impôt (les textes de lois espagnols étant particulièrement complexes, ces transgressions n’incombent pas toujours à la mauvaise foi des étrangers). Les autres tardent en revanche souvent à appliquer de nouvelles dispositions plus favorables aux étrangers.

49Pour illustrer plus précisément le rôle du corps consulaire à Cadix, prenons l’exemple de la réforme fiscale de 1770. Cette année-là, les ministres du roi se mobilisent, après avoir déjà échoué quelques années auparavant avec le même projet, pour introduire en Espagne un impôt universel sur le revenu, remplaçant au passage la majorité des anciens impôts.

50La mise en place du nouvel impôt est de la responsabilité du gouverneur de la ville qui préside au corps de ville et, surtout, qui représente la couronne à Cadix. C’est à cette occasion qu’il entame une abondante correspondance avec les consuls de la ville, qui sont priés de recenser les revenus des membres de leurs communautés, afin de permettre aux Espagnols de les taxer.

51Dans un premier temps, face aux demandes espagnoles (par ordre hiérarchique : le Conseil de finances, l’intendant, le gouverneur et la junta qu’on crée ad hoc) les consuls essayent de gagner du temps, invoquant la difficulté des opérations. Dans un second temps, leur stratégie évolue. Maintenant, ils présentent toutes sortes de solutions alternatives aux autorités espagnoles, démarches interprétées par l’intendant comme tentatives de faire échouer l’entreprise. En dernier lieu, les consuls acceptent la ponction financière, mais continuent à tout faire pour éviter aux commerçants de leur nation la divulgation de leurs revenus et de leur situation financière. Ainsi, ils entravent les démarches prévues par les lois du 4 juillet 1770 ainsi que des 13 et 23 août 1771, retardent la communication des données réclamées, et proposent finalement une somme revue à la baisse. Les autorités espagnoles après avoir exercé des pressions, voire proféré des menaces, changent d’attitude, et, prises par le temps et la crainte de tout perdre, acceptent finalement les sommes offertes par les consuls.

52Cette réticence des communautés étrangères à divulguer leurs revenus est autant motivée par des raisons pratiques (connaissances insuffisantes sur leurs propres revenus, imprécision des méthodes de calcul, crainte qu’on puisse rendre public leur capital, etc.), que par le désir d’échapper à un impôt considéré comme injuste et gênant.

  • 47 AHMC, LJUC, junta du 30 avril 1771.
  • 48 AHMC, LJUC, juntas des 13 septembre et 7 novembre 1771.

53Bien que toutes les réactions ne soient pas les mêmes, la majorité des représentants agit comme le consul français Puyabry. Il commence par faire deux propositions assez similaires aux autorités espagnoles. En somme, elles visent à faire obtenir aux Français les mêmes conditions que celles accordées aux membres du consulat des Indes, auquel appartient une bonne partie des commerçants en gros espagnols. Ceux-ci calculent eux-mêmes (ou plus précisément leurs députés) leurs revenus sans que le corps de ville ou d’autres personnes étrangères au groupe interviennent47. Mais les autorités espagnoles n’acceptent cette proposition que pour les commerçants en gros, même si les Français tentent de l’étendre aux petits commerçants, si nombreux dans leur communauté48. C’est alors que l’ambassadeur intervient pour épauler le consul. Il propose un encabezamiento basé sur les 154 maisons de commerce françaises qui, à en croire le diplomate, existent à cette époque à Cadix. La somme due au fisc serait donc calculée en fonction de la globalité des revenus de ces maisons-là, et chacune y contribuera par la suite en fonction des siens propres. Ces conditions seraient donc similaires à celles du consulat espagnol. Les autres Français sont amenés à présenter une déclaration individuelle (relación) à la mairie, dont le contenu doit être visé par des experts de leur pays spécialement nommés à cet effet.

  • 49 AHMC, LJUC, junta du 23 avril 1772.
  • 50 AHMC, LJUC, junta du 2 mai 1772.
  • 51 Ibidem.

