Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fonction consulaire à l'époque moderne

 | 
Jörg Ulbert
, 
Gérard Le Bouëdec

Première partie. Les services consulaires français et les nations françaises à l'étranger

Les consuls français aux États-Unis et les premiers temps des relations franco-américaines

Marc Belissa

Texte intégral

  • 1 Cette communication s’appuie sur les travaux inédits d’un groupe de recherche du CRHMA de l’Univer (...)

1Le réseau consulaire français en Amérique du Nord est chronologiquement le dernier mis en place par la monarchie. Héritier des traditions en la matière, il se distingue pourtant largement des réseaux de l’Europe ou du Levant, en raison du caractère plus politique qu’économique des missions consulaires dans la République du Nouveau Monde1.

2Quelle est la place des consulats français aux États-Unis dans les relations franco-américaines entre 1778 et 1792 ? Le consul est-il un simple exécutant ou bien un acteur de ces relations ? Au-delà de leur fonction commerciale et administrative traditionnelle, font-ils office de relais politique entre la France et les États-Unis ? Dans quelle mesure et avec quelle efficacité remplissent-ils leur devoir d’information à destination du Conseil du roi ?

3Les consuls jouent un rôle dans la construction des images réciproques des Français et des Américains : de la méfiance envers un ennemi traditionnel bien qu’allié contre la métropole anglaise, les Américains passent à la gratitude (un peu froide au goût des Français) envers le royaume qui les a aidés à acquérir leur indépendance. Les consuls sont des observateurs précieux : ils doivent rendre compte de l’évolution des opinions, surveiller la « nation française » et prendre des mesures pour populariser la France chez son alliée du Nouveau Monde.

Un réseau consulaire très « politique »

4Dès la signature du traité de commerce et d’alliance avec les insurgents américains en 1778, le ministre Vergennes s’empresse d’envoyer des agents sur place, d’une part pour aider à gagner la guerre en cours, d’autre part pour tenter de capitaliser ce soutien sur le terrain économique. La mission que doivent remplir les premiers agents français en Amérique est loin d’être aisée. Ils doivent s’informer sur un pays très peu ou très mal connu, tisser des relations personnelles et surtout aider à gagner la guerre. Le premier de ces agents est Conrad Alexandre Gérard qui arrive début juillet en Amérique avec la flotte de l’amiral d’Estaing et se présente au Congrès à Philadelphie le 6 août. Gérard est ministre plénipotentiaire mais aussi consul général du roi auprès des États-Unis, signe de la volonté française de construire un réseau consulaire conséquent. La légation et le consulat général constituent le centre de la structure, ils sont fixés à Philadelphie, sauf lors d’un bref interlude entre 1784 et 1787 où le consulat général passe à New York.

  • 2 Pour des notices biographiques sur les consuls, voir Mézin A., Les consuls de France au siècle des (...)

5La tâche la plus urgente est d’organiser l’aide militaire et la circulation de l’information entre les alliés, tâche singulièrement compliquée par le fait que chacun des treize États américains pratique de facto une diplomatie indépendante (notamment en ce qui concerne le commerce). D’où la nécessité d’organiser rapidement un réseau consulaire étendu, au moins provisoire. À partir de 1779, Gérard reçoit le soutien du chevalier de la Luzerne, son successeur de 1780 à 1784. Ce dernier est expérimenté et a la confiance de Vergennes mais il ne connaît pas les États-Unis. Il lui faut se mettre rapidement au courant de la situation militaire et commerciale des Français en Amérique. Il est aidé en cela par Jean Holker qui est nommé consul général en décembre 17792.

6L’activité des consulats étant liée aux échanges commerciaux, ils doivent nécessairement se situer dans les principaux ports du pays qui sont souvent également des capitales politiques d’États. Boston, Philadelphie, New York, et à moindre échelle Baltimore et Charleston s’imposent. La première difficulté dans la construction du réseau consulaire est liée à la guerre, car dans certains cas – comme celui de New York – la menace anglaise rend la chose impossible (le consulat de New York n’est créé effectivement qu’en 1783). Mais le plus grand obstacle est l’absence de candidats pour occuper ces postes. Les fonctions sont lourdes et les connaissances nécessaires étendues : le consul doit être Français, bilingue, en bonne santé, posséder des compétences en droit, en commerce, éventuellement dans le domaine militaire et enfin… être honnête. Or les Français qui répondent à ces critères ne sont pas légion. Beaucoup d’entre eux sont des militaires ou des aventuriers motivés par un enrichissement rapide, ou encore des commerçants dont les fonctions sont en théorie incompatibles avec celles d’un consul. Ce sont pourtant des commerçants ou des hommes liés au commerce qui sont nommés entre 1778 et 1779.

