Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fonction consulaire à l'époque moderne

 | 
Jörg Ulbert
, 
Gérard Le Bouëdec

Deuxième partie. La fonction consulaire dans le monde

Les consulats, un service essentiel pour le monde négociant : une approche comparative entre la France et la Scandinavie

Pierrick Pourchasse

Texte intégral

  • 1 Verley P., L’échelle du Monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, 1997, p. 195.

1Dans les économies d’Ancien Régime où les communications sont caractérisées par leur lenteur, la qualité des informations fait la différence entre les maisons de commerce. Avoir un bon réseau d’information est synonyme de compétitivité. Il permet de connaître le cours des matières premières, d’anticiper les tendances du marché, de favoriser les spéculations et de se prévenir face aux aléas du commerce comme les faillites, les tensions entre les États1

  • 2 Rambert G., Histoire du commerce de Marseille, vol. 7, Paris, 1966, p. 831.
  • 3 Verley, op. cit., p. 235.

2Les négociants qui agissent avec une information incomplète prennent des risques et sont défavorisés par rapport à leurs concurrents mieux informés. Les correspondances des maisons commerçantes traduisent ce souci d’information. Dans leurs courriers à leurs correspondants marseillais, les Hambourgeois Pierre His et Pierre Boué se renseignent ainsi continuellement « des prévisions de récolte, des quantités en magasin et sont à l’affût des moindres variations de prix2 ». Le négociant tire son profit de ces différences de prix souvent très fluctuantes entre les marchés, « le gagnant est celui qui est le plus rapidement informé des situations c’est-à-dire dont les réseaux d’information sont les meilleurs3 ».

3Au xviiie siècle, le commerce français avec le Nord est caractérisé par sa passivité. Très peu de vaisseaux français se dirigent vers les ports du Nord de l’Europe et les négociants étrangers maîtrisent les courants commerciaux. À l’opposé, les marines scandinaves sont de plus en plus présentes dans les ports français tout comme les négociants et armateurs suédois ou danois qui montrent une grande vitalité pour s’implanter sur les marchés de l’Europe de l’Ouest.

4Une des fonctions des services consulaires est de fournir des renseignements concernant le commerce et la navigation et de favoriser les échanges du pays qu’ils représentent. L’activité des consuls est donc un élément de première importance pour informer le monde négociant national sur la situation des marchés étrangers.

5Une étude comparative entre les services consulaires français et scandinaves met en évidence de grandes différences entre les deux ensembles, tant sur la densité des réseaux que sur la capacité à fournir des informations, différences qui expliquent en partie la faiblesse commerciale de la France dans le Nord.

Le choix des consuls

  • 4 Mézin A., Les consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), Paris, 1997, p. 10 et 12.

6Selon l’ordonnance de la marine de 1681, le personnel consulaire est nommé exclusivement par le roi. En cas d’absence de conventions autorisant la création de consulats, à l’exemple des Provinces-Unies (postes d’Amsterdam et de Rotterdam), de Hambourg et de Dantzig, le roi nomme des commissaires de la marine pour remplir les fonctions consulaires4.

7Les consuls doivent théoriquement être de nationalité française mais il est parfois difficile de remplir cette condition dans des ports très éloignés où la présence nationale est inexistante, et il existe quelques rares exceptions où les consuls français sont de nationalité étrangère. À Elseneur, le poste est tenu de 1697 à 1777 par le Danois Jacob Hanssen puis par son fils Jean-Georg. Le frère de ce dernier, Friedrich, est lui-même consul du Danemark à Bordeaux. À Trondheim en Norvège, l’Irlandais James Brown fait fonction de consul de France pendant quelques années (1758-1767). De la même manière, le personnel consulaire doit être de religion catholique romaine. Dans les pays du Nord, cette règle n’est guère respectée. À Elseneur, les Hanssen, sujets danois, sont protestants tout comme James Brown, bien qu’Irlandais, à Trondheim.

8Pour les consuls d’origine française la règle sur la religion est plus difficile à enfreindre. Pourtant, à Bergen, les Dechezaulx (ou de Chezaulx) qui succèdent à leur oncle Jacques Butaud, créateur du consulat, suivent, comme ce dernier, la doctrine luthérienne. Lors de la succession, le chargé d’affaires à Copenhague met cependant des formes particulières pour respecter les conventions :

  • 5 AN, B1 451, Courrier de l’abbé Mathurin-Rodolphe Lemaire du 23 juillet 1748.

« J’ai appris qu’il [i.e. Dechezaulx] avait été appelé à Bergues dès sa plus tendre enfance par feu son oncle [i.e. Butaud] qui s’était fait luthérien et qui l’a élevé dans la même religion qu’il professe actuellement. Je souhaiterais donc une nouvelle autorisation de votre part pour passer sur la condition exprimée à cet égard dans les provisions ou que vous jugeassiez à propos de m’en faire parvenir de nouvelles où il ne fût point fait mention de la religion du pourvu5. »

  • 6 AN, B3 419, Courrier Saint-Aulaire de Lanmary du 7 octobre 1746.
  • 7 Ibidem, Courrier de Saint-Aulaire de Lanmary du 28 mai 1748.
  • 8 AN, B3 419, Courrier de Cardevac d’Havrincourt du 26 février 1751.

9Par contre, en 1748, la proposition de l’ambassade de France à Stockholm, de nommer Jean-Théodore Lafon de Jarnac en Saintonge sur le poste de Göteborg (Gothembourg), que l’on cherche à attribuer depuis plusieurs années6, est refusée car l’impétrant est protestant7. Trois ans plus tard, les autorités n’ont toujours pas trouvé de consul et l’ambassade se propose de faire venir quelqu’un de France8.

10Par l’arrêt du 31 juillet 1691, le consul, devenu officier du roi, est interdit de commerce sous peine de révocation et d’amende. Là aussi la règle n’est pas appliquée et de nombreuses entorses sont faites au principe de l’interdiction du négoce. Ceci est particulièrement vrai dans les villes du Nord de l’Europe.

  • 9 Jean-Georg est également conseiller d’État du roi de Danemark.
  • 10 Helsingør Kommunes Museer, Restaureringen af Hensingør Domkirke 2000-2001 og undersøgelserne af de (...)
  • 11 AN, B1 620, Hambourg, Courrier de Casteleyn du 29 juillet 1763.
  • 12 Pfister-Langanay C., Ports, navires et négociants à Dunkerque (1662-1672), Dunkerque, 1985, p. 428

11À Elseneur, les consuls Hanssen sont membres de l’élite du négoce et de l’armement de la ville9. Ils sont spécialisés dans le commerce de céréales, de cuivre de fer et de bois vers la France, ainsi que de vin, d’eau-de-vie et de vinaigre de France vers le Danemark. Jean-Georg a une maison de commerce à Bordeaux en association avec son frère Friderich qui y réside10. À Emden, l’homme d’affaires dunkerquois Jean-Baptiste Casteleyn est consul entre 1755 et 1759. Son consulat est supprimé en 1759 à la suite de son départ du port prussien, les affaires de son commerce passant avant les affaires publiques. En effet, la guerre étant survenue, il indique : « Je me suis trouvé obligé à cause de mon caractère et pour la sûreté de mon commerce d’établir une maison de commerce à Groningue pour faire naviguer plusieurs de mes navires sous le pavillon hollandais11. » En 1763, pour raison de santé, il se retire à Dunkerque où il rapatrie son activité et, à cette occasion, il demande d’être exempté du droit de fret que les fermiers généraux veulent imposer à ses navires considérés comme étrangers. En 1793, il fait encore partie des riches négociants du port flamand où il possède plusieurs navires12.

