Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Delbo

 | 
Christiane Page

Partie introductive

À travers les archives de Charlotte Delbo

Mileva Stupar

Résumé

Dans son article, Mileva Stupar présente les archives que Charlotte Delbo voulait mettre au service des chercheurs et qui ont rejoint les collections du département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France, grâce au don de Claudine Riera-Collet en 2012. Manuscrits, notes de travail, de mise en scène, correspondance, photographies et documents administratifs se répartissent entre archives personnelles et archives littéraires.

Texte intégral

  • 1 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (107), lettre de Charlotte Delbo au directeur des archives du Yad (...)

1En 2012, les archives que Charlotte Delbo souhaitait mettre à la disposition des chercheurs1 ont rejoint les collections du département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France, grâce au don de Claudine Riera-Collet. Manuscrits, notes de travail, de mise en scène, correspondance, photographies et documents administratifs se répartissent entre archives personnelles et archives littéraires.

2Les quatre mètres linéaires de dossiers qui composent ce fonds sont autant de fragments grâce auxquels se dessinent non seulement la genèse, le déploiement et la réception d’une œuvre, mais aussi la trame d’une biographie.

Du document d’archives au récit biographique

  • 2 Farge A., Le Goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1997, p. 12.

3Plus rares que les manuscrits littéraires, les archives administratives et les documents personnels conservés par Charlotte Delbo livrent un récit en creux, une trame discontinue. Cette discontinuité n’est pas sans rappeler l’effet associé par Arlette Farge aux documents d’archives, celui d’une « trace brute de vies qui ne demandaient nullement à se raconter ainsi2 ». Dans cet effet de trace, résultante d’un arbitrage étrange entre ce qui s’est conservé et ce qui s’est perdu, réside une vision nécessairement lacunaire qu’il faut savoir interroger. Le document le plus ancien du fonds Charlotte Delbo date du 17 mars 1936. Il s’agit d’un livret de famille délivré par la Mairie du 3e arrondissement de Paris. Il nous apprend le mariage de Charlotte Joséphine Delbo, née à Vigneux-sur-Seine le 10 août 1913, sténodactylo à Paris, et de Georges Paul Dudach, né le 18 septembre 1914 à Saint-Maur-des-Fossés, employé de banque. Suivent entre juillet 1937 et mars 1939, quinze numéros des Cahiers de la Jeunesse, revue dont le rédacteur en chef n’est autre que Georges Dudach, et dans laquelle on lit de nombreuses recensions ou critiques signées par Charlotte Delbo. Aucune trace, en revanche, du couple Delbo-Dudach dans les deux années qui suivent.

4Le 21 octobre 1941, les archives nous mènent à Rio où Louis Jouvet, en tournée avec l’Athénée, signe une attestation selon laquelle Charlotte Delbo quitte la Compagnie « pour des raisons de santé ». Elle embarquera le 25 octobre à bord du Bagé à destination de Lisbonne. Quelques lettres d’Odette Delbo, la sœur de Charlotte, nous ramènent à Paris en 1942, après l’arrestation des époux Delbo-Dudach. La première, datée du 23 mars, adressée au Dépôt, cellule 14, Quai de l’Horloge, accompagne l’envoi d’un colis. Datée du lendemain, une deuxième décrit le contenu du colis et signale le transfert de Georges Dudach dans un autre lieu de détention, encore inconnu :

  • 3 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (3), correspondance avec Odette Delbo.

« Chère Lotte
J’ai reçu ta lettre datée de samedi hier au soir et la synthèse ce matin. Tu dois maintenant être en possession du colis que j’ai posté hier après-midi. Il contenait 2 paquets de cigarettes, cadeau de Michel qui vient de m’en faire un autre semblable. Je crains seulement que ton départ du dépôt suive celui de Georges et que les colis ne suivent pas. Donne-moi l’adresse de Georges pour les colis aussitôt que tu l’auras3. »

5En 1943, deux autres sont lettres expédiées les 9 et 10 janvier au Fort de Romainville. Puis plus rien jusqu’au mois de juin 1944. Seul document nous renseignant sur cette année : une lettre d’Odette encore, écrite en allemand, est envoyée au bloc 27 du camp de Ravensbrück. Le nom de Georges n’y figure plus. Le transfert de Romainville à Ravensbrück signifie la déportation.