7Le premier réseau consulaire aux États-Unis comprend donc les postes de Philadelphie, Boston, Charleston – seule grande ville du Sud et liée de plus au commerce avec les Antilles – et enfin Baltimore. Ce réseau permet d’assurer une présence dans les villes susceptibles de recevoir les vaisseaux apportant les secours français ou qui ont des liens avec les ports du Royaume, en métropole et dans les colonies. Dès 1779, il possède une structure pouvant fonctionner en temps de paix, et préparant la reprise d’échanges commerciaux réguliers.

  • 3 Ministère des Affaires Étrangères (ci-après MAE), Correspondance politique, EU, vol. 11 : Sartine (...)
  • 4 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (ci-après CADN), Boston, série A, 4, lettre à Létombe (...)
  • 5 Visser J., op. cit., p. 91-106.
  • 6 CADN, Boston, série A, 2, lettre n° 59, La Luzerne à Létombe, 2 avril 1783.

8Un des problèmes récurrents que connaît l’organisation consulaire dans les années suivantes est la difficulté de délimiter les responsabilités de chacun et surtout de structurer une hiérarchie des missions. Les problèmes liés à la question de l’autorité de tutelle et à l’organisation interne du réseau sont ainsi de véritables freins à son activité. Par ailleurs, la convention consulaire n’est signée qu’en 1788, ce qui engendre des multiples confusions. Les difficultés d’élaboration de cette convention sont en partie dues au refus américain d’accepter les traditions européennes, notamment en matière « d’immunités ». La faiblesse du gouvernement confédéral et sa paralysie progressive sont l’autre explication fondamentale. Il n’est pas étonnant que la convention n’ait finalement été signée qu’après l’adoption de la constitution fédérale de 1787. En l’absence d’un texte général, les obligations et les privilèges des consuls sont un compromis entre les coutumes et les réalités locales. Les consuls sont obligés d’improviser constamment et négocient auprès des pouvoirs de chaque État la reconnaissance des droits fondamentaux pour les Français et leurs représentants en Amérique. Leur fonction commerciale traditionnelle est évidemment au centre de cette activité, mais en temps de guerre, elle se réduit surtout à la surveillance des fraudeurs. D’ailleurs, dans les premières instructions, comme celle envoyée à La Luzerne en 17813, les tâches énumérées sont essentiellement politiques. Les consuls sont censés obtenir d’abord la reconnaissance de l’immunité du pavillon et de leur autorité sur les navires français pour permettre une surveillance active des matelots. Aucune mention n’est faite du commerce, des droits des Français en général, ni de ceux des négociants. Les consuls sont donc avant tout partie prenante du soutien militaire et matériel aux Américains. Ils doivent surveiller cette aide, puis à partir de 1779, recevoir et ravitailler les troupes du roi en Amérique comme le fait par exemple Létombe à Boston4. Certains consuls jouent même un rôle direct dans les opérations, ainsi le chevalier d’Annemours, consul à Baltimore prend part à la préparation de la bataille de Yorktown5. À partir de 1783, il s’agit de régler les différents problèmes posés par la fin de la présence militaire française comme le coût de l’entretien des fortifications à Boston6 ou le rapatriement des troupes ou encore la présence des escadres en hivernage dans les chantiers navals de la Nouvelle-Angleterre.

9Les intérêts de la France aux États-Unis étant doubles – à court terme, gagner la guerre et à plus long terme, s’emparer du marché américain – la tâche des consuls est particulièrement étendue jusqu’en 1783. Par ailleurs, le contexte de guerre, la nouveauté des postes consulaires et la possibilité pour les marins et négociants de contourner les autorités françaises, alourdissent encore leur travail. Les difficultés naissent de l’absence de moyens matériels et juridiques, et de la complexité des lois américaines qui permettent souvent aux aventuriers venus s’enrichir de s’affranchir de la tutelle consulaire. Le retour à la normale ne se produit qu’en 1783 quand les dernières troupes françaises se rembarquent vers l’Europe.

  • 7 Mézin A., op. cit., p. 66.

10Dans les années qui suivent la paix, le réseau se restructure, se renforce et s’étend : il comprend jusqu’en 1792 Boston, New York, Philadelphie, Baltimore et Charleston ainsi que cinq vice-consulats (Portsmouth, Rhode Island, Richmond, Wilmington et Savannah). Du fait du coût élevé de la vie en Amérique et de l’importance accordée par la France à ce réseau, les agences sont particulièrement bien dotées si on les compare avec les postes européens. Les consuls français aux États-Unis sont parmi les mieux payés de tous les agents diplomatiques de Louis XVI7. Ce réseau étendu trouve cependant rapidement ses limites. L’échec des tentatives de développement commercial français aux États-Unis est patent et le poste de Baltimore disparaît lors de la restructuration de 1792 (il devient vice-consulat). La répartition géographique des quatre postes maintenus est révélatrice des préoccupations françaises : Boston et New York permettent le lien avec les armateurs américains, Philadelphie joue un rôle plus politique, tandis que Charleston est considéré comme un relais avec les Antilles.

  • 8 Mais si de nombreux consuls ont été destitués, la plupart ont été nommés à des postes identiques q (...)