12Joseph Raimbert, vice-consul à Saint-Pétersbourg de 1765 à 1791, est le négociant français le plus en vue de la capitale russe. Il est le correspondant de la Compagnie des Indes ainsi que de Dujardin de Ruzé pour les fournitures navales de la Marine royale en provenance de Russie.

  • 13 Wiesener A.-M., « Om utenlanske konsuler i Bergen », Bergens Historiske Forening, vol. 22, 1916, p (...)
  • 14 Ibidem, p. 17.
  • 15 Tardy P., Sels et sauniers d’hier et d’aujourd’hui, Sainte-Marie-de-Ré, 1987, p. 173.
  • 16 Pierre-Louis-Marie Framery réside à Bergen pour des raisons d’éloignement et de difficultés d’appr (...)

13En Norvège, les consuls exercent tous des métiers marchands, condition nécessaire pour leur assurer des revenus décents. Le pays n’étant guère fréquenté par les navires français, leurs appointements pour l’exercice de leurs fonctions officielles sont réduits. À Bergen, Jacques Butaud, consul entre 1716 et 1748, est spécialisé dans le commerce des vins français13. Son successeur et neveu, Jean-Étienne Dechezaulx prend la bourgeoisie de la ville en tant que négociant l’année même de sa nomination au consulat (août 1748). Son fils, Étienne-David Dechezaulx, qui lui succède en juillet 1779, exerce une activité de commissionnaire pour des partenaires français14. L’origine de la famille est Saint-Martin-en-Ré où une branche est active dans le commerce des sels15. À Trondheim, James Brown exerce l’activité de négociant tout comme son successeur, Pierre-Louis-Marie Framery16.

  • 17 Baron S.-H., « Henri Lavie and the failed campaign to expand Franco-Russian commercial relations ( (...)

14Lavie, consul à Saint-Pétersbourg entre 1717 et 1724 est un cas particulier : ancien négociant bordelais, il a fait de mauvaises affaires qui l’ont obligé à quitter le pays pour échapper à ses créditeurs17.

  • 18 AN, B1 611, Courrier de Lesseps du 8 novembre 1771.

15Les autres consuls français du Nord n’exercent pas d’activité commerciale. Par contre, leur charge les autorise à aider au rechargement des navires français. En 1775, Lesseps écrit qu’il « est entré à Hambourg pendant l’espace de cinq mois sept bâtiments français à la plus grande partie desquels j’ai procuré par les amis des chargements en retour pour nos ports et pour l’étranger avec assez d’avantages18 ».

  • 19 Mézin, op. cit., p. 16.

16Hormis les cas particuliers de négociants-consuls, la majorité du personnel recruté est de formation administrative ou juridique (Guyot de Kercy à Hambourg ou Gérard de Rayneval à Dantzig sont avocats) ou a commencé une carrière de fonctionnaire ou de militaire (Decury de Saint-Sauveur à Saint-Pétersbourg est issu des bureaux de la Marine). La nomination à un poste consulaire est parfois une récompense pour services rendus. La nomination à 21 ans de Jean-Baptiste-Barthélemy de Lesseps à Kronstadt, avant-port de Saint-Pétersbourg, s’explique par le fait qu’il soit le seul rescapé de l’expédition de La Pérouse. Quant au choix de Coquebert de Montbret, jeune homme de 19 ans, à Hambourg, il ne peut s’agir que de faveurs personnelles19. D’une manière générale, de nombreux consuls sont issus de familles de notables de province, plus ou moins en voie d’anoblissement (Lesseps à Kronstadt) ou sont des gentilshommes (Coquebert de Montbret à Hambourg par ex.).

  • 20 Müller L., Consuls, Corsairs, and Commerce. The Swedish Consular Service and Long-Distance Shippin (...)

17La Suède20 a une politique de recrutement différente pour son personnel consulaire. Tout d’abord, les consuls, dont le principal travail concerne les affaires du commerce, appartiennent obligatoirement au monde du négoce. Le Collège du Commerce (Kommerskollegium), institution dont le but est de développer les exportations suédoises, nomme des responsables aux postes consulaires, après consultation des représentants de la communauté marchande. Habituellement les autorités demandent à ces marchands de faire un choix et, généralement, celui-ci est suivi. L’élite négociante de la capitale suédoise, regroupée dans l’association des marchands de Stockholm (Grosshandelssocieteten), joue un rôle essentiel dans la politique de nomination des consuls de la monarchie scandinave.

  • 21 Riksarkivet Stockholm, Kommercekollegium, Huduarkivet EVI a : 347, Skrivelser från Konsuler Nantes (...)

18Au cours du xviiie siècle, le Collège du Commerce désire recruter de préférence des sujets d’origine suédoise pour assurer une meilleure défense des intérêts nationaux. Pour promouvoir cette idée, il est demandé au personnel consulaire de rédiger les rapports en suédois21. Au Croisic, le consul nommé en 1757 est Éric Gardeman, négociant originaire d’Uddevalla émigré dans le port breton et associé avec un français dans une entreprise de commerce de sels. Au Havre, à la fin des années 1780, le sieur Reinicke, originaire de Visby, occupe le poste de consul après une formation dont il a bénéficié successivement dans la grande entreprise suédoise Lefebure & Cie puis chez Chauvel, le précédent consul de Suède, et enfin comme courtier-interprète dans le port normand. En conséquence, le pourcentage d’étrangers au service de la monarchie scandinave diminue. En 1789, sur 48 consuls en activité, seuls 17 sont encore d’origine non suédoise. Sur ces derniers postes, l’emploi de négociants locaux est chose courante mais ceux-ci restent d’origine étrangère car Versailles refuse l’agrément de consuls de nationalité française. En ce qui concerne les vice-consuls, le problème ne se pose pas, la majorité d’entre eux sont des négociants français.

19Les entrepreneurs sont très intéressés pour l’obtention d’un poste consulaire qui leur permet de développer leur activité commerciale, et leur offre un prestige au sein de leur communauté ainsi qu’une certaine immunité. En 1752, le poste de consul suédois à Bordeaux est attribué à Harmensen, négociant d’origine hambourgeoise qui possède une des plus puissantes affaires de négoce de la place, spécialisée dans le commerce du Nord.

  • 22 Riksarkivet, Stockholm, Gallica, 516, Courrier de la veuve Babut du 18 janvier 1776.
  • 23 Ibidem, Courrier de Jean Henry Wilfelsheim du 18 janvier 1776.