6Entre 1939 et 1944, c’est dans la rareté des archives et dans leurs silences qu’il faut lire le destin de Charlotte Delbo. À partir de 1945, elles se font plus denses et permettent d’engager une reconstitution du passé. Un an après la lettre envoyée à Ravensbrück, Odette Delbo contacte Charlotte via la mission de rapatriement française à Stockholm :

  • 4 Ibid. Le terme « patron » désigne Louis Jouvet, dont Charlotte Delbo fut la secrétaire de 1937 à 1 (...)

« Lundi de Pentecôte 21 mai 1945
Moi aussi cela vient de me faire un drôle d’effet en recevant tout à l’heure ta lettre où je retrouve tout de suite ton style familier mais je n’en ai pas été autrement étonnée car depuis mars 42 j’attends cette minute, si j’ai vécu quoique au ralenti, c’est pour mieux vivre cette minute, prélude de notre revoir, de ton retour […]. Le patron, “le nôtre” car j’ai pris ta place depuis son arrivée (fin janvier) est revenu inchangé, sans Madeleine mariée à Buenos Aires. Il demande tous les jours de tes nouvelles, parle souvent de toi avec Aragon, est très gentil mais je te le rendrai avec plaisir si tu y tiens4. »

7Hors de cette correspondance, plusieurs documents nous renseignent sur le mois de mai 1945 : un laissez-passer de la légation de France en Suède, établi cinq jours plus tôt à Stockholm ; un télégramme, adressé la veille à la mission de la Croix rouge française par Jouvet au nom de la famille Delbo et de la troupe, qui mentionne une carte de Charlotte Delbo, reçue le 27 avril ; une carte de rapatriement encore, établie par le ministère des Réfugiés, Déportés et Prisonniers, qui signale son retour à Paris en juin 1945. Ce retour se partage entre convalescence, service auprès de Jouvet et engagement pour la mémoire des camarades fusillés et déportés.

  • 5 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (25), commémoration de l’anniversaire de la mort de Georges Dudac (...)

8Dès 1946, Charlotte Delbo est sollicitée par les associations d’anciens résistants. Le 24 mai, l’Union nationale des intellectuels, alors présidée par Georges Duhamel, l’invite à participer à la cérémonie commémorative du 4e anniversaire de la mort des fusillés du Mont-Valérien : Jacques Decour, Georges Politzer, Jacques Solomon, Jean-Claude Bauer, Georges Dudach et André Pican5. Mais Charlotte Delbo se trouve en Suisse, contrainte par son état de santé à une convalescence au Mont-sur-Lausanne, où lui écrit Jouvet :

  • 6 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (29), correspondance adressée par Louis Jouvet à Charlotte Delbo, (...)

« Ma petite Charlotte
Je n’ai pas une minute pour t’écrire, soigne-toi, pense à moi – j’en ai besoin, je suis fatigué, excédé. Tu me dis que tu rentres au mois de juin – téléphone-moi un soir avant 8h… Entre 7 et 8 – que je t’entende6. »

  • 7 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (30), orrespondance adressée par Charlotte Delbo à Louis Jouvet.

9Delbo ne revient véritablement à Paris et à l’Athénée qu’à l’automne 1946. Elle demeure auprès de Louis Jouvet jusqu’au printemps 1947, où reçue au concours de secrétaire administrative à l’ONU, elle quitte la capitale pour Genève. De là, elle fait ses au revoir au « Patron » dans une lettre du 24 avril, lui donnant les raisons de son départ, lui disant ses regrets et lui demandant « de lui garder son amitié et de ne pas douter de la sienne7 ».

10Jusqu’en 1961, ses missions pour l’ONU la mèneront dans les Balkans, en Grèce surtout, en Turquie, en Palestine et en URSS.