54Mais le total des maisons de commerce déclaré par l’ambassadeur français à Madrid ne concorde pas avec celui avancé par le consul et les députés de la nation à Cadix (Saut Deplanho, et le négociant Gabriel Tanebot ou Tannevot, probablement le fils d’un membre de l’Académie d’architecture de Paris) qui en comptent 7949. Cet écart s’explique par le fait que parmi les 154 maisons évoquées par le diplomate, il n’y en a en réalité que 72 qui font du commerce en gros, chiffre qui correspond d’ailleurs, les fluctuations conjoncturelles mises à part, au nombre calculé par le consul. Le reste se partage entre 32 compagnies mixtes et 50 compagnies d’ouvriers et de petits marchands de mode, quincaillerie et joaillerie50. Même si quelques-unes travaillaient pour de grandes maisons de commerce, celles-ci ne peuvent, à l’avis des autorités espagnoles, bénéficier des avantages accordés aux commerçants en gros51.

  • 52 AHMC, LJUC, junta du 23 avril 1772.
  • 53 AHMC, LJUC, junta du 14 juillet 1772.
  • 54 AHMC, LJUC, junta du 16 août 1772.
  • 55 AHMC, LJUC, junta du 31 août 1772.
  • 56 AHMC, LJUC, junta du 14 décembre 1772.

55Le total des revenus des maisons de commerce communiqué par les députés français est également sujet de discorde : en 1772 ils déclarent 150 000 pesos annuels, qui semblent bien modestes comparés aux 472 000 pesos qu’on avait calculés pour 1749, époque à laquelle le commerce français était de surcroît moins important52. Les responsables espagnols décident alors d’ouvrir une enquête. Les résultats sont connus quelques mois plus tard : les revenus commerciaux sont estimés à pas moins de 230 000 pesos par an. Immédiatement le gouverneur prie le consul français de bien vouloir revoir sa déclaration à la hausse53. Mais celui-ci s’y refuse et, alléguant quelques faillites récentes54, la corrige même à la baisse (125 000 pesos). Elle est considérée comme inacceptable par la junta55, cependant le conseil des finances à Madrid, pressé de renflouer les caisses, négocie finalement une ponction fiscale sur la base de 150 000 pesos pour les 79 maisons56.

  • 57 AHMC, LJUC, junta du 17 août 1772.
  • 58 AHMC, LJUC, junta du 25 février 1772.

56Pour taxer la communauté française, les autorités espagnoles n’arrivent d’ailleurs même pas à obtenir une déclaration satisfaisante de leurs revenus immobiliers, ni une liste de leurs domestiques et commis. Pour l’immobilier, ils nient tout simplement d’en posséder, et pour les employés, ils se bornent à présenter une liste stéréotypée57. Ne pouvant bénéficier du traitement de faveur accordé aux commerçants en gros, le reste des Français est amené à présenter des déclarations individuelles, dont le contenu n’est pas vérifié, la majorité des experts prévus à cet effet ayant refusé leur nomination58.

  • 59 AHMC, LJUC, juntas des 22 juin 1771 et 11 mars 1772.

57C’est l’étroite collaboration entre le consul, les députés de la nation et l’ambassadeur qui a permis à la communauté française à Cadix de régler l’affaire de l’impôt sur le revenu. Et au vu du résultat, les représentants des autres communautés étrangères règlent rapidement leurs démarches sur celle des Français, en sollicitant l’intervention de leurs propres ambassadeurs. Sous cette pression, la junta décide finalement, en avril 1772, d’étendre le traitement réservé jusque là aux Français sans différence à toutes les nations59.

  • 60 AHMC, LJUC, juntas des 1er juin, 18 septembre et 14 décembre 1772.