11De 1789 à 1792, la Révolution française a des conséquences limitées sur l’administration consulaire. Les changements sont surtout symboliques et modifient peu les structures. Les mêmes hommes dirigent les administrations, ils sont toujours les agents du roi et subordonnés au ministre de la Marine. Ce n’est qu’après la proclamation de la République et l’obligation de prêter le nouveau serment civique que les changements se multiplient, notamment avec le rattachement des Consulats au ministère des Affaires Étrangères, et surtout la réorganisation du personnel8, mais nous nous limiterons ici à la période antérieure.

12Dans les deux premières années de la Révolution, la plupart des consuls sont assez mal informés de la situation dans la métropole et se contentent d’approuver ce qu’ils perçoivent comme une régénération de la monarchie. Les signes les plus inquiétants viennent des Antilles avec le début des troubles entre colons blancs, hommes libres de couleur et esclaves. Dès 1789, les consuls sont sollicités par la situation à Saint-Domingue et dans les années qui suivent, leur travail est de plus en plus tourné vers le contrôle des colonies antillaises, délaissant ainsi un peu plus leurs fonctions traditionnelles d’aide au commerce pour une implication de plus en plus grande dans la défense de la Perle des Antilles.

  • 9 Bégaud S., op. cit., p. 48.

13Les consuls français aux États-Unis apparaissent donc comme des acteurs à part entière de la diplomatie en Amérique du Nord. Si on les compare aux consuls français dans d’autres aires géographiques, il ne fait aucun doute qu’ils sont beaucoup plus engagés dans les relations directement politiques que leurs collègues. Certes, ils sont sous l’autorité de la légation mais les particularités de la politique et de l’espace américains leur donnent une autonomie plus grande dans la gestion des relations avec les autorités constituées. Le système fédéral américain renforce l’aspect politique des missions des consuls. Dans un État où de facto et, malgré l’adoption de la constitution de 1787, chaque État entend régler par lui-même toutes les affaires ou presque, les consuls jouent en quelque sorte le rôle de légats suppléants. Les plaintes perpétuelles qu’engendrent les complexités et les « étrangetés » du système américain sont la preuve d’une certaine incapacité française à s’adapter à des institutions réellement fédérales. On retrouve d’ailleurs ces difficultés au-delà de la période qui nous occupe puisque sous Napoléon encore, le consul général Félix-Beaujour vitupère contre le fédéralisme qui fait de tous les traités une « duperie » puisque l’État fédéral et le Président peuvent bien signer ce qu’ils veulent, les États n’en font de toute façon qu’à leur tête9.

Prédominance des missions d’implantation commerciale et des questions coloniales

14De 1783 à 1792, le travail des consuls se réoriente quasi exclusivement vers l’implantation commerciale. Comment favoriser le commerce français aux États-Unis ? Comment supplanter les Anglais en Amérique du Nord ? Ce sont les questions qui reviennent sans cesse aussi bien dans la correspondance diplomatique que dans le débat public qui commence à se développer en France même. On songe par exemple aux entreprises et aux positions de Brissot et de Clavière qui créent la Société gallo-américaine en 1787 et encouragent les commerçants français dans leur ouvrage De la France et des États-Unis, paru la même année.

15Les Français considéraient que les États-Unis devaient servir de débouchés pour leurs produits mais aussi d’entrepôt pour les marchandises coloniales. En effet, la France et les États-Unis avaient adopté le principe free ship free goods qui permettait au commerce américain de prendre le relais des Français en cas de guerre navale franco-anglaise. Les accords de commerce permettaient un accès plus facile des négociants américains dans les ports français mais ceux-ci espéraient une ouverture beaucoup plus large du marché colonial.

16Les consuls informent les autorités de tutelle des produits susceptibles d’être échangés. Sans surprise, ils recommandent l’importation des matières premières coloniales : bois de construction, tabac de Virginie et du Maryland, riz, indigo des États du Sud, fourrures, huiles de baleine pour les États du Nord, tous produits pour lesquels la France est largement déficitaire. En devenant le premier partenaire commercial des États-Unis, la France peut, selon les consuls, faire baisser considérablement les coûts d’importation de ces produits qu’elle se procurait jusque-là en Europe du Nord. Les produits français exportables sont surtout les vins et eaux-de-vie et les textiles. Les consuls insistent également sur le fait que la France doit jouer un rôle de redistributeur des denrées tirées du Levant : soies, ouvrages d’or et d’argent, huiles, etc. et qu’elle doit se placer en position d’interface entre commerce méditerranéen et commerce atlantique.

  • 10 Visser J., op. cit., p. 182.

