Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fonction consulaire à l'époque moderne

 | 
Jörg Ulbert
, 
Gérard Le Bouëdec

Deuxième partie. La fonction consulaire dans le monde

Les relations consulaires entre les villes hanséatiques et la France (xvie-xviiie siècles)

Burghart Schmidt

Texte intégral

  • 1 Au sujet de Karl Friedrich Reinhard, de 1795 à 1798 et de 1802 à 1805 ministre plénipotentiaire à (...)

1En parlant de Karl Friedrich Reinhard1 qui, après avoir été ministre plénipotentiaire à Hambourg et à Florence, a rempli les fonctions de consul général à Milan, puis de commissaire général des relations commerciales en Moldavie avant d’être à nouveau ministre plénipotentiaire à Cassel, Dresde et Francfort, le prince de Talleyrand, ancien ministre des Affaires étrangères, constatait :

  • 2 Cité d’après : Cussy F. de Cornot baron de, Règlements consulaires des principaux états maritimes (...)

« Après avoir été un ministre habile, que de choses il faut savoir encore pour être un bon consul ! car les attributions d’un consul sont variées à l’infini ; elles sont d’un genre tout différent de celles des autres employés des affaires étrangères ; elles exigent une foule de connaissances pratiques pour lesquelles une éducation particulière est nécessaire2. »

2Le ministre français avait visiblement une haute opinion des services que les consuls furent appelés à rendre à leur pays – et de l’instruction qu’il était nécessaire de rencontrer chez ces fonctionnaires, alors qu’il s’exprimait avec un certain scepticisme à l’égard des compétences du comte Reinhard dans ce domaine, pourtant excellent diplomate et ministre plénipotentiaire d’une grande notoriété à la fin du xviiie et au début du xixe siècle.

3Dans le contexte des relations diplomatiques de l’époque moderne, cet épisode renvoie à un certain nombre de problèmes que nous retrouvons dans l’analyse des relations consulaires entre les villes hanséatiques et la France. Celles-ci remontent au xvie siècle avec l’établissement d’un premier consul français à Hambourg en 1579 : la diversité et la diversification des fonctions diplomatiques, l’étendue des compétences consulaires requises et la perméabilité au moins partielle de la carrière diplomatique. Perméabilité qui apparaît ici à travers le comte Reinhard et de son successeur à Hambourg, Louis Antoine Fauvelet de Bourrienne, qui cumula pendant quelques années les fonctions de ministre plénipotentiaire et de consul général dans un des plus grands ports de l’Europe septentrionale.

  • 3 Fauvelet de Bourrienne L. A., Mémoires de M. de Bourrienne, ministre d’État, sur Napoléon, le Dire (...)

4Si Bourrienne parlait, lui, d’un « poste immense3 », il s’agissait en réalité d’une petite légation où se présentaient peu d’occasions d’action politique imminente, mais où un observateur attentif avait la possibilité d’apprendre beaucoup de choses sur le plan politique et commercial concernant l’Europe du Nord :

  • 4 Ibidem, vol. 6, p. 304. Cité d’après : Mistler J., « Hambourg sous l’occupation française. Observa (...)

« Le commerce, écrivait-il, forme une corporation unie par le plus fort de tous les liens, l’intérêt commun, et les correspondances commerciales offrent souvent une source abondante de renseignements précieux. J’en ai beaucoup profité4. »

  • 5 Voir : MAE, CP Hambourg, vol. 118, fol. 342 : Lettre de Bourrienne à Talleyrand du 17 messidor an (...)

5Si ces derniers mots sont à prendre à la lettre, il n’empêche que son rôle de ministre plénipotentiaire et de consul consistait effectivement en grande partie à « observer » et à « surveiller5 ». La situation privilégiée entre l’Est et l’Ouest, entre la mer du Nord, les pays scandinaves et riverains de la Baltique et le Sud-Est européen plaçait la ville de Hambourg dans une situation de carrefour et en faisait un excellent observatoire. Des nouvelles du monde entier parvenaient jusqu’ici, de même qu’y affluaient des informations de toutes les régions environnantes. Le bassin versant de l’Elbe était après celui du Rhin l’un des plus importants d’Europe. L’Elbe, navigable sur 1165 km jusqu’en Bohème, offrait une liaison idéale en direction du Sud-Est. La mer du Nord ouvrait l’accès au monde occidental, la mer Baltique permettait une ouverture vers la Pologne, la Russie et le royaume de Suède.

  • 6 Ce qui était vrai pour la France l’était également pour d’autres grandes puissances de l’Europe pe (...)

6La métropole des bords de l’Elbe, en tant que centre politique et économique, attirait donc depuis longtemps un grand nombre de diplomates. Sur le plan politique, elle avait revêtu pour la France une grande importance dès la guerre de Trente ans à cause des liaisons établies avec la Suède. À l’époque, le marquis de Saint-Chamond représentait les intérêts de son pays en qualité d’ambassadeur extraordinaire. Suivi par le comte d’Avaux, de 1637 à 1642, et par Claude de Meulles du Tartre (Claudius de Meullen), de 1643 à 1657, il fut le premier d’une longue série de chargés d’affaires français à Hambourg6.

  • 7 Lappenberg J. M., Hamburgische Rechtsalterthümer, Hamburg, 1845, vol. 1, introduction, p. 137.
  • 8 Urkundenbuch der Stadt Lübeck Nr. 105 et Agats A., Der hansische Baienhandel, Heidelberg, 1904, p. (...)
  • 9 Hansisches Urkundenbuch 1, Nr. 573 ; Hamburger Urkundenbuch 1, Nr. 668, 2. et Riedel A.F., Codex D (...)
  • 10 Voir pour l’instant : Série de Traités et d’actes contenant les stipulations faites en faveur du c (...)

7Sur le plan commercial les relations entre les villes hanséatiques et la France étaient beaucoup plus anciennes. Elles remontaient au Moyen Âge lorsque les Lubeckois atteignirent les foires de Champagne, au plus tard dans la dernière décennie du xiiie siècle. Les Lubeckois et Hambourgeois venaient alors en Champagne, et notamment à Troyes, vendre leurs fourrures, ainsi que probablement leurs toiles, et acheter celles de Reims, qu’ils réexportaient en Suède dans les années 1340. Déjà quelques décennies plus tôt à Hambourg, le vin de La Rochelle était signalé dans le code maritime de la ville en 12707. On retrouvera le même vin à Lubeck en 12998. Le sel de la Baie était, quant à lui, cité en 1276 dans une ordonnance douanière destinée aux marchands étrangers fréquentant la ville de l’Elbe9. Depuis cette époque les échanges entre la France et les villes hanséatiques se développèrent peu à peu, garantis par des privilèges commerciaux accordés entre autre sous Louis XI (1464 et 1483), Charles VIII (1489), François Ier (1536), Henri II (1552) et Henri IV (1604)10.

  • 11 Voir : Trocme É. et Delafosse M., Le commerce rochelais de la fin du xve siècle au début du xviie (...)

8Vers le milieu du xvie siècle, ces relations devinrent plus intenses. Si la documentation conservée dans les ports français de la façade atlantique, réduite pour l’essentiel aux actes notariés, ne mentionne que rarement la présence de leurs représentants dans les villes jusqu’au milieu du siècle. À partir de cette date, les Hanséates se faisaient plus nombreux et les documents évoquaient désormais régulièrement les activités des marchands de Brême, Lubeck et surtout Hambourg. En 1563-1565, le Hambourgeois Georges Muller, facteur d’un négociant installé à Middelbourg, résida à La Rochelle où il faisait charger de grandes quantités de vin. Il n’en demeure pas moins qu’aucun voyage direct entre La Rochelle et un port de la Baltique n’est mentionné avant 1578, des relations directes en revanche sont citées après cette date avec les places de Hambourg, Emden, Königsberg et Dantzig et jusqu’en 1627 une dizaine de navires rochelais franchissaient chaque année le Sund11.

  • 12 Voir : Reissmann M., Die hamburgische Kaufmannschaft im 17. Jahrhundert in sozialgeschichtlicher S (...)
  • 13 Voir : Stadtarchiv Lübeck (StAL) Gallica 520, Hansisches und lübeckisches Konsulat in Marseille un (...)
  • 14 Voir à cet égard : Pelus-Kaplan M.-L., « Christophe Brosseau, résident hanséatique à Paris, et son (...)

9Compte tenu de leur commerce étendu et de leur flotte marchande, les trois villes hanséatiques jouissaient à cette époque d’une importance considérable sur la scène internationale ce qui les rendait également importantes pour la France. Peu avant le milieu du siècle, un quart de tous les négociants hambourgeois engagés dans le commerce extérieur entretenaient déjà des relations commerciales avec la France12. La nomination de Tobias Zollikofer comme consul des villes hanséatiques à Marseille en 165013 et la création d’une agence hanséatique à Paris la même année s’expliquent par ce contexte. Alors que jusque là, les trois villes s’étaient contentées d’envoyer de temps à autre leurs sénateurs ou d’autres membres de leur personnel administratif en ambassades solennelles auprès du roi de France, leur désir de mettre sur pied un traité de commerce, finalement signé en 1655, se trouve à l’origine d’une représentation permanente à Paris, qui ne faisait qu’imiter les consulats établis de longue date dans la Péninsule Ibérique (fin du xvie siècle) et à La Haye (1610/17)14. En dépit de leurs titres peu glorieux, les agents ou résidents hanséatiques étaient – tout au moins dans un premier temps – accrédités directement auprès du roi. De l’autre côté, la nomination de Jacques Martin au consulat général de Hambourg en 1655 correspondait elle aussi à une conception à la fois pragmatique et stratégique de la part du gouvernement français, étroitement liée à la ratification du traité de commerce de la même année.

  • 15 Voir en particulier les arrêts du Conseil d’État du 14 juillet 1661 et du 7 juillet 1665 et celui (...)
  • 16 Voir par ex : Borel F., De l’origine des fonctions des consuls, Saint-Pétersbourg, 1807. Dans ce m (...)

10Les fonctions consulaires des représentants français à Hambourg, généralement aussi responsables des ports de Lubeck et de Brême ainsi que d’une grande partie de l’Allemagne septentrionale correspondaient depuis le milieu du xviie siècle plus ou moins aux fonctions des autres consuls français à l’étranger ; soumis, au courant des années 1660, par un certain nombre d’arrêts du Conseil d’État, du Conseil de Commerce et d’instructions royales à un contrôle plus strict du secrétariat d’État à la Marine15. Elles étaient officiellement à la fois consultatives, représentatives, politiques, judiciaires et administratives ; officieusement elles ressemblaient dans certains domaines à ce qu’on appellerait de nos jours de l’espionnage16.

  • 17 La nation française représente la communauté des négociants français établie à Hambourg et non le (...)
  • 18 Série de Traités, op. cit., ici p. 69-87. Au sujet du traité de 1655 voir bientôt dans une édition (...)

11Ce ne semble donc pas être un hasard, si le premier consul français à Hambourg, Conrad Buschier, y est mentionné en 1579. Malheureusement nous ne savons pour l’instant rien de plus sur ce personnage. Le prochain consul, Jacques Martin, officiellement caractérisé comme le premier « consul de la nation Française » à Hambourg17, ne prit ses fonctions qu’en 1655 et resta au moins jusqu’en 1659. Là encore, comme trois-quarts de siècle plus tôt, ce n’était pas un hasard. En mai 1655, Louis XIV avait confirmé les anciens privilèges hanséatiques, garantis pour la dernière fois sous Henri IV. En même temps, il concluait avec Hambourg, Brême et Lubeck un traité de commerce dont il escomptait une augmentation des exportations françaises – notamment de vin et d’eau-de-vie, de sel, prunes, noix et papier ainsi que de produits coloniaux18. Ce traité, limité à quinze ans, accordait aux trois villes le libre-échange avec les régions et territoires de la couronne française, même si dans la pratique, les relations directes avec les possessions coloniales de la France étaient rendues impossibles par le nationalisme économique de Colbert.

12L’institution des consulats dans les villes hanséatiques avait pour objectif une emprise politique croissante et l’ouverture d’une voie d’expansion. Elle était incontestablement liée à un besoin de renseignement et dépendait dans l’étendu de ses fonctions de la présence ou non d’autres représentants diplomatiques sur les lieux. Les consuls étaient obligés de rejoindre leur poste dans les trois mois après leur nomination et d’exercer leur charge en personne, autrement dit il leur était interdit la faire exercer leur commission par des personnes subdéléguées. À cela s’ajoutait alors l’interdiction de négocier et trafiquer, c’est-à-dire de travailler eux-mêmes comme négociants ou armateurs. Cela distinguait considérablement ces fonctionnaires d’État, nommés par le roi, des représentants consulaires des villes hanséatiques dans les ports français qui étaient depuis l’origine des négociants et commerçants établis sur place.

  • 19 Voir : Mandrou R., Louis XIV en son temps 1661-1715, Paris, 1973, p. 96. Voir également : Orzschig(...)

13Si aux grandes questions politiques et économiques revenait dans le domaine diplomatique une importance considérable, au-delà des positions prises par le souverain, le prince ou les membres du gouvernement, c’était souvent le « petit personnel19 » tel que le personnel consulaire et administratif qui était caractéristique d’une époque avec ses convictions religieuses, ses enjeux économiques, ses valeurs sociales, éthiques et culturelles. Par ses convictions personnelles, son action individuelle et sa socialisation inter-culturelle à l’étranger, le consul, comme tout représentant diplomatique, ne recevait pas seulement des instructions, mais pouvait également influencer l’action de son gouvernement comme d’ailleurs celui du lieu de sa résidence. Il pouvait agir sur le comportement de ses concitoyens, mais il était aussi soumis à l’influence des mouvements et convictions collectifs et individuels sur place, des attentes, espérances et craintes exprimées dans son lieu de résidence. Comme l’État qu’il représentait, il avait des visions, des rêves et des préjugés qui le concernaient et qui concernaient aussi son entourage international ce qui ne restait pas sans répercussions sur les relations entre l’État qui l’envoyait et celui qui lui servait de résidence.

  • 20 Une exception notable avec quelques indications pour le personnel consulaire de la France dans les (...)
  • 21 Voir : Bély L., « L’invention de la diplomatie », Bély L., L’invention de la diplomatie, op. cit., (...)

14L’étude qui suivra aborde les relations consulaires entre la France et les villes hanséatiques du xvie au xviiie siècle selon plusieurs perspectives, mais faute d’analyses prosopographiques approfondies20, d’études sur la biographie, les destins individuels, familiaux ou collectifs des consuls français et hanséatiques, faute aussi de recherches suffisantes sur l’exercice de leurs fonctions, sur leur travail au jour le jour et ses répercussions concrètes sur le plan politique, commercial ou interculturel, nous nous contenterons ici d’une première approche assez sommaire, tout en espérant pouvoir ouvrir ainsi quelques pistes de recherche et encourager de futurs chercheurs à s’intéresser aux relations internationales et au monde de la diplomatie ; un monde longtemps peu prisé par l’histoire moderne et pourtant si passionnant par son discours politique, économique et culturel, élaboré et médité, à la fois public et en même temps secret et sous-jacent, réservé souvent à un cercle restreint de l’administration gouvernementale21.

Les relations consulaires et l’analyse historique

  • 22 Voir par ex. : May E.R., « The Decline of Diplomatic History », Billias G.A. et Grob G.N. (dir.), (...)
  • 23 Voir par ex. : Duchhardt H. et Knipping F. (dir.), Handbuch der Geschichte der internationalen Bez (...)
  • 24 Voir par ex. : Windler Ch., La diplomatie comme expérience de l’Autre. Consuls français au Maghreb (...)
  • 25 Voir : Bély L., L’invention de la diplomatie, op. cit. Loth W. et Osterhammel J. (dir.), Internati (...)

15En ce qui concerne l’histoire moderne, mais en partie aussi l’histoire contemporaine, le monde de la diplomatie et des relations internationales ainsi que le champ d’action de la politique traditionnelle semblaient depuis longtemps quelque peu délaissés, confinés dans une position de repli22. Depuis un certain temps cependant, à la suite des transformations fondamentales de la diplomatie contemporaine et des bouleversements récents dans le domaine des relations internationales, un renouveau se fait jour dans ce domaine. Lentement mais sûrement les relations internationales réoccupent une place plus importante au sein des disciplines historiques. Depuis une quinzaine d’années, les études commencent à s’ouvrir à de nouvelles questions, alliant un renforcement des recherches sur les relations interétatiques, le processus de décision dans les capitales et les négociations importantes23 à des études sur la pratique quotidienne des intermédiaires subalternes et l’influence du « petit personnel » sur les relations politiques et sur la production et la circulation de représentations culturelles dans un espace social donné24. Longtemps l’histoire diplomatique fut considérée comme représentative d’une histoire « événementielle » que l’on se proposait de dépasser par l’analyse quantitative des structures économiques et sociales, des tendances de longue durée et des conjonctures courtes, l’étude des mentalités et une approche anthropologique, l’histoire diplomatique profite aujourd’hui des apports d’un renouveau historiographique incontestable en diversifiant ses échelles d’observation, ses questions, ses méthodes et ses enquêtes25.

  • 26 Voir par ex. : Schmidt B., Hamburg im Zeitalter der Französischen Revolution und Napoleons (1789-1 (...)
  • 27 Voir par ex. : Putnam R.D., « Diplomacy and Domestic Politics : The Logic of Two-Level Games », In (...)
  • 28 Voir par ex. : Iriye A., « Culture and International History », Hogan M.J. et Paterson T.G. (dir.) (...)
  • 29 Voir : Geertz C., The Interpretation of Cultures : Selected Essays, New York, 1973 ; Geertz C., Di (...)

16Comme clef de voûte d’une telle conception plusieurs voies ont été ouvertes, plusieurs revendications ont été formulées en commençant par des recherches pluriarchivistiques et transnationales26 en passant par l’analyse à la fois verticale et horizontale du processus d’interaction et de négociation entre les acteurs de l’État et de la société27 jusqu’à l’appel d’une approche culturelle et sociale de l’histoire diplomatique28. Si l’on considère la culture avec Clifford Geertz comme un système de symboles, permettant l’intelligibilité des situations et des événements29, c’est le mélange de références culturelles, lié aux interventions individuelles et collectives dans des réseaux de relations sociales et de communication internationale, qui caractérise le champ d’action du diplomate, ses convictions, ses interrogations et ses incertitudes. Les choix individuels affectent les systèmes collectifs et modifient par conséquent les conditions mêmes dans lesquelles ils se déroulent dans un cadre de normes préexistantes, mais non immuables.

  • 30 Voir : Labourdette J.-F., Vergennes. Ministre principal de Louis XVI, Paris, 1990.
  • 31 Voir à cet égard avec plus de détails la contribution de Pascal Even dans ce volume sur « La natio (...)

17Lorsque par exemple le consul général de France à Hambourg, Coquebert de Montbret, tenta, en juin 1786, de créer une « nation française », c’est-à-dire une association de négociants et de marchands français établis dans la ville sur le modèle des « nations » du Levant, c’était essentiellement le résultat de l’engagement personnel d’un officier du roi particulièrement dynamique et bien instruit qui avait su convaincre son gouvernement de la nécessité d’encourager et de faciliter le commerce direct avec le Nord. Lors d’un passage en France, il avait personnellement défendu ses convictions auprès des bureaux du secrétariat d’État à la Marine et des différentes chambres de commerce établies dans les ports français de la façade atlantique, et avait pris l’initiative sur place, de faciliter l’établissement de maisons de commerce nationales actives. Mais en même temps, sa détermination à valoriser la communauté française face aux autorités et à la population locale, à l’associer à la politique de l’administration royale et à développer de nouvelles stratégies commerciales, liée un besoin d’information supplémentaire, se situait dans un contexte de politique et transformation économique générale et d’une volonté clairement définie de la part de son gouvernement – depuis Colbert jusqu’au comte de Vergennes – d’encourager le commerce français dans le Nord et en particulier dans la Baltique30. La politique gouvernementale, les changements des structures commerciales après le traité de Paris de 1763 et la fin de la guerre d’indépendance américaine, la création d’un consulat anglais à Hambourg en 1781 et bien d’autres facteurs encore, ajoutés à l’initiative et à l’engagement personnel d’un consul en poste depuis 1774 et par conséquent bien informé des débouchés du port d’Hambourg, contribuèrent à la création d’une nation française dans la ville. Certes elle fut éphémère, mais néanmoins caractéristique par sa constitution, sa composition, son mode de fonctionnement et son histoire assez brève d’une multiplicité de rationalités étatiques et non étatiques interagissant dans le système international de l’époque moderne31.

  • 32 Ibidem.
  • 33 Voir : Thoden H., « Die Patriotische Gesellschaft in Hamburg und die Anfänge des Sparkassenwesens  (...)

18La nécessité d’analyser les conditions concrètes dans lesquelles les acteurs diplomatiques interagissaient avec les sociétés objets de leurs rapports et avec les milieux auxquels ils faisaient part de leurs observations, la nécessité aussi de s’intéresser plus particulièrement à la diplomatie comme moyen de communication réciproque, ouvre des perspectives privilégiées sur le processus de définition et de redéfinition d’identités politiques et culturelles, collectives et individuelles, nationales ou régionales, voire même, dans certains cas, familiales. Les expériences des consuls s’inséraient dans de nombreux réseaux de relations et d’échanges entre les différentes communautés qui dépassaient largement le cadre des relations nationales. Par définition cela était vrai pour les consuls des villes hanséatiques en France qui ne représentaient pas une « nation » au sens moderne du terme, mais de petites républiques marchandes sans véritables droits de souveraineté à l’échelle européenne. Ces villes appartenaient à l’Empire, mais pouvaient représenter leurs intérêts sur le plan international en leur propre nom et même conclure des traités. Cela était vrai aussi pour les consuls français tels que Coquebert de Montbret. Celui-ci avait réuni dans sa « nation » de Hambourg non seulement des négociants et des capitaines de navires, mais aussi des ingénieurs constructeurs de la marine, plusieurs nobles, un ecclésiastique et un chirurgien32. En plus, il était membre de la « Société patriotique » de la ville de Hambourg, fondée en 1765. S’étant ainsi engagé dans le mouvement réformateur de l’Aufklärung, il avait facilité les relations entre cette société d’utilité publique et des sociétés analogues à Nancy, Paris, Rouen et Strasbourg, ce qui nous renvoie à nouveau aux réseaux de nature économique et culturelle existant entre la France et les villes de la Hanse33.

