Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Delbo

 | 
Christiane Page

1. L'engagement : n'y a-t-il pas toujours eu des raisons de s'indigner ?

Entre silence et reconnaissance : de l’engagement humanitaire chez Charlotte Delbo1

Sharon Marquart

Résumé

Le dernier texte rédigé du vivant de Charlotte Delbo, La Mémoire et les jours (1985), nous indique que la mémoire des camps nazis a engendré, parmi la communauté des déportés, une forme d’engagement humanitaire dans les catastrophes de l’après-guerre qui visait moins au soulagement de la souffrance qu’à renforcer une image des crises que les survivants avaient déjà créée. Je propose ici que l’écriture de Charlotte Delbo essaie de modifier ce mode d’engagement en témoignant dans ce même texte du rôle du non-partage et du silence des déportés pour rendre la parole aux nouveaux exclus.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le dernier chapitre du dernier texte rédigé de son vivant – La mémoire et les jours – Charlotte Delbo termine ses réflexions sur les catastrophes de la deuxième moitié du XXe siècle en parlant du désespoir des survivants des camps nazis face à la découverte du système de camps de concentration qui existait en Union soviétique après la Seconde Guerre mondiale. « Nous, victimes d’un fou sanguinaire, nous qui pensions que la fin du fou sanguinaire signifiait la fin du système concentrationnaire » nous explique Charlotte Delbo, « il nous faut maintenant vivre avec cette vérité-là : il y a encore des camps. Vérité insupportable2 ». C’était une vérité, pourtant, à laquelle beaucoup de rescapés politiques ont refusé de croire dans l’après-guerre, parce que, selon Delbo « c’était perdre leur foi, leur raison de vivre, parfois la raison pour laquelle ils avaient pris de si grands risques et avaient été déportés » – l’Union soviétique étant, Delbo précise, « le pays qui, depuis 1917, éta...

Auteur

Spécialiste de la littérature issue de la Déportation et de la Shoah, Sharon Marquart est Assistant Professor dans le département de langues et littératures à Wilfrid Laurier University (Canada). Elle a publié sur la littérature du témoignage et a dirigé, avec David Caron, un ouvrage collectif sur Charlotte Delbo titré Les Revenantes : Charlotte Delbo, la voix d’une communauté à jamais déportée.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540