17Mais tous les consuls constatent – à l’image de Brissot ou de Clavière – que le problème des échanges franco-américains ne réside pas dans l’absence de marché ou de complémentarité des productions mais dans les méthodes des négociants français et dans leur très grande ignorance des usages des maisons de commerce américaines par rapport à leurs concurrents anglais. D’où les propositions de certains consuls de s’en remettre à des intermédiaires et à favoriser la création de maisons de commerce franco-américaines plutôt que d’encourager la vente des produits par les capitaines des navires. Dans ses mémoires sur le commerce du Maryland, le consul d’Annemours propose ainsi d’informer les maisons de commerce françaises sur le marché américain et inversement de faire largement connaître les produits français par des ventes à prix réduits, voire à perte dans un premier temps10.

  • 11 Otto à Vergennes, 26 août 1785, MAE, Correspondance politique, États-Unis, 30, Cité par Kaspi A., (...)
  • 12 Belissa M., « La diplomatie américaine et les principes du droit des gens (1776-1787) », RHD, vol. (...)

18Malgré ces conseils, l’échec commercial français en Amérique entre 1783 et 1792 est évident. Louis Guillaume Otto, le chargé d’affaires français, écrit à son arrivée aux États-Unis en 1785 que « le commerce français est actuellement presque nul ». Pourtant, poursuit-il, « les magasins de New York regorgent de marchandises anglaises » mais « à l’exception de deux ou trois négociants français établis à Philadelphie et à Baltimore, il n’y a point de maison solide de notre nation dans ce continent11 ». Les causes en sont multiples : médiocre qualité des produits français sur le marché, faiblesse structurelle par rapport à la concurrence anglaise, méconnaissance culturelle des mentalités coloniales, mauvaise volonté américaine… tous ces facteurs sont mis en avant dans l’abondante correspondance que les consuls entretiennent avec le ministre des Affaires étrangères et celui de la Marine. Les consuls rédigent des mémoires qui se veulent encourageants sur les perspectives économiques en Amérique du Nord, mais la plupart de ces rapports sont de moins en moins optimistes au fil du temps. Forte de sa victoire, la France croyait porter un coup fatal à l’ennemi anglais sur le terrain économique. Mais très vite les illusions s’évanouissent. La monarchie française n’a pas pu ou n’a pas su profiter de ses succès. Malgré les importantes concessions accordées par Louis XVI à la jeune République, la monarchie a commis de grossières erreurs. La principale est sans aucun doute d’avoir cru pouvoir remplacer l’Angleterre comme partenaire économique unique des États-Unis. Au lieu d’implanter des maisons de commerce comme le font les Anglais et les Hollandais, la France croit dynamiser les échanges en continuant à pratiquer un trafic de type colonial. Cette politique est un échec. Les Français sous-estiment l’influence de l’Angleterre qui comprend très vite qu’elle peut sauvegarder ses positions économiques et diplomatiques en jouant la carte de l’ouverture et de la proximité culturelle. L’autre erreur française est de croire en la reconnaissance éternelle des Américains. Si ceux-ci expriment de la gratitude pour l’aide française, ils ne se considèrent pas comme redevables pour l’éternité. Malgré une dette colossale envers la France, les Américains n’entendent pas se laisser dicter la conduite de leurs affaires commerciales. En obtenant des privilèges comme celui de la nation la plus favorisée, la France ne comprend pas la philosophie américaine des relations extérieures qui consiste à voir dans ces concessions l’expression d’un droit naturel commun à toutes les nations alors que les Français persistent à les considérer comme des faveurs octroyées ponctuellement à une nation « à l’exclusion de toutes les autres12 ».

19Le rayon d’action des consuls français ne se limite pas aux États-Unis proprement dits mais s’étend à l’ensemble de l’aire coloniale en Amérique. Le réseau consulaire joue un rôle essentiel de relais entre les colonies françaises, et entre celles-ci et la métropole. La correspondance n’est pas segmentée : même si le consulat de Charleston apparaît comme le relais le plus proche, les autres postes entretiennent eux aussi des relations fréquentes avec Saint-Domingue et les îles à sucre, mais aussi avec la Guyane et l’Afrique. Boston est le poste privilégié pour les affaires concernant la pêche en général et Saint-Pierre et Miquelon en particulier. En 1783, c’est le consulat de cette ville qui est chargé d’organiser la recolonisation des îles de Saint-Pierre et Miquelon qui avaient été abandonnées pendant la guerre d’Indépendance. Les morues de Saint-Pierre transitent par Boston pour rejoindre Saint-Domingue et tous les produits nécessaires à son approvisionnement sont envoyés sous la direction du consul Létombe. L’assouplissement de l’Exclusif décidé par Castries en 1784 rend possible le commerce direct mais n’abolit pas les restrictions comme l’auraient souhaité les négociants américains, la contrebande est donc toujours aussi vivace. C’est la raison pour laquelle les consuls ont pour mission d’accumuler les renseignements sur les navires et les transits suspects et d’inspecter réellement les cargaisons.

