Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Delbo

 | 
Christiane Page

1. L'engagement : n'y a-t-il pas toujours eu des raisons de s'indigner ?

Extraits de tables rondes : souvenirs1

E. Ruffini, C. Riera-Collet, F. Veilhan, A. Wieviorka et F. Bott

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Elisabetta Ruffini : Charlotte Delbo n’a pas eu, de son vivant, la reconnaissance et le succès critique que son œuvre méritait. Néanmoins elle n’en a jamais été ébranlée : elle savait qu’elle écrivait pour les générations futures, elle le répétait souvent. La littérature pour Delbo n’était pas un métier et n’était pas faite pour répondre aux goûts et aux attentes de la critique et du public. La littérature devait être « une arme », capable de lutter contre les idées reçues et de créer des liens entre les expériences du passé et les hommes du futur. C’est l’un des héritages les plus importants que Charlotte Delbo nous laisse. Le témoignage de ce que des êtres ont vécu ne peut avoir un écho que s’il est façonné par un élan artistique, un geste esthétique, stylistique et poétique qui saura conduire avec justesse la résonance du passé au cœur de l’espace présent. La mémoire est art ; la mémoire a un futur si elle devient art. Aujourd’hui nous sommes à la fin de ce qu’Annette Wieviorka n...

Auteurs

A obtenu un doctorat sur Charlotte Delbo et Primo Levi et depuis, travaille sur l’œuvre de Charlotte Delbo. Elle dirige l’Institut de la Résistance de Bergame (Italie). Elle travaille sur la littérature concentrationnaire, la mémoire de la déportation et de la Résistance, la pédagogie de l’histoire, la culture visuelle ; dans ces cadres de recherche, elle a consacré à Charlotte Delbo plusieurs articles et séminaires. Elle a créé avec Rosanna Sfragara le spectacle Et jamais je n’invente à partir des textes de Charlotte Delbo et a édité avec Philippe Mesnard, le numéro de Témoigner entre Histoire et Mémoire, revue de la Fondation Auschwitz consacrée à Charlotte Delbo. Elle présente actuellement une exposition itinérante « Charlotte Delbo, une mémoire à mille voix ».
Était l’ayant droits et la légataire universelle de Charlotte Delbo. Initiatrice et membre fondateur de l’association « Les Amis de Charlotte Delbo » et du colloque international organisé à la BnF et à la Comédie-Française en mars 2103, elle est décédée le 4 janvier 2014.
Flûtiste concertiste, pédagogue (professeur à la Ville de Paris et à Grand-Paris-Seine-Ouest, diverses master class), invité dans de nombreux lieux et festivals en France, Allemagne, Autriche, Italie, Espagne, Suisse, Belgique, Colombie, en tant que soliste ou en formations de musique de chambre, a un parcours jalonné de créations et accompagne régulièrement le travail de plusieurs compositeurs. Il vient d’enregistrer un disque consacré à Dominique Lemaître (festival PiedNu et Esadhar). Il a créé l’ensemble « Campsis », et l’association « Mémoires Sonores » qui initie de nombreux projets croisant musique et littérature, musique et peinture. Membre fondateur et vice-président de l’association « Les Amis de Charlotte Delbo ».
Historienne. Elle a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire et la mémoire de la Shoah (L’Ère du témoin, 1998 ; À l’intérieur du camp de Drancy (avec Michel Laffitte, 2012) et sur le communisme (Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez, 2010). Elle a découvert l’œuvre de Charlotte Delbo en travaillant à sa thèse (Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Plon, 1992 ; rééditions Hachette Pluriel 1995, 2003, 20013). Auteure du scénario de l’exposition du pavillon français d’Auschwitz, elle a choisi Charlotte Delbo pour y représenter la déportation résistante.
Après avoir fondé Le Magazine Littéraire en 1967, François Bott a longtemps dirigé Le Monde des Livres, et le service littéraire du Monde. Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, des romans, des nouvelles, des essais et portraits littéraires, parmi lesquels Vel’ d’Hiv’, La Traversée des Jours, et tout dernièrement Avez-vous l’adresse du paradis ? (Cherche Midi éditeur).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540