Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Delbo

 | 
Christiane Page

Préface

Joël Huthwohl

Texte intégral

1Nous y sommes. Le temps a passé et nous y sommes. Charlotte Delbo aurait cent ans. Il y a soixante-dix ans s’ébranlait le convoi du 24 janvier. Il y a quarante-huit ans paraissait Aucun de nous ne reviendra. Il y a vingt-huit ans mourrait Charlotte Delbo. Insensiblement, sa vie s’éloigne comme disparaissent ceux qui disaient : « Pendant la guerre, je… », « À Auschwitz, nous… », comme sont un à un mis en terre les déportés qui étaient revenus et leurs indélébiles matricules. Enfouissement inéluctable de ce que nous pouvons encore voir. Ces événements, ces femmes et ces hommes, c’est l’histoire du siècle dernier. Nous passons avec une certaine appréhension le seuil fragile après lequel nous continuerons sans les témoins. Comment ne pas redouter un oubli grandissant ?

2Dans ce même temps, tout semble commencer pour Charlotte Delbo, ou plutôt enfin se déployer à sa juste mesure. Ce que les pionniers parmi ses amis, ses lecteurs et ses commentateurs ont semé porte aujourd’hui ses fruits. Une association est née pour réunir ceux qui veulent faire connaître son œuvre et ses engagements. Des lectures de ses textes et des spectacles sont montés. Ses archives ont été données à la Bibliothèque nationale de France par son ayant droit, geste généreux et d’une grande portée symbolique. La République française a inscrit le centenaire de sa naissance aux commémorations nationales, signifiant aux citoyens l’importance de Charlotte Delbo pour nous tous. Le colloque enfin, dont ce volume est le reflet, conforte encore l’idée que s’accomplit avec de nouvelles générations un passage de témoin.

3C’est elle, Charlotte Delbo, en femme lucide et déterminée, qui a montré la voie de la patience et de la confiance en l’avenir. Elle a laissé passer les années d’après-guerre électrisées par l’urgence de dire les camps et l’aspiration de chacun à se délivrer de la période noire de l’Occupation. Elle a su attendre pour publier ses premières œuvres le moment où l’on ne les lirait plus dans l’actualité. Vingt ans, un jet de pierre qui place la trilogie Auschwitz et après à la bonne distance et la tourne résolument vers les lecteurs des décennies à venir. Le choix de la forme théâtrale ensuite met clairement ses textes dans d’autres mains que les siennes, dans d’autres corps et dans d’autres voix, et invite à en faire aujourd’hui et demain une œuvre collective. Ce mouvement est traversé au dire de ses proches, et les photographies en témoignent, par des rires et une formidable vitalité.

4Mais ce qu’elle nous transmet avec cette détermination joyeuse s’enracine, nous le savons, dans la tragédie la plus grave du XXe siècle et ce qu’elle nous dit de ces années et d’autres événements politiques postérieurs contient pour son interlocuteur, lecteur ou spectateur, l’exigence d’ouvrir les yeux sur ce qui a été et sur ce qui se passe autour de lui, d’être prêt à s’engager et à transmettre à son tour. Le passage de témoin est un transfert de responsabilité. Nous y sommes.

Auteur

Historien du théâtre. Conservateur-archiviste de la Comédie-Française de 2001 à 2008, il a aussi été rédacteur en chef du Journal des trois théâtres. Il dirige aujourd’hui le département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France. Il collabore régulièrement avec le metteur en scène Marcel Bozonnet comme dramaturge. Il est l’auteur d’articles et ouvrages sur les arts du spectacle. Parutions récentes : Comédiens et Costumes des Lumières. Miniatures de Fesch et Whirsker. Bleu autour, CNCS, 2011 ; « Suite biographique » in Jean-Louis Barrault, une vie pour le théâtre, Gallimard, 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site