20Tous les consulats doivent surveiller de près les colons qui se déplacent dans l’aire atlantique. Il faut veiller à éviter les désertions de matelots et empêcher les colons endettés de fuir leurs responsabilités en se perdant dans l’immensité américaine. Pendant la Révolution, cette surveillance deviendra même une des tâches prioritaires pour tenter de séparer le bon grain patriote de l’ivraie contre-révolutionnaire. Les consuls ne se contentent pas de contrôler les flux de personnes mais encadrent également le commerce entre les colonies antillaises et les États-Unis. Ils organisent parfois directement des convois de ravitaillement en cas de nécessité urgente. Ces cas se multiplient avec le début des troubles à Saint-Domingue en 1791. Les flux se compliquent nettement à partir d’août 1791, c’est-à-dire à partir du début de la grande révolte des esclaves de Saint-Domingue qui jette des milliers de colons sur des navires à destination des ports américains. Il faut alors encadrer, contrôler mais aussi soutenir, aider et assister ces milliers de citoyens français dans le besoin. Une grande partie de la dette américaine sera d’ailleurs soldée par les aides octroyées par le gouvernement fédéral aux réfugiés français des Antilles.

21Les fonctions de gestion de la « nation » par les consuls sont limitées par le nombre restreint des Français présents aux États-Unis, du moins jusqu’en 1791. L’essentiel de leur activité est donc tourné vers les tentatives – assez velléitaires – d’implantation commerciale. Là encore, il s’agit plus de promouvoir une politique globale – intégrant des aspects commerciaux – plutôt que de gérer une activité existante. Les consuls français tentent donc d’anticiper sur un développement économique futur.

22L’autre aspect essentiel de leurs missions relève de la gestion des colonies. Il me semble que les historiens travaillant sur les questions coloniales à la fin du xviiie siècle n’ont pas assez intégré le rôle pourtant capital du réseau consulaire français aux États-Unis. Il y a là une piste que notre groupe de recherche entend suivre de près, à la fois pour mieux comprendre le caractère global et « atlantique » des relations franco-américaines, mais aussi pour éclaircir les dynamiques propres aux mouvements révolutionnaires dans les Antilles à la fin du xviiie siècle.

Une alliance impossible ?

  • 13 Mézin A., op. cit., p. 42.

23Les consuls étaient censés produire un nombre impressionnant de mémoires pour leurs autorités de tutelle : mémoires annuels sur le commerce et la navigation, états d’entrées et de sorties, états de navigation, état annuel de service des officiers, des dépôts de chancellerie, état trimestriel des comptes, etc.13. Mais le caractère particulier de l’État dans lequel ils se trouvaient en poste ne manquait pas de provoquer leurs commentaires sur les « étrangetés » républicaines du Nouveau Monde. Même si elles sont limitées et souvent laconiques, les remarques politiques des consuls sur les Américains contribuent à la connaissance et à la méconnaissance des États-Unis en France.

24Comme nous le savons, l’alliance franco-américaine n’allait pas de soi : les souvenirs de la guerre de Sept Ans avaient contribué à former des images réciproques presque entièrement négatives. Les consuls français doivent donc « populariser » l’aide fournie par la France et redorer quelque peu l’image du royaume pour profiter de la rupture entre l’Angleterre et ses anciennes colonies. Pendant la guerre, il faut ainsi contrer les bruits insistants propagés par l’Angleterre et les loyalistes qui affirment que la France ne cherche dans le conflit qu’à opposer les colons et la métropole anglaise en un combat sans fin. Selon ces rumeurs, la France ne viserait pas la victoire des Insurgents mais leur épuisement. La difficulté d’acheminement et la lenteur des secours contribuent à ancrer cette idée dans une partie de l’opinion américaine qui considère déjà les Français selon l’ethnotype gallophobe dominant en Angleterre : le Français est léger, efféminé et abruti par le despotisme, etc. Les consuls doivent également surveiller de près les pratiques des négociants français attirés par la perspective d’un enrichissement rapide : prix trop élevés, marchandises de qualité inférieure, manque de suivi commercial. Tout cela contribue à dégrader l’image de la France. Quels sont les moyens dont disposent les consuls ? Ils sont très limités : utilisation de la presse, surveillance des ports, contrôle des matelots, force de l’exemple et surtout liens tissés avec les armateurs et les négociants locaux… L’opinion américaine n’est finalement conquise qu’avec la victoire militaire et la bonne tenue des troupes françaises jusqu’en 1783.

25Les relations avec la France auraient dû s’améliorer encore après la guerre, mais les Américains sont rapidement déçus. Le traité de commerce franco-américain est extrêmement libéral, mais les Américains n’ont pas obtenu l’essentiel, c’est-à-dire la liberté totale du commerce avec les Antilles françaises. En 1784, les marchands français des ports de l’atlantique protestent toujours contre l’idée d’une ouverture des Antilles au commerce américain. Le roi de France souhaite certes encourager le commerce direct entre la France et les États-Unis, mais n’entend pas laisser les îles à sucre à un concurrent potentiel. La politique française en Amérique n’est d’ailleurs pas d’une grande franchise. L’alliance avec les États-Unis n’empêche pas Louis XVI de réfléchir à sa propre expansion dans le Nouveau monde. Le système politique français en Amérique du Nord favorisait davantage un équilibre des forces entre Anglais, Américains et Espagnols, que l’expansion des États-Unis, dont on craignait le « mauvais exemple » sur les colonies françaises. D’autre part, on n’ignorait pas à Versailles qu’une fraction importante des dirigeants américains se méfiait de la France.