20Il se créé une grande rivalité pour l’obtention de ces charges. Le 18 janvier 1776, la veuve Babut de Nantes fait parvenir un courrier au Bureau du Commerce de Stockholm pour annoncer la mort de son mari Pierre Babut, consul suédois dans le port breton, et demande que la charge soit transférée à son fils aîné qui depuis sept ans travaille à Amsterdam chez Hope & Cie, importante entreprise très liée à la monarchie suédoise, pour se former dans le commerce22. Le même jour, Jean Henry Wilfelsheim, chef de la maison de commerce nantaise Wilfesheim & Cie, demande à Stockholm « la place de consul en cette ville devenue vacante depuis hier par le décès du sieur Babut23 ». Pierre-Benoît Babut obtient finalement la charge tant convoitée.

21Les postes consulaires des grands ports essentiels au commerce suédois sont monopolisés par les grandes familles commerçantes de Stockholm. Le consulat de Lisbonne est tenu successivement par Joakim de Besche, Anders Bachmanson Nordencrantz, Arvid Arfwedson puis Jean Bedoire, tous membres de familles de l’élite négociante du pays. À Londres, des membres des familles Grill et Tottie conservent le consulat pendant près d’un siècle (1777-1869). À Amsterdam, ce sont les Hasselgren, autre famille du grand négoce suédois, qui monopolisent le poste.

22Les négociants sont très attentifs aux nominations et recommandent toujours aux postes consulaires des personnes qu’ils connaissent et en qui ils ont toute confiance. En effet, la plupart d’entre eux exercent ensuite l’activité de commissionnaires pour ces mêmes négociants et il est donc essentiel de ne pas se tromper pour la bonne marche des affaires.

  • 24 Rigsarkivet, Copenhague, Tyske kancelli 23.
  • 25 Ibid.

23Le Danemark suit une politique semblable à celle de la Suède. L’activité consulaire est dirigée par le Collège du Commerce de Copenhague (Kommercekollegiet) qui naturellement choisit son personnel dans le monde du négoce. Quelques postes importants sont tenus par des sujets danois (Lars Lassen à Marseille, Friedrich Hanssen et Jens Borgaard à Bordeaux) mais la majorité le sont par des marchands locaux d’origine étrangère non danoise (Van Hooghwerff à La Rochelle par ex.). Comme pour la Suède, la France refuse que ses sujets deviennent consuls du Danemark. Giraudeau, marchand à Saint-Martin-en-Ré, nommé consul dans cette ville en décembre 1741, doit rendre la patente qui lui a été confiée au profit du sieur Gustave Nordingh car Versailles rejette sa nomination au motif qu’il est Français. Giraudeau refuse car indique-t-il : « Je suis, je l’avoue, né et baptisé en France ainsi que le sieur Nordingh mais protestant comme lui24. » La seule différence est que Nordingh est « réputé étranger » car son père était consul25.

  • 26 Ibidem., Tyske kancelli 24, Placet à sa Majesté le roi de Danemark du 20 novembre 1747.

24Les nominations sont là aussi très disputées, tout particulièrement par les négociants qui exercent une activité commerciale avec le Danemark. Quand une personne veut se faire recommander pour obtenir un poste de consul, il est avantageux d’avoir des relations avec le royaume scandinave. En 1747, François Bollen, négociant bayonnais, originaire d’Anvers, fait une demande pour obtenir le titre de consul de la nation danoise. Il précise qu’il y a plus de quarante ans qu’il est établi à Bayonne « et, pendant tout ce temps-là, il a continuellement entretenu des correspondances et un commerce important avec les sieurs Fabritius, Van Osten, Van Hemmert, Kinckel et divers autres négociants, soit de Copenhague, soit des autres principales villes du royaume26 ».

25Bollen obtient le poste de Bayonne. Jacques Dutisné, autre négociant de la ville basque lui succède grâce à l’entreprise Pierre Boué & fils de Hambourg, un de ses donneurs d’ordres, qui contacte son ami Just Fabritius, très influent négociant de Copenhague. Pour définitivement convaincre des autorités, Fabritius indique en post-scriptum de sa lettre de recommandation « que Mrs. Boué me marquent que le dit Dutisné est parent de

  • 27 Ibid., Courrier de Just Fabritius de Copenhague du 2 avril 1759.
  • 28 Lüthy H., La banque protestante en France de la révocation de l’édit de Nantes à la révolution, vo (...)

26M. Montz27 ». Ce dernier, ancien négociant bayonnais devenu banquier à Paris, très investi dans le monde de la grande finance parisienne28, représente une relation d’un grand intérêt pour le monde du négoce danois.

  • 29 AN, B1 452, (non daté).

27Les royaumes scandinaves savent récompenser leurs consuls qui ont activement participé au développement du commerce maritime du pays. Hanssen de Liliendahl, consul du Danemark à Bordeaux, obtient des lettres de noblesse du souverain scandinave. À cette occasion, il demande « que cette grâce lui attirât celle de la faire jouir en France où il réside constamment, où il possède des biens fonds, les privilèges des nobles du pays. Il ne serait question que de faire enregistrer les lettres patentes que le roi de Danemark lui a accordées29 ».

  • 30 Riksarkivet, Stockholm, Gallica 516, courrier du 26 mai 1786.

28Lorsque Frédéric-François-Joseph Emmery démissionne de son poste de consul de Suède à Dunkerque, le monarque suédois, « pour le récompenser, l’éleva au grade de chevalier de son ordre royal de Wasa30 ».

  • 31 Müller L. et Jojala J., « Consular Services of the Nordic Countries during the Eighteenth and Nine (...)
  • 32 Constant G., « De Hambourg à Marseille. Jean-Christophe Hornbostel (1736-1832) », Marseille, vol. (...)

29À l’exemple des grandes dynasties négociantes suédoises, certaines familles ou groupes familiaux monopolisent les postes consulaires. Il est très fréquent que l’on se succède de père en fils comme les Harmensen au consulat de Suède à Bordeaux, les Babut au consulat de Danemark à Nantes31… À Marseille, les membres des familles Butini et Fölsch, détiennent le consulat suédois pendant près de 150 ans (1735-1881). Il se constitue de véritables réseaux de consuls négociants scandinaves. À Marseille, dans les années 1780, Jacques Fölsch, consul de Suède, est associé avec son gendre Jean-Christophe Hornbostel. Le frère cadet de ce dernier, Nicolas Hornbostel, est associé dans une autre affaire négociante avec Lars Lassen, consul du Danemark dans la ville provençale32.

Les réseaux consulaires

  • 33 AN, B1 452, Courrier d’Ogier, ambassadeur à Copenhague (1756).