58Mais même maintenant, les consuls ou leurs remplaçants, à l’exception de celui de la Flandre, ne fournissent pas immédiatement les évaluations réclamées par les Espagnols. Ce retard s’explique essentiellement par des problèmes liés au contrôle de leurs communautés. Une partie des déclarations des Maltais est, par exemple, directement remise aux autorités espagnoles sans passer au préalable par leur consul ; et bientôt, un commerçant suédois les imite à son tour. Lorsque les consuls transmettent des déclarations, ils les font porter en règle générale par un intermédiaire, souvent un vice-consul. Quelquefois, la précarité des membres de la communauté fait qu’elles sont vite rédigées (pour Naples, la Sardaigne, la Suède et même la Hollande). Mais presque tout le monde prend du temps pour les remplir, avançant toutes sortes d’excuses60.

  • 61 AHMC, LJUC, juntas des 1er et 30 juin 1772.

59Et lorsque les déclarations sont enfin transmises aux autorités espagnoles, elles comportent un grand nombre de lacunes (particulièrement en ce qui concerne les immeubles et les salaires du personnel de service). La représentation génoise rend la liste de ses commerçants en gros assez tôt, mais on constate qu’il en manque 31, parmi eux les membres de la famille d’un député, et que le total des revenus déclarés (16 500 pesos annuels) n’est pas crédible. La liste est complétée quelques semaines plus tard par d’autres noms de commerçants, mais sans pour autant revoir à la hausse les revenus61. Épaulé par le consul de France, celui de Prusse ne communique aux autorités espagnoles que quelques déclarations individuelles de commerçants de détail (relaciones). De leur côté, le proconsul anglais et les consuls de Sardaigne et Naples, de Hollande, de Suède, de Malte et d’Irlande ne rendent que des déclarations incomplètes, le gouverneur étant constamment forcé de les rappeler à l’ordre.

  • 62 AHMC, LJUC, junta du 1er juin 1772.
  • 63 AHMC, LJUC, junta du 15 juin 1772.
  • 64 AHMC, LJUC, juntas des 22 et 30 juin 1772.
  • 65 AHMC, LJUC, junta du 31 août 1772.
  • 66 Réponse du 11 septembre 1772.
  • 67 AHMC, LJUC, juntas des 18 septembre, 2 et 13 octobre 1772.

60D’ailleurs, dans leur plus grande majorité les consuls et autres représentants ne se sentent eux-mêmes nullement concernés par l’impôt. Dans un premier temps, seul le consul d’Hambourg rend une déclaration sur la base d’un revenu de 1 000 pesos par an. Le consul impérial Carignani, lui, est au contraire sommé par la junta et le gouverneur de joindre aux déclarations des membres de sa nation la sienne propre62. Carignani affirmant ne pas être sujet du roi d’Espagne et par conséquent ne pas tomber sous le coup de la nouvelle loi63 va dans un premier temps faire appel à la cour de Madrid, puis demander l’aide de Vienne. Après l’intervention des instances impériales, la junta précise qu’elle exige de sa part uniquement des informations sur ses revenus commerciaux, et non sur ses revenus consulaires, mais sans que Carignani veuille toutefois s’y plier. La ville mandate alors un commerçant en gros et représentant populaire (procurador síndico personero) pour mener une enquête sur Carignani. Malgré les difficultés qu’il rencontre – les députés de la nation refusant catégoriquement de divulguer quelconque information sur le consul impérial64 – les informations qu’il glane auprès des courtiers de commerce lui permettent d’affirmer de manière certaine que Carignani a part au commerce et est donc imposable. Sur la base de ces informations, le roi d’Espagne, par le biais de l’intendant et le gouverneur, fait savoir à Carignani quelques mois plus tard qu’il le considère comme commerçant en gros, et qu’il sera donc obligé, comme les autres, à déclarer ses revenus65. Le consul, ne s’avouant toujours pas vaincu, déclare alors à la couronne qu’il compte mettre un terme à son activité commerciale66. Bien que la junta subodore une manœuvre malhonnête et continuera donc à le surveiller, les autorités espagnoles acceptent de jouer le jeu et décident de faire payer au consul uniquement la part due pour la période d’avant l’abandon de l’activité67.