19Ces interdépendances étaient significatives de l’attention grandissante portée aux questions économiques et sociales dans la seconde moitié du xviiie siècle.

  • 34 Dupont de Nemours Pierre Samuel, « Notice abrégée des différents écrits modernes qui ont concouru (...)

« L’époque de l’ébranlement général qui a déterminé les esprits à s’appliquer à l’étude de l’économie politique remonte jusqu’à Monsieur de Montesquieu, écrivait Dupont de Nemours en 1769. Ce furent les éclairs de son génie […] qui montrèrent à notre nation encore si frivole que l’étude de l’intérêt des hommes réunis en société pouvait être préférable aux recherches d’une métaphysique abstraite34. »

  • 35 Mondot J., « Le paradigme du commerce dans les écrits de Raynal et de Forster », Mondot J. et Larr (...)
  • 36 Ibidem, p. 27.

20Le commerce connaissait alors une assomption à la fois politique et sémantique35. Si l’on en croit Raynal, il n’était plus seulement une technique d’échange de marchandises ou de services, mais l’activité fondamentale de l’humanité. Pour lui, la réussite dans ce domaine allait de pair avec la liberté et à la tolérance, elles mêmes filles de la philosophie des Lumières36.

21Si les consuls agissaient dans une multiplicité de réseaux qui posaient des exigences normatives divergentes, leurs expériences s’inséraient dans un contexte économique, philosophique et politique qu’il faut garder à l’esprit lorsque l’on étudie la manière dont les « jugements » qu’ils portaient sur les situations d’interaction se transformaient en « vérités », susceptibles d’orienter le processus de décision de leur gouvernement. La perception de la diversité culturelle et le risque de malentendus, la recherche pragmatique d’une sécurité juridique par les négociations et par le respect réciproque de normes spécifiques, liées à la nécessité de tenir compte des dimensions culturelles des relations internationales, de leur caractère interactionnel et dynamique, rendaient leur travail difficile. Cela était particulièrement vrai dans les grandes villes commerçantes, multicolores et animées, telles que Hambourg qui attirèrent à l’époque moderne non seulement un grand nombre de diplomates, de négociants, commerçants et navigateurs du monde entier, mais aussi de nombreux étrangers en rupture, pour des raisons diverses, avec la société dans laquelle ils étaient nés.

22À côté des recherches prosopographiques indispensables, des analyses des traités de commerce et de navigation, des études du cadre juridique et institutionnel du travail des consuls et des autres représentants diplomatiques, il semble finalement nécessaire de tenir compte de la diversité des rationalités individuelles et collectives, subnationales et transnationales de l’époque moderne qui ont joué un rôle dans le domaine des relations internationales. Toute interaction qui – parfois après maintes démarches, où alternaient déboires et succès partiels – amenait à un dénominateur commun, supposait un accord au moins implicite entre les acteurs sur les codes et les valeurs dont il fallait, le cas échéant, tenir compte. De cette manière, généralement accrédités auprès du cercle de Basse Saxe et des villes hanséatiques, parfois aussi du Mecklembourg et même de toute l’Allemagne septentrionale, les consuls français qui résidaient à Hambourg se voyaient confrontés à une diversité de statuts politiques et de comportements culturels très différents de ce qu’ils connaissaient en France. Cela était vrai pour le Mecklembourg et pour le Cercle de Basse Saxe, mais surtout pour les trois villes de Hambourg, Brême et Lubeck. Elles appartenaient à l’Empire, mais réclamaient pour elles une tradition historique – celle de la ligue hanséatique – qui leur était propre, un statut de neutralité commerciale et militaire même pendant les guerres de l’Empire et le droit de signer des traités au même titre que les grandes puissances de l’époque. Leurs représentants les plus prestigieux n’étaient pas des nobles, mais des commerçants et des juristes de la grande bourgeoisie du négoce qui n’avaient aucun complexe d’infériorité vis-à-vis des grandes maisons princières de la France où de l’Empire auxquelles il fallait rendre hommage sur le plan de la représentation symbolique.

  • 37 Huhn F.-K., op. cit., p. 68.

23Dans ce domaine, les envoyés de l’Empire auprès des villes hanséatiques réclamaient la prééminence sur les autres diplomates, mais en tant que ministres plénipotentiaires leurs collègues français pouvaient en principe prétendre à la même considération. Dans la pratique cela dépendait également de la personnalité de chaque diplomate. Ainsi le ministre français Jean-Baptiste Poussin rapportait fièrement que le représentant de l’Empire lui avait laissé la première place à l’occasion d’une fête qu’il avait donnée à Hambourg37. Quant aux consuls, leur rôle politique et leur rang protocolaire dépendaient de la présence ou non d’autres représentants diplomatiques sur les lieux ce qui impliquait parfois des conflits considérables.

  • 38 Fink G., « Diplomatische Vertretungen der Hanse seit dem 17. Jahrhundert bis zur Auflösung der Han (...)

24Concernant les envoyés des villes hanséatiques en France, ils évoluaient eux aussi sur un terrain glissant lorsqu’ils entraient dans les subtilités de la représentation symbolique. L’étiquette de la cour du roi de France connaissait des finesses, dont ils étaient conscients, mais qu’ils ne savaient pas toujours manier avec toute la certitude nécessaire, comme le montrèrent plusieurs rapports diplomatiques français du milieu du xviie siècle, relatés en détail par Georg Fink38. Cela était vrai aussi pour les rapports avec leurs propres résidents, rendus difficiles dans certains cas par la concurrence entre les trois grandes villes portuaires elles-mêmes. Ainsi, en 1715, le résident des villes hanséatiques à Paris montra une certaine rancune à l’égard des députés de Hambourg, Jean Anderson et Daniel Stockfleht, qu’il soupçonna de jouer leur propre jeu dans les négociations d’un nouveau traité de commerce et de navigation avec la France. Tout en louant la qualité de leur travail, Christophe Brosseau leur reprocha de mener grand train, de dépenser beaucoup en habits et autres équipages, « car ils y ont un carrosse qui leur coûte 360 lb par mois, une table ordinaire de 6 couverts, une maison bien meublée, 4 lacquais, un cocher, vestus d’une belle livrée ». Un peu plus tard, sa rancœur éclata à nouveau :

« MM les députés de Hambourg se sont servis de M. le Marquis de Théligny pour estre admis par luy auprès de MM les ministres au lieu de moy, qui devois naturellement avoir cet honneur. J’ay dissimulé cette injure parce que je n’ay pu la parer sans en venir à une rupture ouverte avec eux, et sans aller aussy contre l’ordre que vous m’avez donné de ne rien faire que de concert avec ces MM »,

  • 39 AHL, Gallica, 58, lettres du 7 juin 06 et du 24 juin 1715, du 15 juillet 1715, du 16 août 1715. Ci (...)

25écrivait-il au Sénat de Lubeck qui l’avait chargé des négociations à Paris39.

  • 40 Jurgens M. et Orzschig J., « Korrespondenten von G. W. Leibniz : 7. Christophe Brosseau », Studia (...)

26La correspondance du diplomate français Christophe Brosseau nous donne un précieux témoignage sur un aspect important des relations internationales à l’époque de Louis XIV et de la Régence. Ce personnage cultivé et bien informé de la vie littéraire et scientifique entretenait des relations amicales avec Leibniz40, connaissait parfaitement l’Allemagne du Nord et disposait à la cour d’un atout majeur en la personne de « Madame » la princesse Palatine, et de son fils Philippe d’Orléans, respectivement marraine et parrain de sa fille. Il entretenait également d’excellentes relations avec Pontchartrain, le secrétaire d’État à la Marine, d’Aguesseau, le président du Conseil du Commerce, et le Maréchal d’Estrées. Comme le constata Marie-Louise Pelus-Kaplan,

  • 41 Cité d’après : Pelus-Kaplan M.-L., « Christophe Brosseau… », op. cit.

« au travers des états d’âme et des préoccupations d’hommes animés avant tout par la passion des échanges, aussi bien commerciaux que culturels et amicaux, les uns n’allant guère sans les autres, on peut déceler, à l’aube des Lumières, l’existence d’un véritable cosmopolitisme, ancré de toute ancienneté dans les pratiques des marchands, tout autant, sinon plus, que dans celles des diplomates41 ».

  • 42 Voir : Mézin A., op. cit., ici p. III.

27La curiosité des uns et des autres n’a jamais été entièrement mobilisée par la recherche d’informations d’ordre commercial ou politique. Plus désintéressée, elle s’est appliquée à la langue, aux mœurs, aux arts et à la littérature des pays dans lesquels ils voyageaient, négociaient ou résidaient42.

  • 43 MAE, CP Hambourg, vol. 36, fol. 118 et suiv. ; Huhn F.-K., op. cit., p. 71.
  • 44 MAE, CP Hambourg, vol. 36, fol. 122 et suiv. ; Huhn F.-K., op. cit., p. 71.

28Puisque, à cette époque, le commerce relevait aussi du ressort des ministres, agents ou résidents en poste à l’étranger, il ne semble pas surprenant que l’agent des villes hanséatiques à Paris, sincèrement acquis à la cause de leur commerce en France, se soit vu chargé des questions économiques et commerciales qui importaient le plus aux grandes villes portuaires de l’Allemagne du Nord. Par ce biais son travail ressemblait quelque peu aux préoccupations des consuls. Du côté des diplomates français à Hambourg la situation comportait quelques ressemblances, même s’il y avait ici à la fois des ministres et des consuls. Ainsi Jean-Baptiste Poussin se plaignait, en janvier 1715, de l’arrivée du commissaire de la marine et du commerce Pierre de Rochefort dans la ville. D’après lui, le commerce faisait partie des attributions de l’envoyé extraordinaire de France auprès des villes hanséatiques et du Cercle de BasseSaxe43. « La ville de Hambourg, écrivait-il, sera fort embarrassée de voir chez elle deux amphitrions : elle ne saura auquel croire44. »

29Comme le soulignent les exemples précédents, le travail des diplomates et des consuls, la politique de l’état et les courants philosophiques, le commerce et la culture semblent finalement étroitement liés, et il convient de tenir compte de ces liens lorsqu’on s’intéresse aux relations entre des espaces nationaux, territoriaux, culturels et linguistiques différents pour évoquer la fonction et la pratique consulaire à l’époque moderne.

Sources et travaux scientifiques

  • 45 Voir à cet égard : Espagne M., « Papiers allemands, papiers français : L’existence d’une mémoire i (...)

30Bien que les historiens travaillent depuis quelques décennies de moins en moins au service de l’illustration d’une cause nationale, leurs catégories de pensées sont encore bien souvent modelées par un système de référence national et par des catégories archivistiques liées à l’histoire de l’État au service duquel les archives ont initialement été destinées45. Échapper à ce schématisme est une condition sine qua non à la mise en place d’une historiographie transnationale, indispensable à la plupart des études dans le domaine des relations internationales ; une condition qu’il reste cependant parfois difficile à réaliser quand on pense aux restrictions archivistiques de consultation de documents et les prolongements des séjours qui en résultent, au coût de la vie assez élevé à l’étranger ou aux connaissances linguistiques et paléographiques obligatoires lorsqu’on s’intéresse aux traditions historiques et culturelles d’autres pays.

  • 46 Voir par ex. : Jeannin P., « Die Hansestädte im europäischen Handel des 18. Jahrhunderts », Hansis (...)
  • 47 La Correspondance politique Hambourg a par ex. été utilisé dernièrement par Lucien Bély, « Jean Ba (...)

31En ce qui concerne les relations consulaires entre les villes hanséatiques et la France, nous disposons de fonds d’archives d’une grande richesse sur une vaste période de l’époque moderne aussi bien en France qu’en Allemagne, mais malheureusement ces sources n’ont jusqu’à présent pas été suffisamment exploitées. Utilisée surtout comme source complémentaire pour les travaux d’histoire économique46, leur valeur dans le domaine des relations internationales a pourtant été soulignée à plusieurs reprises par des historiens français et allemands47.

  • 48 Voir entre autre : AN Marine A510 : Hambourg et Lubec 1766-1785, Marine B4 « Mer Baltique » et « M (...)

32Du côté français, le règlement du 7 mars 1669 avait rattaché les consulats au département de la Marine. Les attributions de Colbert et de ses successeurs comprenaient « la Marine en toutes les provinces du royaume, le commerce tant du dedans que dehors le Royaume, les Consulats de la nation françoise dans les pays étrangers ». Les archives des consulats – tant les archives des postes eux-mêmes que les correspondances, mémoires et documents adressés à Paris par les consuls – appartenaient donc au fonds des archives du département de la Marine. Le rattachement des consulats au ministère des Relations extérieures (puis des Affaires étrangères) par un décret de la Convention du 14 février 1793 donna lieu trois ans plus tard au partage des archives consulaires entre ce ministère et celui de la Marine. Comme toujours lorsqu’on divise un fonds d’archives, ce partage, plusieurs fois remanié par la suite, ne donna jamais satisfaction, mais il se trouve à l’origine d’une répartition des archives consulaires qui subsiste encore aujourd’hui. De cette manière une partie de la correspondance du consulat d’Hambourg est conservée aux Archives nationales dans les sous-séries Affaires étrangères et Marine dont les classements ne correspondent pas toujours aux administrations productrices d’archives ce qui complique la tâche des chercheurs. Néanmoins, en dépit de ces inconvénients et de nombreuses pertes et destructions subies au fil des siècles, les fonds anciens de la Marine et des Affaires étrangères, conservés aux Archives nationales, représentent une source documentaire de première importance pour l’histoire des relations consulaires entre la France et les villes hanséatiques48.

  • 49 Voir : MAE, CCC Hambourg, vol. 9-55. Les 8 premiers volumes de cette série se trouvent aux Archive (...)
  • 50 Voir : MAE, CP Hambourg et CP Hambourg supplément. Voir également les Tables manuscrites de la cor (...)
  • 51 En ce qui concerne Hambourg il y a Nantes dans la série A 41 volumes pour la période 1816 à 1906 e (...)

33Plus importants encore sont les fonds d’archives conservés au Quai d’Orsay. La Correspondance consulaire et commerciale Hambourg comprend 46 volumes pour les années 1793 à 190149. La Correspondance politique renferme 177 volumes pour les années 1610 à 1870 et 16 volumes pour les années jusqu’en 1895. Elle contient également de nombreux documents qui concernent les relations consulaires et commerciales entre la France et les villes hanséatiques. À cela s’ajoutent 12 volumes de la Correspondance politique des consuls pour les années 1848 à 1870, 22 volumes de la Correspondance consulaire et commerciale pour la ville de Brême de 1794 à 1901 et huit volumes de la même série pour la ville de Lubeck de 1802 à 187050. Enfin, ces fonds peuvent être complétés par les papiers rapatriés de la Légation puis du Consulat de France à Hambourg conservés aux Archives diplomatiques de Nantes pour la période 1774 à 1939. Ces fonds, très inégaux en intérêt et parfois lacunaires, renferment des papiers hétéroclites. Dans les fonds anciens, de nombreux registres et dossiers traitent de questions maritimes et commerciales, mais on trouve à Nantes aussi des documents sur le fonctionnement des services, les immeubles et le mobilier, des dossiers de personnel, les courriers échangés avec d’autres postes diplomatiques et consulaires, les autorités locales, les particuliers, les entreprises et les organismes les plus divers ainsi que des dossiers relatifs aux Français résidant à l’étranger (immatriculation, passeports, notariat, état civil, affaires militaires, sociales…) et aux étrangers souhaitant venir en France51.

  • 52 Bien plus tard que Lubeck, Brême en 1646 et Hambourg en 1618/1768 devinrent villes libres de l’Emp (...)
  • 53 Dollinger P., La Hanse, Paris, 1964, rééd. Paris, 1988 ; Grassmann A. (dir.), Lübeckische Geschich (...)

34Du côté des villes hanséatiques se trouvent également des fonds d’archives d’une grande richesse dans le domaine des relations internationales. À la fois villes hanséatiques et successivement villes libres du Saint Empire, de la Confédération germanique et de la Confédération de l’Allemagne du Nord52, les trois villes de Lubeck, Hambourg et Brême avaient – avec quelques restrictions liées à leur appartenance à des structures étatiques superposées – leur propre politique extérieure jusqu’en l866/71. C’est surtout Lubeck, longtemps considérée comme « la reine de la Hanse53 », mais supplantée à l’époque moderne par Hambourg comme centre du négoce international en Europe septentrionale, qui conserve des archives anciennes d’une grande valeur dont les premiers documents concernant la France remontent au xiiie siècle.

  • 54 Voir : Postel R., « Der Niedergang der Hanse », Bracker J. et Henn V. et Postel R. (dir.), Die Han (...)
  • 55 Voir : Pelus-Kaplan M.-L., « Eine Hansestadt im Planetensystem… », op. cit. ; Pelus-Kaplan M.-L., (...)
  • 56 Pelus-Kaplan M.-L., « Das Archiv der Hansestadt Lübeck… », op. cit. StAL Altes Senatsarchiv Extern (...)
  • 57 StAL ASA Ext. Gallica 300 et suiv.
  • 58 Ibidem, Gallica 650 et suiv.
  • 59 Ibid., Gallica 450 et suiv.
  • 60 Ibid., Gallica 720 et suiv.
  • 61 Pour Hambourg voir StAH 111-1 Sénat Cl. vi. : Hanseatica ; Auswärtige Angelegenheiten 13961928. Pa (...)

35Malgré l’ancienneté des relations commerciales entre la Hanse et les ports français de la façade atlantique, leur essor datait surtout du xviie siècle, du règne de Louis XIV et de la guerre de Hollande. Liées entre elles depuis 1629/30 au sein d’une organisation plus limitée, chargée de représenter sur la scène internationale les intérêts de l’ensemble de l’ancienne ligue hanséatique54, les trois villes de Hambourg, Brême et Lubeck profitaient alors de l’état de guerre presque continu en Europe pour évincer partiellement les Hollandais dans leurs fonctions d’intermédiaires, tant sur le marché français que sur les marchés de l’Europe du Nord. Étant donné que la guerre contre les Provinces Unies et leurs alliés se jouait en même temps sur le plan économique, militaire et naval, l’importance commerciale grandissante des trois villes pour le royaume de France allait de pair avec le soutien de leur statut de neutralité en temps de guerre par le gouvernement français. L’intermédiaire hanséatique permettait alors l’approvisionnement des troupes et de la marine en produits stratégiques de la mer Baltique tels que le bois, les produits textiles (chanvres, cordages, toile à voile, etc.), le goudron et la poix, les métaux et les armes55. Les archives des villes reflètent leur poids de plus en plus considérable pour la politique française dans le Nord du xviie siècle jusqu’au début des guerres de Révolution. Inversement elles soulignent aussi l’importance de premier plan, pour les villes hanséatiques, de leurs relations avec la France, comme le montre un résumé du contenu des quelques 951 cartons de la série « Gallica » des Archives de Lubeck récemment publié par Marie-Louise Pelus-Kaplan56. Le volume et la variété des documents de cette série en fait une source de grande qualité pour l’activité diplomatique française en Allemagne du Nord et dans l’espace baltique. Cela est surtout vrai pour la correspondance des agents hanséatiques à Paris57 et pour celle des ministres français accrédités en Allemagne du Nord auprès du Cercle de Basse Saxe et des villes hanséatiques58. En ce qui concerne la résidence à Paris, elle a été supprimée en 1868 et a été remplacée par le consulat de la Confédération de l’Allemagne du Nord à laquelle adhérèrent les trois villes. En même temps furent supprimés les consulats des villes hanséatiques de Nantes, Brest, Toulon, Alger, Bayonne, Sète, Montpellier, Marseille, Morlaix, Cherbourg, etc. dont la correspondance a été conservée partiellement aux archives de Lubeck59. On y trouve aussi certains papiers des commissaires de la marine et des consuls français établis à Hambourg ainsi que des vice-consuls et d’autres agents consulaires qui se sont succédés dans les villes hanséatiques jusqu’en 187060. Dans les deux autres villes la recherche s’avère plus compliquée puisqu’il faut puiser les sources concernant les relations entre la France et les villes hanséatiques à l’époque moderne dans différents fonds des anciennes archives du Sénat, partiellement détruites à Hambourg par un grand incendie en 1842. Il n’empêche que là aussi de nombreux documents permettent de juxtaposer la vision, la perception et la conception du gouvernement et des diplomates français aux discussions internes et positions officielles des villes en question61.

  • 62 Beutin L., « Zur Entstehung des deutschen Konsulatswesens im 16. und 17. Jahrhundert », Vierteljah (...)
  • 63 Pohl H., « Die diplomatischen und konsularischen Beziehungen zwischen den Hansestädten und Spanien (...)
  • 64 Fink G., op. cit.
  • 65 Grassmann A., « Die Ernennung Heinrich Wilhelm von Gerstenbergs zum dänischen Konsul in Lübeck 177 (...)
  • 66 Voir par ex. : Pohl H., Die Beziehungen Hamburgs zu Spanien und dem spanischen Amerika in der Zeit (...)
  • 67 Voir par ex. : Lappenberg J.-M., « Listen der in Hamburg residirenden, wie der dasselbe vertretend (...)
  • 68 Prüser J., Die Handelsverträge der Hansestädte Lübeck, Bremen und Hamburg mit überseeischen Staate (...)

36Lorsqu’on passe des fonds d’archives aux travaux scientifiques, le bilan s’avère beaucoup moins avantageux. Il y a plus de trois quarts de siècle, Ludwig Beutin constata que nos connaissances sur l’origine des fonctions et services consulaires restaient encore « en grande partie dans l’ombre62 ». Il y a plus de quarante ans que Hans Pohl confirma cette déclaration pour sa génération63. Enfin, il y a une bonne dizaine d’années seulement, Antjekathrin Graßmann observa qu’il y avait certes maintenant des études sur les diplomates des villes hanséatiques à l’étranger64, mais qu’il en manquait encore presque complètement sur les consuls d’autres nations dans les trois villes65. En effet, en dépit d’une documentation archivistique assez favorable, des études approfondies sur la genèse et le fonctionnement de l’institution consulaire dans les villes hanséatiques font toujours défaut, comme d’ailleurs des études sur leurs représentations consulaires en France. Depuis Ludwig Beutin, peu de progrès ont été enregistrés dans ce domaine pour l’époque moderne66 ce qui nous oblige encore aujourd’hui à avoir recours aux travaux des archivistes du xixe siècle qui se sont intéressés aux relations internationales67. Pour le xixe siècle et le grand essor de l’institution consulaire, le bilan des recherches ne semble guère plus favorable68. Sous l’intitulé « la Hanse à travers le monde » la directrice des Archives de Lubeck présenta dernièrement un tableau géographique et politique des établissements consulaires des villes hanséatiques dans les deux premiers tiers du xixe siècle que l’on devrait comprendre comme une incitation à de nouvelles recherches :

  • 69 Grassmann A., « Hanse weltweit ? Zu den Konsulaten Lübecks, Bremens und Hamburgs im 19. Jahrhunder (...)