11Dans les archives, cette période est aussi marquée par les différentes démarches que Charlotte Delbo entreprend auprès des instances mises en place après-guerre pour soutenir les déportés, en France et en Allemagne. Au ministère de la Reconstruction, elle renvoie le formulaire pour le dédommagement des sinistrés, qu’elle accompagne d’une explication :

  • 8 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (9), « Dommages de guerre, pièces d’or et devises » : corresponda (...)

« Je vous remets ci-joint la formule D3, remplie et signée. Permettez-moi de résumer ici les circonstances du vol pour lequel j’introduis une demande d’allocation. Le 2 mars 1942, mon mari (Georges Dudach) et moi avons été arrêtés par les inspecteurs des Brigades spéciales ; nous appartenions à un réseau de Résistance et collaborions à des journaux clandestins. Lors de notre arrestation, les policiers ont volé sous mes yeux divers objets qui m’appartenaient. Ils ont emporté à la Préfecture deux machines à écrire (une Remington portable et une Underwood normale), de l’argent, des bijoux, un appareil photo “Leica”, etc. Pendant les deux semaines qui suivirent notre arrestation, deux policiers occupèrent, à tour de rôle, notre appartement.
Le 23 mai 1943, mon mari était fusillé par les Allemands. J’étais moi-même à la Santé, puis à Romainville, puis déportée en Allemagne, à Auschwitz et à Ravensbrück. À mon retour l’an dernier (le 23 juin 1945), je suis allée à la préfecture de Police (service du commissaire Lelièvre). J’ai porté plainte contre les 5 inspecteurs des Brigades spéciales qui nous avaient arrêtés ; j’ai aussi déposé contre eux une plainte pour vol. Sans suite. Lorsque je suis retournée à l’appartement, 95 rue de la Faisanderie, je n’ai trouvé qu’une partie de mes affaires. Pourtant, après le départ des policiers qui avaient occupé [sic], le gérant avait fait dresser un inventaire par huissier8. »

12S’ensuit la longue liste des effets personnels, vêtements et livres que Charlotte Delbo s’attendait à trouver à son retour. Chronologiquement, il s’agit dans le fonds du premier document qui permet de reconstituer les circonstances de l’arrestation des époux Dudach.

13Au secrétariat d’État aux forces armées, pour faire valoir ses droits, elle adresse année après année des certificats d’appartenance à la Résistance, des attestations rassemblées auprès de camarades résistants. Le 14 juin 1956, Pierre Villon, secrétaire général du Front national de la Résistance, fait sur l’honneur la déclaration suivante :

  • 9 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (23), front national de libération et d’indépendance de France : (...)

« M’étant échappé le matin même d’une maison perquisitionnée par la police, je me suis trouvé le 2 mars 1942, à midi chez Georges et Charlotte Dudach, 93 [sic] rue de la Faisanderie. Un quart d’heure après mon arrivée un coup de sonnette retentit. Sur la question de Charlotte Dudach “Qui est là ?” Une voix répondit “C’est le gaz”. Pour ne pas être vu je suis passé dans la salle de bain et dès que j’en ai tiré la porte sur moi, j’entendis plusieurs hommes entrer dans l’appartement et crier “haut les mains ! Police !” Je pus m’échapper par la fenêtre et j’atteste que cette arrestation était, sans aucun doute possible, la suite de la filature qui avait pour but de détruire les réseaux du “Front national”, dont Georges et Charlotte Dudach faisaient partie, parmi les différentes disciplines universitaires. […] Au moment où Georges Dudach et sa femme Charlotte furent arrêtés, ils travaillaient sous ma responsabilité9. »

  • 10 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (12), associations nationales d’anciens déportés : cartes d’adhér (...)

14À ces attestations répondent des décrets d’assimilation : celui de Charlotte Delbo au grade d’adjudant-chef dans la Résistance intérieure française et celui posthume de Georges Dudach, assimilé au grade de capitaine après que Charlotte Delbo a fait rechercher son corps et établir un acte de décès. Elle prend une part active dans les associations d’anciennes déportées. En 1946, elle devient membre de la Fédération nationale des internés et déportés de la résistance, puis adhère à l’Association nationale des anciennes déportées et à l’Amicale d’Auschwitz et des camps de Haute-Silésie dont elle restera membre jusqu’en 198310.