61La mobilisation autour de la réforme fiscale de 1772 permet de bien saisir les comportements et le fonctionnement des différentes nations étrangères de Cadix. Elle éclaire particulièrement le rôle joué par les consuls, aussi bien au sein de leur propre communauté que face aux autorités espagnoles. En revanche, les chiffres qui ressortent des déclarations ne donnent qu’une image faussée de la situation économique des étrangers. Il en apparaît tout de même que c’est la défense des intérêts du grand commerce qui occupe principalement les consuls. Celui de France est incontestablement le plus puissant, le plus organisé et le plus influent. C’est grâce à lui que les commerçants en gros de tous les pays peuvent bénéficier de ses arrangements avec les Espagnols. C’est lui qui évite finalement la rupture : les représentants étrangers respectent la loi, répondent – à leur manière – aux demandes des autorités espagnoles, qui elles se contentent des chiffres qu’on leur communique.

Notes

1 Voir Pradells Nadal J., Diplomacia y comercio. La expansión consular española en el siglo xviii, Alicante, 1992, chap. III ; et aussi Trajano Mera J., Cónsules y consulados : Estudios de derecho consular universal, Madrid, 1910.

2 Cf. Ozanam D., « La colonie française de Cadix au xviiie siècle d’après un document inédit. 1777 », Mélanges de la Casa de Velázquez, IV, 1968, p. 259-348 ; Collado P., « El impacto americano en la Bahía : la inmigración extranjera en Cádiz (1708-1819) », I Jornadas de Andalucía y América de La Rábida, Huelva, 1981, vol. I, p. 51-73 ; García-Baquero A. et Collado P., « Marchands Français à Cadix au xviiie siècle : La colonie marchande », Les Français en Espagne à l’époque moderne (xvie à xviiie siècle), Paris, 1990, p. 173-195 ; Bustos Rodríguez M., « Andalousie, pré-Amérique flamande », Stols E. et Bleys R. (éd.), Flandre et l’Amérique Latine, Anvers, Mercator, 1993, p. 6990 ; Crespo Solana A., Entre Cádiz y los Países Bajos. Una comunidad mercantil en la ciudad de la ilustración, Cádiz, Ayuntamiento, 2001 ; Marmolejo López Mª I. et Pascuua Sánchez J.-M., « Comerciantes irlandeses en Cádiz », Enciso Recio L.M. (dir.), La Burguesía Española en la Edad Moderna. Actas del Congreso Internacional celebrado en Madrid y Soria los días 16 a 18 de Diciembre de 1991, Valladolid, Universidad, 1996, vol. III, p. 1209-1229 ; Lario de Oñate Mª C., La colonia mercantil británica e irlandesa en Cádiz a finales del siglo xviii, Cádiz, Universidad, 2001 ; García Fernández Mª.N., Negociando con el enemigo. El tráfico marítimo comercial Inglaterra-España y la colonia británica en el Cádiz del siglo xviii, thèse de doctorat européen, Université de Cadix, 2003 ; Vassallo Borg C., « Los malteses en Cádiz » (travail dactylographié) ; Bustos Rodríguez M., « La colonia comercial sueca en el Cádiz del siglo xviii. Los Bolh » et Carrasco González G., « Cádiz y el Báltico. Las casas de comercio suecas en Cádiz (1780-1800) », Ramos Santana A. (dir.), III Encuentro Histórico Suecia-España, p. 145-163 et 317-345 ; Weber K., Der hamburgische Spanienhandel im 18. Jahrhundert, Hambourg, 1998 (travail de recherche inédit). Une vision d’ensemble sur les colonies de commerçants dans : Bustos Rodríguez M., Los comerciantes de la Carrera de Indias en el Cádiz del Siglo xviii (1713-1775), Cádiz, 1995.

3 García-Baquero González A., Cádiz 1753 según las Respuesta Generales del Catastro de Ensenada, Madrid, 1990.

4 Sancho de Sopranis H., Los Genoveses en Cádiz antes de 1600, Larache, 1939 ; Sancho de Sopranis H., « Los genoveses en la región gaditano-xericense de 1460 a 1800 », Hispania, vol. 8, 1948, p. 355-402. Voir également : Sánchez Herrero J., Cádiz. La ciudad medieval y cristiana, Córdoba, 1981.