26En effet, si les Américains sont déçus de l’alliance, les Français ne le sont pas moins. Dès la signature du traité de Paris, les réflexions sur l’ingratitude des Insurgents à l’égard des puissances qui leur ont permis d’exister commencent à fleurir dans les correspondances des envoyés français en Amérique. On commence à rappeler abondamment qu’après tout, ces Américains ne sont que des Anglais mal dégrossis, voire encore plus dégradés que leurs « cousins » par l’esprit de commerce.

  • 14 Visser J., op. cit., p. 76.
  • 15 CADN Philadelphie, consulat général, 31, Mémoire de Létombe, mars 1785, voir également Rocheteau A (...)

27Par la mission d’information qui leur est confiée, les consuls participent à la construction de ces images réciproques des Français et des Américains. Dans leur correspondance, on trouve de nombreuses mentions des caractéristiques géographiques, des mœurs, des institutions et de l’état de l’économie des États-Unis et même de la faune et de la flore particulière de l’Amérique. Les données statistiques sur le commerce maritime sont particulièrement prisées par les bureaux de Versailles et, dans leurs rapports, les consuls doivent en fournir une ample brassée. Dans le cas des États-Unis, ce travail d’information est particulièrement important du fait de la très large ignorance des réalités américaines. À la lecture des archives conservées à Nantes, on constate que l’observation des consuls porte autant sur les mœurs politiques – républicaines et donc « étranges » – que sur le commerce. Dans le cas du chevalier d’Annemours, consul à Baltimore, une mission en Virginie se transforme en observation du « système politique » de cet État14. Les constitutions, le système électoral sont l’objet des vives critiques. Les constitutions de Virginie et du Maryland sont trop « populaires » aux yeux du consul d’Annemours qui considère que des agriculteurs et des boutiquiers ne peuvent sérieusement diriger un État. Le consul de Boston Létombe est un observateur avisé des institutions du Massachussets15.

  • 16 Voir Marks F., Independance on Trial, Foreign Affairs and the Making of the Constitution, Wilmingt (...)

28Le débat constitutionnel de 1787 occupe une place faible dans la correspondance consulaire. Les agents du roi ne semblent pas avoir réellement compris les enjeux de la Convention de Philadelphie. Leurs préjugés « monarchistes » sont largement responsables de cette cécité. Les États-Unis semblent faibles, au bord de l’implosion et la vie politique américaine sous les Articles de Confédération leur semble être la preuve de l’incapacité des Américains à s’entendre et à adopter une politique commune. L’idée que ces républicains puissent se donner les moyens politiques de constituer une puissance leur semble incongrue. Il est vrai que de 1783 à 1787, les tiraillements de l’Union inquiétaient tous les Américains et faisaient penser aux agents du roi qu’une guerre civile, ou tout du moins une explosion de la Confédération, n’était pas à exclure16.

  • 17 Ibidem.

29Le jugement des consuls français sur les mœurs américaines est loin d’être enthousiaste : la guerre passée, ces boutiquiers et ces paysans n’ont plus aucun esprit national. La foi républicaine qui les avait sauvés dans le péril des années de guerre a disparu : les Américains ne se préoccupent que de leurs affaires et sont un peuple dégradé par l’influence anglaise. Le goût du lucre remplace tout. L’amour de la patrie – qui suppléait à l’honneur en tant que « ressort » national – est dissous et seul l’appât du gain les motive. Les Américains cachent leurs fortunes pour échapper aux taxes ce qui, selon Létombe, augmente la difficulté du travail de renseignements des consuls à tel point que celui-ci est obligé de faire venir d’Angleterre les ouvrages contenant les statistiques nécessaires à la rédaction de ses rapports17 ! D’une manière générale, les consuls français s’étonnent des pratiques commerciales américaines qu’ils estiment être à la limite de l’illégalité et de la tricherie systématique. L’héritage des années coloniales, pendant lesquelles la contrebande était un « sport national », est encore bien présent et les autorités portuaires locales ferment très souvent les yeux sur les déclarations des capitaines et des armateurs. Les consuls fustigent également les changements incessants des règlements commerciaux et les imbroglios qui résultent du caractère fédéral du nouvel État.

30Les envoyés français en Amérique ne mâchent pas leurs mots et considèrent la nation américaine comme particulièrement ingrate. Aucun sens de l’honneur, ni de la reconnaissance, seuls l’argent et les affaires la motivent. C’est ce que pense par exemple le chargé d’affaires Louis-Guillaume Otto :

  • 18 Otto à Vergennes, 26 août 1785, MAE, Correspondance politique, États-Unis, 30, op. cit.