30La France a un réseau consulaire peu développé en Europe du Nord où elle ne possède que sept consulats (Trondheim, Bergen, Elseneur, Hambourg, Göteborg, Saint-Pétersbourg et Dantzig). Les consuls ont le pouvoir de nommer des vice-consuls quand ils ont besoin d’aide dans les ports secondaires de leur département ou pour d’autres besoins particuliers. Dans les ports du Nord, il existe de temps à autre des vice-consuls à Lübeck (Bataille de 1777 à 1786), à Riga (Martin Rademacker en 1720, Duvivier en 1730 et Daniel Kolb en 1747), à Rostock, Christiania, Marstrand. En 1756, l’on crée un vice-consulat à Christiansand (Dechezaulx-Desprez de 1756 à 1790) car c’est « un port favorable pour y emmener les prises faites en mer du Nord33 ».

Ill. 1 : Les services consulaires français en Europe du Nord (Remarques : Le consul à Trondheim réside à Bergen ; le poste d’Elseneur est non pourvu de 1760 à 1776).

Ill. 1 : Les services consulaires français en Europe du Nord (Remarques : Le consul à Trondheim réside à Bergen ; le poste d’Elseneur est non pourvu de 1760 à 1776).

31À l’opposé, la densité des services consulaires danois est remarquable. Où qu’ils se trouvent dans les mers européennes, les navires danois peuvent trouver un consulat ou un vice-consulat à proximité pour leur venir en aide.

Ill. 2 : Le réseau des consuls danois en Europe (1787)

Ill. 2 : Le réseau des consuls danois en Europe (1787)

32En France, pays stratégique pour la navigation danoise entre la mer du Nord, l’Atlantique et la Méditerranée, le royaume scandinave possède un des réseaux les plus fourni.

  • 34 Rigsarkivet, Copenhague, Kommercekollegiet, 1119, Courrier du 24 novembre 1775 et du 20 juin 1785.

33Les premiers consulats danois s’établissent à la fin du xviie siècle à Nantes puis Bordeaux, les deux grands ports français. La plupart des créations ont lieu après la signature du traité de commerce de 1742 entre la France et le royaume scandinave. Les listes donnent parfois un consulat à Saint-Quentin, mais cette ville du Nord de la France est simplement le lieu de résidence de Nordingh de Witt, consul à la fois à Nantes et à La Rochelle. Celui-ci « s’absente pour affaires » à Saint-Quentin en 1775 et ne revient pas34, gérant son consulat grâce à la quinzaine de vice-consuls de son département et à sa famille restée sur place. En conséquence, en 1785, les autorités danoises nomment un nouveau consul à Nantes pour la Bretagne, Nordingh de Witt conservant l’Aunis, le Saintonge et le Poitou.

34En 1787, huit consuls et trente vice-consuls sont en activité dans les ports et les grandes villes françaises.

  • 35 Det Kongelige Bibliotek, Efteretninger om den inden og udenlanske hanhel, skibsfart, fabrique og m (...)

Le réseau consulaire danois en France en 178735

Le réseau consulaire danois en France en 178735

35La Suède possède encore un plus grand nombre de consuls en France avec un réseau de seize négociants établis dans les principaux ports et villes commerçantes du pays. Là aussi, la plupart des créations ont lieu après la signature du traité de commerce avec la France (1742).

  • 36 Source : Müller L., op. cit., p. 42-43 ; Jørgensen A., « Af konsulatsvænets historie i det 18. årh (...)

Les services consulaires danois et suédois en France36

Les services consulaires danois et suédois en France36

36La nomination des vice-consuls, salariés des consuls, ne nécessite pas l’agrément des autorités de Stockholm ou de Copenhague. Il est ainsi difficile de les répertorier car leur trace apparaît rarement dans les archives.

37Les communautés danoises et suédoises dans les ports de France sont trop restreintes pour donner des informations fiables sur les opportunités commerciales et éventuellement offrir une assistance à la navigation scandinave. La mise en place d’un réseau excessivement dense de consuls et vice-consuls permet de pallier cette insuffisance d’intermédiaires et de réduire l’aléa commercial lié à une asymétrie d’informations trop importante. La qualité et la quantité des informations recueillies par les services des Bureaux de Commerce de Copenhague et de Stockholm apportent une vision particulièrement fine du commerce français aux négociants scandinaves. Si l’activité consulaire a un prix pour le négoce, elle permet, d’un autre côté, de faire baisser les coûts grâce aux renseignements qu’elle collecte, fonction principale du métier de consul.

Les rémunérations des consuls

  • 37 AN, B7 418, Mémoire sur les places de consuls (non daté).

38Les consuls français reçoivent un traitement, la plupart du temps très insuffisant : « Les appointements sont si bornés qu’ils suffisent à peine au plus strict nécessaire […]. Ils ont été fixés sur un pied beaucoup trop bas37. » Selon Anne Mézin, « en général, les consuls connaissent de grandes difficultés pécuniaires pendant l’exercice de leurs fonctions en raison de leur train de vie parfois démesuré et des avances faites pour le service ». Brosseronde, consul à Elseneur, déclare avoir contracté 30 000 livres de dettes en exerçant sa charge. Les traitements revalorisés en 1775, demeurent ensuite fixes jusqu’en 1791. Les difficultés persistent cependant, les pertes avec le taux de change pouvant atteindre des proportions catastrophiques à l’exemple de Hambourg (70 %).

  • 38 Source : Mézin, op. cit., p. 67-68.

La rémunération des consuls et des vice-consuls français (en livres tournois)38

La rémunération des consuls et des vice-consuls français (en livres tournois)38
  • 39 Ordonnance de la marine d’août 1681, article 27, livre premier, titre IX.

39Ces traitements sont complétés par des droits sur le trafic maritime. À leur arrivée dans un port étranger, les capitaines sont dans l’obligation de se présenter au consul afin « de leur représenter leurs congés, de faire leur rapport de leur voyage, et de prendre d’eux, en partant, un certificat du temps de leur arrivée et départ, et de l’état et qualité de leur chargement39 » et payer des droits consulaires. Les capitaines essaient d’éviter cette charge supplémentaire. À Dantzig, le consul Mathy ne cesse de se plaindre des capitaines qui refusent de lui rendre visite.

  • 40 AN, B1 478, Courriers de Matthy du 22 septembre, 9 novembre et du 1er décembre 1752.

40Les consuls français perçoivent une autre rétribution sur les certificats d’acquits-à-caution, document fournissant la preuve que les marchandises coloniales bénéficiant de la franchise d’entrepôt dans les ports français ont bien été exportées. Ces acquits-à-caution posent de nombreux problèmes tout particulièrement à Dantzig. En 1752, quelques négociants font certifier leurs documents par un certain Bonhorst, magistrat de la ville, dont la signature est acceptée par le bureau de Bordeaux. Les commissionnaires bordelais se sont d’ailleurs arrangés pour que les documents prescrivent le nom du magistrat au lieu de celui du consul40.

  • 41 AN, B1 479, Courrier de Dumont du 23 juin 1756.
  • 42 Ibidem, Courrier de Dumont du 23 juillet 1756.