« On pourrait bien dire, écrivait-elle, qu’il serait avantageux d’étudier l’histoire des consulats des villes depuis la Hanse tardive jusqu’à l’époque hanséatique des débuts de ce service de politique extérieure dont les villes hanséatiques se sont servies avec tant de précautions jusqu’à la Confédération de l’Allemagne du Nord et cela d’autant plus que les archives des consulats hanséatiques sont conservées aux Archives de Lubeck69. »

37Nous ne pouvons qu’espérer que des archivistes et historiens allemands et français entendent cet appel. En France, Marie-Louise Pelus-Kaplan avec ses observations sur le résident hanséatique à Paris, Christophe Brosseau, Lucien Bély avec son étude sur l’envoyé de France à Hambourg, Jean-Baptiste Poussin, et Pascal Even avec sa contribution sur le consul général de France en Allemagne du Nord, Coquebert de Montbret, ont montré la voie à suivre dans les années à venir dans le domaine des relations diplomatiques. Pour ce qui concerne les consuls, mais également les autres diplomates en poste à Hambourg, leurs attributions et fonctions dépendaient en grande partie de l’étendue et de l’importance des relations commerciales.

Les relations commerciales entre les villes hanséatiques et la France

  • 70 Voir : ANP AEBIII 426 : Mémoire sur le commerce de l’Allemagne, joint à la lettre du 29 juillet 17 (...)
  • 71 Voir : ANP AEBIII 426 : Mémoire du 25 août 1785. Voir également : Jeannin P., op. cit. Röhlk F., S (...)

38Dans la recherche sur l’histoire économique de l’époque moderne, la difficulté d’établir des statistiques à peu près fiables n’est que trop connue de tous ceux qui ont déjà essayé de comparer des caisses, tonneaux, corbeilles, sacs ou ballots de taille et de composition inconnues, d’extrapoler des mouvements de bateaux à partir de chiffres ne donnant aucune indication quant à la taille et à la cargaison réelles, de différencier des types de marchandises regroupées sous les termes génériques d’articles en vrac, coloniaux ou manufacturés. Ainsi par exemple le consul de France à Hambourg, Coquebert de Montbret, constata combien il pouvait être problématique de dresser un bilan exact du commerce extérieur hambourgeois, lorsqu’il rédigea dans les années 1770 et 1780 plusieurs mémoires consacrés au trafic maritime des villes hanséatiques70. Mandaté par son gouvernement pour étudier les relations commerciales entre la France et l’Allemagne du Nord, il constata en 1785 qu’il était impossible de fournir des données exactes sur la valeur et la quantité des marchandises importées, sur leur provenance et leur future destination car le système douanier local n’exigeait pas ce type de renseignements, et que même si les autorités pouvaient mettre à sa disposition tous les registres douaniers, il serait impossible d’en tirer des données précises statistiquement exploitables71.

39Même si cet avis correspond à la réalité et s’il n’est possible que jusqu’à un certain point d’estimer en chiffres précis les exportations et les importations de l’époque, nous disposons, du moins pour les xviie et xviiie siècles, d’assez bonnes sources sur les relations commerciales entre la France et les villes hanséatiques, grâce notamment à la Correspondance commerciale et consulaire et à la Correspondance politique conservées aux Archives du Quai d’Orsay.

  • 72 Voir : Schmidt B., « Le commerce extérieur… », op. cit. ; Jeannin P., op. cit., ici surtout p. 44.
  • 73 Le commissaire de la marine Pierre Rochefort qui était arrivé en 1715 à Hambourg y est mentionné e (...)
  • 74 Voir aussi pour ce qui suit : Huhn F.-K., op. cit., p. 72 et suiv.
  • 75 Voir : MAE, MD (Fonds divers), Allemagne, doc. divers de 1716 à 1750 (Hambourg, vol. 138), fol. 12 (...)
  • 76 Voir : MAE, CP Hambourg, vol. 72 et suiv., par ex. vol. 73, fol. 9, 59, 77, 124, 233, 403 ; MAE, C (...)
  • 77 Jeannin P., op. cit., ici p. 53.

40Les tableaux que les diplomates français résidant à Hambourg faisaient établir pour les importations de Hambourg contenaient depuis le milieu du xviiie siècle, outre des listes détaillées sur les arrivées de navires par pays d’origine, des informations supplémentaires pour un grand nombre de produits. Leurs relevés trimestriels et annuels comprenaient parfois même des listes particulières pour les importations du cours supérieur de l’Elbe et les importations par voie terrestre. À l’intérieur des groupes de pays, pour chaque lieu de provenance, les produits importés étaient enregistrés avec l’indication du nombre de paquets et leur valeur estimée en mark banco72. Un des premiers à établir de tels relevés fut Gérard Lévesque Claude de Champeaux, depuis 1750 successeur de Poussin à Hambourg. Alors que son prédécesseur s’était contenté d’estimations assez générales sur les relations commerciales, surtout par rapport à la concurrence anglaise et hollandaise, et qu’il n’y avait plus de commissaire de la marine à Hambourg depuis quelques années73, Champeaux connaissait parfaitement les questions économiques et s’y intéressait de près. Depuis 1722 au service du roi, il avait été employé pendant un certain temps comme « Chargé des affaires du commerce de France à la Cour d’Espagne74 ». D’après ses instructions, il devait informer son ministère sur la navigation et le commerce de la ville de Hambourg, soupçonnée alors par le gouvernement français de ne pas se tenir aux stipulations du traité de commerce et de navigation, signé entre la France et les villes hanséatiques en 171675. Ce n’était donc pas un commissaire de la marine ou un consul, mais un envoyé extraordinaire et ministre résident qui était chargé des rapports économiques et commerciaux dans un contexte politique assez tendu. Champeaux rédigea pendant quatre ans plus de trente mémoires et rapports de bonne qualité sur le commerce des villes hanséatiques et de l’Europe du Nord qui s’ajoutaient à des statistiques assez fiables sur tous les secteurs du commerce maritime de la ville d’Hambourg76. Il donna ainsi le coup d’envoi à une analyse et correspondance commerciale digne de ce nom qui devait s’avérer extrêmement utile aux gouvernements français jusqu’à la fin de l’Ancien régime. Poursuivies plus tard par des consuls tels Coquebert de Montbret ou François de Bourboulon, ces investigations servaient même de référence aux collègues d’autres nations qui s’en inspiraient pour leurs propres rapports. Ainsi le consul d’Espagne à Hambourg s’en servait en 1786 pour comparer les exportations françaises et espagnoles des années 1767 à 1777 en direction du grand port de l’Elbe77.

  • 78 Voir : Pelus-Kaplan M.-L., « Navigation française et commerce français en mer Baltique aux xvie et (...)
  • 79 Voir : Voss P., « “Eine Fahrt von wenig Importanz” ?, op. cit. » ; Voss P., Bordeaux et les villes (...)

41Si l’on peut chiffrer avec plus ou moins de précision l’ampleur des relations commerciales entre la France et les villes hanséatiques dans la seconde moitié du xviiie siècle, il est plus difficile d’en faire autant pour les périodes antérieures. Comme l’ont montré Marie-Louise Pelus-Kaplan à partir des comptes de la douane du Sund78 et Peter Voss à partir des archives départementales de la Gironde79 cela est pourtant possible. Étant donné que le développement des relations franco-hanséatiques sur le plan diplomatique et consulaire tient largement à l’extension des relations commerciales, il semble nécessaire d’en indiquer au moins les grandes lignes.

  • 80 Voir : Pelus-Kaplan M.-L., « “Le commerce du nord” et l’économie française dans la seconde moitié (...)
  • 81 Pelus-Kaplan M.-L., « “Le commerce du nord”… », op. cit. ; Dubas-Urwanowicz E., « Henri de Valois (...)

42Le commerce entre le royaume de France et l’Europe du Nord entra vers le milieu du xvie siècle dans une phase d’expansion. Si Louis XII, François Ier et leurs successeurs nouaient alors des contacts diplomatiques et des alliances avec les puissances du Nord et de l’Est de l’Europe et entretenaient même à partir de 1541 une représentation permanente à Copenhague, il s’agissait surtout de se ménager ou bien des alliés contre les Habsbourg ou bien contre l’Angleterre. Mais en même temps les considérations d’ordre commercial ont été présentes au sein du gouvernement français. Les nombreux appels de Charles Danzay, résident français à Copenhague de 1548 à 1589, à favoriser et protéger le commerce national dans le Nord n’ont pas laissé indifférent Henri II et ses successeurs80. L’arrivé d’un premier consul français en 1579 à Hambourg semblait à cet égard révélateur. Les projets plus ou moins vains pour placer les fils d’Henri et de Catherine à la tête de principautés ou de royaumes baltiques, témoignaient aussi d’une certaine prise de conscience de l’importance du commerce du Nord, également à l’ordre du jour lors des négociations menées avec la noblesse polonaise en vue de l’élection au trône de Pologne du futur Henri III81.

  • 82 Pelus-Kaplan M.-L., « “Le commerce du nord”… », op. cit., ici p. 242.
  • 83 Voir : Voss P., « Une communauté sur le déclin ? Les marchands hollandais à Bordeaux 16501715 », B (...)

43L’infériorité structurelle de la marine marchande française – en grande partie constituée de navires de petites tailles, tournant le plus souvent au tour d’une soixantaine de tonneaux dans la Baltique – face aux vastes capacités de fret développées par les puissances maritimes d’Europe du Nord-Ouest et du Nord, explique la part très faible des navires français dans ce commerce et la suprématie hanséatique et hollandaise dans les exportations françaises vers le Nord-Est. Ainsi, entre 1557 et 1566, 50 % des navires qui passaient le Sund vers l’est en provenance d’un port français étaient des navires hanséatiques82. Par la suite la domination hanséatique laissa progressivement la place à l’emprise hollandaise qui finira au début du xviie siècle par dominer presque complètement le commerce entre la France et l’Europe du Nord. Et les registres portuaires conservés dans les ports français de la façade atlantique soulignent que les marchands hanséates, engagés après la révolte des Pays-Bas et les embargos de Philippe II de plus en plus dans la Péninsule ibérique, continuaient toutefois de fréquenter les grands ports de France. Ainsi on trouva, entre 1640 et 1646, 200 de leurs navires d’un tonnage moyen de 185 tonneaux dans le seul port de Bordeaux83.

  • 84 Voir : AN, Marine B7 489, fol. 275 : Rapport de Pierre Bidal à Colbert du 3 janv. 1670. Voir aussi (...)

44Surtout en temps de conflit militaire, pendant les deux premières guerres maritimes anglo-hollandaises, la guerre de Dévolution, la guerre de Hollande, la guerre de la Ligue d’Augsbourg et la guerre de Succession d’Espagne, les villes hanséatiques profitaient de leur statut de neutralité, pourtant plusieurs fois remis en question par l’Empire. Hambourg se transformait alors en plaque tournante du commerce international et fournissait à tous les belligérants des denrées et matériaux de guerre. Pierre Bidal, résident français à Hambourg depuis la fin des années 1650 signalait en 1670 à Colbert les avantages de cette ville en temps de guerre84. Deux directeurs de la Compagnie du Nord, en séjour à Hambourg un an et demi plus tard, arrivèrent à la même conclusion :

  • 85 Voir : AN, Marine B7 490, fol. 406 : Rapport des directeurs de la Compagnie de commerce du Nord à (...)

« Vous ne sauriez croire comment cette ville et celle de Brême et Lubecq à son apuy ont profitté de la neutralité qu’on leurs a gardé pendant toutes les guerres d’Allemagne, et durant celles de France, Engleterre et Hollande85. »

  • 86 Voir : Voss P., Bordeaux et les villes hanséatiques…, op. cit. ; Voss P., « Une communauté sur le (...)
  • 87 Voir : AN, Marine B7 29, fol. 214 : Rapport de Pierre Rochefort du 13 juillet 1716.
  • 88 Newman K.E., Anglo-Hamburg Trade in the Late Seventeenth end Early Eighteenth Centuries, Ph. D., U (...)

45Si l’on comptait en 1672/73103 navires hanséates à Bordeaux dont 90 de Hambourg86, le commissaire de la marine française à Hambourg relevait en 1716 200 navires marchands en provenance de la France dans le grand port de l’Elbe87. Malgré la régularité de ces échanges, juridiquement reconnus par la signature d’un traité de commerce et d navigation en 1716, la valeur des importations de France, constituées en grande partie de vins, était alors époque encore de loin inférieure aux importations de provenance anglaise88.

  • 89 Poussou J.-P., « Commerce », Bély L. (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, 1996, p. 293.

46La croissance réelle du commerce extérieur français et en particulier l’essor des relations commerciales avec les villes hanséatiques ne se concrétisèrent finalement qu’au courant des décennies suivantes. De 1716-1720 à 1784-1788, le volume du commerce extérieur national passa de 215 à 1062 millions de livres tournois et surpassa nettement, à l’époque, les évolutions comparables en Angleterre. Durant la même période à peu près, à savoir de 1717-1721 à 1774-1788, le volume des échanges extérieurs de Bordeaux passa de 12 à 166 millions de livres tournois, ce qui représente une augmentation moyenne de 4,6 % par an89. Cette évolution était étroitement liée à l’essor du commerce colonial des Antilles, qui donnait lieu à son tour à de considérables réexportations en direction de l’Europe du Nord. En 1756, un observateur français constata :

  • 90 Dardel P., Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au xviiie siècle, Paris, 19 (...)

« Hambourg n’avoit au commencement de ce siècle que peu ou point de commerce avec la France. Elle est devenue en peu d’années la rivale d’Amsterdam. Elle partage aujourd’huy avec cette dernière, même supérieurement, l’avantage de fournir l’Allemagne et le Nord des denrées de France et la France de celles de l’Allemagne du Nord90. »

  • 91 Voir à ce sujet la contribution de Pascal Even dans ce volume.
  • 92 Voir les « Considérations sur les avantages de la neutralité absolue des villes anséatiques pour l (...)

47À la suite du traité de 1763 et de la perte d’une grande partie de son empire colonial, le gouvernement français chercha à stimuler les échanges commerciaux avec cette région, fondant en même temps des espoirs sur les perspectives de gains liés à l’ouverture escomptée des marchés russes. La conclusion d’un nouvel accord de commerce et de navigation avec Hambourg, en 1769, apparaissait dans ce contexte avantageuse sur le plan stratégique. En outre, cette ville comptait alors parmi les plus importants clients de produits coloniaux français, notamment de café et de sucre. Une part considérable du transport de ces marchandises s’effectuait par les bateaux des trois villes hanséatiques. En effet, sur 2441 navires qui livrèrent dans le port de Hambourg pendant l’année 1778, quatre seulement battaient pavillon français91, bien que 21 % de la production de sucre en provenance de Saint-Domingue transbordât dans la ville hanséatique et que Hambourg réceptionnât plus de café en provenance de France que les autres ports en Europe. Même s’il est pratiquement impossible de dresser un bilan exact du commerce extérieur à partir des registres douaniers de la ville, il semble incontestable que la France constituait pendant une grande partie du xviiie siècle le plus important partenaire commercial du Saint Empire et de son plus grand port maritime92.

  • 93 Voir : AN, A.E. BI 613-614 und F12 251 ; Schmidt B., Hamburg im Zeitalter…, op. cit., vol. 1, p. 2 (...)

48Avant que la Révolution n’éclate, l’Allemagne était destinataire d’environ un cinquième de toutes les exportations de la France et constituait de ce fait, après les territoires coloniaux d’outre-mer, son plus gros client. C’est surtout pour le commerce des produits coloniaux que l’on pouvait parler de relations commerciales privilégiées. Pendant les années 1787-1789, jusqu’à 40 % de la totalité des exportations françaises de produits coloniaux transitaient par Hambourg. Même dans le secteur des produits manufacturés, il existait d’étroites relations. Hormis les colonies d’outre-mer, l’Allemagne était le deuxième importateur de produits français manufacturés et le plus important acheteur de vin et d’eau-de-vie. Dans les années 1787-1789, 61,5 % des échanges franco-allemands de marchandises transitaient par la ville hanséatique : 64,5 % des exportations françaises et 50 % des importations françaises en provenance d’Allemagne. La plus grande partie de ces produits était transportée par des navires battant pavillon hambourgeois. Près de 50 % des exportations françaises vers l’Allemagne étaient déchargées dans le port de Hambourg, pour les produits coloniaux, la proportion était même de 80 %93.

  • 94 Avant la Révolution française, Hambourg recevait en moyenne chaque année 40 000 barriques de vin d (...)

49Parmi les États exportant vers la France, Hambourg était alors le deuxième fournisseur de céréales, de légumes et de bois ; parmi les États important de France, la ville hanséatique était le plus gros client pour le café et l’indigo (avec dans chaque cas 42 % des exportations françaises), le deuxième importateur de sucre et de tabac (avec respectivement 28 % et 19 % des exportations françaises) et, après les colonies françaises et la Prusse, le plus important acheteur de vins de la Gironde94. À partir des trois plus grands ports français, plus de marchandises partaient vers Hambourg que vers tous les autres États réunis. À elle seule, Bordeaux livrait des produits dont la valeur dépassait du triple les importations totales provenant d’Angleterre. Un examen des statistiques du commerce extérieur français de l’année 1789 faisait ressortir l’importance des villes hanséatiques pour la nouvelle République. Avec un total de 62 millions de livres, Hambourg, Brême et Lübeck étaient les plus importants clients pour les marchandises françaises après les propres territoires coloniaux de celle-ci, bien avant la Hollande, l’Espagne, l’Angleterre et l’Autriche, la plus grande partie des produits importés étant absorbée par Hambourg.

50Le grand poids des villes hanséatiques dans le commerce extérieur français et réciproquement l’importance de la France en tant que partenaire commercial pour la ville de Hambourg ne devaient pas perdurer au cours du xixe siècle, mais ils expliquent l’importance accordée par le gouvernement à la représentation diplomatique et consulaire à Hambourg durant une grande partie de l’époque moderne.

Les relations consulaires

  • 95 Voir : Mézin A., op. cit., p. 3.
  • 96 Voir : Larrère J.-J. et Villain-Gandossi C., « Le Llibre del Consolat de Mar : les gens de mer, le (...)
  • 97 Voir : Ariste P., Traicté des consuls, op. cit. Cité d’après : Mézin A., op. cit., p. 3.

51D’une manière générale, l’institution consulaire remonte au xiie siècle avec les premiers consulats créés par les villes italiennes telles que Pise, Gênes ou Messine, puis par Marseille au xiiie siècle afin d’assurer la protection de leurs marchands95. Un remaniement des structures juridiques et administratives du monde commercial s’imposait après l’extension du monde commercial, l’abandon successif de la grande voie directe de la Flandre à l’Italie par la Champagne au profit du transport maritime, la jonction entre les réseaux de navigation de la mer du Nord, de l’Atlantique et de la Méditerranée, et le lancement de grandes expéditions commerciales au long cours. Des lois maritimes, telles qu’elles se retrouvent à la fin du xiiie siècle dans le « Llibre del Consolat de Mar » d’origine catalane96, devaient fixer « des règles auxquelles chacun aurait à se conformer tant pour sa conduite en tout ce qui regarderait la navigation et le commerce, que pour la décision des différends qui surviendraient entre les marchands sur les mesme sujet97 ». Tandis que les grandes compagnies marchandes créèrent des « facteurs », c’est-à-dire des représentants commerciaux établis en permanence dans les grandes villes portuaires, d’où ils conduisirent leurs affaires par correspondance, un certain nombre de grandes villes et les États qui commençaient à apparaître sous une forme plus moderne à la fin du Moyen Âge choisissaient un modèle de représentation différent avec l’établissement des consulats.

  • 98 Voir : Borel F., op. cit., p. 20. Henn V., « Das Brügger Kontor », Bracker J., Henn V. et Postel R (...)

52La manière de procéder de la Ligue Hanséatique la dispensa d’avoir des consuls proprement dit, parce que les fonctions de ces places étaient remplies par des « Oldermänner », qui présidaient les divers établissements communs aux villes de la Ligue. En effet, ces magistrats n’étaient pas seulement chargés de maintenir l’ordre dans le comptoir ou la factorie, de faire exécuter les statuts, mais encore de veiller à la conservation des privilèges de la Ligue, de les défendre avec vigueur contre les autorités du pays, et contre les empiètements, même seulement présumés des rois et de leurs ministres. De ce fait, leur rôle était aussi bien politique que commercial98.

  • 99 Voir : supra note 97.
  • 100 Voir : Borel F., op. cit., p. 22-23.
  • 101 Voir : Mézin, op. cit., p. 4. Sur les exceptions possibles voir : ibidem, p. 24-28.

53Du côté français, l’établissement dans les principales villes maritimes de « personnes de probité et de mérite… des juges des marchands sous le nom de consuls pour vacquer à cette fonction99 » était également rendu nécessaire par l’éloignement des marchands dans le cadre du commerce maritime, par le désir aussi de leur ouvrir le cas échéant un recours juridique dans des lieux qui ignoraient leurs usages et coutumes. À l’origine, « ces fonctions étaient confiées à des individus du choix des armateurs et des capitaines de vaisseaux, qui avaient aussi le droit de les destituer. Ils furent ensuite élus par les chambres de commerce ; mais ces emplois étant devenus précaires et dépendans des caprices de quelques négocians cupides100 », la représentation consulaire s’organisa à partir du xviie siècle de plus en plus sous le contrôle de la maison du roi dont l’autorité se renforça encore dans la seconde moitié du siècle par un ensemble de décisions prises par les Conseils d’État et de commerce et par des textes législatifs ayant pour objectif de supprimer les abus qui contrariaient sa bonne administration. L’article premier, titre XI, livre premier de l’ordonnance de la Marine du mois d’août 1681 stipula qu’ » aucun ne pourra se dire consul de la Nation française dans les pays étrangers sans avoir commission de nous », supprima par ce biais tout caractère de possession individuelle de la charge et transforma les consuls en fonctionnaires royaux au service des intérêts de la nation. L’organisation de la rémunération du personnel consulaire, tout au long de l’époque moderne sujet à discussions et origine de nombreux conflits, et l’interdiction de négocier, renforcée encore par l’arrêt du Conseil de commerce du 31 juillet 1691, complétèrent ces mesures101.