5 Lespagnol A., Messieurs de St. Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, 2e éd., 2 vol., Rennes, 1997.

6 Palacio Atard V., El tercer Pacto de Familia, Madrid, 1945.

7 Tout cela a été très bien décrit par : Lüthy H., La Banque Protestante en France de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Paris, 1959-1961.

8 Archivo Histórico Municipal de Cádiz (dorénavant abrégé par AHMC), Sección de Padrones y Censos (dorénavant abrégé par SPC), C. 4047-4048, Expedientes de matrículas de extranjeros : vecinos 1800-1806 ; vecinos y transeúntes, 1807.

9 Voir : Bustos Rodríguez M., « Andalousie, pré-Amérique flamande », p. 69-90 ; et « Le Consulat des Flamands à Cadix après la Paix d’Utrecht (1713-1730) : Jacques Vermolen », Parmentier J. / Spanoghe S., Orbis in Orbem. Liber Amicorum John Everaert, Gent, 2001, p. 109-133 ; Everaert J., De Internationale en Koloniale Handel der Vlaamse Firma´s te Cádiz, 1670-1700, Brugge, 1973 ; Vandeginsk H., De « Vlaamse natie » te Cádiz (1665-1700). Een socio-culturele benadering, Licentiaatsverhandeling, Faculteit Letteren en Wijsbegeerte, Université de Gant, 1999-2000, 2 vol.

10 Cf. Crespo Solana A., op. cit.

11 Cf. Crespo Solana A, ibidem et « Viajar para comerciar. La emigración flamenco-holandesa a Cádiz, 1700-1730 », Congreso de Demografía Histórica. Cádiz, la ciudad extensa, Cádiz, 1995.

12 Marmolejo López Mª I. et Pascua Sánchez J.-M., op. cit., p. 1209-1229 ; cf. Lario de Oñate Ma C., op. cit., p. 116.

13 AHMC, SPC, nº 6971. Voir aussi Weber K., op. cit., p. 28-36.

14 Bustos Rodríguez M., « La colonia comercial sueca », op. cit., p. 154-160. ; Carrasco G., « Cádiz y el Báltico », op. cit., p. 328-345.

15 Vassallo C., op. cit., non paginé.

16 Sancho De Sopranis H., « Los armenios en Cádiz », Sefarad, Madrid, nº 14, 1954, p. 295-314 ; Pascua Sánchez Mª J., « La fundación de la Casa de Viudas de Cádiz : El gesto caritativo de Juan Clat (Flagela), un comerciante de Damasco », La burguesía de negocios en la Andalucía de la Ilustración, Cádiz, 1991, vol. II, p. 283-297.

17 AHMC, SPC, Padrón de 1713, nº 1003.

18 Bustos Rodríguez M., Un comerciante saboyano en el Cádiz de Carlos II : Las Memorias de Raimundo de Lantery (1673-1700), Cádiz, Caja de Ahorros de Cádiz, 1991, p. 89.

19 AHMC, SPC, Padrón de 1713, nº 1003.

20 Lista de los nacionales extrangeros y otras personas que gozan del fuero militar de guerra en esta plaza de Cádiz. Año 1765, Cádiz, Real Imprenta de Marina de don Manuel Espinosa de los Monteros, en la Calle de San Francisco, 1765.

21 Sur ce consul et les représentants de la France en général, il est obligatoire de consulter l’ouvrage de Mézin A., Les consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), Paris, 1997.

22 Bustos Rodríguez, « Andalousie, pré-Amérique flamande », op.cit., p. 69-90.

23 Un tableau sur les fonctions des consuls espagnols dans Pradells, op. cit., p. 56.

24 Mémoire touchant le commerce, dans Sée H., Documents sur le commerce de Cadix (1691-1752), Paris, 1927, p. 31-32 et 46-47.