41En 1756, Jean-François Dumont, nouveau résident français dans le port polonais se plaint que Hanssen, consul français à Elseneur, propose aux négociants de Dantzig et de Königsberg d’établir les certificats d’exportation, c’est-à-dire signer les acquits-à-caution, « en payant la moitié d’un cens courant41 ». L’idée d’Hanssen est un succès puisque les bureaux de la douane de France reconnaissent sa signature42. Toujours en 1756, Dumont dénonce une autre pratique destinée à réduire les droits sur les marchandises livrées à Dantzig :

  • 43 AN, B1 479, Courrier de Dumont du 23 juillet 1756.

« Les autres [i.e. négociants], profitant de la franchise du port de Hambourg y destinent leurs marchandises de leur départ des ports de France et y étant déchargées les font venir par terre jusqu’ici [i.e. Dantzig]. Au moyen de quoi, non seulement ils épargnent sur le droit de certification des acquits-à-caution mais encore sur celui du Sund dont ils évitent le passage sans parler de l’exemption des droits de douane de cette ville qui forme encore un objet ; toutes les marchandises qui arrivent par terre ne payant absolument rien à l’entrée43. »

  • 44 Au xviiie siècle, les seuls consuls suédois salariés sont ceux d’Alger, de Tunis, de Tripoli et du (...)

42Contrairement à leurs homologues français, les consuls suédois n’ont pas de traitement44 et sont nommés comme consuls honoraires sans aucune rémunération officielle. La seule rétribution fixée par les autorités se limite au paiement d’un droit par chaque navire suédois abordant dans un port de leur district. Ils peuvent également toucher quelques gratifications supplémentaires en aidant les sujets suédois qui ont des problèmes particuliers. Les plaintes des consuls sur la faible rémunération de leur charge sont constantes mais leur discours s’oppose à celui des négociants qui n’acceptent pas l’augmentation des droits sur les navires qui, selon eux, aurait pour conséquence de faire obstacle au développement du commerce suédois.

  • 45 Müller et Ojala, op. cit., p. 36.

43Les consuls du royaume scandinave doivent leurs revenus à l’activité négociante, tout particulièrement celle de commissionnaire. La seule interdiction qui leur est faite est celle de ne pas participer à l’affrètement maritime. La grande originalité du système est que tous les navires suédois qui abordent un port d’un département ne paient pas de droits si le consul a la charge de la commission de la cargaison. Si les marchandises sont adressées à un commissionnaire autre que le consul, le règlement des droits devient obligatoire. Afin d’éviter un double paiement la majorité des négociants choisissent naturellement d’expédier leurs marchandises à l’ordre du consul. Pour le Bureau du Commerce, il est préférable de concentrer la vente des produits suédois au sein d’une même entreprise que de diviser les commissions entre de multiples agents, le plus souvent étrangers. Une entreprise de taille importante garantit la vente des produits au meilleur prix et au moment le plus adéquat. En 1790, l’important négociant finlandais Abraham Falander fait environ la moitié de ses ventes à l’étranger par l’intermédiaire des consuls suédois45.

  • 46 À ce sujet : Kjølsen K., Det diplomatiske Fag. Den danske Udenrigstjenestes Forvaltning 1700-1770, (...)
  • 47 Rigsarkivet, Copenhague, Tyske Kancelli 24, Courrier de Compigné de Rouen de janvier 1770.
  • 48 Ibidem, Kommercekollegiet 1136. Courrier de Lassen du 18 septembre 1784.

44La rémunération des services consulaires danois46 est également constituée d’un droit que doivent payer les navires qui abordent dans les ports de leur département. Ces consuls ont les mêmes problèmes que leurs homologues français dans le Nord. La plupart des capitaines ne se présentent aux consulats « que quand ils se trouvent forcés par les circonstances, […] dans le cas de mauvaises affaires47 ». D’autre part, un certain nombre de capitaines ne veulent pas payer car ils ont déjà réglé le consulat lors d’une relâche, prétendue ou réelle, à La Rochelle, Marennes ou autres, les consulats danois ne manquant pas sur le littoral atlantique. En règle générale, les capitaines renâclent à payer les droits consulaires qu’ils considèrent comme trop élevés48.

  • 49 Ibidem, Tyske Kancelli 24. Courrier de François Bollen du 16 avril et 20 novembre 1747.

45De leur côté, les consuls se plaignent que le nombre de navires est trop peu important pour leur assurer une rémunération correcte. Les avantages commerciaux qu’ils retirent de leur poste compensent cependant largement le non paiement des droits ou l’insuffisance de navires. Certains prétendants à un poste consulaire n’hésitent d’ailleurs pas à renoncer à leurs droits pour obtenir la charge. François Bollen qui aspire au titre de consul de Danemark à Bayonne déclare que « ce n’est pas, en effet, l’espoir d’une rétribution mercenaire qui me fait aspirer à l’honneur du titre », et « afin même que la nation danoise ne soit point surchargée par cet établissement, il renonce volontiers aux droits qu’ont accoutumé de prendre les autres consuls nationaux sur les navires de leur nation49 ».

Les services consulaires : un outil au service de la navigation et du négoce

46La première fonction du consul est de représenter son pays auprès des autorités locales et veiller au bon respect de ses droits. Quand les gabares du roi de France entrent en Baltique au cours des années 1770-1780, Brosseronde, en poste à Elseneur, déploie une intense activité épistolaire pour résoudre l’inextricable problème du salut au passage du Sund. À ceci s’ajoutent des fonctions judiciaires, de police et notariales.

47Les consuls ont obligation de fournir des mémoires et des documents concernant le commerce et la navigation et de favoriser le commerce du pays qu’ils représentent. L’ordonnance de 1781 (titre premier) énumère les renseignements exigés des services consulaires français :

48Art. 14 : des mémoires annuels sur la situation de la navigation et du commerce et sur les moyens de les augmenter.

49Art. 15 : des états trimestriels et un état annuel du commerce d’entrée et de sortie du département.

50Art. 16 : un état de la navigation des bâtiments français trimestriel et annuel.

  • 50 AN, B3 418, Mémoire du 10 mars 1787.
  • 51 AN, B3 432, Mémoire sur les avantages d’un commerce direct entre la France et la Russie et AN, B7 (...)

51L’obtention de tous ces renseignements est parfois difficile. En 1786, Pierre Pauly, vice-consul de France à Christiansand, se plaint des difficultés qu’il a avec les officiers de la douane pour obtenir des informations sur le commerce du port50. D’une manière générale, les consuls français qui sont en même temps négociants fournissent la documentation la plus pertinente sur le commerce de leur département. Les mémoires de Raimbert à Saint-Pétersbourg, de Dechezaulx à Bergen51 où les courriers d’Hanssen d’Elseneur sont les plus précis et les mieux informés sur la situation du commerce français dans les pays du Nord.

52En Norvège, Framery est particulièrement actif pour développer les relations commerciales entre la France et le Nord, d’autant plus qu’il exerce lui-même une activité négociante. Il fait venir des marchands français pour présenter leurs marchandises :

  • 52 AN, B3 418, Mémoire de Framery du 28 février 1778.

