Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Méliès, carrefour des attractions

 | 
André Goudreault
, 
Laurent Le Forestier

4. Images et imaginaires

Méliès et la lanterne magique

Giusy Pisano et Caroline Renouard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les relations entre le spectacle lanterniste et les expérimentations proposées par le magicien sont connues aussi bien des chercheurs que du grand public, qui a pu les constater à travers les expositions de la Cinémathèque française. Souvent évoquée, cette influence/utilisation de la lanterne magique chez Méliès n’a pourtant été que très rarement réfléchie dans une confrontation plus spécifique, mis à part dans les articles signés Laurent Le Forestier, Thierry Lefebvre, Christian Fechner et Laurent Mannoni, parus dans les ouvrages Méliès, magie et cinéma1 et L’œuvre de Georges Méliès2, précisant l’emprise de l’art trompeur, des fantasmagories et du théâtre magique ou féerique dans les films de Méliès. Plusieurs pistes prouvent ces liens : d’une part, les thématiques que l’on retrouve dans ses pièces magiques ou dans ses vues cinématographiques font référence au répertoire des plaques de lanterne magique – et plus généralement à toutes les ramifications médiatiques de l’imagerie popu...

Auteurs

Professeure à l’École nationale supérieure Louis-Lumière et à l’université de Corée. Membre de l’IRCAV et directrice de recherche à l’université Sorbonne Nouvelle Paris 3, elle est également codirectrice du projet de recherche sur les relevés de mises en scène de l’Association de la régie théâtrale. Elle a publié Une archéologie du cinéma sonore (2004) et L’amour fou au cinéma (2010), ainsi que de nombreux articles sur l’histoire et l’esthétique du cinéma. Elle a aussi dirigé l’ouvrage collectif intitulé Archives audiovisuelles : mémoire, histoire, création (2014) et codirigé le dossier « Musique ! » de la revue 1895 (avec François Albera, 2002), Le muet a la parole (avec Valérie Pozner, 2005) et Archives de la mise en scène (avec Jean-Marc Larrue, 2014). Ses recherches actuelles portent sur l’anthropologie des sons et des images.
Caroline Renouard a soutenu sa thèse de doctorat, Les effets esthétiques et narratifs de la technique de l’incrustation (rédigée sous la direction de Giusy Pisano), à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée en 2012. Ses communications et publications (dans le Cahier Louis-Lumière, la revue Cinéma & Cie, Les Cahiers du CIRCAV, etc.) portent principalement sur les effets spéciaux, l’intermédialité et les interdépendances anciens/nouveaux médias, les technologies numériques et les pratiques amateurs (cinéphilie pirate). Ex-ATER et chargée de cours de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, elle y a coorganisé en novembre 2012 un colloque intitulé « Savoirs et sciences imaginaires dans les arts et la littérature ».

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540