54Dans un ouvrage publié en 1807 sur l’origine des fonctions consulaires, l’ancien consul général de Russie, François Borel, revenait sur cette question et en donna une assez bonne explication : « Le Consul ne doit pas faire le commerce, car ses fonctions se trouvent souvent incompatibles avec l’état de négociant. » Non seulement qu’il « s’expose au danger de compromettre la dignité de son Souverain en cas de faillite », mais,

  • 102 Voir : Borel, op. cit., p. 43-44.

« obligé par la nature de ses fonctions, de protéger, de favoriser les négocians et les marins de son pays, et de les aider de ses conseils, surtout dans les pays lointains, il faudrait lui supposer toujours des vertus plus fortes que son intérêt, pour qu’il ne fit par tourner quelquefois à son avantage la confiance ou l’inexpérience des individus qui s’adresseraient à lui. Si le Consul s’occupe du commerce, n’est-il pas possible qu’il se trouve juge et partie102 ? »

55Il lui fallait donc un traitement qui devait

  • 103 Ibidem, p. 77-78.

« être assez considérable pour le faire exister honorablement d’après les dépenses indispensables auxquelles il est assujetti. Il est un certain degré de bienséance au-dessous duquel un agent extérieur ne peut rester sans perdre la considération qui lui est nécessaire ; soit à l’égard du peuple étranger qui juge toujours un pays par son représentant ; soit à l’égard de la puissance locale qui mesure le cas qu’on fait d’elle par la tenue de l’agent qu’on lui envoye ; soit à l’égard des agens des autres nations dans la même résidence toujours essentiellement occupés à se ménager les meilleurs liaisons103 ».

56En France, la notion de consul, commissaire du roi, était donc pleinement reconnue à partir de la fin du xviie siècle. D’après le Dictionnaire universel de commerce de 1723 et l’Encyclopédie de l’année 1754, il s’agissait

  • 104 Voir le texte de l’Encyclopédie en annexe.

« des officiers du roi, établis en vertu de commission ou de lettres de provisions de S. M. dans les villes & ports d’Espagne, d’Italie, de Portugal, du Nord, dans les Échelles du Levant & de Barbarie, sur les côtes d’Afrique, & autres pays étrangers où il se fait un commerce considérable104 ».

57Avec sa formation spécifique, ses divers échelons, ses mutations successives, son uniforme et son système de retraite, la carrière consulaire semblait donc relativement bien organisée en France au cours du xviiie siècle.

58Dans d’autres États toutefois, comme dans les villes hanséatiques, il n’y avait pas de telle organisation, il n’y avait aucune interdiction de négocier pour les consuls non plus, bien au contraire, on les choisissait généralement parmi les commerçants établis sur place.

  • 105 Voir : Borel F., op. cit., p. 76.

« Dans les pays où les commerçants obtiennent le consulat, écrivait encore François Borel, c’est en quelque sorte à titre de commission isolée ; l’institution existe à peine ; il y a des Consuls, et point de consulat ; les membres existent et ne forment pas de corps. Dans ces cas-là, on n’a rien de mieux à faire qu’à choisir des personnes d’un caractère sûr, et dans une position au-dessus des chances fâcheuses du commerce, s’il est possible. Si néanmoins il leur arrive malheur, on en nomme un autre ; l’inconvénient est moindre parce qu’ils ne sont pas incorporés105. »

  • 106 Voir le texte du Dictionnaire en annexe.

59Si en France, en effet, aucun membre du consulat ne pouvait faire du commerce et si en Espagne cette restriction était limitée en principe aux trois consuls-généraux de Paris, Londres et Saint-Pétersbourg, les états membres du Saint Empire et les villes hanséatiques en particulier choisirent leurs consuls presque exclusivement dans le rang des négociants établis sur place. Logiquement on pouvait lire dans le grand dictionnaire universel de Johann Heinrich Zedler en 1733, « ceux qui sont employés dans cette fonction sont la plupart du temps des négociants, parce qu’ils doivent avant tout favoriser les intérêts du négoce de leur nation106 ».

  • 107 Voir : Borel F., op. cit., p. 75.
  • 108 Voir : Cussy F. de Cornot baron de, Réglements consulaires des principaux états maritimes de l’Eur (...)

60Cette différence fondamentale entre les consuls de la nation française, définis aussi bien comme des « agens de commerce107 » que comme des « agents politiques et diplomatiques108 » et les consuls des villes hanséatiques en France que l’on pourrait décrire comme des négociants s’occupant accessoirement des questions diplomatiques et commerciales sur le plan national, apparaît clairement lorsqu’on étudie la représentation consulaire et diplomatique du côte français et du côté hanséatique au cours du xviiie siècle ce que nous allons faire brièvement à travers quelques exemples précis.

Les consuls de France dans les villes hanséatiques

  • 109 Série de Traités, op. cit., ici p. 72 et suiv.
  • 110 Voir : Mézin A., op. cit., p. 524 ; Johnsen O.-A., Rapports de la légation de France à Copenhague (...)
  • 111 Voir : Bély L., op. cit.
  • 112 Voir : Mézin A., op. cit., p. 524.

61Mis à part l’exception du premier consul français à Hambourg en 1579, Conrad Buschier, les relations diplomatiques entre la France et les villes hanséatiques commencèrent à être régulières à partir du milieu du xviie siècle, interrompues parfois pour peu de temps pendant les guerres qui impliquaient à la fois la France et le Saint Empire. Depuis 1637, le roi de France entretenait à Hambourg une légation officielle dont les représentants portaient des titres divers (envoyés extraordinaires, ministres, ministres plénipotentiaires, ministres résidents, etc.). Généralement ils disposaient d’une vaste expérience diplomatique, d’une bonne culture littéraire et linguistique et d’une assez grande notoriété. Certains d’entre eux étaient issus des grandes familles de la noblesse française (Charles François Raymond de Modène, Emmanuel Marie Louis de Noailles, Charles de Talleyrand, etc.), d’autres avaient déjà occupé des postes importants ou devaient poursuivre une carrière diplomatique assez brillante comme le comte de Reinhard ou le marquis de Noailles, plus tard ambassadeur à La Haye, Londres et Vienne. Abstraction faite du premier « consul de la nation française » à Hambourg, Jacques Martin, qui restera au moins quatre ans dans la ville, chargé entre autre de surveiller l’exécution du Traicté sur le fait de la marine, fait entre Lovis XIV, Roy de France et de Navarre, et les Villes et Citez de la Hanse-Teutonique en l’Année 1655109, la présence consulaire commença à être régulière avec la nomination de Pierre Rochefort au commissariat de la Marine de France à Hambourg par ordre du roi du 31 décembre 1714. Comme presque soixante ans plus tôt, il s’agissait de faire appliquer le traité de commerce qui devait être signé en 1716 et d’en surveiller l’exécution sur place. Pierre Rochefort qui résida entre temps également à Copenhague pour y tenir la correspondance consulaire, recueillait des informations sur le Nord et le Nord-Est de l’Europe ainsi que sur la Russie et rédigea des rapports au sujet d’un projet de traité de commerce avec le Danemark, en juillet 1726110. À bien des égards il travailla sur les mêmes sujets que l’envoyé extraordinaire auprès du cercle de la Basse-Saxe et des villes hanséatiques, Jean-Baptiste Poussin, qui avait été pendant la guerre de Succession d’Espagne un des principaux agents de la diplomatie française, alors en poste au Danemark, avant d’être nommé en 1714 à Hambourg où il restera jusqu’à sa mort en 1749. Ce dernier avait su tisser un véritable réseau d’informateurs en Europe septentrionale et utilisa sa position pour glaner un peu partout des nouvelles sur les intimités des princes, les affaires d’Angleterre et du Hanovre, la politique du roi de Prusse et de la couronne danoise, la politique de la cour de Vienne et de Charles XII en Suède111. En revanche, le commissaire de la Marine s’intéressait en premier lieu aux relations commerciales en rédigeant par exemple, en 1722, des rapports sur le commerce du Czar avec la Perse. Il quitta Hambourg en 1742 pour se retirer à Rouen où il décéda quelques mois plus tard, en janvier 1743112.

  • 113 Ibidem, p. 366.
  • 114 Voir à cet égard également le tableau généalogique d’Anne Mézin, op. cit., p. 769.
  • 115 Ibidem, p. 401-403. En 1772, M. de Lesseps était en congé en France, et fut alors remplacé proviso (...)

62Son successeur, Philippe Lagau, d’une famille de Senlis, était le neveu de Jean-Baptiste Poussin avec lequel il avait déjà travaillé à Copenhague avant de le rejoindre à Hambourg sur ordre du ministre en 1714 pour devenir secrétaire de légation. Depuis 1719 chevalier de l’ordre de Saint-Lazare et de Notre-Dame du Mont-Carmel, il devint en janvier 1743 commissaire de la Marine à Hambourg, mais servit par la suite encore plusieurs fois de chargé d’affaires de la légation lorsque Poussin ou son successeur Claude de Champeaux étaient absents113. Sa famille, comme celle de son successeur, révèle l’importance des liens familiaux dans le milieu diplomatique et consulaire au xviiie siècle en Europe septentrionale comme nous le verrons plus loin114. Sa carrière, comme celle des autres diplomates et consuls en place à Hambourg, indique en même temps que le cloisonnement n’était pas entièrement étanche entre les fonctions diplomatiques et consulaires au cours du xviiie siècle. En principe retiré depuis 1758 et remplacé par l’ancien consul de France à Carthagène, Martin de Lesseps, qui avait obtenu le commissariat de la Marine à Hambourg, le 26 décembre 1757, grâce à l’intervention de son frère Dominique, alors ministre de France à Bruxelles, Philippe Lagau devait en fait rester en fonction jusqu’à sa mort en 1766, étant donné que Martin de Lesseps avait été rappelé entre temps pour assurer à Madrid les fonctions de secrétaire de l’abbé Beliardi. Revenu à Hambourg, Martin de Lesseps devint commissaire de la Marine et consul par provisions du 14 juillet 1766, département étendu à Lubeck et Brême peu de temps après avec des appointements annuels de 3 000 livres, portés à 4 000 livres en 1773. Frère d’un premier commis des Affaires étrangères et d’un chargé d’affaires du roi à Bruxelles, père de deux consuls de France, dont l’un, Jean-Baptiste-Barthélemy épousa RoseCatherine-Cécile Ruffin, fille de Pierre Ruffin, consul et premier drogman de France à Constantinople ce qui donnera lieu à la génération suivante à une alliance avec la famille de Lagau par le mariage de Marie-Fortunée de Lesseps et Charles Lagau, lui aussi consul de France, Martin de Lesseps restera en place à Hambourg jusqu’en 1775. Nommé, par brevet du 6 juin 1774, consul général à Saint-Petersbourg avec des appointements de 15 000 livres, il rejoignit ce nouveau poste après avoir introduit son successeur, Coquebert de Montbret, à la cour de Schwerin en mai 1775115.

  • 116 Ibid., p. 207-210.
  • 117 Ibid., p. 367.

63Issu d’une famille établie dans la ville de Reims depuis le xve siècle, Charles-Étienne de Coquebert de Montbret était le fils d’un conseiller du roi et correcteur en la chambre des comptes. Il avait fait de bonnes études au collège du Plessis, apprenant entre autres l’italien, l’allemand et l’anglais, et cultivant les sciences naturelles chez l’abbé Nollet. À l’âge de 18 ans il était entré sans appointements au bureau des consulats avant d’être nommé un an plus tard commissaire de la Marine et du Commerce de France dans les villes hanséatiques de Hambourg, Brême et Lubeck avec 4 000 livres de revenus annuels, bientôt augmentés à 5 500 livres116. Il était soutenu dans son travail par Philippe-Jean-Joseph Lagau, le fils de Philippe Lagau qui avait suivi des cours chez un négociant de Hambourg, puis assuré les fonctions d’interprète sans titre ni appointements avant de devenir chancelier du consulat de Hambourg en octobre 1774 à l’âge de 21 ans117.

  • 118 Voir : Ozanam D., op. cit., ici p. 487 et 514.
  • 119 Voir : Grassmann A., « Die Ernennung Heinrich Wilhelm von Gerstenbergs zum dänischen Konsul in Lüb (...)

64Au cours des années 1770, plusieurs pays demandaient l’accréditation de consuls dans les villes hanséatiques ce qui n’était pas encore très bien vu par leurs magistrats. On craignait une augmentation des coûts par le prélèvement des droits consulaires et surtout des rapports trop détaillés sur le commerce maritime des trois villes qui veillaient jalousement à leur statut de neutralité. On supposait non sans raison que leur mission de renseignement s’apparentait à bien des égards à un espionnage en bonne et due forme. D’une manière générale il y avait alors ou bien des résidents ou bien des commissaires de la Marine accrédités sur place, la France étant depuis la nomination de Pierre Rochefort la seule nation qui entretenait à Hambourg à la fois un ministre plénipotentiaire et un commissaire de la marine. L’Espagne fut représentée, de 1694 à 1703, par le résident Francisco Antonio Navarro et, de 1724 à 1732, par l’envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire Antonio Casado, mais, depuis 1734, il n’y avait plus que des consuls au port de l’Elbe avec Jacobo Poniso, de 1734 à 1758, Antonio San Pelayo, de 1768 à 1776, Manuel Urcullu, de 1777 à 1793, et de Juan Bautista Virio, de 1794 à 1802. C’est seulement sous la Révolution et l’Empire qu’avec Nicolás Blasco de Orozco, José de Ocariz, le comte de Rechteren et Juan José Ranz Romanillos des ministres plénipotentiaires ou chargés d’affaires furent à nouveau nommés par la cour de Madrid dans les trois villes (1796-1808)118. La Suède avait nommé, en 1767, un consul à Hambourg, mais la ville n’avait pas voulu l’accepter parce qu’il y avait déjà un résident sur place. La Russie avait entrepris des tentatives similaires, en 1771 et 1774, et s’était également vu opposer un refus jusqu’à ce qu’elle imposât, en 1777, sa volonté par la nomination de Friedrich Saint-Paul. Le Danemark avait voulu accréditer, en 1777, Heinrich Wilhelm von Gerstenberg, homme de lettres et résident danois à Lubeck, comme consul dans la même ville afin de lui procurer des revenus supplémentaires, mais là encore le magistrat refusa son accréditation, tout en acceptant de fait qu’il portât l’uniforme et prélevât des droits. Lorsqu’il démissionna, en 1784, après avoir vendu sa charge de résident à Thomas Friedrich von Jessen pour 20 000 Rt. et une pension annuelle de 100 Rt., son successeur fut accepté sans problèmes à la fois comme résident et comme consul119.

  • 120 Ibidem, p. 312.

65Dans ce contexte, Coquebert de Montbret, jusque là commissaire de la Marine, se voyait confronté à la même difficulté lorsqu’il voulut obtenir l’exequatur de ses provisions de consul général, en 1777. Comme il y avait déjà eu des conflits entre les villes hanséatiques et Martin de Lesseps sur la compétence judiciaire contentieuse et policière, reconnue aux consuls par la législation française, mais rejetée par les trois villes dans la mesure où elle portait atteinte au droit de souveraineté locale, on concéda de lui donner l’exequatur seulement à condition ne pas y inclure de compétences en matière judiciaire120. Le nouveau consul général accepta, se contentant du titre sans tenir aux droits qui y étaient théoriquement attachés par l’article 12 de l’ordonnance de 1681, et confirmés par l’ordonnance du 28 janvier 1687. De ce fait, sa mission, étendue à tout le duché de Mecklembourg, consista essentiellement à protéger les intérêts du commerce français et de ses agents dans le Nord et d’informer le département de la Marine des affaires importantes de son pays d’accueil.

  • 121 Borel F., op. cit., p. 59.

« Pour acquérir une parfaite connaissance de l’état du commerce, des manufactures, de l’économie rurale du pays étranger, le Consul ne doit point en croire ni de pures relations, ni de simples descriptions ; mais il faut qu’il observe tout par lui-même. Il doit encore tâcher d’engager au service de sa nation d’habiles ouvriers de toute espèce. Un Consul attentif, vigilant, et bon patriote, a toutes les facilités requises pour découvrir les secrets des fabriques étrangères, car avec du patriotisme, il n’est point d’obstacle qu’on ne surmonte, point de difficulté qu’on n’applanisse, point d’entreprise dont on ne vienne à bout », écrivait François Borel121.

  • 122 Désigné par le Comité de salut public pour organiser le nouveau système des poids et mesures, et c (...)

66C’est dans ce sens que Coquebert de Montbret rédigea jusqu’en 1786 un grand nombre de rapports et de mémoires sur le commerce et la navigation, l’agriculture et les fabriques de la région, toutes les marchandises d’importation et d’exportation relatives à son pays et même aux autres, les poids et mesures, les ressources naturelles et la géologie, les finances et la monnaie, les routes et les canaux en Allemagne du Nord ainsi que sur les événements de politique interne et l’administration des villes hanséatiques. Souhaitant favoriser les intérêts du commerce français, il tenta encore, en juin 1786, peu de temps avant son retour en France, de créer une « nation française » à Hambourg sur le modèle des « nations » du Levant. Caractérisé comme un « très bon sujet » ayant « du zèle, de l’esprit, des talents et de la conduite », il rentra, en 1786, à Paris pour succéder à son père comme conseiller-correcteur à la Chambre des comptes avant de poursuivre une brillante carrière diplomatique et scientifique à l’époque de la Révolution et de l’Empire122.

  • 123 Voir : Mézin A., op. cit., p. 367.
  • 124 Ibidem.
  • 125 Ibid., p. 336.

67Dans un premier temps, il fut remplacé à Hambourg par le fils de l’ancien commissaire de la marine Philippe Lagau, Philippe-Jean-Joseph Lagau, qui était depuis 1780 vice-consul à Rostock, responsable alors du duché de Mecklembourg. Une lettre adressée à Monsieur de Fleury le caractérisa en 1782 comme un homme borné et méchant qui n’avait jamais vu Paris et tenait des propos indécents123. Sous la Révolution il fut dénoncé comme étant entouré d’aristocrates et d’émigrés, et surveillé dans les villes hanséatiques comme agent révolutionnaire ce qui explique les aléas de sa carrière. Chargé des affaires du consulat français dans sa ville natale au moins jusqu’en 1788 et du vice-consulat de Rostock jusqu’en 1796, il fut nommé, le 15 mai 1798, consul général de la République française en Basse-Saxe, remplacé peu de temps après, puis désigné par arrêté du 3 messidor an XI sous-commissaire des relations commerciales à Brême où il mourut finalement le 14 avril 1813124. À Hambourg sa place fut prise par l’avocat Jean-Baptiste-Michel Guyot de Kercy qui avait commencé comme chancelier à Lisbonne, en 1775, avant de faire une belle carrière au Levant avec notamment les consulats généraux de Morée et d’Alger où il avait subi les bombardements de la ville par les Espagnols, en 1783 et 1784. En 1790, il avait quitté Alger après avoir sollicité sa retraite, mais le gouvernement révolutionnaire ne pouvant plus payer les pensions, il fut nommé consul général à Hambourg pour les villes hanséatiques par bon du roi du 2 mai 1790 et provisions du 14 novembre 1790 avec des appointements de 15 000 livres. Après un séjour à Rennes, il arriva à Hambourg en septembre 1792 où il fut surveillé comme agent révolutionnaire, expulsé momentanément en 1793 pour finalement rester à Hambourg jusqu’en 1796 avec des appointements réduits par le change à 3 000 livres125. Avec son départ pour Livourne où il finissait sa carrière comme consul général et délégué du gouvernement français et avec les troubles des guerres révolutionnaires, suivis au début du xixe siècle d’abord par l’occupation militaire et le blocus continental et ensuite par l’annexion des villes hanséatiques au Grand Empire, l’histoire consulaire allait pour un certain temps prendre une autre tournure.

  • 126 Voir : AN, AF IV 1287, doss.1, 17-19 : Nomination de Bourrienne au consulat de Hambourg, août 1807 (...)

68La Chevardière, consul général à Hambourg de 1802 à 1807, et Louis Antoine Fauvelet de Bourrienne, ministre plénipotentiaire depuis 1805 et en même temps consul général depuis 1807, furent accusés de détournements de fonds, de malversations et d’enrichissement personnel au détriment de l’Empire, et soumis à des enquêtes officielles126. À côté des pots-de-vin plus ou moins volontaires et assez régulièrement inscrits dans la comptabilité des villes hanséatiques, le blocus continental offrait des occasions multiples pour s’enrichir tout en se faisant bien voir des populations. À la fin de novembre 1810, Bourrienne fut avisé de son rappel à Paris et de son remplacement par M. Le Roy comme consul général. Il fit la remise de ses services à son successeur et quitta la ville le 9 décembre. Quatre jours plus tard, un sénatus-consulte réunissait à la France le territoire des trois villes libres : Hambourg devenait le chef-lieu du département des Bouchesde-l’Elbe, Brême celui des Bouches-du-Weser et Lubeck tombait au rang de sous-préfecture. Cependant, l’enquête contre Bourrienne et La Chevardière, depuis 1808 consul général à Danzig, suivit son cours. Le 1er janvier 1811, Napoléon écrivait au maréchal Davout, alors à la tête de la commission de gouvernement des départements récemment annexés :

« Il me revient que le sieur Bourrienne a gagné sept à huit millions à Hambourg en délivrant des permis […] je suis également instruit que le Sénat de Hambourg a fait pour plusieurs millions de dépenses secrètes pour des sommes remises à des Français […]. Mon intention est d’obliger tous les individus, qui auraient reçu des sommes sans mon consentement, à les restituer et d’employer cet argent à des travaux publics. »

  • 127 Citations d’après : Mistler J., « Hambourg sous l’occupation française. Observations au sujet du B (...)

69Le 3 septembre, l’empereur ordonna à Davout de faire arrêter Gumprecht-Mares, prête-nom de Bourrienne, et plusieurs autres de ses agents « pour éclairer toutes ses menées à Hambourg et connaître toutes les dilapidations qu’il a commises là127 ».

  • 128 Lappenberg J.-M., op. cit.
  • 129 Voir la liste des principaux ouvrages proposés à la consultation par F. Borel et F. de Cussy en an (...)