« Les preuves et montres des marchandises qu’ils apportent préviennent en leur faveur tous les marchands du pays. Les divers avantages qu’ils y trouvaient surtout à tirer toutes ces marchandises de la première main ce qu’ils ignoraient auparavant, facilitèrent à nos fabricants les moyens de contracter des liaisons utiles qui augmentent à proportion que les négociants d’ici se débarrassent de leurs dettes avec les Hollandais et les Allemands52. »

  • 53 AN, B7 425, Mémoire sur le commerce de la ville de Drontheim avec la France et des causes qui empê (...)
  • 54 Pfister-Langanay, op. cit., p. 259 (Archives de la C. de Commerce de Dunkerque, Courrier de Framer (...)

53En 1766, il entreprend un voyage en Bretagne « pour y lier un commerce que les produits des deux pays s’offrent si naturellement53 » c’està-dire la rogue et le sel. En 1769, il expédie des filets norvégiens à la Chambre de Commerce de Dunkerque pour aider à améliorer les méthodes de pêche54.

54L’obligation de fournir des renseignements commerciaux est beaucoup plus méthodique dans les pays scandinaves du fait de la volonté des autorités de tutelle qui sont des organismes à vocation économique gérés en partie par des négociants. Les consuls danois et suédois sont dans l’obligation de collecter quantité de renseignements sur les marchés et la navigation pour les Bureaux du Commerce de Stockholm ou de Copenhague. Ils rédigent régulièrement des rapports concernant les prix courants des principales marchandises qui intéressent le commerce national, les règles commerciales, les chargements ainsi que des listes sur les navires et cargaisons ayant quitté les ports de leur département. Ils informent leur autorité de tutelle sur le prix du fret et le taux des assurances. Leur excellente vision du commerce et leur expérience leur permettent également de donner des conseils aux armateurs pour que leurs trafics soient le plus profitable.

  • 55 Rigsarkivet, Copenhague, Kommercekollegiet 1142. Liste pour l’année 1786.

55Les consuls scandinaves ont également l’obligation de recenser précisément les entrées et les sorties des navires de leur nation. À Bordeaux, Hanssen fait parvenir une liste mensuelle et un récapitulatif annuel à Copenhague. Les rapports envoyés par Nordingh de Witt, consul du Danemark à Nantes55 précisent pour chaque port de son département (pour l’année 1786 : Charente, Rochefort, La Rochelle, Saint-Martin-en-Ré, Noirmoutier, Nantes, Lorient et Port-Louis, Concarneau et Douarnenez, Brest, Morlaix et Saint-Malo) :

  • le jour de l’arrivée des vaisseaux ;
  • les noms des capitaines des vaisseaux ;
  • les noms des vaisseaux ;
  • le domicile des vaisseaux ;
  • l’endroit d’où viennent les vaisseaux ;
  • la portée des vaisseaux en last de commerce ;
  • la charge importée ;
  • le fret perçu par les maîtres qui ont déchargé ;
  • les jours auxquels les vaisseaux se sont acquittés de la douane ;
  • le lieu de la destination ;
  • la charge exportée ;
  • les frais d’avaries ordinaires ou droits d’Amirauté ;
  • le numéro et date des passeports turcs ;
  • les droits de renouvellement des passeports turcs perçus par le consul ;
  • les droits de consulat perçus.

56Toutes ces rubriques sont rigoureusement complétées hormis celle du fret que les capitaines refusent souvent de fournir (sauf à Nantes, peut-être parce que le consul y réside) et celles concernant les passeports turcs qui se rapportent uniquement aux vaisseaux allant en Méditerranée.

57Les renseignements collectés par les bureaux de Stockholm ou de Copenhague, sources d’informations d’une valeur considérable, sont ensuite mis à disposition des négociants du pays. Au Danemark, à partir de 1782, est publié Efteretninger om den inden og udenlanske hanhel, skibsfart, fabrique og manufactur bæsen som og on agerdyrkningen og Oeconomien i almindelighed (Informations sur le commerce intérieur et extérieur, la navigation, la fabrique et la manufacture, basé sur [et concernant] l’agriculture et l’économie en général), résumé de toutes les informations collectées par le Bureau du Commerce à destination des acteurs économiques du pays.

  • 56 Ibidem, Tyske Kancelli 23, Courriers de Nordingh de Witt du 6 nov. 1758, du 9 nov. 1759, du 22 jui (...)

58Les consuls-négociants du Nord sont très actifs pour rechercher de nouveaux marchés pour les activités de leur pays. Au début de la guerre de Sept Ans, Nordingh de Witt en poste à Nantes propose de fournir du bœuf salé aux munitionnaires de la Marine à Rochefort et à Brest en remplacement du bœuf irlandais56 et organise plusieurs expéditions vers les arsenaux français.

Le manque d’ambition des services consulaires français

59Le choix des consuls n’est pas toujours aisé et il arrive parfois que les personnes choisies manquent singulièrement de compétences. James Brown, consul de France à Trondheim entre 1758 et 1767, se fait remarquer par son incapacité à servir les intérêts nationaux. Tout d’abord il ne parle pas le français d’où une « impuissance de correspondre avec les négociants » qu’il représente. Ensuite, dans ses affaires avec la France il montre peu d’enthousiasme. Au cours des années 1760 il est chargé d’une commission sur des achats de cuivre pour des négociants français mais

  • 57 AN, B7 425, Mémoire sur la ville de Drontheim… (1766).

« il apporta tant de longueur, tant d’inconvénient à l’exécuter, il chargea cette partie de tant de frais et le cuivre fut si mal choisi que cette tentative dégoûta les Français de faire une nouvelle demande et nous priva des suites avantageuses qu’elle aurait eues de l’accomplissement de notre commerce si elle avait été exécutée fidèlement57 ».

  • 58 AN, B1 452, Courriers d’Ogier du 16 octobre et du 20 novembre 1766.

60Selon Ogier, ambassadeur à Copenhague, James Brown, « anglais d’origine, homme borné qui n’a aucune relation avec les ports de France » ne peut entretenir et favoriser le commerce de France. En conséquence, comme il est « absolument incapable de remplir cette place utilement pour l’avantage de la nation », il est destitué au profit de Framery58.

61L’absence d’intérêt pour la navigation nationale ou les difficultés financières de l’État français ont parfois des résultats fâcheux sur le fonctionnement des services consulaires.

62Le poste d’Elseneur est caractéristique de la négligence des autorités françaises envers les intérêts du commerce. La ville est d’une importance capitale, tant au niveau stratégique qu’économique, puisqu’elle commande l’entrée de la Baltique et est le lieu de prélèvement de la douane du Sund où s’arrêtent tous les navires de commerce. L’activité négociante y est considérable, les navires viennent y prendre leurs ordres, toutes les grandes maisons de commerce y ont des correspondants… Un rapport de 1728 constate qu’il

  • 59 AN, B1 451, Courrier du 18 décembre 1728.