  • 11 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (15), Curriculum vitae.

15En 1960, Charlotte Delbo revient s’installer à Paris. Candidate au poste de secrétaire d’Henri Lefebvre, elle rédige un curriculum vitae dans lequel elle résume son parcours de 1937 à 1960. Elle y écrit qu’elle n’a pas « fait d’études officielles » mais a « fait de la philosophie avec Henri Lefebvre de 1930 à 193411 » et évoque son rôle auprès de Louis Jouvet avant-guerre. Elle décrit ses différentes fonctions et missions internationales pour l’ONU, jusqu’à son dernier voyage en URSS, d’où elle a rapporté « un livre [qu’elle a] intitulé Un métro nommé Lénine et qui n’a pas été publié ».

16Si les documents administratifs et le curriculum vitae conservés par Charlotte Delbo précisent et étoffent le récit lacunaire livré par les documents d’époque, d’autres archives au département des Arts du spectacle sont à même de le nourrir, d’en confirmer ou d’en infirmer la chronologie.

Détour par les archives d’André Antoine et Louis Jouvet

17Le document le plus ancien signé de la main de Charlotte Delbo conservé au département des Arts du spectacle ne se trouve pas dans ses archives mais dans celles d’André Antoine.

  • 12 Fonds André Antoine, 4-COL-113 (2009), lettres reçues par Antoine.
  • 13 Nous ne connaissons pas les références de la pièce – la seule indication est celle du destinataire (...)

18Il s’agit d’une lettre12, dactylographiée sur un papier à en-tête de l’Athénée, par laquelle la secrétaire de Louis Jouvet annonce à Mademoiselle Lucie Decorgand le refus d’une pièce, intitulée À travers la tempête13 dont le « Patron » ne voit pas comment il pourrait la mettre en scène, ni comment elle pourrait convenir au plateau de l’Athénée. Cette lettre est datée du 22 janvier 1937 – une indication qui contredit les dates fournies par Charlotte Delbo dans son curriculum vitae. Les archives de Louis Jouvet ne nous permettent pas cependant de confirmer la présence de Delbo à l’Athénée dès janvier 1937.

  • 14 Fonds Louis Jouvet, LJ MN 88, correspondances, dossier Charlotte Delbo.

19Le dossier qui la concerne14 s’ouvre sur un laissez-passer délivré à Charlotte Delbo par le secrétaire général adjoint de la SCNF le 16 juillet 1938 pour un « Paris-Toulon et retour ». Puis en 1939, une carte postale et une lettre du 17 juin par laquelle Charlotte Delbo signale à Louis Jouvet un « affreux décalage » lié à ce que ses « revenus ne sont plus en harmonie avec le coût de la vie, l’indice des prix et les cours des Halles, que depuis deux ans [son] salaire n’a pas été augmenté mais que la VIE a “renchéri”… ».

20Autre source complémentaire : les dossiers relatifs à la tournée en Amérique latine, dont le journal de bord comble presque jour par jour les lacunes des archives Delbo pour l’année 1941. On y lit le départ de la troupe de Lyon, le 2 janvier 1941, à destination de la Suisse. Tous les noms des comédiens et collaborateurs du théâtre y sont consignés, et Charlotte Delbo y figure à la suite de Germaine Perrier, l’habilleuse, et avant Marcel Karsenty, sa mère et son frère Robert. Au fil des pages, son emploi du temps se précise : du 1er au 20 mars 1941, Delbo quitte la tournée pour Paris. L’objectif de son voyage est de permettre à la troupe de rester en zone libre pour préparer une nouvelle tournée en Suisse et éventuellement en Amérique du Sud.

21Le rapport qu’elle fait de son voyage à Paris est inséré dans le journal, sur trois pages. Il en est d’ailleurs fait mention plus loin, après la date du 20 février :

  • 15 Fonds Louis Jouvet, LJ D-79 (3-5), journal de la tournée en Amérique latine, tenu par la régie de (...)

