Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les œuvres d'art dans le cinéma de fiction

 | 
Pierre-Henry Frangne
, 
Antony Fiant
, 
Gilles Mouëllic

2. Un cinéaste aux prises avec les arts

Comment, chez Agnès Varda, peinture et photographie entrent dans le bateau du cinéma

Christa Blümlinger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La présence de la peinture et de la photographie s’est déployée dans le cinéma d’Agnès Varda, comme on sait, tout au long de sa carrière de cinéaste et s’est diversifiée encore depuis qu’elle réalise des installations multimédias, c’est-à-dire depuis 2003. Si cela est particulièrement évident dans des essais documentaires comme Les Glaneurs et la Glaneuse (2000), pour la peinture, et dans Ulysse (1982), pour la photographie, les films de fiction de Varda, notamment La Pointe Courte (1954), Cléo de cinq à sept (1961) ou Le Bonheur (1964) sont, eux aussi, traversés par des œuvres d’art (photographiques ou picturales), mais de manière plus souterraine ou accessoire. La couleur (y compris en noir et blanc), les formes géométriques et les rapports spécifiques entre fixité et mouvement font écho à cette présence, se concrétisant souvent de manière minime, mais subtile.

Figures de stase, signes de présence

On sait aussi que Varda, nourrie de ses connaissances en histoire de l’art, est passée...

Auteur

Professeure en études de cinéma à l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis. Parmi ses nombreuses publications, elle a dirigé, seule ou en collaboration, plusieurs ouvrages collectifs en allemand et en français sur l’esthétique du cinéma, le film d’essai et l’art des nouveaux médias, ainsi qu’organisé et co-traduit un choix en allemand des écrits de Serge Daney. En français, elle a édité et introduit des textes choisis de Harun Farocki, Reconnaître et poursuivre (THTY, 2002), dirigé « Le cinéma autrichien » (Austriaca, no 64, juin 2007), et codirigé Théâtres de la mémoire, mouvement des images (coll. « Théorème », PSN, 2011). Dernière publication : Cinéma de seconde main. Esthétique du remploi dans l’art du film et des nouveaux médias (Klincksieck, 2013). À paraître : Paysage et mémoire. Photographie, Cinéma, dispositifs audiovisuels (dir. avec Sylvie Lindeperg, Michèle Lagny et Sylvie Rollet, Presses Sorbonne Nouvelle, « Théorème », 2014), « Attrait de l’archive » (Cinémas, vol. 24, no 2-3, 2014, dir.)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540