« n’y a aucun consul de France à Copenhague ni dans les autres ports du Danemark à cause que les sujets du roi n’y font point de commerce. Il y a seulement à Elseneur un vice-consul de la nation nommé Hanssen. Cependant le sr de Rochefort a été nommé pour résider à ce premier port mais sur ce qu’il a représenté qu’il y ferait un séjour inutile, il lui a été permis de résider à Hambourg jusqu’à nouvel ordre59 ».

  • 60 AN, B1 452, Courrier du 25 juin 1776.
  • 61 Ibidem, Courrier d’Ogier du 26 août 1760.

63En août 1760, Jean-Georg Hanssen, devenu entre-temps consul d’Elseneur, meurt. Le négociant Conrad Hanssen, fils du consul décédé et « particulier fort aisé60 », propose de remplacer son père mais les autorités décident de différer son remplacement car le commerce français en Baltique souffre d’une grande langueur et qu’un consul n’est donc pas nécessaire. Ogier, ambassadeur de France à Copenhague, insiste sur le caractère indispensable du consulat pour certifier les acquits-à-caution, rapatrier les gens de mer français de la Baltique – mais les autorités restent inflexibles61. Le poste n’est pourvu qu’en septembre 1776, soit seize ans après la mort de Hanssen. Entre temps,

  • 62 AN, B7 426, Mémoire sur le Danemark du 1er août 1767.

« les commerçants français n’ont aucune personne de leur nation à Elseneur, ils doivent s’adresser pour le soin d’acquitter les droits à des négociants du lieu dont le commerce principal consiste en ces sortes de commissions. On peut assurer qu’on ne connaît rien d’autre d’aussi révoltant que la cupidité de ces courtiers. D’accord avec les gens de la douane parce que leur droit de commission croît en proportion de la somme payée et arbitre de l’évaluation du change, on en reçoit des mémoires effrayants chargés de faux frais onéreux62 ».

  • 63 Mézin, op. cit., p. 33.
  • 64 AN, B1 485 reg 1, Courrier de Brosseronde du 11 mai 1778.

64Guillaume-François de Brosseronde, secrétaire auprès de l’ambassade de France à Copenhague faisant fonction de chargé d’affaires pendant ses absences, obtient, en récompense de ses services, le poste d’Elseneur63. Le nouveau promu semble avoir des difficultés à accomplir son travail car, comme il l’indique lui-même en 1778 : « Comme tout se traite ici en langue danoise ce que je n’entends point […], il me fallait recourir à des traducteurs. » Il est ainsi obligé d’attacher à la chancellerie de son consulat le « sieur Didier Perrot, français […] qui parle fort bien le danois et l’allemand64 ».

65Quelques années plus tard Brosseronde et La Houze, ambassadeur à Copenhague, demandent la création d’un vice-consulat pour Didier Perrot, son ancien chancelier. Celui-ci semble la personne idéale pour mettre en place de solides relations commerciales avec la France :

  • 65 Ibid.

« M. de Sartine […] voulut bien l’attacher au consulat d’Elseneur en qualité de chancelier dont il remplit gratuitement l’espace de deux années les fonctions auprès de M. de Brosseronde. Revenu ensuite à Copenhague pour occuper une place de commis en chef dans une des premières maisons de commerce de cette capitale, les nouvelles lumières que lui a acquise une correspondance suivie avec les meilleures maisons de Norvège, de Suède, de Russie, jointes à la connaissance des langues danoise et allemande65. »

  • 66 AN, B1 452, Courrier de La Houze du 13 juin 1780, Mémoire du 14 juin 1780.
  • 67 Ibid., Courriers du 15 juin 1790 et du 28 juin 1791.

66La réponse des autorités est laconique : « Les conjonctures ne permettent pas […] la création d’une nouvelle place66. » Quelques années plus, en 1790, Perrot demande à obtenir le poste de vice-consul à Christiansand, vacant avec la mort de Dechezaulx-Desprez, mais cette fois, « il n’y a pas de remplacement prévu67 ».

  • 68 AN B3 418, Mémoire du sieur de Villardeau de juillet 1734.

67Ce manque d’ambition se retrouve dans la création d’un poste à Berlin qui pourrait centraliser les correspondances des « consuls, commissaires et négociants français établis à Riga, Königsberg, Dantzig, Lübeck, Hambourg, Copenhague et autres ports et autres villes de l’Allemagne » proposé par le diplomate de Villardeau en 173468. Ce poste ne voit pas le jour, alors que la Prusse devient un des principaux partenaires de la France dans le Nord.

  • 69 Ibidem, Mémoire instructif pour M. le comte de Serestre, 28 juin 1725. « Il n’y a aucun consul de (...)

68Le fonctionnement des consulats français dans le Nord est un exemple du manque d’ambition des autorités pour construire de véritables réseaux dans le but d’organiser les bases d’un commerce actif avec l’Europe septentrionale. L’explication habituelle est qu’il n’y a pas besoin d’établir un consul dans une place où les Français ne font pas de commerce69.

69Les puissances scandinaves procèdent d’une autre logique. La création de consulats précède ou accompagne la croissance commerciale avec les pays étrangers. La constitution des réseaux consulaires se traduit par la mise en place d’un vaste système d’informations dans le but d’aider le monde négociant à maîtriser les différents marchés européens. Ce mode de fonctionnement différent a très certainement favorisé le développement du commerce et de la navigation scandinave en Europe occidentale alors que les insuffisances des services consulaires français ont accentué la faiblesse du négoce national dans le commerce du Nord.

Notes

1 Verley P., L’échelle du Monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, 1997, p. 195.

2 Rambert G., Histoire du commerce de Marseille, vol. 7, Paris, 1966, p. 831.

3 Verley, op. cit., p. 235.

4 Mézin A., Les consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), Paris, 1997, p. 10 et 12.

5 AN, B1 451, Courrier de l’abbé Mathurin-Rodolphe Lemaire du 23 juillet 1748.

6 AN, B3 419, Courrier Saint-Aulaire de Lanmary du 7 octobre 1746.

7 Ibidem, Courrier de Saint-Aulaire de Lanmary du 28 mai 1748.

8 AN, B3 419, Courrier de Cardevac d’Havrincourt du 26 février 1751.

9 Jean-Georg est également conseiller d’État du roi de Danemark.

10 Helsingør Kommunes Museer, Restaureringen af Hensingør Domkirke 2000-2001 og undersøgelserne af de borgerlige begravelser, Helsingør, 2001, p. 56.

11 AN, B1 620, Hambourg, Courrier de Casteleyn du 29 juillet 1763.

12 Pfister-Langanay C., Ports, navires et négociants à Dunkerque (1662-1672), Dunkerque, 1985, p. 428.

13 Wiesener A.-M., « Om utenlanske konsuler i Bergen », Bergens Historiske Forening, vol. 22, 1916, p. 36.

14 Ibidem, p. 17.

15 Tardy P., Sels et sauniers d’hier et d’aujourd’hui, Sainte-Marie-de-Ré, 1987, p. 173.

16 Pierre-Louis-Marie Framery réside à Bergen pour des raisons d’éloignement et de difficultés d’approvisionnement de la ville de Trondheim.