70Après la chute du Grand Empire en 1814 et le congrès de Vienne les villes hanséatiques recouvrèrent leur statut de villes libres à l’intérieur de la Confédération germanique et les relations consulaires retrouvèrent une voie beaucoup plus paisible, à l’exception peut-être des troubles révolutionnaires des années 1848/49. François de Bourboulon de 1816 à 1826 ou Charles Groux, chancelier de légation et en même temps de 1839 à 1866 consul de France à Hambourg128, poursuivirent alors le chemin tracé par Pierre Rochefort, Philippe Lagau, Martin de Lesseps, Charles-Étienne de Coquebert de Montbret et Guyot de Kercy au xviiie siècle, s’inspirant alors dans leur travail des publications de plus en plus nombreuses sur la fonction consulaire129.

Les consuls des villes hanséatiques en France

  • 130 Voir : Grassmann A., op. cit., p. 45 ; Pohl H., « Die diplomatischen und konsularischen… », op. ci (...)

71L’origine de la représentation consulaire des villes hanséatiques à l’étranger remonte au xvie siècle lorsque les Älterleute des négociants hanséatiques à Lisbonne choisirent en 1570 un certain de Goes comme consul qui fut ensuite accrédité par le roi. En 1593, un consul des villes hanséatiques travaillait à Gênes. En 1610/17, il y avait un consul à La Haye. En 1613, un consul de la ville de Hambourg résidait à Venise, quatre ans plus tard on demanda l’accord de la ville de Lubeck pour en nommer un à Livourne130.

  • 131 Voir : Fink G., op. cit., p. 119-123.

72Les origines de la représentation consulaire en Espagne remontent également à la fin du xvie siècle lorsque l’archiduc Albrecht, émissaire de l’Espagne, proposa sur le chemin du Danemark, en 1597, à la ville de Lubeck une coopération commerciale plus étroite. À la suite de cette avance, les villes envoyèrent, en 1606, une ambassade solennelle auprès du roi d’Espagne afin de mettre sur pied un traité de commerce. Peu avant, un négociant de Lubeck qui avait vécu longtemps en Espagne, conseilla aux magistrats de la ville de confier le consulat à un négociant originaire des villes hanséatiques, étant donné que les consuls, élus à l’origine par l’assemblée des négociants des villes sur place, étaient devenus des fonctionnaires du roi après la réunion avec le Portugal en 1580. Accrédité finalement comme consul de l’Espagne, du Portugal, de l’Algérie et de la Galice, Hans Kampferbeck fut rapidement démis de ces fonctions par les villes de la Hanse, mais peu de temps après confirmé par le roi comme consul des Allemands, des « Osterländer » et des Pays-Bas. Après sa mort, Augustin Bredimus prit la relève, en 1632, comme consul des villes hanséatiques, fonction élargie à la représentation de l’Empire par la cour de Vienne en 1635. Souvent en voyage un peu partout en Europe, et rarement à son poste à Madrid, il donna lieu à de nombreuses récriminations. Lui succéda, au début des années 1640, le capitaine de navire Claus Cordes, chargé de certaines affaires du consulat, puis, en 1649, Bernhard Timmerscheidt qui mourut avant d’atteindre son poste. En 1650, Walter Delbrüggen prit sa relève comme « procurator generalis » des villes hanséatiques. Désigné dans la correspondance de l’époque tantôt comme consul, tantôt comme agent ou résident, il ne portait pas officiellement le titre de consul, mais fut chargé essentiellement de veiller au maintien des anciens privilèges des villes hanséatiques dans la péninsule ibérique131.

  • 132 Voir : Pohl H., « Die diplomatischen und konsularischen… », op. cit., p 8-49 ; Pohl H., Die Bezieh (...)
  • 133 Lappenberg J.-M., op. cit. AHL Gallica 520.
  • 134 Voir : Fink G., op. cit., p. 127-130 ; Huhn F.-K., op. cit., p. 81-87 ; Lappenberg J.-M., op. cit. (...)

73D’une manière générale, au milieu du xviie siècle, la représentation consulaire et diplomatique des villes hanséatiques à l’étranger commença à prendre plus d’importance. En Espagne plusieurs consulats furent établis dans les ports de Cádiz, Málaga et Sanlúcar132. En France le premier consulat fut établi en 1650 à Marseille avec la nomination de Tobias Zollikofer. Lui succédèrent d’autres membres de sa famille, en 1660 Hermann et en 1688 Hans Conrad Zollikofer133. Toujours en 1650 une première représentation diplomatique permanente des villes hanséatiques fut établie dans la capitale française. S’il ne reste pas beaucoup de traces de Jordan Gersont (1650), Johann Wilhelm von Polheim (1650-1651) et Johann Bordelt (1652-1653), leur successeur Johann Beck (1653-1687) a laissé une correspondance considérable ce qui tient à la fois à sa présence pendant plus de trente ans sur place et à l’essor du commerce hanséatique en France dans la seconde moitié du xviie siècle. L’idée de susciter au sein de l’Empire un tiers parti hostile aux Habsbourg, reprise par Croissy pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg, trouva un accueil assez favorable dans la ville de Hambourg, dont les intérêts commerciaux demandaient l’extension du commerce maritime avec les ports français de la côte atlantique. Le Sénat tenait donc particulièrement à une représentation permanente en France. C’est ainsi que Johann Bordelt fut choisi comme correspondant à Paris. Johann Beck devint d’abord agent de Hambourg avant d’être appelé, en 1654, à exercer cette fonction au nom des trois villes hanséatiques. Son successeur du Boulay-Saptet devenait résident de Hambourg en 1688 avant que Christophe Brosseau, depuis 1673 résident du duc de Brunswick-Lunebourg à Paris, devenait en 1689 correspondant, puis un peu plus tard « agent » ou « résident » de Hambourg, une charge qu’il exerça de 1698 à 1717 également au nom des trois villes hanséatiques de Lubeck, Brême et Hambourg. Pendant un peu plus d’un siècle, les trois villes choisirent de préférence des Français comme agents diplomatiques parce qu’ils connaissaient mieux les finesses protocolaires de leur cour. Après la mort de Brosseau en 1717, ses successeurs, de Cagny (1717-1727), Eberhard Poel (Antoine Poille) (1727-1729), Lucien Courchetet (1730-1776), Georg Brommer (1741-1742) pour la seule ville de Hambourg, Louis d’Hugier (1777-1785) et Michel Alexis de la Flotte (1785-1792/93), depuis 1792 ministre résident, assumaient les mêmes responsabilités que leurs prédécesseurs134.

  • 135 Grassmann A., « Lübeck auf dem Friedenskongreß von Nimwegen (1678/79) », Zeitschrift des Vereins f (...)
  • 136 Pelus-Kaplan M.-L., « Christophe Brosseau… », op. cit.
  • 137 En ce qui concerne la présence française devant les portes de la ville de Hambourg pendant la Guer (...)
  • 138 Voir : Schmidt B., Hamburg im Zeitalter der Französischen Revolution…, op. cit.

74Même si leurs lettres, rapports et mémoires parlaient naturellement des grandes affaires politiques et militaires telles que l’inclusion souhaitée par les villes hanséatiques dans les traités de Nimègue ou de Ryswijck135, s’ils concernaient la Guerre de Succession d’Espagne136, plus tard évidemment l’implication de la France dans la Guerre de Sept ans137 et les événements révolutionnaires138, s’ils faisaient référence aussi aux événements de politique locale, aux découvertes scientifiques et aux publications littéraires, l’essentiel des sujets abordés concernait les problèmes quotidiens du commerce et de la navigation en France et les inévitables questions de navires arrêtés, de marchandises saisies et de taxes contestées. C’est pourquoi il semble permis d’assimiler la fonction des « correspondants », « agents » ou « résidents » des trois villes à Paris (les titres variaient) au moins partiellement à celle des consuls. À la différence de la double représentation française à Hambourg sur le plan diplomatique et consulaire au xviiie siècle, la représentation permanente des villes hanséatiques à Paris regroupait le travail d’une légation et celui d’un consul, se rapprochant ainsi de ce que devait faire Walter Delbrüggen comme « procurator generalis » en Espagne, chargé avant tout de veiller aux intérêts du commerce et de la navigation hanséatique.

  • 139 Voir : AHL Gallica 450-455, 461.
  • 140 Ibidem, Gallica 570, 530, 600, 620. Lappenberg J.-M., op. cit.

75À l’exception du consulat marseillais, l’implantation de consulats hanséatiques dans les grands ports de France était beaucoup plus récente. Bien sûr, ce fut à Bordeaux, en pleine expansion au xviiie siècle, que le premier consulat fut établi par la ville de Lubeck en 1742. Johann Philipp Weltner en était chargé jusqu’en 1760. Meinhard Christoph Weltner reprendra la fonction en 1788 avec le titre de Commissaire des relations commerciales, lui-même relayé en 1808 par son fils Peter Johann qui restera en place jus-qu’en 1843, soutenu en 1817 et 1818 par son frère Peter Heinrich Weltner comme vice-consul139. Mis à part la nomination d’un certain John Ford au consulat d’Alger en 1751, la demande d’un poste de consul au Havre en 1772, les projets d’établir un consulat à Nantes en 1788/89 et d’autres demandes de poste pour Dunkerque (1790), l’Île de France et la Réunion en 1799-1800140, Bordeaux restera effectivement la seule ville française au xviiie siècle où les villes hanséatiques entretenaient un consulat.

  • 141 Voir au sujet des Chartrons : Whitlock S., Between Crown and Commerce. Architecture and Urbanism i (...)
  • 142 Voir pour les consulats étrangers à Bordeaux : Henninger W., Johann Jakob von Bethmann 17171792. K (...)
  • 143 Voir : Henninger W., op. cit., ici vol. 2, p. 380-387.
  • 144 Ibidem, p. 369-370.
  • 145 Ibid., p. 370.
  • 146 Au sujet de la maison Schröder & Schyler voir : Butel P., « La maison Schröder et Schyler de Borde (...)
  • 147 Voir : Espagne M., Bordeaux – Baltique. La présence culturelle allemande à Bordeaux aux xviiie et (...)
  • 148 Ibidem, p. 93. Le nombre des négociants des villes hanséatiques établis à Bordeaux augmentait cons (...)

76Ce fut surtout la ville de Hambourg qui maintint des relations commerciales très étroites avec le port de la lune et les négociants établis aux Quai des Chartrons141. Les négociants hambourgeois Hinrich Luetkens comme consul suédois et Johann Jakob Leers comme consul danois avaient été, au début du xviiie siècle, les premiers consuls étrangers dans la ville de Bordeaux142. Au début des années 1740, ce fut le négociant hambourgeois Georg Brommer, installé depuis 1718 aux bords de la Garonne, qui servit d’ » agent » ou de « chargé d’affaires » de sa ville natale, mais probablement sans titre officiel. En 1757, lui succéda son fils, mais celui-ci n’était toujours pas officiellement accrédité comme consul143. À la suite de la résiliation du traité de commerce avec la ville de Hambourg, en 1760, Johann Jakob Bethmann tenta en vain de faire valoir son influence auprès de la cour de France pour obtenir le consulat des villes hanséatiques144. Depuis 1783, le négociant Daniel Christoph Meyer servait manifestement de représentant des maisons de commerce de la ville de Hambourg à Bordeaux sans être officiellement accrédité comme consul145. Ce fils du sénateur et marchand de vin hambourgeois Johann Lorenz Meyer était installé depuis le milieu des années 1770 dans le Sud-Ouest, associé depuis 1790 à la maison de vin Schyler146 avec laquelle il traversa la tourmente révolutionnaire. Le 27 messidor de l’an II, il fut autorisé à placer sur sa porte l’inscription suivante : « Agence du commerce de la République de Hambourg147. » S’engageant au plus près dans le mouvement révolutionnaire qui devait en principe favoriser les intérêts du négoce, il se voyait confronté, à partir de 1793, à l’embargo sur tous les navires et bâtiments appartenant aux Hambourgeois et aux habitants de Brême et Lubeck et autres villes hanséatiques dans les ports français ce qui provoqua la stupeur dans les maisons de commerce des Chartrons. Lorsqu’à la fin de l’année 1793 fut créée une commission des approvisionnements dans la ville, quinze présidents des vingt sous-commissions étaient originaires du milieu des commerçants allemands qui regroupait au total une centaine de personnes. Ils tentaient, comme leur consul, de préserver les conditions d’exercice d’un négoce de plus en plus menacé par l’interruption de la navigation maritime148.

  • 149 Voir : Espagne M., Bordeaux – Baltique…, op. cit., p. 112. Là encore, il pourrait s’agir également (...)
  • 150 Sur Combes voir : Pariset F.G., « Louis Combes », Revue historique de Bordeaux, 1973, p. 5-39 ; Ta (...)
  • 151 Meyer F.J.L., Briefe aus der Hauptstadt und dem Innern Frankreichs, 2 vol., Tübingen, 1802, ici su (...)
  • 152 Voir : Charneau B., « La folie de Blangquefort : Fongravey », Société archéologique de Bordeaux, v (...)
  • 153 Espagne M., Les transferts culturels franco-allemands, Paris, 1999, p. 99-100. Voir aussi : Espagn (...)
  • 154 Trainar P., « Hölderlin à Bordeaux », Revue française d’histoire du livre, vol. 38, 1983, p. 339-3 (...)
  • 155 Voir : Meyer J., « Négociants allemands en France et négociants français en Allemagne au xviiie si (...)

77Membre de la deuxième section révolutionnaire du Bonnet rouge, Daniel Christoph Meyer se défendit en 1794 devant une commission militaire d’avoir soutenu les Girondins, les commissions populaires ou forces départementales149. En 1795/96, il fit construire par l’architecte Louis Combes aux allées de Tourny un grand hôtel particulier qui faisait face au Grand-Théatre de la ville, construit entre 1773 et 1780 par Victor Louis150. Un an plus tard, en 1797, il devint consul général de la ville de Hambourg à Bordeaux. Comme le souligna Michel Espagne avec raison, aussi bien les souvenirs d’un voyage à Bordeaux accompli par son frère Johann Lorenz en 1801151 que la belle collection de tableaux et gravures réunie par son frère Johann Valentin, l’hôtel particulier construit par l’architecte Louis Combes ou sa belle résidence d’été à Blanquefort152 représentaient une famille, installée entre Hambourg et Bordeaux, où la culture transnationale et intellectuelle était un complément réel de l’esprit de négoce153. Daniel Christoph Meyer qui avait fait ses études au Johanneum de Hambourg, avait profité des enseignements d’un précepteur, imprégné de la pensée des Lumières qui enseignait le grec, le latin et le français. Il avait épousé une Française, Anne Marie Henriette Andrieu de Saint André avec laquelle il eut quatre enfants. Par sa socialisation et son action, le consul général de la ville de Hambourg à Bordeaux était l’exemple parfait d’une histoire transnationale et transculturelle. Lorsqu’il fallut, après la flambée de passion entre le jeune Hölderlin et la femme du banquier Gontard à Francfort, et le complot contre le duc de Württemberg, soustraire le poète au danger d’arrestation, c’est tout naturellement qu’il trouva refuge chez Daniel Christoph Meyer pour lequel il travaillait au début de l’année 1802 en tant que précepteur. Nous ne savons que peu de choses sur cet épisode que l’on ne peut qu’entrevoir à travers quelques allusions de ses poèmes, quelques récits de voyage et une vive nostalgie154. Comme le souligna l’historien Jean Meyer, « Bordeaux, en 1802, connaissait un dernier épisode de retour à la “normale” commerciale et le consul de Hambourg avait, pour la dernière fois, beaucoup à faire155 ».

Conclusion

  • 156 Ibidem, p. 114.

78Au xixe siècle, la présence française dans le Nord s’est évanouie en même temps que les rêves napoléoniens du Grand Empire. En même temps, les relations commerciales entre la France et les villes hanséatiques perdaient de leur importance. Les grands ports français de la façade atlantique cessèrent d’être attirants pour les villes hanséatiques qui se tournaient de plus en plus vers l’Angleterre et les marchés d’outre-mer. Le commerce du sucre et du café échappaient au monopole antillais. En plus, ces produits représentaient de moins en moins un objectif majeur du grand commerce mondial. La montée de l’industrialisation les relégua au rang de produits secondaires en dépit de la croissance rapide de leur consommation. Les ports français ne retrouvaient leur tonnage de 1789-1792 que vers 1827, alors que le commerce mondial ne cessa entre temps de progresser. L’Ouest français, et surtout le Sud-Ouest ne constituaient plus une zone d’attraction majeure156. Ce qui restait, c’était surtout la réputation du vin. Il n’empêche que l’activité diplomatique, qui prenait pour l’essentiel la forme relativement routinière des correspondances consulaires, subsistait et connaissait même un essor assez considérable par l’accroissement des consulats hanséatiques en France. À Bordeaux, ce fut un neveu du consul général Daniel Christoph Meyer, Georg Friedrich Meyer, qui prit en 1818 la relève du consulat jusqu’à ce que le sénat de Hambourg l’obligeât, en 1842, à démissionner pour des raisons politiques. Une profession de foi républicaine de la part du consul apparaissait encore dans une lettre, adressée en 1870 au préfet de la Gironde lorsqu’il était menacé d’expulsion en raison de sa nationalité « prussienne » :

  • 157 Cité d’après : Espagne M., Bordeaux – Baltique…, op. cit., p. 112-113.

« J’ai l’honneur de vous exposer que né républicain, car ma patrie est Hambourg, depuis plus de 1 000 ans république, j’ai sucé avec le lait de ma mère une haine implacable contre le despotisme, écrivait le fils de Johann Lorenz Meyer. – Appelé à Bordeaux en 1805, à l’âge de 17 ans, par un de mes oncles, Consul général de Hambourg, je débutai, à mon passage à Paris, par la prison, pour avoir trop franchement manifesté mes opinions. Je m’en tirai grâce à la protection d’un homme influent, ami de mon père. – Ma haine contre le despotisme n’en devint que plus ardente encore et je partageais vivement la joie de Bordeaux à la chute du premier Empire. – J’ai salué avec le même bonheur l’avènement de la république de 48. J’ai salué avec le même bonheur la république de 1870, parce qu’elle a débarrassé la France de l’ignoble despotisme de Napoléon III, qui m’a toujours inspiré la plus profonde haine, le plus inexprimable mépris. – Chef depuis le 1er janvier 1815 d’une des plus anciennes maisons de commerce de Bordeaux, fondée, il y a près d’un siècle, par l’oncle que je viens de mentionner, je lui ai succédé aussi dans le consulat général de Hambourg et j’ai occupé depuis les consulats généraux des Deux-Siciles et de Parme. – J’ose espérer, Monsieur le Préfet, que vous trouverez dans ces circonstances des motifs pour m’appliquer le bénéfice de l’arrêté de M. le Garde des Sceaux, ministre de la justice, du 16 de ce mois, en m’accordant de finir à Bordeaux ma déjà fort longue vie157. »

  • 158 Voir : Butel P., op. cit.
  • 159 Lappenberg J.M., op. cit.

79Si à Bordeaux lui succédèrent au consulat général avec Hans Wilhelm Cruse et son fils Johann Christian Hermann Cruse de 1843 à 1868 deux autres membres d’une grande famille allemande du négoce bordelais158, cette ville n’était plus alors la seule où il y avait des consulats hanséatiques. À Bayonne (1815-1868), Boulogne et Calais (1837-1868), Brest (18371868), Cette et Montpellier (1837-1868), Cherbourg (1841-1868, vice-consulat), Dunkerque (1840-1868), Le Havre (1829-1868), Marseille (1837-1868), Menton (1864-1869), Morlaix (1838-1869, vice-consulat), Nantes (1815-1855, 1866-1868), Nice (1837-1868), Rouen (1838-1868), Saint Leryan et Saint-Malo (1854-1863), Toulon (1858-1868), Alger (18421868) et Tahiti (1867-1868) des consulats avaient été établis au courant du xixe siècle, tandis qu’à Paris la légation, doublée depuis 1848 d’une représentation consulaire, continuaient à fonctionner jusqu’en 1868/70. À côté de Conrad Christoph Abel, d’abord agent, puis ministre résident de 1803 à 1823, ce furent surtout Vincent Rumpff de 1824 à 1863 et enfin Johann Hermann Heeren de 1863 à 1868 qui représentaient les trois villes hanséatiques, en même temps d’ailleurs que la ville de Francfort159. Mais avec la mise en place de la Confédération de l’Allemagne du Nord, puis l’Empire allemand, les trois villes de Lubeck, Hambourg et Brême perdaient toute possibilité d’agir en leur propre nom sur la scène de la diplomatie internationale. C’est pourquoi, la légation hanséatique à Paris et la légation française à Hambourg fermèrent leurs portes dans les années 1868 à 1870/71.

  • 160 Ibidem. Voir également : « Als Hamburg Madame de Staël die Aufwartung machte », Die Welt, n° 215, (...)
  • 161 Voir : « Drei neue Konsulate », Hamburger Abendblatt, 14 sept. 2004, p. 14.

80Un consulat général de la République française subsista néanmoins jusqu’à nos jours dans la ville de Hambourg. Un des consuls les plus connus qui occupèrent ce poste fut Paul Claudel qui arriva le 14 octobre 1913 à la gare de Hambourg, accueilli alors par un autre diplomate et poète au nom d’Alexis Léger, plus connu sous le nom de Saint-John Perse160. Tandis que la ville de Hambourg regroupe aujourd’hui le plus grand nombre de consulats de toute l’Europe et se situe après New York et Hongkong au troisième rang mondial par le nombre des consulats avec 97 représentations consulaires dont 38 consulats généraux161, la France vient depuis le début du mois de septembre 2004 de réduire considérablement ses effectifs au sein de nouvelles structures. La zone de compétence du Consulat Général d’Hambourg qui s’étendait jusqu’à présent à quatre états fédéraux du Nord de l’Allemagne (Hambourg, Brême, la Basse-Saxe et le Schleswig-Holstein) se trouve circonscrite à la seule ville de Hambourg. Pour les trois états fédéraux restant, les services consulaires dépendent désormais de l’ambassade de France à Berlin et même les affaires administratives concernant Hambourg (enregistrement et inscription, passeports, carte d’identité nationale, fiches d’état civil, affaires sociales) passent sous la responsabilité du service consulaire de l’ambassade.