« Intéressés autant qu’une nation de marchands peut l’être, ils n’ont d’autre politique que celle d’un profit mercantile sans aucune considération pour les puissances qui les ont sortis du néant. Pour être leur ennemi il suffit d’être étranger et de ne pas souscrire à leurs prétentions exagérées ; les traités de commerce, les services rendus pendant la guerre, les engagements pris par leurs ministres, tout est sacrifié lorsqu’il y a 5 % à gagner. […] On dirait que nous n’existons plus pour eux et que la révolution n’est qu’un songe que des occupations plus essentielles ont effacé de leur mémoire. Ils s’embarrassent peu de payer leurs dettes et tandis qu’ils vivent dans l’abondance, ils voient sans s’émouvoir les commerçants français qu’ils ont ruinés solliciter la moitié ou seulement les intérêts des sommes qui leur sont dues légitimement18. »

  • 19 Voir Bégaud S., op. cit., p. 85-86.

31« L’égoïsme » des nations commerçantes est un des topoi des Lumières, il n’est pas étonnant de le retrouver plus souvent qu’à son tour dans la correspondance consulaire. Remarquable récurrence ! Vingt ans plus tard, les agents de Napoléon diront exactement la même chose19. Il est vrai qu’avec la déclaration de neutralité de Washington de 1793, les révolutionnaires français ont eu une raison supplémentaire de se plaindre de ce qu’ils ressentent comme une ingratitude aggravée par la fraternité supposée des républiques entre elles.

  • 20 Visser J., op. cit., p. 117.
  • 21 Cité dans Lacorne D., L’invention de la République, le modèle américain, Paris, 1991, p. 110.

32Les graves troubles sociaux de 1786 sont pour les diplomates français la preuve de la faiblesse intrinsèque des régimes républicains et « populaires ». Otto en fait la réflexion au consul de Boston quand il écrit que les « guerres civiles » sont propres au système républicain. Pour le consul d’Annemours, la crise prouve que la décadence américaine est quasi inéluctable et qu’une reconquête de l’Angleterre n’est pas à exclure20. En effet, la crise de 1787 a montré le peu de cas que les étrangers font du gouvernement américain. Les diplomates expriment à leurs supérieurs le dédain que leur inspire ce pouvoir si démuni. Ainsi, le même Otto écrit : « Le Congrès n’est qu’un fantôme de souveraineté destitué de pouvoirs, d’énergie et de considération, et l’édifice qu’il doit supporter tombe en ruines21. » Les autres diplomates en poste aux États-Unis n’étaient pas plus tendres, quant aux Anglais, ils avaient simplement refusé d’échanger des ambassadeurs.

33Dès la fin de la guerre d’Indépendance, la France craint un rapprochement anglo-américain qui se ferait aux dépens de ses colonies antillaises. La conduite des négociateurs américains lors des préliminaires du traité de Paris – ils avaient mis la France devant le fait accompli en signant seuls – apporte de l’eau au moulin de ceux pour lesquels les Américains ne sont, après tout, que « la lie de l’Angleterre ». D’où une politique suivie de surveillance des contacts diplomatiques anglo-américains et une volonté de tous les instants d’empêcher un renversement d’alliance. Heureusement pour les Français, les sujets de friction entre Anglais et Américains ne manquent pas : des forts du Nord que l’Angleterre refuse d’évacuer à la question de l’indemnisation des loyalistes jusqu’aux questions commerciales, les consuls suivent de près les relations entre l’ancienne métropole et la République du Nouveau Monde. Mais tous ne sont pas convaincus que ces sujets de discorde soient l’essentiel. Létombe, par exemple, remarque que si l’Angleterre multiplie les interdictions officielles de commerce avec les États-Unis, elle entend remettre rapidement le pied sur le marché américain en multipliant les contacts et en mettant en place elle aussi un réseau consulaire.

  • 22 Voir Belissa M., « Agrandir le cercle de la civilisation : le débat sur les conséquences de la Rév (...)

34On remarque que l’opinion des consuls français en Amérique est assez éloignée des enthousiasmes pro-américains qui avaient cours en France même. Ici, peu de considérations sur le fait que la Révolution américaine ouvre une ère nouvelle pour l’humanité. On est plus près du point de vue défendu par Raynal qui considérait que la guerre d’Indépendance n’était après tout qu’une affaire entre Anglais et que l’alliance d’une monarchie ancienne et colonisatrice avec une république nouvelle décolonisée n’était qu’une association de circonstances22. Par ailleurs, si l’on retrouve dans le débat européen sur la révolution américaine, comme dans la correspondance consulaire, des considérations inquiètes sur le futur des États-Unis, elles sont en général moins pessimistes et surtout nettement plus argumentées parmi les « publicistes » du Vieux Monde. Mably, par exemple, critique lui aussi l’esprit de commerce laissé en héritage par les Anglais aux Américains mais c’est pour mieux affirmer la nécessité de maintenir l’esprit républicain qui a permis la victoire des Insurgents. Les analyses des consuls sont certes fondées sur des observations directes, mais elles manquent singulièrement de solidité politique. Les images des Américains proposées par les consuls français entre 1778 et 1792 ne dépassent pas beaucoup les ethnotypes les plus simplistes. Ils adoptent une position de « donneurs de leçons » finalement peu originale. Mais c’est justement ce manque d’originalité qui fait l’intérêt des remarques des consuls dans ces premières années des relations franco-américaines. Bons informateurs dans les domaines du commerce et de la marine, assez bons relais de la politique coloniale du royaume, les consuls sont pour la plupart des analystes politiques un peu trop marqués par leurs préjugés d’agents d’une grande puissance à l’égard d’un État, certes riche de potentialités, mais encore beaucoup trop faible pour vraiment compter dans la « politique » mondiale.

