Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Charlotte Delbo

 | 
Christiane Page

1. L'engagement : n'y a-t-il pas toujours eu des raisons de s'indigner ?

Vie et mort de la famille dans la trilogie de Charlotte Delbo

David Caron

Abstract

Quand à Auschwitz Delbo et ses camarades ont revendiqué la famille comme métaphore pour le passé dans son ensemble, elles n’ont pu que l’adopter sous sa forme la plus institutionnelle, revendiquant ainsi un objet de savoir partagé par toutes et devenu outil collectif et efficace de survie. Mais qu’en est-il au retour, quand la culture qui a produit ce savoir, vital dans les camps, se révèle dorénavant inopérante ? La famille peut-elle survivre à sa métaphorisation ?

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

Dans sa trilogie, Auschwitz et après, Charlotte Delbo a souvent recours à des métaphores familiales, parfois directes et parfois non, pour rendre compte des liens que tissent entre elles ses camarades internées à Auschwitz et Ravensbrück. Le but est simple : entretenir l’existence et le fonctionnement d’une entité collective – une communauté – destinée à maximiser les chances de survie et de retour. Les femmes se décrivent et se comportent l’une envers l’autre comme des sœurs, des mères, des filles, sources de soutien matériel mais aussi de confort physique et psychologique. « Fais attention à toi », dit Lulu à Charlotte, la narratrice1. « Qu’est-ce que tu as ? Tu es malade ? […] Ce n’est rien. Ça va passer2. » « Reste tranquillement près de Lulu. Sois sage, bien tranquille », dit Carmen3. « Mange. Il faut que tu manges », dit une autre. « Essaie4. » Charlotte se fait gronder puis encourager par Viva et « c’est la voix de ma mère que j’entends. La voix se fait dure : “Du cran. Debou...

Autore

Professeur de français et d’études féminines à l’université du Michigan, USA. Il est l’auteur de AIDS in French Culture: Social Ills, Literary Cures (Wisconsin, 2001), My Father and I: The Marais and the Queerness of Community (Cornell, 2009) et The Nearness of Others: Searching for Tact and Contact in the Age of HIV (Minnesota, 2014). Il est également codirecteur avec Sharon Marquart du volume Les revenantes : Charlotte Delbo, la voix d’une communauté à jamais déportée (Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2011).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540