81Aux termes de cette analyse, il convient de se rendre compte combien l’histoire des relations consulaires entre les villes hanséatiques et la France que nous avons tenté d’esquisser ici de manière assez courte demeure superficielle et rapide, faute d’études. Le vaste champ d’une histoire infiniment multiforme parce que singulièrement transnationale, transculturelle et individuelle reste à explorer en ses infinités de diversité : elle aboutit cependant à révéler quelques pistes de recherches et caractéristiques des relations internationales de l’époque moderne et inspirera un jour, je l’espère, d’autres chercheurs à poursuivre plus en détail des études dans ce domaine passionnant de notre histoire et cela aussi pour le xixe siècle et la période contemporaine.

Annexe I

82Zedler Johann Heinrich, Grosses Universal Lexicon aller Wissenschafften und Kuenste, Welche bißhero durch menschlichen Verstand und Witz erfunden und verbessert worden, vol. 6, Halle / Leipzig, 1733, p. 1105-1106.

« Consul, hat Gleichheit mit dem Syndico, weil er einer gantzen Nation, gleichwie jener einem gantzen Collegio, zum Dienst und Besten der Republic, in auswaertigen Orten, sonderlich aber in den grossen Handels-Staedten sich aufhaelt : dannenhero man auch die Consuls von der gant-zen Nation zu nennen pfleget. z.E. der Frantzoesische, Hollaendische, etc. Consul. Diejenigen, welche zu dieser function emploiret, sind meistens Kauff-Leute, weil sie hauptsaechlich das Interesse derer Negotien ihrer Nation befoerdern sollen. Deren Amt ungefehr darinnen bestehet : daß sie 1) die Wechsel-Brieffe wohl befoerdern, 2) den Credit ihrer Nation erhalten, und ihre Kauff-Leute unterstuetzen, 3) die Gelder, so eine Nation oder Republic auch Potentate dem andern auszuzahlen hat, liefern, 4) So wohl denen Ministris des Fuersten oder Republic, in welcher sie als Consul leben, als auch der Republic und Kauffmanns-Compagnie ihres Vaterlandes Avis geben von den Trafiquen, und dem Concurs der fremden Nationen ; welche Handel an einem Orte treiben. 5) Die unter ihrer Nation entstandene Differentien, so weit sie die Handlung concerniren, decidiren. Es giebet ihnen demnach der Souveraine, oder die Republic, deren Unterthanen sie sind, 1) Eine Confirmation ihrer Charge, 2) Eine Recommandation an den Souverain, oder Stadt-Magistrat, bey welchen sie sich aufhalten, 3) Ein Protections-Patent sie zu schuetzen. Im übrigen sind sie wohl in criminalibus als civilibus demselben unterworfen, in des-sen Lande sie sich aufhalten, und geniessen gar keiner Personal-Freyheit oder Exemtion, ausser, daß sie in einigen Orten exemt sind, diejenigen Imposten, so andere Kauf-Leute zahlen muessen, zu erlegen, und man sie von andern Kauf-Leuten in Ehren-Bezeugungen distinguiret. Sowohl die Venetianer als Hollaender haben versucht, ihrem Consul an einigen Orten, dergleichen Exemtion und Autoritaet, als die Residenten zu geniessen pflegen, zu verschaffen ; alleine es ist keinem unter beyden in keinem Ort gelungen. Die Consuls ziehen ordentlicher Weise vor ihre Bemuehungen ein gewisses Stuecke Geld von den Kauff-Leuten und Waaren. Also haben die Französische Consuls vor an. 1691 das so genannte tonneage gezogen ; aber 1691 hat der Koenig geordnet, daß die Commercien-Cammer zu Marseille denenselben ins kuenfftige ihre Bestallung reichen, und deswegen von allen aus der Levanto akommenden Waaren einen gewissen Zoll einnehmen solle. Aber an. 1718 wurde diese Verordnung wieder abgethan, und denen Consuls das alte Recht wieder gegeben, ihr gewisses Geld, von denen in ihren Residentz-Orten anlangenden Schiffen, selbst in Empfang zu nehmen. Hingegen an. 1720 wurde ihnen dieses Recht wieder verbothen, und dem Koenig zugesprochen, welcher dargegen die Bezahlung und Unterhaltung derer Consuls an sich genommen ; Piganiol de la Force nouv. descript. de la France T. IV. p. 22. Furetiere. »

Annexe II

83Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, par une Société de gens de lettres. Mis en ordre & publié par M. Diderot, de l’Académie Royale des Sciences & des Belles Lettres de Prusse ; & quant à la Partie Mathématique, par M. d’Alembert, de l’Académie Royale des Sciences de Paris, de celle de Prusse, & de la Société Royale de Londres, vol. 4, Paris 1754, p. 105-106.

« Consuls François dans les Pays étrangers, sont officiers du Roi établis en vertu de commission ou de lettres de provisions de S. M. dans les villes & ports d’Espagne, d’Italie, de Portugal, du Nord, dans les Échelles du Levant & de Barbarie, sur les côtes d’Afrique, & autres pays étrangers où il se fait un commerce considérable.
La fonction de ces consuls est de maintenir dans leur département les privilèges de la nation Françoise, suivant les capitulations qui ont été faites avec le souverain du pays ; d’avoir inspection & juridiction, tant au civil qu’au criminel, sur tous les sujets de la nation Françoise qui se trouvent dans leur département, & singulièrement sur le commerce & les négocians.
Ces sortes de commissions ne s’accordent qu’à des personnes âgées de trente ans.
Ceux qui sont nommés consuls, doivent avant de partir prêter serment & et faire enregistrer leurs provisions dans l’amirauté la plus prochaine de leur consulat, & les faire aussi enregistrer en la chambre du commerce, s’il y en a une de ce côté.
En arrivant dans le lieu de son consulat, il doit faire publier ses provisions en l’assemblée des marchands François qui se trouvent dans le lieu, & les faire enregistrer en la chancellerie du consulat.
Lorsqu’il s’agit d’affaires générales du commerce & de la nation, il doit convoquer tous les marchands, capitaines, & patrons des vaisseaux François qui sont sur les lieux ; & toutes ces personnes sont obligées d’y assister, sous peine d’amende arbitraire applicable au rachat des captifs. Sur les résolutions prises dans ces assemblées, le consul donne des mandemens, qui doivent être exécutés, & dont il envoye tous les trois mois des copies au lieutenant général de l’amirauté la plus prochaine, & en la chambre du commerce aussi la plus prochaine.
La juridiction de ces consuls embrasse plusieurs objets ; car non-seulement elle tient lieu d’amirauté dans le pays & de juridiction consulaire, mais même de justice ordinaire.
Les jugemens du consulat doivent être exécutés par provision en matière civile, en donnant caution, à quelque somme que la condamnation se monte ; en matière criminelle, définitivement & sans appel, lorsqu’il n’y écheoit point de peine afflictive, pourvu qu’ils soient rendus avec deux députés de la nation ; ou à leur défaut, avec deux des principaux négocians François, suivant la déclaration du Roi du 25 mai 1722. Quand il y écheoit peine afflictive, le consul doit instruire le procès, & l’envoyer avec l’accusé par le premier vaisseau François, pour être jugé par les officiers de l’amirauté du premier port où le vaisseau doit faire sa décharge.
Le consul peut aussi faire sortir du lieu de son établissement les François qui y tiendroient une conduite scandaleuse, suivant l’art. 15. du tit. jx. de l’ordonnance de 1681, qui enjoint aussi à tout capitaine & maître de vaisseau de les embarquer sur les ordres du consul, à peine de 500 liv. d’amende applicable au rachat des captifs.
L’appel des consuls des Échelles du Levant & des côtes d’Afrique & de Barbarie, se releve au parlement d’Aix ; l’appel des autres consulats est porté au parlement le plus prochain.
Si le consul a quelque différend avec les négocians du lieu, les parties doivent se pourvoir en l’amirauté la plus prochaine, suivant l’art. 19 du tit. jx. de l’ordonnance de 1681.
Il y a dans quelques-unes des échelles du Levant & de Barbarie un vice-consul, pour faire les fonctions du consulat dans les endroits où le consul ne peut être en personne.
Le consul a sous lui une espece de greffier qu’on nomme chancelier ; & la chancellerie est le dépôt des actes ou archives du consulat. Voyez Chancelier & Chancellerie.
Il nomme aussi des huissiers & sergens pour l’exécution de ses mande-mens, & leur fait pêter serment.
Il y a diverses ordonnances du Roi qui ont attribué aux consuls différens droits sur les marchandises qui se négocient par ceux de leur nation.
Voici l’état des Consulats de France.
En Espagne : Cadix, Malaga, Cartagène, Alicant, Gijon & les ports de Galice, Gibraltar, Mayorque, Barcelone, Ténériffe & les ports des îles Canaries. Italie : Gênes les ports de la république, Livourne, Rome, Naples & les ports de Sicile, Caillery & les ports de Sardaigne, Ancone, Semigaglia, Venise, Rovigno, Raguse, Ile de Corfou, Ile du Zante, Ile de Sainte-Marie, Ile de Cerigo. En Portugal : Lisbonne Ile de Madere, Ile de Tercere, Ile de Saint-Michel, Ile de Fayal. Dans le Nord : Moscou & les ports de Russie, Elseneur & pour les ports de Danemark, Bergen en Norwege. Dans les échelles du Levant & de Barbarie : Le Caire, Alexandrie, Rossette, Seyde, Alep, Alexandrette, Tripoly de Syrie, Satalie, Smyrne, Scio, Chypres, Salonique, La Ganée, Candie, La Morée, Naples de Romanie, Les Dardanelles, Barut, Larta, La Crimée, Alger, Tunis, Tripoly de Barbarie, Naxis, Paros, & Antiros, Le Mile & l’Argentiere, Athenes, Zea dans l’Archipel, Le Tine & Micony, Négrepont, Quarante, Santo, ou la Saillade, S. Jean d’Acre.
Quand la France est en guerre avec les puissances des lieux où sont établis ces consuls, & que les commerce est interrompu, les consuls sont obligés de se retirer en France.
Il y avait aussi autrefois un consul de France en Hollande, & les Hollandais en avoient en France ; mais il n’y en a plus de part ni d’autre depuis le traité de commerce & de navigation conclu entre ces deux puissances en 1697.
La plûpart des autres puissances ont aussi des consuls de leur nation àpeu-près dans les mêmes lieux, sur-tout les Anglois & les Hollandais. On distingue ordinairement ces consuls par le nom de leur nation. Par exemple, on dit le consul de la nation Françoise à Smyrne ; le consul de la nation Angloise à Alep. Voyez le tit. jx. de l ordonn. de 1681. (A). »

Annexe III

84Mémoire du Roi sur ce que les Consuls de la nation française établis dans les pays étrangers doivent observer pour en rendre compte à S. M. par toutes les occasions, fait à Paris le 15 mars 1669 (d’après Borel François, De l’origine et des fonctions des consuls, Saint-Pétersbourg 1807, p. 344-346)

« Sa Majesté veut qu’ils observent soigneusement la forme du gouvernement des villes où ils font leur résidence, ensemble de tout le pays circonvoisin.
Et comme leur principale occupation doit être le commerce, Sadite Majesté veut qu’ils s’informent avec soin de toutes les denrées et marchandises qui croissent dans le pays. Des manufactures qui s’y font. Quelles marchandises viennent des pays éloignés, soit par mer, soit par terre. Si c’est par caravanes comme dans le Levant. Combien il en vient chacune année ; de quel nombre de bêtes de charge elles sont composées, combien et de quelle qualité sont les marchandises qu’elles apportent.
Si les naturels ou les sujets du même Prince font quelque commerce par mer, soit pour apporter les marchandises ou denrées nécessaires à la consommation, soit pour transporter celles qui croissent, ou qui sont apportées des autres pays.
Ou si les naturels et les autres sujets du même Prince ne font aucun commerce, quelles nations le font, avec combien de vaisseaux, de quelle qualité, quelles et quelle quantité de marchandises ils apportent et emportent.
Quels avantages ils en retirent, et quel est l’emploi de leurs vaisseaux, soit qu’ils ne servent qu’à apporter des pays où ils sont et remporter les marchandises qu’ils tirent, soit qu’ils soient employés à faire le commerce de port en port dans les états du même Prince en attendant leurs charges.
Et en cas que diverses nations étrangères y fassent commerce, leurs différentes manières, et les avantages qu’elles ont les unes sur les autres, soit par une plus grande et plus exacte connaissance du commerce, soit par une plus grande économie.
Si les marchandises viennent par mer, comme en Espagne et en Portugal, il est nécessaire de savoir de même combien de vaisseaux il en vient, et généralement tout ce qui est ci-dessus dit.
S.M. veut de plus être informée de la valeur, poids et titre de la monnaie qui a cours en chacun pays ; s’il y a change ou non ; et tous les changemens que le titre et le cours des monnaies et du change reçoivent chacune année.
Comme le plus important point de tout le commerce consiste en grand nombre de pièces de cinq sols qui passent de France et d’Italie au Levant, S. M. veut que les Consuls établis dans les échelles du Levant examinent avec grand soin cette matière, et qu’ils lui fassent savoir leurs avis sur tous les expédiens que l’on pourrait pratiquer pour empêcher la continuation de ce désordre, qui tire tous les ans des sommes très-considérables du royaume, et qui abolit et ruine entièrement nos manufactures pour substituer en leur place celles d’Angleterre et de Hollande.
S. M. veut savoir les différens prix, titres, coins, effigies, lieux de leurs fabriques, et les différentes nations qui en portent au Levant, en quelle quantité, et quels avantages elles en reçoient. »

Annexe IV

Ill. 1 : Charles Étienne Coquebert de Montbret (1755-1831) (http ://www.annales.org/archives/x/coquebert.html)

Ill. 1 : Charles Étienne Coquebert de Montbret (1755-1831) (http ://www.annales.org/archives/x/coquebert.html)

Ill. 2 : Registre des actes expédiés en France, 1797-1799. Fonds du consulat de France à Hambourg, série A, n° 1. (http ://www.diplomatie.gouv.fr/archives/service/inventaires/nantes/egf1h.html-ourg)

Ill. 2 : Registre des actes expédiés en France, 1797-1799. Fonds du consulat de France à Hambourg, série A, n° 1. (http ://www.diplomatie.gouv.fr/archives/service/inventaires/nantes/egf1h.html-ourg)

Notes

1 Au sujet de Karl Friedrich Reinhard, de 1795 à 1798 et de 1802 à 1805 ministre plénipotentiaire à Hambourg, voir en particulier : Lang W., Graf Reinhard. Ein deutsch-französisches Lebensbild 1761-1837, Bamberg, 1896 ; Gross E. R. (dir.), Karl Friedrich Reinhard, 1761-1837. Ein Leben für Frankreich und Deutschland. Gedenkschrift zum 200. Geburtstag, Stuttgart, 1961 ; Delinière J., Karl Friedrich Reinhard. Ein deutscher Aufklärer im Dienste Frankreichs (1767-1837), Stuttgart, 1989. Voir également : Isler M. (dir.), Briefe an Ch. de Villers von Benj. Constant, Görres, Goethe, Jac. Grimm, Guizot, F. H. Jacobi, Jean Paul, Klopstock, Schelling, Mad. de Stael, J. H. Voss und vielen Anderen. Auswahl aus dem handschriftlichen Nachlasse des Ch. de Villers, Hamburg, 1879, 2e éd., Hambourg, 1883, p. 321-376.

2 Cité d’après : Cussy F. de Cornot baron de, Règlements consulaires des principaux états maritimes de l’Europe et de l’Amérique. Fonctions et attributions des Consuls. Prérogatives, Immunités et Caractère public des Consuls envoyés – Recueil de Documents officiels et Observations concernant l’institution consulaire – Les devoirs, les obligations, les droits et le rang diplomatique des consuls, Leipzig, 1851, p. 3.

3 Fauvelet de Bourrienne L. A., Mémoires de M. de Bourrienne, ministre d’État, sur Napoléon, le Directoire, le Consulat, l’Empire et la Restauration, 10 vol., Paris, 1829, ici : vol. 7, p. 52.

4 Ibidem, vol. 6, p. 304. Cité d’après : Mistler J., « Hambourg sous l’occupation française. Observations au sujet du Blocus continental », Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, vol. 1, 1973, p. 451-466, p. 453. Au sujet de Bourrienne, qui s’est enrichi considérablement à Hambourg au dépens des intérêts de son propre gouvernement, voir : ibid., p. 453-458. Servières G., L’Allemagne française sous Napoléon Ier, Paris, 1904, p. 73 et suiv.

5 Voir : MAE, CP Hambourg, vol. 118, fol. 342 : Lettre de Bourrienne à Talleyrand du 17 messidor an XIII (5 juillet 1805). Voir : Bourrienne, Mémoires, op. cit., ici vol. 6, p. 298 et suiv.

6 Ce qui était vrai pour la France l’était également pour d’autres grandes puissances de l’Europe pendant la guerre de Trente ans. Ferdinand II installa alors des résidents à Hambourg et à Brême afin d’observer les princes protestants. Hambourg, ville neutre, permettait aux agents diplomatiques de réunir un grand nombre de renseignements et d’établir des contacts discrets avec les adversaires ou alliés de guerre. Voir à cet égard : Bérenger J., « La diplomatie impériale », Bély L. (dir.), L’invention de la diplomatie. Moyen Âge – Temps modernes, Paris, 1998, p. 125-138, ici p. 131-132.

7 Lappenberg J. M., Hamburgische Rechtsalterthümer, Hamburg, 1845, vol. 1, introduction, p. 137.

8 Urkundenbuch der Stadt Lübeck Nr. 105 et Agats A., Der hansische Baienhandel, Heidelberg, 1904, p. 49.

9 Hansisches Urkundenbuch 1, Nr. 573 ; Hamburger Urkundenbuch 1, Nr. 668, 2. et Riedel A.F., Codex Diplomaticus Brandenburgensis, II, 1, Nr. 106. Voir pour ce qui précède : Abraham-Thisse S., « Les relations commerciales entre la France et les villes hanséatiques de Hambourg, Lübeck et Brême au Moyen Âge », Schmidt B. et Richefort I. (dir.), Les relations entre la France et les villes hanséatiques (Moyen Âge – xixe siècle) (à paraître).

10 Voir pour l’instant : Série de Traités et d’actes contenant les stipulations faites en faveur du commerce et de la navigation entre la France et la ville libre et anséatique de Lubec depuis 1293, Lubeck, 1837.

11 Voir : Trocme É. et Delafosse M., Le commerce rochelais de la fin du xve siècle au début du xviie siècle, Paris, 1952. Voir également : Even P., « La Rochelle et le commerce du Nord au xviiie siècle », Schmidt et Richefort, op. cit.

12 Voir : Reissmann M., Die hamburgische Kaufmannschaft im 17. Jahrhundert in sozialgeschichtlicher Sicht, Hamburg, 1975, p. 49. Au sujet de Lubeck : Pelus-Kaplan M.-L., « Eine Hansestadt im Planetensystem des Sonnenkönigs : Der Handel mit Frankreich und seine Bedeutung für die lübeckische Wirtschaft in der Epoche Ludwigs XIV. », Zeitschrift des Vereins für Lübeckische Geschichte und Altertumskunde, vol. 65, 1985, p. 119-142, ici p. 131-132. Elle constata une « augmentation spectaculaire » des importations de vin et de l’eau-de-vie. Concernant Brême voir : Müller H., « On y boit des vins du Rhin, le commun peuple boit du vin de Bordeaux. Bremen und Bordeaux im Zeitalter des Ancien Régime », Bremisches Jahrbuch, vol. 69, 1990, p. 45-73.

13 Voir : Stadtarchiv Lübeck (StAL) Gallica 520, Hansisches und lübeckisches Konsulat in Marseille und in der Provence, Bestallung des Tobias Zollikofer als hansischer Konsul, 1650. Voir également au sujet de son fils Hans Conrad Zollikofer, consul à Marseille en 1688 : Staatsarchiv Hamburg (StAH) 111-1 Senat Cl.VI. Nr.5. Vol. 5. Fasc.12. Inv.1.

14 Voir à cet égard : Pelus-Kaplan M.-L., « Christophe Brosseau, résident hanséatique à Paris, et son action de 1698 à 1717 », Schmidt B. et Richefort I., op. cit.

15 Voir en particulier les arrêts du Conseil d’État du 14 juillet 1661 et du 7 juillet 1665 et celui du Conseil de commerce du 12 décembre 1664. Voir aussi : Ariste P., Traicté des consuls de la nation française aux Pays éstrangers…, Paris, 1667.

16 Voir par ex : Borel F., De l’origine des fonctions des consuls, Saint-Pétersbourg, 1807. Dans ce même ouvrage p. 344-346 aussi : « Mémoire du Roi sur ce que les Consuls de la nation française établis dans les pays étrangers doivent observer pour en rendre compte à S.M. par toutes les occasions », fait à Paris le 15 mars 1669.

17 La nation française représente la communauté des négociants français établie à Hambourg et non le peuple français dans son ensemble.

18 Série de Traités, op. cit., ici p. 69-87. Au sujet du traité de 1655 voir bientôt dans une édition de sources, publiée par Isabelle Richefort et Burghart Schmidt sur les traités de commerce et de navigation entre la France et les villes hanséatiques, la contribution de : Grassmann A., « Eine hansestädtische Gesandtschaft an den Hof Ludwigs XIV. : Zum französisch-hansestädtischen Vertragsabschluß 1655 ». Voir également : Huhn F.-K., « Die Handelsbeziehungen zwischen Frankreich und Hamburg im 18. Jahrhundert unter besonderer Berücksichtigung der Handelsverträge von 1716 und 1769 », p. 102-104.

19 Voir : Mandrou R., Louis XIV en son temps 1661-1715, Paris, 1973, p. 96. Voir également : Orzschig J., « Christophe Brosseau. Ein französischer Diplomat am Ende des 17. Jahrhunderts in hansestädtischen Diensten », Zeitschrift des Vereins für lübeckische Geschichte und Altertumskunde, vol. 77, 1997, p. 75-86, ici p. 75.

20 Une exception notable avec quelques indications pour le personnel consulaire de la France dans les villes hanséatiques au xviiie siècle constitue l’étude d’Anne Mézin, Les Consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), Paris, 1997. Pour l’Espagne voir J. Pradells Nadal, Diplomacia y comercio. La expansión consular espagñola en el siglo xviii, Alicante, 1992. Voir aussi Ozanam D., Les diplomates espagnols du xviiie siècle, Madrid, 1998.

21 Voir : Bély L., « L’invention de la diplomatie », Bély L., L’invention de la diplomatie, op. cit., p. 11-23, ici p. 11-13.