« Interruption d’un mois et demi environ dans le journal quotidien de la tournée que tenait Ch. Delbo du fait qu’elle a été en voyage à Paris pendant cette période. Cette lacune sera comblée par des extraits du journal de bord de régie tenu alors par Marthe Herlin15. »

22Charlotte Delbo réapparaît dans le journal à la fin mars, est jusqu’en mai occupée aux préparatifs du départ pour l’Amérique latine. Le 6 juin à Lisbonne, elle embarque pour Rio en troisième classe, partageant la cabine 150 avec Mesdames Buire, Chéseaux et Perrier. Au mois de septembre déjà, le 8, la date retenue pour le retour de la troupe est affichée au billet de service :

« En principe nous prendrions le Bagé à Rio de Janeiro le 15 octobre. Cette note soulève une vive animation, les uns, et particulièrement Rignault et aussi Bouquet et Delbo, étant particulièrement désireux de rentrer, d’autres préférant au contraire rester en Amérique. »

23Et le 29 octobre 1941, « munis de tous les visas et autorisations nécessaires » ainsi que de l’attestation de Jouvet que Charlotte Delbo conservera dans ses archives, elle quitte Rio à destination de Lisbonne.

24La correspondance entre Charlotte Delbo et Louis Jouvet reprend dès le 17 mai 1945. Elle écrit de Suède, où elle est internée depuis le 26 avril ; elle ne veut pas encore « raconter ce long et terrible voyage qu’elle a fait, ni lui expliquer les raisons qui l’ont poussée à le quitter à Rio », mais lui dire pourquoi elle revient : pour entendre sa voix. Il s’agit désormais d’un échange personnel entre le « Patron » et sa secrétaire, qui se double d’un dialogue intellectuel. De Suisse, Charlotte Delbo envoie des textes au Patron, dont elle fait son premier lecteur et critique. En mai 1946, elle lui fait parvenir la nouvelle qu’elle a publiée dans le Journal de Genève et qui dit le retour : « Le matin de la liberté. » Elle l’accompagne de ces cinq vers pudiques : « On vieillit, on écrit, faut bien gagner sa vie, dans des journaux sérieux, que lisent de vieux messieurs. » En réponse, Jouvet mêle à ses critiques son amitié et ses encouragements :

« Ma petite Charlotte,
J’ai été très touché de ta lettre et touché aussi par ton poème. Il est beau – il le faut plus beau encore. Je l’ai lu et relu, pas encore assez pour avoir bien ausculté ton cœur de poète – mais je veux te dire tout de suite l’impression.

  • 16 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (29), correspondance adressée par Louis Jouvet à Charlotte Delbo, (...)

Il faut que tu le réécrives, que tu le retrouves, que tu le recrées en toi plusieurs fois, avant qu’il ait la forme parfaite. [Le poème commence à (mais) il est une gare ou ceux-là… Les dix premières lignes sont inutiles.] Il faut qu’il soit comme un galet, poli, rond et doux. Il faut qu’on puisse le dire dans une grande douceur mélancolique – une nostalgie sans sonorités.
Il faut que tu retrouves tous tes mots au fond de toi, avec la certitude que ce sont les vrais. Interroge-toi, et dis-toi aussi que je t’aime tendrement dans ta tendresse16. »

25Ce poème, c’est déjà « Rue de l’arrivée, rue du départ », et la phrase que cite Jouvet celle qui commence la deuxième strophe : « Mais il est une gare où ceux-là qui arrivent sont justement ceux qui partent/une gare où ceux qui arrivent ne sont jamais arrivés, où ceux qui sont partis ne sont jamais revenus » – celle qui ouvre Aucun de nous ne reviendra que Delbo publiera 20 ans plus tard, en conservant les lignes dites « inutiles ».

  • 17 Ces notes ont pu être identifiées grâce au travail d’Ève Mascarau, chercheur associé au départemen (...)

26La lecture critique et les impressions de Jouvet ne se lisent pas seulement dans la correspondance qu’il entretient avec Delbo. On les retrouve dans différentes notes, dactylographiées ou manuscrites17.

27Ainsi dans un recueil daté de 1946, on peut lire, inscrit au crayon de la main de Louis Jouvet :

  • 18 Passage souligné dans le texte original.