25 Cité par Chamboredon R., Fils de soie sur le théâtre du commerce. La maison Gilly-Fornier à Cadix au xviiie siècle (1748-1786), thèse de doctorat, Université de Toulouse Le Mirail, 1995, vol. I, p. 67.

26 Mézin A., op. cit.

27 Ibidem, p. 3.

28 Archives du Ministère des Affaires étrangères (Nantes) (dorénavant abrégé par AMAE), Cadix-Consulat, nº 206 (Registre pour l’enregistrement des différentes ordonnances) et nº 240 (Registre des actes de chancellerie). Voir aussi Berry P., La nation française à Cadix de 1775 à 1791, Mémoire de maîtrise, Université de Nantes, 1998, p. 38-43.

29 Mézin A., op. cit., p. 3 et 32-44.

30 AMAE, Cadix-Consulat, carton nº 13 (Dépêches du Ministère de la Marine, 1780-1781).

31 AMAE, Cadix-Consulat, carton nº 24 et nº 206.

32 Voir de nombreux exemples dans : AMAE, Cadix-Consulat, nº 257-260.

33 Crespo Solana, op. cit., p. 135.

34 Bustos Rodríguez M., « Andalousie, pré-Amérique flamande », op. cit., p. 69-90. Voir également : Stols E., De Spaanse Brabanders of de handelsbetrekkingen der Zuidelijke Nederlanden met de Iberische wereld, 1598-1648, Bruxelles, 1971.

35 Crespo Solana A., op. cit., p. 81-88.

36 Ibidem, p. 136-137.

37 Archivo Histórico Municipal de San Fernando, legs. nº 9/173 ; et Archivo Histórico Provincial de Cádiz (dorénavant abrégé par AHPC), 992, 1718, p. 626 et suiv.

38 Bustos Rodríguez M., « Le Consulat des Flamands à Cadix », op. cit., p. 109-133.

39 AHMC, SPC, 1773, 1006, quartier Bendición de Dios.

40 AHMC, Libro de Juntas de Única Contribución (dorénavant abrégé par LJUC), junta du 7 septembre 1772.

41 AHMC, ibidem, quartier du Pilar.

42 AHMC, SPC, ibid., Comisarías de José Artecona y José Lasquetti ; quartier du Pilar.

43 AHMC, SPC, Comisaría de José Lasquetti et quartier de Santiago.

44 AHMC, SPC, quartier du Pilar.

45 Ozanam D., « Fiestas diplomáticas francesas en España (1751-1752) », Torrione M. (éd.), España festejante. El siglo xviii, Málaga, 2000, p. 233-236.

46 Ibidem.

47 AHMC, LJUC, junta du 30 avril 1771.

48 AHMC, LJUC, juntas des 13 septembre et 7 novembre 1771.

49 AHMC, LJUC, junta du 23 avril 1772.

50 AHMC, LJUC, junta du 2 mai 1772.

51 Ibidem.

52 AHMC, LJUC, junta du 23 avril 1772.

53 AHMC, LJUC, junta du 14 juillet 1772.

54 AHMC, LJUC, junta du 16 août 1772.

55 AHMC, LJUC, junta du 31 août 1772.

56 AHMC, LJUC, junta du 14 décembre 1772.

57 AHMC, LJUC, junta du 17 août 1772.

58 AHMC, LJUC, junta du 25 février 1772.

59 AHMC, LJUC, juntas des 22 juin 1771 et 11 mars 1772.

60 AHMC, LJUC, juntas des 1er juin, 18 septembre et 14 décembre 1772.

61 AHMC, LJUC, juntas des 1er et 30 juin 1772.

62 AHMC, LJUC, junta du 1er juin 1772.

63 AHMC, LJUC, junta du 15 juin 1772.

64 AHMC, LJUC, juntas des 22 et 30 juin 1772.

65 AHMC, LJUC, junta du 31 août 1772.

66 Réponse du 11 septembre 1772.

67 AHMC, LJUC, juntas des 18 septembre, 2 et 13 octobre 1772.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540