22 Voir par ex. : May E.R., « The Decline of Diplomatic History », Billias G.A. et Grob G.N. (dir.), American History : Retrospect and Prospect, New York, 1971. En France, des jugements critiques ont été portés sur l’histoire diplomatique entre autre par Lucien Febvre (« L’histoire, c’est la paix », Annales ESC, 1956, p. 51-63), Fernand Braudel (« Pour ou contre une politicologie scientifique », Annales ESC, 1963, p. 119) ou Roger Chartier (compte rendu sur J. Klaits, dans : Annales ESC, juillet-août 1978, p. 759-762). Voir également : Conze E., « “Moderne Politikgeschichte”. Aporien einer Kontroverse », Müller G. (dir.), Deutschland und der Westen. Internationale Beziehungen im 20. Jahrhundert. Festschrift für Klaus Schwabe, Stuttgart, 1998, p. 19-30.

23 Voir par ex. : Duchhardt H. et Knipping F. (dir.), Handbuch der Geschichte der internationalen Beziehungen, 9 vol., Paderborn, 1997 et suiv. ; Duchhardt H. (dir.), Städte und Friendenskongresse, Cologne, 1999 ; Duchhardt H. (dir.), Der Friede von Rijswijk 1697, Mayence, 1998 ; Duchhardt H. (dir.), Der Westfälische Friede : Diplomatie, politische Zäsur, kulturelles Umfeld, Rezeptionsgeschichte, München, 1998 ; Bély L., Espions et ambassadeurs, au temps de Louis XIV, Paris, 1990 ; Bély L., Les relations internationales en Europe, xviie et xviiie siècles, 2e éd., Paris, 1998.

24 Voir par ex. : Windler Ch., La diplomatie comme expérience de l’Autre. Consuls français au Maghreb (1700-1840), Genève, 2002.

25 Voir : Bély L., L’invention de la diplomatie, op. cit. Loth W. et Osterhammel J. (dir.), Internationale Geschichte : Themen – Ergebnisse – Aussichten, München, 2000 ; Lehmkuhl U., « Diplomatiegeschichte als internationale Kulturgeschichte : Theoretische Ansätze und empirische Forschung zwischen Historischer Kulturwissenschaft und Soziologischem Institutionalismus », Geschichte und Gesellschaft, vol. 27, n° 3, 2001, p. 394-423 ; Maier C., « Marking Time : The Historiographie of International Relations », Kammen M.G. (dir.), The Past Before US : Contemporary Historical Writing in the United States, Ithaca (New York), 1980, p. 355-387 ; MacMahon R., « The Study of American Foreign Relations : National History or International History ? », Diplomatic History, vol. 14, 1990, p. 554-564 ; « A Round Table : Explaining the History of American Foreign Relations », Journal of American History, vol. 77, 1990, p. 93-180.

26 Voir par ex. : Schmidt B., Hamburg im Zeitalter der Französischen Revolution und Napoleons (1789-1813), 2 vol., Hamburg, 1998.

27 Voir par ex. : Putnam R.D., « Diplomacy and Domestic Politics : The Logic of Two-Level Games », International Organization, vol. 42, 1988, p. 427-460.

28 Voir par ex. : Iriye A., « Culture and International History », Hogan M.J. et Paterson T.G. (dir.), Explaining the History of American Foreign Relations, Cambridge, 1991, p. 214-225 ; Iriye A., « Culture and Power : International Relations and Intercultural Relations », Diplomatic History, vol. 10, 1979, p. 115-128 ; Iriye A., « Culture », Journal of American History, vol. 77, 1990, p. 99-107. Pour une approche sociale de l’histoire politique voir par ex. : Conze E., « Zwischen Staatenwelt und Gesellschaftswelt. Die gesellschaftliche Dimension in der Internationalen Geschichte », Loth W. et Osterhammel J. (dir.), Internationale Geschichte. Themen – Ergebnisse – Aussichten, München, 2000, p. 117-140.

29 Voir : Geertz C., The Interpretation of Cultures : Selected Essays, New York, 1973 ; Geertz C., Dichte Beschreibung : Beiträge zum Verstehen kultureller Systeme, Francfort/M., 1983.

30 Voir : Labourdette J.-F., Vergennes. Ministre principal de Louis XVI, Paris, 1990.

31 Voir à cet égard avec plus de détails la contribution de Pascal Even dans ce volume sur « La nation française de Hambourg ». À titre comparatif voir également : Labourdette J.-F., La nation française à Lisbonne de 1669 à 1790 entre colbertisme et libéralisme, Paris, 1988.

32 Ibidem.

33 Voir : Thoden H., « Die Patriotische Gesellschaft in Hamburg und die Anfänge des Sparkassenwesens », Sparkasse, n° 2, 1939, p. 28-33 ; Kopitzsch F. et Stephan-Kopitzsch U., « Franzosen in den Hansestädten und in Altona zwischen 1685 und 1789 », Mondot J. et Valentin J.-M. et Voss J. (dir.), Deutsche in Frankreich – Franzosen in Deutschland 1715-1789. Allemands en France – Français en Allemagne 1715-1789, Sigmaringen, 1992, p. 283-295, ici p. 285-286.

34 Dupont de Nemours Pierre Samuel, « Notice abrégée des différents écrits modernes qui ont concouru en France à former las science de l’économie politique », Ephémérides du citoyen, 1769. Cité d’après : Larrère C., « Isaac de Bacalan : Bordeaux et la liberté du commerce », Mondot J. et Larrère C. (dir.), Lumières et commerce. L’exemple bordelais, Berne, 2000, p. 3-15, ici p. 3.

35 Mondot J., « Le paradigme du commerce dans les écrits de Raynal et de Forster », Mondot J. et Larrère C. (dir.), Lumières et commerce. L’exemple bordelais, Berne, 2000, p. 17-31, ici p. 17.

36 Ibidem, p. 27.

37 Huhn F.-K., op. cit., p. 68.

38 Fink G., « Diplomatische Vertretungen der Hanse seit dem 17. Jahrhundert bis zur Auflösung der Hanseatischen Gesandtschaft in Berlin 1920 », Hansische Geschichtsblätter, vol. 56, 1931, p. 112-155, ici p. 114-119. Fink s’appuye sur un document assez long et très intéressant qui rapportait la manière assez méprisante dont la France considérait vers 1654 les ambassadeurs des villes hanséatiques et la Hanse elle-même. Ce document se trouve aux Archives de Lubeck AHL, Gallica 35, 1654.

39 AHL, Gallica, 58, lettres du 7 juin 06 et du 24 juin 1715, du 15 juillet 1715, du 16 août 1715. Cité d’après : Pelus-Kaplan M.-L., « Christophe Brosseau… », op. cit.

40 Jurgens M. et Orzschig J., « Korrespondenten von G. W. Leibniz : 7. Christophe Brosseau », Studia Leibnitiana, vol. 16/1, 1984, p. 102-112.

41 Cité d’après : Pelus-Kaplan M.-L., « Christophe Brosseau… », op. cit.

42 Voir : Mézin A., op. cit., ici p. III.

43 MAE, CP Hambourg, vol. 36, fol. 118 et suiv. ; Huhn F.-K., op. cit., p. 71.

44 MAE, CP Hambourg, vol. 36, fol. 122 et suiv. ; Huhn F.-K., op. cit., p. 71.

45 Voir à cet égard : Espagne M., « Papiers allemands, papiers français : L’existence d’une mémoire interculturelle et ses usages historiographiques », Schmidt B. et Richefort I., op. cit.

46 Voir par ex. : Jeannin P., « Die Hansestädte im europäischen Handel des 18. Jahrhunderts », Hansische Geschichtsblätter, vol. 89, 1971, p. 41-73 ; Dufraisse R., « Französische Zollpolitik, Kontinentalsperre und Kontinentalsystem im Deutschland der napoleonischen Zeit », Berding H. et Ullmann H.-P. (dir.), Deutschland zwischen Revolution und Restauration, Düsseldorf, 1981, p. 328-352 ; Dufraisse R., « Les relations économiques entre la France révolutionnaire et l’Allemagne », Voss J. (dir.), Deutschland und die französische Revolution (Beihefte der Francia 12), Munich, 1983, p. 214-248.

47 La Correspondance politique Hambourg a par ex. été utilisé dernièrement par Lucien Bély, « Jean Baptiste Poussin. Envoyé de France à Hambourg : Négociateur subalterne et informateur de premier plan », Schmidt B. et Richefort I., op. cit. Voir également : Schmidt B., op. cit. ; Huhn F.-K., op. cit. Sur la valeur des archives de Lubeck voir : Pelus-Kaplan M.-L., « Das Archiv der Hansestadt Lübeck als Quellenreservoir für Frankreich », Zeitschrift des Vereins für Lübeckische Geschichte und Altertumskunde, vol. 78, 1998, p. 317-322 ; Pelus-Kaplanm.-L., « Christophe Brosseau… », op. cit.

48 Voir entre autre : AN Marine A510 : Hambourg et Lubec 1766-1785, Marine B4 « Mer Baltique » et « Mer du Nord » à des époques différentes, Marine B7 « Nord » a différentes époques et en particulier B7 388, 434, 438-439, 479 (Hambourg 1669-1783). AN AEBI Correspondance consulaire 607-614 : Hambourg 1712-1792. AN AEBIII Consulats. Mémoires et documents 427-430, 465-466, 481. Voir à cet égard avec d’autres indications Jeannin (cf. note 46). Sur les fonds d’archives conservés aux Archives Nationales aussi Mézin (cf. note 20), ici p. 5-8.

49 Voir : MAE, CCC Hambourg, vol. 9-55. Les 8 premiers volumes de cette série se trouvent aux Archives nationales sous la cote AEBI 607-614 : Hambourg 1712-1792. Pour ne donner qu’un exemple, on trouve dans les volumes 14 à 23 de cette série des Archives diplomatiques la correspondance du commissaire des relations commerciales à Hambourg, La Chevardière, et des consuls généraux successivement en poste dans cette ville (Bourrienne, Le Roy, Bourboulon) avec le ministre des Relations extérieures dans les années 1799 à 1827.

50 Voir : MAE, CP Hambourg et CP Hambourg supplément. Voir également les Tables manuscrites de la correspondance politique des origines à 1850. On trouve par ailleurs dans les séries CP Allemagne (origine à 1870), CP Allemagne (Petites principautés), MD Allemagne, MD France et Personnel (dossiers individuels reliés – origine à 1830) de temps en temps des pièces relatives aux relations consulaires et diplomatiques avec les villes hanséatiques à l’époque moderne. Voir en particulier MD (Fonds divers), Allemagne, doc. divers de 1716 à 1750 (Hambourg, vol. 138). Pour les séries CCC Hambourg, Brême, Lubeck et CP Hambourg des publications sont en préparation. Prévu est entre autre un volume dans la série des Instructions aux ambassadeurs (Recueil des instructions données aux ambassadeurs et ministres de France depuis les traités de Westphalie).

51 En ce qui concerne Hambourg il y a Nantes dans la série A 41 volumes pour la période 1816 à 1906 et dans la série B 141 cartons pour les années 1774 à 1939. Pour les deux séries un répertoire numérique et un état de versement a été rédigé par Pascal Even en 1988 (36 p. dactyl.). À cela s’ajoutent 14 registres pour la période 1894-1938. Pour le consulat français à Brême il y a au total 25 cartons et volumes pour les années 1802 à 1935. Pour l’agence consulaire de Lubeck il y a deux volumes pour les années 1809-1810 avec un répertoire numérique de deux pages dactyl. rédigé par Pascal Even en 1987.

52 Bien plus tard que Lubeck, Brême en 1646 et Hambourg en 1618/1768 devinrent villes libres de l’Empire. Alors que Lubeck perdit ce statut en 1937, Brême et Hambourg continuent d’en jouir jusqu’à nos jours. Les deux villes sont toujours des états fédéraux, et conservent donc une certaine indépendance sur le plan de la représentation politique. En ce qui concerne l’intitulé officiel de la ville de Hambourg voir StAH 111-1 Sénat Cl. I Lit. Pb. vol. 8b Fasc. 30a. Kellinghusen H., « Der hamburgische Staatstitel », Zeitschrift für Hamburgische Geschichte, vol. 41, 1951, p. 268 et suiv. ; Wohlwill A., Zur Geschichte des Gottorper Vergleichs vom 27. Mai 1768, Hamburg, 1896 ; Reincke H., « Hamburgs Aufstieg zur Reichsfreiheit. Vortrag am 25. Januar 1956 », Zeitschrift für Hamburgische Geschichte, vol. 47, 1961, p. 17-34.

53 Dollinger P., La Hanse, Paris, 1964, rééd. Paris, 1988 ; Grassmann A. (dir.), Lübeckische Geschichte, Lübeck, 1988.

54 Voir : Postel R., « Der Niedergang der Hanse », Bracker J. et Henn V. et Postel R. (dir.), Die Hanse. Lebenswirklichkeit und Mythos, 2e éd., Lübeck, 1998, p. 165-192, ici p. 190.

55 Voir : Pelus-Kaplan M.-L., « Eine Hansestadt im Planetensystem… », op. cit. ; Pelus-Kaplan M.-L., « Les Européens et la Baltique (1690-1790) », Européens et espaces maritimes au xviiie siècle, numéro spécial du Bulletin de la Société d’Histoire moderne et Contemporaine, n° 1/2, 1977, Suppl. à la Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 44, 1997, p. 99-129 ; VOSS P., « “Eine Fahrt von wenig Importanz” ? Der hansische Handel mit Bordeaux 1670-1715 », Grassmann A. (dir.), Niedergang oder Übergang ? Zur Spätzeit der Hanse im 16. und 17. Jahrhundert, Köln, 1998, p. 93-138 ; Jeannin P., « Les marchés du nord dans le commerce français au xviiie siècle », Léon P. (dir.), Aires et structures du commerce français au xviiie siècle, Paris 1975, p. 47-73.

56 Pelus-Kaplan M.-L., « Das Archiv der Hansestadt Lübeck… », op. cit. StAL Altes Senatsarchiv Externa Gallica.

57 StAL ASA Ext. Gallica 300 et suiv.

58 Ibidem, Gallica 650 et suiv.

59 Ibid., Gallica 450 et suiv.

60 Ibid., Gallica 720 et suiv.

61 Pour Hambourg voir StAH 111-1 Sénat Cl. vi. : Hanseatica ; Auswärtige Angelegenheiten 13961928. Par ex. 111-1 Sénat Cl. vi. No. 5. Vol. 3a Fasc. 4 : l’accréditif de M. Bourboulon comme consul à Hambourg en 1816. Ibid., Cl. vi. No. 5. Vol. 5. Fasc. 1 : Generalia betr. die hamburgischen Konsulate in Frankreich 1688-1837. Ibid., Cl. vi. No. 5. Vol. 5. Fasc. 4 Inv. 1-4 : Akten betr. das hamburgische Konsulat in Bordeaux 1739-1818. Ibid., Cl. vi. No. 5. Vol. 5. Fasc. 12. Inv. 1 : Akten betr. das hamburgische Konsulat in Marseille 1688 ff. Voir également StAH 111-1 Sénat Cl. vii Lit. J. : Gesandtschaftswesen 1612-1891. StAH 111-1 Sénat Cl. vii Lit. K. : Handel und Schiffahrt 1366-1928. Un consulat français à Brême fut établi en 1792 et maintenu avec un certain nombre d’interruptions jusqu’en 1983. Voir en particulier : StABr. Ratsarchiv 2-A.-C. : Verhältnisse der Hansestädte untereinander, zu Auswärtigen und zum Heiligen Römischen Reich (Hanseatica), darin auch Verhältnis zu Frankreich 1392-1901. StABr. Ratsarchiv 2-Dd. : Von Bremen abgegangene Gesandtschaften 1569-1853. In Bremen akkreditierte Gesandte, Ministerresidenten, Generalkonsuln, Konsuln und Handelsagenten 1641-1905. StABr. Ratsarchiv 2-W. : Verhältnis Bremens zu Frankreich 1592-1894 u. StABr. Ratsarchiv 2-P.7.c. : Bremische Agenten und Konsuln in Bordeaux 1794-1867, Bayonne 1808-1855, Brest 1837-1867, Boulogne 1837-1838, Calais 1807-1842, Cette und Montpellier 1831-1867, Cherbourg 1840-1865, Dünkirchen 1839-1867, Havre de Grace 18251868, Ile de France 1799-1800, Marseille 1836-1867, Nantes 1840-1868. Des extraits de la Correspondance commerciale et consulaire Brême des Archives diplomatiques existent sous forme de microfilm (Berichte des franz. Konsulats in Bremen FB 867) pour les années 1845-1852.

62 Beutin L., « Zur Entstehung des deutschen Konsulatswesens im 16. und 17. Jahrhundert », Vierteljahrsschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, vol. 21, 1928, p. 438-448, ici p. 448.

63 Pohl H., « Die diplomatischen und konsularischen Beziehungen zwischen den Hansestädten und Spanien in der zweiten Hälfte des 18. Jahrhunderts », Hansische Geschichtsblätter, vol. 83, 1965, p. 46-93, ici p. 46.

64 Fink G., op. cit.

65 Grassmann A., « Die Ernennung Heinrich Wilhelm von Gerstenbergs zum dänischen Konsul in Lübeck 1777. Ein Beitrag zur hansestädtischen Diplomatiegeschichte », Paravicini W. (dir.), Mare Balticum. Beiträge zur Geschichte des Ostseeraums in Mittelalter und Neuzeit, Sigmaringen, 1992, p. 303-314, ici p. 314.

66 Voir par ex. : Pohl H., Die Beziehungen Hamburgs zu Spanien und dem spanischen Amerika in der Zeit von 1740 bis 1806 (Vierteljahrsschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, Beiheft 45), Wiesbaden, 1963, p. 2 et suiv. ; Pohl H., « Die diplomatischen und konsularischen… », op. cit. ; Grassmann A., op. cit. ; Huhn F.-K., op. cit., ici surtout p. 67 et suiv. Parmi les travaux plus anciens voir : Kulischer J., Allgemeine Wirtschaftsgeschichte des Mittelalters und der Neuzeit, 2e éd., München, 1958, vol. 1, p. 288 ; Soetbeer A., « Das hamburgische Consulatswesen », Zeitschrift des Vereins für deutsche Statistik, vol. 1, 1847, p. 84 ; Baasch E., Die Handelskammer zu Hamburg 1665-1915, vol. 1, Hamburg, 1915, p. 420 et suiv. ; Petersen C., « Das Konsularwesen in Hamburg », Hamburger Übersee-Jahrbuch, 1928, p. 11-14. Voir aussi les différentes références sous l’entrée « Konsulatswesen », Bücherkunde zur hamburgischen Geschichte, vol. 1-5, Hamburg, 1939-1990.

67 Voir par ex. : Lappenberg J.-M., « Listen der in Hamburg residirenden, wie der dasselbe vertretenden Diplomaten und Consuln », Zeitschrift für Hamburgische Geschichte, vol. 3, 1851, p. 414 et suiv., ici p. 526 et suiv. (ce répertoire a été corrigé et complété en 1963 par Christian Mahlstedt dont le tapuscrit se trouve aux Archives de Hambourg. Voir StAH 741-3 Verzeichnisse der Diplomaten und Konsuln) ; Beneke O., Zur Geschichte des hamburgischen Consulatswesens. Rapport imprimé des archives d’Hambourg du 24 nov. 1866 (Gedruckte Archivalberichte 1866-1889, Nr. 2).

68 Prüser J., Die Handelsverträge der Hansestädte Lübeck, Bremen und Hamburg mit überseeischen Staaten im 19. Jahrhundert, Bremen, 1962, ici surtout p. 108-110 ; Kellenbenz H., « Zur Frage der konsularisch-diplomatischen Verbindungen und den Handelsverträgen der Hansestädte mit überseeischen Staaten im 19. Jahrhundert », Bremisches Jahrbuch., vol. 49, 1964, p. 219-224 ; Schmidt B., « Pot-de-vin und Staatsräson : Ein Beitrag zur deutsch-französischen Diplomatiegeschichte Ende des 18. und Anfang des 19. Jahrhunderts im Zeichen von Erpressung und Korruption », Prague Papers on History of International Relations 1999, Prague 1999, p. 173-194.

69 Grassmann A., « Hanse weltweit ? Zu den Konsulaten Lübecks, Bremens und Hamburgs im 19. Jahrhundert », Grassmann A. (dir.), Ausklang und Nachklang der Hanse im 19. und 20. Jahrhundert, Trêves, 2001, p. 43-65, ici p. 57.

70 Voir : ANP AEBIII 426 : Mémoire sur le commerce de l’Allemagne, joint à la lettre du 29 juillet 1776. Mémoire sur les villes hanséatiques, joint à la lettre du 10 janvier 1777.

71 Voir : ANP AEBIII 426 : Mémoire du 25 août 1785. Voir également : Jeannin P., op. cit. Röhlk F., Schiffahrt und Handel zwischen Hamburg und den Niederlanden in der zweiten Hälfte des 18. und zu Beginn des 19. Jahrhunderts, Teil I-II, Vierteljahrsschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, Beiheft 60, Teil I-II) Wiesbaden, 1973 ; Kresse W., Materialien zur Entwicklungsgeschichte der Hamburger Handelsflotte 1765-1832, Hamburg, 1966 ; Schmidt B., « Le commerce extérieur… », Schmidt B. et Richefort I., op. cit.

72 Voir : Schmidt B., « Le commerce extérieur… », op. cit. ; Jeannin P., op. cit., ici surtout p. 44.

73 Le commissaire de la marine Pierre Rochefort qui était arrivé en 1715 à Hambourg y est mentionné encore en 1742.

74 Voir aussi pour ce qui suit : Huhn F.-K., op. cit., p. 72 et suiv.

75 Voir : MAE, MD (Fonds divers), Allemagne, doc. divers de 1716 à 1750 (Hambourg, vol. 138), fol. 12 ; MAE, CP Hambourg, vol. 72, fol. 360, 509 et suiv.

76 Voir : MAE, CP Hambourg, vol. 72 et suiv., par ex. vol. 73, fol. 9, 59, 77, 124, 233, 403 ; MAE, CP Hambourg Suppl., vol. 6, fol. 205, 284, 322-324, 367-674 ; MAE, MD (Fonds divers), Allemagne, doc. divers de 1716 à 1750 (Hambourg, vol. 138), fol. 181-351.