« Les choses et les êtres sont infiniment plus impressionnants dans l’imagination que dans la réalité18.

Charlotte rédige une brochure sur les otages de Chateaubriand à l’aide de témoignages divers – c’était poignant à lire sur ces bouts de papier – les arrestations, les exécutions – elle ne pouvait plus nerveusement le supporter. – il ne faut pas se laisser impressionner, demain cela peut être notre tour. – Conversation du condamné et de sa femme – insupportable – elle subit elle-même le fait sans faiblesse.

  • 19 Fonds Louis Jouvet, LJ D-26 (3), notes et documentation : 1945-1946.

Devant le fait on n’a plus peur19. »

28Les premiers textes de Charlotte Delbo, ses premiers témoignages sur l’expérience concentrationnaire trouvent encore un écho dans « Le théâtre rend aux hommes la tendresse », article de Jouvet paru le 26 juillet 1946 :

  • 20 Fonds Louis Jouvet, LJ D-27 (4), « Le théâtre rend aux hommes la tendresse », paru dans Les étoile (...)

« […] dans l’époque décevante où nous vivons les plus purs témoignages de [la réalité du théâtre] nous ont été donnés par les prisonniers des camps. Au milieu d’une foule immense et dénudée, au milieu d’hommes désespérés et désemparés au sein de leur solitude et leur souffrance, le théâtre s’est manifesté comme aux premières époques où les hommes errants et désolés, incertains ont inventé la représentation dramatique.
Dans les camps […] le théâtre a restitué des hommes à eux-mêmes. Il a libéré, il a fait revivre en eux tout ce que leur condition nouvelle avait détruit ou amorti, il leur a affirmé la permanence de la vie, sa continuité20. »

Vers l’œuvre littéraire

  • 21 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (109) et 4-COL-208 (110), Auschwitz et après : textes manuscrits.

29C’est dans ce dialogue avec Jouvet, dialogue que reproduisent fidèlement leurs archives, que l’œuvre littéraire de Charlotte Delbo semble puiser ses racines. On la voit se déployer dans le fonds Charlotte Delbo à partir de 1946, d’abord sur des cahiers, comme celui qui porte sur la couverture le nom de son père avec la mention « Chantiers Charles Delbo, réclamations ». Elle y écrit les premiers fragments de son œuvre : un poème intitulé « Spectres mes compagnons », et celui qui dit sa séparation d’avec Georges, publié dans Une connaissance inutile : « Je ne l’ai pas donné, la mort l’a arraché de moi et cette cause/plus forte que mon amour21. »

  • 22 Ibid.

30Tout comme cet autre cahier à spirale contient les premiers textes d’Aucun de nous ne reviendra : « L’appel » et « Sténia ». Ils disent l’arrestation, l’arrivée à Auschwitz et l’attente, comme dans ces deux vers barrés d’un trait une première fois, réécrits plus bas sur la même page : « On n’attend pas la mort on s’y attend/on attend la fin de l’appel22. » Aucun de nous ne reviendra ne paraît pourtant qu’en 1965, la même année que Le Convoi du 24 janvier.

31Avec Le Convoi du 24 janvier, l’œuvre de Charlotte Delbo passe de la prose et du poème à l’enquête. À côté des différents états du texte se trouvent dans le fonds des notes de travail : la liste des noms de celles mises en quarantaine en août 1943, la date de l’arrestation de Danielle Casanova, les noms de celles qui étaient infirmières au revier.

32De la correspondance aussi, échangée avec les mairies, les familles des déportées, et avec celles qui sont revenues, appelées à mobiliser leurs souvenirs pour la mémoire des deux cent trente femmes du convoi. Parmi celles qui sont revenues, Hélène Fournier a retrouvé les familles des Tourangelles ; Gilberte Tamisé a recherché celles des Bordelaises :

  • 23 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (100), lettre de Gilberte Tamisé, 22 janvier 1965.

« Hélène m’avait confié la liste que tu lui avais remise. Avec cette liste je suis allée voir Félicienne pour essayer de nous rappeler, ensuite je suis retournée chez Yolande. Les quelques notes ci-jointes (c’est bien maigre) sont le fruit de notre conversation, espérant toujours que ça puisse aider d’autres camarades à se souvenir23. »

  • 24 Structure du questionnaire : nom, prénom, surnom / date de naissance / élevée à, est allée à l’éco (...)

