Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les œuvres d'art dans le cinéma de fiction

 | 
Pierre-Henry Frangne
, 
Antony Fiant
, 
Gilles Mouëllic

4. Performances

Sur quelques notes de piano

L’œuvre en ruines dans Café Lumière de Hou Hsiao-hsien

Véronique Campan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quelques notes de piano ténues, souvent distillées en sourdine, ponctuent à cinq reprises Café Lumière (2005). En tout six minutes et demie de musique, dans un film d’une heure et trente minutes qui n’en comporte aucune autre, mais fait entendre en continu les bruits quotidiens d’une grande ville. Ces cinq moments musicaux sont tous des fragments de pièces pour piano écrites dans les années 1934-1935 par le compositeur Jiang Wen-Ye. Cela suffit-il pour les considérer comme une « œuvre », qui viendrait s’insérer dans un film de fiction ? Ne constituent-ils pas un simple accompagnement lyrique, selon l’usage que le cinéma a coutume de réserver à la musique ? Si œuvre il y a, elle n’est présente ici ni comme idée, ni comme projet, objet accompli ou processus d’élaboration. L’intérêt de ces bribes au statut incertain est précisément d’interroger le devenir d’une œuvre d’art – en l’occurrence musicale – lorsqu’un film s’en empare. Quel type d’attention sollicite-t-elle ? Est-elle encore ...

Auteur

Maître de conférences en études cinématographiques à l’université de Poitiers. Elle est l’auteur d’un ouvrage sur Krzysztof Kieslowski, d’un essai sur l’écoute filmique (L’Écoute filmique, écho du son en image, PUV, 2000), a dirigé plusieurs volumes collectifs et publié de nombreux articles sur l’étude de la dimension sonore des films et les relations entre cinéma et autres arts. Elle codirige, avec Gilles Mouëllic, la collection « Le Spectaculaire » aux PUR. Au sein de l’équipe FoReLL de l’université de Poitiers, elle oriente aujourd’hui ses recherches autour de la parole filmique et des formes hybrides qui croisent écritures littéraire et filmique

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540