77 Jeannin P., op. cit., ici p. 53.

78 Voir : Pelus-Kaplan M.-L., « Navigation française et commerce français en mer Baltique aux xvie et xviie siècles (1562-1715) : l’enseignements des registres originaux du péage du Sund », Lottin et Hocquet J.-C. et Lebecq S. (dir.), Les Hommes et la Mer dans l’Europe du Nord-Ouest de l’Antiquité à nos jours (Revue du Nord, n° 1 spécial hors série), Villeneuve d’Ascq, 1986, p. 323341 ; Pelus-Kaplan M.-L., « Eine Hansestadt im Planetensystem des Sonnenkönigs : Der Handel mit Frankreich und seine Bedeutung für die lübeckische Wirtschaft in der Epoche Ludwigs XIV. », Zeitschrift des Vereins für Lübeckische Geschichte und Altertumskunde, vol. 65, 1985, p. 119-142.

79 Voir : Voss P., « “Eine Fahrt von wenig Importanz” ?, op. cit. » ; Voss P., Bordeaux et les villes hanséatiques 1672-1715. Contribution à l’histoire maritime de l’Europe du Nord-Ouest, Thèse de doctorat, 2 vol., Bordeaux, 1995.

80 Voir : Pelus-Kaplan M.-L., « “Le commerce du nord” et l’économie française dans la seconde moitié du xvie siècle », Curveiller S. (dir.), Les champs rationnels en Europe du Nord et du Nord-Ouest des origines à la fin du Premier Empire, Calais, 1994, p. 233-245, ici p. 233-234. Voir également : Delavaud L., « Les Français dans le Nord. Notes sur les premières relations de la France avec les royaumes scandinaves et la Russie septentrionale depuis l’Antiquité jusqu’à la fin du xvie siècle », Société Normande de Géographie, vol. 33, 1911, p. 72-99 ; Kirchner W., « Le commencement des relations économiques entre la France et la Russie », Revue Historique, vol. 202, 1949, p. 161-183 ; Jeannin P., « L’économie française au milieu du xvie siècle et le marché russe », Annales Économie-Sociétés-Civilisations, vol. 9, 1954, p. 23-43. À propos de Danzay voir également : Richard A., Un diplomate poitevin du xvie siècle. Charles Danzay, ambassadeur de France au Danemark, Poitiers, 1910.

81 Pelus-Kaplan M.-L., « “Le commerce du nord”… », op. cit. ; Dubas-Urwanowicz E., « Henri de Valois dans l’opinion de la noblesse polonaise. Attentes et réalités », Sauzet R. (dir.), Henri III et son temps, Paris, 1992, p. 87-92.

82 Pelus-Kaplan M.-L., « “Le commerce du nord”… », op. cit., ici p. 242.

83 Voir : Voss P., « Une communauté sur le déclin ? Les marchands hollandais à Bordeaux 16501715 », Bulletin du Centre d’Histoire des Espaces Atlantiques, vol. 7, 1995, p. 33-57 ; Archives départementales de la Gironde 6 B 213-215 : Rapports à l’entrée des navires dans le port de Bordeaux, 1640-1646.

84 Voir : AN, Marine B7 489, fol. 275 : Rapport de Pierre Bidal à Colbert du 3 janv. 1670. Voir aussi : Fayard J., Hambourg et la France de 1661 à 1716 : le rôle des Bidal d’Asfeld, Thèse de l’École des Chartes, Paris, 1963.

85 Voir : AN, Marine B7 490, fol. 406 : Rapport des directeurs de la Compagnie de commerce du Nord à Colbert du 20 juin 1671. Sur cette compagnie voir : Boissonnade P. et Charliat P., Colbert et la Compagnie de commerce du Nord (1661-1689), Paris, 1930.

86 Voir : Voss P., Bordeaux et les villes hanséatiques…, op. cit. ; Voss P., « Une communauté sur le déclin ?… », op. cit. ; Archives départementales de la Gironde 6 B 286-287 : Départs des navires du port de Bordeaux, 1672-1673. Voir aussi : Jeannin P., « Zur Geschichte der Hamburger Handelsflotte am Ende des 17. Jahrhunderts. Eine Schiffsliste von 1674 », Zeitschrift des Vereins für Hamburgische Geschichte, vol. 57, 1971, p. 67-82.

87 Voir : AN, Marine B7 29, fol. 214 : Rapport de Pierre Rochefort du 13 juillet 1716.

88 Newman K.E., Anglo-Hamburg Trade in the Late Seventeenth end Early Eighteenth Centuries, Ph. D., University of London (School of Economics and Political Science), London, 1979, p. 65 ; Newman K.E., « Hambourg in the European Economy, 1660-1750 », The Journal of European Economic History, vol. 14, n° 1, 1985, p. 57-93.

89 Poussou J.-P., « Commerce », Bély L. (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, 1996, p. 293.

90 Dardel P., Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au xviiie siècle, Paris, 1963, p. 85.

91 Voir à ce sujet la contribution de Pascal Even dans ce volume.

92 Voir les « Considérations sur les avantages de la neutralité absolue des villes anséatiques pour le commerce de la France », rédigées du représentant hanséatique à Paris, Abel, du mois de mai 1803 (MAE, CP Hambourg Suppl., vol. 16, fol. 61-66).

93 Voir : AN, A.E. BI 613-614 und F12 251 ; Schmidt B., Hamburg im Zeitalter…, op. cit., vol. 1, p. 219-328, 745-766 ; Schmidt B., « Le commerce extérieur des villes hanséatiques… », op. cit. ; Kutz M., Deutschlands Außenhandel von der Französischen Revolution bis zur Gründung des Zollvereins. Eine statistische Strukturuntersuchung zur vorindustriellen Zeit (Vierteljahrsschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, Beiheft 61), Wiesbaden, 1974 ; Jeannin P., op. cit ; Dufraisse R., « Les relations économiques entre la France révolutionnaire et l’Allemagne », Voss J. (dir.), Deutschland und die französische Revolution (Beihefte der Francia 12), München, 1983, p. 214-248, ici surtout p. 214-221.

94 Avant la Révolution française, Hambourg recevait en moyenne chaque année 40 000 barriques de vin de Bordeaux, Brême environ 32 000 barriques. Au début du xixe siècle, Hambourg recevait chaque année jusqu’à 100 000 barriques de vin. Voir à ce sujet : AN, F12 566-595 : Note officielle du représentant hanséatique à Paris, Abel, au ministre des Affaires étrangères du 18 févr. 1809 ; et MAE, CCC Hambourg, vol. 16, fol. 227 : Bulletin de Hambourg du 14 mars 1806 ; Müller H., « On y boit des vins du Rhin, le commun peuple boit du vin de Bordeaux. Bremen und Bordeaux im Zeitalter des Ancien Régime », Bremisches Jahrbuch, vol. 69, 1990, p. 45-73 ; Spies-Hankammer E. (dir.), Lübecker Weinhandel. Kultur- und wirtschaftsgeschichtliche Studien, Lubeck, 1985 ; Butel P. et Voss P., « Le négoce des vins de Bordeaux et l’Allemagne de la fin du xviie siècle au milieu du xixe siècle », Aerts E. et Cullen L.M. et Wilson R.G. (dir.), Production, Marketing and Consumption of Alcoholic Beverages since the Late Middle Age, Leuven, 1990, p. 79-91.

95 Voir : Mézin A., op. cit., p. 3.

96 Voir : Larrère J.-J. et Villain-Gandossi C., « Le Llibre del Consolat de Mar : les gens de mer, leurs droits et leurs obligations », Les pays de la Méditerranée occidentale au Moyen Âge. Études et recherches. Actes du 106e congrès national des sociétés savantes, Perpignan 1981, Paris, 1983, p. 153-168.

97 Voir : Ariste P., Traicté des consuls, op. cit. Cité d’après : Mézin A., op. cit., p. 3.

98 Voir : Borel F., op. cit., p. 20. Henn V., « Das Brügger Kontor », Bracker J., Henn V. et Postel R. (dir.), Die Hanse. Lebenswirklichkeit und Mythos, 2e éd., Lübeck, 1998, p. 216-223, ici p. 218-219.

99 Voir : supra note 97.

100 Voir : Borel F., op. cit., p. 22-23.

101 Voir : Mézin, op. cit., p. 4. Sur les exceptions possibles voir : ibidem, p. 24-28.

102 Voir : Borel, op. cit., p. 43-44.

103 Ibidem, p. 77-78.

104 Voir le texte de l’Encyclopédie en annexe.

105 Voir : Borel F., op. cit., p. 76.

106 Voir le texte du Dictionnaire en annexe.

107 Voir : Borel F., op. cit., p. 75.

108 Voir : Cussy F. de Cornot baron de, Réglements consulaires des principaux états maritimes de l’Europe et de l’Amérique. Fonctions et attributions des Consuls. Prérogatives, Immunités et Caractère public des Consuls envoyés – Recueil de Documents officiels et Observations concernant l’institution consulaire – Les devoirs, les obligations, les droits et le rang diplomatique des consuls, Leipzig, 1851, ici p. 1 et 2.

109 Série de Traités, op. cit., ici p. 72 et suiv.

110 Voir : Mézin A., op. cit., p. 524 ; Johnsen O.-A., Rapports de la légation de France à Copenhague (correspondance consulaire) relatifs à la Norvège, 1670-1791, vol. 1, p. 315-317 ; MAE, Pers. cons. cartons 265-266.

111 Voir : Bély L., op. cit.

112 Voir : Mézin A., op. cit., p. 524.

113 Ibidem, p. 366.

114 Voir à cet égard également le tableau généalogique d’Anne Mézin, op. cit., p. 769.

115 Ibidem, p. 401-403. En 1772, M. de Lesseps était en congé en France, et fut alors remplacé provisoirement par le commissaire de la Marine Caizergues.

116 Ibid., p. 207-210.

117 Ibid., p. 367.

118 Voir : Ozanam D., op. cit., ici p. 487 et 514.

119 Voir : Grassmann A., « Die Ernennung Heinrich Wilhelm von Gerstenbergs zum dänischen Konsul in Lübeck 1777. Ein Beitrag zur hansischen Diplomatiegeschichte », Paravicini W. (dir.), Mare Balticum. Beiträge zur Geschichte des Ostseeraums in Mittelalter und Neuzeit, Sigmaringen, 1992, p. 303-314.

120 Ibidem, p. 312.

121 Borel F., op. cit., p. 59.

122 Désigné par le Comité de salut public pour organiser le nouveau système des poids et mesures, et chargé de la rédaction du Journal de l’Agence des Mines, il fut envoyé successivement, en 1800 et 1802, à Amsterdam et à Londres comme commissaire général des relations commerciales. Sous l’Empire, il fut nommé commissaire général chargé de l’établissement de l’octroi de navigation sur le Rhin en 1805 puis directeur de la statistique au ministère de l’intérieur en 1806. Maître des requêtes en service ordinaire, le 6 février 1808, il est rattaché à la commission du contentieux. En service ordinaire près du ministre et de la section de l’intérieur en 1810, il passe en service extraordinaire courant 1810, et exerce les fonctions de directeur principal des douanes en Hollande (à Amsterdam) jusqu’en 1811. Il devient secrétaire général du ministère des Manufactures et du Commerce jusqu’à la suppression du ministère, le 5 avril 1814. Il est fait baron d’Empire et chevalier de la Légion d’honneur en 1813.

123 Voir : Mézin A., op. cit., p. 367.

124 Ibidem.

125 Ibid., p. 336.

126 Voir : AN, AF IV 1287, doss.1, 17-19 : Nomination de Bourrienne au consulat de Hambourg, août 1807. Au sujet de Bourrienne voir également : MAE, Dossiers individuels reliés ; origine à 1830, 1re série, vol. 11, fol. 78-132 : Dossier personnel de Louis Antoine Fauvelet de Bourrienne.

127 Citations d’après : Mistler J., « Hambourg sous l’occupation française. Observations au sujet du Blocus continental », Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, vol. 1, 1973, p. 451-466, ici p. 455-458. Voir également : Schmidt B., « Pot-de-vin und Staatsräson… », op. cit.

128 Lappenberg J.-M., op. cit.

129 Voir la liste des principaux ouvrages proposés à la consultation par F. Borel et F. de Cussy en annexe.

130 Voir : Grassmann A., op. cit., p. 45 ; Pohl H., « Die diplomatischen und konsularischen… », op. cit., p. 46-47. Les indications sur les origines de la représentation diplomatique des villes hanséatiques à La Haye diffèrent selon les sources. D’après Fink G., op. cit., p. 125 un certain Dr. Ryßwick aurait été le premier agent à La Haye, dans les années 1617 à 1625. Son neveu, Lieuwe van Aitzma, aurait prit sa relève jusqu’en 1669. Comme souvent à cette époque, les fonctions des agents diplomatiques à l’étranger et des consuls étaient plus ou moins les mêmes.

131 Voir : Fink G., op. cit., p. 119-123.

132 Voir : Pohl H., « Die diplomatischen und konsularischen… », op. cit., p 8-49 ; Pohl H., Die Beziehungen Hamburgs zu Spanien, op. cit., p. 5 et suiv.

133 Lappenberg J.-M., op. cit. AHL Gallica 520.

134 Voir : Fink G., op. cit., p. 127-130 ; Huhn F.-K., op. cit., p. 81-87 ; Lappenberg J.-M., op. cit. AHL Gallica 310-345 (-415 jusqu’en 1868).

135 Grassmann A., « Lübeck auf dem Friedenskongreß von Nimwegen (1678/79) », Zeitschrift des Vereins für Lübeckische Geschichte und Altertumskunde, vol. 52, 1972, p. 36-52 ; Grassmann A., « Lübeck auf dem Friedenskongreß zu Rijswijk », Zeitschrift des Vereins für Lübeckische Geschichte und Altertumskunde, vol. 57, 1977, p. 38-51 ; Grassmann A., « Lübeck auf dem Friedenskongreß von Rijswijk. Chancen und Probleme für eine Reichs-und Hansestadt », Duchhardt H. (dir.), Der Friede von Rijswijk 1697, Mayence, 1998, p. 257-269.

136 Pelus-Kaplan M.-L., « Christophe Brosseau… », op. cit.

137 En ce qui concerne la présence française devant les portes de la ville de Hambourg pendant la Guerre de Sept ans voir par ex. : Schmidt B., « Die Kämpfe um die Festung Harburg im Siebenjährigen Krieg. Ein Beitrag zur Militärgeschichte des 18. Jahrhunderts », Harburger Jahrbuch, vol. 21, 2000, p. 47-77 ; Schmidt B., « Quellen und Dokumente zur Geschichte Harburgs im Siebenjährigen Krieg : Eine Bestandsaufnahme der historischen Überlieferung », Harburger Jahrbuch, vol. 21, 2000, p. 79-105.

138 Voir : Schmidt B., Hamburg im Zeitalter der Französischen Revolution…, op. cit.

139 Voir : AHL Gallica 450-455, 461.

140 Ibidem, Gallica 570, 530, 600, 620. Lappenberg J.-M., op. cit.

141 Voir au sujet des Chartrons : Whitlock S., Between Crown and Commerce. Architecture and Urbanism in 18th-century Bordeaux, Thèse de doctorat, Chicago, 2001.

142 Voir pour les consulats étrangers à Bordeaux : Henninger W., Johann Jakob von Bethmann 17171792. Kaufmann, Reeder und kaiserlicher Konsul in Bordeaux, 2 vol., Bochum, 1993, ici vol. 2, p. 368 et suiv. ; Voss P., » Hendrich Luetkens, marchand allemand à Bordeaux (1661-1722) », Ruiz A. (dir.), Présence de l’Allemagne à Bordeaux du siècle de Montaigne à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, Bordeaux, 1997, p. 31-44 ; Leroux A., La Colonie germanique de Bordeaux. Etude historique, juridique, statistique, économique. D’après les sources allemandes et françaises, 2 vol., Bordeaux, 1918, ici p. 47, 98 ; Leroux A., « Documents historiques concernant la colonie austro-allemande de Bordeaux », Archives historiques de la Gironde, vol. 51, p. 258-357, vol. 52, p. 133-261, ici vol. 51, p. 258-260. Apparemment il y avait déjà un consul danois à Bordeaux en 1691. Voir à cet égard : Kellenbenz H., « Les passeports maritimes du roi de Danemark pour l’année 1691 », Mollat M. (dir.), Les sources de l’histoire maritime en Europe du Moyen Âge au xviiie siècle, Paris, 1962, p. 397.

143 Voir : Henninger W., op. cit., ici vol. 2, p. 380-387.

144 Ibidem, p. 369-370.

145 Ibid., p. 370.

146 Au sujet de la maison Schröder & Schyler voir : Butel P., « La maison Schröder et Schyler de Bordeaux : fondation et premier essor », Bulletin du Centre historique des espaces atlantiques, vol. 3, 1987, p. 3-20 ; Jeannin P., « La clientèle étrangère de la maison Schröder et Schyler de la Guerre de Sept ans à la Guerre d’Indépendance américaine », Bulletin du Centre historique des espaces atlantiques, vol. 3, 1987, p. 21-85 ; Rupp P., « Ein Kettenglied europäischer Marktflechtung um die Mitte des 18. Jahrhunderts : Das Handelshaus Schröder & Schyler in Bordeaux nach dem Zeugnis seiner Korrespondenz », Kellenbenz H. et Schneider J. (dir.), Wirtschaftskräfte und Wirtschaftswege. II : Wirtschaftskräfte in der europäischen Expansion, Stuttgart, 1978, p. 575-588. Butel P., « Les négociants allemands de Bordeaux aux xviiie et xixe siècles : Les Schröder et Schyler et les Cruse », Ruiz A. (dir.), Présence de l’Allemagne à Bordeaux du siècle de Montaigne à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, Bordeaux 1997, p. 57-64. Concernant l’association de Daniel Christoph Meyer et la maison Schröder & Schyler subsiste un doute, étant donné que les sources parlent à cette occasion d’un Johann Daniel Meyer, emprisonné puis remis en liberté en 1794.

147 Voir : Espagne M., Bordeaux – Baltique. La présence culturelle allemande à Bordeaux aux xviiie et xixe siècles, Paris, 1991, p. 91.

148 Ibidem, p. 93. Le nombre des négociants des villes hanséatiques établis à Bordeaux augmentait considérablement au xviiie siècle. D’après Peter voss, Bordeaux et les villes hanséatiques…, op. cit., vol. 1, p. 206-208), environ une cinquantaine de négociants allemands vivait à Bordeaux entre 1670 et 1715 dont la moitié venait de Hambourg. D’après Klaus Weber (Deutsche Kaufmannsfamilien im atlantischen Manufaktur-und Kolonialwarenhandel : Netzwerke zwischen Hamburg, Cadiz und Bordeaux 1715-1830, Thèse de doctorat, Hamburg, 2001, p. 158-160) environ 120 négociants allemands s’établirent à Bordeaux entre 1760 et 1789. Voir également : Butel P., « Les négociants allemands de Bordeaux dans la deuxième moitié du xviiie siècle », Kellenbenz H. et Schneider J. (dir.), Wirtschaftskräfte und Wirtschaftswege., op. cit., Stuttgart, 1978, p. 589-613.

149 Voir : Espagne M., Bordeaux – Baltique…, op. cit., p. 112. Là encore, il pourrait s’agir également d’un certain Johann Daniel Meyer et non de Daniel Christoph Meyer.

150 Sur Combes voir : Pariset F.G., « Louis Combes », Revue historique de Bordeaux, 1973, p. 5-39 ; Taillard C., Bordeaux classique, Toulouse, 1987.

151 Meyer F.J.L., Briefe aus der Hauptstadt und dem Innern Frankreichs, 2 vol., Tübingen, 1802, ici surtout vol. 2, p. 1-90. Meaudre de la Pouyade, « Voyage d’un Allemand à Bordeaux en 1801 », Revue historique de Bordeaux, 1912, p. 164-179, 229-255. Voir aussi la biographie consacré au frère cadet de Daniel Christoph Meyer par Kurt Veit Riedel, Friedrich Johann Lorenz Meyer (1760-1844). Ein Leben in Hamburg zwischen Aufklärung und Biedermeier, Hambourg, 1963.

152 Voir : Charneau B., « La folie de Blangquefort : Fongravey », Société archéologique de Bordeaux, vol. 76, 1985, p. 121-128.

153 Espagne M., Les transferts culturels franco-allemands, Paris, 1999, p. 99-100. Voir aussi : Espagne M., « Les Allemands de Bordeaux au début du xixe siècle. L’exemple des familles Gaden, Meyer, Klipsch », Merlo G. et Pelletier N. (dir.), Bordeaux au temps de Hölderlin, Bern, 1997, p. 53-77.

154 Trainar P., « Hölderlin à Bordeaux », Revue française d’histoire du livre, vol. 38, 1983, p. 339-366, ici p. 344-345 ; Lefebvre J.-P., Hölderlin. Journal de Bordeaux, Paris, 1990 ; Beck A., « Zu Hölderlins Aufenthalt in Bordeaux », Hölderlin-Jahrbuch, 1953, p. 67-73. Beck A., « Zu Hölderlins Rückkehr von Bordeaux », Hölderlin-Jahrbuch, 1950 ; Espagne M., Bordeaux – Baltique…, op. cit., p. 119 et suiv.

155 Voir : Meyer J., « Négociants allemands en France et négociants français en Allemagne au xviiie siècle », Mondot J., Valentin J.-M. et Voss J. (dir.), Allemands en France. Français en Allemagne 1715-1789. Contacts institutionnels, grou, Sigmaringen, 1992, p. 103-119, ici p. 113-114.

156 Ibidem, p. 114.

157 Cité d’après : Espagne M., Bordeaux – Baltique…, op. cit., p. 112-113.

158 Voir : Butel P., op. cit.

159 Lappenberg J.M., op. cit.

160 Ibidem. Voir également : « Als Hamburg Madame de Staël die Aufwartung machte », Die Welt, n° 215, 16 sept. 1986, p. 23.

161 Voir : « Drei neue Konsulate », Hamburger Abendblatt, 14 sept. 2004, p. 14.

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Charles Étienne Coquebert de Montbret (1755-1831) (http ://www.annales.org/archives/x/coquebert.html)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7779/img-1.png
Fichier image/png, 279k
Titre Ill. 2 : Registre des actes expédiés en France, 1797-1799. Fonds du consulat de France à Hambourg, série A, n° 1. (http ://www.diplomatie.gouv.fr/archives/service/inventaires/nantes/egf1h.html-ourg)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7779/img-2.png
Fichier image/png, 152k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540