33Les témoignages des survivantes sont complétés par des questionnaires envoyés dans toute la France. Parmi les entrées qu’il comporte, le questionnaire24 insiste notamment sur les conditions du retour des survivantes à la vie :

  • 25 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (105), fiches de renseignement établies pour les 230 déportées du (...)

« Et depuis ? Cette question est très importante ; la plupart des gens sont très intrigués ; ils se demandent comment nous avons pu nous réadapter à la vie. “Que sont-elles devenues ?” est la question que tous se posent. Santé, etc., tous ces détails sont intéressants25. »

  • 26 Ibid.
  • 27 Delbo C., « Entretien avec Jacques Chancel », Radioscopie (France Inter), 2 avril 1974.

34À « Poupette », à qui elle demande de compléter son témoignage le 18 novembre 1964, elle précise « encore une fois, il ne s’agit pas d’indiscrétions ; mais d’un travail scientifique qui doit montrer au lecteur d’où venaient ces 231 [sic] femmes, aussi bien l’horizon idéologique que le niveau social26 ». Un travail scientifique au fondement d’une œuvre dont le sens est éminemment politique et par laquelle Charlotte Delbo entend « porter à la conscience des faits qui doivent rester dans l’histoire et non pas seulement à l’état de légende27 ».

  • 28 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (286), suite d’Aucun de nous ne reviendra : note manuscrite.

35Cette prise d’écriture, Charlotte Delbo entend aussi la déployer dans une trilogie : Auschwitz et après. Dans Une connaissance inutile, publié en 1970, elle livre une nouvelle série de portraits de ses codétenues, peints dans des scènes du quotidien à Auschwitz, Raïsko et Ravensbrück. L’année suivante paraît Mesure de nos jours, troisième et dernier volet, dédié au retour, à la difficulté qu’éprouvent les survivantes à se réadapter à la vie. « Après deux livres aussi différents par leur forme et leur écriture comme Aucun et Le Convoi, c’est dans un autre miroir qu’on lit ici Auschwitz28. »

  • 29 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (101), Le convoi du 24 janvier : avant-propos et notes manuscrite (...)
  • 30 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (112) – Aucun de nous ne reviendra : correspondance.
  • 31 Delbo C., « Entretien avec Jacques Chancel », op. cit.

36Ces miroirs se multiplient sous la forme d’essais, de nouvelles ou d’articles. Ils gagnent la scène avec Qui rapportera ces paroles en 1973. Ils prennent encore la forme d’une ultime lettre à Louis Jouvet en 1975, avec Spectres, mes compagnons, dont Charlotte Delbo a rédigé le brouillon sur un petit cahier noir. Texte après texte, son œuvre vient former « un tableau multiple et vivant de la tragédie du XXe siècle29 ». Autour des manuscrits et des notes de mise en scène, elle a conservé la correspondance échangée avec ses éditeurs, mais aussi les lettres reçues par ses lecteurs. Parmi ces derniers, Madame Augeray-Lejeune ressent l’écriture de Charlotte Delbo comme « un cri, un cri d’horreur, on y saigne à chaque ligne et l’on ne peut s’en détacher comme si on n’avait pas encore atteint le bout de cette souffrance30 ». Son témoignage, selon la formule de Marie-Claude Vaillant-Couturier, est « aussi proche que possible de l’incommunicable31 ».

  • 32 Fonds Jégouzo-Lemonnier, MW 160, don d’Yves Jégouzo, 2013. Fonds de la compagnie « Bagage de sable (...)

37Par sa richesse, le fonds Charlotte Delbo offre encore bien des parcours de lecture. Depuis son entrée dans les collections du département des Arts du spectacle, d’autres archives sont venues éclairer le passé de la résistante-déportée, mais aussi illustrer la postérité de l’écrivain et de la femme de théâtre : celles de Madeleine Jégouzo, dite « Betty » dans Le Convoi du 24 janvier, et celles de la compagnie théâtrale « Bagage de sable32 ».