35Peut-être peut-on considérer que les consuls ont contribué à créer de solides préjugés peu favorables aux Américains, préjugés dont héritent les révolutionnaires et les dirigeants français pendant de longues années. Sans vouloir évoquer un prétendu « antiaméricanisme » typiquement français aux racines lointaines, il est certain que l’ignorance des affaires américaines par les gouvernements français qui se sont succédés à la fin du xviiie siècle et pendant une grande partie du xixe siècle est largement due à l’échec de cette première alliance que les consuls français en Amérique du Nord n’ont pas su ou n’ont pas pu rendre profitable pour les deux parties.

Notes

1 Cette communication s’appuie sur les travaux inédits d’un groupe de recherche du CRHMA de l’Université de Nantes dont l’objectif est de réaliser une synthèse sur le thème des relations diplomatiques et politiques franco-américaines dans la période 1776-1815 à partir des archives des postes consulaires français aux États-Unis conservées au Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Les étudiants engagés dans ce groupe ont pu ainsi « couvrir » une partie substantielle de ces archives peu ou jamais utilisées jusque-là. Voir Bégaud S., La représentation diplomatique française aux États-Unis et le conflit anglo-américain (1807-1815), Mémoire de maîtrise dirigé par Marc Belissa, Université de Nantes, 2002. Letertre L., Le Consulat de Philadelphie et la question de Saint-Domingue 17931803. Mémoire de maîtrise dirigé par Marc Belissa, Université de Nantes, 2000. Rocheteau A., Le consulat de Boston de 1781 à 1793, Mémoire de maîtrise dirigé par Marc Belissa, Université de Nantes, 2001. Sim G., Le consulat français de Charleston (1793-1835), Mémoire de maîtrise dirigé par Jean-Pierre Bois, Université de Nantes, 1999. Visser J., Le consulat de France à Baltimore (17781793), Mémoire de maîtrise dirigé par Marc Belissa, Université de Nantes, 2002.

2 Pour des notices biographiques sur les consuls, voir Mézin A., Les consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), Paris, 1997.

3 Ministère des Affaires Étrangères (ci-après MAE), Correspondance politique, EU, vol. 11 : Sartine à la Luzerne, 7 mars 1781.

4 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (ci-après CADN), Boston, série A, 4, lettre à Létombe du 12 avril 1782.

5 Visser J., op. cit., p. 91-106.

6 CADN, Boston, série A, 2, lettre n° 59, La Luzerne à Létombe, 2 avril 1783.

7 Mézin A., op. cit., p. 66.

8 Mais si de nombreux consuls ont été destitués, la plupart ont été nommés à des postes identiques quelques temps plus tard. Il y a donc une réelle continuité des hommes – du moins en Amérique – malgré les changements de régime.

9 Bégaud S., op. cit., p. 48.

10 Visser J., op. cit., p. 182.

11 Otto à Vergennes, 26 août 1785, MAE, Correspondance politique, États-Unis, 30, Cité par Kaspi A., L’Indépendance américaine, Paris, 1976, p. 169.

12 Belissa M., « La diplomatie américaine et les principes du droit des gens (1776-1787) », RHD, vol. 111, 1997, p. 10.

13 Mézin A., op. cit., p. 42.

14 Visser J., op. cit., p. 76.

15 CADN Philadelphie, consulat général, 31, Mémoire de Létombe, mars 1785, voir également Rocheteau A., op. cit., p. 86-87.

16 Voir Marks F., Independance on Trial, Foreign Affairs and the Making of the Constitution, Wilmington, 1984.

17 Ibidem.

18 Otto à Vergennes, 26 août 1785, MAE, Correspondance politique, États-Unis, 30, op. cit.

19 Voir Bégaud S., op. cit., p. 85-86.

20 Visser J., op. cit., p. 117.

21 Cité dans Lacorne D., L’invention de la République, le modèle américain, Paris, 1991, p. 110.

22 Voir Belissa M., « Agrandir le cercle de la civilisation : le débat sur les conséquences de la Révolution américaine », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 46/3, 1999, p. 532-544.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540