Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Photogénie du désir

 | 
Natacha Thiéry

Remerciements

Texte intégral

1Je remercie Jean-Louis Leutrat qui a accompagné la première version de ce texte, Ian Christie dont les connaissances érudites m’ont éclairée, Francis Bordat et Jean-Loup Bourget pour leur confiance, Serge Chauvin pour sa relecture et son soutien précieux, Raoul Ruiz pour son esprit foisonnant et stimulant, et son immense gentillesse.

2Que soient aussi remerciées les archives du British Film Institute de Londres pour la consultation des archives Powell et Pressburger et la Bibliothèque du Film de Paris pour l’accès à la collection Powell.

3Merci à Columba Powell pour la gentillesse qu’il m’a témoignée en me racontant son père, à Jack Cardiffet Niki Cardiffpour leur bienveillance et leur simplicité, à Kevin Macdonald pour notre entretien sur Emeric Pressburger, son grandpère, à Kathleen Byron et Rosita Segovia pour leur témoignage, et à Thelma Schoonmaker-Powell pour son intérêt bienveillant et ses encouragements au fil des années.

4J’adresse ma sympathie la plus chaleureuse à Steve Crook, mon ange gardien d’outre-Manche, pour sa disponibilité généreuse et son enthousiasme sans faille.

5Je remercie Gemma Beltrán, Christian Biet, Michel Boujut, Samuel Bréan, Jean-Jacques Brochier, Laurent Châtel, Michel Ciment, Geoffrey Deloncle, Barbara Dent, Peter Derow, Estelle Dhenin, Charles Doble, Jean Douchet, Jean-Luc Douin, Hervé Dumont, David Faroult, Serge Fendrikoff, Thierry Frémaux, Nelly Kaplan, Michaël Majster, Pierrette Matalon, Gilles Menegaldo, Andrew Moor, Bernard Pautrat, Sylvie Pras, Nicolas Saada, Valeria Sarmiento, Adrian Smith, Bertrand Tavernier, Jean-Paul Török, David Unger, Jean-Claude Vatin, Alain Viala, Christian Viviani, Edouard Waintrop, Leila Wimmer, Jean-Marc Zekri.

6Pour la richesse des échanges et la convivialité, j’adresse un salut amical aux participants des colloques « British cinema » à Oxford (1999) et « Michael Powell, la passion iconoclaste du cinéma » à Paris (2005), mais aussi aux divers ciné-clubs, distributeurs et programmateurs qui transmettent et font vivre les films en salles.

7Pour les échanges informels ou les questions qui font avancer, j’exprime ma sympathie aux powelliens « de l’ombre ». Pour leurs encouragements, j’adresse ma gratitude à Jonathan Mathis, Micky, Aurélia et Dominique Thiéry et mes amis. À celles et ceux qui, en Grande-Bretagne ou en France, ont témoigné de l’intérêt pour ce livre.

8Merci à Michael Powell et Emeric Pressburger dont l’œuvre féconde n’épuise jamais l’intérêt et la curiosité.

9Je dédie ce livre aux membres de l’Internationale powellienne.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site