Notes

1 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (107), lettre de Charlotte Delbo au directeur des archives du Yad Vashem Martyrs and Heroes Remembrance Authority, 24 février 1975.

2 Farge A., Le Goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1997, p. 12.

3 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (3), correspondance avec Odette Delbo.

4 Ibid. Le terme « patron » désigne Louis Jouvet, dont Charlotte Delbo fut la secrétaire de 1937 à 1941.

5 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (25), commémoration de l’anniversaire de la mort de Georges Dudach.

6 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (29), correspondance adressée par Louis Jouvet à Charlotte Delbo, 25 mai 1946.

7 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (30), orrespondance adressée par Charlotte Delbo à Louis Jouvet.

8 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (9), « Dommages de guerre, pièces d’or et devises » : correspondance, notes et listes.

9 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (23), front national de libération et d’indépendance de France : certificats et attestations d’appartenance à la Résistance.

10 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (12), associations nationales d’anciens déportés : cartes d’adhérent.

11 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (15), Curriculum vitae.

12 Fonds André Antoine, 4-COL-113 (2009), lettres reçues par Antoine.

13 Nous ne connaissons pas les références de la pièce – la seule indication est celle du destinataire, Melle Decorgand dont on ne trouve pas trace ailleurs dans les fonds Jouvet ou Antoine.

14 Fonds Louis Jouvet, LJ MN 88, correspondances, dossier Charlotte Delbo.

15 Fonds Louis Jouvet, LJ D-79 (3-5), journal de la tournée en Amérique latine, tenu par la régie de la troupe 1941.

16 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (29), correspondance adressée par Louis Jouvet à Charlotte Delbo, lettre du 29 juillet 1946.

17 Ces notes ont pu être identifiées grâce au travail d’Ève Mascarau, chercheur associé au département des Arts du spectacle.

18 Passage souligné dans le texte original.

19 Fonds Louis Jouvet, LJ D-26 (3), notes et documentation : 1945-1946.

20 Fonds Louis Jouvet, LJ D-27 (4), « Le théâtre rend aux hommes la tendresse », paru dans Les étoiles, 1946.

21 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (109) et 4-COL-208 (110), Auschwitz et après : textes manuscrits.

22 Ibid.

23 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (100), lettre de Gilberte Tamisé, 22 janvier 1965.

24 Structure du questionnaire : nom, prénom, surnom / date de naissance / élevée à, est allée à l’école à, niveau d’études, diplômes, profession / profession des parents, état marital, profession du mari, sort du mari / activité dans la résistance / circonstances détaillées de l’arrestation / lieux de détention successifs jusqu’à Auschwitz / no à Auschwitz / détails sur sa mort / comment la famille a-t-elle appris sa mort ? à quelle date ? / autres victimes des nazis ou de Pétain dans la famille / Libérée le ? Rapatriée le ? (par, comment, via ?).

25 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (105), fiches de renseignement établies pour les 230 déportées du convoi.

26 Ibid.

27 Delbo C., « Entretien avec Jacques Chancel », Radioscopie (France Inter), 2 avril 1974.

28 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (286), suite d’Aucun de nous ne reviendra : note manuscrite.

29 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (101), Le convoi du 24 janvier : avant-propos et notes manuscrites de Charlotte Delbo.

30 Fonds Charlotte Delbo, 4-COL-208 (112) – Aucun de nous ne reviendra : correspondance.

31 Delbo C., « Entretien avec Jacques Chancel », op. cit.

32 Fonds Jégouzo-Lemonnier, MW 160, don d’Yves Jégouzo, 2013. Fonds de la compagnie « Bagage de sable », don de Claude-Alice Peyrottes et Patrick Michaëlis, 2012.

Auteur

Conservateur au département des Arts du spectacle de la BnF, chargée de fonds d’archives en théâtre et cinéma, notamment du fonds Louis Jouvet, des archives de Charlotte Delbo déposées par Mme Riera-Collet et de celle Madeleine Jégouzo versées par Yves Jégouzo au département suite au colloque sur Charlotte Delbo.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site