17 Baron S.-H., « Henri Lavie and the failed campaign to expand Franco-Russian commercial relations (1712-1723) », Forschungen zur osteuropäischen Geschichte (Beiträge zur 7. Internationalen Konferenz zur Geschichte des Kiever und des Moskauer Reiches), Berlin, 1995, p. 31-32.

18 AN, B1 611, Courrier de Lesseps du 8 novembre 1771.

19 Mézin, op. cit., p. 16.

20 Müller L., Consuls, Corsairs, and Commerce. The Swedish Consular Service and Long-Distance Shipping, 1720-1815, Uppsala, 2004.

21 Riksarkivet Stockholm, Kommercekollegium, Huduarkivet EVI a : 347, Skrivelser från Konsuler Nantes, Courrier de Pierre Babut du 15 juillet 1775. « Le Collège Royal de Commerce me fait des plaintes sur ce que je lui écrit en français. Désormais, j’écrirai en suédois. »

22 Riksarkivet, Stockholm, Gallica, 516, Courrier de la veuve Babut du 18 janvier 1776.

23 Ibidem, Courrier de Jean Henry Wilfelsheim du 18 janvier 1776.

24 Rigsarkivet, Copenhague, Tyske kancelli 23.

25 Ibid.

26 Ibidem., Tyske kancelli 24, Placet à sa Majesté le roi de Danemark du 20 novembre 1747.

27 Ibid., Courrier de Just Fabritius de Copenhague du 2 avril 1759.

28 Lüthy H., La banque protestante en France de la révocation de l’édit de Nantes à la révolution, vol. 2, Paris, 1959, p. 234.

29 AN, B1 452, (non daté).

30 Riksarkivet, Stockholm, Gallica 516, courrier du 26 mai 1786.

31 Müller L. et Jojala J., « Consular Services of the Nordic Countries during the Eighteenth and Nineteenth Centuries ; Did They Really Work ? », Research in Maritime History, vol. 22, 2002, p. 36.

32 Constant G., « De Hambourg à Marseille. Jean-Christophe Hornbostel (1736-1832) », Marseille, vol. 42, 1960, p. 16.

33 AN, B1 452, Courrier d’Ogier, ambassadeur à Copenhague (1756).

34 Rigsarkivet, Copenhague, Kommercekollegiet, 1119, Courrier du 24 novembre 1775 et du 20 juin 1785.

35 Det Kongelige Bibliotek, Efteretninger om den inden og udenlanske hanhel, skibsfart, fabrique og manufactur bæsen som og on agerdyrkningen og Oeconomien i almindelighed, Copenhague, 1787.

36 Source : Müller L., op. cit., p. 42-43 ; Jørgensen A., « Af konsulatsvænets historie i det 18. århundrede », Erhvervhistorisk Årbog, 1951, p. 60.

37 AN, B7 418, Mémoire sur les places de consuls (non daté).

38 Source : Mézin, op. cit., p. 67-68.

39 Ordonnance de la marine d’août 1681, article 27, livre premier, titre IX.

40 AN, B1 478, Courriers de Matthy du 22 septembre, 9 novembre et du 1er décembre 1752.

41 AN, B1 479, Courrier de Dumont du 23 juin 1756.

42 Ibidem, Courrier de Dumont du 23 juillet 1756.

43 AN, B1 479, Courrier de Dumont du 23 juillet 1756.

44 Au xviiie siècle, les seuls consuls suédois salariés sont ceux d’Alger, de Tunis, de Tripoli et du Maroc, conséquence du caractère très particulier de ces charges. Ceci est également vrai pour le Danemark.

45 Müller et Ojala, op. cit., p. 36.

46 À ce sujet : Kjølsen K., Det diplomatiske Fag. Den danske Udenrigstjenestes Forvaltning 1700-1770, Odense, 1991 ; Jørgensen A., « Af konsulatsvæsnets historie i det 18. århundrede », Erhvervshistorisk Årbog, 1951, p. 37-61.

47 Rigsarkivet, Copenhague, Tyske Kancelli 24, Courrier de Compigné de Rouen de janvier 1770.

48 Ibidem, Kommercekollegiet 1136. Courrier de Lassen du 18 septembre 1784.

49 Ibidem, Tyske Kancelli 24. Courrier de François Bollen du 16 avril et 20 novembre 1747.

50 AN, B3 418, Mémoire du 10 mars 1787.

51 AN, B3 432, Mémoire sur les avantages d’un commerce direct entre la France et la Russie et AN, B7 453, Mémoire sur l’état du commerce des François et celui de toutes les autres nations commerçantes à Bergen et autres ports de Norvège.

52 AN, B3 418, Mémoire de Framery du 28 février 1778.

53 AN, B7 425, Mémoire sur le commerce de la ville de Drontheim avec la France et des causes qui empêchent les négociants français de fréquenter son port (1766).

54 Pfister-Langanay, op. cit., p. 259 (Archives de la C. de Commerce de Dunkerque, Courrier de Framery du 16 décembre 1769).

55 Rigsarkivet, Copenhague, Kommercekollegiet 1142. Liste pour l’année 1786.

56 Ibidem, Tyske Kancelli 23, Courriers de Nordingh de Witt du 6 nov. 1758, du 9 nov. 1759, du 22 juin 1760.

57 AN, B7 425, Mémoire sur la ville de Drontheim… (1766).

58 AN, B1 452, Courriers d’Ogier du 16 octobre et du 20 novembre 1766.

59 AN, B1 451, Courrier du 18 décembre 1728.

60 AN, B1 452, Courrier du 25 juin 1776.

61 Ibidem, Courrier d’Ogier du 26 août 1760.

62 AN, B7 426, Mémoire sur le Danemark du 1er août 1767.

63 Mézin, op. cit., p. 33.

64 AN, B1 485 reg 1, Courrier de Brosseronde du 11 mai 1778.

65 Ibid.

66 AN, B1 452, Courrier de La Houze du 13 juin 1780, Mémoire du 14 juin 1780.

67 Ibid., Courriers du 15 juin 1790 et du 28 juin 1791.

68 AN B3 418, Mémoire du sieur de Villardeau de juillet 1734.

69 Ibidem, Mémoire instructif pour M. le comte de Serestre, 28 juin 1725. « Il n’y a aucun consul de France dans les ports de Suède à cause que les sujets du roi n’y font presque point de commerce. »

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Les services consulaires français en Europe du Nord (Remarques : Le consul à Trondheim réside à Bergen ; le poste d’Elseneur est non pourvu de 1760 à 1776).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7778/img-1.png
Fichier image/png, 230k
Titre Ill. 2 : Le réseau des consuls danois en Europe (1787)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7778/img-2.png
Fichier image/png, 183k
Titre Le réseau consulaire danois en France en 178735
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7778/img-3.png
Fichier image/png, 7,3k
Titre Les services consulaires danois et suédois en France36
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7778/img-4.png
Fichier image/png, 6,7k
Titre La rémunération des consuls et des vice-consuls français (en livres tournois)38
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7778/img-5.png
Fichier image/png, 4,7k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

Offert par