Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Méliès, carrefour des attractions

 | 
André Goudreault
, 
Laurent Le Forestier

2. Le magique et le féerique

Un long voyage à travers l’impossible. Les trucs dans le théâtre du XIXe siècle et dans l’œuvre de Georges Méliès

Patrick Désile

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il m’est arrivé de dire que l’œuvre de Georges Méliès me semblait rassembler, condenser et peut-être clore toute une part de la culture visuelle et de l’imaginaire du XIXe siècle ; je voudrais aujourd’hui illustrer ce point de vue en m’attachant à un aspect particulier mais central du théâtre du XIXe siècle comme du cinéma de Méliès : le truc. Mais qu’est-ce qu’un truc ? Le mot prend son sens moderne d’« artifice » à la fin du XVIIIe siècle et fait son entrée dans la langue théâtrale au XIXe siècle. Voici la définition qu’Arthur Pougin donne du truc en 1885 dans son Dictionnaire du théâtre :

« Le mot semble seulement donner l’idée d’un procédé mécanique par lequel on opère, au théâtre, l’apparition, la disparition, la modification ou la transformation d’un individu ou d’un objet quelconque, sans que le spectateur, surpris par la rapidité de l’opération, puisse se rendre compte des moyens employés pour l’obtenir1. »

L’emploi du mot truc n’est pas attesté au théâtre avant 18472, mais Po...

Auteur

Docteur en arts et sciences de l’art de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheur associé au CNRS (Atelier de recherche sur l’intermédialité et les arts du spectacle). Il est notamment l’auteur de Généalogie de la lumière. Du panorama au cinéma (2000). Il travaille sur les relations entre les spectacles du XVIIIe et du XIXe siècle et le premier cinéma, sujet sur lequel il a animé un séminaire à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) et à l’École normale supérieure (ENS).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540