Version classiqueVersion mobile

Méliès, carrefour des attractions

 | 
André Goudreault
, 
Laurent Le Forestier

1. L'attractionnel et le spectaculaire

De la performance scénique à la ciné-chorégraphie. Les avatars de la danse chez Georges Méliès

Laurent Guido

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La danse apparaît d’emblée comme un motif récurrent au sein de l’œuvre de Georges Méliès. Elle revient en effet régulièrement parmi les premiers titres du catalogue Star Film, tournés à partir de 1896 : Danse serpentine (no 44), Danseuses au Jardin de Paris (no 92), Danse au sérail (no 132)1. À cette topique chorégraphique se rattache aussi la « gigue anglaise » qu’interprète Miss de Vère (no 45), titre qui signale la volonté de convoquer, par le biais du nouveau dispositif cinématographique, le prestige déjà bien établi de certains artistes de scène. Cette stratégie explique assurément la présence du célèbre chanteur Paulus (no 88-90), pour des vues destinées à être accompagnées par l’orchestre du Ba-ta-clan2, ainsi que celle des deux clowns Auguste et Bibb (no 124), ou encore celle de Tom Old Boot (no 75), un « nain américain » qui se produisait à la même époque au Théâtre Robert-Houdin3. Tous ces films s’inscrivent clairement dans la continuité du répertoiretype popularisé, deux ...

Auteur

Historien et professeur à l’université Lille Nord de France, a longtemps enseigné à la section de cinéma de l’université de Lausanne, qu’il a dirigée entre 2010 et 2014. Associant l’esthétique à des questions sociohistoriques, il travaille principalement sur les liens entre film, corporéité et musique, ainsi que sur les théories du spectaculaire dans le contexte de la culture de masse. Il a codirigé, avec Michael Cowan, le numéro « Rythmer/Rhythmize » de la revue Intermédialités (2010) et, avec Olivier Lugon, l’ouvrage collectif Fixe/animé. Croisements de la photographie et du cinéma au XXe siècle (2010). Il est notamment l’auteur de L’âge du rythme (2007) et d’un livre à paraître intitulé De Wagner au cinéma.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search